[Jardin intérieur] Trouver le parfait bouquet.

avatar
Invité
Invité
le Sam 3 Mai - 20:25
Main dans la main, Ziza et moi traversâmes la base en moins de deux. Visiblement, elle connaissait déjà l'endroit - bien mieux que moi en tout cas. Elle était courageuse, quand même. Je pensais qu'elle avait besoin que je l'aide à se remettre de ses émotions encore quelques minutes. Mais il n'en fut rien. Brave gamine.

Nous arrivâmes enfin devant le jardin intérieur. J'ouvris doucement la porte, méfiant. On se sait jamais, peut-être qu'il y avait encore un truc louche dans cette pièce. Je jette un coup d'œil à la pièce. Rien à signaler, à part une multitude de parfums entêtants. Erf. Trop de fleurs tuent les fleurs ! J'entrai, tenant toujours Ziza par la main.

C'était grandiose, quand même. Une sorte d'immense serre, un toit de verre laissant  la lumière du ciel rose (brr, atroce cette couleur) sur les pétales de fleurs et de plantes que je n'avais jamais croisé auparavant. D'autres me paraissaient familières... Ah. Ce mélange de parfums me donnait mal au crâne. Autant trouver ce qui était indiqué sur le carnet au plus vite !

« Bon, alors... C'est bien une fleur cyan qu'ils demandaient ? On dirait qu'il n'y en a pas beaucoup ici... Reste près de moi, d'accord ? »

Sans lâcher la petite main de ma jeune camarade, je m'avançai vers une direction au hasard pour fouiller des taillis aux couleurs criardes.

Résumé:

Kim entre dans le jardin avec Ziza et commence à fouiller, à la recherche de la fleur cyan.
avatar
Invité
Invité
le Dim 11 Mai - 8:27
Ziza parcourait les couloirs, essayant de se souvenir du chemin emprunté le jour précédent. Malgré son sens de l'orientation médiocre, elle parvint à les mener à bon port. "Les" parce que Kim la suivait, évidemment. Ziza l'aimait bien, elle compatissait pour son changement d'apparence. Et puis, sous ses airs durs il était très attentionné.

Kim ouvrit la porte avec précaution. Après avoir jeté un coup d'oeil à la pièce, il fit entrer Ziza, qu'il tenait toujours pas la main. A sa grande surprise, la pièce n'était plus remplie exclusivement de tulipes rouges et la jardinière était absente. Cette fois, elle était variée avec des fleurs multicolores et des buissons ou arbustes étonnants. Donc, ou la végétation avait changé, ou elle n'était pas arrivée par la même entrée hier, ou il s'agit d'un jardin différent. Mais peut importait à l'heure actuelle, il suffisait d’exécuter les notes du carnet..

- Bon, alors... C'est bien une fleur cyan qu'ils demandaient ? On dirait qu'il n'y en a pas beaucoup ici... Reste près de moi, d'accord ?

Tout en suivant Kim, Ziza relut le carnet avec attention, trouvant les consignes exacts.

- Il faut arroser les fleurs fuchsias.... euh... faire trois tours sur soi-même -va comprendre pourquoi-... et presser la fleur cyan. Ne t'inquiète pas, on ne risque rien par ici... Enfin, on ne peut pas en être sûr mais je ne crois pas que me tenir la main va me protéger... Cherche les fleurs fuchsias, je vais chercher un arrosoir !

Elle lâcha la main de l'homme rose et lui sourit, puis se dirigea vers une petite cabane de jardinage d'où elle extirpa un arrosoir à poils verts. Elle alla le remplir avec un robinet qui se trouvait au même endroit. Une eau jaune fluo jaillit, elle faisait des bulles.

Une fois l'arrosoir rempli, Ziza le prit et se dirigea vers Kim.

Résumé:
Ziza explique qu'il faut aussi arroser les fleurs fuchsias, tourner sur soi-même et presser une fleur cyan. Elle se sépare un instant de Kim pour aller chercher un arrosoir. Une fois trouvé, elle le remplit et revient vers lui.
avatar
Invité
Invité
le Dim 18 Mai - 22:18
« Il faut arroser les fleurs fuchsias.... euh... faire trois tours sur soi-même -va comprendre pourquoi-... et presser la fleur cyan. Ne t'inquiète pas, on ne risque rien par ici... Enfin, on ne peut pas en être sûr mais je ne crois pas que me tenir la main va me protéger... Cherche les fleurs fuchsias, je vais chercher un arrosoir !
- Ah, euh… Oui… »

Décontenancé par l’attitude de Ziza, je me ravisai de faire des commentaires. Après tout, il fallait bien admettre qu’elle avait raison. Il serait plus rapide de chercher séparément que de rester ensemble. J’avais quand même de l’appréhension quant à la nature de ces fleurs… On ne sait jamais, et si l’une d’elles se jetait sur nous pour nous bouffer ? Ou alors, faire sortir de nulle part un truc douteux… et surtout dangereux. Je ne voulais pas que la petite soit en danger et que je ne sois pas là pour la protéger. Toute cette folie… Il fallait que quelqu’un l’aide à survivre mentalement à tout ça – même si ce quelqu’un était au moins tout aussi paumé qu’elle.

Je commençai à chercher les fleurs fuschia (bon sang, c’était quoi leur problème avec les couleurs compliquées ? Ils ne connaissaient pas le jaune primaire ou quoi ?). Au fur et à mesure de mes recherches, un sentiment de dégoût commença à m’envahir. Ça devait signifier que je chauffais, je haïssais cette couleur ! A vrai dire, elle me donnait presque des nausées tellement elle était… Féminine. Erk. Mon cœur manquait de se soulever. Non, Ji-Sung, tiens bon ! Il y a des enfants ici (et puis on est sur un forum tout public, faut pas déconner, N.D.A.). J’écartai d’une main tremblante des feuilles bleutées, pour mettre à nu les fameuses fleurs fuschia.

« Ziza ? Je les ai trouvées ! »

Je me retournai pour apercevoir ma jeune camarade d’infortune, équipée d’un arrosoir.

«  Vaut mieux qu’on se dépêche, cet endroit ne m’inspire pas du tout confiance… » ajoutai-je.

Résumé:
Ji Sung se ravise de répondre à Ziza, puis fouille dans le jardin pour trouver les fleurs fuschia, dissimulées sous des feuilles bleues.
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 20 Mai - 19:19
Sans que rien ne l’annonce, un haut-parleur sort soudainement du sol et diffuse bien fort le message suivant :
Les gens d’en-dessous aussi. Même si… la pièce aux écrans… ils doivent tout voir… mais, peut-être que…
Avant de retourner aussi sec dans le dit sol, comme si rien ne s’était passé.
avatar
Invité
Invité
le Mar 20 Mai - 23:28
Son arrosoir à poils verts toujours en main, Ziza se dirigea vers les fleurs roses. Elle remercia son partenaire pour son efficacité, puis se mit au travail. Elle arrosa copieusement les fleurs fuchsias de l'eau jaune fluo qu'elle avait trouvé précédemment et dès qu'elle eut fini, exécuta trois tours sur elle-même sans se poser plus de questions...

- Maintenant, trouver la fleur cyan...

Cette dernière fut plus facile à trouver que les précédentes. Il n'y avait qu'une fleur cyan, mise bien en évidence dans un grand pot couvert d'écailles. Elle ressemblait quelque part à un tournesol, mais avec des couleurs improbables. Ziza s'approcha doucement et examina le végétal, afin de vérifier qu'il ne mordait pas. Elle pressa doucement le centre de la fleur et attendit... Elle s'attendait à un grand boum, une explosion, un bruit, un signe que l'opération avait marché, mais rien ne se produisit. Il était impossible de savoir si tout ce qu'ils avaient réalisé avait servi à quelque chose. Puis soudain, une voix retentit.

- Les gens d’en-dessous aussi. Même si… la pièce aux écrans… ils doivent tout voir… mais, peut-être que…

Hein ? Les gens d'en dessous ? Soit la voix parlait des dessinateurs, soit elle parlait des gens bizarres qui contrôlent la base. Donc soit c'était les gens bizarres qui le disaient et cela voulait dire qu'ils était à un étage (secret ?), soit c'était des dessinateurs qui disaient cela et cela voulait dire que les gens étaient... peut-être dans les tunnels dont parlaient le carnet ! Cette dernière hypothèse semblait la plus plausible, Alizée en fit part à Kim.

- C'était quoi cette voix ? Tu crois que ça a un rapport avec ce qu'on vient de faire ? Et, tu penses que les gens-d'en-dessous sont les gens mystérieux qui ont perdu le carnet ? "En-dessous", parce qu'ils utiliseraient les tunnels ? On pourrait utiliser la fonction jesaisplustropquoi du camélijenemesouviensplusdelasuite pour les trouver ! Et, dans ce cas, ça veut dire qu'il y a bien des écrans de surveillance ! On nous surveille !
... Il faudrait pouvoir prévenir les autres...


Ziza réfléchissait décidément beaucoup en ce moment. Il allait bientôt falloir qu'elle régénère sa barre de kawaiititude pour tenir le coup !

Résumé:
Ziza remercie son partenaire et finit de suivre les instructions du carnet. Rien de spécial ne semble se produire, quand soudain une voix résonne dans le jardin. Ziza s'interroge sur son origine et sa signification et fait part des ses hypothèses à Kim.
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 21 Mai - 16:01


Quelques minutes après avoir été pressé - le temps que l'information traverse la tige et vienne activer un mécanisme bien plus profond -, la fleur s'ouvrit subitement avant de se refermer dans un grognement félin.
Nulle doute que si quelqu'un regardait la scène à cet instant précis, il se serait exclamé "C'est pas trop tôt" tout en ouvrant le troisième paquet de pépitos de la journée. Si le sol n'avait pas tremblé, cette fois, vous pouviez entendre un bruit diffus depuis l'extérieur de la Base.

Quelque chose avait changé.
avatar
Invité
Invité
le Mer 2 Juil - 3:29
Comme promis, on vient traumatiser Ziza




« Par là ! » avait soudainement crié Ambros au milieu de la course poursuite entre lui, Striky et un escadron entier de légumes enragés. Il s'était précipité sur la porte comme un sauvage, persuadé que son intuition ne lui jouerait pas de tours cette fois. La porte était jolie, il devait y avoir quelques armes là derrière.

Il avait intérêt à savoir se battre avec des pâquerettes.

Ils étaient effectivement tombés dans une gigantesque serre couverte de plantes à fleurs. Au fond, il semblait y avoir une cabane, tandis que le plafond était pour une fois transparent. Franchement, ça aurait pu être un endroit chouette pour pique-niquer, surtout si l'on était amateur de botanique à ses heures perdues. Cependant, la première réflexion que l'amateur de cuisine vivante se fit, c'était qu'il allait enterrer Max ici. Au milieu des fleurs. Dans un extérieur qui était pourtant à l'intérieur (quel paradoxe!), parce qu'il pouvait difficilement creuser à même le sol. Et parce que c'était tout bêtement un chouette endroit.

Alors qu'il avait commencé à marcher sans stress (la vue d'un nouveau paysage avait tendance à le détourner facilement de son action précédente, surtout depuis.. ça), il avisa l'entrée qui était derrière lui. En plus de Pyjaman, les légumes semblaient s'être aussi invités au milieu des étendues fleuries. Toujours avec son cher paquet précieusement tenu par ses bras, il se précipita donc au bout de la serre et remarqua enfin la présence de deux silhouettes féminines vers lesquelles il ne décida pas de se diriger, pour une fois. Il était certes un peu moins… affecté grâce à la récente conversation avec Striky, mais il n'avait pas perdu toute la pâleur de son visage, ni tout le vide de son regard. Puis, surtout, il avait quand même un bout de cadavre entre les pattes.

TB servant de gyrophare pour indiquer la direction à Pyjaman (et aux légumes), il se dirigea expressément vers la cabine du fond. À l'intérieur, bien sûr, il y avait plein de trucs chouettes ; des arrosoirs, des râteaux, des pelles, une tondeuse, etc, mais bien sûr pas le moindre pistolet pour faire gicler les ennemis. Après avoir soigneusement posé la tête enroulée dans une brouette, il prit donc une pelle et un râteau, sortit de l'enceinte de bois et se précipita sur son acolyte afin de lui remettre la pelle.

« Tout ce que j'ai trouvé. » justifia-t-il.

Des armes de choix pour une nouvelle bataille épique. Paysans contre légumes, le tout dans un cadre floral. L'idée de, peut-être, demander de l'aide aux spectateurs n'avait même pas effleuré la tête d'Ambros (comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs). C'était plutôt cool, de se battre avec Striky. Presque amusant, même si le combat contre une horde d'hybrides insectes ne devait pas trop lui plaire, à l'autre.

Jusqu'à quand ? Il ne doutait point que l'essentiel des forces ennemies n'était pas aussi rigolo à combattre et que leur aventure n'était qu'un gigantesque coup de chance. Il n'oubliait pas encore que, bientôt, il faudrait à nouveau regarder la fameuse tête en face à face et lui dire adieu. Bientôt, il ferait ce qu'il avait déjà repoussé ; réfléchir. Pour de vrai. (bien que cela puisse paraître fantaisiste)

Spoiler:
Ambros entraîne Striky à l'intérieur du jardin intérieur (j'espère que je me suis pas gourée sur la description), se précipite -en évitant Ziza et Kim- avec son paquet (il a dans les bras une tête enroulée dans un bout de tissus un peu sanglant) jusqu'à la cabane. Il laisse ledit paquet dans une brouette et ressort avec un râteau qu'il se garde ainsi qu'une pelle qu'il passe à Striky. Afin de commencer une bataille épique contre les légumes.

(vu qu'on est 4 je pense qu'on peut se passer d'ordre, si ziza et kim veulent pas participer ce sera logique et raisonnable, haha)(ils peuvent se barrer discrètement pour pas assister au massacre)
Description de l'armée de légumes a écrit:
.. s'exclama-t-il en pointant du doigt les ennemis qui s'avéraient être des aliments parfaitement sains pour l'organisme à quelques modifications génétiques près. Il y avait une tomate rose poilue géante, une asperge à deux têtes, un chou fleur surmonté d'un petit palmier, un petit pois surmonté d'un chapeau de paille et une feuille d'arbres. Le tout était haut d'au moins un mètre et possédait de petites pattes d'insectes.
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 2 Juil - 13:09
« Par là ! »

Striky obliqua vers la porte désignée par Ambros sans discuter. C'était pas le moment. Il s'y engouffra à la suite de son compagnon et ... se retrouva au milieu d'un champ de fleurs. Avec une très sérieuse envie de rire bêtement. C'était quoi cette blague ?
L'arrivée des légumes-insectes derrière lui lui coup toute envie de glousser et il se remit à courir, suivant toujours Ambros. Il le vit s'engouffrer vers une sorte de petite cabine qui ressemblait à un mini-débarras. Il en ressortit presque aussitôt et lui tendit une pelle, que Striky pris avec un air désabusé. Il commençait presque à avoir l'habitude ...

« Tout ce que j'ai trouvé. »

Oui, il s'en doutait. M'enfin, il aurait quand même bien voulu que le débarras abritât quelque mitrailleuse à graines, ou des choses dans le genre. Mais bon, pas le temps de se lamanter. Il se plaça à côté d'Ambros -qui, lui, avait presque l'air de s'amuser, grand bien lui en fasse-, la pelle levée, prêt à repousser le premier légume qui s'avancerait.

Bon sang, ils ont vraiment des pattes affreuses ...

Non, ce n'était pas le moment de penser à ça. Le petit pois s'envola vers eux dans une courbe en cloche et Striky abattit sa pelle. Non mais.

« Je prend la moitié de droite et toi celle de gauche ! » lança-t-il à Ambros.

Résumé:
Striky entre avec Ambros, prend la pelle qu'on lui donne et écrase le petit pois à chapeau de paille.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Mer 2 Juil - 19:39
Il avait totalement ignoré l'avis et l'appréhension de Striky, comme d'habitude. Ou plutôt, c'était pas comme s'il avait le choix ; c'était dur à admettre, mais ces légumes risquaient quand même de lui faire très mal s'ils se jetaient sur lui. C'était la guerre, même s'il n'y avait pas de fusil et de tranchées. Même si le sol était couvert de fleurs. Sans doute seraient-ils déjà tous morts dans la réalité, au milieu d'un vrai champ de bataille où l'ennemi était lui aussi de chaire et d'os.

« Je prend la moitié de droite et toi celle de gauche ! » posa soudainement Striky, qui venait d'abattre sa pelle dans la figure du vil petit pois à chapeau de paille. (un chouette chapeau, d'ailleurs, Ambros l'aurait volontiers ramassé)

D'habitude pas très enclin à écouter la parole d'autrui, parce que sa stratégie prévalait dans toutes les situations, le fier détenteur du râteau ne se fit pas prier. Le chou fleur avait l'air dangereux ; son couvre-chef pouvait lancer des noix de coco. Gloups. Pas question de s'en prendre une dans la figure, surtout quand il y avait deux autres personnes à proximité. Se servant de son arme comme d'un épée puissante, il la cogna contre le tronc du cocotier - qui laissa alors échapper sa précieuse cargaison sur la tête du chou. Ce n'était pas trop mal pensé, sauf que le chou avait ses bras, et qu'il avait commencé à lancer lui-même les balles dans la tronche de son adversaire.

Ambros alla se cacher derrière la feuille d'arbre pour esquiver, chose que la feuille apprécia moyennement. Enragée, elle donna moult coup de têtes chlorophylliens, mais cela n'avait rien à voir avec le coup de Williams. Cette fois, il avait la tête plus dure, plus résistante. Il troua la feuille de son puissant râteau, avant d'être interpellé par le méchant chou -noix entre les mains- qui n'avait pas encore abandonné. L'homme se prit quelques projectiles dans les jambes et dans le ventre, mais il parvint enfin à planter sa fourche destructeur droit dans le coeur du légume. Regardant sans pitié ce dernier agoniser, il se résolut d'en prélever un morceau juste pour goûter.

« Goûte ! s'exclama-t-il en avançant vers lui sans se soucier du combat et de son ennemi. C'est trop bon ! » Il pointa du doigt le pauvre chou qui était probablement en train de voir son existence défiler sous ses yeux, s'il en avait une. Il y avait de quoi bien manger pendant plusieurs jours avec tout ça ! (il faudrait juste arracher les pattes d'insecte et le nettoyer)

Troisième bras eut tout juste le temps de stopper un dernier projectile noix de coco. L'ultime balle de ce qui allait servir de repas. Ambros se retourna et alla tout bêtement retirer son neuf -et déjà fidèle- râteau de l'ennemi. Il se sentit fier d'avoir triomphé aussi facilement jusqu'à ce que sa jambe lui rappelle que, eh non, deux coups au même endroit, elle commençait à en avoir un peu ras le bol. Il se mordit la lèvre inférieure et attendit tranquillement Striky.

Spoiler:
Ambros livre une bataille épique contre la feuille d'arbre et le chou, goûte le chou qui a l'air bon et dit à striky de goûter aussi (à toi de voir si tu as les mêmes goûts qu'ambros ahaha) puis attend son camarade debout à côté du cadavre du chou parce qu'il a mal à la jambe (il se souviendra qu'il a de la crème carotte plus tard)
avatar
Invité
Invité
le Mer 16 Juil - 23:50
Ziza avait été surprise par la réaction de la fleur et de la base militaire. Quelque chose était différent ici, mais elle ne savait pas quoi. Elle n'eut pas le temps de se poser plus de question car elle fut interrompue par deux étranges individus étaient apparus dans le jardin ! L'un lui était familier. Elle se souvenait avoir balancé dans vêtements à ses côtés dans une sorte de drôle de bal costumé... Elle voulut le saluer mais, une fois de plus, elle fut surprise par des insectes-légumes qui pénètrent dans le jardin. La petite fille poussa un cri d'effroi !

- Qu'est-ce que c'est que c'est chose ? Je... C'EST PAS MIGNON DU TOUT !!

Elle prit Kim par la main et courut se réfugier à l'extérieur de la pièce pendant que les nouveaux venus résolvaient d'eux-mêmes les problèmes qu'ils avaient apportés.

- Désolée les gens ! Et désolée M. Poisson ! On a plein de chose à faire et on est un peu pressé... On se réinvitera un jour pour prendre une tasse de thé, mais là on file : on a des tunnels à chercher !

Ziza sorti son carnet vert pomme et entreprit de repérer et localiser les drôles de points qui clignotaient sur la plan de la base... Il y avait trop de mystères à son goût par ici ! Et peut-être que tout cela cachait plein de récompenses mignonnes...

Résumé:
Ziza panique devant les insectes et quitte le jardin avec Kim. Elle salue Striky et Ambros avant de partir puis commencer à chercher les tunnels qu'indiquent le carnet.
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 21 Juil - 22:58
Suivant de près son congénère le petit pois, la tomate rose poilue se jeta en avant. Striky, prit au dépourvu, n'eut que le temps de se jeter sur le côté avec un couinement apeuré. Quelles pattes affreuses décidément ! Se reprenant, il abattit sa pelle à trois reprises sur la tomate, qui rendit l'âme dans un splash ! répugnant.

Hé, je me débrouille plutôt bien ! se dit-il.

Mais c'était sans compter sur l'asperge bicéphale, qui s'avançait à présent vers lui, un air menaçant plaqué sur ses deux visages -si on pouvait appeler ça des visages. Celle-ci semblait vachement remontée. Malheureusement pour lui, le jeune homme ne l'aperçut pas tout de suite. En effet, son attention fut momentanément retenue par Ambros, qui s'approchait, un morceau de chou dans la main. Il le tendit au super-zéro.

« Goûte ! C'est trop bon ! »

Striky fit la grimace et repoussa l'offre de son camarade.

« Euh, non merci ... »

Puis, lorsque celui-ci s'éloigna, il se rappela qu'il restait un légume. Il voulut se retourner pour faire face, sa pelle bien en main, mais au même moment, l'asperge lui asséna un violent coup d'un de ses deux têtes dans le dos. Striky fut projeté en avant.

« AÏE-EUH ! »

Il se retrouva le nez dans l'herbe. Un peu sonné, il se mit à quatre pattes et tâtonna autour de lui, à la recherche de sa pelle, qu'il avait lâché. Il ne rencontra que l'herbe. L'asperge revint à la charge, l'obligeant à abandonner sa pelle pour le moment.
Désarmé, le jeune homme vit ses chances de battre le légume en colère assez réduites. Se tournant vers Ambros, en quête d'aide, il vit que celui-ci s'était déjà débarrassé de tous ses adversaires. Il courut vers lui en quatrième vitesse et lui arracha son râteau.

« Je te l'emprunte ! »

Il retourna faire face à l'asperge. Et lorsque celle-ci attaqua, il était prêt. Esquivant élégamment -tout est relatif-, il contre-attaqua d'un coup de râteau dans l'une de ses deux têtes. L'asperge, sonnée, recula d'un pas. Striky en profita pour l'achever avec un coup dans la deuxième tête. Non mais !
Mine de rien, le jeune homme était assez fier de lui. Malgré sa peur, enfin, sa légère aversion pour les pattes d'insectes, il avait réussi à battre ses horribles objets. Si ça ce n'était pas du courage !

Résumé:
Striky se débarrasse en trois coups de pelle de la tomate. Distrait par l'intervention d'Ambros, il ne voit pas arriver l'asperge à deux têtes, qui l'envoie au tapis d'un coup de tête. Désarmé, il se voit obligé d'aller emprunter son râteau à Ambros. Enfin, il écrase l'asperge d'un coup de râteau dans chaque tête.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum