Folie d'Esquisse
Messages : 681
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 31 Oct - 18:01

Infirmerie



Une fois passée la porte, le constat le plus évident est que l'on distingue plus nettement le fond de la pièce que ses propres pieds. L'éclairage n'est pas plus vif ici que dans le couloir, mais il se trouve contre le mur d'en face une structure beaucoup plus brillante que les tuyaux pourtant prévus à cet effet qui serpentent au plafond. Quel est donc ce nouvel engin ?

En apparence, il s'agit d'un lit de patient autour duquel descendent en spirales d'autres tubes lumineux, formant une sorte de cage. La dite cage semble pouvoir être remontée grâce à un treuil situé juste à côté, et montant manifestement jusqu'au plafond. Au flanc du lit, dans le coin droit du fond de la salle, se trouve un grand bac contenant une demi-douzaine de mannequins d’anatomie ayant subi diverses mutilations, lésions et mutations.

Quant aux environs de la porte, ils sont la partie la plus rassurante du lieu. À gauche se trouvent des étagères de fonte, ainsi qu'une armoire de pharmacie. Juste à droite, en entrant, une table d'opérations, totalement immaculée, et sur laquelle ne traînent que de vieux chiffons. Enfin, collé contre le coin avant-droit de la pièce, un bureau sur lequel sont entassés quelques fragments de l'éternelle paperasse qui fait le propre d'un bon laboratoire, ainsi qu'un petit sachet duquel s'est déversé un peu de ce qui s'apparente à un engrais sous forme d'une poudre aux reflets turquoises.

À travers ces premières observations, difficile de déterminer le genre de médecine auquel les précédents occupants des lieux se sont adonnés. Mais vous pouvez toujours vous rassurer en vous disant que les scientifiques capables des pires moyens sont souvent ceux se destinant aux plus grandes découvertes…

État de la fouille : Terminée
Objets découverts : Sachet d'engrais, Boussole meunière, Verre grossissant, Plaquettes de cachets PNRS, Trousse de secours


Note d'un MJ : Le sachet d'engrais est automatiquement découvert en raison d'un jet de dé chanceux.
FreeSoul7
La seule chose qui peut surpasser le talent est la persévérance.
Messages : 69
Date d'inscription : 02/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 31 Déc - 1:30



Soraya ouvrit lentement les yeux. Encore entre le sommeil et l’éveille, elle mit quelques temps à se rendre compte qu’elle n’était plus adossée au mur du couloir, mais allongée sur le dos. Le cœur de la jeune fille ne fit qu’un bond alors qu’elle se relevait en position assise sur l’étrange lit où elle dormait. Sa tête venait de heurter un entrelac torve de tuyaux lui rappelant la forme de tentacules.  Ces appendices tous reliés à un dispositif inquiétant se tenant au dessus d’elle, tel une pieuvre cherchant à piéger sa proie, achevèrent de lui retirer l’air des poumons. Elle donnait des coups de pieds dans le vide, s’acharnaient de ses bras comme s’ils étaient des serres jusqu’à ce qu’elle finisse par tomber du lit, frappant le sol d’ardoise.

Malgré la douleur qui lui irradiait les membres, elle se releva aussi vite qu’un félin et recula jusqu’au fond de la pièce tout en jetant des regards paniqués autour d’elle. La jeune fille aurait juré avoir poussé un cri de terreur. C’est alors que quelque chose d’inhabituel se produisit. La salle était sombre, impossible, même d’en apercevoir le fond et pourtant, l’espace d’un instant, la pièce sembla inondée d’un rayon de lumière qui traçait le contour de chaque forme, chaque objet. Ainsi Soraya découvrit qu’elle se trouvait dans une sorte d’infirmerie au protocole douteux. On y trouvait entre autre, cette étrange machine près du lit, mais aussi une table d’opération, un bureau, des armoires…Puis, les ténèbres s’emparèrent à nouveau de la pièce, plongeant l’adolescente dans une mer de questions. Il lui semblait être étouffée de l’intérieur, comme si on lui empoignait le cœur pour le serrer de toute ses forces. Mais que venait-il de se passer ?

Lentement, Soraya se releva en s’appuyant contre le mur et attendit. Le silence hurlait inlassablement son existence, jouissant de sa puissance, se jouant de la faiblesse de l’être terrifié qui se trouvait dans la pièce. L’adolescente aurait bien voulu hurler elle aussi, lui faire comprendre qu’elle était là, appeler au secours, mais la seule chose qu’elle parvint à faire fut pousser une sorte de couinement pathétique : le premier son qu’elle faisait depuis son arrivée. À nouveau, l’éclair envahit la salle, lui montrant la porte de sortie, juste à l’autre bout de la pièce, devant elle. Si elle esquivait le lit et sa machine tentaculaire, le bureau et la table d’opération, elle pourrait l’atteindre sans problèmes. C’est alors qu’une idée commença à se frayer un chemin dans son esprit. Se pourrait-il que…

Soraya ferma les yeux, tenta de se concentrer et rassembla ce qu’elle avait de forces dans ses pauvres cordes vocales et recommença l’exercice. Au moment même où ce son troublant sortit du fond de sa gorge, elle ouvrit les yeux et aperçut à nouveau les rayons de lumières invitants qui semblaient vouloir la guider vers la sortie. L’hypothèse qu’elle avait alors formulée dans sa pensée quelques instants plus tôt se révélait vraie : elle pouvait se servir de l’écholocation. Incroyable. Décidemment, cet endroit ne faisait pas qu’affecter les gens mentalement, mais aussi physiquement. Et Soraya eut le pressentiment que cette minime découverte n’était que la partie immergée d’un iceberg, s’enfonçant d’une terrible profondeur dans l’océan de mystères qui submergeait cet univers.

À l’aide de son nouveau pouvoir, elle se dirigea calmement vers la sortie. Une fois devant la porte, elle l’ouvrit doucement et se retrouva à nouveau dans le couloir. Seule. Où était donc passé Kaoren ? Et qui l’avait transportée jusqu’à l’infirmerie ? La jeune fille regrettait la présence de l’enfant, il lui avait semblé pendant un instant que les choses pouvaient aller pour le mieux et elle se retrouvait à nouveau à la case départ. Elle espérait seulement que le garçon allait bien, mais elle ne put déceler aucune trace de violence aux alentours. De plus, elle songea que Kaoren devait connaître l’endroit beaucoup mieux qu’elle et elle décida de ne pas trop s’en faire pour le moment. Peut-être le retrouverait-elle plus tard dans ses explorations ?

Résumé:
Soraya découvre une nouvelle capacité que l'esquisse lui a donné et retourne dans les couloirs.
P.S
Désolée pour l'absence


FreeSoul7
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum