Épreuve 2 - Esquisse et Epicarena [♣♠]

Folie d'Esquisse
Messages : 688
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 21 Mar - 23:22

Épreuve n°2 - Des livres et nous


Il était précisément rangé dans la plus belle section de votre bibliothèque sur sur l'étal d'une librairie. Ou bien il traînait quelque part dans les cartons. Ou peut-être qu'il appartient à quelqu'un d'autre et a été abandonné là par hasard. À moins qu'il ne s'agisse d'une lecture imposée…

Peu importe, en fait, comment vous vous êtes retrouvés avec ce livre entre les mains, ou pourquoi vous l'avez ouvert ; vous voilà désormais coincé entre ses pages, côte à côte avec ses protagonistes. Deviendrez-vous les héros de l'histoire ou serez-vous de simples figurants ? Vous jouerez-vous de l'intrigue pour écrire une nouvelle fin ? Et surtout… trouverez-vous le moyen de vous en délivrer ?


Variante :
Suspens à toutes les pages, figures inquiétantes, créatures d'outre-tombe et autres joyeusetés effroyables… Vous voilà prisonnier d'un roman d'horreur à l'ambiance on ne peut plus immersive.



Rappel du fonctionnement:

Pour cette épreuve, des binômes sont formés entre les forums, de manière à avoir, par exemple, le champion de Terrae écrivant en compagnie du champion de Tasty Tales (exemple choisi purement au hasard et avant qu’on ait fait le tirage). On détermine par avance celui qui commence, et c'est parti pour un enchaînement de dix posts (chacun en écrivant cinq, donc) d'un [/b]maximum de 350 mots/post[/b] chacun, toujours sur un thème donné, et sur une durée de trois jours.

Remarque, il s'agit ici d'un mini-RP à variantes : C'est tout comme un mini-RP classique, mais chaque binôme recevra, en plus du sujet initial et commun à tous, un petit détail qui fera varier la situation initiale.

Concernant l'ordre, c'est le champion de Esquisse qui commence !
N'oubliez pas que vous pouvez passer sur la shoutbox pour essayer d'attraper votre binôme.


Quelques petites consignes :

  • En début de post (uniquement dans le premier post s'il s'agit d'un mini-RP), nous vous invitons à présenter sommairement votre univers et votre personnage de manière à nous fournir assez d'éléments pour tout comprendre.
  • Les mises en page sont autorisées, mais nous comptons sur vous pour faire attention à la lisibilité en évitant les couleurs/polices illisibles et les tailles d'écriture en-dessous de celle par défaut. Si vous avez un doute, vous pouvez venir faire des tests sur ce sujet et demander des avis sur la shoutbox.
  • Si vous voulez avoir votre avatar qui s'affiche joliment à gauche, vous pouvez utiliser la balise de transformation :
    Code:
    <transformation invite perso="Nom de votre perso" avatar="Lien de l'image de votre avatar" forum="Nom de votre forum" lien="Lien de votre forum ou de votre fiche de perso" />


Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 23 Mar - 11:01
Hey hey hey !:
Je ne te présente pas mon perso, ou l’univers, Maria, vu qu’on en a déjà parlé. Pour les autres, alors, Crevette est une adulte dans le corps d’un enfant, amnésique, mais au faite du fait précédent, et qui a dû être une militaire dans son ancienne vie, c’est pas possible autrement. Elle se ballade avec un sabre, une arbalète de chasse dans son sac à dos, des vêtements blancs et une cape de camouflage. L’Esquisse, d’où elle vient, est un monde dangereux et absurde, une dimension parallèle où sont téléportés des gens du vrai monde réel de la réalité véritable de 2012 comme ça, sans prévenir, avec parfois des altérations physiques et mentales graves. Et dans l’Esquisse, il n’y a ni soleil, ni lune, mais un ciel rose relativement uniforme.



     Un livre. Crevette était en train d’explorer le Laboratoire, un bâtiment abandonné dans l’Esquisse, qui devait contenir des choses utiles et importantes. Elle se serait attendue à trouver de la nourriture, des armes, une carte, ou autres. En lieu et place, un clap de cinéma, un cube parlant, et un livre d’horreur pour jeunes adultes. L’Esquisse est parfois aussi décevante qu’elle est surprenante.
     Poussée par allez savoir quelle curiosité un peu étrange, elle ne put cependant s’empêcher d’ouvrir ledit livre. À la recherche d’une hypothétique note coincée entre ses pages, un griffonnement dans la marge, un code secret dans des soulignages de lettres…


     En lieu et place, elle se retrouva téléportée dans un lieu sombre, un manoir gothique au bois grinçant, aux pierres froides, aux carreaux battus par la pluie et le vent, aux tapisseries inquiétantes et décaties, aux meubles vieillis et dans des teintes noires et rouges. Par une fenêtre de l’étrange bibliothèque aux étagères montant jusqu’à un plafond rendu invisible par l’obscurité, à grand-peine combattue par un chandelier émanant une lueur verdâtre, elle aperçut quelque chose dont elle avait oublié l’existence, ainsi que la douce sensation que d’être baigné dans son halo blanchâtre et familier : la Lune. Dans cette atmosphère agressive, corrosive, où l’air lui-même semblait vouloir lui porter atteinte, Crevette fut soulagée de la présence de cette divinité céleste, qui veillait sur elle et apportait par sa rondeur pleine une lumière douce. Hors du maigre – qualificatif à relativiser à la taille impressionnante des fenêtres – espace protégé par les rayons pâles, s’étendait l’obscurité dont les contours verts à peine décelables semblaient se mouvoir, onduler, prendre vie, et se préparer à attaquer.
     Crevette s’était téléportée dans un monde parallèle, après s’être téléportée dans un autre monde parallèle ; l’Esquisse. Dans les deux cas, son sabre l’avait suivi : elle le dégaina et pointa sa lame vers les ténèbres, et comme la lueur lunaire s’y reflétait, ces quelques coudées de métal éclatants semblaient investis de magie purificatrice.
     Son ancien monde était dangereux, certes, mais celui-ci était toxique pour l’esprit. Il fallait qu’elle sorte, et au plus vite.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Seth Abel Rollins
Invité
le Sam 23 Mar - 12:49


Seth Abel Rollins:
Seth Abel Rollins est le professeur des Potions dans un Poudlard alternatif, où les personnages de la série n'ont jamais existé (Donc pas de Voldy, pas de Pot de Beurre, pas de Grindelwald, tout ça tout ça) et où le monde des sorciers est notablement plus intégré au monde des moldus. Ancien Auror (équivalent des forces spéciales de la magie, pour ceux qui ne connaissent pas), il a fait une réorientation de carrière complète, revenant à ses premiers amours, les potions. Un colosse atteignant presque les deux mètres, sa caractéristique distinctive est, toutefois, son corps intégralement tatoué et ses longs cheveux violets, qui descendent jusqu'aux mollets.


Seth Abel Rollins & Crevette

Des livres et nous

Seth entra dans son bureau, le bureau du Maître des Potions de Poudlard. Ses bras étaient chargés de livres qu'il était allé emprunter à la bibliothèque, qu'il posa sur son bureau avant de  s'étirer le dos. Il se retourna et attrapa la bouteille de thé glacé qu'il avait mis à infuser la veille au soir et remplit son mug. En revenant vers son bureau, toutefois, un élément attrapa son attention. Un petit livret qu'il n'avait remarqué, sur l'une des armoires. Il l'attrapa et en caressa doucement la couverture. Elle était en cuir. Le type de cuir était un mystère, toutefois. Les pages du carnet semblaient jaunies par le temps. Seth décida que le carnet inconnu serait sa première lecture. Buvant du thé, il s'assit dans son fauteuil et ouvra le carnet à la première page.

À peine ses yeux se posèrent sur les quelques premières lignes qu'il tomba dans un profond sommeil.

Quand il se réveilla, il était toujours assis dans un fauteil, mais il était différent. L'obscurité régnant autour de lui indiquait qu'il n'était plus dans son bureau. Péniblement, il se releva, la tête tournant, comme s'il n'avait plus d'énergie...

Mais où est-ce que j'ai bien pu atterir.

Il fit quelque pas dans la pénombre. Le plancher, sur lequel le temps avait laissé sa trace délétère, grinçait comme s'il émettait un cri d'un autre monde à chaque pas du colosse. Un tonnerre tonitruant de la pluie s'abattait à l'extérieur du bâtiment, ce qui ajoutait à l'atmosphère poisseuse du lieu. Seth sortit sa baguette de sa tenue et fit un geste de boucle avec.

"Lumos Duo."

L'incantation provoqua l'émergence d'un rayon de lumière depuis la baguette du sorcier, comparable à celle d'une lampe torche. Seth s'approcha d'une fenêtre et regarda : Il était, visiblement, en plein milieu d'une forêt aux arbres décrépits et, pour seule lumière extérieure, une lune pâle, presque malade, brillait au milieu du firmament que même les étoiles avaient fui. Tâtonnant dans l'ombre, il trouva une porte, qu'il emprunta. Le retour à Poudlard nécessiterait probablement l'exploration de cet endroit.



346-370 mots selon les compteurs
CSS par Gaelle
Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 23 Mar - 14:20
     On tourna la poignée. Le crissement caractéristique avait été entendu par Crevette, qui était aussi alerte qu’un animal blessé le serait aux sons. Nombreux, d’ailleurs, dans cette pièce, étaient ceux qui ressemblaient à des plaintes, des chuchotements, qui susurraient des bouts de mots avec des voix changeantes aux oreilles de Crevette. L’apparition d’un son mécanique au milieu de cette foire mutique aux esprits mystiques fit le double effet d’une délivrance à ses oreilles ; elle ne devenait pas folle, et d’une profonde inquiétude ; quelqu’un d’autre et aux intensions inconnues était présent.
     Une bonne dizaine de mètres la séparait de la porte en train d’être poussée. Crevette brava le noir, et s’infiltra sous une table, rangea son sabre, et sortit son arbalète, métal du carreau au clair, mais protégé par sa cape des reflets lunaires, autrefois bienvenus.
     Ce ne fut cependant pas, comme elle aurait pu s’y attendre, une créature monstrueuse qui fit son apparition, mais un humain maniant une baguette dont l’extrémité émettait une lueur à la blancheur rassurante. Un congénère humain. Voulant mettre toutes les chances de son côté, Crevette, dont la furtivité était un domaine d’excellence, passa au couvert des meubles jusqu’à arriver derrière cet inconnu qui avançait lentement dans la bibliothèque, afin d’arriver entre lui et la porte.
     C’est ce moment qu’elle choisit pour se révéler, pointant son arme sur l’étranger. S’il tentait quoi que ce soit, une simple pression mettrait fin à sa vie.
     « Bonjour. Derrière toi. Plus bas. Tu as deux secondes pour me dire ce que tu fais ici. Je pense que tu as remarqué, mais cet endroit dégage une hostilité manifeste. Je préfère ne pas prendre de risques. »
     Il était grand, costaud, et ne semblait pas paralysé par l’effroi. Il ferait un allié très intéressant, si tant est qu’il le voulût bien.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Seth Abel Rollins
Invité
le Sam 23 Mar - 18:18


Seth Abel Rollins & Crevette

Des livres et nous

La porte pivota lourdement sur ses gonds, et ce relativement silencieusement, ce qui surprit le sorcier. Néanmoins, il avança, en orientant sa baguette vers la salle dans laquelle il était rentré. Il s'agissait visiblement d'une bibliothèque, un petit peu mieux éclairée qu'auparavant, puisqu'un chandelier éméttant de petites flammes verdâtres illuminait une table.

Tiens, voilà qui plairait à Abi... Elle qui aime les flammes de couleurs bizarres.

"Bonjour. Derrière toi. Plus bas. Tu as deux secondes pour me dire ce que tu fais ici. Je pense que tu as remarqué, mais cet endroit dégage une hostilité manifeste. Je préfère ne pas prendre de risques."

Une voix féminine lui avait intimé cet ordre. Il obtempéra et répondit, de sa voix grave.

"Mon nom est Seth. Seth Rollins. Et je cherche à rentrer chez moi. Je vais me retourner lentement."

Il pivota sur ses talons et illumina le visage de la jeune demoiselle avec sa baguette, laissant aussi voir les tatouages faciaux. Il se retourna à nouveau et jeta un regard vers la salle.

"Pour ce qui est de l'hostilité... J'ai encore rien remarqué. Mais c'est vrai que rien ici n'est vraiment rassurant."

À ce moment-là, un frisson glacial parcourut le dos de Seth, comme si la température venait de plonger. Le fracas des gouttes de pluie avait presque magiquement cessé, mais il ne le remarqua pas, trop préoccupé par ce qu'il pouvait y avoir dans le manoir pour s'inquiéter de ce qu'il s'y passait dehors.

Un bruit sourd, distant, mais puissant, toutefois, appela son attention de l'extérieur. Seth s'approcha de la fenêtre. Par la fenêtre, il pouvait voir que la pluie avait été remplacée par de la neige, qui recouvrait lentement les abords de la maison. Ce fut en regardant au loin, toutefois, que la panique s'empara de lui.

Un colosse, marchait, les cimes des arbres n'arrivant au mieux qu'à sa taille. Il était gigantesque, mais extrêmement émacié, tant et si bien que ses bras et jambes difformément longues semblaient n'être composés que d'os. Son torse rappelait un homme affamé dont on aurait arraché les entrailles. Seth laissa tomber sa baguette, sa voix trahissant la panique.

"Qu'est-ce que c'est que ça?"



349-371 mots
CSS par Gaelle


Ithaqua:
Épreuve 2 - Esquisse et Epicarena [♣♠] A1bc4e3782ba2690f9dd9560208021f6
Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 23 Mar - 23:49
     Il était appréciable de rencontrer quelqu’un qui ne réagissait pas comme un imbécile ou un fou en proie à la panique quand on pointait une arme sur lui. Quand Seth se retourna, Crevette baissa son arme.
     « Très bien. On est dans la même galère, et je sens qu’on va devoir s’entraider. Hé, mais… »
     Dehors, la pluie avait été remplacée par de la neige. L’échine de Crevette trembla. Une vague de froid s’empara de la pièce, et des êtres la peuplant. Conjurés, ou effrayés, par cette terreur glacée qui émanait du dehors, les chuchotements insupportables qu’elle entendait depuis tout à l’heure s’enfuirent. Mais avec eux, à sa grande terreur, la lumière de la Lune se masqua. Entre ses rayons salvateurs et eux, se dressait une créature dont la taille et l’aspect étaient absurdes, impossibles, monstrueux, même pour quelqu’un assisté aux pires atrocités que pouvait receler l’Esquisse.
     L’esprit de son compagnon était en train de lâcher. Sans s’en rendre compte, absorbée qu’elle était par cette vision immonde, les jambes de Crevette lâchèrent, son arme frappa les planches, puis ses genoux. Elle resta là, à contempler sa fin, bouche bée, des larmes coulant sans contrôle, et lui brûlant les joues, alors qu’elles se gelaient ai contact de l’air, qui devenait de plus en plus vicié, et les respirations de plus en plus douloureuses.
     Il fallait se ressaisir. Elle chercha dans les plus de sa cape la poignée de son sabre, la serra. Ce contact lui insuffla un courage nouveaux Crevette se leva, ramassa son arbalète, et tapota le dos de Seth – elle aurait visé l’épaule, si sa taille le lui avait permis.
     « Rien que mes lames ou ta DEL montée sur une branche ne pourraient vaincre. Il nous faut fuir, et très très vite. »
     Et comme pour lui répondre – peut-être était-ce le cas ? – ils entendirent tout deux un cri rauque, au rythme incongru et dont le timbre faisait trembler le vieux bois.
     « Allez, allez, viens, on doit se planquer. »
     En temps normal, elle aurait cherché à tendre une embuscade. Mais son esprit combatif, en toute autre circonstance invincible, s’était évaporé.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Seth Abel Rollins
Invité
le Dim 24 Mar - 11:32


Seth Abel Rollins & Crevette

Des livres et nous

Seth pensait que le métier d'Auror l'avait préparé à tout. Massacres magiques, séquestrations, incendies... Travailler chez les aurors en fait voir de toutes les couleurs. Et pourtant, la vision qui s'offrait à Seth venait de faire s'écrouler son monde. Sa baguette était tombée et il bégayait, impuissant.

Il aurait pu rester comme ça longtemps, si la jeune demoiselle ne lui avait pas mis une tape dans le dos. Il se ressaisit et récupéra sa baguette qui, fort heureusement, brillait encore. Il l'éteignit, et commença à réfléchir. Fuir, oui, fuir était probablement une bonne idée. Devant une créature comme ça, il valait mieux fuir, ça tombait sous le sens. Mais il faisait froid. De plus en plus froid. Son souffle se condensait à peine sorti de sa bouche, et il sentait que ses lèvres allaient se gercer. Et plus que cela, en réalité, il craignait l'hypothermie.

"Oui, planquons-nous avant que Machin n'arrive trop près."

Il se rua vers la porte. Elle était verrouillée ou bloquée. Il fit un bond en arrière et pointa vers la porte.

"Open Sesame!"

La baguette de Seth émit alors un petit arc bleu en direction de la porte, qui se retrouva violemment arrachée de ses gonds et découpée en petits morceaux. Il fit signe à sa camarade d'infortune et s'engouffra dans le pas de la porte.

"Allez viens, moins on moisit ici, mieux c'est pour nous. Avec un peu de chances, on peut trouver quelque chose pour s'en sortir sans trop de problèmes."

Ca y est, Seth était réveillé et l'instinct venait d'entrer en jeu. Le froid était dangereux, mais il faudrait bien le braver à un moment où à un autre.

Le couloir dans lequel il était arrivé était baigné par la même lumière verdâtre que la bibliothèque. Il regardait les fenêtres, qui commençaient lentement à se couvrir de gel. La lumière n'étant pas suffisante, il lança des sorts de Lumos dans le couloir.

"Lumos."



340 mots
CSS par Gaelle
Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 24 Mar - 17:50
     Cette porte n’était pas verrouillée, quand Seth l’avait passée la première fois. Ce manoir se jouait d’eux, ou était aux ordres de ce maître tyrannique qui était apparu. Mais le bois n’était pas un obstacle pour le compagnon de Crevette.
     « D’accord, c’est plus qu’une loupiote sur un bout de bois. »
     Alors qu’ils détalaient dans une des galeries, le bâtiment, répondant au cri strident de leur maître, qui manqua de les faire tomber à genoux alors qu’il vrillait leur esprit, répondant à l’appel de son horrible suzerain, commença à se replier sur ses occupants indésirables. Les murs se contractèrent en des bruits atroces de verre brisé, de métal tordu, de bois crissant, de pierre fissurée. Cette bâtisse souffrait pour répondre à l’ordre.
     À leur grand secours, le gel gagnant semblait aussi amoindrir les pouvoirs du manoir. Le moment où il sembla même complètement paralysé ne fut pas bien loin. Il y eut un moment de calme. Les murs avaient cessé de bouger. Les esprits chuchoteurs s’étaient tus. Le manoir était mort, comme un âne qu’on aurait trop fouetté.
     Alors, le dieu colérique commença à frapper, à arracher, à fouiner. Les meubles distordus tremblaient, le verre des étagères se brisait. Ils continuèrent à s’enfoncer pour retarder la confrontation, mais très vite, ils tombèrent sur une pièce fermée, à l’exception d’une petite mansarde.
     « Il faut continuer. Porte-moi, je vais accéder à ce tunnel. Je t’aiderai à monter une fois de l’autre côté. »
     Cette ouverture menait à l’extérieur. Des bois épais se dressaient devant elle. Étant agile et furtive, elle n’aurait aucun mal à y progresser et à s’y cacher, et pourrait même faire disparaître Seth, qui lui semblait être bien assez malin et compétent pour cela. La créature était affairée à détruire le bâtiment, ils auraient une chance de la fuir s’ils passaient par les bois. Étant dans ce qui semblait être une étable en ruines, Crevette trouva une corde, et lança le bout à son camarade.
     « Ça mène à la forêt ! Je pars voir si c’est sûr, rejoins-moi dès que tu le peux. »


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Seth Abel Rollins
Invité
le Dim 24 Mar - 19:31


Seth Abel Rollins & Crevette

Des livres et nous

Le bruit de l'espace qui se contorsionnait autour était assourdissant, et vrillait l'esprit de l'Auror. Il était en train de perdre ses notions de l'espace. Jusqu'à l'arrêt, jusqu'à ce que le bâtiment se figea dans la glace, monument impie à une divinité d'un autre monde. Les grognements du mur furent remplacés par les cognements, sourds, de l'ignoble béhémoth sur le sol, puis enfin  par les bruits des murs, des meubles, des vitres, que l'on éclate, que l'on déchire. Il était à la portée de la maison, et son infatigable attaque avait commencé.

"Il faut continuer. Porte-moi, je vais accéder à ce tunnel. Je t’aiderai à monter une fois de l’autre côté."

Seth espérait que la petite mansarde serait suffisante pour que les deux puissent passer et se sauver d'ici. Sans trop réfléchir, il posa ses mains la taille de la jeune demoiselle.

"Ho... HISSE!"

Et il la souleva, l'amenant aussi près de la mansarde qu'il pouvait, après quoi, elle réussit à se faufiler à travers l'ouverture, disparaissant temporairement dans l'ouverture. Pendant quelques secondes, le silence fut rempli du vacarme que le monstre faisait, désossant joyeusement l'antique manoir, et du bruit des battements du coeur de Seth, qu'il ressentait maintenant avec tout son corps.

"Ça mène à la forêt ! Je pars voir si c’est sûr, rejoins-moi dès que tu le peux."

Une corde venait de passer par la fenêtre. Il ne lui restait plus qu'à sortir à son tour. Mais il savait qu'il ne pourrait pas passer par la mansarde. Il pouvait utiliser un Bombarda Maxima pour creuser un trou dans la pierre, mais le sort était beaucoup trop bruyant et attirerait l'attention du monstre. Il lui faudrait une diversion. Faire exploser quelque chose de l'autre côté du manoir, puis ressortir par ici même. Le plan était risqué, mais même au pire, il ferait gagner du temps précieux à sa camarade.

Désolé, jeune crevette, mais tu vas devoir m'attendre.

Il partit en courant dans une autre aile du bâtiment, prêt à concocter une explosion digne de Michael Bay.




CSS par Gaelle
Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 24 Mar - 20:59
     La progression était lente, mais déterminée, d’autant plus que Crevette n’osait se retourner, de peur de contempler l’horrible immondice titanesque.
     Hélas, très vite, ces bois qu’elle avait cru être un refuge contre l’horreur se révélèrent être une autre de ses émanations. De l’humus s’élevèrent des volutes discrètes, des spores, des gaz toxiques et entêtants. Ce froid terrifiant s’infiltra à nouveau autour d’elle. Crevette leva les yeux. À peine dissimulé par les troncs malades des arbres nus, l’atroce tête du dieu la fixait. Le charme qui enveloppait Crevette se brisa. Il y a quelques instants, la forêt était à peine recouverte d’un léger manteau blanc. Désormais, on s’enfonçait sur une coudée dans la neige. Et la Lune n’était plus visible nulle part.
     Derrière elle, entre les jambes du colosse, le manoir n’était plus que gravas. Seth ne devait pas avoir survécu.

     C’était intolérable. Elle trouvait enfin un compagnon digne, à qui elle pouvait confier sa vie, et il lui était retiré par cette monstruosité indicible. Pour faire face à la folie, Crevette choisit la colère.
     Se sachant perdue, refusant de mourir sans panache, elle tenta de dégainer son sabre prit par la glace, força de ses deux mains, et sortit du fourreau un moignon de lame que le froid avait brisé, qu’elle pointa sur le monstre.
     « Meurs, chien ! »
     Et elle finit écrasée par le poing de la créature.



     « Meurs, chien !
     – Ah, t’es debout. Tu t’es endormie, comme ça. »
     Elle connaissait cette voix. C’était celle de Al, un binoclard fragile, sans conversation et insupportable ; un autre survivant de l’Esquisse.
     Un doux crépitement était perceptible. Crevette se leva. Un feu finissait de se consumer dans la cheminée de la cuisine.
     « Bah, j’ai dû rêver. »
     Al lui adressa son visage semi-atone, semi-ahuri habituel pour toute réponse, puis il quitta la pièce. Crevette rassembla ses affaires, son esprit cherchant à oublier. En levant les yeux, elle remarqua que les flammes prenaient une teinte bleutée. En approchant ses mains, pour se les réchauffer, elle eut l’impression qu’elles se refroidissaient. Et dans le feu, elle crut entendre :
« Je suis maintenant délivré. »


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Anonymous
Seth Abel Rollins
Invité
le Dim 24 Mar - 22:00


Seth Abel Rollins & Crevette

Des livres et nous

L'esprit de Seth galopait à toute vitesse dans son cerveau, comme un guépard dans la savane. Il avait une énorme diversion à faire, et pour ça, il réfléchissant à comment faire. L'horrible titan continuait son démantèlement méthodique du manoir replié sur lui-même. Si Seth imaginait que le fait que le manoir était replié sur lui-même ralentirait la créature, il ne se faisait pas d'illusion. Il y laisserait probablement la vie. Il arriva devant un mur avec une fenêtre. Qui semblait pouvoir exploser bien facilement. C'est dans ce genre de cas que Seth aurait aimé avoir du C4. Mais pas de C4. Juste la magie.

Seth pointa sa baguette vers le mur.

"Bombarda Maxima!"

Le mur explosa, comme il l'avait prévu, faisant un joli petit feu d'artifice. Mais l'explosion était trop puissante, et Seth avait méjugé la distance de sécurité, ce qui le propulsa en arrière comme une vulgaire poupée de chiffon. Il s'écrasa lourdement contre un mur, sonné. En un sens, son plan avait été un succès. Il avait réussi à détourner l'attention du titan, pendant que son amie tentait de s'enfuir. Par contre, il n'en réchapperait pas. Le béhémoth arracha le toit et, avec ses griffes squelettiques surdimmensionnées, attrapa l'Auror avant de l'écraser, le tuant sur le coup.

Seth se réveilla dans son fauteuil, celui même dans lequel il s'était endormi. Il avait mal au dos, et frissonnait de froid. Il se releva péniblement de son fauteuil, duquel le petit carnet tomba. Il le rattrapa machinalement et retourna dans la salle des Potions. Un feu crépitait doucement dans la cheminée. Il en approcha les mains, appréciant la chaleur réconfortante.

Jetant un oeil sur les pages du carnet, il remarqua qu'elles ne comportaient plus qu'une seule phrase. Écrite en boucle. Ligne après ligne, page après page.

JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE JE SUIS LIBRE

Seth déglutit sa salive. Le cauchemar était loin d'être fini.




CSS par Gaelle
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum