[Non loin du clocher] Y'a comme quelque chose qui ... cloche ?

avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 3 Aoû - 23:05
«ENFIN ! »

Striky brandit sa fourchette géante. Il avait un faible pour les couverts depuis qu'il avait réussi à abattre Moumousse, le pamplemousse maléfique, à l'aide d'une cuillère à pamplemousse.

« Enfin, le grand Striky va pouvoir se tracer une histoire digne de ce nom ! »

Et impressionner sa belle. Mais ça, il ne le dit pas.
Il se tourna vers son compagnon de (in)fortune.

« Yesssss, je suis à bloc ! On va abattre un max d'objets, hein Ambros ? »

Résumé:
Striky est très motivé, et le fait savoir à Ambros.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Mar 4 Aoû - 1:27
Il était probablement le seul au monde à trouver que Striky était classe. Parce qu'il était arrivé fièrement avec sa fourchette géante, paré à détruire tous les objets qui viendraient les attaquer. Parce que même si lui avait vaguement craint que cette patrouille ne soit un piège pour se débarrasser d'eux, eh bien, Striky était allé de l'avant s'en soucier.

Alors, Ambros le savait : s'il n'avait pas été là, il aurait certainement reculé. Même s'il voulait se persuader qu'il pourrait, en essayant, réussir à être utile, il avait commencé à sentir quand les gens ne lui faisaient pas confiance. Personne ne croyait en lui, sauf Striky qui lui avait assuré qu'on abattrait plein d'objets. Même si ce n'était pas vrai.

C'était pour ça que Striky était radieux.

« Oui ! » confirma-t-il en serrant des deux mains sa propre arme, une lance qui avait au moins le mérite d'être plus grande que son propriétaire - faute de paraître si menaçante.

Il s'était dit en la voyant que ça ne devrait pas être trop compliqué à utilisé, même pour quelqu'un comme lui. Et au cas où, il s'était aussi servi dans la cuisine en prenant un couteau (et des bonbons), se jurant qu'il irait le reposer plus tard.

Ambros regardait autour de lui, inspectant rapidement le clocher effondré. C'était un peu nostalgique, parce qu'il passait tout le temps par là lorsqu'il voulait annoncer à tout le monde que Max allait faire un discours et qu'il fallait y assister. Maintenant, comme Max, comme lui, tout cela n'était plus que décombres et ruines. Défiguré et anéanti.

« On commence où ? » demanda-t-il pour éluder la tristesse qui commençait déjà à monter. Il n'avait pas vraiment prévenu Striky par rapport à ce qui lui était arrivé, mais ça ne l'intéressait sûrement pas. Et puis il devait se tracer une histoire digne de ce nom, donc on le suivrait en se mordant les lèvres.

Résumé + HRP:

Résumé : Ambros a suivi Striky avec son arme (une lance), et approuve sa motivation. Pour ne pas trop penser au clocher à côté et à tout ce qui en découle, il entre directement dans le vif du sujet.

(Je pense que tu peux lancer le dé en répondant ou avant, je sais pas)


avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Aoû - 1:42
« Oui ! »

Striky carra les épaules. Il arrivait souvent que les gens ne le prennent pas au sérieux. Heureusement, Ambros, lui, voyait le héros qu'il était. ... Enfin, qu'il essayait d'être. Mais qu'il serait bientôt.

« On commence où ? »

Striky regarda autour de lui. Pas un objet en vue. C'était quand même fort : d'habitude, il faisait tout pour les éviter, et il tombait immanquablement sur l'un d'entre eux, tandis que maintenant qu'il venait à leur rencontre, il n'en trouvait pas un seul.
Le jeune homme aurait bien voulu demander son avis à Ambros. Mais celui-ci avait l'air encore plus paumé. Alors il mit péniblement en marche les quelques neurones à sa disposition.

« On n'a qu'à faire du bruit ! Ça les attirera peut-être. D'habitude, ils accourent dès qu'il y a le moindre signe de vie. »

Et sans attendre la réaction de son camarade, il cria quelque chose à moitié incompréhensible, qui pouvait ressembler à « Hééé oooooh, venez vous battre si vous êtes des objets ! ». Bonne idée, fausse bonne idée, ou plan à la con ?

Résumé:
Striky réfléchit (applaudissez-le) et décide de faire du bruit pour attirer les objets. Il crie alors quelque chose sans vraiment articuler.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Aoû - 1:46
Le membre 'Striky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'10faces' : 6
avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Aoû - 19:55
A côté de vous, tout le long du mur, une tâche. Une énorme tâche noirâtre, molle mais pas visqueuse, se détache de son socle après avoir entendu les « insultes » de Striky. La tâche le « regarde » mais n'a aucun « geste » agressif, elle se penche juste à peine au dessus du super-héro.

Sérieusement, ce plan Striky, ce plan...
avatar
Invité
Invité
le Mer 5 Aoû - 1:00
Quand Striky proposa de faire du bruit pour attirer les objets, Ambros ne put s'empêcher de sourire. Il se souvenait que son ami était un inconscient, tout à fait comme lui, et que c'était certainement pour ça qu'ils s'entendaient bien. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre.

Mais à vrai dire, quand il vit le super-bleu passer réellement à l'acte, le sourire se transforma en légère grimace. C'était le genre de situation où les plans fonctionnaient un peu trop bien, et où l'on se retrouvait à courir pour échapper à la horde qu'on venait d'invoquer - et de rendre en colère. Il s'en souvenait parce qu'il avait essayé, lui aussi. Dans ce monde où Max était en vie et où il courait dans la plaine pour aller lui chercher son petit déjeuner. Des choses avaient changé depuis.

Après avoir hésité - parce que, peut-être que Striky pouvait même battre les hordes d'objets, ou qu'il avait préparé des pièges pendant la nuit  - et finalement opté pour la prudence, il se dirigea fermement vers le jeune homme au ruban rouge, dont il tira le haut d'une main afin d'arrêter le flot de paroles.

« Mauvaise idée, on va.. » commença-t-il, sur un ton presque grave.

On va… attirer un objet. Ou, par exemple, une tache noire géante, détachée de son mur pour venir admirer de plus prêt le visage de Striky. C'était un peu tard pour faire la remarque. Lorsqu'il notifia la présence du premier ennemi de la journée, gigantesque et effrayant par ses ténèbres, Ambros recula bien plus vite qu'il avait avancé. De quelques bons pas en arrière.

Et comme il avait oublié de lâcher Striky, il l'avait emporté dans l'opération. Outre l'étranglement probable, et si son camarade était encore en vie, cela pouvait passer pour une tentative de sauvetage. Pour ce dernier point, l'intéressé ne s'en était pas rendu compte, puisqu'il avait aussitôt relâché sa prise et saisi sa fameuse lance à deux mains. Arme pointée vers la forme sombre, prêt à se jeter dessus comme un bourrin, et pourtant aussi confiant qu'un bambin sur des montagnes russes.

Fallait-il attendre que Striky donne un nouveau plan génial ? Fallait-il le voir, comme avec Moumousse, exécuter une superbe et lumineuse acrobatie ? Ou, parce qu'il s'était dit après ce discours qu'il allait être utile au moins pour ceux qu'il aimait bien, allait-il courir en premier ?

Un rapide souvenir du jour 2 revint comme une bulle de savon qui éclate.
Depuis quand réfléchissait-il ? Ils ne connaissaient qu'une seule technique.

Celle qui consistait à foncer à deux dans le tas et à réfléchir après, puisqu'un super-héros ne pouvait pas fuir et un idiot non plus. Deux guerriers, encore moins.

« On fonce et tu l'attaques par derrière ? Euh… »

Il regarda la bête et se demanda si une gigantesque tâche noire pouvait avoir un "par derrière". Quelques secondes d'intense réflexion jusqu'à finalement décider que ce n'était pas important. Et que, très certainement, Striky savait. Il lui faisait confiance pour éluder le questionnement.

Résumé+HRP:

Résumé : Après réflexion, même Ambros trouve que le plan de Striky est totalement inconscient et stupide, alors il essaie de l'avertir.. un peu trop tard, puisque la tâche est déjà là. Par réflexe, il recule de quelques pas (emportant Striky, dont il avait saisi un bout de col pour attirer son attention, RIP) et pointe sa lance vers le machin. Après avoir réfléchi à une "stratégie" il propose de lui foncer dessus et que Striky attaque par arrière après.
Pardon pour la longueur inutile, j'ai besoin de développer un peu des trucs qui ne servent pas l'action ;;
(Et oui, messieurs dames, au jour 14, Ambros réfléchit)(Un peu)(à la traîne)
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 7 Aoû - 2:04
Pour une fois, Striky était sûr que rien ne pouvait mal aller. Il était très fier de son idée. D'ailleurs, il entendit Ambros se rapprocher dans son dos. Il allait sûrement venir crier avec lui pour attirer les objets.

« Mauvaise idée, on va.. » lâcha Ambros en lui attrapant le col, avant de s'interrompre.

En effet, ne grosse tache noire venait d'apparaître en rampant sur le mur d'en face.
Hum. Peut-être que crier n'était pas une si bonne idée après tout.

Ambros recula, tirant Striky avec lui. Celui-ci faillit lui faire remarquer que ça faisait UN PEU MAL, mais il se dit, dans un soudain éclair d'intelligence, que si le bruit était ce qui avait attiré la créature, il valait mieux la fermer pour l'instant.
Alors que le jeune homme essayait tant bien que mal de connecter ses trois neurones -l'éclair d'intelligence qui l'avait investi était déjà de l'histoire ancienne-, son camarade intervint.

« On fonce et tu l'attaques par derrière ? Euh… »

« Mais oui ! Super idée ! »

Et sans plus se poser de questions, il raffermit sa prise sur sa fourchette avant de s'élancer. Il contourna rapidement la tache sans prendre garde à ne pas faire de bruit -il avait la mémoire courte. Celle-ci ne réagit pas, continuant à ramper calmement dans la même direction, à savoir Ambros, en l'occurrence. Bien. Elle ne pourrait pas s'échapper.
Il brandit sa fourchette et l'enfonça de toutes ses forces dans la tache ... qui poussa un barrissement de corne de brume. Striky sursauta si fort qu'il en lâcha sa fourchette, qui resta bêtement plantée dans la chose.

« Ah bah ça ... elle va attirer encore plus d'objets ... » lâcha le jeune homme sur un ton dubitatif, incapable de décider si c'était une bonne chose ou non.

Résumé + HRP:
Striky approuve le "plan" d'Ambros et contourne la tache avant de planter sa fourchette géante dedans. La seule réaction de la tache est de pousser un cri qui rappelle une corne de brume.

Je pense qu'Ambros arrivera à l'achever en un post, donc tu pourras lancer le dé o/


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Lun 24 Aoû - 17:13
« Mais oui ! Super idée ! »

Même quand c'était Striky qui le lui disait, il restait malgré tout sacrément sceptique. Mais puisqu'il n'y avait pas vraiment d'autre solution, il serra ses mains moites autour de ce qui lui servait de lance. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vraiment affronté d'objet (il avait plus assisté au triomphe héroïque de Striky contre le pamplemousse géant) et son courage avait entre temps été défoncé à la mitraillette. Il observa son ami planter la fourchette dans la tâche géante. Et fut heureux d'avoir une fonction auditive dégradée.

« Ah bah ça ... elle va attirer encore plus d'objets ... » déclara Striky, comme si ça n'était qu'une remarque parmi tant d'autres possibles. Une remarque qui laissait malgré tout présager qu'ils pouvaient avoir des ennuis de façon imminente. Ambros se rapprocha de lui et planta avec force (ou du moins, avec toute la force dont il était capable) sa lance dans la tache, espérant qu'elle ne crierait pas plus et crèverait. S'il était possible de tuer une flaque de couleur vaguement mobile. Barf. Ne réfléchissons pas trop.

Après plusieurs agressions, le sombre et féroce ennemi finit par se craqueler à l'endroit où il avait planté sa lame. Et c'était un peu la même chose du côté de la fourchette, dont le coup avait transpercé la molle épaisseur. Ce n'était.. pas plus difficile que ça ? Avant que d'autres objets ne débarquent, Ambros entreprit d'appliquer la fameuse tactique du gruyère - après l'avoir brièvement expliquée à Striky -, tactique qui consistait à donner des coups partout pour voir si ça faisait aussi des trous.

Ce truc ne pouvait pas le tuer, ni faire du mal à Striky. Alors ça devenait facile. À mesure qu'il achevait la pauvre bête - si c'était vraiment une bête.. mais il avait choisi d'écraser du pied tout questionnement à ce sujet, de toute façon il fallait sécuriser le clocher -, sa prise se resserrait davantage. Lorsqu'ils eurent, assez rapidement, transformé la tache en masse informe, celle-ci finit par s'écrouler et se répandre à même le sol.

« On a réussi ! » s'exclama-t-il comme s'il s'agissait là d'une surprenante et prodigieuse réussite.

Peut-être bien qu'il n'était pas fait pour se battre. Mais ils avaient pu le faire une fois. C'était assez pour le faire sourire un peu.

Même pour une courte durée, puisqu'il lui suffit de se retourner vers les alentours du clocher pour constater que la prédiction de Striky était juste…

HRP / résumé:

J'ai abrégé la fin pour ne pas faire de gigantesque pavé, en considérant que Striky ferait soit comme Ambros (la tactique du gruyère) ou le regarderait / discuterait, tout ça, mais rien d'extravagant comme crier partout. La tache a pu faire du bruit, j'ai pas précisé.

Résumé : Ambros hésite un peu et est plus sceptique que pendant les 13 derniers jours - qu'a-t-il mangé ce matin ? - mais finalement fonce sur la tache, lui assène un coup, puis plusieurs autres quand il constate que ça fait de l'effet. Après des coups répétés un peu partout, la tache est K.O, mais.... (et je relance le dé)
avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 24 Aoû - 17:13
Le membre 'Ambros Hummer' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'10faces' : 9
avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Aoû - 2:18
Attirés par les cris de la tâche, une boîte à camembert, arrivant aux genoux de Striky, s'approcha de la scène à l'aide de ses 5 petites faux qui lui servent à la fois d’agrafe pour tenir ses côtés faits d'étoffe de lin, et de pied. Contemplant le cadavre de la tâche, la boite, encore fermée jusqu'alors, ouvrit la bouche et commença à manger le cadavre.

Le dé a pitié de vous...
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 30 Aoû - 15:56
Ambros vint à sont tour tâter de la tache avec la pointe de sa lance. Et comme Ambros avait toujours de bonnes idées -nous nous garderons de faire le moindre commentaire-, il s'empressa d'expliquer sa tactique au super-zéro qui, ravi de pouvoir faire étalage de sa puissance, le rejoignit dans sa tache, euh, sa tâche.
En quelques coups de fourchette -Hum...- et de lance, la tache s'effondra sur elle-même et alla mollement s'écouler sur le sol, comme n'importe quelle encre.

« On a réussi ! »

Striky tapa dans la main d'Ambros, tout en se faisant la remarque qu'ils formaient vraiment une super équipe. A ce rythme, ils auraient sécurisé les environs en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "camembert".
Comme s'il avait entendu les pensées de Striky, une boîte à camembert montée sur pattes apparut au coin de la rue. L'adolescent en resta comme deux ronds de flan. Il en avait vu, des monstres ridicules et absurdes, mais là ... c'était juste à la fois totalement insignifiant et sans la moindre classe. Si encore ç'avait été de l'Emmental. Mais non.
La boîte se pencha, pour autant qu'une boîte puisse se pencher, sur les restes de la tache qu'elle commença à avaler goulûment.
Striky ouvrit la bouche.
La referma.
Il hésita quelques secondes avant de purement et simplement écraser la boîte sous son talon. Puis il se tourna vers Ambros avec un air d'incompréhension.
Dans ses yeux, on pouvait lire :

« Du camembert ? Vraiment ? »

Résumé +HRP:
Striky aide Ambros à trouer la tache, puis lui tape dans la main (à Ambros, pas la tache) en signe de victoire (je suppose qu'Ambros est consentant ET NON CETTE PHRASE N'EST PAS LOUCHE). L'arrivée de la boîte à camembert l'étonne, mais il se contente de l'écraser sous son pied.

HRP: je me suis dit que ça valait pas vraiment le coup de prendre encore deux posts pour un monstre de cet acabit, donc je l'ai direct éliminé, et relancé le dé (en espérant que ça sera un plus gros morceau krkr)


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 30 Aoû - 15:56
Le membre 'Striky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'10faces' : 9
avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 10 Sep - 18:58
Trois griffes, une en caoutchouc, une en plastique et une en mousse se présentèrent face à eux. Ou plutôt face aux deux cadavres désormais empilés. Reliées par une sorte de mécanisme en fil de coton, elles commencèrent à se "disputer" [Comprenez par là qu'elles bougent vivement, à essayer d'empaler l'autre sans réussir] sans faire attention aux deux larrons qui faisaient la même taille qu'elles.
avatar
Invité
Invité
le Ven 11 Sep - 19:51
Ça devenait... bizarre. Enfin, on pouvait dire sans se tromper qu'Ambros avait une mauvaise mémoire, surtout pour les choses les plus importantes, mais il avait difficilement pu oublier les treize derniers jours. En particulier les deux premiers, c'est-à-dire ceux où il avait le plus morflé. Et.. là, présentement, tout était trop facile. Il n'était pas devenu super fort au point que tout autour de lui devienne à ce point expédié - et Striky non plus, malheureusement. Alors pourquoi à chaque fois qu'il s'inquiétait un peu, il ne se passait rien ?

De nouveau frustré par cette réflexion, il fronça des sourcils en dévisageant les griffes qui s'entretuaient à côté d'eux. Leur taille était assez impressionnante, mais il était presque déçu de ne pas les voir se jeter sur lui pour le découper en rondelles… Pas comme si c'était difficile, en plus.

Une minute plus tard, après avoir joué au piquet et s'être demandé s'il fallait faire quelque chose ou pas, il fit quelques pas pour contourner les griffes et enjoignit Striky à le rejoindre. Plus près du clocher, plus loin de leur point de départ.

« On continue ? Ça s'ra plus intéressant là-bas. »

Il était sûrement masochiste.
Mais il ne voulait plus que ce monde se paie sa tête, pour ce qu'il en restait.

HRP:

Résumé : Ambros se plaint que c'est trop facile, ou plutôt trouve que la situation est bizarre. Alors il propose d'aller dans un coin plus dangereux pour que ça soit plus intéressant, par pur suicide !
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 17 Sep - 22:12
Striky jeta un regard noir aux trois griffes qui s'entretuaient. Il se sentait personnellement offensé de ne pas être leur cible principale. C'était louche, d'ailleurs. Malgré tout ce qu'il prétendait, Striky avait bien conscience qu'il n'était pas si fort que ça. Du coup, il ne comprenait pas pourquoi cette mission était aussi ridiculement facile.
A moins que ... A moins qu'Averroès ne les ai envoyés, en toute connaissance de cause, dans le coin le moins dangereux de la ville ? Peut-être que derrière ses airs brutasses et son regard froid, le Cyantifique rebelle avait un coeur ?
... Striky secoua la tête. Impossible.
Il fut ramené à la réalité par son coéquipier.

« On continue ? Ça s'ra plus intéressant là-bas. »

Il indiquait la direction du clocher. Striky hocha vigoureusement la tête.

« Mais ... on ne ferait pas mieux de se débarrasser de ça, d'abord ? » demanda-t-il en pointant les griffes du doigt.

Résumé:
Striky accepte la proposition d'Ambros, et demande s'il ne vaudrait pas mieux éliminer les griffes d'abord (assisté, va).


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Sam 19 Sep - 11:35
Pourtant, Striky n'était pas d'accord avec lui. Et si Striky trouvait plus judicieux de "se débarrasser de ça d'abord", même s'il ne brillait pas toujours sur son génie tactique (ce qui était logique, les supers-héros n'ont pas de tactique, et puis c'était la raison pour laquelle Ambros et lui s'entendaient si bien), c'est que c'était potentiellement la chose à faire.

Il regarda les trois griffes toujours en pleine bataille. Ce n'était pas certain qu'ils arrivent à les battre. Après tout, elles avaient leur taille.
« Ok. » déclara-t-il, considérant que réfléchir ne servait à rien et qu'ils pouvaient toujours fuir après.

Avisant leur ennemi, il mit sa lance en position et regarda son coéquipier.
« T'es prêt ? »


Résumé : Ambros écoute Striky et lui demande s'il est prêt.
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 19 Sep - 22:03
« Ok. » lâcha Ambros, avant de viser les griffes.

Après réflexion, Striky n'était pas sûr que c'était une bonne idée. Plus ça allait, et plus il se disait que ça allait forcément finir par mal tourner. Comme disent les Shadocks, "Plus ça rate, plus ça a de chances de réussir". Autrement dit, plus les objets les rataient, plus ils avaient de chance de réussir. Et Striky se demandait s'ils ne forçaient pas un peu leur chance.

« T'es prêt ? »

Striky leva sa fourchette. Il ne pouvait pas se dégonfler devant Ambros. Devant personne, en fait. Il repoussa sa réflexion au fond de son cerveau.

« Prêt. »

Il s'apprêta à se jeter sur une des griffes, lorsqu'un grand fracas retentit.

Résumé+HRP:
Striky se met en position aussi.
HRP : Du coup, je lance le dé à nouveau, hein. En espérant qu'on aura pas un objet minuscule, parce que sinon Cydna risque d'avoir du mal à justifier le grand bruit xD


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 19 Sep - 22:03
Le membre 'Striky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'10faces' : 8
avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 19 Sep - 22:18
Derrière Striky, un carillon à vent tinta. Tinta violemment. Il faisait presque autant de bruit qu'un orgue dans une église. Pourtant, les tubes supposés être métalliques et creux étaient remplacés par des os. Des os humains ? Des os d'animal ? Qui sait ?
Toujours est-il que ce bruit arrêta net les 3 griffes qui continuaient encore à se battre. Elles se retournèrent et fondirent sur les deux hommes. A moins que ce soit sur l'instrument nouveau venu, désormais accroché sur le héro bleu, tout en continuant de tinter.
avatar
Invité
Invité
le Dim 20 Sep - 19:23
« Prêt. »

Et juste après ça, alors qu'ils s'apprêtaient à fondre tels deux valeureux guerriers sur leur cible, l'Esquisse vint leur jouer un tour. Un son sinistre, assourdissant, interrompit cette bataille qui n'avait pas commencé. D'un côté, les griffes que le sifflement avait énervées - de l'autre, un carillon à vent dont les branches osseuses s'enfoncèrent dans le dos de Striky.

Ils n'auraient peut-être pas dû rester, finalement.. C'est ce qu'il pensa, tandis que la griffe en plastique se jetait sur lui par surprise. Maladroit, il donna quelques coups de lance approximatifs avant de subitement changer de tactique et de direction.

« Bouge pas ! »

Parce que sa priorité, c'était d'aider Striky comme il le pouvait.
Lâchant sa lance, il se jeta sur le dos de son ami et tira - de toutes ses forces - le carillon vers lui pour qu'il se décolle et que Striky soit libre de ses mouvements. Mais c'était plus dur. À dire. Qu'à. Faire. Il ne s'était pas posé la question de pourquoi des os étaient aussi bien accrochés, ni de si ça allait marcher. Il ne se posait jamais aucune question.

« Prrresque.. » ragea-t-il, tandis que le carillon se débattait comme un forcené et qu'à côté de lui, la griffe en plastique - dont il se défendait à l'occasion avec un bras - lui faisait coucou.

Il tira un dernier coup sec. Puis recula tout d'un coup, l'instrument de malheur fermement emprisonné dans ses bras. Qu'on se le dise, Ambros était heureux d'être à moitié sourd, pour cette fois-là.

Et maintenant, Striky pouvait montrer à quel point il était génial. Parce qu'il pouvait facilement vaincre les griffes, n'est-ce pas ?
Quelle candide et douce illusion de lumière...

Spoiler:

Résumé : Ambros panique un peu et se dit qu'ils auraient dû partir, se bat un peu contre la griffe en plastique et se jette finalement sur le carillon pour retirer celui-ci du dos de Striky. Il galère, c'est un peu long, mais il arrive finalement à s'en tirer. Et laisse à Striky le soin de s'occuper du reste parce qu'il est forcément génial.
(N'oublie pas éventuellement de ramasser la lance /crève)(parce qu'avec une fourchette)

avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 3 Oct - 19:09
Striky se boucha les oreilles et voulu se tourner vers la source du bruit. Il n'en eut pas le temps.

Une douleur intense dans son dos le mit à genoux et pendant quelques instants, un voile noir s'abattit devant ses yeux.

« Bouge pas ! »

La voix d'Ambros le ramena à la réalité. La dure réalité.

« Prrresque.. »

Il ressentit à nouveau une vive douleur, puis un liquide chaud coula dans son dos. Et ce n'était pas du chocolat.

Il n'eut même pas le temps de dire "Aïe" que les griffes lui sautèrent dessus. Striky se jeta sur Ambros avec un couinement de peur et de douleur.

Résumé:
Striky perd connaissance quelques courtes secondes sous la douleur, puis lorsque les griffes lui sautent dessus, il va s'agripper à Ambros en couinant.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Sam 3 Oct - 21:34
Il le savait, pourtant. Il l'avait vu plusieurs fois, et ce n'était un mystère pour personne. Striky, il n'avait de super-héros que le nom et le bandeau rouge. Il était aussi héroïque que lui, aussi prompte à fuir dès que les choses sérieuses commençaient. Ambros croyait en Striky parce que lui avait un idéal. Il représentait quelque chose. Et comme avec Max, il se prenait toujours dans les idéaux, parce qu'ils étaient beaux et lumineux. Mais alors, pourquoi quelque chose d'aussi radieux, aussi idéal soit-il, venait se jeter sur lui ? Il ne. Comprenait pas.

« Tu devrais fuir, Striky.. » marmonna-t-il, pensant pour une fois à voix haute. Parce que ce n'était pas normal, comme situation, et que lui aussi avait peur. Avec le carillon dans ses bras, Striky par-dessus, les griffes qui les encerclaient. Il aurait bien voulu dire quelque chose pour motiver son camarade, mais

Heureusement, là où l'esprit limité d'Ambros voyait une impasse, une certaine chose avait une solution toute trouvée. Réveillé après avoir largement fait la grasse matinée pour ne pas se taper l'ennuyeuse vie de son transporteur, TB n'avait même pas besoin de posséder réellement un cerveau pour comprendre où était son intérêt. Aka, foutre le plus de bordel possible, ne pas se faire arracher par une griffe et procréer.

Lorsqu'il surgit brutalement depuis le dos d'Ambros pour coller une gigantesque claque à Striky dans le but de le pousser sur les griffes énervées, le discours de TB aurait pu être celui-ci : « Ferme-la, et meurs vite fait, qu'on ait le temps de se barrer. Comme ça, l'autre brûlé ira annoncer ta mort à la charmante demoiselle aux bras musclés, ça nous permettra de faire un peu plus connaissance, tu vois. ♫ » Heureusement, il n'avait aucunement en commun la parole avec la main de Cydna.

« P..pardon… » bégaya celui qui était supposé l'adulte du duo, lorsqu'il réalisa ce qui s'était passé, effrayé et complètement incertain sur ce qu'il devait faire. Et de si Striky comprendrait que ce n'était pas lui qui l'avait poussé, surtout.


Spoiler:

PARDON STRIKY JE NE VEUX PAS TE TUER

Résumé : Ambros ne sait pas quoi faire (comme d'hab) parce qu'il est perdu dès qu'il doit agir de lui-même, et qu'en plus Striky est blessé mais ne fuit pas, alors TB -enfin réveillé- décide d'en coller une au super héros afin de le pousser sur les griffes. S'excusant, Ambros reste planté là sans savoir quoi faire. #utilité #courage

avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Oct - 22:33
Cette mission était une erreur. Au fond, Striky le sentait depuis le début. Il n'était pas prêt, il n'était encore qu'on gamin trouillard, incapable de manier une arme correctement. Il n'avait pas la force, ni physique, ni mentale, de faire face. Ce monde essayait de le faire grandir de force, vite, trop vite, et il résistait tant bien que mal. Parce qu'il ne voulait pas. Au fond, son idéal de super-héros n'était qu'un rêve stupide, puéril, qui lui permettait de se voiler la face, de rester encore un enfant. Il était temps de grandir.

En l'espace d'un instant, alors que, poussé lâchement dans le dos par celui qu'il croyait son ami, il voyait se précipiter droit sur son visage une des trois griffes, la lumière se fit dans l'esprit de Striky. Enfin. Il n'était pas un héros. Il n'en serait jamais un. Personne ne pouvait en être un. Personne ne pouvait sauver tout le monde, et certainement un petit imbécile comme lui.

Par un réflexe qu'il n'expliqua pas, Striky tendit les mains en avant, se saisit de la griffe au vol et roula au sol. Avec une grimace de douleur, il se releva, le dos plus douloureux qu'avant. La griffe -c'était celle en mousse-, gisait au sol, tremblotante, n'ayant visiblement pas apprécié d'être écrasé par un adolescent de presque 70kg.

Personne ne pouvait être un héros. Personne ne pouvait sauver tout le monde.

Dans un élan d'adrénaline, Striky se jeta de côté pour éviter la deuxième griffe et se saisir de sa fourchette, tombée au sol un peu plus tôt.

Personne ne pouvait être un héros.

D'un mouvement de bras appris en cours de baseball au collège, il faucha la troisième griffe, l'envoyant voler dans le mur d'en face.

Personne ne pouvait être un héros. Mais on pouvait toujours s'en approcher.

Striky sourit en donnant un coup de fourchette méthodique à la deuxième griffe, qui tomba au combat elle aussi. Enfin.
Puis son sourire se figea. Il se tourna vers Ambros.

« QU'EST-CE QUI T'AS PRIS DE ME POUSSER, TOCARD ??? »

Résumé:
Striky réussit, par un miracle, à se débarrasser des trois griffes, puis se tourne vers Ambros et lui gueule dessus.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Dim 18 Oct - 20:54
Tout lui semblait noir. Intensément noir, comme le trou qu'il « avait à la place de la tête ». Comme l'étendue de ses capacités. Comme la liste des gens qui lui feraient confiance, maintenant. Comme la vision qu'il avait de lui-même. Et que Striky aurait sûrement, n'est-ce pas ? Il ne pouvait pas bouger. Pas l'aider. Pas parce qu'il avait peur des griffes à ce point - il avait vu bien pire, n'est-ce pas ? Et que pouvait valoir sa propre vie ? -, mais plutôt parce que tout était sans issue. Voué à échouer. Parce que Striky ne brillait pas, et que lui-même n'était qu'une ombre creuse. Parce qu'il savait que TB bougerait en même temps que lui, et qu'il détruirait chaque tentative de construction, chaque chose qui lui paraissait s'améliorer. Parce que le meilleur moyen de ne pas tout empirer… c'était de ne pas exister.

Alors quand Striky parvint par un étrange miracle à se relever, il le regarda avec des yeux béats. Inactif. Perdu entre son temps de réaction trop élevé, ses jambes figées, cette lumière qui grandissait et l'irradiait tandis que son propre ami souffrait. Même s'il n'était pas très malin, honnêtement, Michaël se tirait toujours d'affaire par des choses comme ça, parce qu'il était courageux. Parce qu'il n'était pas un trou noir. Parce que même en le « trahissant », on ne pouvait pas le briser. Un peu comme Max, avec le supplément que Striky se souvenait de son nom et qu'il ne disparaissait pas.

Pire encore, il revenait alors qu'il aurait pu le laisser là et partir faire ce qu'il faisait très bien tout seul. Mais regarde, Striky, c'est lui qui t'a poussé. Il est inutile, n'est-ce pas ? Même s'il cherche à t'aider, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un tronc d'arbre dans tes roues. Il suffit de voir ses lèvres mordues, lui-même le sait. Lui-même n'attend que d'être jeté. Il a mal autant qu'il est ravi. Parce que ça fait mal, Striky, terriblement mal, et que tout est déjà brisé. Alors que toi, tu peux prendre les choses à la légère et afficher un sourire, ton « ami » n'y arrive plus. Même s'il fait tout pour essayer.

« D.. dis.. »
Il regardait toujours fixement l'adolescent au bandeau rouge qui venait de lui crier dessus. Puis les griffes derrière lui, tombées, étalées sur le sol. Ce bras hideux qui se tortillait encore dans son dos, prêt à pousser Striky ailleurs s'il le fallait. C'était tentant, de tomber là, de se reposer un peu, de s'agenouiller, d'attendre que le temps passe. C'était tentant, aussi, de tout arrêter, de fuir, de dire qu'il ne pouvait plus et de laisser d'autres faire. C'était tentant, si facile, si bien, d'abandonner ses envies au profit du néant total. Et alors, qu'attendait-il pour l'annoncer ?

« Pardon. » déclara-t-il sobrement, faute de savoir par quoi commencer. Après un nouveau moment d'hésitation, ses cordes vocales vibrèrent à nouveau.

« Je sais pas… où j'en suis.. »
Comme s'il poussait de toutes ses forces pour faire tourner un rouage rouillé, une vieille machinerie n'ayant pas servie depuis des lustres, il allait lentement. Bégayant.

« Toi, tu arrives parfois à être un héros… même si tu es stupide… moi, je veux juste être quelque chose… j'y arrive pas… et même être mort… »

Il baissa la tête. Il savait que ce n'était pas joli à dire.

« J'ai peur de le faire. »

Pourquoi était-il si pitoyable devant Striky, alors qu'l ne pourrait sûrement pas comprendre ? Alors qu'il lui ferait mal, à nouveau, à être encourageant ? Alors qu'il le relèverait pour mieux tomber ensuite ?

« On… arrête là ? » supplia-t-il, ainsi qu'on prononcerait sa dernière volonté.


Spoiler:

Résumé : Ambros regarde lamentablement Striky souffrir, puis s'en sortir, et sans faire quoi que ce soit, comme tétanisé. Lorsqu'on lui crie dessus, il s'excuse en balbutiant et avoue maladroitement à son ami qu'il est totalement perdu, le suppliant de s'en arrêter là
(j'ai supposé que Striky avait notifié la présence de TB, d'ailleurs)
avatar
Personnages : Striky
Messages : 260
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 20 Oct - 21:19
« D.. dis..  »

Striky faillit jeter à Ambros un regard noir, mais son ton de voix l'en dissuada. Visiblement, ça n'allait pas fort, même un idiot aveugle comme Striky pouvait s'en rendre compte.

« Pardon.  »

... Bon, il pouvait bien lui pardonner. Après tout, ce n'était pas comme s'il avait failli mourir (ceci n'est même pas un sarcasme).

« Je sais pas… où j'en suis.. »

Là, Striky commença à vraiment écouter. Ça n'allait vraiment pas bien, apparemment.

« Toi, tu arrives parfois à être un héros… même si tu es stupide… moi, je veux juste être quelque chose… j'y arrive pas… et même être mort… »

Le problème, c'est que Striky ne savait pas du tout comment s'u prendre avec les gens tristes. Mais alors, vraiment pas.

« J'ai peur de le faire. »

À ce point, Striky était prêt à aller fondre en larmes dans un coin. Ou s'énerver pour essayer de secouer Ambros. Au choix. Mais bizarrement, il avait l'impression qu'aucune des deux options n'était une solution.

« On… arrête là ? »

... Ouf, une perche à saisir. Là, Striky savait quoi dire.

« Ouais. Je suis épuisé (il fit un mouvement d'épaule et grimaça) et je crois que j'ai besoin d'être soigné. »

Il jeta un bref coup d'oeil à son compagnon d'armes, sans savoir trop quoi ajouter.

« Oh, euh, d'ailleurs, merci. »

Il désigna le carillon, toujours dans les mains d'Ambros.

« De l'avoir retiré, je veux dire. J'aurais pas voulu garder ce truc. »

Il se dandina un peu, et décida tout simplement d'écourter cette discussion.

« Bon, bah ... On rentre ? »

Joignant le geste à la parole, il prit la direction de la Base, vérifiant juste qu'Ambros le suivait.

Résumé:
Striky répond, puis prend la direction du retour.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum