Silence --- Je n'aime pas qu'on me dise de me taire.

avatar
Je n'aime pas qu'on me dise de me taire.
Personnages : Silence
Messages : 21
Date d'inscription : 08/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 8 Juil - 3:10

Silence




APPELLATION
Silence ; Si ; Sisi. Elle s’appelait Viviane avant de se réveiller dans l'Esquisse, mais elle ne se souvient plus de ce nom.

ÂGE
Douze ans.

NATIONALITÉ
Anciennement française.

GOÛTS
Aime tout ce qui se mange tant que c'est comestible, tout ce qui s'écoute comme musique tant que c'est audible, aime par dessus tout qu'on la laisse faire ce qu'elle entend tant qu'elle ne fait de mal à personne. Peu difficile en terme de confort, tant qu'elle a un endroit où dormir et de quoi s’emmitoufler lorsqu'elle a froid, elle se satisfait de ce qui l'entoure. Elle adore lire.

ARRIVÉE DANS L'ESQUISSE
Aujourd'hui même.


Description


Papillonnant des cils face au ciel rose, la jeune fille se réveilla. On ne pouvait assurément pas parler d'enfant, car malgré son jeune âge manifeste, son bon mètre soixante-dix la faisait sembler plus vieille qu'elle ne l'était en réalité. Cependant, elle était rondouillarde, ce qui à l'opposé, infantilisait ses traits.

Elle se leva avec lenteur, s'étirant un peu au passage, et pouffa de rire. Elle trouvait que c'était un très beau rêve. Elle voyait bien la Ville, mais n'en avait cure, préférant gambader dans le champ d'éoliennes, rajustant de temps en temps sur son nez les lunettes rouges qui lui mangeaient le visage. Elle avait bien remarqué que ses cheveux étaient devenus plus sombres, d'un brun tirant presque sur le noir, contrastant avec ses anciens cheveux couleur terre de sienne, mais après tout ce n'était qu'un simple rêve, pourquoi s'inquiéter d'un tel point de détail ?

S'arrêtant net, elle sembla soudain réfléchir au fait qu'elle avait conscience d'être dans un songe. Un rêve lucide ? Mais c'était absolument fantastique ! Elle avait essayé en vain pendant des années d'en faire, et maintenant... Elle battit des mains et se mit à trottiner deçà delà, guillerette, s'amusant des oranges poussant sur les éoliennes ou des brins d'herbe, riant d'un rien. Un des fruits tomba en la frôlant, écrasant presque son pied gauche, puis se mit à remonter pour se raccrocher comme il le pouvait à sa pale d'origine. La fillette explosa de rire en voyant l'orange, désormais dans un équilibre précaire au sommet de l'éolienne, changer brusquement de couleur puis exploser en une myriade de petites ombrelles jaunes, qui contre toute attente s'envolèrent. Elle s'éloigna à reculons au cas où le fruit désormais vert viendrait à retomber, et trébucha sur quelque chose.

Ce quelque chose était en fait quelqu'un. Un grand gaillard roux aux doigts faits de bacon brûlé pour être exact. Pendant que la jeune fille tombait étrangement avec une grâce sans équivoque, l'Esquisse ayant subitement décidé de la faire bouger au ralenti, il eut le temps de se relever tranquillement et de considérer sérieusement la possibilité que la gamine soit une nouvelle habitante, théorie plus ou moins confirmée par l'expression effrayée qui se peignait sur le visage de cette dernière. De toute évidence, elle n'était pas habituée à ce que les règles les plus basiques de son monde se tordent pour elle.

Avant qu'elle puisse toucher le sol, il la rattrapa et la remit debout d'un même mouvement.

- Alors gamine, tu est nouvelle ici ?

Bouche bée, la fillette se pencha pour fixer d'un regard circonspect la doigts de viande carbonisée de l'homme.

- Tes doigts... Ça fait mal ?

- Hem, hé bien, pas vraiment. C'est juste galère au quotidien en fait. Mais je te demandais si tu étais nouvelle, et...

- Nouvelle où ? On s'en fout non, c'est qu'un rêve, faut juste profiter avant de se réveiller.

- Erh... Comment expliquer ça rapidement... Tu est ici dans un monde parralélo-alternato-machin-truc-muche, et tu ne peux plus revenir à ta vie d'avant.

La petite se figea, sourcils froncés, nez retroussé, une moue boudeuse aux lèvres.

- Elle est débile ta blague. Même pas drôle.

Le grand gaillard soupira. Un instant il sembla chercher ses mots, puis au moment où il ouvrit la bouche pour essayer d'expliquer à l'enfant qu'il ne blaguait pas, cette dernière pivota sur ses talons, lui tournant le dos.

- Non ! Non, non, non, NON ! pesta-t-elle. Tais-toi ! Tu ne vas rien dire du tout, je suis dans un rêve, point barre !

- Bon bah... Bienvenue dans l'Esquisse ma grande. Fais comme chez toi. Y'a l'Hôtel dans la Ville si tu as besoin d'un toit pour commencer. Salut !

Sur ces mots, il partit d'un bon pas vers l'horizon dans laquelle il se fondit. Littéralement. Laissée seule, la jeune fille commença par se précipiter à l'endroit où l'homme avait disparu, pour y trouver une sorte de gigantesque pièce d'étoffe suspendue au ciel, qui imitait le paysage alentour et masquait ce qui se trouvait derrière. Indétectable de loin, machiavélique. Pas la peine d'essayer d'aller de l'autre côté, il avait sûrement déjà trouvé un moyen de se volatiliser. Le ciel s'assombrissait, probablement une sorte de nuit locale, et l'enfant commençait à grelotter. Ce n'était pas étonnant à vrai dire, puisqu'un petit nuage d'un rouge fluorescent qui attaquait la rétine s'était arrêté juste au dessus de sa tête pour déverser une sorte de barbe-à-papa glaciale sur elle.

La petite fille commençait à se rendre compte qu'elle ne rentrerait pas à la maison. La maison ? Ses souvenirs étaient flous, comme mal gommés de sa mémoire, laissant sur la feuille de papier de son esprit une trace de crayon étalée. Elle renifla ostensiblement, essayant de s'empêcher de verser quelques larmes. Elle était perdue dans un monde qu'elle ne connaissait pas, un monde qui de toute évidence se fichait éperdument de la logique, elle était seule, elle avait froid, faim... Le dernier point se régla rapidement lorsqu'elle cueillit un peu de la barbe-à-papa qui tombait doucement au sol et la fourra dans sa bouche. C'était délicieux ! Elle reprit quelque grappes de la sucrerie avant de se résigner à se diriger vers la Ville, dans l'espoir de trouver l'Hôtel dont l'homme aux doigts en bacon lui avait parlé.

Ses pieds lui faisaient mal. Elle n'avait marché que quelques cent ou deux cent mètres, mais sur un terrain comme l'Esquisse, marcher une centaine de mètres revenait à courir au pas de charge un marathon pour quelqu'un qui n'était pas entraîné. Elle parvenait cependant à avancer plutôt correctement entre deux aberrations logico-physique, apparemment monnaie courante dans ce monde, dont une meute de chips arc-en-ciel à pattes d'autruches, une boîte d'allumettes qui hululait à qui mieux mieux, ou la trompette à cordes qui s'accrocha comme une perdue à la jambe du jogging de la jeune fille, qui dut se la traîner comme un prisonnier son boulet. Cette dernière s’emmitouflait dans son sweat-shirt gris dans l'espoir de se réchauffer un peu, mais l'instrument agrippa sa manche et se suspendit, porté par la fillette.

- Tu te gênes pas toi...

La trompette cracha un riff de percussions qui fait sursauter la jeune fille.

- Je suppose que je devrais même pas m'en étonner...

Le cuivre acquiesça d'un roulement de tambour et s'accrocha de plus belle au pull, dont la propriétaire se résolut à le traîner jusqu'à la Ville. Elle passa les porte de l'hôtel dans un état plus qu'étrange, bien que ça ne devait pas énormément choquer les habitant. Poisseuse d'une sorte de gelée jaune, empestant le jus de pomme rance à cent pas à la ronde, un instrument de musique furieusement agrippé à la manche et des pinces à linges roses fluo accrochées sur son sweat de manière à faire un arpège de sol mineur lorsqu'un les tapotait dans l'ordre. De toute évidence, ce monde était très doué pour signifier aux nouveaux arrivants qu'ils étaient en une terre hostile à toute forme de logique. La petite comprenait déjà qu'il ne servait à rien de chercher une quelconque cohérence en ces lieux.

Elle se dirigea d'un pas lourd vers le comptoir et se vit accorder une chambre, qui se révéla être une palourde géante greffée par elle-ne-savait quelle autre aberration de cet endroit. Pas un seul meuble, une simple couverture et un petit oreiller. Elle se contenta de s'y effondrer pesamment, manquant d'écraser la trompette dans sa chute. Allongée sur le dos au fond du coquillage, elle retira une à une les pinces à linge, qui n'attendirent pas pour tracer un ballet aérien qui eût probablement été très joli s'il n'avait pas été exécuté par des pinces à linge roses fluo qui peuvent faire un arpège de sol mineur.

Grognant de lassitude, elle se retourna sur le ventre et se leva lentement, se dirigeant vers une porte percée dans la paroi, qui donnait sur un très exigu cabinet de toilette dont la parfaite normalité paraissait presque étrange au vu du lieu. Elle se débarrassa de la gelée jaune et de l'odeur nauséabonde de cyanure gâté, lava sommairement ses vêtements, et sortit de la chambre-palourde-géante pour aller au bar de l'Hôtel, la trompette toujours aux basques. Elle choisit ce qui lui paraissait le moins étrange sur la carte, un "jus de paramplemousse-crâneberries" qui semblait bien innocent, coincé comme il était entre un "cocktail alcoveslisé guiviolette pimenté" et un "retourne-boyaux formule cyantifique". On lui servit en réalité une boisson pétillante — pour ne pas dire bouillonnante — couleur sirop de mélasse. Un petit crâne décoratif en sucre était accroché au bord du verre. Elle comprenait la faute d'orthographe maintenant... Elle trempa ses lèvres dans le liquide et en but une copieuse lampée, ce qu'elle regretta aussitôt lorsqu'un goût de fromage aigre lui envahit la bouche. Elle se dépêcha de déglutir et toussa à s'en arracher la gorge, pliée en deux sur le comptoir. Sur les tabourets, tout le monde riait plus ou moins, les habitués trouvant drôle les gaffes de la petite nouvelle. La trompette produisait un très rapide son de cymbale, signe, probablement, qu'elle riait. Un vieil... Homme ? Un vieil humanoïde à la tête de mangouste lui adressa sur un ton gouailleur un :

- Héhé, ça c'est bien les nouveau, 'prennent toujours le mauvais truc.

- Merci bien monsieur, je suis touchée de votre sollicitude. Vous aurez autre chose à ajouter ou vous préférez continuer à vous payer ma tête ? répliqua-t-elle, essuyant précipitamment les larmes qui lui étaient montées aux yeux au goût de sa boisson.

- T'énerve pas morpionne, c'est mauvais pour la santé, rit-il dans ses moustaches. T'aurais fait la même chose, te vexes pas p'tite.

Elle souffla ostensiblement du nez et une petite moue boudeuse se peignit sur son visage.

- Mouais... Ok. Tant qu'à faire, y'a quoi d'autre comme bizarreries dans le coin, que je puisse éviter de me taper l'affiche à chaque pas que je fais ?

- Hoho, t'as pas fini si tu veux tout connaître, s'esclaffa le simili-humain. Voyons... Il y a le labyrinthe, mais c'est un peu dangereux, surtout pour une gamine. Y'a le champ d'éoliennes... La biblio' aussi. Tenue par de vrais rats !

- Une bibliothèque ?! s'illumina l'enfant.

- Une bibliothèque, confirma son interlocuteur.

La jeune fille attrapa la trompette, qu'elle cala sous son coude, remercia précipitamment l'homme-mangouste, fit mettre sa boisson sur une ardoise, et se précipita hors de l'Hôtel et de son bar. Tout commençait ici et maintenant...

Spoiler:

Informations obligatoires pour le registre des personnages
Lien de l'image utilisée comme avatar principal (200*280) : https://www.zupimages.net/viewer.php?id=18/27/2isp.png
Personnage utilisé pour votre avatar (et oeuvre dont il est issue) : Mirai Kuriyama de Kyôkai no Kanata
Description succincte de votre personnage (en mots-clefs, voir le registre pour les exemples) : Très jeune, rêveuse, myope, distraite.


Dernière édition par Wish le Mar 28 Aoû - 10:22, édité 1 fois
avatar
Je n'aime pas qu'on me dise de me taire.
Personnages : Silence
Messages : 21
Date d'inscription : 08/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 28 Aoû - 10:02
J'ai terminé ! Ç'aura pris son temps (beaucoup pris son temps), mais c'enfin là ! o/
avatar
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 315
Date d'inscription : 22/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 28 Aoû - 18:08
Presque deux mois pour la finir, mais elle est finie ! Faudra que je vérifie, mais tu dois détenir un record esquisséen là-dessus.
Après, on t'en veut absolument pas pour avoir traîné, même si le règlement pinaille là-dessus. C'est déjà bien que tu sois arrivée au bout , parce que les autres fiches qui peuvent rivaliser en temps de finalisation, c'est les innombrables fiches jamais terminées qui traînent dans les archives du forum.

En dehors de ça, tout est en règle. Au cours d'un épineux débat que je te retranscris ci-dessous, l'administration a décidé de valider.
Le débat en question :
"[16:38] Kaoren: Oh, je pense qu'on peut valider.
[16:39] Eelis: D'acc"
Profite, c'est pas tous les jours qu'on partage des discussions secrètes du staff.

Bref, en un mot comme en cent :


Félicitations !


Te voilà officiellement validée en tant que joueuse des Brises ! Désormais, tu vas pouvoir faire s'émerveiller ton personnage sous le Ciel rose comme le fait si bien ce gif de bienvenue, et vivre force aventures avec les autres personnages ! Bon, ils n'aiment pas forcément tous les enfants de douze ans, maiiis tu trouveras certainement quelque part où te caler.
Tu peux maintenant t'arranger un RP avec quelqu'un sur la taverne ou dans le sujet dédié dont je te reposte le lien ici par convenance. Et si les membres font de la ségrégation envers les gens qui ont un avatar de poney, ton administrateur à l'avatar de petit lapin ou la fondatrice à l'avatar de petit cockatel se feront un plaisir de les remettre dans le droit chemin.

Dernière chose, voici la balise que tu devras mettre au début de chacun de tes posts de RP pour transformer ton image de profil en l'avatar de ton personnage, que tout le monde puisse profiter de la petite bouille de Mirai :
Code:
<transformation perso ="Silence">

D'ailleurs, pour la petite anecdote, sache que le choix de ce personnage comme avatar nous a bien fait rire, dans le staff, parce qu'il s'agit de celui du bot Discord chargé de tirer nos décisions au hasard. De par chez nous, on a tendance à dire que Mirai est le troisième admin' d'Esquisse. Sois digne de ce prestigieux avatar !

Ceci étant dit, il ne me reste plus qu'à te souhaiter un bon jeu et une bonne expérience de RP parmi nous !




Les tarty's du temps où on en avait:





avatar
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2543
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 28 Aoû - 18:29
Bienvenue à ton petit personnage dans l'Esquisse des Brises !

J'ai bien ri sur cet enchaînement de scènes et d'incohérences de l'Esquisse, j'espère qu'on reverra ton imagination en jeu. (d'ailleurs, Bubulle ne répondant pas depuis un moment, je devrais être dispo pour un RP, si jamais)(Svante (de Stormower), Audebert (Titan) et Lys, le 2nd personnage de Licorne, ont pas de RP en cours non plus)

Par rapport au registre, ton personnage ayant une couleur de cheveux différentes, et l'avatar que tu proposes étant déformé, je me demandais si ça ne te dérangerait pas d'en faire un autre, surtout pour inclure le changement physique ? (si tu le souhaites ou si tu ne sais pas comment procéder, je peux te faire ça)


avatar
Je n'aime pas qu'on me dise de me taire.
Personnages : Silence
Messages : 21
Date d'inscription : 08/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 28 Aoû - 19:28
J'sors le champagne, une validation et un r'cord ^^ Un r'cord de lenteur, mais un r'cord tout d'même ! Merci beaucoup ^^ Oui, l'avatar a été un peu fait à l'arrache en cherchant un personnage qui m'ressemblait vagu'ment vu qu'Silence est censés êt' à peu près moi, donc j'veux bien la modif', merci beaucoup Eelis, et désolée ^^' C'fou les coïncidences ^^
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum