Structure mobile et cartes quantiques

Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 2 Juin - 14:44
Épisode précédent:


     Voilà que leur groupe arrivait en vue du labyrinthe. Le voyage avait été sans histoire, exception faite des quelques mots qui avaient été échangés par Carmen et Amundsen. Les murs bigarrés, faits de tous les matériaux possibles, de bois de toutes les couleurs et aspects, d’arbres serrés et de buissons impénétrables, de pierres entassées et de murs qui semblaient taillés dans le roc, ou d’autres choses plus exotiques, comme des parois qui semblaient faites de pâtisseries impérissables, ou de métaux scintillants. Le vent s’était levé. Était-ce naturel, ou le Labyrinthe produisait-il ses propres conditions météorologiques ? Le son de l’air s’engouffrant dans les couloirs, croisements, tunnels, ponts et escaliers produisait une musique propre à cette vieille structure, lui donnait une vie interne.
     « Il bouge. »
     Le laconisme de Toklo avait pour conséquence qu’il ne parlait jamais pour ne rien dire. Sa remarque fit réfléchir Amundsen, alors qu’il aidait Carmen à descendre du gélatinomadaire. Le principe de la carte est qu’elle représente ce qui est immuable. Étant donné qu’ils allaient progresser dans un environnement où les règles de la cartographie traditionnelle risquaient de ne pas s’appliquer, il faudrait faire évoluer ces règles cartographiques. Étant un physicien de formation, Amundsen avait quelques intuitions sur comment représenter une structure en état changeant en permanence. Il faudrait creuser cela. Par ailleurs, le Labyrinthe étant une version concentrée, dense, des propriétés absurdes de l’Esquisse en matière de changements topographiques, s’il pouvait tirer des principes généraux ici, il serait très aisé de le faire à plus petite échelle – soit, en vocabulaire géographique, sur un espace plus large. Sa consœur cyantifique Penrose, qu’Amundsen ne connaissait que par ses travaux, aurait sûrement quelque chose à dire à ce sujet.


Dernière édition par Stilgar le Lun 10 Juin - 1:36, édité 1 fois


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
PiuPinu
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 33
Date d'inscription : 08/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 9 Juin - 23:46

Je ne me doutais pas un instant que l’homme doutait de moi et ce malgré un dernier regard que j’avais cru discret derrière son épaule pour être certaine que la scientifique avait disparu dans la foule. Je ne l’ai pas vue et ai pu monter sur le gélatinomadaire d’Amunsen sereinement.

« Cela dérangerait si je lui trouvais un prénom ? »

J’ai toujours pris plaisir à nommer les animaux de la maison, de mon ânesse Petite-ourse aux canards Casserole et Passoire… J’ai dit que j’aimais donner des noms aux animaux mais pas que j’avais toujours été très douée pour cela. Au contraire… Pourtant j’ai le sentiment que parfois j’avais trouvé plus juste, seulement je n’ai pas réussi à mettre le doigt dessus.

Il m’a demandé si je possédait une montre, je ai lui répondu que non… Mais que je croyais avoir observé un déplacement qui me semblait régulier des étoiles de mon abdomen, si cela pouvait aider c’était toujours ça de pris… D’après mes observations la petite-ours puisque j’en parlais fait régulièrement le tour de mon nombril… Si ça peut aider.

Je reste perplexe face à l’architecture de la bâtisse qui leur faisait face, rien de tout ce que j’ai pu voir jusqu’alors ne m’a jamais semblé si disparate. Pourtant je suis dans l’Esquisse depuis plus d’une paire de semaines alors je devrais être surprise de ne plus être surprise. Je ne le suis pas. Je m’apprête à lâcher un soupir que je retiens par politesse.

« Comment nous y rendre et réussir à en sortir, avez-vous pris une pelote de laine ou de la peinture pour marquer notre chemin… Toklo vous qui vous y êtes déjà rendus ici, comment vous étiez débrouillé cette fois-ci ? »

Je me demande bien ce que je pourrais apporter à cette aventure mais me garde bien de le formuler à voix haute de peur qu’il me dise finalement de rester ici.


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code < X transformation perso="Carmen" />
Stilgar
« Petit Pimousse au rapport ! »
Personnages : Crevette
Messages : 123
Date d'inscription : 07/01/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 10 Juin - 14:51
     « Un prénom ? Non, bien sûr, faites. Je suis sûr que ça le laissera totalement indifférent, mais, qui sait ! »
     Amundsen envoya une petite tape amicale à sa monture. Pour seule réaction, sa texture gélatineuse trembla un peu, comme si on avait touché un flan.

     Il fallait maintenant s’équiper. Toklo avait déjà revêtu son équipement de fromineur complet : tenues avec ce qu’il fallait de sangles, sa pioche en bandoulière, une lampe frontale, et un pistolet rangé dans un étui au niveau des côtes, sous son gilet. L’œil averti aurait deviné qu’il ne tirait pas des balles mais des fusées éclairantes. Pour le reste, il préférait avancer léger, laissant sa chaise porter le gros du matériel. Et bien entendu, il n’avait pas pris son parapente.
     Amundsen avait un matériel bien moins spécifique : une corde enroulée à la ceinture, une lanterne à huile pendant autour du cou, son couteau de survie, et une bouteille d’eau. Il sortit aussi de l’équipement pour Carmen : eau, lampe, lame, corde. N’étant pas encore très expérimenté dans le domaine, les achats de matériel d’Amundsen étaient allés au plus basique.
     Celle-ci souleva une question intéressante. Il était temps de détailler comment précisément allait se dérouler leur expédition.
     « Je connais le chemin, mais je n’y suis jamais entré.
     – À ce sujet, je vais vous expliquer la marche à suivre. Le but de cette première expédition n’est pas de trouver des trésors. Enfin, ce n’est pas l’objectif principal. L’objectif principal est de trouver quels sont les principes généraux du fonctionnement du Labyrinthe. À mon grand dam, la littérature à ce sujet est bien maigre, et surtout le fait d’aventuriers et de chercheurs de trésors bien peu soucieux de la rigueur cyantifique. Il va nous falloir repartir de zéro, et réapprendre que le sang coule dans les veines, si vous voyez ce que je veux dire. Pour se faire, on ne va pas avancer très vite, ou très profondément. Nos montures nous accompagneront, nous tâcherons de prendre le moins de risques possibles. Toklo, j’aimerais que vous mettiez à profit votre connaissance pratique de l’exploration pour déterminer les sentiers les plus aisés à parcourir. Carmen, vous m’avez semblé être une personne attentive, je compte sur vous pour repérer les éléments intéressants, les subtils changements de configuration des lieux, les altérations dans l’atmosphère, ce genre de chose. N’hésitez surtout pas à me faire part même de ce qui va vous paraître le plus trivial, le plus inintéressant : j’ai besoin d’une somme quantitative de données, pas qualitative. Toklo, Carmen, Sentez-vous libre aussi d’emprunter une monture, ou de partir un peu en exploration tous seuls pour enquêter sur quelque chose. Tâchez juste de rester en contact permanent avec le groupe, des fois que vous tombiez sur une menace et qu’on ait besoin de vous secourir. J’ai déjà eu à assumer le rôle de chef de groupe, et je ne crois plus qu’un une seule manière de faire : vous laisser une large autonomie. Je ne vous donne que quatre consignes de sécurité : jamais plus d’une personne ne quitte le groupe en même temps, donc si quelqu’un s’est éloigné, l’autre reste à portée d’yeux des bêtes et de celui qui les garde. On ne part pas loin, on reste toujours à portée de voix. On prévient les autres de tout ce qu’on fait, de tout ce qu’on observe et on ne garde rien pour soi, ça ne servirait à rien. On reste en permanence sur ses gardes. L’endroit n’est pas très dangereux, mais il peut l’être. Pour ce qui est de marquer notre passage, je vais utiliser deux techniques : déjà, je vais tâcher de rédiger une carte sommaire des environs, que je compléterai de nos notes. Ensuite, votre idée de peinture ou de pelote laine est charmante, mais j’en préfère une autre : périodiquement, empilez des cailloux pour faire de petits cairns. En les remontant, on retournera à cette entrée. On aurait pu aussi décider de ne tourner qu’à droite, mais cela pourrait nous forcer à aller dans des chemins dangereux. Ah, et n’oubliez pas : il est tout à fait possible qu’aucune de ces mesures ne soit utile, si vraiment le Labyrinthe bouge. Mais nous verrons bien quoi faire en temps voulu. Des questions ? »
     Si Toklo en avait, il les poserait plus tard. Ce n’était pas non plus quelqu’un de très imaginatif.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
PiuPinu
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 33
Date d'inscription : 08/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 20 Juin - 21:34
« Le gélatinoraptor ? Non, c’est un peu trop simple et pas assez personnel. Pourtant je veux absolument qu’il y ait « Gé » dans son, Généroso ? Elle ressemble trop à une limace pour avoir un prénom masculin, Hm. Généova ? Oui, ça lui ira bien ! »

Je caresse la surface gélatineuse de la monture avec un sourire, flattant ce que je pense être l’encolure.

***

Toklo n’est jamais rentré là-dedans… Il a l’air d’être celui de nous trois qui a survécu le plus longtemps dans l’Esquisse. Est-ce que c’est parce qu’il a évité cette zone ? Je secoue la tête pour me retirer cette pensée de la tête.
Amunsen prends la parole. Je crois que j’avais compris le principe de ce qu’il voulait depuis le début, ou du moins depuis qu’il voulait y rentrer en temps que scientifique.

« Une remarque seulement : Espérons que ce soit amusant ! »
je conclue après son speetch beaucoup trop long.

J’enroule la corde qu’il me propose autour de mes hanches, elle prend rapidement la teinte de ma peau. Je glisse la lampe et la gourde dans ma propre besace, refusant la lame. J’ai ce qu’il me faut, la mienne est plus courte, un canif solide. Il fait partie du paquetage que je me suis constituée ces derniers jours. J’ai aussi deux épingles à nourrisse et un kit de couture dans un matériel qui ressemble plus à du bois qu’au métal. J’pourrais dire tristesse, mais non. Je leur lance un sourire qu’ils ne discernent même pas dans l’obscurité de mon visage.

« Toklo vous y allez ? » je demande avec impatience.

Je n’ai pas dit qu’en approchant il m’avait sembler voir bouger les murs, je ne saurais expliquer pourquoi mais j’ai soudainement eu très envie d’aller y faire un tour. C’est p’t’être risqué mais, peu importe ! J’ai trop hâte.


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code < X transformation perso="Carmen" />
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum