[Armurerie] Ça passe ou ça casse ...

avatar
Personnages : Striky
Messages : 252
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Nov - 17:09
Description a écrit:À l'image de la Base militaire, l'Armurerie a quelque chose d'impressionnant quand on prononce son nom ; c'est la perspective d'y trouver des armes en tout genre afin de se défendre contre tout menace. Ses placards gauchement remis en place, son sol carrelé rendu propre, tout pour retarder la désillusion qui vous attendra lorsque vous constaterez que tout n'est pas si facile. Ce pistolet, ne tire-t-il pas des crustacés ? Et cette hache, pourquoi est-elle en mousse ? Un petit conseil avant de vous servir : essayez tout ce que vous trouvez, au risque de faire face à une grande désillusion le moment venu…


« Armurerie, nous voilà ! »

Striky ouvrit la porte d'un coup de pied et entra dans la pièce en conquérant.

« Ici, on va forcément trouver ce qu'on cherche. »

Il se remémora les paroles de Marie. Il leur fallait trois armes de distance réparables ... Striky jeta un coup d'oeil dans la salle.

« Un javelot ça compte, tu crois, comme "arme de distance" ? Ou c'est pas assez efficace ? »

Résumé:
Striky entre dans la pièce et demande si un javelot c'est bien ou pas.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Dim 22 Nov - 17:39
« Armurerie, nous voilà ! »

Par réflexe, il avait regardé à 360° pour voir si personne - surtout Artémis - n'était dans les parages. Auxquels cas, il aurait certainement attrapé le bras de Michel pour fuir le plus loin possible. Très loin. Parce qu'il était presque certain qu'ouvrir les portes en les défonçant du pied n'était pas une bonne habitude et que, définitivement, personne n'aimerait les voir entrer dans l'armurerie. Ce qui pouvait se comprendre.

Tout comme son ami, Ambros était sûr qu'ils allaient trouver ce que la femme mate aux cheveux violets leur avait demandé. Enfin, la cyantifique, mais il avait davantage retenu ses couleurs que l'appellation du groupe qui pourtant était au centre de l'attention depuis la veille. De toute façon, il l'avait bien vu au regard du grand type, lorsqu'ils étaient revenus du clocher, ces personnes étaient comme le reste du monde qui les considérait déjà en boulets.

Il commença à regarder un peu partout et se rapprocha de Striky lorsque celui-ci l'interpella. Il avisa le javelot en question et en déduit une conclusion.. plutôt évidente.

« Pas pratique. » déclara-t-il sèchement, sans vraiment expliquer pourquoi. Si lui se doutait qu'un javelot ne pouvait être utilisé qu'une fois, et surtout que c'était lourd, c'était bien inutile de redire ce que l'autre devait forcément savoir aussi.

Il regarda non loin de leur position à la recherche de quelque chose qui pourrait être plus utile. Finalement, il attrapa un pistolet assez gros qui avait la particularité de devoir être tenu à deux mains, puisqu'il possédait deux poignées. Et aussi deux détentes. Ce qui, pour un objet esquisséen, était parfaitement banal… mais il avait de magnifiques motifs zébrés sur le dessus.

Et ça, ça faisait totalement la différence.

« Ça ? » demanda-t-il en montrant la chose à Striky, sans oser avouer qu'il le trouvait joli.

Par réflexe, il avait levé l'arme, afin de la tester en direct contre un mur, mais le visage d'Artémis lui était apparu comme une sorte de screamer monstrueusement effrayant. Presque en sursautant, il l'abaissa et attendit que Striky dise quelque chose.

Résumé:

Résumé : Ambros suit Striky, se rappelle vaguement des cyantifiques, dit que le javelot c'est pas pratique et montre à Striky un super pistolet zébré qu'il veut tester avant de se rappeler que cela équivaut à signer son arrêt de mort.

avatar
Personnages : Striky
Messages : 252
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Nov - 21:55
« Pas pratique. »

« Ouais. T'as raison. Et puis c'est pas classe. »

Striky commença à fouiller un peu dans les armes, excité comme une puce. Avec un peu de chance, il en trouverait une sympa dont il pourrait se servir. Même si la fourchette géante était déjà assez cool, et facile à manier.
Ambros sortit une espèce de double pistolet à rayures de zèbres plutôt moche.

« Ça ? »

« Ah ouais, mais faudrait l'essayer d'abord. Parce que s'il fonctionne, Marie va nous taper ... »

Résumé:
Striky approuve le choix d'Ambros et propose de le tester.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Lun 23 Nov - 22:26
Il avait mis quelques secondes à réaliser que c'était ça, le but de leur nouvelle mission. C'était qu'il avait suivi son ami sans trop savoir où il allait, du moment que ce n'était pas au milieu des objets - il n'en voulait plus vraiment pour la journée. Il fallait des choses qui ne marchaient pas. Ce qui au final, et c'était plus simple, revenait au même que de dire qu'il fallait trouver ce qui marchait, comme d'habitude.

Par contre, Striky était génial, il avait réussi à retenir le nom de leur interlocutrice. Très franchement, ce n'était pas son cas. Il avait un léger problème avec les noms, hein Michel ?

Quoi qu'il en soit, il acquiesça sobrement et se dit - sans en fait part - qu'ils allaient de toute façon faire un tas et tout jeter dehors pour tester. Dehors, loin des personnes raisonnables.

« Faut prendre tout ? » demanda-t-il de façon un peu brouillonne, sans préciser qu'il s'agissait bien évidemment de tout comme "l'intégralité du pourcentage d'armes étant potentiellement de distance dans le total d'armes présentes au sein de cette pièce". Striky comprendrait.

Spoiler:

Résumé : Ambros est d'accord, trouve Striky parfait et propose de prendre un tas d'armes de façon parfaitement sous-entendue.

avatar
Personnages : Striky
Messages : 252
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 23 Nov - 22:53
« Faut prendre tout ? »

« Oui ! Je te laisse commencer, je vais chercher de quoi tout transporter ! Je reviens. » lança Striky à son coéquipier avant de se ruer hors de la salle, motivé.

Il avait déjà sa petite idée en tête et se dirigea vers le garage. Là, il jeta un coup d’œil aux véhicules. Il lui fallait quelque chose de petit et si possible discret ... Dans lequel on pouvait entasser des objets ... Huuuum.

Il arrêta finalement son choix sur une sorte de brouette flottante. Bon, certes, une brouette ce n'était pas forcément la classe absolue. Mais c'était parfait pour transporter les armes. Et puis, non seulement elle flottait au lieu de rouler mais en plus elle était ... rouge et bleue. Striky y vit un signe du destin.
Très content de sa découverte, il s'en saisit et retourna aussi vite que peut se faire dans l'armurerie.

« Ambroooooos, j'ai trouvé ! » cria-t-il à l'intéressé.

Résumé:
Striky part au garage chercher de quoi transporter les armes, et revient avec une brouette lévitante bleue et rouge.

HRP : On peut considérer qu'entre le moment où il quitte la pièce et celui où il revient, il s'est écoulé 1 quart d'heure ? Peut-être 20 min. Quelque chose comme ça.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Lun 23 Nov - 23:38
Et il s'était barré au quart de tour. Honnêtement, il aurait préféré l'accompagner, ne serait-ce parce que la pièce lui rappelait des souvenirs.. qui faisaient un peu mal. Et que Striky le savait sans doute aussi, puisque c'était ce jour-là qu'ils avaient vu Max.. Enfin… C'était ce jour-là qu'Ambros était tombé sans jamais réussir à faire autre chose que ramper misérablement au fond du trou.

Alors quand il avait senti que les minutes passaient sans pouvoir les compter, il s'était dit que la prochaine fois, il suivrait Michel quitte à paraître stupide. La géométrie de la pièce se déformait dans les angles, et ça devenait presque flou de regarder tout en ramassant quelques armes qui trainaient ici et là. Il avait entre autres récupéré une adorable catapulte miniature et divers canons aux formes ambiguës, même un lance pierres. Se connaissant, il en avait sûrement oublié la moitié, mais à une moitié de plus ou de moins..

Quand Striky débarqua en fanfare avec la super brouette (il fallait avouer qu'Ambros était un grand fan de brouettes, bien qu'il n'ait pas pensé à proposer celle du jardin qui aurait été plus rapide à ramener) toute de bleue et de rouge vêtue, il aperçut donc un petit monticules d'objets disposés en bordel vers l'entrée de l'armurerie.

« Wow. » déclara subitement celui qui n'avait plus vraiment l'habitude de donner son avis, avant d'aider à embarquer tout le matériel sur leur fantastique (non, franchement, elle était fantastique) navire flottant, puis, au moment où ils allaient quitter la pièce avec le butin, il n'avait pas pu s'empêcher de lui poser une question.

« Tu t'souviens ? »

Non sans le petit air amer qui allait bien. Mais c'était le seul qui pouvait se souvenir, n'est-ce pas ?
avatar
Personnages : Striky
Messages : 252
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 24 Nov - 16:43
« Wow. » lâcha Ambros face au véhicule.

« Pas mal hein ? » se rengorgea Striky, heureux de voir qu'Ambros appréciait la trouvaille.

Les deux compères commencèrent joyeusement à charger la brouette des armes rassemblées par Ambros. A deux, tout va plus vite, et en quelques minutes, ils avaient fini. Striky reprit la brouette en main, prêt à partir vers de nouvelles aventures.

« Tu t'souviens ? » lanca soudainement la voix d'Ambros, amère.

Honnêtement, j'avais essayé d'oublier, pensa Striky. Mais ça ne semblait pas être la bonne chose à dire. Ambros le prendrait mal, non ? Après tout, c'était cet événement tragique qui avait marqué le début de leur amitié.

« Oui. » répondit-il finalement, optant pour la carte de la sobriété.

Résumé:
Striky et Ambros empilent les armes dans la brouette et Striky s'apprête à sortir avec, lorsqu'Ambros lui rappelle la mort de Max. Striky répond le plus simplement possible.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


avatar
Invité
Invité
le Mer 25 Nov - 21:35
Finalement, c'était un peu paradoxal. Car Ambros avait enfin posé une question, mais lui-même ignorait comment il était censé réagir en cas de réponse positive. Est-ce que c'était… bien ? Est-ce que Striky devait se souvenir ? Est-ce qu'il ne valait pas mieux être le seul au monde ?

Il n'y avait pas vraiment de solution facile, alors il considéra qu'il valait mieux sourire. Même si c'était timide. Il n'avait plus que ça, n'est-ce pas ?

Il posa ses mains le long de la brouette. Lui aussi, il était prêt à partir, même s'il ne se rendait pas bien compte du nombre de choses qu'il avait encore à dire.


Résumé:

Ambros sourit et est lui aussi prêt à partir

Par la suite, on considère que nos personnages sont sortis (je, euh, crois ? D'accord ?)

Ce rp se continue >>ICI<<
avatar
Personnages : Striky
Messages : 252
Date d'inscription : 22/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 29 Nov - 18:33
Suite de >>CE RP<<.

Striky ouvrit la porte d'un coup de brouette -preuve qu'il savait innover- et s'exclamant :

« Armurerie, nous revoilà ! »

Puis il décida que c'était bien beau de fanfaronner, mais qu'il fallait aussi être efficace. Il se dépêcha de replacer les armes en état de marche de manière à peu près rangée, puis proposa à Ambros de placer celles, abîmées, qu'il tenait dans ses bras -le pauvre.

Enfin, les deux compères repartirent en direction du hangar où les attendait -sûrement avec impatience- Marie.

Résumé:
Striky ouvre la porte d'un coup de brouette, replace les armes non abîmées, puis Ambros place celles qui sont abîmées dans la brouette. Les deux partent ensuite en direction du garage.


Striky parle en #d44242.



Concours N°3:


Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum