Intrigue

avatar
« Vous ne sortirez jamais d'ici. »
Messages : 871
Date d'inscription : 01/06/2012
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.esquisse-rp.com
le Dim 14 Jan - 21:08

Intrigue


Introduction



« Puisque beaucoup de choses ont changé et qu'il convient de les remettre à plat, permettez-nous de résumer le cours des évènements, et par là même de refaire les présentations, afin que chacun d'entre vous aie conscience de la situation présente. »

Nous savons pourtant que cela ne sert à rien. Nous savons qu'ils oublieront, qu'ils ignoreront, qu'ils douteront. Nous savons déjà que tout ce que nous nous apprêtons à dire sera réinterprété par ces quelques esprits qui nous écoutent. Nous relaterons ce qui est et ce que nous avons vécu, mais ils sont déjà hantés par les souvenirs de leur propre passé, par le fantôme de celles et ceux qu'ils ont perdu.

Rien de ce que nous pourrons leur dire ne suffira à en effacer la trace. Et cela n'est pas dans nos intentions.
Malgré tout nous prenons la parole pour donner cette illusion qu'un dialogue est possible.

« Certains d'entre vous vivent peut-être leurs premiers instants dans ce monde, tandis que d'autres - dont nous faisons partie - ne savent plus estimer la durée qu'ils ont pu y passer. La plupart se trouve certainement entre les deux, capable de compter ces jours assez nombreux pour qu'elle ait eu le temps de comprendre où elle est... »

Et trop peu de temps pour apprendre à guérir de ses blessures. Nous sommes si habitués à l'indifférence vis-à-vis des événements qui se succèdent que nous ne pouvons afficher la moindre trace de compassion sur nos visages.

Nous sommes sept à nous tenir devant cette petite assemblée. Un petit groupe, qui fait partie du plus grand ensemble que forment les Cyantifiques.
Vous ne savez pas grand chose sur nos origines, quand bien même nous nous sommes croisés à plusieurs reprises par le passé. Nous avons vécu à l'écart pour mener nos recherches sur l'Esquisse, pour construire nos bâtiments, pour tisser nos propres liens. Certains d'entre nous vous haïssent ou n'ont guère de scrupule à faire de vous les sujets de leurs expériences, sans doute selon une morale et des motivations que vous ne comprendriez pas. Parviendrez-vous malgré tout à percer le motif de nos actions récentes ou de celles à venir ?

« Pour ceux qui font partie de la première catégorie, reprenons les choses un peu en arrière, quand bien même cette histoire n'est pas la vôtre. »

Un jour parmi tant d'autres, dans une Esquisse paisible qui a disparu des souvenirs, une Tempête a déferlé. Ceux qu'elle a épargné, et ceux qui sont arrivés après elle, ont trouvé refuge dans deux lieux distincts, la Base et la Ville. Nous connaissions bien la Base, puisque nous avons participé à sa création. Vous, qui êtes ces survivants, avez profité des armes à votre disposition et avez réussi à survivre, en quelque sorte, pendant une dizaine de jours.

Puis, ce que vous appelez le "Jour 13" est arrivé. C'est ce jour-là que nous sept avons fait votre connaissance, au sommet d'un phare où nous avons décidé de trahir nos frères et soeurs, tels que nous pourrions en quelque sorte les considérer. Nous les avons laissés et nous sommes repartis avec vous, alors qu'ils vous proposaient de les aider pour un acte que vous auriez sans doute regretté, car vous l'auriez exécuté sans en saisir ni les enjeux ni les effets. Pour certaines raisons, nous ne voulions pas laisser cela arriver.

Certains d'entre vous ont certainement remarqué le soin que nous avons pris à ne pas vous en dire plus que nécessaire, ou à rester évasifs sur un certain nombre de questions. Cette position se justifie. Dans votre intérêt, il vous est nécessaire de vous focaliser sur la survie de votre groupe et l'amélioration de vos conditions de vie. C'est pourquoi, au Jour 14, nous vous avons prévenus qu'une attaque sur votre Ville était imminente. Parce que vous n'étiez pas prêts. Dénués d'organisation, inaptes au combat, dépendants des ressources que nous avions accumulées dans la Base il y a longtemps, ignorants à propos de tout ce qui se trouvait autour de vous.

Notre décision de vous prêter main forte peut sembler pour certains être de la compassion, pour d'autres un moyen de servir un but qui va contre votre intérêt. Dans les faits, nous sommes vos seuls alliés face à l'Esquisse et face aux autres Cyantifiques, qui pour certains profiteraient sans mal de votre situation pour précipiter votre destruction.

Mais peu d’entre vous ont su l’admettre, et autant ont prêté attention à nos discours quelle qu’ait été la formulation. En dépit des efforts que nous avions fournis pour vous faire prendre conscience du problème, vous avez passé les quelques jours suivants dans ce que nous pourrions qualifier d'oisiveté, plus préoccupés par vos conflits internes que par votre unité, ou bien captifs d'une peur qui vous paralysait. Vous vouliez faire de cette Ville un endroit où vivre, un foyer à partir duquel vous partiriez explorer l'Esquisse. Tandis que nous vous laissions faire, nous préparions un autre évènement qui était pour nous inévitable.

Notre départ.

En nous rattachant à vous, nous n’avions pas l’intention de nous installer de façon permanente dans cette Ville en ruines.

« Ce jour n'était pas censé arriver si tôt. Pourtant, comme vous devez déjà le savoir, il est déjà derrière nous. Mais il n'aurait pas dû se dérouler ainsi… »

Il serait en réalité faux de dire que nous n'avions rien vu.
Faux de dire que nous n'avions rien prévu.

Cependant, il est préférable de minimiser ce fait, ne serait-ce que parce que vous risqueriez de nous accuser de ne pas avoir empêché le cours des évènements. Et donc de vous avoir laissés mourir.

Et quand bien même vous nous demanderiez des justifications, aucun mot de notre part ne se substituera à ce souvenir.

Au jour 16, la Base a été visitée par les gargouilles qui juste là vivaient dans le Centre Commercial de la Ville. Des Objets animés, mais inoffensifs en apparence, auxquels certains ne prêtèrent pas d'attention particulière. Ce n'était que le début d'une suspicion montante, présente jusqu'à ce que tombe la nuit, en fin de Jour 17.

Tout d'abord, il y avait eu ce tremblement discret qui ébranlait le sous-sol de la Base et se propageait plus discrètement aux étages supérieurs. Les fondations du bâtiment étant instables, il fallait prendre la menace avec sérieux, et surtout en identifier la source. Ceux que le sommeil n'avait pas étreint se réunirent pour débattre sur l’attitude à adopter, mais les opinions eurent à peine le temps de s’opposer qu’apparut à l’horizon la réponse à leur question.

De loin, il ne s'agissait que d'un point qui avançait paisiblement vers la Ville. Un grain qu'on aurait pu confondre avec une illusion, un petit Objet, ou simplement un cil dans l'oeil. Lorsqu'il fut à portée de vue, pourtant, ces hypothèses volèrent aussitôt en éclat.

C'était une masse géante, ronde et bleutée. Grande au point d'amener l'ombre sur la Ville et ses bâtiments brisés, qui semblaient s'affaisser devant la menace. Un titan qui roulait lentement, sans égard pour ce qu'il écrasait sur son passage, fut-ce la Base.

Aux alentours, les Objets étaient sortis des bâtiments et angles morts dans lesquels ils se cachaient habituellement. Leur attitude était captivante, effrayante, absurde, pareille à celle de sujets s'inclinant devant leur roi, ou d’animaux fuyant le cataclysme, silencieux et tournés vers la masse, sans redouter le sol tremblant.
Cela ne dura pas longtemps.

Brusquement, le premier choc, à l'autre bout de la Ville, se fit entendre. Un bâtiment s'effondra, et ses ruines ne suffirent pas à stopper le géant qui continuait de s'avancer jusqu'à le recouvrir. Plus le son se répandait, plus la panique sembla gagner les esprits et les Objets, qui se mirent alors à déambuler dans tous les sens, tandis que les vibrations s'intensifiaient. Le silence laissait sa place au chaos.

Impossible de dire s'ils cherchaient à fuir ou s'ils avaient décidé à l'unisson d'en finir avec la Ville. Seule certitude, ce qui ne serait pas détruit par cette masse le serait par les Objets, ou bien lorsque la Ville s'effondrerait sur elle-même et entraînerait tous les bâtiments dans ses sous-sols.

« Nous avions préparé un véhicule, qui n'est autre que le camion dans lequel nous sommes arrivés jusque là. Avec les ressources que nous avions rapportées et ceux d'entre vous qui nous ont suivi et ont pu échapper aux Objets, nous sommes partis à la tombée de la nuit. »

Vous avez vu la Ville se dérober sous vos yeux, tandis que certains noms manquaient à l'appel. Il est vrai que nous vous connaissons peu, au point de ne pouvoir ni rédiger, ni estimer la longueur de cette liste. Puisque nous ne pouvions arrêter cet évènement, nous avons simplement fait en sorte de sauver les nôtres, puis de proposer à ceux d'entre vous qui le pouvaient encore de nous suivre.

Nous sommes conscients que vous n'avez en réalité, s'il vous restait un minimum d'esprit, pas pu choisir autrement. Rester signifiait mourir. Fuir ailleurs signifiait errer en comptant sur la providence. Nous avions le moyen de transport et la destination.

Cinq jours se sont écoulés.

Les plaines qui environnent la Ville sont longues et vides. Des étendues d'herbe, de terre et de sable qui se succèdent semblent relier de façon aléatoire divers lieux anéantis de l'Esquisse. Comme si les Objets eux-mêmes avaient abandonné cet endroit, ils y sont moins nombreux, mais la fatigue et l’usure font d’aussi redoutables antagonistes, et le voyage n’a été d’aucun répit. Trouver et tracer son chemin dans ce monde et dans ces conditions relevait à première vue de l’impossible, et il est probable que nous ayions mis plus de temps que nécessaire à y parvenir, mais nous avions une destination, des phares pour nous éclairer dans la nuit, et quelques indices qui nous permettaient de nous repérer. Sur ce plan-là, vous étiez contraints de nous faire confiance à nouveau, mais nous étions au même niveau sur bien d'autres.

Nous avons partagé, ensemble, les ressources de manière à ce qu'elles ne manquent pas avant d'être renouvelées lors de nos escales. Nous avons roulé entre le silence pesant, les cris étouffés, les quelques discussions qui permettaient de détendre superficiellement l'atmosphère et nos armes qui quelquefois combattaient les Objets. Notre route croisait parfois celles de voyageurs perdus ou de jeunes âmes en découverte de l'Esquisse, qui pour certains se joignaient à nous. Cela ne faisait que rajouter quelques inconnus, au milieu de personnes qui elles-mêmes ne se connaissaient pas vraiment. Des visages, une poignée de noms, parfois même une vague ligne pour résumer les histoires de chacun. Et pourtant nous partagions le même sort.

Les choses sont-elles bien différentes maintenant que nous sommes arrivés à destination ? Quelque chose est-il susceptible de changer depuis que nous sommes arrivés devant ce bâtiment dégarni, aux allures de laboratoire abandonné duquel n'émane que le souvenir d'un lointain passé pour certains, de mystères dévastés pour d'autres ?


« Cet endroit est celui que nous occupions avant cette Tempête, qui nous a contraints de nous déplacer. Bien qu'ayant subi des dommages, il nous permettra d'accumuler des ressources tout en garantissant notre sécurité. Par ailleurs, nous pourrons utiliser les informations que contient ce lieu, afin notamment de déterminer et de préparer le départ vers notre prochaine destination. »

Combien de jours verrons-nous passer entre ces murs ? Nous n'en sommes nous-mêmes pas certains. Les ressources du laboratoire ne sont pas une raison suffisante pour s'y éterniser ou pour espérer y reconstruire quoi que ce soit.

« Nous projetons de quitter cet endroit dès que nous aurons retrouvé ce que nous y cherchions, rassemblé quelques ressources supplémentaires et restauré un semblant d’organisation dans la communauté. »

Sans quoi nous ne parviendrons à rien. Nous sommes encore trop loin de ce que nous cherchons. Trop loin pour agir, trop loin pour engendrer ou pour empêcher quoi que ce soit. Et bientôt, il sera également trop tard pour y parvenir. Pour l’instant, nous n’avons pas plus que vous les moyens de sortir d’ici ou de mettre un terme à ce calvaire. Nous ne pouvons qu'attendre et vous laisser embrasser l'illusion en doutant de nous, incapables de comprendre pourquoi le silence est pour l'instant la seule réponse que nous pouvons vous apporter, dans votre intérêt comme le nôtre.

Si vous acceptez cela, si vous parvenez à fermer les yeux et à nous suivre encore quelques temps, peut-être vous donnerons-nous des réponses ou les moyens d’en concevoir par vous-mêmes.

Explications



Ces petites explications visent à clarifier ce qui s'est passé et les points essentiels à prendre en considération lors de la création de vos personnages. Elles seront divisées en trois étapes, dans l'idée que vos personnages peuvent être arrivés pendant l'une de ces trois périodes.

Avant l'exode


♦️ Concernés : tous les personnages qui étaient présents à la V11 (*clin d'oeil aux anciens membres*) et tous ceux qui seraient arrivés avant le Jour 18.
♦️ Résumé rapide : Les personnages vivaient dans la ville ou dans la Base avec les cyantifiques rebelles, jusqu'à la nuit qui a suivi le Jour 17. Un petit tremblement de terre a alerté ceux qui étaient réveillés, jusqu'à ce que, progressivement, tout le monde étant à peu près dans les environs soit averti. Assez rapidement, la cause se trouve être une "boule" géante et mobile qui a commencé à ravager la Ville. Les fondations de la Ville étant instables (risque d'écroulement total) et les Objets complètement affolés (ou enivrés, selon l'interprétation) par la situation, la meilleure solution était de préparer le départ, afin de ne pas risquer de mourir avec la cité en ruines…
Le départ a eu lieu à la fin du Jour 18, ceci afin de laisser le temps aux cyantifiques de rapatrier un peu de monde vers le véhicule qui a permis leur fuite (et qu'ils avaient préparé à l'avance, car anticipant de quitter un jour la ville) et surtout d'aller chercher quelques ressources pour survivre en route.

♦️ Parmi les ressources emportées, on compte quelques armes, de la nourriture récupérée dans la Base et des objets utiles (récipients divers, couvertures, matériel de premiers secours et d’exploration…). Il est possible que votre personnage ait emmené ce qu'il jugeait personnellement utile ou important, dans la mesure du raisonnable (un petit sac, par exemple).

♦️ Pour aller chercher ces ressources, il vous aura probablement fallu éviter, combattre les Objets, vous épuiser en courant, vous écorcher en glissant… Les blessures les plus superficielles sont rapidement parties, mais il est possible que votre personnage conserve (ou non) des traces de ces affrontements.
♦️ En plus des séquelles physiques éventuelles, les séquelles psychologiques sont importantes à considérer. Beaucoup de personnes sont mortes, soit de façon explicite (tués sous vos yeux par un objet…) soit de façon implicite (disparus dans le chaos de la scène, et pas présents au départ…), dont certaines que vous connaissiez probablement de près ou de loin. L'évènement a été difficile à vivre et le départ s'est fait dans une ambiance particulièrement pesante.

Voyage et arrivée au labo


♦️ Concernés : Tous les personnages arrivés avant le jour 18 et ceux qui ont été recueillis sur le chemin du laboratoire.
♦️ Résumé rapide : Les personnages embarqués dans le véhicule des cyantifiques traversent les plaines hostiles de l’Esquisse en direction de leur vieux laboratoire. Sur le chemin surviennent quelques péripéties mineures : ils affrontent quelques Objets, invitent plusieurs dessinateurs errants à se joindre à leur groupe, récupèrent des choses utiles par-ci par-là, etc.
Le voyage a duré cinq jours, de la nuit du Jour 18 jusqu'au jour 23.

♦️ Le véhicule dans lequel s'effectue le voyage est une sorte de grand camion. Il est conduit par les cyantifiques, qui se relaient tout en surveillant l'éventuelle apparition d'objets, tandis que les personnes se regroupent à l'arrière, s’asseyant sur les quelques sièges restants, des caisses, des sacs rembourrés ou des objets lourds, voire à même le sol si nécessaire. Le moyen de propulsion du véhicule repose sur la combustion d’un mélange de sable et d’encre traité selon un procédé connu seulement des cyantifiques. Si le sable est une matière première facile à se procurer, l’encre sera une ressource plus périssable qu’il vous faudra régulièrement récupérer au cours des quêtes.

♦️ Au cours du voyage, les dessinateurs, pour la plupart en état de choc, sont menés à reconsidérer leur estime envers les cyantifiques. Le fait d’être confrontés à eux pendant plusieurs jours d’affilée pour ceux qui les évitaient jusqu’ici et leur implication dans l’organisation de ce départ sont autant d’arguments pouvant peser des deux côtés de la balance pour les dessinateurs les plus dociles comme les plus récalcitrants.

Et maintenant…


♦️ Concernés : Tous les personnages.
♦️ Résumé rapide : Vous êtes arrivés au laboratoire à la fin du Jour 23, peu avant que la nuit ne tombe. Quelques discussions rapides ont pu être échangées entre deux déchargements, et vous avez pu commencer à investir les lieux. Afin de résumer la situation, les cyantifiques ont fait une rapide réunion d'information, bien que la relation avec eux soit toujours ambigüe.
Comme ils l'ont annoncé, le laboratoire n'est qu'une escale et le voyage reprendra sitôt que "le plein" aura été fait vis-à-vis de plusieurs ressources (comme la nourriture, les armes, mais pas que) et que l'organisation se sera améliorée.

♦️ Afin de vous faire participer et visualiser l'avancement en temps réel de ces ressources, cette partie de l'intrigue se présente sous la forme d'une Quête principale qui est en quelque sorte un "tableau de bord". Le sujet se trouve par ici et sa lecture est indispensable ! (ainsi que, si cela n'est pas déjà fait, le sujet concernant le système de jeu.)
♦️ Pour la description précise du laboratoire et des informations connues à son sujet, nous vous invitons à lire ce sujet. Sa prise en compte en RP est également essentielle.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum