Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

avatar
Invité
Invité
le Dim 28 Oct - 16:07
À peine avait-il sauter le bord du trou béant que l'obscurité l'avait englouti.
La chute avait duré un temps indéterminé, il faut dire qu'en l'absence de repère visuel il est difficile d'évaluer la vitesse de la chute et qu'au bout d'un certain temps on a rapidement l'impression de faire du surplace et l'on ne sait plus vraiment si l'on tombe encore . . . C'est à peu prés ce qui est arrivé à Jowan. Il avait eut tout le temps de se poser des questions. Mais vu ce qu'il avait pas voir d'Esquisse il ne faisait quasiment aucun doute que tout cela n'était que subjectif, à tout les coups certains auraient eut l'impression de tomber quelques secondes et d'autres une éternité . . .
Il s'était surtout demandé si ce précipice menait bien quelque part . . . Après tout il ne savait pas trop à quoi s'attendre . . .

Finalement il s'est avéré qu'il y avait bien un fond à ce gouffre. Au bout d'un certain temps il sentit sa chute ralentir imperceptiblement avant d'atterrir lourdement sur un sol qui n'était sûrement pas du coussin-guimauve . . . Il laissa échapper un râle douloureux (et par la même occasion un faisceau de lumière phosphorescente à la limite du jaune et du vert), tout son corps criait grâce et il n'osait même pas essayer de regarder combien de bleus devait couvrir son corps . . . si tant est que ça ne soit pas des taches de couleur normale qu'il doive cherche au milieu d'un océan de bleus . . .
Mais il lui fallait pourtant se motiver, ce n'est pas en restant allongé par terre qu'il allait obtenir vengeance . . . Après avoir usé d'un trésor d'auto-motivation et de volonté il réussit à se redresser puis à se lever sur ses deux jambes. Il passa quelques secondes à s'assurer que tout fonctionnait normalement (bien que douloureusement) et conclut qu'il ne s'était rien cassé. À la bonne heure !
L'endroit était tout à fait obscur et il n'y voyait rien à moins . . . d'ouvrir la bouche. Oui c'était un phénomène fort étrange probablement provoqué par la semi-ingestion d'une gelée baladeuse non identifiée (on sait jamais où ça a traîné ces choses là) et il ne savais pas trop s'il devait s'en réjouir ou non ? Car dans l'immédiat c'était certes bien pratique pour voir là où l'on marche rien qu'en entrouvrant la bouche ou en tirant la langue, mais on a un peu l'air naze quand on explore une grotte la bouche grande ouverte non ? De même, il était presque sûr d'attirer tout autre humain alentour et l'on ne peut négliger un potentiel allié dans ce genre de situation (du moins si l'humain en question ne le prend pas pour un énième danger de ce monde grotesque et ne le fuit pas ou ne tente tout simplement pas de l'attaquer) seulement . . . il était aussi presque sûr d'attirer toute créature ou objet qui devait sûrement rôder dans cet endroit sombre et peu rassurant, et ça c'était moins pratique . . .

Quoi qu'il en soit, dans l'immédiat, autant mettre cet « avantage » (ou plutôt particularité étant donné qu'il n'avait pas encore réussi à déterminer si c'était vraiment bien ou non d'avoir une pseudo lampe torche au milieu du visage) à profit pour ne pas risquer de tomber dans un autre précipice ou quelqu'autre piège camouflé par l'obscurité que cela puisse être . . .
Il dut donc se résoudre à entre-ouvrir la bouche, juste assez pour diffuser une lumière pas trop vive afin d'avoir un aperçut général de ce qui l'entourait . . . Et pour tout dire, il n'y avait rien de fabuleutissime à voir . . . un tunnel avec une paroi duveteuse . . . et c'était tout. Oui étonnant n'est-ce pas ? Il s'était attendu à plus original . . . Mais il ne doutait pas que le reste était à venir. Ce qui le surprenait surtout c'était qu'il avait plutôt eut l'impression d'être avalé par une créature géante et qu'inconsciemment il s'était attendu à quelque chose de plus . . . organique ?

Quoi qu'il en soit il fit un pas et eut la surprise de constater qu'il se sentait étonnement . . . léger. Une petit impulsion du pied suffit à le faire s'élever lentement du sol puis retomber plus loin . . . C'était donc pour ça qu'il n'avait pas finit lamentablement écrasé sur le sol en petit morceau, Elle ne tenait pas à casser ses petits jouets tout de suite . . . il lui fallut tout la peine du monde pour ne pas tomber sous la tentation de l'amusement et pour commencer à avancer par sauts successives, parcourant quelques mètres à chaque fois. L’intérêt de cette méthode est qu'il n'avait pas à forcer réellement sur ses jambes pour avancer et que cela le libérait d'une certaine douleur . . .

il n'eut pas à avancer beaucoup avant d'apercevoir à la limite de son champ de vision éclairé une silhouette humaine . . . Espérant que ladite personne (si c'était bien une personne) ne lui soit pas hostile, il se décida à l'interpeller (provoquant par la même occasion un afflux lumineux) :

« Euh . . . Salut ! »

Spoiler:
Ordre de passage \o/ (car il en faut bien un) :
- Jowan
- Erreur
- Shirley
- Ayame
- Anna


Dernière édition par Jowan le Sam 17 Nov - 17:43, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité
le Ven 2 Nov - 12:50
PAF ! Le choc fut violent. Tu poussas un petit gémissement de douleur une fois arriver au sol après cette chute. Les extras terrestres étaient bien poussés à se venger de toi qui lors de cette tempête as répandu des gênes virus. Virus ? Non car ce sont des gênes d'humain, seulement pour les êtres étranges ce sont des virus. Tu te relevas de tes mains dès le moindre petit bruit attendu. Il fallait que tu t'en ailles avant qu'il ne te repère. Alors, le plus vite possible tu te mis à courir dans ce long tunnel infinie et sombre. Puis a un détour tu aperçus une lumière. Une petite et douce lumière. Tu t'y approchas sans savoir trop pourquoi et apercevait un homme. Un homme ? Oui mais son aller vers le camp adverse lui avait laissé des séquelles: par la bouche de la lumière sortait de sa bouche. Il faut vite le prévenir ! Une fois arrivée vers lui tu lui dis d'un air inquiet:

"Tu ne veux tout de même pas que les extras terrestres te reconvertissent ?! Aller, éteint ta lumière: ils sont partout et plutôt mécontents d'avoir tant d'humains sur leurs planètes !"
avatar
Invité
Invité
le Sam 3 Nov - 7:23
Comme dans la gueule du loup...


» Et elle tombe, tombe, tombe... mais quand est-ce qu'elle se termine cette chute?

Tu avais avancé, d'un pas décidé, d'une démarche assurée. Un pied, l'un devant l'autre, le regard rageur puis tu t'étais laissée tomber. Non, tu n'avais pas crié. Aucun mot n'était sorti de ta bouche. Non pas parce que ta chute ne s'était pas fait brutalement, non pas parce que tu n'avais pas eu peur. Au contraire, tu avais été terrifiée sur le coup (il ne faut surtout pas le dire à cette Voix qui vous largue depuis tantôt hein!). En fait, en te laissant tomber, en sentant la gravité attirer ton corps vers le bas, c'est comme si tu t'étais transformée en enclume de chair et que tout tes organes t'étaient sortie par la bouche. Incapable de respirer, incapable de bouger, incapable de voir... tu avais la nausée, mais tu ne pouvais pas vomir... tu n'avais plus d'estomac pour te le permettre. Cette désagréable sensation te resta un bon moment, jusqu'à ce que tes yeux habituent plus ou moins à la noirceur environnante, jusqu'à ce que tu puisse apercevoir ce qui te semblait être les parois du tunnel qui passaient à une vitesse folle devant toi. Là encore, tu ne criais pas, tu te retenais. Tes poumons semblaient soudainement avoir reprit leur place dans ton abdomen. Graaande inspiration, suivit de plusieurs courtes expirations et inspirations. Ne meurs pas Shirley, respire, calme toi, ne nous fais pas de crise cardiaque s'il te plait...

Tu le vis arriver d'un coup, le sol, il t'attentait, il te voulait, il courrait vers toi rapidement... trop rapidement. C'est là que tu craquas.

-AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH!

Puis ta chute s'arrêta brusquement, d'un coup. Tu comprends, le sol devait reprendre son souffle après avoir fait un sprint pareil.. Tu restas suspendu dans les airs, à un mètre de hauteur. Tu lévitais, tu avais vraiment l'air stupide avec cet air béat d’étampé au visage. Heureusement qu'il faisait noir, personne ne te voyait! Cette pause ne dura que dix seconde puis après avoir prit une pause, le sol bondit vers toi pour te faire un joli câlin. PAF.

Cela te fit mal sur le coup... comme quand on faisait une chute de un mètre en gros... et tu remercias le ciel de ne pas t'avoir fait atterrir sur des roches pointues ou des objets coupants... seulement un sol bien dure comme on les aime. Des ecchymoses en plus à ajouter à ceux que tu t'étais fait dans la tempête un peu plus tôt, rien de plus... dans un certain sens, tu étais chanceuse. Tu étais encore en vie.

De tes mains, tu repoussas le sol puis te relevas maladroitement. Oui, tu l'aimais bien le sol, surtout après tout ce temps passé dans le vide, mais faut bien prendre ses distances des fois hein... Tu balanças quelque peu sur tes deux jambes, un peu étourdie puis après avoir vainement essayé de te retrouver dans la noirceur, tu t'avanças prudemment, les mains en suspends devant toi au cas où tu entrerais en collision avec quelque chose.

-Euh . . . Salut !

Tu te retournas à moitié en entendant cette voix derrière toi. Tu la voyais cette lumière, tu le voyais ce garçon qui te faisais dos. Il tenait une lampe entre le dents? Pourtant il te semblait avoir entendu sa voir clairement, aucun son étouffé... enfin, peu importait, tu te tournas finalement, fit un pas vers lui, trébuchas sur ta queue, échappas un plusieurs jurons, te relevas puis t'approchas de lui, encore et toujours sur tes gardes.

C'est là que tu LA vis, Elle, cette cinglée qui avait essayé de faire bouffer tes cheveux au vieil homme timbré un peu plus tôt... Tu serras la mâchoire puis les rejoignis sans adresser un regard à cette fille ou laisser de commentaire par rapport à ses extras-terrestres, ce n'était pas le temps de partir de débats ou de bagarres, il fallait sortir d'ici. Ton regard se reporta sur le jeune homme à tes côtés.

-Sa...

Attends... ce n'était pas une lampe torche qu'il tenait entre ses dents, la lumière venait carrément de sa bouche! Du coup ton air sérieux et sauvage laissa place à une surprise bien évidente.

-...lut...

Sa bouche était carrément fluorescent, c'était dingue ce truc, beaucoup trop loufoque... cela te prit un certain moment avant d'assimiler le truc puis tu fronça les sourcils, perplexe.

-...plutôt utile ton truc...

D'accord, ajoutons-en pas plus, à chacun son truc, tu faisais le dinosaure miniature, lui la lampe-torche ambulante... À chacun sa malédiction, sur le coup, tu compatissais.
» Suivre la lumière au bout du dans le tunnel«


Spoiler:
Désolée, ça ressemble un peu à n'importe quoi... ya plein de conneries qui se sont inséré dans mon texte, je mets ça sur la fautes du manque de sommeil et de l'overdose de sucre o/
Et puis désolée, c'est un peu long, mais ça l'est toujours pour moi dans les début de rp, ce deviendra plus court par la suite
avatar
Invité
Invité
le Dim 11 Nov - 11:58
Une chute, une longue chute qui n'en finissait plus. Ayame commençait à se demander depuis combien elle tombait dans ce vide sans fin, et surtout depuis combien de temps elle criait. Parce que depuis le début de sa chute, elle criait sans s'arrêter. Quand elle serait arrivée en bas, elle aurait une extinction de voix ! Encore fallait-il qu'elle arrive en bas, à la réflexion. Pour couronner le tout, tout se faisait dans l'obscurité quasi totale. Et les yeux de la jeune fille n'arrivait pas à s'habituer à cette absence de lumière qui devenait pesante. De plus, elle avait une légère peur du noir qui pourrait tourner à une crise de panique sur une petite lumière ne montrait pas le bout de son nez rapidement. Soudain, la chute se fit de moins en moins rapide avant de se stopper net. Ayame tenta de toucher le sol avec ses mains, et constata avec stupéfaction qu'elle flottait à quelques centimètres au-dessus dudit sol. Cela lui rappela vaguement l'épisode du lac dans le ciel ou la gravité avait fait grève pendant un moment. Mais pendant qu'elle se remémorait ses aventures, elle retomba sur le sol dans un grand bruit. Non pas à cause de son poids, notre héroïne était relativement fine, mais c'était surtout un grand craquement qui provenait de son bras. Tiens donc, il ne manquait plus qu'elle se casse quelque chose. En effet, elle était retombée sur son bras qui s'était tordu par la même occasion. Elle tenta de le bouger ; sans succès.

Mais ça n'empêcha pas la jeune fille de se lever pour se lancer dans l'exploration de cet espèce de tunnel. Elle avançait prudemment, utilisant son bras droit valide pour ne pas percuter les murs. C'est alors qu'au loin, elle aperçut une lumière et plusieurs silhouettes. Enfin, quelque chose de vivant dans ce tunnel ! Ayame ne réfléchit pas et se précipita vers les silhouettes qu'elle voyait devant elle. Ce fut rapide pour elle de les rejoindre, car la motivation la faisait courir plus vite. En se rapprochant de son objectif, elle remarqua que la lumière provenait de l'une des personnes. Elle avait donc une lampe ? Le seul problème, c'est que ladite lumière venait de la bouche de la personne, et notre héroïne imaginait mal quelqu'un tenir une lampe torche dans sa bouche. Mais d'un autre côté, comment la lumière pouvait-elle sortir de la bouche de la silhouette ? Peut-être était-elle radioactive ? Plus la jeune fille s'approchait, plus elle constatait que cette dernière hypothèse était vraisemblable. Jusqu'à être devant le petit groupe de trois personnes. Elle reconnut immédiatement la jeune fille qui l'avait poussée dans le lac, qui était accompagnée de deux autres personnes.

" Euh ... Bonjour ? C'est toi qui fais cette lumière ... ? " ajouta-t-elle en regardant le jeune-homme-à-la-lumière qui lui faisait face d'un air étonné.

Spoiler:
En espérant que cela vous convienne o/ Désolée du temps de réponse ;w;
avatar
Messages : 1026
Date d'inscription : 18/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 3 Déc - 12:03

Comme dans la gueule du loup...


« Waaaaah ! »

Je tombais et tombais encore, rebondissant sur les murs comme une balle de flipper. Je commençais sérieusement à comprendre ce que les balles de flipper ressentaient, si tant est qu’elles avaient quelques sentiments. Enfin bref, il fallait quand même que je ralentisse cette chute au plus vite ! D’autant plus que mon bras me faisait atrocement mal, il était inutile de m’endommager plus ! Surtout que j’avais bien envie de voir ce qu’il y avait au fond, alors autant être en état de marcher.

C’est alors que je vis une extrémité blanche et quelque peu usée dépasser, un peu plus bas. Arrivée à sa hauteur, je l’attrapai vivement de mon bras valide, m’y accrochant comme si c’était ma propre vie. En même temps, n’étais-je pas en situation de danger ? C’est alors que la chose blanche, qui se révéla en fait être une chaussette, se mit à hurler. Réaction plutôt normale d’un objet de l’Esquisse qu’on vient de tirer de son sommeil :

« SAPRISTI ! Qui donc a l’audace de m’extirper de mon sommeil, moi le duc Conrad Effilé-Jus de Chaussette ? DIANTRE. Une donzelle en détresse ? Mais quelle affreuse chevelure est-ce là ! »

Un peu vexée que l’on critique mes cheveux verts (le vert c’est beau !), je m’agrippai encore plus à la chaussette parlante, elle-même accrochée par son pied à un mur. Mais j’éclatai de rire. Parce que cette chaussette disait n’importe quoi, et en plus elle avait une voix aigüe, comme un Chipmunk. C’était vraiment très drôle !

« D’où vous moquez-vous ? Quelle enfant impolie ! Fussiez-vous un gentleman, je vous aurais provoqué en duel sans tarder ! Et ôtez votre main de mes yeux, enfin, je ne puis plus rien entrevoir ! »
« Mais si je vous lâche, je vais tomber ! » répondis-je d’une voix un peu plus criarde qu’à l’accoutumée, bien malgré moi.
« Tomber ? Mais enfin, où sommes-nous ? »
« Ben… Dans un trou, à mi-chemin entre la surface et le sol… Un très grand trou ! »
« Eh bien, puisque nous en sommes là, descendons. »

Sans plus attendre, le duc Conrad Machinchouette s’extirpa de son lieu de repos et nous chutâmes de plus belle. Il se rattrapa quelques dixièmes de secondes avant que nous n’atteignîmes le sol. Je tenais à peine sur mes jambes tellement j’étais terrifiée ! La chaussette pendant toujours dans une main, je repris mon souffle. Après tout, ç’aurait pu être pire ! Ce duc aurait pu ne pas être là, et je me serais écrasée lamentablement par terre… Je levai donc le bras, la chaussette à la hauteur de mon visage, puis lui souris :

« Merci beaucoup, monsieur le duc ! Sans vous, je n’aurais pas pu descendre ! »
« Trêve de bavardages, Milady ! Je ne suis jamais allé par là… Pour ainsi dire, je suis toujours resté là-haut ! Ou en bas ? N’étais-je pas entre les deux, hum ? Qu’est-ce donc que ce curieux instrument qui pendouille à vos côtés ? »
« C’est mon bras… Il est cassé… »
« Bien sûr, je le savais ! Tenez, je vais vous le retenir, sinon il va tomber ! »

La chaussette s’enroula d’elle-même autour de mon bras puis de mon cou : elle était étirable ! Mais oui, bien sûr ! Elle serait bien trop banale sinon, pour une chaussette de l’Esquisse… Je remerciai le marquis, ou baron je ne sais plus, d’un hochement de tête, puis avançai dans le curieux tunnel… Celui-ci était illuminé de diverses petites lumières vacillantes, on n’en voyait pas la fin. J’entendis alors des voix. Oui, c’est vrai que je n’étais pas la seule à être tombée… Euh, à avoir sauté dans le trou ! Je me précipitai alors vers eux, ne voulant pas être toute seule avec ma chaussette blanche.

Il y avait quatre personnes, dont deux que j’avais déjà vu en train de se bagarrer. Oh, et il y avait Ayame aussi ! J’étais contente de voir quelqu’un que je connaissais ! Et puis, il y avait un garçon… qui faisait de la lumière avec sa bouche. Wah, la classe !

« Bonjour ! Dîtes, ça a l’air grand par ici ! » Je me tournai ensuite vers le jeune homme : « C’est cool ce que tu fais avec ta bouche ! Puis c’est pratique ! » Et enfin, à Ayame : « Contente de te revoir ! »
« Et moi, vous ne me présentez pas très chère ? » entonna la chaussette.
« Euh, lui c’est le duc de… de… »
« Duc Conrad Effilé-Jus de Chaussette, petite impertinente ! Bien, mesdemoiselles, monsieur, il faudrait sortir d’ici, cela empeste l’escargot et j’ai horreur de ça. Jeune homme, vous devriez ouvrir la marche, vous nous servirez de guide et d’appât au besoin. Qu’en dîtes-vous, Milady ? Au fait, mesdemoiselles, c’est la mode d’avoir des mèches aussi étranges ? »
« Heu, ne faîtes pas attention à lui… Mais on devrait sortir en groupe, c’est vrai… D’accord ? »

Je leur souris encore, un peu gênée, puis essuyai de mon autre main le sang séché qu’il restait sur mon visage. J’avais complètement oublié que j’étais encore humide de sang, alors que j’en avais sur la moitié du corps.


Spoiler:
Vous pouvez me tuer pour le temps incroyable que j'ai mis à répondre, et pour la médiocrité de ce post. 8D
Sinon, il faudra attendre la Folie avant de répondre ^^


#B0CC99 ou #667f53

Fansong Striky x Anna par Striky herself **





avatar
Messages : 609
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Déc - 0:26
Du blabla, encore du blabla ! Il est temps d’accélérer un peu la cadence.

Paf. Avec un étrange bruit de toaster, le tunnel s’illumine soudain, d’une clarté si intense qu’elle en brûle presque la rétine. D’énormes spots orange à spirales vert pomme vous éclairent, fixés un peu partout au plafond. Viouf, nouveau bruit bizarre, et le sol devient brusquement glissant. Très, glissant. Et il fait froid. Très, froid. Oh, et ça brille. Le tunnel entier brille, et est maintenant recouvert d’une épaisse couche de... glace. Bonjour patinoire géanteeee. Et comme si ce n’était pas assez, un grésillement de hautparleur déchire alors le silence.

▬ Essai micro, un deux, un deux ! C’est bon, ça marche ? Okaaayyy ! Bonjour mesdames, messieurs, pingouin-poulpes de tous âges, et bienvenue à la 342ème coupe de glissade sur thon gelé, que les meilleurs gagnent !

Une bourrasque glaciale traverse le tunnel, envoyant quelques flocons dans les cheveux des dessinateurs, ainsi que quelques débris de glace. Les concourants, glorieux pingouins violet vif, avec jolies tentacules dans le dos, ne font pas dans la dentelle, et malmènent un peu la glace avec leur « planche-thon-congelé ». Seul l’un d’eux s’arrête à votre hauteur, et baissant légèrement ses lunettes de ski, vous fixe d’un air sceptique.

▬ Ben alors les mecs, z’attendez quoi ? Le dégel ? entame le pingouin avec un étrange accent jamaïquain.

Il balance un sac à vos pieds, et reprend aussitôt sa course. Le sac glisse un peu, et vous découvrez alors un charmant assortiment de gros thon congelé, assez grands pour servir de planches, de couleur, et de motifs parfois un peu... spéciaux. La gravité n’est plus, et une nouvelle bourrasque vous fait légèrement glisser en avant. Le message semble clair : Il allait falloir surfer. Bonne course, dessinateurs ! Et ne trainez pas... On dirait que derrière vous, le tunnel grogne.
avatar
Invité
Invité
le Lun 10 Déc - 23:44
Et bien apparemment il n'avait pas été le seul à sauter dans ce maudit trou. En effet Jowan avait rapidement été rejoint par plusieurs personnes qu'il put identifier comme une jeune fille à la coloration capillaire particulière (et qui accessoirement semblait croire à un complot extraterrestre, rien de bien bizarre e somme . . .), une autre munie d'une queue de reptile à ce qu'il avait put en distinguer, une troisième à première vue tout à fait normale (ce que l'on pouvait considérer de plutôt bizarre sur Esquisse . . .) et enfin une dernière qui conversait avec une chaussette insupportable qui le tenait lieu d'écharpe afin de maintenir un bras qui semblait pour le moins peu opérationnel . . .
Bien évidemment chacune fit sa petite remarque concernant la lumière qui filtrait entre ses lèvres (la plus amusante étant probablement celle sur les extraterrestres) mais ce n'est pas comme si c'était étonnant après tout . . . Quand on croise quelqu'un qui illumine lorsqu'il parle on ne lui fait pas remarquer qu'il a un nez fort séduisant n'est-ce pas ?

Seulement il n'avait même pas réellement eut le temps de répondre à la moindre d'entre elle que d'énormes projecteurs s'allumèrent brusquement, faisant passer l'endroit de veine de ténèbres insondable à tunnel sans ombre.
La transition est dure, très dure. Après un instant d'aveuglement un voix retentit :

- Essai micro, un deux, un deux ! C’est bon, ça marche ? Okaaayyy ! Bonjour mesdames, messieurs, pingouin-poulpes de tous âges, et bienvenue à la 342ème coupe de glissade sur thon gelé, que les meilleurs gagnent !

Voilà qu'Elle se prenait pour un commentateur sportif ? Après ce qu'elle venait de leur faire subir. Elle se foutait vraiment de leur tronche c'est pas possible ?! À peine eut-il ouvert la bouche pour protester qu'un bref blizzard recouvrit la grotte d'une épaisse couche de glace, garnissant au passage ses cheveux de quelques flocons éparses.
Le vent fut suivit de prés par un peloton des pingouins-poulpes mentionnés ci-dessus qui glissaient en effet sur d'énormes thons aux couleurs éclatantes. L'un d'eux les interpella même, les exhortant à se joindre à la compétition tout en leur lançant négligemment un sac contenant un certain nombre de planches-thons comme les leur . . . Alors c'était ça, Elle voulait les voir faire les guignols sur des thons dans son foutu tunnel ? Et puis quoi encore ?! Pourquoi ne pas leur faire porter des morses à tutu à bout de bras pour effectuer des figures tant qu'Elle y était ?! Non, c'était clair, Jowan ne voulait pas se rabaisser à cela ! Non pas qu'il soit spécialement nul en sport, il détestait juste simplement l'idée de n'être qu'une petite fourmis à la disposition d'un gosse cruel armé d'une loupe ! Et puis c'était de la folie de se lancer là dedans vu les pièges qu'Elle avait dû préparer à leur intention ! Sans compter que l'une des jeunes filles avait un bras cassé !
Il ne formula bien entendu rien de tout cela, d'une part parce qu'il avait peur de Lui donner plus d'idées qu'Elle n'en avait déjà avec cette histoire de morse et de figures, mais surtout d'autre part car un grondement sourd ébranla le tunnel dans leur dos, et tout le mode sait bien qu'un grondement pareil n'est jamais bon signe . . . Et oui il avait encore une fois oublié que la Dictatrice ne laisse pas le choix . . . Jugeant stupide de tenter quoi que ce soit pour protester plus que cela, il se dirigea vers les thons et en ramassa un aux écailles multicolores pour l'examiner rapidement. Il y avait largement la place pour assurer un appuis stable, mais ça restait impossible à utiliser en tant que luge.
Inutile de s'attarder plus longtemps. Il posa un pied sur son thon, mit les sortes de lunettes d'aviateur qu'il portait sur le front puis se retourna vers les jeunes filles :

« Bon bah y a pas le choix, perso je préfère pas savoir ce qui arrivera si on reste là . . . »

Il s'adressa ensuite plus particulièrement à la jeune fille aux cheveux verts accompagnée de sa chaussette parlante en lui tendant la main avec un sourire rassurant :

« Y a assez de place pour deux sur une planche. Vu ton état vaudrait probablement mieux que tu lance pas là-dedans toute seule . . . »


Il garda un air assuré. Après tout ça devait pas être bien pire que la classe de neige . . . avait-il seulement été en classe de neige avant ? Il ne savait plus trop . . .
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum