Penrose - Juste un peu d'or autour de ma foi

avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 322
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Avr - 0:00

Penrose


APPELLATION
Heather Aurélie Penrose. Aurie pour les intimes, et juste Penrose pour les autres.
Ceux qui l’ont rencontrée peu après son arrivée – principalement des cyantifiques – la connaissent parfois sous son vrai prénom, Alison, mais elle l’a oublié entre-temps et ne se reconnaîtra plus si vous l’appelez de la sorte.

ÂGE
27 ans.

NATIONALITÉ
Canadienne, naturalisée Cyantifique.

GOÛTS
Elle aime les nombres premiers, mais elle tolère le huit. Elle vénère le trois, le cinq et le nombre d’or. Elle aime aussi la physique subatomique, l’ontologie, les pavages non-périodiques localement régulés du plan, l’étude des propriétés inhérentes aux bases arithmétiques d’écriture des nombres en numération positionnelle et le chocolat chaud.

ARRIVÉE DANS L'ESQUISSE
Il y a sept jours.



Description



Avant l’Esquisse, elle se nommait Alison Mareethread, thésarde à l’Université des Arts et Sciences de Montréal, à quelques mois à peine de soutenir son dossier final au titre accrocheur : « Étude des propriétés de croissance et de stabilité moléculaire ou structurale des réseaux quasi-cristallins dodécaédriques de type Ho-Mg-Zn engendrés par refroidissement en flux ternaire ». Correctement assidue et assez passionnée de cristallographie pour investir un effort sérieux dans son travail, elle était arrivée à cette phase de la troisième année de thèse où l’on oscille chaque semaine entre la saturation et la neurasthénie. Et ça ne lui réussissait pas vraiment. À force de doute et de fatigue, elle en était venue à perdre de l’intérêt pour son sujet d’étude après l’avoir jugé trop superficiel, sinon plat. Elle se confortait de plus en plus difficilement dans l’idée d’avoir consacré trois ans de recherche à l’étude d’une gamme de propriétés d’une structure spécifique. Elle se sentait trop loin des lois fondamentales et des grandes découvertes. Non seulement cela lui donnait l’impression de n’offrir qu’une thèse parmi d’autres du même acabit, et donc de n’avoir aucune chance de taper dans l’œil d’un jury, mais elle nourrissait l’impression de se lancer dans un projet sans âme, sans identité. Et cela ne correspondait pas à son caractère.

Alison avait toujours été une fille un peu folle, ou du moins très sérieuse dans ses délires. Parmi ses plus notables, elle encensait les nombres premiers au point d’écrire son prénom "Allison" au lieu "Alison" pour qu’il contienne sept lettres au lieu de six. Elle avait également pris l’habitude d’écrire ses notes numériques en base cinq, et utilisait le terme "chiffre" pour les nombres premiers ou le nombre d’or – qu’elle appelait donc "chiffre d’or" – et le terme "nombre" pour tous les autres. La grande blague de ses amis était de dire qu’elle aurait un jour refusé la main d’un homme parce qu’il lui aurait offert un bouquet de douze roses.

Pour ainsi dire, Alison était déjà friande d’inutile et de délirant bien avant d’être confrontée à l’Esquisse. Seulement, elle vivait dans une réalité bien plus sévère sur ce plan, et c’était un grand frein à ses excentricités que sa situation en troisième année de thèse et celle qui l’attendait en post-doctorat. Bien sûr, elle adorait les règles de la physique, et à plus forte raison constater la simplicité et la rigueur avec laquelle elles gouvernaient l’univers, mais le monde de la recherche ne semblait pas faire autant de cadeaux à sa liberté que celui des études, et elle redoutait de plus en plus l’idée de devenir une chercheuse typée et remise aux normes. Elle savait qu’elle ne concéderait jamais toute son identité à quelque destin que ce soit, mais une part de sa personne et de sa créativité semblait condamnée à être abandonnée sur le chemin du succès.

Mais ce jour n’arriva pas. Au contraire, un monde encore plus fou qu’elle décida de reprendre les rênes de son destin ; elle se retrouva du jour au lendemain catapultée sous les cieux roses de l’Esquisse.

Se retrouver dans une situation pareille, lorsque vous avez été éduquée à grands coups de la rationalité la plus ferme et imperméable qui soit, que vous avez même frôlé pendant vos études le sentiment d’avoir compris le fonctionnement l’univers… se retrouver dans une situation pareille en tant que physicienne, en somme, c’est un coup dur asséné sans gants.

Il en fut d’abord de même pour Alison. Elle se prit par instants à hurler sur les incohérences qui l’entouraient, elle qui était si habituée à son monde et à l’élégance des équations qui le structuraient. Sa première crainte consciente, qui fut aussi sa plus conséquente, fut celle de vivre à jamais dans un monde inexplicable, un monde où les propriétés nécessaires n’existaient plus, un monde où le nombre d’or n’avait plus aucun charme, un monde même où tout nombre pouvait être premier sans qu’aucun ne le fût vraiment…

Toutefois, l’espoir ne prit que quelques heures à renaître. Comme beaucoup, Alison avait rapidement été menée vers la Ville après son arrivée dans l’Esquisse, mais comme elle s’enquérait sans trêve sur la possibilité de donner un sens à ce monde, un petit malin la redirigea vers un groupe de cyantifiques qui se réunissait dans la Bibliothèque, un peu en marge. Alison n’attendit même pas de les rencontrer pour recouvrer le sentiment que tout était encore possible, et lorsqu’elle s’entretint enfin avec eux, si austères fussent-ils lors de cette première fois, elle fut enchantée de constater les efforts qui étaient livrés pour recoller ce monde avec des théories solides. Et bien sûr, elle décida d’apporter son aide, d’abord comme assistante, puis rapidement comme théoricienne à part entière.

En six jours, elle développa la "théorie des espaces indomptables", une théorie supposée décrire le comportement de la cohérence dans l’Esquisse, basée sur ses connaissances approfondies de physique et de mathématiques. Dans les grandes lignes, l’Esquisse ne serait pas globalement incohérente, mais localement incohérente, c’est-à-dire que les incohérences de l’Esquisse ne peuvent surgir qu’en certains temps et lieux. Elle a établi une sorte de quadrillage de l’espace dans lequel les cases sont plus ou moins cohérentes, et les incohérences ne peuvent se produire que dans les cases les moins cohérentes. Son modèle lui donne par ailleurs des raisons de penser que l’incohérence est née à un endroit précis et s’est répandue avec le temps, et qu’elle peut entre autres retrouver cet endroit en mesurant la hauteur du ciel d’Esquisse à plusieurs endroits grâce à son « théorème d’Heather ». Elle a donc désormais besoin, en plus d’établir un mode opératoire pour y parvenir, de trouver quelques bonnes volontés pour l’aider dans ses mesures.

Entre-temps, elle a oublié son nom de naissance et, plutôt que d’aller le redemander à ses quelques collègues qui le connaissent, a décidé de se faire appeler Penrose.

Elle a aussi décidé de s’installer en Ville pour ses travaux théoriques, en s’arrangeant un petit rez-de-chaussée dans une rue située non loin de l’hôtel. C’est un moyen pour elle d’échanger avec des profanes, ce qui avait assez bien stimulé son imagination dans l’établissement de sa théorie.

Désormais, Penrose continue d’approfondir certains détails de ses travaux et cherche un moyen de les soumettre à l’expérience. Comme dans son ancienne vie, elle reste animée d’une ribambelle de délires dont elle ponctue ses feuilles de notes et ses conversations. Notez par exemple qu’elle ne parlera jamais de "Cyance", mais de "Scyance", pour la même raison qu’elle se faisait prénommer "Allison" auparavant. De même, elle parlera des "Scyantifiques", mais au singulier, ce sera toujours un "Cyantifique". Ainsi, elle a sa petite personnalité remarquable au détour de la rue où elle travaille, d’autant plus maintenant qu’elle a commencé à se mettre en quête de larbins pour ses mesures… rien de potentiellement dangereux, sur le papier, mais allez croire une cyantifique.

Spoiler:

Informations obligatoires pour le registre des personnages
Lien de l'image utilisée comme avatar principal (200*280) : https://i.servimg.com/u/f62/19/32/49/68/penros16.png
Personnage utilisé pour votre avatar (et œuvre dont il est issue) : Fullmetal Alchemist - Riza Hawkeye
Description succincte de votre personnage (en mots-clefs, voir le registre pour les exemples) : Jeune cyantifique - Délires mathématiques chroniques - Théorise la cohérence de l'Esquisse




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 207
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Avr - 8:15
Oh elle est chou ! Sur le coup j'ai cru que c'était Winry sur l'avatar.
Et je crois que tu t'es trompé d'endroit pour poster la fiche (ou alors c'est un troll très malin xD)


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 322
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Avr - 15:11
... Absolument. Félicitations, tu as l’œil. T'aurais participé tous les jours à la chasse aux dés que t'aurais empoché la première place, dis-donc.
T'façon, qui va regarder la catégorie ? On regarde dans les messages récents, non ?

Bon, en tout cas, je corrige ça avant que l'administratrice ne s'en rende compte.




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2554
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Avr - 20:00
Moi aussi j'ai cru que c'était Winry, mais quelque chose me troublait en termes d'allure ou de couleur d'yeux alors j'ai scrollé tout en bas pour ouvrir le spoiler

Le pire c'est qu'en tombant sur la fiche, je me suis pendant un instant demandé "il a posté dans la bonne section ?" avant de me répondre "oh ça va, c'est Kaori, il connaît le forum quand même...". Comme quoi, ne faites jamais confiance à votre staff
Mais bref.

Bienvenue dans les Brises, ô futur second porteur du pseudonyme violet-indigo-foncé !

Je suis contente de voir ce personnage. Pas seulement parce que tu l'as vilement teasé pendant des semaines, mais aussi parce que je suis contente de te voir jouer une cyantifique, et donc apporter ta propre interprétation/vision/pierre à l'édifice qu'est la cyance (te connaissant, je n'avais pas de doute, ça allait forcément être beau à voir et d'une absurdité qui semble se tenir, car quoi de plus fun que de justifier l'Esquisse en complexifiant abusivement les choses ?). Mais en plus de ça, Penrose/Allison est mignonne, simple dans son concept mais rendue humaine complétée par la "petite" touche Kaoren je dis petite touche maintenant, mais je ne retire pas ce que j'ai dit à minuit, c'est littéralement une Kaoren.
Bref, par contre, il faudra que tu réécrives la moitié de ta fiche, ça colle pas avec l'univers comme tout est bon, ma foi, inutile de rallonger inutilement mon post, j'ai hâte de voir cette jeune cyantifique sur le terrain ! Et puisque Kaoren et Al s'entendent très bien, j'ai pas de doute sur le fait que dans les Brises aussi, nos personnages sont faits pour s'entendre.


PS : Pour le code de la transformation, tu connais le fonctionnement, ce sera Penrose pour le pseudo~


Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum