Derrière le Laboratoire

avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 20 Jan - 19:48

Derrière le Laboratoire



À l'arrière se trouve un bassin qui semble avoir été jadis plein d'un liquide épais et argenté dont il ne reste que quelques flaques dans son fond. Tout autour, prenant leurs racines dans cette terre aride, les troncs courbés, coupés ou arrachés d'arbres au bois turquoise attestent la présence de ce qui était sans doute une forêt luxuriante avant la Tempête.


Pour en apprendre plus sur cet endroit, vous pouvez participer à la quête qui lui est dédiée.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Fév - 14:49


Le voyage avait été long. Très long. Plein de cahots, de murmures, de gémissements. Plusieurs jours qui avaient semblé s'étirer comme du bitume et vous engluer mollement mais sûrement. Beaucoup d'informations implicites, suggérées, et finalement une ambiance fort pesante.  

Si pesante que le Loup avait eu tout sauf envie de rester encore ne serait-ce que quelques heures de plus dans ce Camion suffocateur, avec ces gens abstraits. Ces humains inconnus, avec une histoire, un vécu au sein de ce monde. Lui n'avait ni l'un ni l'autre. Enfin si, ça y est, il avait ses premiers disparus à pleurer, chouette ! Il progressait merveilleusement bien ! Non vraiment, s'il revoyait encore une blouse de Cyantifique, il allait refermer sa mâchoire sur quelque chose de mou, de chaud et de vivant. Si possible en rapport avec la foutue Cyance.

Mais le convoi s'était enfin arrêté. Il y eut de gros cahots, quelqu'un trébucha sur une caisse, et puis la mielleuse lumière jaunâtre du ciel était apparue. Le nouveau venu avait bien compris déjà que si certes il allait être plus long cet arrêt, il n'était ni le premier, ni largement l'avant-dernier. Il avait laissé passer au-dehors les deux trois ahuris récupérés en route et nourrissons de l'Esquisse, s'étant déjà exclu avec un dédain naturel de cette dénomination, mais s'était quand même précipité au-devant du paysage, histoire de ne pas se laisser une chance de réaliser ses desseins cyantivores.

Là, il s'était arrêté quelque instants pour contempler le Bâtiment qui s'offrait à sa vue. Et puis était parti uriner. Non, franchement ce bâtiment n'avait rien de bien exceptionnel. Il était grand voilà. Avec foule de trucs utiles, sûrement. Il allait aussi avoir foule d'humains idiots ou dépressifs à l'intérieur, bientôt. Au moins, le dernier dépressif idiot qu'il avait croisé, il avait eu le goût de passer son temps à mitonner de belles histoires. Ceux-là avaient passé leur temps à pleurer. Non qu'il manquât de compassion, mais sérieusement, passez des heures et des heures dans la pénombre avec ces gens, entassés entre du bazar incompréhensible et du bordel indescriptible, et en fond sonore leurs lamentations futiles, et vous allez voir !


Le Loup s'étira longuement, non sans lâcher un couinement de délectation. Cela faisait sacrément du bien, l'air pur. Mais bon, il n'avait pas été repêché pour ses compétences à respirer ou arroser les souches. Et en brave canidé, on devait attendre de lui quelque chose plus comme  trouver magiquement la trace d'une source inépuisable de nourriture ou sauter droit dans le danger pour un quidam. Bref.

La bouffe à volonté, cela lui allait. Il se mit à marcher lentement, le museau allant de droite à gauche. Si l'un de ces abrutis l'espionnait, il croirait volontiers qu'il fait son pseudo-boulot de toutou. Et puis tout sauf aller sauver les fesses d'un idiot incapable de survivre un minimum seul.
Ces fichus arbres sentaient faiblement la peinture, un peu à la manière d'une maison neuve, quand on s'en approchait. Et il y en avait partout. Des coupés, des pas droits.... Beaucoup de coupés et pas droits.
Heureusement, l'arrière du Laboratoire se montra vite, et avec lui un mince répit. Le Loup se frotta le nez au sol, espérant distraitement enlever cette odeur légère mais persistante. Bon, ici, personne n'allait venir l'embêter avec de quelconque obligations. Il s'assit.

Non, ça n'allait pas. Son lupin postérieur était dérangé par un maraud de caillou. Et ici ? Un autre caillou. Et là, une traîtresse souche. Que ce monde était cruel !
Le noble fainéant s'enquit du nouvel élément qui s'offrait à ses yeux un peu plus loin : un bassin, vide de surcroît. Enfin si on exceptait les restes argentés qui croupissaient sur le fond.

Y aller ou ne pas y aller, telle était la question. Y avait-t-il pour le corps plus de noblesse à endurer les souches et les cailloux de ce lieu inconnu, ou à se défier de lui pour mettre frein à une marée d'ennui ?
S'asseoir... réfléchir, c’est tout ;... Calmer enfin, peut-on dire, dans le repos les horribles affres de solitude des autres.
Quelle conclusion de cet arrêt du Camion serait plus logiquement souhaitée ?
S'asseoir... se reposer, être au calme ! Manger peut-être ! C’était là le hic. Car, échappé des liens sociaux, et si, dans ce bassin abscons, il lui arrivait un malheur ?

Ho, et puis tant pis ! Le Dessinateur posa une patte contre le rebord du bassin, laissant les flaques refléter sa face poilue.

Résumé:
Médor en a (déjà) marre des autres et profite de l'arrêt pour aller derrière le Laboratoire, bien décidé à ne rien faire.


Dernière édition par LicornePouèt le Mer 21 Fév - 13:47, édité 1 fois
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Fév - 15:52
Dans le reflet des flaques, tout est gris et brillant. Même la couleur du Ciel qui les éclaire y paraît cohérente. Mais de ce fidèle miroir, il ne reste que des fragments dispersés. Par endroits, ce sont des taches argentées de quelques centimètres de diamètre, juste assez d’étendue pour y contempler ses yeux atterrés. Autour, seulement des gouttes, parfois aussi épaisses que larges. La source du seul semblant de beauté dans ce lieu semble tarie. Il n’en reste plus que le fond, flétri de motifs grossiers dans sa couche pierreuse lui donnant l’air d’un cadavre frappé jusqu’à l’os.

Sur le bord de ce bassin à l’agonie, du sable, de la roche, et des sortes d’oursins manifestement décidés à vous empêcher de vous asseoir où vous le souhaitez, ainsi qu’un déchet noir laissé de l’autre côté des lieux. Entre quelques aiguilles rocheuses gît également un seau cabossé et rempli des gravats minéraux qui composent le paysage. Enfin, disséminés tout autour, les troncs courbés et ceux brisés des arbres turquoises achèvent de désoler l’ambiance sur ce semblant d’oasis.


Le décor est posé. À toi de choisir ce que tu veux en retourner.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 21 Fév - 13:46



Le Loup se fixa, passant de gouttelettes bombées en petites flaques argentés. Il avait un beau poil, de ce qu'il pouvait en apercevoir. Il se retrouva rapidement à scruter l'autre côté du bassin sommaire, et, apercevant une forme noire à son abord, préféra arrêter l'exercice de modestie.  

Plus globalement, son lieu d'intérêt n'en avait pas tellement. Du sable, des éperons rocheux traîtres. Seules touches de fantaisie, un récipient posé là sans fioriture et ce suspect tas sombre. Et ces fourbes d'oursins, dardant leurs vicieux piquants partout où pouvait se poser le postérieur.

Leur pouffant dessus de frustration, Médor dut bientôt se retenir d'un mordre un, histoire de lui montrer son mécontentement. Ou plutôt de passer sa frustration. Que c'était frustrant ! Il voulait s'asseoir, et il ne pouvait pas. Pas du tout. Pas même un bout. Pas du tout. Du tout. Du tout.

Il se mit à passer à de courts aboiements mêlé de grognements. Au cas où.

Puis il alla se défouler sur un jeune et innocent arbrisseau. C'est-à-dire en le mordant. De toutes sa mâchoire. Le bois céda au départ, mais tint et il resta là à tirer sur le jeune arbre, encore souple de sa jeunesse, grognant et expulsant la terre sableuse tout autour de ses pattes arrières tentant fermement de lui faire garder l'équilibre. Il secoua la tête, grognant entre ses dents, laboura le sol avec ses pattes avants, mais le fier être resta droit et ferme sur sa position.

Dépité, le canin vaincu décida de reporter sa rage sur les cailloux, les prenant à la gueule pour les secouer et les jeter en l'air, et finalement les recracher mollement, faute de pouvoir mâcher la pierre.

Et enfin le Dessinateur se calma. Haletant, il alla se coucher un peu en retrait, excusant pour cette fois les irrégularités du terrain qui lui rentraient dans le poitrail et les coussinets.

Résumé:
Médor est frustré.
avatar
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 125
Date d'inscription : 08/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 23 Fév - 15:00
Sur ce plateau où la désolation rime avec chaque élément du paysage, un personnage s'en vient toutefois apporter une once de gaieté. C'est ce cyantifique resté aussi fameux pour son apparence que pour la régulière impossibilité de pouvoir la contempler : Watson, en chair et en chignon.

Le voilà donc qui s'approche du bassin, paré de son éternel sourire innocent et dans sa démarche bonhomme. Il jette des regards par-ci par-là, comme s'il contemplait les papillons qui ne sont pas là pour égayer ces lieux, puis continue son errance jusqu'à se trouver à quelques mètres de l'animal canin allongé à proximité. Sans le regarder, il lance nonchalamment :

« Parfois, les couleurs d'une réponse sont discrètes. »

Et, dans cet élan très cohérent de méta-philosophie ontologique dont l'immensité du mystère se reflète dans l'opacité de ses lunettes, Watson reprend son pas vers une nouvelle destination imprévisible.


Résumé:
La quête n'avance pas.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 23 Fév - 21:39


...

Médor vit arriver Watson, l'observa scruter paresseusement le marécage tari, l'écouta faire son Vieux Sage Chinois, et finalement le regarda repartir, pas le moins du monde conscient du fait qu'une créature insaisissable comme le sens d'Esquisse venait de se poser à ses côtés.

"Il n'y a presque pas de couleurs ici, Ducon !" susurra en son fort le canidé. Car oui, le monde d'Esquisse selon Médor était ainsi peint de gracile jaune et de timides bleus. S'il savait... ! S'il savait ma foi !

Mais s'il savait, déjà il aurait couru après Watson et l'aurait plaqué au sol, avant d'exhiber fièrement sa prise, le Courant d'Air Cyantifique, le Légendaire Arpenteur Brumeux, le Mystique Introuvable ! Watson quoi.

Mais le canidé ne savait pas. Et à dire vrai, il s'en foutait de Watson. Lui, il voulait roupiller. Déjà que sa dégaine n'inspirait pas confiance, son discours était vraisemblablement à rapprocher de la prise de certaines substances prohibées en d'autres lieux qu'Esquisse.
Néanmoins, ce loufoque visiteur signifiaient deux choses : primo Médor n'était pas tellement introuvable, donc dormir c'était risqué, et secundo...

Il venait d'insinuer qu'il y avait un truc à trouver ? Genre, une réponse c'est quelque chose qu'on cherche, qu'on veut trouver !

Ho et puis zut, vu que la sieste était une passable idée, autant explorer.

Le Loup s'étira d'abord longuement, poussant un distinctif couinement. Qu'y avait-il à explorer ici ?

Les bâtiments ? Nan, les autres s'en occupaient déjà.
Le Camion ?  Sans façon.

Ne restait que le dehors, essentiellement composé d'arbres à diverses stades de construction. Et des cailloux, pointus. Et le sol, sablonneux. Et la mare, inerte. Et la tête, alouette.

Une patte après l'autre, l'avancement de la quête s'initia en se rapprochant du seul élément non identifié du secteur, ce fichu tas noir. Mais qu'était-ce ?

Le Loup se mit à plisser les yeux. Diable, il était presbyte ou quoi ? S'il pouvait bouger un peu ce truc, ou clignoter...

Résumé:
Médor voit passer Watson et décide de faire son boulot de Dessinateur. Il va à un mètre à peine du truc noir.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 24 Fév - 22:05
En approchant la tache noire et en l’observant attentivement, vous constatez qu’il s’agit… d’un pneu. Crevé, qui plus est. À défaut de se servir du bassin comme d’un dépotoir, quelqu’un semble avoir abandonné ses déchets sur le bord sans respect pour l’esthétique du lieu ni pour sa biomasse. Bon, il faut admettre que l’esthétique était déjà relativement amochée, quant à la biomasse, qui sait si les arbres turquoises du coin ne se nourrissent pas justement de résidus de pneus ?

Toujours est-il que d’autres semblent avoir fait les frais de ce terrain accidenté. À moins que ce pneu ne soit venu tout seul. Et cette possibilité n’étant pas négligeable dans un contexte aussi esquisséen, difficile de tirer une certitude pour l’instant. Il faudrait savoir d’où il vient.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 25 Fév - 10:30


L'objet ne clignota pas. Pas plus qu'il ne bougea. C'était déjà ça, ceci dit, les objets avaient beaucoup trop tendance à bouger ici, gagnant à peu de frais une terrible majuscule. Mais celui-ci resterait avec son initiale en minuscule. Le Dessinateur s'en approcha donc sur la pointe des coussinets.

C'était un objet cylindrique muni de sillons. Voyons, où avait-on déjà vu cela ? Mais oui, cela constituait les membres locomoteurs du Camion ! Une roue donc. Le Véhicule en aurait-il perdu une ? Quoique à celle-ci manquait le centre et son état n'était pas des plus reluisants. Le camion auquel elle appartenait devait être blessé alors... Mais alors ce liquide énigmatique, serait-ce son sang ? Pauvre véhicule, qui avait eu à affronter cette horde de boules piquantes retorses !

N'écoutant que son empathie animale, le Loup prit délicatement le pneu dans sa gueule, bien décidé à chercher son propriétaire. Peut-être que les gouttes de son "sang" allait l'aider à retrouver le malheureux estropié ?

Résumé:
Médor voit le pneu et identifie à peu près ce que c'est, et décide de pister le véhicule qui l'a perdu en suivant le liquide argenté


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 27 Fév - 20:03
En approchant le pneu et à force de scruter le sol à la recherche des flaques alentours, il vous vient une vision pour le moins intéressante. L’objet crevé a été déposé à côté d’un sillon dans la terre, au fond duquel se dessinent des traces… de pneus, très justement. Elles ne correspondent certes pas aux motifs de celui-ci, mais il semble qu’elles diffèrent également toutes les unes des autres.

Par ailleurs, en contemplant attentivement la terre sur ce bord du bassin, vous constatez que cet endroit voit converger des traces assez marquées, comme des stries provenant de l’intérieur et des autres bords du lac.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 28 Fév - 8:36


Après quelques moments à rechercher une piste, Médor se rendit compte d'une chose pourtant assez évidente : un véhicule de cette taille ne pouvait pas être invisible, il aurait dû le voir en arrivant, ou même en scrutant les arbres alentours. Or, bien que des arbres aient été endommagés, rien qui ne puisse attester de la déroute d'un objet aussi gros que le camion. Soit l'engin était reparti tranquillement sur ses pas, et donc s'en foutrait bien de retrouver son pneu, soit il possédait quelque capacité surnaturelle. Et ça, ça méritait une majuscule. Et qui dit Objet, dit mère de Sûreté.

Le Loup reposa délicatement le pneu à sa place. Et alors il remarqua des sillons tracés tout autour de lui. Des empreintes typiques de pneu, mais qui, après un examen fastidieux, ne correspondaient pas à l'unique pneu de ce lieu. D'autres pneus étaient venus ici ? Il lui vint en tête l'image d'un troupeau de pneus, vite brouillée par des signaux d'alerte de tout ce qui s'avérait saugrenu, signature invariables des létaux Objets.

Puis il remarqua d'autres sillons, qui semblaient tous se diriger vers lui. Ou s'enfuir vers le centre et les autres bords de la mare. Sans doute aiguillé par cette idée de ressemblance avec un trou aqueux, des images d'un vieux documentaire sur les coquillages lui vinrent en tête. Il aurait sans doute préféré des souvenirs de sa vie, mais pour l'instant, l'idée le fascinait. Ces oursins se cachaient-ils dans le sable ? Cela expliquerait le seau, un vil pêcheur à pied.

Mais non, ils auraient dû laisser aussi des traces en ressortant, et si farouches ils étaient, ils auraient dû demeurer cachés à sa vue, pas darder leurs piquants casse-pieds. Quel genre de crustacé pouvait bien se murer ainsi dans le sol ?

Il repensa ensuite à des bébés animaux dont les mères plantaient les graines sur les plages. Une fois mûrs, ils sortaient, prêts à vivre leur vie. Le Dessinateur se réjouit un instant à l'idée du renouveau sacré du brave cycle de la Vie, avant de se remémorer qu'il était à Esquisse, pas en classe verte à la mer. Il n'avait aucune idée de ce dont étaient déjà capables ces bébés tout neufs, ni même de ce à quoi ils allaient ressembler.

Puis il scruta le pneu avec horreur. Il était déchiré cet objet. Comme pourrait l'être un contenant, un sac. Un sac à œufs. Ou une mère morte en couches.

Des images horrifiques de mini-pneus déjà assoiffés de sang lui emplirent l'esprit, et le tétanisèrent. Il était une proie de choix.

Résumé:
Médor découvre d'autres traces de pneu et imagine ce que ça peut être.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Mar - 17:17
Alors que vous contemplez le pneu dans son anatomie la plus profonde, il vous vient l’observation que son intérieur est totalement sec. Dans l’hypothèse où le liquide argenté au sol aurait été son sang, ce pauvre objet en aurait été totalement vidé. Mais au moins, dans ce cas, il serait certainement devenu inoffensif.
Quoique, l’Esquisse étant ce qu’elle est, ça ne veut pas dire grand-chose.

En attendant, cet objet est manifestement bien seul sur les lieux, avec au mieux le seau comme unique allié en cas d’attaque. Vous ne voyez rien de menaçant aux alentours. À la limite, vous sentez comme une absence, comme si Watson était de nouveau dans les parages. Mais rien de plus grave.


Navré d'avoir mis quatre jours juste pour dire que la quête n'avance pas.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 5 Mar - 10:28


Rien ne se passa. Le pneu resta sagement à sa place, le seau le suivit. Même le sol sablonneux en fit de même. De deux choses l'une : soit on était dans un mauvais film d'épouvante, et la masse grouillante allait surgir au moment le plus prévisible, c'est-à-dire quand le Loup aura baissé sa garde, soit.... soit cette situation était parfaitement ridicule.

Bordel, d'où lui était venu cette idée à la con de flipper juste parce qu'il y a des petites traces de pneus dans un grand trou ? Autant pour un humain lambda, cela serait preuve d'une existence surnaturelle, autant ici, ça pouvait s'expliquer par mille moyens. Idem pour les gouttelettes argentées, la mare en elle-même et à peu près tout et n'importe quoi.

A la limite, le plus inquiétant devenait les oursins, suspicieusement normaux par rapport au reste de la mise en scène.

Le Dessinateur décida de descendre dans le trou aller inspecter le seau, histoire de régler une bonne fois pour toute l'exploration de la zone. Cela ferait  son action de la journée. Même de la semaine tiens ! Régulariser la non-dangerosité d'une zone entière, tsss quel travail !

Résumé:
Médor s'en veut d'avoir eu peur pour rien et décide de descendre dans le bassin pour examiner le seau.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Messages : 580
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 11 Mar - 13:20
Des gravats, des gravats, et encore des gravats. L'intérieur du seau n'est en rien plus riche que le paysage désertique dans lequel il repose. Tant pouvez-vous le retourner que vous en tirerez plus de roche et de poussière. Le bon point du jour, le seau ne s'est pas non plus dressé contre l'étranger venu troubler son sommeil, et s'est contenté de rester aussi inerte que son contenu. Ainsi, une fois vidé, ce seau cabossé pourra faire le bonheur d'une communauté de survivants ayant appris à ne pas faire les difficiles lorsqu'on leur tend un morceau de matériel.
Mais peut-être est-il plus prudent de le laisser là ? Qui sait s'il n'attend pas votre sommeil pour vous étouffer avec la poussière restée dans son fond ?

Pas d'autres traces autour du seau, juste plus de sable et de rochers, et toujours ces motifs sillonnant dans le sol en direction du pneu gisant. Mais au moins, la zone a l'air d'être restée calme.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 13 Mar - 13:43


Rien à signaler. La descente hasardeuse du Dessinateur, obligé de bifurquer sans cesse pour éviter ici un traître oursin, là une vile arrête rocheuse, l'avait crispé dans tout son être, autant d'impatience que tout cela cesse que de se demander ce qu'il ferait si le trou venait à être une gueule géante d'un quelconque lombric monstrueux. Mais il avait fini par atteindre le fond, et le seau, laissant son corps se détendre à nouveau, rassuré sur l'absence de danger de sa manœuvre et du lieu. Puis il se baissa réellement sur le but de sa venue.

C'était un seau en métal qui avait déjà bien vécu et était rempli jusqu'à plus soif de cette foutue caillasse qui se trémoussait partout autour. Un seau. De cailloux. Au fond d'une mare. Asséchée.

Fini la rigolade, ce n'était plus très drôle; ce lieu lui foutait la trouille sans raison et il n'y avait même pas quelque chose d’inestimable. D'un coup de patte rageur, Médor tenta de renverser l'ennuyeux seau. Cela ferait toujours une excuse à son absence s'il revenait avec l'ustensile.

Problème, Le Dessinateur restait un loup, sur les nerfs certes, mais un loup. Et le seau restait rempli intégralement de débris rocheux. Il tangua un trop court instant en s'élevant de maigres trois millimètres et retourna jucher son postérieur de récipient à sa place.
Et Médor s'était fait mal à la patte. Car oui, Esquisse ou pas, il restait un peu de logique en ce bas-monde.
Le Dessinateur commença alors à donner de furieux coups de crâne et à griffer le seau, mais l'ustensile tint bon. Le Loup un peu moins.

De nouveau frustré jusqu'à la moelle et bien décidé à remonter et oublier cet objet réfractaire, il lui vint à l'esprit à mi-chemin qu'il n'avait qu'à déblayer lui-même le contenu à l'aide de ses pattes. Retournant sur ses pas, il fit taire sa démotivation et se mit à gratter mollement les gravats. Et pour le coup, cela fonctionna, le seau s'allégea et se retrouva enfin sur le flanc, à se vider dans un court chuintement de dépit.

Enfin ! Le Loup se laissa presque aller à un soupir de soulagement, mais se rappela bien vite qu'il avait bataillé pour un simple seau très ordinaire. Se contentant d'un aboiement étouffé envers l'Esquisse entier, il prit délicatement l'anse dans sa gueule, bien décidé cette fois-ci à s'en aller de cet arrière de bâtiment sinistre.

Résumé:
Médor vide le seau et le prend avec lui.



Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 16 Avr - 14:27


Médor contourna à nouveau le Laboratoire, marchant distraitement dans ses propres pas. Il commençait à connaître le paysage. Arbres bleutés-gris, terre sablonneuse, murs gris...

Il arriva bientôt aux abords de l'inanimé lit pierreux où nichaient paresseusement les gouttelettes argentées recherchées. Des oursins, et d'étranges sillons; rien de nouveau sous le ciel maussade.

Il posa le seau devant la mare.

Une volontaire ? Histoire de se rendre utile, comme moi.




Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Avr - 10:21
Eh bien, va pour la dog-sitteuse.

Je suis le blondinet et son chien jusqu'à l'arrière du bâtiment. Là... la vision n'est plus aussi fantasmatique que précédemment. Le décor est dévasté, les arbres -qui devaient probablement être superbes- sont arrachés, déracinés, empêtrés de chaos. D'un chaos lointain, mais persistant, qu'on peut encore sentir jusqu'aux tréfonds de notre esprit.

J'en frissonne avant d'entendre l'altercation de Médor.

Sans plus réfléchir, je m'approche de lui et du bassin un peu trop vide. Je dépose à ses pieds-.. ses pattes mon carnet et mon feutre.

"Garde moi ça.", lui dis-je avec une ou deux légères mais surtout très promptes caresses sur la tête.

Je ne m'attarde pas, attrape le seau et file en glissant dans le bassin avant de subir quelque courroux canin. Le fond est encore empli de flaques éparses d'un opaque liquide argenté. Je vais vers la plus grande nappe, en l'espérant être la plus profonde. J'y plonge le seau lentement -de toute façon, le visqueux fluide m'empêcherait d'être trop preste. Outre la texture étrange de cette épaisse liqueur, un détail me perturbe pendant que je me relève, avec un seau bien rempli -et plutôt lourd du coup.

"Erm... vous savez ce que c'est, ce truc ? On dirait du mercure, un peu plus clair, avec la consistance d'un miel. C'est normal qu'il ne reflète pas les couleurs aussi ?"

Résumé:
Adeline laisse son carnet à Médor, prend le seau et va le remplir. Elle rencontre enfin son changement d'apparence, mais ne percute pas.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 24 Avr - 14:30


Médor observa le carnet et le feutre que venait de lui déposer aux pattes sa meilleure ennemie, les agrémentant d'amicales caresses sur la tête. Toute la question était de savoir s'il allait tenter une énième fois de lui percer une artère pour lui faire comprendre son erreur, ou s'il allait enfin se faire à l'idée que cette personne avait les neurones les plus asociaux au monde. Reniflant les objets, il ne put se décider et la suivit du regard tandis qu'elle descendait dans la mare tarie. Sa question tomba dans le vide, car il ne lui avait pas semblé repérer un quelconque problème de réflexion dans le liquide. Tout était si fade ici de toutes façons...  

Ma brave Lulu, je ne peux pas t'aider ici. Cela m'a fait pensé à du mercure, et je n'ai pas vraiment cherché plus loin.



Quoique en réfléchissant à la question, Médor n'avait PAS détecté de problèmes de couleurs, aussi ténues soient-elles ici. Le problème venait peut-être plutôt de la demoiselle.

T'es sûre que c'est pas plutôt toi qui a un problème de réflexion ?



Le Dessinateur attendit les effets de sa réplique, intérieurement tout sourire.

mais d'un coup un frisson le parcourut; et ce n'était pas le vent.

Ou peut-être que le problème venait de sa personne propre ? Avait-il seulement vu autre chose que du gris dans ces gouttes ? Ou ailleurs d'ailleurs, dans ce monde si pauvre en nuances. Le doute s’immisça. Et si...

Juste comme ça...



Médor hésita. Il y avait une chance, ténu, mais une chance quand même que la réponse ne lui plaise pas. Du genre pas du tout. Et si...

Juste pour savoir bien sûr !



La question se bloquait encore. Et si . . .

Tu...


Non. C'était ridicule ! C'était Adeline qui avait un problème, clairement. Ou le liquide, et Médor n'avait pas été observateur.

TU te vois de quelle couleur concrètement ? Par toi-même je veux dire.



Il marqua encore une pause, la scrutant un instant pour être sûr.

Parce que tu me sembles assez pâle d'ici ma chère et tendre !



Résumé:
Médor demande à Adeline de quelle couleur elle se voit, au cas ou.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 7 Juil - 22:34
"Comment ça, 'de quelle couleur' ? J'suis une jolie blonde avec la peau cl-..."

Claire, oui, mais pas à ce point là.

Je n'y avais pas plus prêté attention que ça jusqu'ici, mais mes mains sont quand même VACHEMENT pâles. Enfin, elles sont blanches. Tout simplement.

Je baisse un peu plus les yeux pour apercevoir mes jambes blanches, je fais tomber quelques mèches devant mes yeux pour apercevoir des cheveux blancs, même mes vêtements sont blancs !

J'ai une soudaine envie d'inspecter l'intégralité de mon corps, mais, finalement, l'idée de me désaper au milieu de la campagne norvégienne en compagnie d'un inconnu et d'un chien ne me séduit pas entièrement. Je ravise donc cet élan impromptu pour lui supplanter un court moment de PANIQUE accompagné d'un bref cri quelque peu strident.

Les mains plaquées sur ma bouche un peu trop bruyante, la nouvelle information fait trois fois le tour de ma tête à toute vitesse, pour enfin lui passer en travers.

Je sature. Il y a trop de glauqueries, trop de bizarretés, je capiche plus rien.

Le chien pourrait se transformer en dindon-garou et danser la tecktonik, ça ne me surprendrait ni ne me dérangerait pas.

Exaspérée, je pose le seau au sol et me masse les tempes avec vigueur.

"Passons, passons... Changeons de sujet, avançons... Tiens, ce truc, pourquoi on le ramasse ? Chapeau-boy, vous auriez bien une idée de ce que c'est non ?"

Résumé:
Le cerveau d'Adeline préfère ignorer sa transformation physique. Elle se concentre à nouveau sur le fluide non newtonien traînant à ses pieds.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 9 Juil - 10:38


Une jolie blonde à la peau claire.

Médor se retint difficilement d'émettre un commentaire, mais jugea tout de même que la panique de la jeune femme suffisait à elle-même. Et puis dans cet état émotionnel, elle n'aurait même pas la présence de tiquer et tenter de le renvoyer dans les cordes. Pas drôle donc.

La laissant tenter de se calmer, il lui répondit :

On le ramasse pour savoir ce que c'est, pardi ! Et même si Monsieur Cyance le savait, il ne le dirait pas....


S'étirant mollement avec un bâillement bruyant, il ajouta

Et puis fais attention au bouts de véhicules à côté de toi, il n'a pas été démontré qu'ils ne mordaient pas !


Et enfin il s'allongea de tout son long.

Résumé:
Médor parle.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 125
Date d'inscription : 08/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 10 Juil - 1:37
Etrangement, Dalton n'avait pas profité de ce témoignage puissant d'esprit d'équipe pour filer à l'anglaise, et y avait même assisté tout sourire, à peine perturbé par les petits surnoms qui affluaient.

Mais il était peut-être temps d'agir et de répondre à quelques interrogations.
Sinon les gens allaient encore penser que les cyantifiques ne servent à rien.

« Allons, les rassura-t-il, je ne vous aurais pas fait ramasser quelque chose sans savoir ce que c'est ! »

Du moins, pas dans un contexte où l'amusement était un plaisir qu'il fallait savoir garder de courte durée. S'approchant du seau, Dalton y plongea délicatement le bout de son index, pour y prélever quelques gouttes du mystérieux liquide.

« Pour faire simple, plus que quelque chose qui ressemble à du mercure, c'est un médicament très utile, dont on rêverait bien d'avoir plusieurs bidons. »

Hélas, ils étaient vraisemblablement arrivés trop tard pour ça. Tout au plus en rempliraient-ils un seau.

« Allez savoir où tout le reste est allé.. »


Eh oui, la quête avance un peu ! Avec ça vous devriez pouvoir relier et comprendre les indices que vous avez sur le décor. Normalement.
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 21 Juil - 16:29
Quoi ? Un médoc ?

"Ça sert à soigner ? Bon, ok, c'est très bien, mais qu'est-ce qu'on en a à faire ? Puis si ça a été renversé comme ça, ça doit plus être vraiment top pour soigner les gens, si ?"

Et puis, qu'est-ce que ça fait à traîner par terre ? C'est pas sensé être dans des flacons, dans une pharmacie, et tout ?

Ça sort peut être du bâtiment qu'il y a derrière..? Je le désigne et interpelle Rex et Chapeau :

"Et du coup c'est quoi ça ? Un hôpital, une clinique ou un truc du genre ?"

Tant de questions. Des questions que je pose histoire d'appréhender la situation... mais qui ne m'intéressent que bien peu finalement.

Espérons que tout ceci ne soit qu'un rêve et voyons les évènements se dérouler. Je n'ai rien de mieux à faire de toute façon si ce n'est paniquer, mais je doute de l'utilité de cette dernière opération.

Résumé:
Adeline n'a que peu d'intérêt pour cette révélation, et tout ce schmilblik de manière générale.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Juil - 18:20


Médor releva la tête. Cette jeune femme était terrible question débilité.

Qu'est-ce que t'as pas compris dans mon speech sur la mortalité du coin ? Ça soigne quelque chose ou ça soigne de manière générale, à la rigueur on s'en fout on le prend ! Même si un remède contre une maladie rare, tu seras bien contente de l'avoir le cas où... Traîné par terre ou pas.


Ceci dit, Adeline semblait toujours prête à basculer vers la panique, et le Dessinateur se dit que peut-être il fallait calmer le jeu, histoire qu'elle ne le deteste pas pour de bon. Aussi stupide qu'elle pouvait paraître, ça restait une alliée, une... Compagne d'infortune ?

Ho par toutes les divinités du coin, cette créature avait tout pour devenir son side kick, sa compagne de route, son soutien dans les batailles...

Medor soupira un grand coup.

Fait chier. Ca craint.


On remballe sa fierté, on fait l'agneau. (Ironique pour un loup)

Ce bâtiment ? Je crois que c'est... C'est... Pas un hôpital. Ni rien du genre. Sûrement un truc bourré de machins bizarres, et potentiellement des Objets. La routine, tu verras.


Il lui avait parlé des Objets, au fait ?

Résumé:
Médor répond au questions d'Adeline.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Juil - 3:05
Pourquoi c'est toujours le chien qui me répond, qui s'occupe de moi, qui essaie de faire attention à ce que je réalise ma situation..?

C'est une grosse tsundere en fait. Et c'est pas bien, à ce rythme là on va bientôt pouvoir relier le premier tome de "Rex et Lulu" : "Le voyage en Norvège".

Sinon, l'information percute enfin mon cerveau : il semble vraiment se soucier de potentiels dangers mortels !... Bwarf, c'est toujours le chien qui dit ça, l'autre ne semble pas plus paniqué par la situation que ça. Et après tout, ajouter le trait d'esprit "paranoïaque maladif" au sac à puces à sang chaud me paraît être la décision la plus naturelle dans l'état actuel des choses.

Mon cher ami arrive enfin à aligner quelques mots sans paraître me considérer comme un cadavre en devenir...

Et du coup... il me prend pour une idiote complète ? Enfin, avec le ton aggressif, ça se sentait déjà. Mais là, avec une mine plus aimable, c'est vexant. À moins que ce ne soit lui à qui il manque une case ?

"Un truc bourré de machins bizarres, dont des objets... Ça a l'air formidable dis-donc."

Je me tourne vers Blondin, espérant quelques précisions, ou, à défaut, un peu de compassion.

Résumé:
Adeline parle.
avatar
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 125
Date d'inscription : 08/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Juil - 4:17
Voyant que le duo avait manqué quelques informations... importantes, Dalton intervint à nouveau dans la discussion.

« En fait, cet endroit est...

Il prit son inspiration, se tourna vers le grand bâtiment qui leur tournait le dos, puis termina son annonce de façon légèrement théatrale :

.... notre Laboratoire ! »

Coupant court aux applaudissements inexistants et aux commentaires muets du public, le cyantifique compléta son annonce par des détails qu'il délivra sur un ton on ne peut plus ordinaire.

« Plus précisément, il est aux cyantifiques, et on l' "emprunte" pour une courte durée, le temps de ramasser quelques petites choses qui peuvent être utiles, comme ce que nous venons de trouver, et de nous préparer à repartir. Bon, il n'est pas exclu que quelques Objets légèrement dangereux soient de la partie, mais ce sera toujours moins pire que ce que vous croiserez si vous vous éloignez trop d'ici... »

D'un certain point de vue, le Laboratoire pouvait même être considéré comme un lieu sécurisé, une aubaine au milieu de ces longues plaines. Mais d'un autre, comme le penseraient probablement ces deux dessinateurs qui venaient de débarquer dans l'Esquisse, il n'y avait clairement pas de raison d'être enthousiaste, ni même de croire qu'ils allaient trouver quoi que ce soit qui les sauverait vraiment. C'était peut-être bien parce qu'il le savait que Dalton agissait ainsi, tout souriant face à des réactions, des doutes et des peurs qui ne pouvaient s'en aller qu'avec le temps et l'habitude.

(Cette intervention ne participe pas vraiment à la quête, mais bon, quitte à ce qu'il soit à côté, autant que Dalton réponde en bon PNJ)
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 104
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 7:55


Médor releva à nouveau mollement la tête, et la hocha silencieusement à l'évocation des Objets carnassiers qui pullulaient dès qu'on s'éloignait de la "civilisation". A vrai dire, il s'en fichait comme de son troisième poil en partant de la droite de ce que pouvait bien être exactement la bâtisse, tant qu'on y trouvait beaucoup de matériel intéressant et peu d'Objets. Mais c'était un labo, c'est noté.
Le fait de devoir sûrement bientôt repartir, ou même assez clairement qu'il faille distinguer Dalton et sa clique du reste des Cyantifiques, passa allègrement au dessus du crâne du Loup. C'était un Laboratoire, point.

Un long et bruyant baîllement s'extirpa de sa gorge. Avec toutes ces péripéties, il n'avait toujours pas fait sa sieste. Il étira avec paresse ses membres, s'ébroua quelques instants, tourna sur lui-même, et se recoucha dans l'à-peu-près même position.

Quand t'auras fini Lulu, tu me diras.


Néanmoins, ce liquide curatif et les mystères du Laboratoire commençaient à titiller sa curiosité. Et son avidité à recevoir des lauriers. Il y avait des choses intéressantes derrière ces quatre murs, le Cyantifique l'avait dit limpidement. De quoi se faire mousser, et faire fermer leurs clapets à ces froussards blasés.

Et pour les Objets, au pire ils boufferaient son acolyte.

Résumé:
Médor feignasse.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum