[Observatoire détruit] Faire le ménage, c'est canon !

avatar
Invité
Invité
le Sam 22 Aoû - 22:47
Il n’était jamais facile de sortir Ji-Sung de son antre d’où s’échappaient toujours de délicieuses vapeurs. Chaque jour, il s’affairait dans sa belle cuisine en évinçant de ses répliques sèches quiconque osait s’en approcher de trop près. On ne dérangeait pas celui qui s’occupait de nourrir au moins une trentaine de personnes chaque jour, avec pour seule aide un cyantifique totalement barré – de son point de vue – qui lui amenait toujours des aliments plus bizarres les uns que les autres, et quelquefois le pâtissier fleur bleue – comme ses cheveux – et l’autre type avec trois bras – pratique. Bref, ça ne cassait pas trois pattes à un canard – laqué – mais il fallait bien avouer que c’était une bonne raison pour ne jamais croiser les couleurs affriolantes du ciel d’Esquisse.

Mais lorsqu’il entendit parler d’une possible attaque de la Base, Ji-Sung prépara frénétiquement des plats froids, faciles à faire et à manger, avant de se poster devant le bâtiment. Quelque chose l’avait interpellé, et ce n’était non pas la vie de tous les dessinateurs, non – parce que c’était Ji-Sung quand même – mais bien celle de certains et il s’agissait évidemment des plus jeunes. Il craignait avec horreur que l’un d’eux se fît blesser, ou pire, à cause d’une malheureuse défaillance de leur bastion déjà assez bancal à son goût… Néanmoins, puisque ce monde semblait toujours avoir l’intention d’être contre lui, la mission lui fut donnée par le seul élément féminin des rebelles. Et la simple idée d’obéir à une gueuse en blouse blanche lui donnait des nausées.

Mais ce n’était pas le pire, oh non. L’Esquisse avait toujours les moyens de faire pire que ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Comme cette blondasse au sourire niais insupportable et aux manières d’autant plus insupportables. Rien qu’en la voyant débarquer comme une fleur – elle sentait la rose à des kilomètres, Ji-Sung avait frémi d’angoisse. L’affaire promettait d’être plus compliquée qu’elle ne l’était. Il avait dû se retenir très fort pour ne pas implorer Marie Curie – très différente de celle qu’il avait vue à l’école – de recaler cette mégère au casting. Mais elle n’en avait rien fait. C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent là, comme deux abrutis, au milieu des débris de l’observatoire. Un fatras comme il n’en avait jamais vu. Et l’autre psychopathe à dreadlocks avait laissé passer ça ? S’il avait su, le détenteur du savoir viril serait resté dans sa cuisine.

Sans regarder la femme aux cheveux jaune paille, il désigna d’un mouvement sec du bras, le doigt pointé, un endroit opposé à celui qu’il allait déblayer.

« Tu commences là. » lâcha-t-il sans préavis.

Sitôt dit, Ji-Sung, simplement armé d’un balai et d’une pelle, se rangea dans son coin pour commencer à… eh bien, à faire le ménage. Un étrange sourire vint se coller à ses lèvres. Une fois de plus, il allait prouver qu’il était bien meilleur qu’une femme dans une activité qui lui était soi-disant destinée. Et ça, c’était quand même un sacré bon point.

Résumé:
Ji-Sung demande sèchement à Misa de commencer à déblayer un coin le plus éloigné possible de lui, puis commence à balayer énergiquement, bien décidé à la surpasser.
avatar
Invité
Invité
le Dim 23 Aoû - 14:57
Pronto!
 
Ah, qui aurait pu mieux rêver ? Qui aurait pu mieux tomber ? La tâche est parfaite, mon embaucheuse bien aimable, ma partenaire idéale ! Déambuler dans les couloirs de ce lieu pour répandre ma bonne humeur n’était rien face à cela, l’utilité ! Ce beau sourire que je ne cessais d’arborer, il risquait bien de manquer un temps à ces pauvres gens, mais au moins j’en ferais profiter ma charmante seconde en compensation…
 
Quel était son nom déjà ? On ne me l’avait pas dit, et du long de notre trajet, je n’avais rien demandé, ne voulant pas partir dans une série de questions se concluant sur la marque de son dentifrice pour une première rencontre. Je ne connaissais que le nom de peu de personnes ici, à savoir le mien et celui de plusieurs de ces cyantifiques… Marie Curie, celle qui nous a envoyé tout balayer, c’est ça… ? Je me demande si elle aime les pommes… C’est si bon, les pommes !
 
Mais si on répare ce canon, c’est bien pour nous défendre, et pas seulement pour satisfaire la passion technologique de Marie… ? La question ma traversait l’esprit comme un rien tandis que nous arrivions enfin à l’observatoire, après plusieurs minutes de marche et de notes chantonnées entre mes lèvres. Quel bazar…
 
« Tu commences là. »
 
Hm ? Je n’avais pas entendu, ou plutôt, pas écouté, car je n’avais pas non plus porté la moindre attention à l’endroit qu’elle pointait du doigt. Hein, il aurait fallu ? Mais, regardez, ces murs –ce qu’il en reste- sont trop choupinous ! Quand le ménage sera terminé, je ferais sans aucun doute de cet endroit mon antre ! Mais, pour l’instant, tandis que ma camarade nettoyait de son outillage, j’en pris presque une mine attristée quelques secondes, me prononçant d’une petite voix.
 
« C’est criminel… »
 
Criminel de s’en être prit ainsi à cet endroit ! Les malfaiteurs en payeront le prix fort… Et… Et je repris subitement mon visage resplendissant de joie, me dirigeant au pas de course auprès de ma partenaire pour, non loin d’elle, me pencher et sortir de la base d’une haute pile de gravats instable un morceau de mur affaissé, morceau sur lequel se trouvait un dessin enfantin si, si…
 
« Regarde! Kyaaaaah, c’est trop mignon~ ! »
 
Et je frottais du bout de mes pouces gantés la pierre que je tenais pour en ôter le peu de poussière qui s’y trouvait, restant accroupie là, face à ce tas potentiellement prêt à s’écrouler sans une fondation de sa base à peine retirée. Mais, quelle importance ? J’étais bien trop absorbée...
 
Résumé:
S’étant rendue à l’observatoire avec Kim en ayant tenté de ne pas se montrer trop pénible, Misa n’écoute pas ses ordres, et va, juste à côté de sa pauvre partenaire, s’accroupir pour retirer une pierre sur laquelle se trouve un dessin d’enfant, montrant bien son extase sans se rendre compte que la pile dont elle l’a retirée risque maintenant à tout moment de s’écrouler…
avatar
Invité
Invité
le Lun 24 Aoû - 18:24
En entendant les talons de sa camarade claquer dans sa direction, Ji-Sung se crispa, stoppant son geste énergique. Oh, là, ça allait mal se passer. Elle allait vraiment oser faire exactement le contraire de ce qu’il lui avait demandé dans sa délicatesse naturelle ? Fichtre, la voilà qui osait, effectivement. Encore cette atroce odeur fleurie qui lui emplissait les narines. Et elle parlait, maintenant ? Quelle voix stridente, tellement girly… Cela relevait presque de la caricature d’un personnage de drama.

Son regard s’attendrit cependant un instant, lorsqu’il découvrit la trouvaille de la jeune femme. C’était le dessin d’un des enfants, enfoui sous les décombres. Il sentit la jalousie poindre en lui, à la pensée qu’il aurait pu le trouver lui-même. Quel sale parasite, celle-là.

Mais cette pensée fut bien vite déblayée par une autre, bien plus concrète et immédiate : la blondasse avait retiré une pierre de la base de l’amoncellement créé par l’éboulement. Ce qui signifiait que tout allait bientôt s’écrouler. Livide et affolé, Ji-Sung tira violemment par le bras la femme pour échapper de peu aux rocs de tailles diverses qui fondaient sur eux. Lorsqu’ils furent assez loin, le blanc laissa place au rouge vif sur la figure du Coréen. Violemment énervé, il se mit à trépigner et à déblatérer :

« Mais bordel ! T’as jamais joué aux Mikados ou quoi ? T’es au courant qu’on est censés aider à sauver les gens d’une mort potentielle au lieu de nous y plonger ? Mmmff… »

Ji-Sung n’avait plus assez d’air pour continuer, ainsi la flopée de noms d’oiseaux qui allait brutalement agresser la jolie blonde fut stoppée avant même d’être commencée. Les poings serrés et l’œil rouge luisant de hargne, il se retourna pour toiser l’éboulement, marmonnant dans sa barbe inexistante. Bon sang, mais qui lui avait collé une imbécile pareille… Ah oui. Une autre femme. C’était donc bel et bien un complot mené contre lui par quelques harpies inconnues.

Résumé:
Ji-Sung, jaloux de la trouvaille de Misa, l'emmène violemment par le bras lorsqu'un éboulement s'annonce, puis la gronde.
avatar
Invité
Invité
le Jeu 24 Sep - 23:09

Et vlan !

Tout se déroula si vite ! Tirée vers l’arrière par une poigne mystérieuse qui s’empara de mon bras, je fus entraînée assez loin pour échapper à un potentiel danger, ou du moins, quelque chose de ce genre… Mon attrait pour ma trouvaille était bien trop imposant pour que je ne puisse me concentrer là-dessus, bien que ma tête se redressa par réflexe lorsque la force me tira.

Mais, je pu admirer la scène avant que la force ne m’oblige à me retourner vers elle dans son entrain, et alors… Je compris ! J’ai compris…

Je ne pensais pas être la partenaire d’une héroïne aussi… Héroïque ! De son geste plein de bonté, elle m’avait permis d’échapper au funeste destin qui aurait pu m’atteindre… N’était-ce pas magnifique ? C’est une dette. J’en aurais lâché mon merveilleux dessin, si elle ne s’était pas mise à me reprocher quelques broutilles d’un ton forcé et quelque peu énervé –mais certainement héroïque !-.

« Mais bordel ! T’as jamais joué aux Mikados ou quoi ? T’es au courant qu’on est censés aider à sauver les gens d’une mort potentielle au lieu de nous y plonger ? Mmmff… »

Un rappel à l’ordre! Réflexe! Hocher la tête avec un sourire enjoué et un regard affirmatif, check ! Prononcer un petit « hmhm~ ! » d’accompagnement, check ! Et… Mikados ? Elle veut jouer aux Mikados ? Elle se détourne de son objectif ! A mon tour, rappel à l’ordre !

« On doit protéger des innocents, on a pas le temps de jouer aux Mikados ! »

Posant alors rapidement mon trésor à ses pieds en m’accroupissant, je me redressais tout sourire et le regard pétillant, mains sur les hanches. Son héroïsme déteignait déjà sur moi, je le sentais !

« Veloce, affrettiamo noi ! »

Ces paroles suivies d’un nouveau hochement de tête remplissant les mêmes conditions que le précèdent, je couru sans plus tarder vers les décombres récemment écroulées, prête à jeter tout ce que je pouvais en direction de l’entrée pour dégager le chemin. L’entrain ne m’avait jamais autant habité ! Ainsi, dès lors que mes talons aiguilles furent placés en équilibre entre plusieurs gravats, je me penchais, puis, victorieuse, me redressais.

« Nyaaaah, regaaaarde~ ! »

J’avais agrippé à pleine mains un oreiller jaune à la forme étoilée, le plaquant doucement contre mon visage souriant suite à mon cri d'exaltation pour en humer la douce odeur que la poussière n’étouffait que peu.

Si…

Si triste…


Résumé:
Misa prend les paroles de Kim comme un rappel à l’ordre, et lui rappelle à son tour qu’il faut s’y mettre (pensant à tort que Kim souhaitait jouer aux Mikados). Ne laissant aucun temps de réponse, elle file vers les débris pour commencer à déblayer, et, l’instant d’après, crie à nouveau en découvrant un oreiller jaune en forme d’étoile qu’elle apporte au bas de son visage.

HRP:
Un mois......... ça m'en fait du retard pour une quête lancée avec tant d'entrain! Vraiment désolé pour ce retard, mais la rentrée passée, je compte bien ne pas le réitérer!
avatar
Invité
Invité
le Ven 25 Sep - 14:04
Ji-Sung s’était toujours demandé ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête des femmes – même si son apparence n’avait en rien changé son comportement – mais il devait bien avouer que celle avec qui il se trouvait lui donnait encore plus de fil à retordre mentalement. De mauvaises langues diront qu’il n’en fallait jamais beaucoup pour faire court-circuiter son cerveau – certainement à raison – mais quand même… Le fait d’avoir failli mourir écrasée sous des débris n’avait pas choqué plus que ça la blonde. Elle semblait même plutôt contente d’elle, en plus d’avoir un léger problème de compréhension. Bordel, elle pensait sérieusement qu’il voulait jouer aux Mikados dans un endroit aussi sordide ? Cette mission commençait vraiment mal. Et puis, quelle idée de se balader en talons aiguille…

Finalement, Ji-Sung se demandait si le plus intelligent ne serait pas de la laisser crever, sélection naturelle oblige. Il pourra toujours prétexter un accident, étant donné que l’observatoire y était propice… Bien évidemment, il ne ferait jamais une chose pareille. Il était plutôt du genre à menacer de vous coller un pain avant de s’en aller progressivement, tout en menaçant encore et encore, sans jamais passer à l’action. Il se contenta de la fusiller du regard alors qu’elle avait déjà le dos tourné. La paume de sa main claqua contre son front lorsqu’elle se remit à s’agiter dans tous les sens, sans même un regard vers le haut pour voir si l’incident n’allait pas recommencer. Jamais le cuisinier n’avait trouvé le temps aussi long. Il déplorait aussi le fait qu’elle semblât Italienne. Comment l’une des plus grandes nations de la cuisine pouvait engendrer pareil fléau ?

Un nouveau cri strident de la jeune femme le crispa violemment. Qu’est-ce qu’elle avait trouvé, encore… Ah, ça par exemple, c’était important. On aurait pu croire que ce coussin jaune en forme d’étoile appartenait à Ziza, mais il savait qu’il valait mieux qu’elle n’ait pas cela entre les mains. La mine boudeuse, Ji-Sung s’avança vers elle puis répondit froidement :

« C’est une munition. Un boulet de canon de la marque Esquisse. »

Il marcha encore vers elle, la frôlant presque, pour continuer à fouiller.

« Possible qu’on trouve d’autres choses en fouillant par là. »

Cela impliquait qu’il n’avait d’autre solution que de l’avoir dans les pattes pendant qu’il travaillait. C’était contraignant, mais d’un autre côté, il était plutôt fier. Fier de mener la danse et de montrer une fois de plus sa supériorité.

Résumé:
Ji-Sung informe froidement Misa de la nature de sa trouvaille avant de continuer à fouiller au même endroit.
avatar
Invité
Invité
le Jeu 29 Oct - 0:16
Ce coussin, si mignon, une… Munition ? Mais, c’est… C’est…

Aucune odeur métallique, cette chose brûleraient sous la poudre… Un coussin… Une munition ?

C’est une merveille ! Des armes si douces et moelleuse, si scintillante, rien ne pouvait être mieux pour étendre notre paix aux objets, leur envoyer un message ! Des boulets de plombs seraient bien trop destructeurs et froids, quelle horrible vision… Ce canon, nous devions le réparer ; son maintien prenait maintenant tout son sens, je comprenais qu’il ne s’agissait pas que d’une défense, qu’il en découlait de plus que notre unique survie à tous ! ... En était-ce seulement le cas?

« Possible qu’on trouve d’autres choses en fouillant par là. »

C’était un ordre, oui ! Mon esprit subissant le déclic de cet appel au travail, mon nez se décolla de l’adorable étoile, et je manquais alors de tousser face à la poussière fraîchement soulevée que j’avais bien vite oubliée… Mais l’infime geste de recul qui accompagna ce retient eut bien plus de conséquences. En équilibre sur les débris, ma maîtrise des danses à talons n’avait pas suffi à me maintenir droite ; mon escarpin glissa sur la pierre, et moi avec !

Cependant, bras déployés, cabriole réalisée et petit cri poussé, j’avais réussi à me stabiliser au pied de la pile, tenant mon coussin étoilé à bout de bras. Pensait-on qu’on allait aussi facilement réussir à se débarrasser de moi, Ah, aucune chance, pas avec la nouvelle aura héroïque qui m’entourait !

Et je me retrouvais silencieuse et immobile, le regard perdu dans le vide, un court instant…

Mais, les héroïnes regardent-elles le ciel étoilé pour se détendre ? Ces étoiles, ces coussins, ne sont-ils pas une même chose, à une différence d’échelle près ? Ces cheveux rougeoyants étaient-ils naturels ? Est-ce un œil de verre, ou bien… Des enfants, si adorables, venaient-ils souvent ici ?! C’est pour notre protection, oui ! Mais, quel âge avait-elle ? Et il avait un sourire si charmeur, était-il prince ? Un sachet de thé suffit-il vraiment ?

« C’est un œil de verre… Sous ton cache-œil ? »

Je lui tournais le dos après avoir prononcé ces mots dans un entrain à peine plus faible, sans avoir perdu mon expression antérieure. Si naïve…

La question avait fusé, qu’aurais-je pu y faire ? Puis après tout, il n’y avait mieux pour faire plus ample connaissance que d’en apprendre plus sur les blessures des précédents combats d’une telle héroïne ! Me raconter ses périples pouvait aussi la ravir et la mener à une certaine nostalgie digne de ses récits ! Il fallait que je prenne note au sein de mon esprit du moindre de ses mots ! Et pour ce faire, je me baissais, toujours dos à elle, faisais mine de farfouiller au sol après avoir déposé non loin mon adorable coussin...

Effetto... Dramatico~ !


résumé:
Manquant de trébucher mais réussissant à se rattraper au dernier moment, Misa est prise d’une infime et inoffensive poussée de politykïte qu’elle n’a en rien le temps de contrer. Tournant donc le dos à Kim et farfouillant le sol, Misa demande tout de même sans gêne et spontanément si ce qui se trouve derrière son cache-œil est un œil de verre.
avatar
Invité
Invité
le Jeu 3 Déc - 20:02
Décontenancé, Ji-Sung regarda sa "camarade" s'extasier devant le coussin étoile. Elle était sourde ou quoi ? N'avait-elle pas compris que ce truc était aussi dangereux que mignon, et qu'il pouvait potentiellement lui exploser à la tronche ? Non pas que ça le gênât vraiment, pour sûr... mais il n'avait pas vraiment envie de se coltiner le ménage tout seul. Ou alors, avec un larbin... euh, un comparse plus utile.

Ji-Sung déblaya quelques pierres et les posa à côté de lui pour déblayer la salle. Son regard se posa de nouveau sur la blonde. Qu'est-ce qu'elle faisait, encore ? C'était pas le moment de jouer à l'équilibriste ! Un coup à se déboîter la cheville inutilement.  Dieu du ciel, avait-on déjà inventé pire comme nana ?  Darwin - celui de la Terre - avait dû se tromper... Quoi que. La dame s'était rattrapée, quand même. Du haut de ses talons de trente centimètres - ou instruments de torture - c'était presque louable. Presque. Fallait pas pousser.

Le jeune homme tiqua lorsqu'une question fusa. Quoi, son œil ? Mais qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ?

« J'sais pas. » répondit-il, glacial. « Qui sait, c'est peut-être une porte vers le monde merveilleux des bisounours ? »

En fait, il n'avait jamais enlevé son cache-œil. Il avait essayé une fois, sans succès. Comme si le bandeau était indissociable de son visage. Alors il avait pris l'habitude de ne voir que d'un œil, d'avoir constamment ce foutu angle mort. Malgré tout, il s'habituait à son nouveau corps. Il pouvait se toucher sans avoir envie de vomir. Il n'avait pas le choix, de toute manière. Jamais l'Esquisse n'était encline à le laisser tracer sa voie.

Ji-Sung sursauta lorsque sa main empoigna un objet en mousse, lequel émit au même instant un horrible cri entre le cri du coq et les jérémiades d'une starlette de télé-réalité. Il recula et trébucha sur un pavé laissé par terre, avant de tomber mollement sur les fesses. Bordel.

« Je sais pas ce que c'était, mais sûrement pas le canon... »

Il reporta son regard sur la blonde. Il se demandait s'il était possible de faire diminuer le QI de quelqu'un en mettant en avant sa propre niaiserie.

Résumé:
Ji-Sung trouve un objet inutile. Surpris par le bruit de ce dernier, il recule, trébuche et tombe par terre.
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum