Concours n°7 ■ Les textes libres !

avatar
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 125
Date d'inscription : 08/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 23 Fév - 17:30

Les textes libres


Comme cela est de fait commun, les cyantifiques vivent sur un fuseau horaire décalé de deux jours, c'est pourquoi il n'y a pas le moindre retard. Voilà enfin les textes libres du concours n°7, il s'agit donc à nouveau d'imitations mais celles-ci ont été faites par des joueurs zélés qui avaient envie de s'acharner sur un personnage ♥

Nous n'avons reçu que trois participations, aussi avons-nous décidé de ne pas procéder au vote... mais seulement vous laisser apprécier le spectacle, en essayant pourquoi pas de deviner qui se cache derrière ces participations totalement anonymes.




Thalès



Vous aviez les cheveux de la couleur des feuilles en automne, ou du feu dans la cheminée.
Aujourd'hui, les tiens sont plus blancs que les os d'un cadavre, et tes yeux jaunes plus féroces que ceux d'une bête sauvage.

Aujourd'hui, alors que tu avais toujours fui, encore et encore...
Il a fini par te retrouver.


Aujourd'hui, tu fais face à ton reflet.
Il sourit.
Il tend les mains.
Et il avance doucement. Pas après pas.
Comme vers un animal sauvage. Un animal blessé.
Comme pour ne pas t'effrayer.
Alors que c'est lui qui devrait avoir peur.

Pourquoi fuir ? Ici, la loi du Talion règne. Les forts tuent, les faibles sont tués.
Et il est faible.
Ses mains tremblent.
Il est au bord des larmes.

Les forts tuent...

Alors même si tu vois cette tempête arriver droit sur toi, et même si cela te terrifie, elle te semble si belle...
Que tu as envie de courir vers elle.
Sans aucun retour.



Tu as les cheveux et le teint plus blanc que les os d'un cadavre ; ce blanc pur est à présent taché de sang. Et si tes yeux jaunes rappellent ceux d'une bête sauvage, ce n'est pourtant pas toi la bête ; tu n'es que sa victime impuissante.
Non, il n'y a eu aucun bourreau, aujourd'hui. Que des victimes.

Car, alors que tu avais toujours fait de ton mieux pour éviter la tempête, pour échapper à la morsure du loup...

Aujourd'hui...



Tu

as

perdu.


Al



Toi… ! Tu as osé... !

« He, Cydna... »

Tout ça, c'est ta faute ! Parce que tu l'as toujours poussée !

« Je crois que… J'ai entendu cette voix dont tu m'as parlé. »

Tu es content maintenant, hein ?! Tu as eu ce que tu voulais, hein ?!

« Une belle langue de vipère... »

Maintenant regarde-la ! Regarde dans quel état elle est !

« Tu m'avais prévenu, ahah. Mais c'était pire que dans tous mes pronostiques. »

Tu n'as pas intérêt à détourner les yeux une seule fois !

« Bien pire... »

Je lui avais dit pourtant de se méfier de toi !

« Mais, Cydna... »

Je lui avais dit qu'elle se voilait la face !

« Je crois… Que les probabilités auraient été plus favorables. »

Je lui avais dit que tu allais la conduire là !

« … Si tu l'avais écoutée. »

Maintenant regarde-la ! Regarde son sang se verser pour toi ! Regarde sa vie se vider pour la tienne ! Ancres-toi son image, graves-la à vie. Garde au fond de ta mémoire la moindre parcelle de sa peau rougie, le moindre cheveux blond cassé, la moindre larme versée de ses yeux azur, la moindre griffure sanguinolente qui décorait son corps entier. Parce qu'aujourd'hui, une grande guerrière est morte pour toi.

« Mais, tu sais... »

Je me fiche de savoir ce que tu pensais d'elle.

« Il y avait une chose dont elle avait tord. »

Tu peux la haïr, l'avoir manipulée, je m'en fiche.

« Une chose qu'il ne fallait pas que tu écoutes. »

Mais tu n'as pas intérêt à oublier. Oh non !

« Je t'ai réellement... »

C'est que elle. Elle t'a vraiment…

« Réellement… »

Aimé.

« Aimée. »


Ervin




« Nan mais je rêve… »

Moue apparente sur le visage, regard blasé et bras croisés. C'était l'expression normale d'Ervin Schwarz, à quelques détails près. Ce qu'il fallait lire, en plus de son habituelle tendance à râler, c'était naturellement la surprise soulignée par ses sourcils relevés et le fait qu'Iris venait de lui présenter sa…

« Je te présente ta nouvelle chambre ! » sortit-elle, toute niaiserie dehors.

Sa nouvelle chambre, voilà.

Donc, déjà.

Sérieux, les petites fleurs sur les murs, c'était obligé ? Et la lampe avec des froufrous, là, c'était la seule en stock ou y'avait une vente groupée ? Enfin. Au moins, on avait pensé à mettre une bibliothèque au milieu de ce déluge d'horreurs - ainsi qu'un lit, c'était toujours utile.

Dommage que ce dernier ait le confort d'un tapis de clous. Ervin avait tenté de s'asseoir, et l'essai n'était pas DU TOUT concluant. Elle avait essayé, au moins, avant de foutre ça là ? Ou elle avait consacré ses efforts à chercher des draps avec des petits lapins dessus ? C'était Miss Des-poneys-et-des-arcs-en-ciel, elle avait forcément un sens des priorités vague.

Faute de mieux, il prit place à même le sol, jambes pliée et bras croisés sur les genoux, contre le mur du fond. Il avait plus de chances de dormir comme ça qu'allongé sur ce truc, c'était clair.

De là où il était, il pouvait voir ce qui lui avait échappé jusque là. Un livre était couché sur un étage de la bibliothèque, à côté de quelques papiers et crayons en bordel. Un livre !

« Si c'est encore du Harry Potter, je me pends vraiment. » grommela-t-il, avant de se précipiter sur le précieux objet.

Et ses sourcils se froncèrent sur le titre.
Ce n'était pas du Potter, mais c'était peut-être pire.

« Oh pitié, pas lui. »

Gravé par l'encre, sur le maigre ouvrage, était écrit…

Les Contemplations.
De Victor Hugo, éminent poète romantique. Berk.

Il rejeta un instant l'immondice, avant de se reprendre et de le regarder avec plus d'attention. Ce n'était pas comme si le littéraire avait autre chose à se mettre sous la dent.

Mille détails prouvaient que ce n'était pas le bouquin de Mark, mais Ervin ne pouvait pour autant pas s'empêcher de penser à son frère. Est-ce qu'il était encore avec ce s… scientifique ? Est-ce qu'ils se recroiseraient et rentreraient...

Son regard balaya la pièce.

Dans leur vraie maison ? Est-ce qu'il reverrait sa bibliothèque débordante d'ouvrages ? Est-ce qu'il passerait à nouveau des nuits sous sa lampe de chevet, son exemplaire préféré des Fleurs du mal en main ?

Était-ce parce que tout ça était incertain qu'il avait trouvé ce lit si différent du sien inconfortable ?

Le poëme éploré se lamente; le drame
Souffre, et par vingt acteurs répand à flots son âme;
Et la foule accoudée un moment s'attendrie.


Le livre était ouvert sur ses genoux.

Il entamait déjà le neuvième poème et s'était rapproché de la lampe à froufrous pour tourner les pages suivantes malgré la tombée de la nuit.


avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2563
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 23 Fév - 17:56

Alors puisqu'on peut commenter, je vais absolument pas me priver. 8D
Parce que sur trois participations, que deux me soient dédiées.... Giiiiiih. Déjà, à le savoir, j'étais vraiment impatiente de découvrir tout ça, et j'ai dû me faire violence pour ne pas lire avant d'envoyer le mien.



D'abord Thalès, parce que je fais languir l'anonyme auteur sans lui donner de premier retour. C'EST GENIAL ZDIZDDAILDLZIJILJ Je suis réellement fan, c'est super bien fait, c'est à la fois dans le style de Thalès tout en ayant une dimension.. Je dirais. Plus poétique, plus douce, moins nerveuse ? C'est différent tout en étant parfait. Comme d'habitude, tu fais court mais jamais moins bien, ça s'enchaîne aussitôt, et arrrh je saurais pas le dire exactement mais. ** La mise en forme aussi gère, car elle est bien utilisée eeeet. LA FIN. LA FIN. CETTE FIN EST GENIALE. JE ME REPETE PAS DU TOUT. Puis le fait que comme d'habitude on reste dans l'insinuation de ce qu'il s'est passé, qu'on voit Pytha approcher alors qu'au contraire - jusque dans la narration - on sent que Thalès recule et veut échapper à ce.. qu'il s'apprête à faire. Grawwwwr.
D'ailleurs j'ai aussi appris ce qu'était la loi du talion.

Ensuite, Al, j'ai déjà parlé à l'auteur tout aussi anonyme de ce texte parce que je savais pas qu'on pourrait commenter, mais on va redire. Même remarque que pour Thalès, je suis toute "déluge de capslock", c'est génial, c'est parfait, c'est une forme que j'arriverais pas du tout à utiliser car elle utilise trop de dialogues pour moi mais si jamais Cydna crève sous les yeux d'Al j'aurais presque envie de l'utiliser parce que tu l'as fait si bien. *-* Et puis en relisant, Betty a vraiment un côté... Désespéré... Enfin, elle insulte pas Al comme elle a l'habitude de le faire, elle l'accuse tout simplement, comme si elle était la soeur de la défunte l'accusant d'être responsable. Du coup ça lui donne un côté mignon, en fait, et rappelle que bien qu'elle la critique elle est liée à Cydna. Et puis si Cydna meurt, on suppose que Betty aussi. En tout cas ! J'ai tellement imaginer Al pleurer et essayer de parler tout en parlant, c'était vraiment émouvant, et ça remplace toutes les introspections du monde ♥♥


Voili, voilà, merci à vous deux pour ces lectures, et vous recommencez quand vous voulez ♥♥♥ (bon, du coup, en tant que propriétaire des personnages, j'ai intérêt à faire au moins aussi bien que vous lorsque les deux situations se présenteront... même si je veux en voir aucune des deux T_T)(mais voilà, la pression)


avatar
Invité
Invité
le Mar 23 Fév - 18:05
Ok, on va commenter dans l'ordre pour pas faire de jaloux êê

Bon, déjà je zappe le texte de Thalès (ce faisant, je ne me grille absolument pas)(Non, pas du tout)(chut)

Le texte d'Al... JE PLEURE. SERIEUSEMENT. CYDNA, APRES M'AVOIR FOUTU UNE CLAQUE DANS MES EMOTIONS AVEC LE TEXTE DE TURNER, TU REMETS ÇA AVEC AL ? SERIEUSEMENT.
Bon, je vais me calmer sur le caps lock avant de poursuivre, sinon vous allez me détester. Je vais essayer d'analyser tout ce qui m'a plu, sans rien oublier (attention, je me concentre... Ça y est ! Non je déconne haha)
Alors, déjà. L'alternance entre les paroles d'Al et celles de Betty, j'adore, ça rend super bien, en plus ça ressemble beaucoup à ce que fait Eelis quand elle joue Thalès *w* Pour la fin du texte, c'était vraiment parfait, et j-je /pleure/ Pardon. Le parallèle entre les paroles de Betty et Al, ALors, euh, alors même qu'Al vient de dire que Betty mentait sur ce point, c'est juste... Comment dire. Déjà e fait qu'il y ait un parallèle comme ça, c'est badass, mais ça, ça rajoute un truc. Disons que ça donne vraiment l'impression que Betty se montre tout d'un coup très sincère sur ce point, ce qui est perturbant mais juste. Génial.
Justement, parlons-en, de Betty. Le fait que tout au long du texte elle valorise Cydna, alors que de base elle passe son temps à la dégommer verbalement... On a l'impression que finalement, et malgré tout, elle l'a vraiment appréciée, et qu'elle regrette sa mort (bon, techniquement, si Cydna est morte, Betty aussi, donc ça se comprend qu'elle regrette, mais vous voyez où je veux en venir.)(j'espère.), et ça rajoute encore au drama.
Enfin, ce qui est bien fichu dans ce texte, c'est que j'ai pas vu venir le drama, justement. Enfin, je me suis dit qu'il y allait avoir un truc pas cool, vu qu'Al avait quand même pas l'air à l'aise, mais. Pas à ce point. ET C'ETAIT VIL. JE PROTESTE. Mais pas trop quand même. Hem. Donc ouais, je pense que c'est vraiment dû au ton adopté, qui est assez ambigu (et, of course, au fait que c'est pas dit tout de suite, mais je pense que j'ai pas besoin de le préciser)(ah, je viens de le faire. Anyway.). Comme je le disais, Al a l'air mal à l'aise, mais sans plus, au début. Du coup, ça laisse pas trop penser que Cydna, bah. A pu Cydna. /crève
Bon, je vais m'arrêter là, mais ce texte était vraiment génial **

Ervin, maintenant. Je. Honnêtement, je m'attendais à pire. Surtout après le texte d'Al, haha. Mais du coup c'était trop mignon *w* Ervin tristounet, ça change, je trouve. Ok, bon, c'est parti pour un commentaire plus en profondeur. (Oh et c'est pas parce que je gueule pas que j'ai moins aimé ce texte que celui d'avant, hein. Flippe pas /crève)(... Ciel, je parle comme Cydna)(sauvez-moi)
Bon, alors déjà, je peux t'assurer que tu as super bien joué Ervin (et je pense que je suis la mieux placée pour le dire êê). Sa façon de râler, de considérer Iris... Et puis même l'ambiance générale, on croirait presque un de mes rps (mais mes rps sont moins fournis et plus courts :D).
J'adore comment tu as géré le drama. Non parce que quand tu m'as dit que tu voulais faire du drama, je m'attendais à pire xD C'est un drama tout doux, c'est pas de la vraie tristesse, plus de la mélancolie (je trouve ça affreux, la mélancolie, ça se colle à toi pire qu'une gelée et ça te lâche pas si facilement)(grr). En fait, ce texte est assez subtil, parce qu'à aucun moment il n'est vraiment dit qu'Ervin est triste. Bon, certes, lui faire se rappeler ses souvenirs, ça se voit suffisamment souvent des les films et les livres pour que tout de suite on tilte, mais ça n'empêche rien. Et puis, pareil, on devine que Mark lui manque sans que ça soit dit noir sur blanc. D'ailleurs, le fait qu'il tombe sur les Contemplations, plus que n'importe quel autre livre, ça veut tout dire.
Et puis cette fin... Le fait qu'il continue de lire le livre alors même qu'il a craché dessus quelques lignes plus haut, ça montre parfaitement la mauvaise foi d'Ervin c'est presque comme une métaphore de sa façon d'aimer Mark (il râle mais au fond il le lâcherait pour rien au monde)(non parce que c'est exactement ce qu'il ressent en plus), et je trouve ça adorable ♥️ Ce qu'elle a de bien aussi, cette fin, c'est que dans la façon dont c'est écrit, on voit tout de suite comme un fondu au noir, ce qui clôt parfaitement le texte. C'est parfait **
Pareil, je m'arrête là avant de partir dans un commentaire littéraire >___> Mais en tous cas, j'adore ♥️
avatar
Invité
Invité
le Mar 23 Fév - 18:39
Alors, je n'ai pas la moindre idée des auteurs respectifs de ces textes. Pas la moindre.
(Mais j'ai un peu la flemme de faire des pavés comme les deux du dessus. Désolée. Mais sachez que j'ai quand même kyatté très fort pour les trois textes hihi.)

Alors. Euh. Pour commencer. Thalès. Mon dieu. J'attendais ce texte avec impatience et je ne suis pas déçue. C'est… Gnnnnh. Cette scène. Ça s'approche du style de Thalès tout en ayant un côté encore plus... Imagé ? Comme disait Eelis, il y a un côté poétique qui se dégage de la narration... Ça fait vraiment quelque chose à la première lecture... Bon, peut-être parce que mon personnage est un des principaux concernés mais brrr… J'adore. Et je l'ai déjà relu un certain nombre de fois. ♥♥

Et puis ensuite, Al. Cette scène... J'ai les images en tête, la voix de Betty et celle de Al qui résonne... C'est génial. Pour m'être un penchée sur le personnage de Betty ces derniers temps on se demande pourquoi, c'était vraiment intéressant de retrouver cette vision de Betty... On la voit souvent comme un personnage froid et cynique, mais elle tient vraiment à Cydna... Et la voir s'acharner sur Al de manière aussi désespérée... On s'attache presque à elle. Et cette fin, ces deux derniers mots… C'est parfait.

… Et après vient Ervin, dans un tout autre registre haha… Il reste hum… Ervinesque ? Par contre. Le voir critiquer Victor Hugo m'a perturbée. Lui ? Dire "Berk." pour le chef de file des romantiques ? … Le Mark en moi (je partage le cerveau de Castor donc j'ai le droit de dire ça, oui) s'est insurgé... À part ça, j'ai adoré le texte... (Et j'ai ricané à la mention de Pythagore.) Ervin est adorable. Le voir déprimer en pensant à son ancienne vie tout en lisant les poèmes préférés de son frère... C'est mignon et un peu triste à la fois (un peu... la crédibilité de la scène étant remise en question par la lampe à froufrou).
avatar
Invité
Invité
le Mer 24 Fév - 13:35
Moi, osef, je mets les deux pieds dedans… Enfin les deux roues, qu'importe, et je dis : Je sais qui sont les auteurs… ♥ (Bon, après, Castor m'a littéralement grillée) (c'était beau d'ailleurs) (mais l'émotion toussa) (j'peux pas lui en vouloir… /meurt)

D'abord Thalès ! Que dire ? Cette scène est redoutée pour sa cruauté autant pour Thalès et Pythagore, et elle a été admirablement écrite ! On sent parfaitement bien l'ambivalence de Thalès, qui cherche à fuir son frère qui pourtant s'approche inexorablement. Il recule jusqu'à être au pied du mur, et là, il ne peut plus rien contrôler. On voit effectivement la patte Thalès, avec son style d'écriture mais en plus… Ouais, poétique ? Je ne sais pas tellement… Cette fin et géniale, dans le sens où de toute façon, dans cette folie, ils sont les deux victimes, parce que Thalès n'a pas toujours été comme ça. Bref, j'ai beaucoup aimé cette interprétation, cette manière de le décrire…

Ensuite Al. Très bien écrit, c'est parfait Plus sérieusement. J'ai écris ce texte parce qu'Eelis m'a lancé une idée… Voire un défis ? Et j'ai eu cette narration et ce déroulement en tête presque immédiatement. Je suis ravie que cela vous plaise en tout cas ♥
En vrai, Betty ne l'insulte presque pas là. C'est exactement comme Eelis le dis, elle l'accuse. Elle l'accuse pour la perte de Cydna. Oui, d'un sens ça peut être comme une sœur, de toute façon, c'est un peu le cas. Betty ne dénigre pas Cydna parce qu'elle la déteste, elle ne lui a jamais dit d'ailleurs, elle la protège seulement. Du coup, oui, si elle meurt, elle rejette la faute sur les autres qui l'ont détournée d'elle. Effectivement, si Cydna meurt, Betty meurt mais contrairement à ce qu'elle peut dire inRP, Betty se fiche de mourir ou de ce qui lui arrivera. Au fond, tout ce qu'elle veut, c'est que Cydna vive et c'est pour ça qu'elle gratifie la blonde presque tout le long du texte, elle n'a pas parlé pour elle-même une seule fois. Au fond, Betty est toujours désespérée de voir la blonde se mettre autant en danger pour des gens qui ne la gratifient même pas.
J'me suis éclatée pour cette narration parce que justement, on peut imaginer la situation, la tête, et le contexte dans lequel il prononce ces paroles. C'est à double tranchant d'où ma crainte que j'avais fait part à Eelis. Et oui, Castor, je voulais t'achever.

Enfin, Ervin ! Ce texte est… Génial. J'ai vraiment adoré parce qu'on retrouve un Ervin un peu plus calme, bien que râlant – même temps, j'le comprends là… - on voit aussi une autre facette de lui, avec son attachement pour son frère malgré tout ce qu'il peut en dire. On sent une certaine mélancolie, oui. Il n'est pas triste, il n'est pas désespéré, il repense juste à ce qu'il avait avant et à son frère. Et il lit ce livre qu'il déteste pourtant pour retrouver un peu de ce qu'il n'a plus. C'est mélancolique mais pas dramatique, il n'y en a pas de trop, juste assez pour voir Ervin différemment sans tomber dans le pathos. Bref, ce fut à nouveau une lecture très agréable **

Voilà ♥ En tout cas, c'était bien amusant à faire ♥
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum