Embrouillimani et compagnie

avatar
Maximum 100 caractères !
Personnages : Stephen Young
Messages : 14
Date d'inscription : 23/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 1 Juin - 9:56


J’ai trouvé mon chemin jusqu’au Labyrinthe, pas de problème. Mon parcours n’a peut être pas été le plus court chemin mais il n’y a pas d’urgence. Je ne suis pas repassé par la ville et j’ai emporté avec moi un de ces gros fruits, de la taille d’une pastèque, du champ d’éolienne que j’ai réussi à l’attacher après plusieurs tentatives avec des lianes. Je ne suis pas sûr qu’il finisse pas à un moment donné étalé sur le sol, on verra. Je trouverai bien quelque chose dans le labyrinthe.

Par contre, personne ne m’a suivi. Ma verve n’a pas été suffisante ou ils se sont trop ramollis. Je parierais surtout sur la seconde. Bref, puisque j’y suis je pourrais y entrer, en trouvant l’accès pour y pénétrer. Mais y aller seul serait triste. Ça va manquer de jeunes à bousculer. Puis, j’ai le temps, je ne désespère pas de faire une bonne pêche à l’extérieure de cette énigme, structure, embrouillamini ?  J’aime bien ce mot. Pour passer le temps, au lieu de rester les bras ballant à faire le tour de l’embrouillamini, je fais ma petite expérience en jetant des cailloux vers les murs/haies. Le résultat varie, pas systématiquement, et de façon aléatoire. Il se fait avaler, recracher, avec bruit ou sans bruit. Pour varier encore plus, je décide de tenter le coup avec d’autres trucs, comme des bouts de brindilles. Je m’accroupis, sans écouter mon dos râler, pour trouver ce que je cherche.

Et, impossible de se relever. Mes genoux ont décidé de faire le concert avec mon dos. Pas d’autre solution que de se laisser tomber pour s’asseoir et essayer de délier tout ça. Ma maigre récolte se retrouve éparpillée au sol, évidemment.

« Ahlala les jeunes, jamais là quand on a besoin d’eux ! »

Oui, il n’y a personne – devant moi en tout cas – et alors ?! On peut râler quand on veut, c’est bon pour la santé. Puis, les absents ont toujours tords, inutile de discuter ce fait bien établi. On me l’a déjà bien assez dit. Bref, puisque aucune âme charitable ne daigne apparaître devant moi, j’entreprends la grande aventure de me relever tant bien que mal. Ce qui n’est pas forcément très gracieux. Mais je suis seul après tout, non ?

« T’es bien enquiquinant toi aussi ! »

Non mais c’est vrai. Je suis jeune encore, je le sais. Mon corps l’a juste oublié et fait des siennes. C’est pénible. Bref, du quatre patte je devrais pouvoir retourner à deux. Et continuer ni vu ni connu.
avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 276
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 2 Juin - 14:39
Je repense à toute cette histoire d’écart entre ma théorie et son application en pratique. Ce serait bien que j’aie une idée globale, une sorte de coefficient d’approximation appliqué à mon arctangente pour obtenir une valeur plus proche de la réalité, un coefficient lui-même dépendant de la distance et du nombre moyen d’obstacles à la bonne propagation des mouvements incohérents qui ont pu être rencontrés depuis le centre d’hégire. Avec un peu de chance, je pourrais même découvrir que ce coefficient serait à peu près constant en raison d’un principe ergodique engendré par une trop grande densité de mouvements incohérents isolés. Quelque chose comme une efficacité, plus ou moins régulière. Ceci dit, la croissance et la décroissance du potentiel d’hostilité en fonction de la distance sont exponentielles, je vois mal un facteur linéaire pouvoir la moyenner. Non, je ne vais pas pouvoir couper à l’inclusion d’une variable d’état supplémentaire. Enfin, de toute façon, je n’ai toujours pas résolu le problème de la mesure de l’incohérence. Il me faudrait une idée, n’y a-t-il personne ici avec qui je pourrais aller stimuler mon imagination ?

Au bord du Labyrinthe, un vieil homme se tient à quatre pattes. Curieux choix. Il vaut mieux se tenir sur deux membres, c’est toujours plus joli avec un nombre premier. En tout cas, ce sera l’idéal pour converser ! Un point de vue aussi différent du mien ne peut qu’être prolifique dans l’avancement de mes réflexions ! Et puis les vieilles personnes sont des sources intarissables de vécus à partager, peut-être aura-t-il découvert dans les terres les plus lointaines de l’Esquisse quelque lieu à l’incohérence profondément marquée. Ou simplement aura-t-il déjà visité le Labyrinthe et pourra me faire part de ce qu’il y a vu et trouvé.

Bon, le meilleur moyen de me rendre compte, c’est encore d’aller le voir. Je n’ai pas mis ma blouse, par anticipation de l’éventualité d’aller visiter l’endroit, donc j’échapperai au moins à l’a priori chargé de méfiance. D’autant qu’en l’approchant, je réalise qu’il a l’air bougon. Sans doute ne s’est-il pas retrouvé dans cette position par choix. De ce fait, je ne serai pas désinvolte au point de lui demander son aide dans ces conditions. À la place, je vais lui proposer la mienne.

« Je peux vous aider ? »

Je lui lance cela tout sourire, mais le cadre s’y prête trop. En fait, les lieux sont paisibles et plutôt jolis, si l’on exclut le vieil homme en train de se tordre. Le sol a son herbe, avec quelques brins jaunes ou blancs de-ci de-là, il y a des cailloux en bois sculpté au pied de la haie qui ne manquent pas de charme – la plupart ont onze stries – et la haie elle-même présente des branches agencées sur des sortes de panicules régulières, qui leur donnent une jolie élégance mathématique. C’est plutôt un bel endroit, que ce Labyrinthe. Et plutôt une belle journée qui semble s’annoncer.




Les tarty's du temps où on en avait:





Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum