[La boutique] - On aurait pu manger quelque chose si ce n’était pas l’Esquisse et en ruine.

avatar
Invité
Invité
le Dim 18 Jan - 15:40
Devant eux, un comptoir à moitié détruit sur lequel on peut voir des paniers à moitié dévoré par les débris qui sont tombés. Tout est poussiéreux et si on ne faisait pas attention à l’endroit où l’on marchait, un morceau de plâtre pouvait faire un croche-patte à tout moment. Tout était grisâtre et on avait peine à deviner qu’ici devait se trouver la boutique de la boulangerie, là où les habitants doivent aller pour acheter leur pain. Si tant est qu’ils l’aient fait une seule fois puisqu’apparemment, c’était plus le genre d’endroit où le pain nous mangeait que l’inverse.

Après avoir regardé tout autour de lui, l’homme installa sa moto dans un coin de la boulangerie, non loin de la porte au cas où il faudrait s’enfuir en vitesse. C’est à ce moment qu’une brique a décidé de se détacher du mur et fondre sur l’adulte. Il l’évita de peu, en la déviant avec une barre en acier installée sur la moto.

Pendant ces 11 jours de cavale, ils avaient tout de même eu le temps de rester à quelques endroits pour collecter des matériaux pour la radio mais aussi pour se faire quelques armes. Principalement du type “je cogne avec”, l’homme étant plutôt de ce genre là.

« Maintenant que nous sommes là, autant aller vérifier qu’il n’y ai rien d’autre que le bâtiment pour nous attaquer… »

Cela pouvait paraître ironique mais l’homme était on ne peut plus sérieux. Il ne connaît pas l’ironisme. Il commença alors par inspecter cette partie de la boulangerie, il ne faudrait pas que quelqu’un vole la moto avant qu’ils en aient besoin…

Résumé :
Une fois rentré, Kahaüz gare la moto non loin de l’entrée et commença à inspecter la pièce
avatar
Invité
Invité
le Lun 19 Jan - 11:43
Diablo n’est pas allé bien loin. Si tôt entré, il s’est arrêté. Pas juste pour attendre Kahaüz, pas juste pour être sûr que son compagnon le suive, qu’il n’est pas seul, non. Même s’il avait dû lutter pour ne pas se retourner anxieusement. C’était aussi pour observer. Tout ce qu’il pouvait. Depuis son entrée, son regard ne cesse de sauter d’un élément à l’autre. Diablo est un adolescent. Chétif. Ne faisant même pas son âge présumé. Et pas très doué. Il le sait. Alors il fait tout ce qu’il peut pour aider, pour survivre. Donc il observe. Une de ses rares compétences. Quand il est calme. Et là, disons que… ça va. Ou qu’il fait tout pour. Il serre ses mains encore plus fort et il se concentre.

Ses yeux balaient les lieux, s’attardent sur un élément avec nervosité, puis passent au suivant. Puis reviennent. La pièce n’est pas infinie, et Diablo est nevrosé. Son esprit essaye de se rappeler tout ce qu’il a pu entendre sur cet endroit et… on ne peut pas dire que ça aide à le rassurer. Mais la peur est bonne. Parfois, il en faut. Cette fois, il est persuadé que c’est le cas. Faut juste qu’il puisse bouger quand il le faudra. Quel est le terme déjà ? Ha, oui, raisonnable. Pas tête brulée, mais pas apeuré non plus. Le juste milieu. Hurr. Difficile.

Lorsque Kahaüz arrive, il laisse échapper un soupir de soulagement. Lorsque Kahaüz parle, il hoche la tête en silence et s’avance à son tour. Il ne s’est pas retourné. Non, pas retourné. Il essaye de rester concentré.

Mais c’est fatal. C’est Diablo.
Et il trébuche alors sur un débris traître, juste posé là, sur son chemin. Et il s’étale de tout son long, sur le sol poussiéreux et dur de la boulangerie. Les mains en avant, les cheveux en bataille, comme un personnage de dessin animé.

Un petit silence plane. Puis le diablotin se redresse d’un bond, pour se laisser tomber sur les fesses. Avant de rire. Juste comme ça, on dirait qu’il a un peu craqué. Mais ce n’est pas ça, non.

▬ Tu sais, ça m’arrivait tout le temps, avant. Ce genre de choses. Haha. Aïe. (Il s’interrompt un instant, se frotte la tête, pose une autre main sur ses côtes). C’est douloureux mais je crois que… c’est presque réconfortant. En un sens.

Il relève la tête vers Kahaüz et lui sourit.

▬ Je suis toujours moi.

Et c’est bête et débordant de niaiserie et un truc pourrait lui sauter dessus à tout instant pour le bouffer mais… Diablo se sent un peu mieux.

▬ Tu. Tu veux aller voir le reste ?


Spoiler:
Diablo observe les environs puis explore un peu à son tour avant de se vautrer en beauté. Mais ça le fait rire et il s’explique avant de demander à Kahaüz s’il veut aller voir plus loin.
avatar
Invité
Invité
le Mar 20 Jan - 0:27
Boom

L’homme se retourna d’un coup vers la source du bruit et vit Diablo totalement étalé par terre, dans la même position que certains personnages qui accentuait leur chute. Sauf que l’homme savait que ce n’était pas le genre du garçon d’exagérer ce genre de chose. Il le regarda, silencieusement, attendant sans doute un signe de vie de son compagnon.

D’un bond il se releva et instinctivement, l’homme recula sa tête comme pour accompagner le mouvement de l’adolescent. Sauf qu’il retombe aussitôt sur les fesses et se mit à rire. L’homme le regarda avec un sourcil relevé, seul changement dans son expression, montrant qu’il ne comprenait pas trop pourquoi il rigolait…

« Tu sais, ça m’arrivait tout le temps, avant. Ce genre de choses. Haha. Aïe. fit-il avant de se frotter la tête, C’est douloureux mais je crois que… c’est presque réconfortant. En un sens. »

Nouveau regard d’incompréhension de la part de l’homme et Diablo le regarda, avec un énorme sourire qu’il ne lui connaissait pas. L’expression de l’homme signifiait clairement l'incompréhension.

« Je suis toujours moi. »

Oh. C’était donc ça. L’homme s’approcha alors du diablotin.

« Tu. Tu veux aller voir le reste ? »

Une fois arrivé au niveau de Diablo, l’homme se pencha légèrement et lui tendit la main pour l’aider à se relever. Un léger sourire apparu sur le bout des lèvres de l’adulte.

« Eh bien tant mieux. Dit-il avant de répondre à la question, reprenant son expression habituelle. Cet endroit m’intrigue effectivement. Mais vas prendre quelque chose pour te défendre et ne t’éloignes pas trop de moi. »

Des fois qu’une brique l’attaquerait ou qu’un humain le ferait ! L’homme savait que Diablo n’était pas du genre à se battre, pensant même qu’il n’est pas spécialement doué pour cela, mais l’homme sera moins sur les nerfs s’il avait quelque chose.

Résumé :
Kahaüz fixe Diablo avec perplexité, puis vint l’aider à se relever puis lui demande de prendre quelque chose pour se défendre
avatar
Invité
Invité
le Jeu 29 Jan - 15:35
Telle une princesse, telle une plume, Diablo se laisser porter par la main de Kahaüz, relever par sa force. Et il se retrouve légèrement appuyé sur la pointe des pieds avant de même de réaliser. De se rendre compte du sourire, et des doigts entremêlés. Il l’écoute et le couve simplement du regard comme s’il était une chose très précieuse et merveilleuse. Ce qu’il est. Pour lui. Dans ses yeux.

Et enfin, il réalise. Le sourire. Les mains. Est-il même utile de dire que les mots ne l’atteignent absolument pas et qu’il se contente de rougir comme une jeune fille en fleurs ? Sans lâcher la main. Pendant une bonne minute. Puis de percuter, de nouveau. De s’éloigner d’un bond en couinant, et d’hocher la tête très très vite. Les mots sont enfin là. Vitesse de réaction incroyable. Tout, tout, plutôt que rester aussi proche encore plus longtemps. Son cœur. N’allait. Pas. Tenir.

Diablo se jette presque sur le premier tas de débris. Et fouille. On a vaguement l’impression d’observer un bébé taupe sous vitamines. Des tous petits morceaux de ciment volent un peu partout. Des briques sont écartées maladroitement. Trop lourdes. Et, enfin, le diablotin se relève, un peu embarrassé, serrant contre lui… une poêle. Aucune idée de ce qu’elle faisait là. Et elle devait visiblement être jaune poussin, avant d’être recouverte d’une couche de poussière et crasse particulièrement épaisse. Et supportée probablement une ou deux attaques nucléaires. Elle est un peu tordue. Mais elle est relativement maniable et semble assez solide pour… hm… faire quelque chose. Peut-être.

▬ Je. Heu. Je suis prêt.

Vaillant petit soldat de bois. Ou plutôt poupée de porcelaine qui essaye. L’air de rien, Diablo s’approche le plus possible de Kahaüz et veille à ne pas le quitter. Puis inspire.

Il doit être courageux.

▬ Q-quand tu veux.

Bon, les bégaiements, ce n’est pas encore ça. Mais il est debout, et non sous une table. Il y a du progrès.


Spoiler:
Diablo met un moment à réagir avant de bondir vers un tas de débris et de « s’armer » d’une vielle poêle puis de rejoindre Kahaüz et de lui signifier qu’il est prêt.
avatar
Invité
Invité
le Mar 3 Mar - 15:48
Le temps de réaction étonnera toujours l’homme. Tout comme il l'inquiétera, ayant peur qu’il réagisse aussi lentement si un objet ou une personne les attaquait. Son regard toujours calme était posé sur le diablotin, le temps que toutes les dernières données arrivent jusqu’au cerveau. Il ne bougea pas d’un poil, mais il faisait attention au moindre bruit qui pourrait être le signe d’une attaque.

Enfin, une action, et Diablo fouilla dans le premier tas de débris venu. Soit. L’homme regarda autour d’eux, surveillant le moindre mouvement. Et la fouille cessa, il te tourna à nouveau vers son compagnon. Une. Poêle. Certes. L’homme arqua un sourcil. Enfin, il ne faut pas sous-estimer ces trucs là. Surtout que vu son aspect, elle a du en essuyé des attaques.

« Q-quand tu veux. »

La main de l’homme se mis machinalement sur le crâne du diablotin avant d'ébouriffer légèrement ses cheveux. Une habitude maintenant. Allez savoir pourquoi. Puis il s’avança dans le fond du magasin, dans l’usine même.

Résumé :
Lorsque Diablo lui dit qu’il est prêt, Kahaüz s’avança pour entrer dans l’usine
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum