Lorsqu'on part à l'aventure, il faut en assumer les conséquences ! { Libre}

avatar
Invité
Invité
le Dim 26 Aoû - 0:54
Plushie & LIBRE ♥.
Lorsqu'on part à l'aventure, il faut en assumer les conséquences !


La fraîcheur matinale, la beauté mystérieuse du ciel d'Esquisse, les objets difformes et le vent qui agitait un peu tout... Un début de journée qui s'annonçait prometteuse pour Plushie, qui, le sourire aux lèvres, partit, dès qu'elle fut debout, cabrioler un peu n'importe où.
Elle traînait son fidèle Hare en le tenant par la patte, car le lapin la dépassait en taille - si on comptait les oreilles plus ou moins tombantes.
La petite fille était vêtue d'une chemise blanche bien trop grande qui révélait son corps uniquement grâce au vent que Plushie se prenait de plein front. Elle portait en dessous un petit short qu'on ne voyait pas vraiment.
Ses cheveux qui volaient venaient régulièrement fouetter son visage, et bien qu'elle trouvait cette sensation désagréable, elle ne fit rien pour y remédier. Baillant régulièrement, elle ne parlait pas, car elle n'entendait pas la voix de Hare - qui était à contrevent vis-à-vis d'elle.
Qui plus est, elle n'avait pas trop envie de parler - la fatigue tirait encore ses traits enjoués.
Cette journée aurait pu être parfaite si Plushie ne s'était pas aventurée du mauvais côté.
Parce que la jeune et naïve enfant n'allait certainement pas faire attention.

C'est pour ça que, lorsqu'elle s'arrêta devant une porte en bois massif à double battant, vernie, ornée de poignées plaquées or, agrémentée de gros massifs de fleurs de part et d'autres de la porte - qui n'était rattachée à rien qui soit visible de l'extérieur - et avec des petits oiseaux chantant et virevoltant autour, elle ne fit ni une, ni deux, et l'ouvrit, trouvant ça normal.
A l'intérieur se profilait un long couloir aux murs espacés, et le papier peint, tout ce qu'il y avait de plus charmant, était bleu clair et plein de jolies choses, bonne à manger ou pour jouer flottaient dans l'air ou étaient posé sur le sol du couloir.
La petite pensa joyeusement qu'elle pourrait s'amuser, et n'hésita pas une seconde, ramassant Hare, qu'elle avait posé à terre, et rentra à l'intérieur, contente aussi d'échapper au vent auquel elle avait affaire depuis maintenant un petit bout de temps.
Elle trottina joyeusement sur quelques mètres avant d'entendre la porte se refermer en grinçant, puis s'effacer pour laisser place à un grand mur.
Immédiatement, elle pris peur et tambourina sur le mur en hurlant de tout son saoul. Hare, assis contre un mur, finit par dire :

« Je crois que ça ne sert à rien, Plushie...
- Hare ! On est coincé ! ON VA MOURIIIIIIIIIIR !
- Par pitié, calme toi Plushie... Tu sais très bien que je te protégerai, si besoin est.
- Ah, non ! Tu vas pas recommencer, s'énerva-t-elle. T'es à moi, et je fais de toi ce que je veux. Et je veux pas que tu meures ! (Ses yeux se brouillèrent de larmes, et elle les essuya d'un revers de la main)
- Ne t'inquiète donc pas ainsi... Je ne mourrait pas de toute façon, murmura le lapin en se levant sur ses deux pattes. Je vais commencer par t'aider ainsi, tu n'auras plus besoin de me porter ! Et on ferait mieux de chercher la sortie, au lieu de rester plantés là, tu crois pas ? »

Qui plus est, la peluche en avait marre de se faire traîner ainsi lamentablement, bien qu'il sût que cela faisait partie des petits plaisir de la petite fille. Il étira ses pattes avant - le lapin était debout sur les pattes arrières - et tripota nerveusement ses oreilles.
Il avait visiblement transmis sa nervosité à Plushie, qui était complètement crispée. Elle avançait doucement, méfiante, puis pris la patte de Hare et courut jusqu'au bout du couloir en fermant les yeux.
Grossière erreur. Déjà d'une, elle se cogna contre un mur en métal, dont les clous sortaient d'une façon pas très attrayante, et de deux, la lumière avait baissé, et elle n'y voyait plus grand chose, et elle entendait des bruit de collision. Prenant peur, elle bifurqua à droite - la main toujours refermée sur la patte de sa peluche. Tremblante de peur et de stress, elle rentrait dans presque tout les murs. Elle se prenait aussi divers objets, et aussi portait-elle des griffures et des hématomes infligée par les choses qui l'agressaient - elle courait et plissait un peu les yeux, de peur que quelque chose ne les lui crève, et donc ne les voyait pas vraiment.
A bout de souffle, elle finit par s'effondrer aux sol, plaçant sa peluche au dessus d'elle, tentant de se cacher avec. Repliée sur elle même dans sa torpeur, elle n'entendit même pas l'individu approcher...

Spoiler:
Bon, c'est un peu nul désolée, mais je me met dans le bain avec le caractère de mon personnage aussi o/.


Dernière édition par Plushie le Ven 9 Nov - 23:09, édité 1 fois
avatar
Messages : 577
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 9 Nov - 23:06
Pauvre Plushie.

Si innocente, avec son lapin en peluche. Si triste. Si seule. Alors que tout près, tout près, si près, ILS sont là. Et ILS sont assoiffés de douleur, ne se nourrissant que de cette sensation. Oui, cette petite ferait la victime idéale. ILS sont partout autour d'elle. Des oiseaux aux yeux rouge sang et au plumage nacré constellé de taches rouges et noires. Lorsqu'ils ouvrent leurs becs effilés, l'on peut apercevoir les petits crocs avides de douleur. ILS sont prêts à se jeter sur elle.

Dans ce monde la solitude peut être fatale. Irez-vous la sauver ?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum