I decided to open up a window that was shut ! (feat. Andrea)

avatar
Invité
Invité
le Dim 7 Oct - 14:04
THE BEAUTIFUL SKY ALWAYS WAITS FOR ME THEREFORE I'M NOT AFRAID

“Face à moi, un monde qui m'est inconnu.
Derrière moi, les rires de certains individus.
Découvrir.”
Tu cours. Non, en réalité, tu t'enfuis. Et ce n'est pas vraiment facile quand on sait que tu es malade. C'est vrai que s'arrêter toutes les deux secondes pour vomir des arc-en-ciel en cherchant à fuir quelqu'un, ce n'est pas vraiment l'idéal. Tu trébuches, resserres ton étreinte autours de moi, jettes un coup d’œil par-dessus ton épaule et tut e remets à courir. Mais qui fuis-tu ainsi ? Une personne. Et pourtant, c'est rare que tu fuis les gens, tu n'es pas du tout comme ton asociale de sœur. Même par timidité, tu ne fuis personne. Et pourtant ...

En ce moment, tu fuyais bel et bien quelqu'un. Un fou. Oui, c'est le seul mot qui t'ai venu à l'esprit quand il a commencé à te parler. Mais remontons un peu dans le temps avant de devoir slalomer pour s'arrêter afin que tu vides ton estomac des arc-en-ciels qui le peuplent. Tu marchais tranquille avec ton insouciance habituelle dans ce nouveau monde dont tu avais dit qu'il était le Pays des Merveilles. Tu ne le visitais pas vraiment. Tu cherchais plus quelqu'un. Ta grande sœur pour être plus précis. C'est ce bus que tu t'es fixée. Tu es désormais sûre qu'elle est ici. En suivant une quelconque intuition, tu en as conclu cela. Si je ne te connaissais pas assez bien,je dirais que tu es bien trop inconsciente, Naraku. Cependant, je te connais bien. Et quand tu penses que quelque chose est vrai, c'est qu'il l'est. Être avec toi, c'est apprendre à se taire et à écouter les autres qui t'entourent. C'est comme cela tu évolues.

Quoiqu'il en soit, tu te baladais don à travers un quelconque plaine qui office de paysage à ce doux pays. Toujours malade, malheureusement. Tu t'arrêtais tous les deux mètres pour t'accroupir et vomir. Des arc-en-ciels. Tu as une patience de fer. Car tu ne te plaignais pas de ton sort, bien au contraire, tu leurs souris à ces choses que tu régurgites. Un sourire mièvre et enfantin. Puis, tu te tournes vers moi. Tu me scrutais comme à ton habitude, comme pour rechercher une quelconque réaction ou déceler une information. Tu prends exemple sur ta grande sœur. Et je n'aime pas cela. Car Naraku, c'est Naraku. Neoko, c'est Neoko. Je me contentais d'un regard bienveillant sur ta personne. Tu sortis de ton analyse et laissas échapper un rire.

    « Dis Somnambule. Où sommes-nous ? » me demandas-tu soudainement après t'être redresser et m'avoir repris dans tes bras.

Je n'ai jamais eu l'occasion de te répondre. Car ce fou est arrivé à ce moment là. Il a commencé à te parler à une vitesse hallucinante. Les fous, cela ne t'a jamais fat réellement peur. Mais là ... Tu as pris tes jambes à ton cou. Tu t'es mis à courir comme quand tu le fais quand tu veux échapper aux monstres qui peuplent l'Abysse des Cauchemars. C'est quoi l'Abysse des Cauchemars ? C'est quand ce monde, pour toi, passe du côté du mal. Jamais, tu n'as soupçonné ce pays d'être mauvais déjà à la base. Parce que pour toi, le Pays des Merveilles n'est pas méchant. J'eus un soupir silencieusement.

Cela devait bien faire un bon moment que tu courrais comme ça. Pour échapper à ce type qui parlait de relooxing. Tu avais vraiment très peur. Tu t'es mise à jeter des regards autours de toi, comme pour chercher une cachette. Et à ce moment, tu es tombée.

Et maintenant ? Tu me lâchas dans ta chute. Ce n'est pas très conseiller de courir quand on regard ailleurs. Tu tombas en grimaçant. Et tu regardas devant toi. Un ... labyrinthe. Ton seul espoir peut-être ? Tu te relevas, tu m'attrapas et tu t'y engouffras. Ici, au moins, il ne viendra pas te chercher. Fa, c'est ce que tu t'es dis en franchissant le seuil, sans te soucier du reste. Sans penser aux conséquences. Et pourtant ... Tu avanças en me tenant contre toi. Et au bout d'un moment, tu t'es retournée. Et tu as poussé un cri. Non, tu ne venais pas de voir un monstre.
    « Qu'est-ce que vous me voulez à la fin ? »


Même un labyrinthe n'a pas suffit à éloigner ce fou furieux de toi ... Ben, on est pas dans le caca ...



Action:
En avant pour le massacre. "8D


Dernière édition par Naraku M. Shinkiseki le Sam 3 Nov - 15:36, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
le Dim 14 Oct - 11:03
« Tourne à gauche Robert, j'ai dit à gauche crétin ! On fonce dans le tas la et je … aaaaarrrgggghhhh... idiot ! Idiot ! Idiot ! J'te l'ais dit non ? Faux tous faire soit même de nos jours. Rhalala, notre vélo balançoire à moteur est foutu. Je te l' avais dit, qu'il ne fallait pas appuyer sur le manche à balais pour accélérer. Après, pour tirer sur la cage à oiseau, il faut avoir le coup de main. Je te l'avais dit mais tu ne m'écoute jamais Robert. Miranda ! Arrête de rigoler comme une gourde !!  »

Après s’être dégager du tas ou ils s'étaient embourbés, Andrea partit bouder dans son coin. Ses compagnons étaient méchants. Ils ne l'écoutaient plus, alors il allait leurs donner une bonne leçon. Non mais franchement. Maintenant, leur seul moyen de transport était ensevelit sous un tas informe d'objets plus ou moins insolites. Andrea soupira, que faire maintenant. Puis soudain, il la vit. Cette fille, pas bien jolie, mais pas non plus moche. En fait, la raison de sa non beauté était que, comme tous les autres, elle ne fessait pas attention. Bien que l'on soit dans un jeu télévisé il fallait penser un peu à son image non de non. Franchement, pourquoi ne pas prendre des laiderons pendant qu'on y est ? De toute façon, avec leurs maquillages, ils arrivaient au même niveau que cette fille non maquillée. Mais c'était peut être une des organisatrices de ce jeu machiavélique. Il fallait absolument qu'il en sache plus sur son sujet. Elle semblait bien fourbe, avec son chat noir. Les chats noirs portent malheurs, et ils n'étaient pas du tous fashion. Complètement dépassés. Qu'elle célébrité voulait d'un chat de nos jours ? Personne. Les chats, c'est le mal. Quoi que, pour faire un manteau. Ça pouvait être pas mal. Oui, un manteau … il serait noir. Et aurait de la fourrure de ce chat aux extrémités des manches. Oui ! Si le cuir était bien traité, on pouvait en faire quelque chose. Un manteau pareil pouvait être échanger contre des sous vêtements. Les chats, s'étaient le mal. Les sous vêtements, le bien. Andrea était convaincu qu'il pourrait la lui faire échanger ce sac à puce, si il négociait bien.

« Coucou, je m’appelle Andrea et je … »

Mais trop tard, cette enfant s' enfuyait déjà. Andrea décida de la poursuivre. Ce qu'elle ne remarqua apparemment pas. Quand elle se retourna, poussant par la même occasion un petit cri. Andrea leva les yeux au ciel. Bon sang, il n'allait pas relooker une furie pareil. De plus, c'était une femme. Ce genre de créatures ridicules, c'était aussi le mal. Les femmes étaient en tous points inférieures aux hommes, tous le monde savait cela. Pourquoi s’entêter à le nier ? C'était une vérité universelle.

« Qu'est-ce que vous me voulez à la fin ? 

Durcissant son regard, il la toisa avec mépris. Non mais franchement, pourquoi était t'elle si ... féminine. S'en était désagréable.

«  tais toi femme ! Seul ton chat m'intéresse ! »

Spoiler:
désolée pour mon post tous pourri ><
avatar
Invité
Invité
le Sam 3 Nov - 15:55
THE BEAUTIFUL SKY ALWAYS WAITS FOR ME THEREFORE I'M NOT AFRAID

“Poursuivie par un sentiment inconnu,
Me voilà piégée dans un monde saugrenue.
Surprendre.”
Ce fou s'approcha de toi et se mit à te toiser. De peur, tu tremblais de tous tes membres en me serrant contre toi jusqu'à ce que je finisse par miauler de mécontentement. En effet, à force, tu allais finir par m'étrangler un jour ou un autre. Heureusement, tu déserras ta prise et je pus de nouveau respirer plus convenablement. Tu reculas en tremblant tandis que l'excentrique continuait de te toiser d'un air mauvais comme si tu l'agaçais.

    « Tais-toi femme ! Seul ton chat m'intéresse ! » vociféra-t-il à ton attention.

Ta peur disparut aussi. Mais ton esprit fut un peu plus embrouillé. Pourquoi me voulait-il donc, l'illuminé ? Tu le regardas comme s'il venait d'une autre planète. Jamais tu ne te séparerai de moi. J'étais un peu comme ton esprit. Comme ta sœur avec son précieux livre. À cette pensée, un sourire apparut sur ton visage puis tu fus prise d'un fou rire violent alors que tu te souvenais d'une farce que tu avais faite à ta chère sœur chérie. Tu eus du mal à te calmer mais un vomissement d'arc-en-ciel fit taire ce rire avant que tu ne tousses un peu, manquant de t'étrangler dans ce mouvement brusque.

Tu essuyas du revers de sa manche le reste du vomi multicolore au coin de tes lèvres puis tu te redressas, calme et sereine. Je me frottai contre toi lentement en ronronnant pour te rassurer. Puis, lentement mais sûrement, avec confiance, tu fis face à ce qui t'attendais. Mais ta confiance disparut et tu te mis à bégayer, timidement.

    « P-P-Pourquoi, vous voulez mon chat, m-m-monsieur ? Il est à moi ! J-J-Jamais je ne vous le donnerai ! » débitas-tu alors que je grimpai sur son épaule pour me coucher dans ton écharpe rouge.

Tu reculas un peu plus, mal à l'aise avant d'être prise d'un nouveau vomissement plus violent. Exaspérée, tu te redressas vivement avant de t'enfoncer dans le labyrinthe sans prendre la peine d'attendre l'autre malade de ... des chats, peut-être. Ou peut-être tu essayais de lui échapper à nouveau mais de manière plus subtile. Tu ressemblais un peu à ta sœur, en essayant de te détourner de cette conversation. Mais t'engouffrer dans ce dédale était peut-être la chose la plus idiote que tu es jamais faite.



Action:
J'fais rien avancer et j'aime ça. o/
avatar
Invité
Invité
le Mer 7 Nov - 6:32
Et elle s’ennuya dans le labyrinthe. Rho, mais qu'allait t' il faire ? La poursuivre ? Pour l'amour de son chat ? Et ainsi prendre le risque de se perdre ? Mais bien sur que … oui. Elle semblait malade. Un bon points pour lui. Sans attendre plus longtemps, il lança d'une voix guillerette

« J'arrive ♪  »

Avant de s' enfoncer dans le dédale en dansant à moitié. Hum, par ou avait t' elle pu aller ? Facile ! Il suffisait de suivre le vomit. Alors, ah bon bah s'était à droite. Ensuite. À gauche ! Puis tous droit, apparemment. Tous en dansant, il la retrouva à genoux par terre. Parfait ! La relevant d'un geste souple du poignet, il lui arracha l'animal des mains. Puis la laissa tomber tel un sac à patate sur le sol. Bien, par ou allait t' il s'enfuir ? Tient, une ouverture venait de ce crée, c'était l'occasion parfaite. Andrea, dans toute sa splendeur prit des virages pour semer la jeune fille. Non qu'elle soit dangereuse, mais bon. Il valait mieux être prudent. Si ça se trouve, c'était une psychopathe et elle avait des shurikens dans ses manches. Il se souvenait avoir vu un manga comme ça un jour. Tient, un manga ? Cela l'étonnait. Bah pas grave, il n'était certainement pas un okaku. Enfin, il lui semblait. Chantonnant gaiement, il s'adressa à l'animal qu'il serrait foooort dans ses bras depuis tous à l'heure.

« T’inquiète mon chou, avec moi, tu aura la belle vie. Pas comme avec ton ancienne maîtresse. »

Spoiler:
désolée, manque cruel d'inspiration pour ce post u__u
avatar
Messages : 573
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 9 Nov - 23:07
D'un côté un homme ayant pris un chat ne lui appartenant pas et qui n'en avait que faire, de l'autre une fille désespérée et malade d'une certaine manière.
Les murs grincèrent, craquèrent, et dans ce sinistre concert ils se déplacèrent. Du ciel ils tombèrent, et de les écraser ils manquèrent, tandis que la plupart des passages se refermèrent.
Rapidement les murs les bloquèrent, et ils furent obligés de revenir en arrière, et à nouveau ils se rencontrèrent.
Les murs une fois de plus crissèrent, puis s'écartèrent, de sorte à laisser place à diverses créatures imaginaires.
L'une était noire, aux yeux blancs qui ressemblaient d'avantage à des meurtrières, aux griffes aussi dures que du fer et aussi longues que les ongles d'une sorcières, et aux dents aussi grandes que celle d'un dinosaure d'une ancienne ère.
L'autre était blanche, aux yeux noirs et avait la même apparence que la première.

Pas très amicales elles n'avaient l'air, et avec agressivité elles s'approchèrent des trois compères, leurs griffes et leurs dents elles avancèrent, et à les déchiqueter elles s'apprêtèrent.
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum