avatar
Messages : 577
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 7 Fév - 17:49

Les couloirs du rez-de-chaussée sont, en termes d'habillage et luminosité, en tout point identiques quel que soit le bâtiment, c'est-à-dire dépourvues de fenêtres la plupart du temps, et assombries par l'ardoise qui en recouvrent les murs. Quelques notes illisibles se promènent ici ou là, sans doute écrites par un cyantifique qui avait peur de perdre ses idées en marchant.

Vu depuis la porte coupe-feu qui fait la jonction entre les bâtiments, il semble y avoir trois portes de taille différente. La plus grande est une double-porte se trouvant en ligne droite et la porte de taille intermédiaire se trouve à gauche, chacune semblant mener vers une pièce différente. Tout à gauche, isolée de ses deux sœurs moins discrètes qu'elle, se trouve une petite porte.

Enfin, au fond à droite, entre les deux plus grandes entrées, un fin couloir permet sans doute de découvrir d'autres pièces, au cas où vous ne trouveriez pas chaussure à votre pied parmi les trois tailles disponibles.

Pour découvrir une nouvelle pièce, il suffit de vous rendre vers l'une des portes dont la destination est inconnue. Un maître du jeu créera ainsi la nouvelle pièce découverte.
(Si la description ne vous apparaît pas claire, jetez un oeil au Plan)
avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2528
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 7 Fév - 18:03
Au vu de l'architecture en L du Laboratoire, il n'était pas étonnant que la porte coupe-feu ne mène pas sur un long couloir mais plutôt sur un petit espace qui laissait apparaître un nouveau couloir à droite. En revanche, la compétence d'Al en aménagement d'intérieur ne lui permettait pas de prédire l'utilité de chaque pièce, quand bien même chaque porte était différente.

Tout au plus put-il supposer, pour lui-même, que la porte droit devant menait sur une large salle de conférence, de réception ou de restauration, pour peu que le bâtiment ait été, contrairement à la Base, organisé de façon cohérente. Si ce n'était pas le cas, alors ils pouvaient théoriquement découvrir un cirque, une salle de bain, ou même une salle d'arcade de l'autre côté.

Il était mené par le frisson de la découverte et l'espoir de tomber sur quelque chose d'utile.
Peu lui importait au fond, il ne pouvait plus être choqué.

Mécaniquement, il proposa un protocole d'exploration :
« On n'a qu'à ouvrir les portes dans l'ordre croissant. »

Ce n'était même plus une question. Il connaissait la réponse.
Seul ce qu'ils trouveraient au-delà de ces portes pourrait briser la monotonie de leur échange.

Ou bien la renforcer.

Résumé:
Al essaie vaguement d'analyser la situation, comprend que c'est inutile et propose de simplement ouvrir les portes dans l'ordre de leur taille.


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 11 Fév - 20:51
Rien de neuf, ici. Plus de couloirs et plus de portes. Le petit hall derrière la porte coupe-feu a au moins l’avantage d’être un peu vaste et de ne mener qu’à quelques accès, ce qui réduit les chances de se perdre. Pour peu que les pièces alentours ne débouchent pas sur un nouveau dédale, l’endroit mériterait presque de s’y installer. Presque. Même spacieux et à peu près sauf, il n’en demeure pas moins oppressant. Toujours ces murs noirs abritant on ne sait quelles coulisses où des couteaux de cuisine et des taies d’oreillers attendent probablement la scène dans laquelle ils doivent apparaître. Et toujours ces lumières qui n’éclairent que les planches et ceux qui marchent dessus.

Al vient de lancer une proposition, et Kaoren l’a parfaitement entendue. Presque aussi clairement qu’il l’a attendue. Sans procéder à la phase d’analyse de celle-ci, et avortant par conséquent la réflexion qui aurait dû s’ensuivre, Kaoren gratifie d’un simple hochement de tête son interlocuteur, ou en l’occurrence le soliloque qui s’adresse à lui. Puis, peut-être attendri par son regard tout aussi crevé, ou simplement porté par les restes d’un réflexe social, le taciturne accepte de briser un peu du silence pesant :

« Va. »

On est encore loin des dissertations qu’il aurait proférées six jours plus tôt, et c’est en fait à peine si on peut parler de discours. Mais Kaoren en est là. À peine capable de formuler une pensée claire dans cette obscurité, alors une phrase…
Il jette un nouveau coup d’œil rapide sur les alentours pour définir quelle porte sera la première sur la liste, puis fait mine de s’y rendre en entamant quelques pas lents dans sa direction. Des pas plus à même que lui de prononcer une phrase, et cette phrase dit « Quand tu veux, je marche à tes côtés, et je n’y vais pas seul ».

Résumé:
Kaoren acquiesce et s'approche de la première porte.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2528
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 16 Mar - 21:01
Suite du RP dans les Toilettes.

« Bon, on en fait quoi ? »

Ses yeux étaient naturellement rivés vers cette fichue porte qu'aucun d'entre eux n'avait envie de réouvrir pour l'instant. Cette porte qui avait balayé la monotonie de l'exploration sans prélude. Et c'était sur un ton faussement assertif qu'il posait la question, puisqu'il n'avait pas vraiment retrouvé toute sa tête.

En toute logique, trois possibités s'offraient à eux. Considérer que vaincre l'Objet était une priorité, et réfléchir à un plan pour s'en débarasser. Reprendre l'exploration en ignorant se "détail", tout en sachant que le danger pouvait aussi les attendre derrière l'une des deux autres portes alentours. Ou bien ne rien faire du tout, et retourner à l'inertie.

Ce n'était qu'une question de juger leur degré de courage et de fierté. Voir s'il leur en restait encore un peu.

Résumé:
Al se demande à quel point lui et Kaoren ont peur de l'araignée, et surtout demande quoi faire.


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 23 Mar - 18:26
« On en fait un souvenir lointain. »

L'expérience était déjà drapée dans la tête de Kaoren d'un a priori très négatif, mais cette première et dernière péripétie vient d'y porter le coup fatal. L'aventure, c'est bon pour ceux qui aiment le danger, et le danger pour ceux qui aiment l'aventure. Kaoren n'aime ni l'un, ni l'autre, ni à peu près plus rien. Et pour ne rien arranger, sa jambe continue de lui faire mal.

La porte fermée et l'araignée derrière, il s’assied contre le mur, et c'est à peine s'il ne se met pas à le contempler. L'ardoise inspire de plus ternes élans que le cuivre poli, semble-t-il, et même les sillons multicolores du plafond ne suffisent pas à lui faire penser à autre chose.

Il cale sa tête et son dos, peu décidé à se relever. La jambe saine repliée, l'endolorie tendue et les bras sur le ventre, il abandonne lentement et successivement les idées de demander de l'aide, de s'en aller d'ici et d'adresser autre chose à Al.

Résumé:
Kaoren est grave saoulé, répond de ne rien faire, et s'avachit contre le mur.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2528
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 1 Avr - 14:36
« Je vois... »

Toujours aussi doué pour la conversation, il s'était contenté de répondre évasivement. Approuver signifierait renoncer à ces cinq jours où il avait fait de son mieux pour garder la tête à peu près froide. Désapprouver signifierait mentir, ou se foutre de la gueule du monde - parce qu'il ne pouvait certainement pas reprocher à Kaoren d'être couard ou de ne servir à rien. Al était partagé entre l'envie de s'asseoir, lui aussi, et de se recroqueviller jusqu'à ce que les choses s'arrangent, et celle d'utiliser cette chaussure qu'il tenait toujours en main pour se passer les nerfs sur les murs.

Les murs, hein ?

Ils t’auront empêché de tomber quelques instants de plus. Mais eux ne t’abandonneront jamais. Ils ne te jetteront pas dehors au risque que tu y passes pour trouver le temps d’échafauder un moyen de vaincre le monde en tant que murs.

C'était tout comme il avait dit.

Et maintenant, il regrette de t'avoir suivi. Comme tous les précédents. Si ça avait été un Objet plus dangereux, il serait peut-être mort, tu sais ?

Le vent de courage et le flot de panique l'avaient laissé, alors il pouvait enfin entendre sa propre voix intérieure. Et celle-ci n'avait que des reproches méritées à lui faire. Des reproches qui recommençaient à lui nouer l'estomac. Les mêmes sensations que celles qu'il avait côtoyé pendant ces cinq jours.

« Dis.. »

Alors il fallait au moins qu'il se délie la langue. Même si c'était la dernière chose que Kaoren voulait. Même s'il ne lui répondait pas. Même s'il lui renvoyait dans la face ses quatre varités. Parce qu'Al avait sans doute à cet instant-là plus peur d'être laissé seul avec ses doutes que d'être ignoré ou critiqué.

« C'était sans doute vrai, ton délire les murs. »

Lui aussi, il s'était collé contre l'un d'eux. Et lui aussi commençait à glisser, à deux mètres du gamin aux cheveux rouges.

« Mais franchement, il n'y a rien de beau à regarder, ni dans les murs, ni dans le ciel, ni dans le monde... J'en ai juste ma claque, de tout ça, et je pourrai pas prendre exemple sur eux... ni passer mon temps à rien faire, ça me rend coupable pour les autres, et parce que j'aimerais sortir de ce monde.. enfin.. si on peut... mais quand je fais quelque chose je sers à rien, et tout ce que je dis sonne faux, et... »

Ses paroles étaient confuses. Mouillées. Il disait ce qui lui passait par la tête, sans chercher à rendre ça sophistiqué. Ni même audible.

« Peu importe comment j'essaie de voir la chose, je ne sais plus quoi faire... ni quoi dire.. et dès que j'ai l'impression de savoir, ça finit comme ça, les choses s'empirent sans le moindre progrès... »

Il ne voulait pas voir le visage de Kaoren, se doutant qu'il le mépriserait. Ou qu'il le trouverait juste complètement con et inutile. Alors il fixa l'ardoise en face de lui - parce que l'ardoise ne reflétait rien.

Résumé:
Al se souvient de ce qu'avait dit Kaoren et finit par craquer mentalement, en lui expliquant sa situation sans espoir de réponse.


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 2 Avr - 13:49
Qu’Al vienne s’épancher sur son sein n’a rien d’étonnant pour Kaoren, c’est presque s’il ne l’attendait pas. L’ambiance en a pris un sacré coup, elle est devenue assez proche de celle qui régnait dans le camion après le choc, quoique moins intense ici. Et comme au camion, Kaoren finit par trouver son interlocuteur inutile et méprisable. Au mieux, il est capable de rattraper ses âneries après les avoir admises.

La reconnaissance envers Al commence à s’évanouir, chassée par cette idée qu’il n’a fait que tenter de réparer le vase qu’il avait posé contre le bord de la table. Sans Al, rien de cela ne serait arrivé, se répète l’esprit condescendant de Kaoren. Sans Al, pas besoin d’Al.

Alors qu’il se mette à se justifier, et même à entonner un début de discours moralisateur, cela résonne très mal dans la cavité noire et trop pensante qui abrite les pensées de son voisin de mur. Elle a des parois de pierre, et les mots peuvent y résonner longtemps avant qu’elle les avale. Le meilleur moyen de pallier à ça serait sans doute de se taire, laisser les non-dits restés dans son esprit encaisser les mots de l’extérieur, mais c’est un bien piètre rempart que celui dont on voit le bout de loin à pouvoir le contourner. Et lorsqu’il faudra faire sortir toutes ces sales pensées qui se seront infiltrées derrière, cette muraille de silence ne les contiendra que plus longtemps à l’intérieur. Alors tombez les murs et faites-en des ponts, Kaoren reprend la parole dans l’espoir d’évacuer les mots qui lui nuisent plutôt que ceux qui lui feront défaut plus tard. Et parce que le silence précède souvent la fatalité, c’est sur ce ton tragique qu’il partage sa consternation.

« On est tous comme ça. On ne sait pas grand-chose, et on ne peut pas grand-chose. Je ne sais pas comment tu fais pour te persuader aussi fervemment de pouvoir t’extirper de cette condition, je crois même n’avoir jamais vu personne s’accrocher autant que toi à cette idée en dehors des Cyantifiques… »

Et la touche de la reconnaissance qu’il s’était promis de lui partager :

« Au mieux, tu es brave, au pire, tu es inconscient. Mais tu n’es sans doute pas le plus à plaindre. Moi, j’ai dû laisser l’idée d’être brave, et c’est plutôt lourd à vivre. »

« Mais peu sont capables de prendre ce monde à la légère. »

En dehors de ses lèvres, pas un membre de Kaoren n’a bougé depuis son discours précédent. Il pense sans agir, et continue de parler au mur, comme s’il n’avait de toute façon plus d’autre interlocuteur. Ou comme si le mur était devenu son nouveau coryphée. Mais à la différence de ceux de cuivre, celui-ci est incapable de refléter sa personne. Uniquement ses paroles, pour les adresser à d’autres murs.

Donc sur ce point, Al a raison. Il n’y a rien de beau à regarder.

Résumé:
Kaoren déprime métaphoriquement, et partage ça à Al.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2528
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 2 Avr - 22:52
Au moins, il lui avait répondu. Partagé entre le vague sentiment de soulagement et la vague glaciale - et lapidaire - qui émanait de ces mots, Al ne savait ni s'il s'était attendu à quoi que ce soit de particulier, ni s'il avait, au final, particulièrement ressenti l'envie qu'on lui parle. Il comprenait, du moins en partie, la position de Kaoren, mais il la comprenait tout autant que l'on conçoit un point de vue sans pouvoir le partager.

Alors il lui répondit. Sans réellement savoir s'il voulait lui répondre, mais en répondant au moins ce qu'il savait, parmi toutes les inconnues qui l'égaraient.

« Lourd à vivre, oui, sûrement... Je ne sais pas comment tu fais pour te persuader d'abandonner tout espoir sans te tirer une balle. »

Ce n'était pas de la bravoure. Ni de l'inconscience. C'était une pensée des plus simples. Une pensée qui ne reposait pas sur le moindre monologue mélodramatique, ni sur la moindre réflexion impliquant le sens de l'univers, des pièces de théâtres et de l'héroïsme.

« La vie que j'avais il n'y a même pas un mois me manque... Si je dois rester dans ce foutu monde pendant des mois, voire des années... et ne jamais revoir ma famille, mes amis, ma fac, mes habitudes, toutes les choses que j'aime... Autant aller les attendre au paradis, ça abrègera mes souffrances. Et celle des autres. »

Il n'avait pas pu dire cela sans se noyer dans les images et les souvenirs. Un mois seulement. À le dire, ça sonnait si peu. À le dire, ça le réconfortait presque, dans cette idée qu'il était encore trop tôt pour dire qu'ils ne pouvaient rien faire, et que tout restait encore à faire. À le dire, ça lui permettait de caresser l'idée que le monde - le vrai monde - existait encore tel qu'il l'avait connu, quelque part au-delà de ces arabesques dignes d'un mauvais tableau absurde.

Mais à le dire, ça résonnait aussi. Parce que les souvenirs font mal. Ils sont si vicieux qu'ils font passer la plus futile des anecdotes pour un âge d'or, et le moindre visage retenu vite fait pour un proche. Et plus on fait résonner, plus le décalage grandit, plus la douleur monte. Alors faut-il plaindre celui qui croit encore pouvoir répondre à son manque, ou à celui qui a abandonné l'idée de pouvoir le faire ? Ou bien faut-il plaindre les cyantifiques, qui ne semblent pas le ressentir ? Ceux pour qui ce monde est une consolation, sinon un équivalent, à ce que leur réservait la vie jusque là ?

Vraisemblablement, ils avaient mieux à faire que de chercher à poser des opérateurs sur une telle question. Mais ils avaient de toute façon mieux à faire que de rester plantés là, au beau milieu d'un bâtiment inconnu, à soulever des poids qu'ils ne pouvaient supporter.

Il serait pourtant mentir de dire qu'Al n'avait pas envie de continuer. En cet instant, parler c'était comme boire. Même plongé dans une mer acide de manque et d'images, il manquait cruellement d'eau, parce qu'il cherchait une eau qu'il pourrait boire. Qu'elle ait ou non bon goût. Alors il parla.

« Mais si tu es plus à plaindre, je ne sais pas.. Psychologiquement, tu as l'air de t'en sortir. »

Ou au moins, tu parais cohérent avec toi-même.

Et il ria jaune, planqué derrière la cloison invisible qui les séparait.

Résumé:
Al se demande pourquoi Kaori ne se suicide pas, en évoquant son manque vis-à-vis du monde avant l'Esquisse. Après avoir réfléchi inutilement, il dit à Kaoren qu'il a l'air quand même moins fou que les autres.

Note à moi-même : il faut que j'arrête de foutre des métaphores avec l'eau partout. ça devient redondant /crève


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 7 Avr - 16:12
Il croit vraiment ce qu’il dit ? La première fois qu’Al et Kaoren se sont rencontrés, ils se convainquaient mutuellement de pouvoir s’en sortir, comme de devoir tout faire pour y arriver un jour, ou même pour que d’autres y arrivent un jour. À l’époque, le pragmatisme et l’héroïsme détenaient encore beaucoup de territoire dans leurs esprits, et ils tenaient quasiment le même discours.
Et qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Al n’a pas changé l’énoncé de son objectif d’une seule virgule. Kaoren, le pessimisme l’a presque entièrement conquis. Il n’est pas habitué à vivre avec ça sur les épaules, il n’a jamais appris à devoir le supporter. Mais tout le monde ne peut pas croire à ce qu’il veut. Parfois, le monde pense pour nous et fait le choix pour nous. Psychologiquement, Kaoren s’en sort aussi bien qu’un esclave que l’on force à travestir la vérité sur la cruauté son maître en échange de quelques privilèges, dont celui d’être rejeté par ceux qui sont restés fidèles à eux-mêmes.

« Crois ce que tu veux. » retourne-t-il abruptement.

Cela fait un certain temps que les remarques qui lui ont été faites n’ont plus trouvé le chemin jusqu’au cœur de ses pensées. Depuis le camion, si ce n’est plus tôt encore, la réflexion de Kaoren est devenue beaucoup plus agressive. Elle n’accueille plus les piques de ses interlocuteurs jusqu’en son sein et se contente de les maintenir à distance et ne leur opposer que des idées fermes. Aucun effort n’est plus livré pour rendre les discussions fertiles, on les arrose simplement de cendres pour décourager d’autres intervenants d’essayer d’y faire pousser quoi que ce soit. Non pas que Kaoren se complaise dans son nouvel état d’esprit, mais citez-lui en une seule, de fleur qui ait éclos dans ses errances introspectives.
Voilà pourquoi il cherche à clore cette discussion dès maintenant. Il a autant de mal à réfléchir qu’il se fait de mal à tenter, et il se persuade même que ses efforts ne seront pas récompensés à la hauteur du mal partagé.

Résumé:
Rien. Le néant scénaristique absolu.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2528
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 14 Avr - 18:58
Rien. Kaoren ne répondait rien.

Même s'il ne s'était pas attendu ni aux compliments ni à la compassion, Al aurait été satisfait d'un critique acerbe, ou d'un changement de conversation. Du moment que c'était quelque chose qui le contraignait à répondre à son tour. Du moment que ce n'était pas la version plus polie d'un "va te faire voir". Mais il n'était pas étonnant que la conversation finisse ainsi, puisqu'il était si pitoyable. Puisqu'ils étaient si pitoyables. Puisqu'ils jouaient cette scène que l'on regardait à moitié sur son portable, ou qu'on passait systématiquement. Il n'y avait pas moyen que cette discussion serve, ou ait servi, à quoi que ce soit. Ainsi Al tenta-t-il de tout rationnaliser, comme il le pouvait et comme à son habitude, pour se convaincre de rebondir plutôt que de rester au sol.

« C'est ce que je comptais faire. »

Se redressant, il fit quelques pas qu'il l'éloignèrent du gamin et de la porte. Pour se convaincre encore un peu plus, il se fit la remarque qu'il ne manquait plus que le point d'exclamation sur la tête pour faire de Kaoren un PNJ ancré dans le décor et dans l'ambiance du labo, et plus qu'une casquette à l'envers pour faire de lui un gosse boudant après avoir été puni par ses parents. Enfin, il ne manquait sans doute plus rien au matheux pour faire de lui le personnage secondaire que tout le monde détestait. Celui qui mourrait dans une scène sans intérêt, ou qu'on ne tuerait pas parce que cela n'aurait pas d'impact sur le spectateur.

Ça avait le mérite d'expliquer pourquoi Cydna n'était plus là, alors que lui était monté dans le camion. Et pourquoi il était incapable de ne rien faire, tout en étant incapable de faire.

« Je vais aller voir comment s'en sortent les autres, et si je peux trouver une arme plus efficace qu'une chaussure, ou.. »

Fatalement, puisqu'il regardait Kaoren, il savait comment il devait terminer sa phrase.

« Ou quelque chose pour cette jambe. »

Seul le présent pouvait pour l'instant le sauver de l'étreinte du passé et du puits sans fond qu'était le futur. Et puis ainsi, ça lui donnerait une excuse de plus pour essayer de délier la langue de Kaoren lorsqu'ils se recroiseraient.

Résumé:
Face au vent, Al abandonne l'idée de parler à Kaori et tente de se convaincre que de toute façon c'est plus rationnel de partir faire autre chose. Ce qu'il réussit à faire.


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 18 Avr - 12:03
Va donc, Al. Laisse Kaoren méditer et va chercher de quoi soulager sa jambe pour constater la belle que ça lui fera. Lorsque tu annonces ton départ, c’est au mot près ce qui lui passe par la tête. C’est difficile à croire pour qui se trouve dedans que tu lui as sauvé la mise il y a un instant. Encore plus difficile à croire qu’il t’ait été reconnaissant, quand on constate ce qu’il s’efforce de penser de toi maintenant.

Toujours est-il qu’il ne répond que d’un signe de main. Un signe par ailleurs effectué de main morte. Tout au qui-vive qu’il soit face à son propre marasme, il ne daigne pas t’accorder un effort de plus.

Il est probable que Kaoren reste ici un bout de temps. Là où personne ne viendra le chercher, le regarder ou l’empêcher de regarder les murs. Ici, en coulisses, la vie n’est pas plus laide, ni moins captivante. Mais ça, peu de gens le savent. Seuls ceux qui s’y sont rendus ont conscience de ce qui s’y trouve. Les autres n’en savent rien, car on ne les distingue ni du devant de la scène, ni des gradins. Qu’est-ce-que Kaoren n’aurait pas donné pour être le metteur en scène, le costumier, ou même l’écrivain. Eux ne quittent jamais les coulisses, eux ont déjà donné leur performance, et eux n’ont plus que de la fierté ou des regrets, pas ces inexorables doutes. Mais Kaoren est un personnage, alors il endosse le rôle qui reste le plus longtemps en coulisses. Si l’on exclut le rôle du personnage mourant en début du premier acte.

D’où il se trouve, il aura loisir de penser à ce qu’il aurait pu faire, puis de ce concentrer sur ce qu’il n’aurait pas dû faire. Sur comment parfaire sa vie lorsque l’on est Damoclès et que l’épée vacille déjà. Sur comment résister à l’appel du poignard qui rougit du sang de Pyrame. Sur comment brandir son fleuret lorsque l’on affronte un adversaire aussi invincible que la Mort.

Il pourra même envisager que tout cède en un instant…

Résumé:
Kaoren reste assis et laisse Al partir. Puis il se lance dans une introspection de fin de RP et se prépare à une introspection de post-RP, mais ce sera en coulisses.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 2 Mai - 21:52


…le sort s’acharnait-il sur lui ?
Lui qui pensait qu’il allait être seul, le voilà face à l’un d’entre eux. D’une corpulence petite et mince, les cheveux roux, il était adossé à un mur, comme s’il attendait quelque chose. Attendait-il le dernier signe avant le trépas ? Il pouvait bien venir à bout de cet être. Il ne semblait même pas être bien en point. L’écraser comme un insecte n’allait pas être un souci…
Cependant, Canvas était en proie au doute. Etait-ce ce qu’Elle attendait ? Comment devait-il s’y prendre ? Ce n’était pourtant pas si compliqué que ça. Voilà que maintenant lui revenait cette sensation étrange, cette impression persistante que ce goût amer ne lui avait pas toujours été inconnu, impression de vide, d’une brèche qui n’ouvrait que sur le néant…

-Pourquoi persister ?

Malaise qu’il devait oublier. Malaise qu’il devait enterrer par tous les moyens. Et tant pis si le travail était mal fait. Ses yeux se posaient sur ceux du dessinateur. Alors qu’il poursuivait, ses dents tout comme ses poings se serraient :

-Pourquoi lutter contre un monde qui n’est pas le vôtre ? Ne pouvez-vous donc pas vous contenter d’en admirer la beauté ? Jusque-là, vous n’avez fait que l’entacher.

Comment comprendre les dessinateurs ? Comment mieux s’en débarrasser ?

Résumé:

En parlant de la Mort Canvas entre dans le couloir en pensant qu'il allait pouvoir être un peu seul, trouve Kaoren, puis s'agace et lui adresse la parole.


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 6 Mai - 13:28
De tous les survivants qui l'avaient accompagné dans le camion, de tous ceux qui n'avaient pas su échapper au funeste incident de la Ville, de tous les cyantifiques, rebelles comme fidèles, de tous les égarés récemment apparus ça et là dans l'Esquisse, et même de tous les gens sur Terre qui n'ont jamais eu vent de l'Esquisse, pas un seul n'aurait su poser une question capable de résonner dans les pensées de Kaoren avec un tel écho de stupidité et d'inconscience. Il pensait que rester là, dans ce couloir, lui permettrait d'échapper aux remarques ignorantes de ses compagnons, ne serait-ce que pour un temps, et voilà que la scène suivante l'oppose à quelqu'un qui lui assène toutes les questions qu'il s'était posées à ses premiers jours et dont il s'est débarrassé en fuyant la Ville. Au moins, cette fois-ci plus que jamais, Kaoren a des réponses toutes faites et bien ancrées en lui.

« J'ai déjà donné ma réponse à cette question à trois personnes qui me l'ont posée. » commence-t-il. Ses paroles résonnent d'autant de mépris que d'obstination, mais suivent une ligne inexorablement certaine. Il sait ce qu'il dit, et il sait ce qu'il pense. Une fois n'est pas coutume.

« La première est une jeune femme que j'ai rencontrée il y a dix jours, l'époque où j'étais encore semblable à toutes les bonnes volontés qui s'entraident dehors. Je lui ai répondu par les mots suivants : « Si beau soit ce ciel, si artistique soit ce monde, je ne le laisserai pas m'imposer de le contempler ou me menacer d'y mourir. » J'ai refusé qu'un esclave puisse s'attacher à ses chaînes pourvu qu'il apprécie les parfums de la plantation de canne à sucre dans laquelle il ira brûler ses doigts. »

Mot pour mot, Kaoren garde une excellente mémoire de ses propres dires, et par extension des souvenirs qui les accompagnent. Ce second point n'est pas forcément pour lui plaire, et il laisse échapper un grognement en repensant à ce qu'il aurait dû ou n'aurait pas dû dire ce jour-là. Surtout après avoir vu ses états d'esprit bouleversés par deux fois depuis lors.

« La seconde personne, c'est moi. Après quelques jours sous un masque de chevalier en devenir, j'ai enfin rassemblé assez de conscience pour formuler cette question dans ma tête. Et je me suis répondu que personne ne se confortait dans cette fatalité, et que je n'aiderais jamais les victimes de l'Esquisse qu'en les confortant dans leurs perspectives d'avenir, puisqu'il s'agit là des seules beautés qu'ils savent apprécier. Laisser la lueur d'espoir dans les yeux des gens en les aidant à chercher, quoi qu'il cherchent. Ça, c'est une gamine aux yeux dorés, qui me l'a fait comprendre. »

Cela fait longtemps que Kaoren n'a pas tenu un discours aussi long et effréné. Normalement, et à moins d'être trop énervé pour ça, il s'arrête avant de prononcer ses phrases et les pèse pour éviter d'en faire sortir d'autres serpents qu'il n'aurait jamais voulu voir naître, et laisse par le fait même une pause que son interlocuteur pourra saisir pour répondre ou interjeter. Ici, c'est le discours du prof', celui qui a appris son cours par cœur et qui le restitue dans son créneau horaire limité. Un genre de discours auquel il ne s'est plus prêté depuis une dizaine de jours.

« Quant à la troisième, c'est l'Esquisse. Elle a fait s'effondrer la scène sur laquelle je jouais, sur laquelle nous jouions tous, dans l'évidente intention de nous faire cesser de jouer. Moi, j'étais et je suis un figurant sans importance, alors pourquoi m'attacher à mon rôle de la sorte plutôt que d'abandonner la pièce dans l'espoir d'être engagé dans une autre après la mort de mon personnage ? Si l'Esquisse parle, je sais que c'est ce qu'elle m'a demandé. Et je lui ai répondu que je jouerais mon rôle aussi longtemps qu'elle jouerait le sien. Elle m'a asséné la beauté de son incohérence sous la forme de tempêtes et de cataclysmes, et je lui ai répondu que sa beauté était morte avec ceux qui pouvaient la contempler. Et aujourd'hui, elle m'a rappelé que j'étais l'intrus dans ce monde en m'opposant à l'un de ses habitants natifs, et je lui ai répondu qu'elle n'avait pas à interférer dans le mien. »

C'est presque un discours de héros, celui d'un homme prêt à affronter l'invincible pour défendre ses idées. Sauf qu'il est tenu par un fou, un faible et un fuyard qui a réfléchi beaucoup trop longtemps. Rien qu'un homme à l'allure d'un gamin, persuadé d'avoir raison autant qu'il en est fier. L'Esquisse pourrait bien le détruire maintenant, il sait qu'il mourrait sans plus avoir tort, et longtemps avant son orgueil.

Résumé:
Kaoren est tout aussi agacé de voir Canvas, et lui répond par une longue tirade.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 10 Mai - 18:17

Il cherchait une réponse, une raison pour laquelle ces envahisseurs s’obstinaient à souiller la beauté de ce monde qu’il aimait tant. Devant lui, l’exemplaire miniature des dessinateurs lui répondait. Ce n’était pas une réponse courte, loin de là, elle était même assez complète. Même s’il éprouvait toujours cette rage contre cette espèce intruse, au moins sur ce coup-là, contrairement aux fois précédentes, il était tombé sur un individu qui savait répondre. Il ne recevait qu’un raisonnement strictement humain. Un dessinateur qui se pensait être victime d’un sort que sa race avait elle-même enclenché. Canvas n’interrompit pas son discours, souhaitant le laisser s’exprimer, essayant de comprendre ce qui pouvait bien les motiver, lui et ses semblables, à persister ainsi.  Ce raisonnement n’était pas incohérent, du moins reflétait-il une logique qui ne correspondait pas à la sienne. Ils étaient inconscients, peut-être même étaient-ils idiots. C’était du moins le cas si tous pensaient comme ce rouquin.

Plus le discours continuait, et plus il saisissait. A ses oreilles, cela sonnait comme les paroles d’un homme menant une lutte sans nom, une lutte sans but, un chemin qui ne menait nulle part. L’errance d’un fou, ou d’un aveugle, c’était là tout ce qu’il avait compris. Mentalement, Canvas était reconnaissant envers Celle qui avait guidé ses pas jusqu’ici, sinon sûrement aurait-il été tout aussi perdu que son interlocuteur. Alors que les autres se noyaient dans l’incompréhension, se laissaient porter de droite à gauche par les vagues sans comprendre pour quelle raison vivaient-ils, lui parvenait encore à voguer sur sa barque. C’était une barque rongée de remords et de doutes, mais elle flottait encore. Et s’il réussissait à la réparer, alors tout pourrait redevenir comme dans ses souvenirs, ceux de la belle Esquisse paisible.

Silence. Le dessinateur avait terminé son discours.

-Je vois.

L’âme errante en face de lui avait-il encore des raisons de vivre ? Par pur instinct ou par volonté brisée ? C’en était écœurant. De la vermine qui rampait en attendant la Mort.

-Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ce monde est-il si déchaîné ?

S’il était aussi sensé qu’il ne le laissait paraître, alors il avait dû se poser la question une fois, un jour.

-Regardez donc autour de vous : plus vous êtes présents, plus vous êtes nombreux, et plus la situation empire. N’avez-vous pas pris conscience que c’est vous qui avez provoqué Sa colère ?

C’était une occasion pour lui de pouvoir déverser la colère qu’il retenait. Il poursuivit en fixant le dessinateur miniature :

-Vous n’avez respecté nulle parcelle, nulle âme de ce monde. Vous avez empiété cette terre, imposé vos propres règles, sans même consulter ceux qui ont vu le jour ici. Vous avez fait vos propres choix, sans en mesurer les conséquences. Cette beauté, vous l’avez détruite de vos propres mains, et de vous-même, vous vous enfoncerez vers votre propre destruction.

Ce n’était pas seulement sa voix qu’il faisait entendre, c’était aussi celle de la Créature la plus Majestueuse de ce monde. Peut-être celui-ci pouvait-il comprendre, comprendre qu’ils étaient victimes de leurs propres machinations.

-Chacune de vos initiatives est vaine, Elle détruira tout ce qui émanera de vous, d’une façon ou d’une autre. Laissez-vous donc aller, oubliez vos misérables espoirs, et permettez Lui de terminer ce qu’Elle a commencé.

Après tout, il était plus difficile de survivre que de se laisser mourir.


Résumé:

Canvas répond au pavé à Kaoren et lui propose de se laisser mourir gentiment.


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 296
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 20 Mai - 14:07
Sitôt qu’il en vient aux phrases qu’il a apprises par cœur, Kaoren tend à se borner facilement dans son idée. Que la réponse qui lui soit venue vienne à le faire douter, il ne l’attendait pas. Bien sûr, Kaoren n’est pas un irrationnel prêt à suivre la parole des annonceurs d’aubes mystiques en tous genres, mais s’il y a bien un endroit où de tels propos peuvent être tenus par quelqu’un sans qu’il mérite d’être targué de fou, de fanatique ou de dément, c’est bien ici.

Offenser l’Esquisse et en subir les représailles… L’idée n’est pas bête. « Plus vous êtes présents, plus vous êtes nombreux, et plus la situation empire. » Force est de constater les faits. Les Dessinateurs arrivent dans ce monde par dizaines, et s’établissent en communautés permettant au plus faible nombre possible d’y succomber. Puis surviennent les cataclysmes, qui réparent ce déséquilibre et refont le compte les habitants. L’on pourrait arguer que ces pauvres gens n’ont pas demandé à se retrouver ici, mais c’est sans doute moins leur nombre que leur comportement qui deviendrait une offense. Ils ont probablement tenté de forcer le sort, et c’est le sort lui-même qui les aura punis, tant il est vrai qu’on ne peut priver personne de ses libertés.

Mentalement, Kaoren se fait violence pour accepter toutes ces idées inacceptables. C’est difficile d’admettre sa part de responsabilité dans une catastrophe de cette ampleur, et difficile de faire preuve de clairvoyance dans ces conditions. Mais il s’efforce d’y parvenir.

« J’imagine que tu as raison. »

Ce jeune homme aurait raison. Il ne partait pas gagnant a priori, les fusillades de son regard qu’il avait maintenues pendant tout l’exode et à l’encontre de tous ceux qui partageaient son sort n’avait pas aidé à inspirer chez Kaoren une quelconque empathie envers lui. Mais il semble que ce regard s’appuie sur un mépris très légitime depuis le début. Peut-être qu’à constater les fautes des siens et chercher à les réparer, c’est bien lui le plus blanc. Même au sens figuré. Peut-être est-il une sorte d’ange Jesrad venu signaler aux hommes que le mal n’est pas forcément où l’on le cherche, que certains maux sont nécessaires à un bien supérieur, et que la fin justifie les moyens. Et si Kaoren s’avère être Zadig, son appropriation de l’Esquisse s’avère ironiquement proche du zadisme.

« C’est une façon assez logique de voir les choses. Surtout ici et maintenant. »

Kaoren ne relève pas le ton méprisant ni les insultes directes, ni même la menace de la fatalité. Son interlocuteur est probablement aussi juste que sévère. Mais ne sachant d’où il semble tenir toute cette lucidité, et curieux de découvrir un nouveau rôle que celui des figurants et des acteurs s’étant trompés de pièce, Kaoren ne peut s’empêcher de poser la question :

« Tu es né ici, toi ? »

S’il a « imposé ses propres règles, sans même consulter ceux qui ont vu le jour ici », c’est peut-être l’occasion de se rattraper une fois pour toutes.

Résumé:
Kaoren accepte presque - j'ai dit presque - reconnaît l'avis de Canvas comme étant à peu près logique et lui demande s'il est né dans l'Esquisse.




Les tarty's du temps où on en avait:





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum