Épreuve 3 - Just Married et La Sérénissime [ ♣ ♠ ]

Folie d'Esquisse
Messages : 708
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Jeu 21 Mar - 23:12

Épreuve n°3 - Épilogue


Toute chose a une fin.

Parfois, cette fin est douce et paisible. D'autres fois, elle fait l'effet d'une massue qui s'abat brutalement. Mais qu'elle soit douce, dure, soudaine, progressive, voulue ou subie, cela n'altère en rien l'inévitable néant qui succède à la fermeture d'un forum RPG.  

Au milieu des désertions progressives, du flood vidé et des RPs qui stagnent, un(e) membre continue pourtant d’écrire. Quelles sont ses motivations ? Et surtout, comment parvient-il/elle à contourner ce qui devrait l'empêcher de jouer pour écrire son épilogue ?



Rappel du fonctionnement:

Mélange entre un mini-RP et un texte solo, cette épreuve prend le format de l'un (deux champions de deux forums différents rédigeant chacun 5 posts de 350 mots max) pour quelque chose qui se rapproche de l'autre (écriture d'un texte avec un seul point de vue). Comme pour les autres épreuves, un thème sera donné, mais celui-ci ne concernera pas nécessairement vos personnages et univers respectifs, même s'il vous sera possible de les évoquer. En somme, il s'agit de continuer à tour de rôle une petite histoire, sur trois jours comme pour le mini-RP.

Concernant l'ordre, c'est le champion de Just Married qui commence !
N'oubliez pas que vous pouvez passer sur la shoutbox pour essayer d'attraper votre binôme.


Quelques petites consignes :

  • Comme vous l'aurez compris, il ne s'agira pas ici de jouer vos personnages, vous n'aurez donc pas besoin de les présenter en début de post. Vous pouvez improviser le personnage commun qui est suggéré au fil de l'eau, ou bien vous mettre d'accord en amont sur plusieurs choses.
  • Les mises en page sont autorisées, mais nous comptons sur vous pour faire attention à la lisibilité en évitant les couleurs/polices illisibles et les tailles d'écriture en-dessous de celle par défaut. Si vous avez un doute, vous pouvez venir faire des tests sur ce sujet et demander des avis sur la shoutbox.
  • Si vous voulez avoir un avatar (pour votre personnage commun ou pour vous différencier) qui s'affiche joliment à gauche, vous pouvez utiliser la balise de transformation :
    Code:
    <transformation invite perso="Nom de votre perso" avatar="Lien de l'image de votre avatar" forum="Nom de votre forum" lien="Lien de votre forum ou de votre fiche de perso" />


Anonymous
William [JM]
Invité
le Sam 23 Mar - 18:31
La jeune femme soupira. Bien sûr, aujourd’hui non plus … Aujourd’hui non plus elle n’avait pas reçu de réponse. Aujourd’hui non plus il n’y avait personne de connecté. Cela faisait des semaines que ça durait et l’espoir n’était plus l’ami à entretenir. Il fallait qu’elle accepte une bonne fois pour toute. Distraitement, elle but le (mauvais) café qui avait déjà largement eut le temps de refroidir sur le bord de son bureau.

Combien de temps ? Combien de mois ? D’années ? Elle se souvenait de ce jour où elle s’était inscrite, de sa validation, de son premier RP. Elle se souvenait de ses premières soirées sur la chat-box, des events et des débats. Elle se souvenait de ses amis, de ses conflits, des disparitions qui, lorsqu’elles étaient exceptionnelles, ne faisaient pas si peur que cela. Elle se souvenait des changements, dans sa vie et sur le forum, des périodes de lenteur et d’inactivité, des regains qui ravivaient l’espoir toujours un peu.

Et puis elle se souvenait aussi de tous ces rps jamais terminés, de toutes cette fois où elle avait posté une dernière fois pour conclure, parce qu’il faut bien une conclusion à tout. Et comme un vieil enfant, le forum s’était endormi. Elle était restée, encore un peu, pour savourer la fin, pour conclure. Parce qu’il faut bien une conclusion à tout.

Aujourd’hui elle voulait mettre un point final à cette histoire. Tourner la page. Elle s’était investie dans son personnage, elle lui avait donné de ses qualités et de ses défauts mais aussi des choses qui n’avaient rien à voir. Elle avait grandi avec, elle avait changé avec. Elle ne voulait pas le trahir et le laisser là, en plan, dans ce monde mort.
284 mots
Anonymous
Lora Guzmerole [LS]
Invité
le Sam 23 Mar - 19:47
Le néant. C'est comme si j'étais la seule à vouloir me connecter. Inlassablement, tous les jours, je recommençais dans l'espoir incessant de recroiser un joueur d'antan. Une réapparition attendue tel un miracle. Dans son long sommeil, l'univers dans lequel évoluait mon personnage lui continuait malgré tout de poursuivre sa course, comme si le temps ne s'était pas arrêté dans l'imaginaire de ce monde créé où mon œuvre ne demande qu'à s'épanouir.

Je rêvais plusieurs nuits par semaines, les aventures que pourrait vivre Nawell ma petite espiègle. Un de mes secrets pour tenir l'ennuie de ce monde vide qui n'a plus le cœur à battre. Lui, peut-être, néanmoins, je m'accrochais à l'idée que chacun de mes rêves pouvait être la petite étincelle rendant à ce forum ces lueurs d'autrefois. Le potentiel est toujours là. Présent. Il n'avait pas su s'évaporer au même titre que l'activité ou les membres. Je le voyais. Quelqu'un m'avait dit, je crois mon grand-père que tant qu'il y a une personne pour y croire alors la fin n'est pas.

J'étais cette personne. Celle qui malgré les difficultés et la mort de son petit paradis continuait d'y subsister pour offrir une fin presque réelle à son personnage. Lui qui n'a rien demandé et pourtant qui au travers de mon imaginaire aimerait vivre, grandir, évoluer, se blesser et un jour mourir. Je n'ai pu goûter à la totalité d'une histoire complète et si je continuais, s'était pour ne pas reproduire mes erreurs passées. Je ne souhaitais plus être hanté par les rêves d'un personnage abandonné au creux de son cercueil comme si je l'avais enterré vivant.
Anonymous
William [JM]
Invité
le Dim 24 Mar - 14:22
Alors il allait falloir se décider. Il allait falloir savoir mettre un point final à ses élucubrations qui n’en finissait plus, à ces aventures rassurantes qui l’empêchait d’avancer. Elle reposa sa tasse de café et posa ses mains sur le clavier. C’était le moment. Le moment de s’avouer que l’espoir ne pouvait plus s’entretenir tout seul et que la vie n’était pas éternelle ; autant la sienne, à cette jeune fille qui persistait dans un forum mort, que celle de Nawell, dans son monde toujours bien vivant.

Elle aurait aimé pouvoir faire ça dans les règles de l’art, avec un autre personnage en face au moins, peut-être dans un dernier combat pour sa liberté, s’accrochant jusqu’à la dernière seconde à cette dernière. Mais il allait falloir se contenter du vide. De quelques PNJs. Sa mort ne serait pas épique et grandiose comme elle aurait dû l’être si elle avait été au beau milieu d’un pic d’activité du forum. Sa mort serait mélancolique et discrète, comme celle de son monde.

Le premier mot de cet énième solo rompit un peu l’éternel syndrome de la page blanche, assez pour conter une dernière aventure, celle qui saurait mettre fin à ce chapitre de leurs vies, à toutes les deux. C’était une petite fille qui avait perdu son père. Nawell, touchée sans aucun doute par les larmes innocentes de l’enfant, avait décidé de se mettre en quête de l’homme invisible, sans se douter encore que les dangers qui le retenait prisonnier achèveraient sa quête pour toujours.
Anonymous
Lora Guzmerole [Ls]
Invité
le Dim 24 Mar - 18:36
Comment ? Voilà, la question qui me revenait sans cesse comme le heurtoir cognant sur la porte. Un coup, puis un second et un autre qui signifie la présence d'un inconnu derrière. Je n'avais pas envie de la laisser entrée. Les barricades que j'aurais pu ériger sont inutiles et provisoires. Elles ne serviraient qu'à reculer l'échéance déjà bien trop implantée en ce jour. Je fermais les yeux un instant. Inspirant profondément.

Devant mon ordinateur, je me connectais encore pour venir faire vivre Nawell. Elle m'attendait. Toujours prêtes à se lancer à partir du moment où mon imagination me le demandait, désireuse de se lâcher et d'exécuter mes idées les plus farfelues. Nostalgique. Mélancolique. Je tenais grâce à ma capacité de faire intervenir d'autres personnages comme des PNJ's me permettant de diversifier mes interactions. Voyez peut-être là une étrange capacité, une faculté d'adaptation hors norme. Je savais que je devais à Nawell une jolie mort. Une fin. Mon personnage me hantait à chaque fois que je songeais, ne serait-ce qu'une seconde à l'abandonner. Résignée. Je capitulais à son envie d'exister au travers de mes mots et de mes lignes.

Des heures passées à rédiger ma dernière œuvre solitaire, un poste que je venais bientôt à publier. Un qui n'était que la prémisse de ce que j’espérais pour Nawell, qui continuait ces recherches pour découvrir la vérité sur son passé. Des réponses qu'elle semblait exiger. Comme si elle me contraignait à venir ici lui révéler son histoire malgré que son monde se soit peu à peu éteint.

Le poste est envoyé. Personne pour venir le lire. Dernière connexion de ces vingt-quatre dernières heures : Nawell. Présence en ligne : Nawell, 1 visiteur et 2 bots.
Anonymous
William [JM]
Invité
le Dim 24 Mar - 18:54
La jeune femme s’arrêta devant l’écran qui l’éblouissait un peu trop. Elle avait besoin de temps entre ce post et le suivant. Écouter de la musique, regarder quelque chose, elle ne pouvait pas voler dans les plume de ce rp comme elle aurait pu le faire d’ordinaire, laissant ses idées bouillantes surgir dans tous les sens et couler à travers ses doigts comme un fleuve qu’elle ne pouvait contenir. Elle se devait de savourer ces derniers instants avec Nawell, goûter chacun de ses mots, chacun de ses derniers battements de cœur.

Quelque part, elle avait l’impression de préparer une rupture depuis trop longtemps attendue. Malgré toute l’affection qu’elle portait à son personnage, malgré tout ça, elle avait toujours su que la fin viendrait sans jamais pourtant vouloir regarder cette dernière dans les yeux. Elle était à présent inévitable, spectre rassurant mais terrifiant, alors il fallait repousser. Encore un peu. C’était comme une amie qui s’en allait et chaque rire qu’elle pourrait lui tirer avant serait une véritable bénédiction. Chaque souhait accompli serait un miracle.

Parfois, l’écrivaine en herbe avait l’impression qu’elle se montait la tête pour rien. Que ce n’était qu’un personnage, qu’un forum, qu’un loisir. Mais là où la passion est, le cœur l’y rejoint. Ce n’était pas qu’un personnage. Ce n’était pas qu’un loisir. C’était une partie de sa vie, des heures entières, une présence rassurante, une histoire à se raconter quand elle fermait les yeux pour dormir. C’était tant d’expectative et de joie comme de tristesse.

Lorsqu’elle se sentit de nouveau prête à écrire, elle entama une nouvelle partie de son sujet. Les démons du passé de Nawell étaient de nouveau là, prêts à l'agripper pour l’entraîner avec eux mais aussi à lui fournir des explications. Un sens. Une raison.
Anonymous
Lora Guzmerole [Ls]
Invité
le Dim 24 Mar - 22:49
La nuit allait être longue. Un long week-end de solitude à combler le vide au cœur de l'écriture et de cette histoire à terminer. Le joyau d'un trésor à découvrir. Nawell était prête. Je l'étais moins. Un adieu que je m'efforçais de mettre en place pour pallier à la tristesse d'avoir perdu cet univers qui me tenait tant à cœur.

Je m'étais préparée une tasse de café et quelques sucreries pour ne pas avoir à me relever. La concentration était une chose importante, même cruciale dans ce cas précis. Il me fallait bien du courage pour terminer ce que j'avais commencé en ces lieux. J'écrivais le passage le plus important celui où Nawell découvre enfin ce qu'elle attendait depuis si longtemps.

Le passage à l'acte était douloureux. Il devait survenir. Là. En cet instant. Un combat. Le dernier à mener. La dernière ligne à franchir pour comprendre. Mais était-ce réellement ce que je désirais ? N'y avait-il pas d'autres solutions que la disparition précipitée de tout ceci ? Peut-être, mais je n'ai pas eu la force de me battre pour ce qui me tenait à cœur. Comme les autres, j'avais laissé mourir ce forum sans oser m’atteler à le relever. Si je m'y étais prise plus tôt, j'aurais pu tenter de le reprendre ou de remotiver les membres... Mais ici, comme dans la vie, les gens se côtoyaient sans vraiment se regarder.

J'étais là avec mes fantômes du passé et ma petite Nawell au bord du précipice d'un gouffre vertigineux. Un de ceux dans lesquels l'on ne souhaite pas plonger, que même un regard vers le bas suffit à nous donner le vertige. Le malaise s'emparant de moi, je plonge ma tête au creux de ma main avec une seule question...

Et si j'avais tenté quelque chose pour éviter cette sortie par les coulisses ?
Anonymous
William [JM]
Invité
le Dim 24 Mar - 23:15
Non. Il ne fallait pas qu’elle se laisse aller à cette culpabilité. Toute chose à une fin. Elle n’était pas la seule à blâmer, elle était restée jusqu’au bout, elle s’était accrochée et elle n’avait pas lâché l’affaire. Serrant le poing, elle se morigéna intérieurement pour se calmer. Elle avait peur. Bien sûr. Qui n’a pas peur quand il abandonne un morceau de sa vie derrière lui ? Ce combat final, elle devait le mener. Pour elle, pour Nawell.

Ses doigts firent claquer les touches à une cadence assourdissante, la musique en fond dissipait ses angoisses, les évaporaient. Elle s’imaginait chaque seconde comme si l’affrontement se déroulait là-devant elle, elle voyait les cheveux de son personnage virevolter, elle sentait leur cœur battre au même rythme, elle sentit presque la douleur quand la lame froide perça son abdomen. Elle retint sa respiration lorsqu’elle fit ramper l’espiègle jeune fille hors du combat, elle manqua de pleurer lorsque cette dernière se rendit compte que la blessure était irréparable.

Les dernières questions franchirent ses lèvres dans un souffle, elle les entendit de sa propre bouche sans savoir si elle les avait vraiment prononcé ou non. En cet instant elle était Nawell et Nawell était elle. À cet instant leur douleur n’étaient qu’un tout, douleur de se dire au revoir pour toujours, douleur du deuil, de la vie, d’une partie de soi.

“Qui-suis-je ?” demandaient-elles  “Pourquoi ai-je été créée comme ça ? Pourquoi vais-je mourir ainsi ?”
Anonymous
Allegra [LS]
Invité
le Dim 24 Mar - 23:25
Mais y avait-il seulement une réponse à espérer ? Y avait-il, pour elle, pour elles, pour chacun de nous, un espoir d'entendre un jour un écho, une voix, une explication, quelle qu'elle soit, quelle qu'elle puisse être ? Est-ce que ce n'était pas de la folie ? Ou de la foi ? Peut-être que c'était cela que l'on cherchait lorsque l'on criait le nom d'un Dieu dans les ténèbres. De pronfundis clamavi, clamavi ad te, Domine. Elle allait mourir, Nawell allait mourir, et elle le savait. Elles le savaient toutes les deux. Elle pouvait décider, elle, qui était derrière son écran, bien à l'abri du danger, à siroter un café qui avait toute l'amertume d'un moment d'adieu. Ici elle n'avait pas froid, elle n'avait pas faim, elle n'avait pas mal.

Mais elle mourrait, elle aussi, pourtant. Une partie d'elle mourrait, partait, s'envolait, pour ne jamais revenir. Un espoir, le champ des possibles, qui mourrait ce soir, en même temps que des caractères alignés sur un écran chantait la fin d'une héroïne qui était sans doute déjà oubliée de tous. Tous ceux qui avaient joué avec elle. Tous ceux qui avaient écrit avec elle. Dans son coeur une révolte sourdait contre cette sorte d'injustice atroce Est-ce que les Parques elles aussi, quand elles coupaient le fil de la vie, ne le faisaient que par obéissance, par dépit, par la force d'un destin qu'elles ne maîtrisaient pas ?

En elle, comme en Nawell, la révolte grondait. Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas que tu meurs.
Anonymous
William [JM]
Invité
le Dim 24 Mar - 23:40
Je ne veux pas que ça s’arrête. Pas maintenant. J’ai tellement de choses à vivre encore. Nous avons tellement de choses à vivre.

Par rapport au court laps de temps qu’elles avaient passé ensemble, le temps loin l’une de l’autre qui resterait à supporter leur semblait infini. Créature et créatrice ne pouvait pas être plus proche qu’en ce moment, alors qu’elles s’accrochaient l’une à l’autre. Pourtant les mots avaient été posés. La blessure ne guérirait pas. Il n’y aurait pas de Deus Ex Machina. Car même derrière son écran, avec tous les pouvoirs entre les doigts, elle n’était pas une déesse. Elle ne pouvait pas changer les lois de la vie. Qui doit mourir mourra.

Doucement, le sang continuait à s’écouler. Il n’y avait pas de réponse. Il n’y avait pas d’échappatoire. “Parce que c’est comme ça.” C’est comme ça que ça c’est fait et c’est comme ça que ça restera. Déjà oubliée, oui. Sans doute de tous les gens qu’elle aura croisés. Sans doute personne ne se souviendra de son nom ou ne la regrettera, sauf la jeune femme derrière son écran. Sauf elle. Elle pleurait. Elle se sentait bête, mais elle pleurait. Elle pleurait en écrivant les yeux désespérés de Nawell. Elle pleurait en écrivant sa moue de douleur. Elle pleurait en écrivant sa vie quitter son corps. Elle pleurait en décrivant cette rage de vivre, ce désespoir combatif, ce besoin maladif de vaincre la mort qui était si proche maintenant.

Quelque chose se brisa dans le regard de Nawell. Quelque chose s’en alla. Pour toujours. Le froid tomba sur elle, la nuit engloutit son âme. Pourtant, quelqu’un, quelque part, le temps d’une vie humaine, ne l'oublierai pas.

“Tu n’es pas morte, je te continue.”
Anonymous
Allegra [LS]
Invité
le Dim 24 Mar - 23:53
Parce qu'en elle, celle qui écrivait ces lignes, celle qui décrivait le tragique destin d'une guerrière tombée au combat, elle continuerait à vivre. Dans un jardin de roses, de buis et de lauriers, au milieu du doux parfum des églantiers en fleur de son imagination, il y aurait une flamme, une étincelle, une jeune guerrière intrépide, le souvenir de tant d'aventures, de moments de joie et de larmes qui vivrait éternellement. Après tout, les souvenirs du passé n'étaient jamais morts ! Est-ce que nos ancêtres n'étaient pas vivants à travers nous ? Est-ce que Socrate était mort en buvant la ciguë ? Ou bien n'avait-il pas survécu jusqu'à aujourd'hui à travers ses mots ?

Nawell vivrait malgré tout, elle vivrait tant que son souvenir durerait. Et alors que des larmes brouillait la vue de celle qui tapait frénétiquement sur les touches de son clavier, alors que la nuit comme un linceul entourait le pauvre corps sans vie de l'héroïne de tant d'aventures, il semblait que son visage souriait, dans le ciel parsemé d'étoiles, et dans le coeur de celle qui l'avait créée, et menée jusqu'à aujourd'hui à travers une vie de rencontres, de joies et de peines, qui prenait fin en même temps que ce forum qu'elle avait tant aimé.

Peut-être un jour serait-elle oubliée. Peut-être un jour l'autrice elle-même ne se souviendrait plus de la jeune fille espiègle en laquelle elle s'était incarnée pour des histoires trépidantes. Mais elle était marquée, malgré elle, comme un rôle marque l'acteur et laisse en lui sa trace lorsque le rideau est tombé. Si elle oubliait, son âme, elle, n'oublierait pas. Et Nawell vivrait en elle, dans ce jardin qu'elle avait maintenant rejoint, et où elle riait, où son rire résonnerait toujours, comme le tintement d'une clochette pleine de beaux souvenirs.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum