[Sydonia/Stephen] Alerte orange !

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2668
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 3 Jan - 1:01
Note HRP : Ce RP se déroule pendant l'animation de l'Éternuitée.


« C'est donc à ça que ressemble le champ en pleine nuit ! » s'exclame Sydonia, contemplant de loin tous les piliers qui semblent disparaître dans la pénombre.

Elle ferme les yeux un instant pour se concentrer sur le ronronnement qu'elle entend ; c'est celui des hélices en perpétuelle rotation dans les hauteurs, ou bien peut-être de ces monstres tapis ça et là qui attendent leur heure pour se manifester. En se concentrant, elle sent aussi le froid, le frais, le vent, l'odeur des oranges si caractéristique de cet endroit. Tout ici lui paraît naturel et familier.

Pour autant, s'il n'y avait pas eu cet évènement pour troubler l'écoulement des jours et, avec lui, la vie de tous les habitants de la Ville, la jeune femme n'aurait sans doute jamais quitté la cité (et surtout pas au beau milieu de la nuit !). En sa qualité de maître d'Hôtel auto-proclamé, Sydonia a envoyé bien plus de gens dans ce champ qu'elle n'y est allée avec ses propres jambes, ce grâce à un échange de bons procédés bien aidé par la naïveté des nouveaux dessinateurs qui n'attendent jamais qu'une occasion de se rendre utile pour mériter leur logement temporaire. Pourquoi les envoyer ici spécifiquement ? La réponse est plus simple qu'il n'y paraît : les fruits qui y poussent, d'autant plus grands et juteux que l'on se rapproche des hauteurs, sont prisés par une majorité de citoyens, incluant Sydonia elle-même, et les services des nouveaux aventuriers sont toujours moins onéreux que ceux des ramasseurs d'oranges professionnels. De plus, Daisy, son canard de compagnie, a tendance à devenir rebelle si on ne lui donne pas son Jus d'Éole (comme on l'appelle parfois pour le différencier des jus d'orange de qualité moindre) une fois tous les trois jours. La chasse aux oranges est donc un élément vital au bon fonctionnement de l'Hôtel et donc (comme Sydonia aime s'en convaincre) de la Ville toute entière.

Mais revenons à nos moutons. Si le sus-mentionné évènement n'avait pas éteint la lumière pour une durée bien trop importante et encore indéterminée, Sydonia se serait sans doute contentée de prendre son mal en patience jusqu'au lever du jour. Hélas, l'attente n'est plus une option ; les réserves de jus ont désormais atteint un point critique, et Daisy a commencé à manger toutes les tapisseries du bâtiment en guise de représailles. Comble de la malchance, la nuit étant rude, impossible de convaincre qui que ce soit d'y aller à sa place.

« Qu'à cela ne tienne, pour sauver la Ville, j'irai les cueillir moi-même, s'il le faut ! » lance-t-elle, manifestement sans se rendre compte qu'elle parle toute seule.

Armée d'un lampion récupéré en douce avant que l'ESPOAR ne décide d'interdire leur utilisation, elle s'aventure plus en avant au milieu des piliers végétaux, guettant la moindre présence aux alentours. Dans son sac à dos, elle a pris un couteau de cuisine et une corde, respectivement récupérés dans sa cuisine et dans un débarras où elle entasse des objets qu'on lui donne ou qu'elle récupère dans les chambres une fois celles-ci vidées. Il n'est pas dit que cela suffira, mais elle essaie de se convaincre qu'elle devrait au moins pouvoir attraper les oranges qui pendouillent vers le bas pour survivre quelques jours.

Tout ira bien dans le meilleur des mondes.

Elle s'arrête et dirige sa lumière vers les lianes qui entourent l'une des éoliennes, tendant son bras vers le haut dans l'espoir d'élargir son champ de vision. Faute d'apercevoir les fruits tant convoités, elle entend un bruit proche qui la pousse à brusquement changer la position du lampion qu'elle bouge jusqu'à apercevoir une silhouette humaine. Elle n'est pas seule au milieu de la nuit.

Sans attendre, elle s'approche de ce qui se révèle être un vieil homme. Parfait ! Avec un peu de chance, il s'agit d'un vétéran - si possible un cueilleur d'oranges professionnel en pleine mission. Et même si ce n'est pas le cas, il pourra peut-être l'aider dans sa quête.

« Vous êtes là pour chasser, vous aussi ? »

Faites qu'il dise oui !


Tiha
Maximum 100 caractères !
Personnages : Stephen Young
Messages : 63
Date d'inscription : 23/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 12 Jan - 10:22


Comme quoi l’Esquisse sait rester déconcertante. On croit s’y habituer mais elle nous reprend tout de suite. Si les jours succédaient aux nuits jusqu’à présent, ce n’est plus le cas. Du moins, c’est ce que nombre de personne semblent croire. C’est une bonne occasion pour avoir une aventure de nuit ! D’habitude, il faut dormir etc, sinon la forme n’y est pas. Là, c’est une bonne occasion d’avoir l’énergie et une ambiance au poil ! Dommage que les autres ne l’aient pas encore compris, trop obnubilés à réparer le problème ou à quelques théories du complot… Ça ne fait rien, ils y viendront à point nommé. En attendant, il faut se nourrir ! Quoi de mieux pour ça que le champ d’Éolienne ?

Premier lieu auquel j’ai abouti ici, il y a de ça d’innombrables jours et où je suis retourné de multiple fois. Je ne me lasse pas de leurs fruits, du spectacle de leur turbine ou des chutes palpitantes. Cueillir ces oranges relève d’un véritable art. Aujourd’hui, pas d’aide de la lumière du jour, pas d’ombre pour prévenir de l’arriver d’une orange. Tombée ou lancée. Qu’importe. L’esquive en sera d’autant plus périlleuse.

Avant tout chose, je devais trouver le bon arbre. Celui qui me parlera, pas nécessairement littéralement. Et après, se lancer dans l’aventure en tentant de ne pas se bloquer en cours de route. Tout cela est un peu comme…

« Vous êtes là pour chasser, vous aussi ? »

Voilà, de la chasse ! Parce que ce n’est pas tout d’arriver en haut, encore faut-il que le fruit n’ait pas bougé de place !

« Vous êtes là pour chasser, vous aussi ?! Vous êtes au bon endroit et en bonne compagnie ! En plus, vous êtes équipée ! »

Une jeune un peu plus dégourdie que les autres. Excellent ! Je ne suis pas si sûr de l’utilité du lampion. Du moins, qu’il soit plus intéressant qu’inconvénient. Pas de luciole ici, c’était bien la seule source de lumière et ça allait potentiellement attiré une intention de trop. D’ailleurs, il en fallut de peu pour qu’une petite orange, de la taille d’un melon, rencontre la tête de la jeune. Un rire cristallin se fit entendre provenant d’entre les ombres.

« Vous devriez vous éloigner de votre lampe. »

Dommage qu’elle ne put pas bouger d’elle-même. Ou qu’aucun d’eux n’ait d’Objet les accompagnant. Lui n’en avait pas, c’est sûr. Seulement une corde faite de liane et un petit couteau.
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2668
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 21 Jan - 13:44

Le vieil homme ne laisse pas échapper d'indice sur son expérience dans le domaine, mais son enthousiasme à la tâche suffit à arracher un sourire à Sydonia.

Un sourire qui s'en va sitôt qu'une douleur vive et soudaine ne vienne tracer, à l'avant de son crâne, un futur bleu, et sur son visage une grimaçe de couleur. Par réflexe, elle recule, regarde rapidement autour d'elle, cherche la cause du mal. Le coupable est mollement tombé sur le sol, face à elle, et il est rond.

« Aie aie aie... Au moins elle est relativement petite » soupire Sydonia, ramassant l'orange pendant que le vieux semble se gausser. Elle songe à tenter le regard accusateur, mais les expressions faciales ne sont guères évidentes à voir dans la pénombre. Tant pis, c'est de bonne guerre.

« Vous devriez vous éloigner de votre lampe. »

Le lampion ? Pourquoi est-ce que le lampion aurait à voir avec cet incident ?

Sydonia réfléchit quelques secondes, se laissant aller aux certitudes qui la fondent.

...

Mais oui ! Comme si elle avait toujours su, Sydonia pose son lampion sur le sol et recul.

« Vous avez raison, ce n'est pas raisonnable. »

Après tout, il ne faudrait pas attiser la colère des bêtes de l'ombre qui se réfugient dans les hauteurs du Champ sitôt la nuit tombée. On raconte qu'elles jettent un mauvais sort à quiconque vient troubler leur repos ; une malédiction qui provoque des accidents impromptus, sinon la mort, dans les jours qui suivent l'outrage. Une légende dont tous les aventuriers sont au courant pour peu de s'intéresser un peu au lore.

Enfin, sans lampion, un problème demeure : comment atteindre le haut des éoliennes, et donc les meilleures oranges, sans se fier à la vue, et surtout sans  retomber tête la première ?

« Hmmm... »

Déjà, il faut s'assurer de la coopération du vieux. Puisqu'il est sans doute là pour les oranges lui aussi (qui irait risquer son intégrité physique en pleine nuit juste pour le plaisir de l'aventure ?), il va falloir faire des compromis sur le butin, quitte à partir sur du 50/50, et élaborer une stratégie qui tire partie de la collaboration.

En escalade classique, il suffirait d'en avoir un qui joue le rôle de l'assureur, et un qui agit comme le grimpeur. Problème : cela implique d'avoir au préalable accroché la corde en hauteur, et donc d'avoir grimpé, ce qui signifie un retour au problème initial. Ici, il va donc falloir que chaque personne assure mutuellement l'autre, en passant par des points d'ancrage intermédiaires, et pouvoir utiliser la corde en rappel. La stratégie semble être risquée, à moins qu'aucun d'entre eux ne tombe, mais c'était ça ou se contenter du menu fretin.

Après avoir expliqué cette possibilité au vieux, mentionnant au passage ce qu'elle possède dans son sac, elle conclut :

« Alors, ça vous tente ? »


Tiha
Maximum 100 caractères !
Personnages : Stephen Young
Messages : 63
Date d'inscription : 23/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 3 Fév - 15:42


Si ça me tente ? Mes pieds tenaient à peine en place alors qu’elle expliquait la façon la plus sûre de procéder. La petite a de l’ambition ! Elle est pas venue pour faire de la cueillette à ras le sol. J’hésite entre l’entraîner dans une petite danse de la joie, la faire seule, ou me contenter d’acquiescer simplement. Tristement. Puisqu’elle est là, et aventureuse, autant en profiter. Cédant avec joie à une impulsion des plus naturelle, je l’entraîne avec moi loin de son lampion qu’elle a su laisser par terre. L’action est plus parlante que des mots !

« Cet arbre me plaît bien !  »

De l’instinct pur. On ne distingue pas le sommet, ce qui est un bon signe pour la taille des fruits. Quand au reste, mystère. Un peu comme l’inconnue à côté de moi. J’ignore tout d’elle ou presque. Je ne l’ai aperçue que quelques secondes avant que nous ne retournions dans l’obscurité. L’essentiel c’est qu’elle soit présente et volontaire !

« Tu prends la tête et tu me montres comment faut faire ? »

Pas que je me débine. Le bruit sourd qu’on entend « au loin », vers là où se trouve la seule source de lumière du champ, n’a rien à y voir. Je n’ai juste jamais fait de l’escalade avec un assureur tout ça. Ce qui ne semble pas être son cas.

« Au fait, si jamais t’as besoin de m’appeler pendant la montée, moi c’est Stephen. »
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2668
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 4 Fév - 0:16
La réponse du vieillard ne se fait pas attendre. Sydonia n'est toujours pas sûre que ce plan soit bien raisonnable, mais elle se laisse volontiers entraîner dans ces ténèbres à peine traversés par quelques lucioles amicales. Au moins, pas de signe de la malédiction en vue.

Très vite, son interlocuteur désigne une éolienne qui lui semble convenir, sans prendre la peine d'argumenter ni de débattre sur le sujet. Une telle certitude doit aller de pair une certaine expertise, comme envisagé à peine plus tôt.... ou bien avec une folie avancée, mais la jeune femme ose espérer que tout cet enthousiasme ne va pas la mener en enfer.

« Très bien. », lui répond-t-elle, acquiesçant à la fois sur la cible et la méthode.

Il pourrait sembler étrange à première vue qu'un pro ignore les techniques de montée à deux, mais à vrai dire Sydonia n'a jamais essayé non plus, et suppose que la différence est relativement grande avec le travail en solitaire. Enfin, il pourrait également s'agir d'une ruse pour laisser quelqu'un partir en éclaireur, et donc faire face aux intempéries en premier, mais pas un choix très ingénieux puisque le premier qui monte sera aussi le premier à rafler la récompense.

Le vieux lui communique son nom, rappelant à la maîtresse d'hôtel qu'elle a affectivement oublié d'échanger cette information dans le processus.

« Et moi, c'est Sydonia ! »

Un instant, elle se demande si ce "Stephen" ne fait pas écho à l'une de ces rumeurs qui se diffusent parfois jusqu'au comptoir de l'Hôtel de la Ville, endroit qui centralise (en partie grâce à la boisson et à la sociabilité de sa tenancière) une partie des récits d'aventures des nouvelles pousses. Impossible cependant d'en venir à la moindre conclusion. Probablement une fausse alerte.

« J'accroche ça autour de ma taille, explique-t-elle aussitôt en désignant, si le vieux peut la voir, un morceau de la corde qu'elle vient d'extirper de son sac. Et vous, vous prenez ce bout. »

Elle tend l'autre extrémité à Stephen, se prépare, puis s'approche de la fameuse éolienne. Prenant quelques secondes pour tâter la végétation qui l'entoure, elle constate que celle-ci n'est pas humide, et qu'il devrait y avoir suffisamment de points d'accroche pour grimper, au moins jusqu'à une hauteur raisonnable. Un autre avantage de passer la première, c'est que son petit camarade ne risque pas de lui envoyer par mégarde une orange à la figure.

« Prête quand vous l'êtes ! » s'enthousiasme-t-elle finalement, pour se donner un peu de courage dans la pénombre.


Tiha
Maximum 100 caractères !
Personnages : Stephen Young
Messages : 63
Date d'inscription : 23/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 18 Mar - 23:30


Un bout de corde en main, des explications déjà à moitié oubliées, et voilà, on est parti ! C’est le noir complet quant à ce qui nous attend, mais n’est ce pas là tout l’attrait de l’aventure ?! Sydonia semble partager mon entrain, ça fait plaisir à voir. Ou plutôt à entendre. Je ne peux que répondre sur le même ton. On fait déjà bonne équipe. Ce morceau de nuit va être épique !

« Ouvre le chemin, je te suis ! »

Grimper avec un morceau de corde en main, ce n’est pas très pratique. C’est même plutôt encombrant. Je monte quand même presque aussi vite que la jeune femme. Il ne doit pas y avoir plus d’un bras de distance entre ma main et son pied. Je gère bien malgré la gêne. Peut-être que si je lâche cette corde qui ne me sert à rien je pourrais grimper encore plus vite. Voir même la rattraper. Le tronc est assez large et les prises ne manquent pas. Même dans le noir, j’en trouve. C’est presque comme si l’arbre créait des petites aspérités pour nous faciliter la tâche. Il ne nous fait même pas mal ! C'en serait presque trop facile.

« Alors ça te plaît ? »

Inutile de demander si elle voit une orange aussi bas. On doit à peine avoir fait cinq mètres. Peut-être plus, qui sait ? Difficile de se repérer avec toute cette obscurité. Le petit halo de lumière perdu n’aide pas vraiment. Il semble juste très lointain. Ça rajoute un petit côté surréel intéressant. Comme si on montait sur une éolienne infinie. Le sommet présent qu’au bout d’une aventure titanesque. C’est beau. Une petite pause les deux pieds bien ancrés et c’est reparti.

« Ça te gêne si je laisse la corde ? »
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2668
Date d'inscription : 10/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 10 Avr - 23:57
Monter une éolienne, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Passé l'engouement rayonnant de naïveté qui se prétend prêt, Sydonia plonge brutalement dans la sombre réalité de sa décision. Il va falloir grimper. S'accrocher aux lianes instables. Se salir les doigts, les cheveux, le visage. Mettre le nez dans les feuilles. Monter. Puis réussir à redescendre. Faire confiance à un parfait inconnu  pour éviter la fracture du crâne.

Alors qu'elle franchit les premiers mètres qui la séparent très vite du sol, une grimace invisible vient rayer le visage de la jeune femme. Si elle n'avait sa fierté (et si le vieillard n'était pas juste en bas), l'hésitation aurait pu la pousser à redescendre et à réfléchir à une autre solution, comme par exemple essayer de faire tomber les oranges plutôt que d'aller les chercher.

Hélas, le choix est fait. Il ne reste plus qu'à fait confiance à Stephen, après tout en cas de chute il y a la cor...

« Ça te gêne si je laisse la corde ?

- OUI ! » répond-elle aussitôt, penchant la tête vers son interlocuteur par réflexe, le ton de sa voix ponctué par une inquiétude soudaine.

Maintenant qu'elle est gagnée par la peur du vide, il semble à Sydonia que ses mains sont accrochées avec moins de ferveur qu'avant, que l'éolienne est plus instable et que les feuilles qui lui caressent le nez l'envahissent à l'en empêcher de réfléchir. Soit il est complètement fou et inconscient, soit c'est un professionnel qui juge parfaitement utile le port d'une corde pour s'en sortir.

Dans les deux cas, s'il y a une chose dont l'apprentie aventurière est certaine, c'est qu'elle n'a pas envie de voir sa seule sécurité pendouiller négligemment. Hélas... S'il y a une autre chose qui déborde d'évidence, c'est que si l'autre personne ne partage pas une inquiétude, il est bien inutile de tergiverser dessus à grand renforts d'expressions de panique, puisque Stephen risquerait bien de s'en amuser et de faire exactement le contraire du bon sens, en considérant que cela sera plus amusant ou plus formateur. Il est généralement plus pertinent de convaincre - à défaut de persuader - son interlocuteur de ne pas faire une action indésirable en allant dans son sens. Et puis, ça évitera de perdre la face si l'autre est complètement sûr de lui.

« Après tout... se reprend Sydonia en essayant de récupérer une voix détendue. Si l'un de nous tombe et se fracasse le crâne, il ne pourra plus remonter, et c'est moins amusant comme ça, hohoho ! »

Bon, la fin était peut-être de trop, mais il en faut au moins autant pour convaincre la jeune femme de continuer l'aventure.

Elle referme ses prises sur l'éolienne.

Tente d'avancer de quelques décimètres.

Son pied glisse, se rapproche dangereusement de la main de son compère, puis se reprend de justesse.

« Ahahah... »

Faites qu'il ne lâche pas la corde.


Tiha
Maximum 100 caractères !
Personnages : Stephen Young
Messages : 63
Date d'inscription : 23/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 26 Avr - 17:13


Parfois, je me surprends moi-même. Je suis resté stoïque face à l’arrivée rapide d’un pied de la miss pas-si-petite-que-ça-vu-de-près. Réaction tout à fait adaptée puisqu’elle a su se reprendre avant de glisser davantage. Encore une preuve, s’il en est besoin, que je suis toujours aussi apte à braver le danger ! Et que ma compagne d’aventure ne se débrouille pas si mal dans ce domaine. Même son rire respire le bon vivant.

« Inutile d’en faire la démonstration ! Continuons plutôt d’avancer. »

Hmm, ces mots me font passer pour un être bien trop sage alors que je ne souhaite que poursuivre la montée. Là, à peine à quelques mètres au-dessus de nous, se tient la première grosse branche. Cet endroit marque un tournant dans notre escalade. D’ailleurs, alors que je me dirige vers celle-ci pour m’y asseoir, afin d’admirer notre progression, je remarque un rameau légèrement brillant. Sa douce lumière verte m’interpelle. Un mystère qui vaut bien quelques risques, et même un petit détour. Après m’être hissé sur la fameuse branche, je m’éloigne de sa partie épaisse pour m’approcher de l’éclat lumineux. L’éolabre freine ma progression, rappe mes mains et mes fesses. Certainement que mes pieds m’auraient amené plus vite à destination mais…

« Hé, regarde Sydonia ! »

Fièrement, j’exhibe ce qui se révèle être une espèce d’épuisette géante à ma comparse dont mon esprit avait effacé la présence momentanément. Ce n’est qu’alors, tourné à moitié vers elle, une main sur l’écorce et l’autre tenant l’objet, ou l’Objet, que je remarque l’absence de la corde si chère à la chef de file. Rien de bien grave. En plus, elle m’aurait clairement gêné pour revenir en arrière tout en tenant ma trouvaille.

Comment je fais au fait ?
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum