Épreuve n°1 - La fuite [A4, B4, C4]

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2677
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
le Ven 22 Fév - 0:09

Épreuve n°1 - La fuite


Alors que vous étiez en mission importante dans votre univers d'origine, vos pas vous conduisent en ce lieu qui échappe à votre mémoire et dont la sortie manque à l'appel. Parviendrez-vous, avec l'aide de l'inconnu qui semble être dans la même situation que vous, à retrouver le chemin de votre univers, en échappant aux pièges que cet endroit semble vouloir vous tendre ?


Staff a écrit:Rappel du fonctionnement de l'épreuve
Il s’agira d’un RP à trois personnes, dont un des trois joueurs (au choix des participants) fera office de MJ. En somme, plutôt que de jouer son personnage, il jouera le rôle du narrateur qui fait avancer la situation des personnages (en faisant intervenir des PNJs, en décrivant les actions qui se déroulent autour d’eux, en leur proposant des choix et en écrivant leurs conséquences…). Chaque joueur écrira trois posts de 250 mots dans un ordre choisi par le trio. Un schéma typique consisterait à introduire et conclure le RP par un post du MJ, en le faisant également intervenir une fois au milieu, les autres posts étant alternativement ceux du joueur 1 et du joueur 2. On autorise également le MJ à faire quatre posts au lieu de trois, pour obtenir par exemple un schéma MJ-J1-J2-MJ-J1-J2-MJ-J1-J2-MJ, ou d’autres formes similaires. On va dire que la limite que l’on pose à votre créativité est d’aboutir à un total d’un maximum de dix posts de 250 mots à peu près équitablement répartis entre les joueurs.


Quelques petites consignes :
• Note pour le MJ : libre à vous d'imaginer et d'introduire une pièce en lui donnant les particularités que vous souhaiterez, et de proposer aux deux joueurs des moyens d'interaction avec celle-ci.
• C'est donc, a priori le MJ qui commencera, cependant pour le reste c'est à vous de voir !
• Pour vous organiser, n'oubliez pas de passer sur la shoutbox : http://interforumcrastest.chatovod.com/
• N'oubliez pas la balise de transformation !
Code:
<transformation invite perso="Nom de votre perso" avatar="Lien de votre avatar" forum="Nom de votre forum" lien="URL de votre forum ou fiche" />
(à noter que pour le MJ, vous pouvez ne pas en faire, mettre un ava au pif, etc, tant qu'on voit que vous êtes le MJ et pas un troisième personnage).


Anonymous
Gunduz Zarakolu - MJ
Invité
le Ven 22 Fév - 21:59
Une pièce sombre est éclairée par la lumière rougeoyante de quatre gros braseros, dans lesquels crépitent de petits feu. Les murs faits de pierres de taille, sont robustes, et ont l'air épais. Petite originalité, il n'y a ni porte ni fenêtre, et de l'humidité semble suinter des murs. En fait, il semblerait que ça n'en ait pas que l'air. Il y a bien de l'eau sur le sol. Assez pour arriver aux chevilles d'un homme.

Mais pourquoi donc mettre de l'eau dans une salle ? Le sol est vaseux, spongieux par endroit, et l'on peut même y voir flotter quelques nénuphars. Si on lève le nez, l'on peut apercevoir une voûte de pierre, et entre les pierres pointent de longues racines, à moitié recouverte de terre humide, qui tombe parfois en petites gouttelettes de boue.

Cependant, le plus étrange, c'est ce bourdonnement rauque. Ce souffle animal, un peu fétide, et une légère odeur de vase nauséabonde, et de charogne en décomposition. L'endroit serait-il donc habité ? Hé bien oui. Un reptile habite les lieux. Il s'agit d'un magnifique crocodile du Nil, long d'environ six mètres. Ses yeux sont clos, et il semble dormir paisiblement, à demi-dissimulé dans l'eau sombre au centre de la pièce.

En vis-à-vis, deux silhouettes sont apparues, l'une de chaque côté de la pièce, à l'opposé l'une de l'autre. Pourront-elles se rejoindre sans réveiller le monstre endormi ?
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 174
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Ven 22 Fév - 23:04

Coucou les gens:

     Hey hey, bienvenue à Esquisse, et bon jeu à vous. Bon, alors, vite fait, Crevette, le perso que je vais utiliser, est une Spetsnaz amnésique incarnée dans le corps d’un enfant de dix ans. Et qui se trimballe en permanence avec un sabre de cavalerie, une cape de camouflage et une arbalète de chasse dans son sac. Elle est froide, pragmatique, résolue, réfléchie.

     Du fait de sa taille, Crevette avait maintenant de l’eau et de la vase jusqu’à la taille. Ses chaussures et sa cape étaient alourdies par toute cette flotte et cette vase. La moindre attaque dans cet espace étroit, indifféremment de la puissance adverse, deviendrait très vite un défi quasi insurmontable. Par prudence, elle avançait arbalète en main. Sa seule chance était de tuer l’ennemi avant qu’il ne puisse l’atteindre.
     Elle maugréa, non contre l’eau, car injurier l’inerte est assez inutile, mais contre les deux contacts qu’elle venait de faire. Un être vivant, marin, mais endormi, et dont l’aspect et la taille suggérait sa dangerosité. Elle pointa son carreau vers le monstre. Puis un humain, au bout de la salle. Neutre, ennemi, allié, et dans le dernier cas, duquel des deux autres êtres vivants dans la pièce ? N’ayant pas de quoi étayer l’hypothèse qu’un congénère fût plus hostile qu’un animal carnivore, Crevette maintint sa visée.
     Si la bête était ennemie et l’humain aussi, le seul carreau qu’elle pourrait tirer à temps n’éliminerait qu’une menace, et elle mourrait. Si seule la bête l’était, elle sauverait tout le monde en tirant, si elle arrivait à percer les écailles. Et dans les deux cas, elle perdrait une précieuse munition, et le précieux temps nécessaire au rechargement. Deux denrées d’une valeur trop haute pour être dépensées sur de maigres suppositions. Elle attendit donc, immobile, mutique et frigorifiée. Pas le meilleur plan que celui de l’inaction.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Lisandro
Invité
le Sam 23 Fév - 0:51
[je m'excuse par avance si les textes proposés comportent un peu plus de fautes que d'ordinaire mon pc vient de clamser, je tape depuis mon tél.

J'ai choisi de faire ce RP avec Lisandro, un esclave d'origine italienne, plein de ressources.]



La chute s'était produite. Le sol s'était rapproché. L'homme avait rendu les mains dans un réflexe pour se protéger mais le choc n'avait pas eu lieu. Ou plutôt si mais pas comme il s'y attendait. Ses mains étaient entrées en contact avec de l'eau? Vraiment étrange. L'element liquide faisait bien moins mal que le sol couvert de sciure du manège. Cet étalon lui donnait décidément du fil à retordre.

Lisandro se releva comme il l'avait déjà fait deux fois auparavant sauf qu'il s'aperçut bien vite que le décor avait changé. Ce n'était clairement pas l'étalon qui produisait ce son à moins qu'il n'ait muter subitement en dragon.

L'esclave ne comprenait pas trop comment il était arrivé là mais son instinct de survie lui disait qu'il ne devait pas trop s'attarder ici. Ce lieu trop sombre et trop humide lui rappelait la cale du bateau dans laquelle il avait failli mourir.

Et puis ce bruit qui provenait de la créature somnolante ne lui disait rien de bon. Le jeune homme était loin d'être un idiot pour ignorer ce qu'il se produirait si la bête se réveillait. Il ne la distinguait pas très bien mais il l'aurait sans nul doute reconnue.

Comment sortir? S'il était entré c'est que la pièce avait une sortie. D'abord il se pinça pour vérifier qu'il ne rêvait pas. Hélas ce n'était pas le cas. C'était bien la réalité. Ça se résumait donc à un duel entre lui et la bête alors? Une espèce d'épreuve ? Non il y avait un autre humain de l'autre côté de la rive? Vivant? Mort? Impossible à dire car le jeune esclave ne distinguait que ce qui ressemblait à un torse posé sur l'eau.

Que pouvait-il lui arriver de pire si ce n'est mourir? Quand on est un esclave comme lui on s'attend à subir les foudres du maître...mais Lis s'accrochait à la vie. Il s'approcha d'un brasero et improvisa une torche qu'il agita en direction de l'autre humain.
Anonymous
Gunduz Zarakolu - MJ
Invité
le Sam 23 Fév - 2:51
Les deux individus retenus captifs dans la pièce se faisaient face. L'un agitait une torche improvisée à l'intention de l'autre, qui tenait en joue le saurien au moyen d'une arbalète. La flamme de la torche semblait grésiller dans l'air humide de la salle, mais très loin de produire un son suffisant pour couvrir le souffle rauque de la bête endormie.

Soudain, une minuscule goutte glissa le long d'une racine qui traversait la voûte, et elle pendit un instant, suspendue par une minuscule particule, avant de chuter sur toute la hauteur de la pièce, avant de toucher l'eau à un petit mètre du crocodile. L'espace de quelques secondes, son souffle s'interrompit, et un œil jaune, fendu d'une pupille noire et ovale, s'ouvrit, en demeurant toutefois immobile. La queue de l'animal s'agita dans l'eau, en faisant tinter ce qui devait être une chaîne. Mais à quoi pouvait-elle bien être reliée ? A l'animal, ou à une trappe ?

Puis, comme si de rien était, il referma son œil, et peu après, son souffle bestial et régulier se fit de nouveau entendre. Visiblement, le gros reptile venait de se rendormir, juste après avoir repris conscience l'espace d'un très court instant. C'était sûrement le moment où jamais pour tenter sa chance.

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 174
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Sam 23 Fév - 15:25

     Des signaux lumineux. Peu ingénieux. Si Crevette pouvait les voir, elle n’était sans doute pas la seule. Elle poussa un soupir. Encore un imbécile n’ayant aucun sens de la survie. À force, elle s’y était habituée, considérant la bande de branguignols avec qui elle faisait équipe, mais ils arrivaient toujours à la surprendre par de nouvelles initiatives stupides. Et accessoirement, le monstre avait bougé. Sa position était trop précaire, tout comme le sommeil de la bête.
     Crevette fit un signe à l’autre humain, pour qu’ils se rapprochent en longeant les côtés de la pièce. Une fois arrivée à son niveau, sans lui adresser le moindre regard – celui-ci était concentré sur l’ennemi –, elle lui chuchota la marche à suivre.
     « Vous avez de bonnes jambes et l’air solide. Baissez-vous, que je grimpe sur votre dos. Je vais avoir autant besoin de votre hauteur et vitesse que vous de ma visée. Et éteignez cette torche, vous signalez notre présence. »
     Quelque chose manquait à ces consignes, qui avaient une valeur plus impérative qu’indicative, du reste.
     « Ah, oui, et je vous déconseille de ne serait-ce que regarder mon sabre, l’odeur de votre sang que je ferai couler si vous y touchez pourrait l’allécher. »
     Celui-ci était accroché dans le dos de Crevette. Aurait-elle était dans la même situation, moins la vase, elle aurait peut-être accepté d’ajouter un combattant armé, mais dans ces conditions, encore une fois, ses bras l’intéressaient beaucoup moins que ses jambes.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Lisandro
Invité
le Sam 23 Fév - 23:42
Une gosse! Et qui osait lui donner des ordres... Lisandro s'accroupit, non pour lui obéir, mais pour bien la regarder dans le blanc de l'œil lui offrant un visage sans expression. Il aurait dû la remettre à sa place mais c'était là la seule allié contre leur "ami" commun assoupi.
<< Tant qu'à être sur mes épaules regarde un peu si des lianes sont solides. La bestiole ne va pas dormir indéfiniment. >>
Avait-il d'autres options? Éteindre les braseros ne leur rendrait pas service, pire même, ce serait l'obscurité totale. Mais de l'ombre nait la lumière. Peut-être que quelque chose se produirait. Il noya sa torche et éteignit les deux braseros qui se trouvait de son côté.
Lisandro dans son déplacement vers la gamine avait fait glisser ses pieds avec prudence sur le sol à la recherche d'une quelconque aspérité. Il n'avait pas oublié le bruit métallique qu'il avait reconnu sans peine. Des chaînes. Retenaient-elles le crocro? Étaient-elles simplement immergées et reliées à un mécanisme?
<< Tu sais t'en servir au moins? T'aura le droit qu'à un essai...si ça foire le crocro va pas aimé. Je me demande d'ailleurs si on doit vraiment en arriver là.>>
Une idée loufoque venait de germer dans son esprit pendant qu'il aidait la gosse à prendre place sur ses épaules.
<< Et si la solution consistait simplement à libérer l'animal? Ça doit faire une éternité qu'il se trouve là. Ne tire pas trop vite.>>
Anonymous
Gunduz Zarakolu - MJ
Invité
le Dim 24 Fév - 1:02
La scène était quelque peu cocasse dans cette pièce partiellement inondée d'eau croupie aux effluves nauséabondes, où l'odeur de vase le disputait à celle de charogne. L'air était un peu plus saturé encore à cause de la fumée des braseros qui grésillaient dans la demie-pénombre de la pièce, au milieu de laquelle le saurien semblait ne dormir que d'un œil. Il avait suffit de la chute d'une simple goutte d'eau tombant de la voûte pour que le monstre reprenne un semblant de conscience avant de re-sombrer presque aussitôt.

Une fillette haute comme trois pommes était montée sur le dos d'un homme en étant lourdement armée, et ils parlaient à voix basse pour échafauder un plan en vue de fausser compagnie au crocodile dont le souffle rauque emplissait de nouveau la pièce. Puis, de nouveau, le bruit de sa respiration s'interrompit de nouveau, et cette fois, ses deux yeux se rouvrirent en grand, braqués droit sur l'étrange couple qui se tenait à l'opposé. Un grognement menaçant gronda soudain entre ses crocs et sa gueule claqua en lançant de l'eau à travers toute la pièce.

Sans crier gare, le saurien fonça sur les deux êtres humains qui pour le coup se trouvaient bien face à lui. Il s'élança à vive allure sur ses courtes pattes, bien décidé à s'offrir un déjeuner. Ce faisant, la chaîne qui enserrait sa queue se tendit, et une trappe en pierre se leva, derrière lui. En le contournant, on pouvait voir un escalier filant vers la liberté. Et surtout loin du crocodile.
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 174
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Dim 24 Fév - 13:27
]
     Au moment où la bête chargea, Crevette réagit avec promptitude. Son carreau fendit l’air, la corde siffla aux oreilles de son porteur. Hélas, le cuir de l’animal était trop épais. La pointe métallique avait touché le monstre un petit peu au-dessus de l’œil, mais avait ricoché sur une écaille.
     Le monstre avait continué sa route. N’ayant plus rien à faire, Crevette mis la main à son sabre, mais alors que la lame était à moitié sortie, il fut brisé net dans son élan par la chaîne. Voilà qui était heureux, elle n’aurait pas donné très cher de leurs chances de survie autrement.
     Coincée dans un coin, trempée, frigorifiée, dans l’eau, sur les épaules d’un inconnu qui la traitait – à juste titre – comme une gamine, et face à un animal aquatique énorme et pouvant résister à ses coups. La liste des options tactiques de Crevette s’amenuisait. Et considérant les idées imbéciles de son partenaire, elle devait éviter, en plus de ses bras, de compter sur sa tête.
     « Deux choix. Ou je continue à tirer jusqu’à l’avoir, avec le risque que la chaîne ne tienne pas longtemps. Ou bien tu me lances. Il faut multiplier le nombre d’armes en notre possession au contact de l’ennemi. Si j’arrive sur son dos, il aura plus de mal à m’attaquer que l’inverse. Et de ton côté, essaie de lui tirer dessus. »
     Elle glissa la bandoulière de son arbalète autour du cou de son compagnon, et dégaina pleinement son arme.
[/font]


Dernière édition par Stilgar le Dim 24 Fév - 23:21, édité 2 fois


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Lisandro
Invité
le Dim 24 Fév - 20:03
<< Troisième choix je lui file à bouffer si tu t'obstines à faire la maline >>

Qu'est-ce qu'elle croyait? Qu'il était réellement incapable d'agir sans la moindre consigne ? Vrai qu'il ne prenait que très rarement des initiatives mais quand il s'agissait de survivre c'était une autre histoire. Et il était bien capable de mettre sa menace à exécution il avait déjà fait bien pire dans le passé.

<< Regarde derrière lui c'est la sortie. La chaîne doit rester tendue sinon la trappe se refermera...Donc il ne doit pas reculer ou il faut la bloquer >>

Pour ça Lisandro avait une idée. Et la demi-portion était obligée de suivre le mouvement. Avec ses mains il attrapa le support d'un brasero espérant être assez habile pour le lancer de l'autre côté et coincer le mécanisme de fermeture. Puis il attrapa la seconde base avec l'intention de s'en servir comme bouclier. La gamine lui glissa quelque chose. Soit. Le moment était venu d'en découdre. L'esclave fit le vide dans sa tête. Il aurait besoin de toute son énergie dans les secondes à venir.

<< Amène-toi sale bete! >>

Pour une fois il allait faire du mal contre un animal mais il n'avait pas le choix ...

[ Plan : se servir du brasero et de ce que lui tend crevette pour attiser le crocro et lui laisser le champ libre pour tenter qu'elle le plante. Et si l'occasion se présente lui enfoncer dans la gueule.]
Anonymous
Gunduz Zarakolu
Invité
le Dim 24 Fév - 23:43
Le reptile était sorti de sa léthargie, et avait pris l'initiative en passant à l'attaque. Derrière lui, une chaîne s'était tendue d'un coup, en levant une trappe, liée à la chaîne par un solide anneau de fer jauni par la rouille. Du côté de l'italien et de la fillette, le ton était donné, et les hostilités ouvertes. La chaîne était assez longue pour couvrir la majeure partie de la pièce, et il eut tôt fait d'être sur les deux acolytes.

Le carreau d'arbalète n'avait pas fait mouche, et il passa entre les deux braseros entre lesquels ils se trouvaient la gueule béante en tentant de les croquer, les obligeant par la même occasion à détaler. La suite fut moins glorieuse que prévue. Les deux complices durent fatalement esquiver le saurien lancé à travers la pièce, et celui-ci les poursuivit. Jusqu'à ce que la chaîne attachée à la queue de l'animal se prenne dans le brasero et ne le cloue sur place.

La trappe condamnée à rester levée, l'esclave italien et la dénommée Crevette purent s'engouffrer dans l'escalier qui baignait dans l'eau, alors que le crocodile grognait en tirant désespérément sur sa chaîne, empêtrée dans le brasero.

Mais qu'est-ce qui les attendait au bout du tunnel ? La lumière ? Ou une autre surprise à la gueule pleine de dents et à l'appétit féroce ?
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum