Derrière le Laboratoire

avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 10:52
... un laboratoire.

J'aurais bien envie de me dire que c'est donc un centre de recherche, où la pointe de la technologie est le coeur du travail de nombreux scientifiques (il prononce ce terme bizarement d'ailleurs). Mais quelque chose, je ne sais pas trop quoi (le chien qui parle par exemple), me dit que ça se rapproche plus du laboratoire d'un savant fou de dessin animé ou de film qu'autre chose. Et puis Blondin, aussi aimable a-t-il été jusque là, n'a pas tellement la dégaine d'un gars sur qui j'aimerais compter dans un endroit supposément dangereux.

Sinon, mon seau est plein.

"Si ton cuir était plus rigide, j'en aurais bien fait une outre. Sinon, j'ai fini, mais il en reste."

Que faire à présent ? Aucune idée pour l'instant. Je m'en vais poser le seau au côté du toutou et récupère mes affaires. J'en profite pour le caresser rapidement à nouveau. Il est mignon quand il se tait en fait.

"Et que fait on alors, Rex ?"

Résumé:
"Kékonfé ?", demande Adeline.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 12:42


De toutes évidences, la jeune femme avait terminé, le gratifiant au passage d'une humiliante caresse. Une. Caresse. Sur sa personne.

Hérissant le poil, Médor se releva d'un bond et happa l'avant-bras de l'impertinente entre ses mâchoires. Pas suffisamment pour lui broyer, mais
bien assez pour, à ce que son palais lui disait, faire perler une pointe de sang. Grognant pour la forme, il relâcha bien vite, sachant que l'effet de surprise allait s'estomper et que toute stupide et fragile qu'elle était, elle n'allait pas laisser une rangée de dents, aussi acérée fût-elle, plantées dans son avant-bras.

On est peut-être dans la même galère, voire même amenés à devoir se côtoyer, mais n'oublie pas que je suis pas réellement ton petit toutou.


Les choses replacées, il avisa le seau. Hmmm. Il avisa Adeline. Hhhmmmmh...

Aplatissant les oreilles de dépit, il prit l'anse dans sa gueule; il fallait se rendre à l'évidence, son acolyte était hors-service pour au moins une bonne heure avec cette morsure.

Je suppose qu'on va le déposer tel quel dans le Camion, même si trouver un grand récipient pour transvaser permettrait d'en récupérer plus.


Il fit quelques pas en direction du véhicule, posant à nouveau le seau.

Il y aurait sûrement de quoi trouver dans ce Laboratoire.


Il reprit son cheminement, jetant tout de même des regards rapides au Cyantifique à chapeau de paille. Qu'en pensait-il au juste, de mordre au sang ses camarades ?

Bah, sûrement rien. Ou plutôt rien qui ne sortirait de sa bouche. Comment voulez-vous aimer les Cyantifiques après ça ?

Je suppose que ce sera la prochaine étape, ce fichu Labo. Histoire de trouver une grosse bouteille, ou au moins de quoi ramasser plus de Mercure magique.


Il allait bientôt atteindre le Camion, apercevant par moments des touffes de cheveux de la Cyantifique restée derrière, quand une idée lui vint.

Mais si ça soigne ce truc, on va peut-être pouvoir tester sur Ade... Lulu !


Non, mais parce qu'en vrai, putain qu'il est lourd ce seau pour un quadrupède comme lui ! La preuve, la fatigue commençait à lui faire dire n'importe quoi.

Résumé:
Médor mord Adeline, mais du coup il est obligé de porter le seau.



Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 14:56
Plus vite qu'il n'en faille pour que l'info monte à ma tête, une douleur vive me fait pousser un cri perçant, que je tente aussitôt d'étouffer de ma main libre.

Ce n'est pas un rêve.

Pas du tout.

J'ai mal, atrocement même. Ah, si il y a une chose qui n'est pas devenue blanche chez moi, c'est bien le sang qui perle le long de mon bras.

Je n'arrive plus à garder mon calme, je tremble, autant de peur que de douleur, si ce n'est plus. Les yeux écarquillés, je vacille quelque peu en arrière et me rattrape en de petits pas craintifs et erratiques.

Je ne devais donc pas être aussi désinvolte. Ici, le danger, la douleur sont présents.

Ce n'est pas un ami, ce n'est pas un homme.

C'est un loup.

Un animal.

Dangereux.

Aussi naturelle et authentique sa manière de parler puisse paraître, tout aussi véritable est la violence dont il fait preuve.

Enfin, "il".

Ça. Le loup.

Je le laisse s'en aller (je ne pourrais pas y faire grand chose de toute façon). Je vais plutôt... Je ne sais pas. L'autre n'a pas l'air choqué de la présence d'un loup, et je ne me rends compte que maintenant de la folie de cette situation. Je vais les laisser et... me poser. Là. À l'ombre du bâtiment.

Une fois assise (ou plutôt affalée, ma main pressée sur ma plaie), je sens les larmes perler le long de mes joues, doucement. Je reste silencieuse, trop perturbée, terrorisée et meurtrie pour réfléchir au-delà de ma détresse flagrante.

Résumé:
Adeline commence à appréhender la notion de "danger". Elle a mal et se met à pleurer doucement, posée dans un coin.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 16:18
(suite du post sur Devant le Laboratoire)



Rebroussant chemin, Médor arriva bientôt à nouveau vers l'arrière du Bâtiment. Et il la vit, amas candide perlé de carmin.

Ade....Adeline ?


L'air était chargé de Peur, de... sang. Son poil se hérissa. Il en avait encore le souvenir frais, de ce sang. Son sang.

Résumé:
Médor retrouve Adeline


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 18:22
Après quelques longues secondes, je reprends peu à peu un calme relatif. Ma respiration est moins chaotique, ma vue est brouillé par les larmes mais le torrent n'est plus qu'un mince ruisseau le long de mon visage.

Je m'installe plus confortablement, adossée au mur du soi-disant laboratoire, la main toujours comprimée sur le sang chaud... plus pour cacher la misère que par un quelconque geste médical.

L'esprit encore embrumé, je lève mon regard au ciel, cherchant toujours un peu plus de calme... Ç'aurait été plus plaisant si le mauve ne venait finir de me désorienter.

Qu'est-ce que je fais ici ?

Qu'est-ce que c'est, "ici" ?

Je laisse ces questions en suspens, le regard vide. Je ne leur trouverai pas de réponse en méditant, et les locaux sont légèrement moins coopératifs que ce que j'imaginais.

J'entends quelques bruits sourds un peu plus loin.

Dans la direction du camion.

Des petits bruits, passant, frottant, foulant le sol.

Des bruits de pattes, qui se rapprochent, que je saurai reconnaître à l'avenir, et qui étaient supposés s'être éloignés un peu plus tôt.

Les pas se sont arrêtés, tout proches, mais je n'ose pas lui adresser un regard. Mes yeux se ferment et font couler quelques pleurs tandis que les seuls mots me venant instinctivement sont ".. ne me tue pas... Par pitié, ne me tue pas...".

Résumé:
Adeline a peur.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 18:40


Un grand frisson parcourut le Dessinateur. Il avait déjà vu du sang, il avait déjà même vu des camarades être blessés, souffrir et demander grâce. Devant un Objet.

Pas devant lui.

Elle le suppliait de ne pas la tuer ?

Mais je ne veux pas te tuer, idiote !




Il.... C'était lui qui avait fait CA.

Je suis un monstre.




Il... Toute l'horreur de la situation le frappait peu à peu, engourdissant tous ses sens.

Je suis un.... monstre... Un... Monstre... Un...



Pourquoi ?

jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre ! jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstre !! Je... suis un monstre !
Jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre... Jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre
jesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstrejesuisunmonstre...



Le coeur brisé devant la scène, mais ne pouvant pleurer, presque léthargique, Médor laissa bientôt échapper toute la douleur qu'il ressentait en un long et continu hurlement tandis que son esprit se perdait dans une longue litanie.

Il voulait tellement s'excuser.

Résumé:
Médor se rend compte qu'il a fait une bêtise


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 19:26
Mes suppliques flottèrent un moment dans l'air du décor désertique, puis furent enjointes d'un long hurlement plaintif.

Complètement surprise, je sursaute et me retourne, les yeux grand ouverts et braqués sur le loup, poussant un cri comme on en voit dans les films et autres documentaires.

Qu'est-ce qu'il me fait là ? C'est une sorte de chant rituel qu'il fait avant d'égorger ses victimes ? Mon pouls s'accélère.

Mais les plaintes ne cessent pas.

Je finis, après un certain temps à entendre ce cri désolant, par baisser les yeux, toujours recroquevillée. Je veux lui dire de se taire et d'en finir... mais, dépendant de sa merci, je n'ai pas le courage de lui faire front. Je reste donc là, attendant qu'il mette fin à cette scène qui me tord et me pince les entrailles.

Après un instant de répit, je n'ose toujours pas relever la tête... mais tente de briser la glace, espérant pouvoir tirer sur les traits qui lui faisaient paraître un tant soit peu humain :

"Hé, pourquoi vous hurlez, vous, les loups ?"

Oui, le faire parler, ça l'humanise bien ça.

Ah...

Il n'était pas susceptible quant à son côté... lupin ?

Et merde.

Résumé:
Adeline brise la glace.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 19:58


Médor se sentait tellement mal. Il s'en voulait tellement, lui et sa nature monstrueuse. Il était une bête sanguinaire ! Il avait mortellement blessé Adeline, il était si dangereux, si.... monstrueux.

Toujours dans sa bruyante complainte, le Dessinateur entendit à peine les mots de sa consœur. Venait-elle de le traiter de loup ? Il était tellement plus.... tellement monstrueux.
Ceci dit, cela eut le pouvoir de le calmer un peu.

Je suis désolée Adeline.



Et comme pour marquer ses propos, il s'allongea à quelques mètres d'elle, la queue pendante et les oreilles basses, se mettant doucement à couiner  de plus en plus fort à défaut de laisser son hurlement mortifère résonner.

Résumé:
Médor est désolée.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 20:25
Il n'a même pas relevé. Vu le caractère bien trempé qu'il semble avoir, c'est tout de même bien étonnant. Eh, tu voulais pas me tuer il y a deux minutes ?

L'entendant marmonner quelque chose que je ne comprends pas, je le fixe enfin de mon propre chef, pour le voir couiner à terre comme un chien qu'on gronderait.

Nan mais nan, Rex, tu vas pas me faire ça.

Pas ÇA. Les yeux de chien battu, les oreilles baissées, et tout, NAN. T'as essayé de me tuer, là ! Non ?

C'est un idiot impulsif, c'est ça ? Il se rend pas compte de ce qu'il fait, c'est ce qu'il doit dire, n'est-ce pas ? Ah non, pas de ça av-

Arrête de couiner s'il-te-plaît... Parce que hein ! C'est pas comme si j'allais te pardonner ça ! Je veux dire, tu m'as attaqué ! Tu m'as blessé ! Tu m'as-

Oow.... NON. Ne pas succomber. C'est une bête féroce. Un dangereux animal qui... qui m'a aidé à comprendre ce qu'est cet- NON ! Qui m'a attaqué ! Oui, c'est ça. Qui a plaisanté av-

Oh et puis merde.

"Tu veux pas t'approcher un peu plus ? J'arrive pas à t'entendre d'ici"

Résumé:
La technique ancestrale du chien battu... quelle arme redoutable.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 20:43


Peu à peu, Médor sentit que l'odeur de Adeline changeait légèrement. C'était bien sûr ténu, voire excessivement ténu, mais une pincée de sa Peur se changea en Colère, puis finalement se dissipa.

Elle... Elle comprenait sa détresse ? Qu'il était désolé ? Qu'il n'avait pas tout à fait fait exprès ?

Et finalement, elle lui proposa de la rejoindre. Oui, c'était ça.

Hésitant, et encore tout bouleversé, Médor la fixa de sa petite tête toute abattue. Puis il amorça un pas. Puis l'autre. Et encore un autre.

L'air était encore chargé en sang, mais les plaquettes avaient déjà commencé leur tâche, et la jeune femme ne saignait plus depuis longtemps. Néanmoins, Médor pouvait entr'apercevoir la terrible ecchymose dont elle était ornée là où il l'avait blessée.

Il détourna le regard, penaud.

Mais t'es méga énervante aussi....


Résumé:
Médor se rapproche


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 21:19
Il ne se répète pas, mais après un instant, il finit par me rejoindre. Il parle à nouveau dans sa barbe, l'air toujours aussi misérable en comparaison avec la bête féroce à laquelle j'ai eu droit quelques instants plus tôt.

Il arrive enfin à portée de bras. Je cherche son regard, et prend le pas sur ma peur.

"Du coup, t'es un stremon ou pas ?"

J'enjoins le geste à la parole, me contorsionnant pour approcher mon bras pleinement valide du tas de fourrure ambulant. Ma paume est grande ouverte et vient tout près du loup.

J'ai, cela-dit, un dernier sursaut de panique, et rétracte un peu ma main, réalisant mon geste complètement inapproprié.

Résumé:
Adeline tend son bras valide à Médor.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 21:57


Prends pas trop la confiance non plus, Lulu.


Sa voix n'était pas encore aussi cassante qu'elle avait été, et enjoignait plutôt au petit commentaire potache, mais Médor se sentait beaucoup mieux de voir que la Dessinatrice n'était plus à l'article de la mort.

L'avait-elle été à un moment, d'ailleurs ?

Un peu frustré d'avoir paniqué pour au final si peu, Médor décida de couper court à de futures embrassades dégoulinantes. On n'était pas dans un dessin animé, les problèmes et les blessures ne se résolvaient pas avec de la bonne volonté et le pouvoir de l'Amitié.

Il se leva précipitamment, repoussant sans ménagement d'un coup de tête la main tendue d'Adeline, et s'éloigna de quelques mètres en direction de l'avant du Laboratoire.

Tu m'as foutu les jetons, pleurnicheuse. J'ai cru que je t'avais amputé d'un bras ou tué ton amour-propre.


Tentant de balayer sa remise en question d'il y a quelques minutes, il continua en fusillant Adeline du regard

Je t'avais dit de pas jouer avec moi. Je suis pas une peluche ou un husky apathique, je suis un putain de loup sauvage !


Il détourna la tête, un peu gêné

Je pourrais te tuer à n'importe quel moment, sur un coup de tête.


Il avança encore de quelques pas

Ou de crocs, en l’occurrence.


Oui, Médor était fier de sa blague.

Fais en sorte que ça n'arrive pas, ça m'emmerderait plus qu'autre chose.
Les remords, tout ça...


Voyant que son bras la faisait quand même souffrir, il s'assit pour l'attendre.

Et du coup, ça te tente ce Laboratoire de Cyantifique, ou pas ? J'ai pas eu ma réponse.


Voilà, comme ça elle ne verra pas qu'il s'était réellement inquiété de son cas. Passer pour une brute insensible, c'était beaucoup mieux; sinon elle irait encore franchir des limites dangereuses. Et Médor n'aimait pas ressentir des remords.

Résumé:
Médor reprend son habitude habituelle.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 22:22
Oh le salaud.

Il se paie ma tête à faire son mignon, pour se remettre à me menacer de plus belle. Oh, faut savoir ! Tu veux me grailler ou me réconforter, à la fin ?!

J'vous jure... J'essaie donc de me relever, et m'appuie instinctivement sur le bras-qu'il-fallait-pas-appuyer-par-terre-putain "AÏE !"

Serrant les dents, je me relève donc, tant bien que mal (plus mal, pour le coup).

"Maintenant que j'ai eu affaire à toi, j'ai du mal à imaginer ce qui pourrait m'arriver de pire. Allons-y."
, lui lancé-je.

Erf, encore une pique, je n'arrive vraiment pas à me retenir avec lui. Bwarf, au pire, il pourrait le prendre comme un compliment, après tout, s'il se sent fort, il sera content, non ?

Je ramasse mes affaires, que j'ai échappé quand l'autre idiot m'a mis le bras en charpie, puis le suis en gardant une distance respectable. Je n'ai pas envie de repeindre le reste de mon corps en rouge carmin, même si elle met mon teint en valeur.

Après quelques pas, nous dirigeant toujours vers l'entrée, je lui demande enfin :

"Mais au fait, c'est vraiment ton nom, Médor ?"

Résumé:
Direction : le labo.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil - 22:43


Médor se stoppa net, profondément surpris. Il commença à fixer la jeune femme, les yeux aussi écarquillés que pouvaient l'être ceux d'un canidé.

Personne ne m'a jamais demandé.


Il se sentait presque ému.

Quoi que... attends ?!

Adeline était la première personne qu'il rencontrait depuis son entrée dans la petite communauté. Logique donc.

Néanmoins, Médor décida d'y réfléchir. Reprenant doucement sa marche, il lui répondit, catégorique

Non, bien sûr que non.


Il s'arrêta à nouveau. C'était plutôt gênant de se dévoiler devant une presque inconnue comme ça. Mais tant pis.

La vérité.... C'est que j'en ai pas. Ou plutôt que je m'en rappelle pas...


Il laissa passer un silence. Autant rabâcher que Esquisse était bourrée de dangers il savait faire, autant mettre Adeline en face d'une réalité crue sur ce qui aurait pu lui arriver en se réveillant, il maîtrisait moins.

En fait, je me rappelle de pas grand-chose. Voire même... de rien.


Il n'avait pas tellement envie d'attirer sa sympathie ou sa pitié.

Je me souviens de ce qu'est un caillou ou de l'odeur du poulet grillé, mais rien qui me concerne personnellement.


Il déglutit.

Pas de famille, pas de nom... Je ne sais même pas si j'ai été réellement un humain un jour.


L'ambiance s'était quelque peu apesantie, et rendait Médor toujours plus mal à l'aise.

Mais au moins, pas de problèmes de conscience, hein ? surtout quand je me mets à mordre les gens


Résumé:
Médor lui apprend qu'il est amnésique.


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
avatar
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 122
Date d'inscription : 08/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 28 Juil - 0:30
(si vous voulez continuer un peu votre discussion, vous pouvez imaginer que ça arrive un peu après)

Passé l'orage et les tumultes, Dalton était revenu dans la conversation comme une fleur, visiblement pour profiter de l'opportunité de lancer les deux dessinateurs dans une nouvelle aventure.

« Si l'exploration du Laboratoire vous tente, j'ai bien une destination à vous proposer.. »

Ce sourire, semblable à tous les autres, était celui du cyantifique qui tentait de refiler une quête.

« Dans le bâtiment le plus long, celui sur lequel s'ouvre l'entrée principale, vous pourrez trouver une infirmerie au rez-de-chaussée. Et dans cette infirmerie, vous trouverez sans doute de quoi désinfecter une morsure du loup, une blessure de tout autre Objet ou, à défaut, des objets intéressants.. »

Sur ces mots, il tendit le seau (qu'il avait visiblement pris le temps d'aller chercher dans le seul but de le rapporter ici) à Médor.

« .... et bien sûr, l'endroit parfait pour aller déposer votre ami le seau et son contenu. »

Plus insistant encore que celui qui tendait son chapeau dans l'espoir d'y voir tomber quelques pièces, Dalton n'attendait que de vous voir saisir le récipient.


Résumé:
Dalton "propose" à Médor et Adeline d'aller visiter l'infirmerie.
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 65
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 28 Juil - 13:12
M'adaptant à l'allure du loup, je finis par traîner des pieds pour suivre ses pauses.

"Mais ça n'a pas beaucoup d'importance, non ? Enfin, à moins que quoi que ce soit ici puisse y faire quelque chose, ce que tu es, c'est un bien drôle d'animal. Pour le reste, c'est à toi d'en décider. Te casse pas la tête... et évite de croquer les gens.", dis-je en lui adressant un sourire un peu jaune. "Je connais pas les coutumes locales, mais m'est avis que sur ce point, l'avis diffère pas trop de chez moi."

Je ne sais pas vraiment quel comportement adopter... J'ose espérer que c'est simplement un gros dur qui cherche rouler des mécaniques, et qui supporte mal le moindre coup à son image féroce, mais qu'il n'est pas si méchant.

Enfin, si ce n'est pas ça, je suis un cadavre en devenir.

J'aimerais dire que je me suis calmée, mais mon coeur continue à battre la chamade tant qu'il est là. Nous continuons notre marche doucement, je prends de grandes bouffées de l'air un peu chaud, tentant de me vider l'esprit en continuant de suivre le loup.

Le court instant de répit dont nous pouvions profiter après ce petit lot de péripéties (que mon bras n'oubliera pas de sitôt) se brise au tournant du labo quand le zouave de tout à l'heure repointe le bout de son nez.

Une infirmerie ? Cool, c'est en effet ce dont j'aurais bien besoin. Et je le fais comprendre à mon ami le loup d'un regard insistant.

Qu'ils se débrouillent avec leur seau, je prends les devant cette fois-ci et me dirige vers l'entrée du bâtiment.

Ah, et aussi :

"Vous l'avez appris où le français, tous les deux ? Enfin, vous semblez avoir une définition bien particulière du mot 'objet', tout de même."
, leur lancé-je au passage.

Résumé:
Adeline se hâte dans la supposée direction de l'infirmerie.
avatar
Blouge. C'est beau le blouge.
Personnages : Médor
Messages : 95
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 28 Juil - 14:45


Comme à son apparente habitude, Adeline répondit à son malaise en prônant le moment présent. Il était ce qu'il était, point. Et ce qu'il faisait, ce qui penchait beaucoup moins en sa faveur pour le coup.

Je ne saurais pas te dire pour les coutumes de chez moi, mais en tous cas, blesser un congénère est improductif, voire même néfaste si on se place d'un point de vue global.


C'était une façon comme une autre de s'excuser et de s'auto-flageller. Le reste du trajet se passa dans le silence, qui se brisa sous l'impulsion de Sire Cyanti-chapeau de paille.

Le Dessinateur n'eut même pas besoin de jeter un œil à sa comparse pour savoir qu'elle devait le broyer sous un regard très lourd de sous-entendus. A cette idée, il leva les yeux au ciel, mais prit sagement le seau, que de toutes façons elle laissait déjà derrière. Toujours aux mêmes de faire le sale boulot hmmm....

Ainsi Médor pénétra à nouveau dans le Laboratoire, mais pas seul.

Résumé:
Médor rentre dans le Laboratoire.

(HRP : la suite est postée dans Bâtiment Bleu, of course)


Code:
<transformation perso="Médor" />



Médor, wild furry friend:

Médor's Behaviour,
Deal with it !

Exploration intensive des abords du Laboratoire


Bonjour Messieurs les Cyantifiques
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum