The beautiful blue sky always waits for me therefore I'm not afraid ! (feat. Ayame)

avatar
Invité
Invité
le Mer 3 Oct - 22:09
THE BEAUTIFUL SKY ALWAYS WAITS FOR ME THEREFORE I'M NOT AFRAID

“Derrière moi, un passé qui s'efface au marqueur.
Devant moi, un futur incertain et moqueur.
S'émerveiller.”
Tu étais de bonne humeur ce matin. Enfin, ce matin, c'était une vague appellation ce que tu nommais « Quand ce monde n'est pas encore réveillé ». Car oui, pour toi, ce monde était vivant. C'était le Pays des Merveilles pour le moment. En plus de me serrer affectueusement contre toi, tu gambadais joyeusement dans la campagne qui s'étalait face à toi. Des cheveux bruns et longs ondulaient derrière toi, caressés par la douce brise que t'offrait ce pays, tes yeux rouges pétillaient de joie et ton teint blafarde reprenait un peu de couleur au niveau de tes joues qui se rosaient légèrement. Jamais, tu n'avais été aussi joyeuse que cela. Et j'en étais fier et heureux pour toi. Tu sautillais tranquillement, le blé turquoise te chatouillant les chevilles et les jambes. Soudain, tu t'arrêtas pour fixer un grand papillon d'environ vingt centimètres de long, multicolore. Un énorme sourire fendit ton visage en deux et te baissa ton regard vers moi en me désignant l'insecte.

    « Regarde Somnambule ! Ce papillon est magnifique ! Petit, petit ! Approche ... Gentil ! » commentas-tu telle une enfant de bas-âge découvrant le monde pour la première fois.


Le papillon inoffensif se posa sur ton index tendu et tu te mis à rire de cette situation, heureuse. Puis l'insecte s'envola à nouveau et s'en alla en battant lourdement des ailes. Émerveillée par ce geste, tu te mis à le poursuivre en me serrant dans tes petits bras pour ne pas me faire tomber. Puis ton pied se heurta à une pierre et tu trébuchas. Un petit roulé-boulé rythmait par tes cris et mes miaulements se mit entendre jusqu'à ce qu'il se stoppe dans une herbe, verte cette fois-ci.

Je me suis glissé hors de tes bras protecteurs et je me suis ébroué. Puis je t'ai regardé en penchant ma tête sur le côté. Tu riais de bon cœur à cet incident mineur. Tu étais dans ton monde à toi. Malgré ton arrivée ici, tu n'avais pas perdu ta bonne humeur et j'étais heureux de cela. J'esquissai un faible sourire et te miaulai dessus tendrement avant de ronronner un peu. Mais soudain, ton rire se stoppa. Tu devins livide, ce qui m'inquiéta un peu. Tu portas ta main à ta bouche, l'autre à ton ventre.

Et dans l'instant qui suivit, tu vomissais de la bile multicolore. Celle-ci ondula légèrement et forma un arc-en-ciel. Tu essuyas ton front d'un revers de la main avant de t'extasier devant ton « œuvre ». J'étais plus impressionné par ta réaction. Passer aussi vite de la peur à l'admiration faisait parti d'une de tes plus grandes qualités. Voir le bien partout même dans les pires situations.

    « Tu as vu Somnambule ? Un arc-en-ciel ! C'est ... Ow ... Magnifique ! Oh, regarde ! Des bulles ! » m'annonças-tu avec un grand sourire enfantin aux lèvres.


Je jetai un coup d’œil vers les bulles multicolores qui entourait ton arc-en-ciel. Tu te relevas et tu te dépoussiéras lentement. Puis tu me repris dans tes bras faibles et malgré ton état maladif, tu te mis à suivre les bulles qui dansaient. Tu en éclatas quelques unes avec cet air si naïf qui t'allait bien. Puis tu te stoppas, violemment, prise de spasmes. Et tu vomis à nouveau. Un arc-en-ciel encore une fois. Je miaulai, inquiet. Tu te contentas de sourire. Avant d'avoir un hoquet de surprise.

En effet, une bulle venait de te gober entière. Tu as resserré ta prise sous le coup de la surprise. J'eus un miaulement plaintif et tu me souris gauchement avant de rattraper ta maladresse. La bulle, de couleur violette était d'une substance comme élastique. Elle s'envola. Tu marquas un temps d’hésitation avant de finalement t'asseoir dans ton nouveau moyen de transport. Un magnifique horizon se dessinait à tes yeux. Tu étais heureuse. Bien que tu avais ton caractère à toi, tu me rappelais un peu ta grande sœur. Tu avais ce même esprit absent. Car si tu avais fait plus attention, peut-être que ta bulle ne se serait pas entre-choquer avec celle d'une inconnue.



Action:
Et voilà, j'espère que ça ira. C'est un peu court à mon goût mais c'est peut-être assez pour le tien donc voilà, voilà ... "8D
avatar
Invité
Invité
le Mer 7 Nov - 20:24
Ayame se promenait à nouveau dans l'Esquisse, entre deux aventures. Elle avait décidé de profiter de ce moment de répit si rare et si précieux. Observer le paysage, savourer sa promenade ; elle ne l'avait jamais fait jusqu'ici. Trop occupée à échapper à des plantes carnivores, des tours Eiffel, des hamsters radioactifs et d'autres choses tout aussi sympathiques. La jeune fille aux yeux violets était toujours aussi seule et cela la désolait quelque peu. Certes, elle avait rencontré du monde. Mais que quelqu'un se joigne à elle pour ses péripéties, ça lui aurait fait plaisir. Cependant, elle était trop timide pour aller demander à l'un de ses compagnons si elle pouvait aller avec lui. Et puis s'il ne voulait pas d'elle ? Elle aurait eu l'air bien idiote. C'est la raison pour laquelle notre héroïne était seule lors de sa petite promenade.

Elle marcha dans une petite plaine pendant quelques temps, fascinée pour les papillons colorés qui volaient autour d'elle avant de venir se poser sur des fleur aux tiges bleues. Que dire sur l'herbe ? Elle était d'un rouge, presque aussi intense que celui d'un rubis. Couleur étonnante en soi, mais pas dans ce monde. Ayame n'y fit pas vraiment attention, elle y était habituée. Elle était tellement habituée aux choses anormales, la jeune fille aurait peut-être été surprise dans le monde ordinaire ! De l'herbe verte, un ciel bleu ... C'était d'un ennui ! Alors que ce champ de bulles dans lequel elle venait d'entrer, il était palpitant ! Se promenant entre les bulles, la jeune fille était émerveillée de ce spectacle sans pareil.

Alors qu'Ayame continuait sa petite marche, elle se fit engloutir par une bulle qui passait par là. Elle ne paniqua pas une seconde, plutôt amusée par ce nouveau moyen de transport qui se révéla très drôle. La jeune fille se jetait contre les parois incassables pour que sa bulle change de direction. Tantôt à droite, tantôt à gauche pour mieux voir les arbres violets au loin. Jamais notre héroïne n'aurait cru autant s'amuser dans une chose aussi singulière. Elle riait comme une fillette à qui on aurait donné un nouveau jouet. En même, elle avait gardé son âme d'enfant. Mais avait-elle oublié que tout était synonyme de péripéties dans l'Esquisse ? Et que cette bulle serait peut-être une prison qui l'empêcherait de se dégager des problèmes ? A tout cela, elle n'y songea que lorsqu'elle percuta une autre bulle par mégarde. Et cette seconde bulle, elle contenait une jeune fille et un chat.
Spoiler:

Okay, je t'autorise à me faire subir toutes les tortures existantes sur cette Terre ! Sincèrement désolée, mais je n'étais pas du tout inspirée pour répondre ;w; Promis, la prochaine fois ça ira plus vite et ce sera plus long & moins nul !
avatar
Messages : 608
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 25 Jan - 11:51
Dans cette ville où résidaient les bulles, deux d'entre elles se percutèrent fâcheusement. Ce n'était pas la première que ça arrivait et l'impériale Folie ne faisait plus attention aux bulles qui se cognaient, sauf bien sûr quand elles contenaient des dessinateurs sans cerveau. Quand les deux moyens de transport se heurtèrent, au lieu d’éclater comme ils le font si souvent, ils se rassemblèrent pour ne faire qu'un et ainsi emprisonner les deux humains dans une seule et même bulle d'un joli bleu cyan qui roulait joyeusement au sol.

Les dessinatrices coincées dans cette prison ronde carambolaient. Quand la chose ralentit enfin, elles purent enfin se relever et apercevoir enfin où elles étaient: dans le village des schtroumpfs enragés ! Les petites créatures bleues étaient armées de compas aux plusieurs piques et se jetaient sur la bulle pour l'éclater et enfin avoir la chance de s'en prendre à de la chair humaine.
Après concertation intergalactique les "chasseurs" affamé décidèrent de ne poursuivre qu'un seul être à la fois. Ils choisirent d'abord celle qui semblait plus jeune et qui courait la moins vite et se jetèrent sur elle pour la dévorer toute crue.

Voyant l'horrible attaque sur ce partenaire d'un jour, Ayame ne put que s'enfuir car, de toute manière, il n'y avait plus rien à faire pour Naraku, déjà entraînée au loin par ces barbares


« Maintenant ton sang colore ce monde.
Maintenant, tu entres dans la ronde.
Et tout, autours de toi, te sonde. ♪ »
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum