Quand Super Mario attaque. [Arianne]

avatar
Invité
Invité
le Dim 25 Nov - 15:38
À l'aide de tes mains, tu essayas de cacher la lumière blanche aveuglante qui te transperçait les yeux, oubliant que tes bras en forme d'énorme rectangle vert était fluorescent. Ne pouvant plus voir tant de lumière, tu décidas de te retourner pour courir. Tu voulais t'éloigner le plus loin possible, renonçant aux gros cookies qui t'avaient fait tomber dans ce trou et qui c'était enfoui, sans que tu ne puisse le suivre. Plus tu t'avançais vers l'infini, plus il faisait chaud. Et il y avait aussi ce petit bruit incessant mais léger, tels des chuchotements. Tu ignorais la peur et le danger, et tu continuas ton chemin, comme l'aurait fait le garde du corps de l'astronaute, qui, tu t'en souviens maintenant, elle le garçon qui avait marché sur ce long tapis, comment avait tu peux l'oublier ?
Le sujet n'était pas là, quand une nouvelle lumière, beaucoup plus douce et agréable que l'autre apparu, tu vis ... Super Mario ! Il avait sûrement mangé le troisième champignon, sinon, d'où sortaient ces boules de feu ? En regardant vers tes pieds, tu aperçois une carapace foncer sur, toi.
avatar
Invité
Invité
le Dim 2 Déc - 21:08

Quand Super Mario attaque.


Après être tombé dans cette étrange cavité, tu glisses longuement juste ce qu'éblouie par cette étrange lumière tu te caches les yeux, à présent l'odeur de brûler te parvient. Tu cherches autour de toi pour essayer de trouver d'où provient cette lumière, puis d'un coup plus rien tout redeviens normal la lumière se rétablit peu à peu te laissant le temps de t'adapter à ce nouveau paysage. Tu découvres alors un paysage étrange, totalement différent de celui d'Esquisse, mais quelle n'est pas ta surprise lorsque que tu aperçois une carapace verte ce ruant vers toi à toute vitesse. Alors, tu cherches à te relever quand cette douleur au visage te rappelle à l'ordre et tous les évènements précédents te reviennent en mémoire. Mais lorsque cette carapace arrive à ta hauteur tu arrives tout juste à l'éviter. Puis tu tournes autour de toi, cet espace est si grand que tu ne sais pas quelle direction prendre. Quand soudain ton instinct te pousse dans une direction, et tu aperçois Super Mario. Il semble tellement grand que tu dois lever la tête pour voir sa casquette et à ses pieds il y a quelqu'un, tu ne saurais dire qui, mais tu te précipites vers cette personne dans l'espoir de trouver quelqu'un qui pourrait t'aider, quelqu'un dans ta situation. Arrivait à sa hauteur tu la tires le plus loin possible de ces étranges créatures et une fois derrière un buisson tu lui demandes :

« Comment ça va ? »

Vous êtes toutes les deux dans la même situation alors après tout il faut s'aider. Tu te sens gênée face à cette parfaite inconnue donc tu viens de sauver des griffes de Super Mario.

« Sinon tu t'appelles comment ? Moi c'est Ariane. »

Tu la regardes de ton regard froid même glacial, mais on peut encore voir dans tes yeux la peur qui t'as habité pendant ces longues minutes.


Dernière édition par Ariane le Dim 23 Déc - 14:50, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
le Mer 5 Déc - 16:46
Quand les jeux envahissent notre montre.

Émerveillé par le monde de Mario qui s’offre à toi. Les yeux plissé, afin d’apercevoir le moindre détail, tu regardes. Évitant de justesse une carapace de Koopa qui fonce sur toi, tu décides d’explorer ce monde bien mieux que ce que tu as déjà vu dans le jeu. Ces cubes assemblés ensemble qui vous offre des pièces quand vous taper dedans sont elle réelle ? Il fallait absolument que tu essayes, question de vie, ou de mort, aurait tu dit. Mais alors que tu allais te mettre à gambader joyeusement dans ses allés d’herbe haute mystérieuse et surement aussi dangereuse que celle dans Pokémon, une voix t’interpella, pleine d’inquiétude. Tu mis quelques minutes avant de répondre, le temps suffisant à te signaler qu’une vraie personne, et pas une en carton attendait une réponse de ta part. L’étrange était tout à faite normal, dans cet univers impossible, prenait le dessus ! Un petit TIC TAC résonnait à toi, te faisant légèrement vibrer. Espérant que la personne ne soit pas apeurée par toi-même, qui n’est qu’une créature des plus étranges, à présent.
Pendant ces longues minutes, tu essayas de répondre à une autre question, et non celle de la fille : et si ce rêve n’était qu’un rêve lucide . Tu te souviens de ce livre si ennuyant que tu avais lu car maman t’avait obligé à te documenter. À l’intérieur, était écrite sur un fond plus blanc que neige, il t’expliquait convenablement pour qu’une fillette si incultivée comme toi puisse comprendre, qu’un rêve lucide est un rêve où tu peux te contrôler. Tu n’en avais jamais fait un, de rêve lucide, mais il y a un début à tout, non ?
Une douleur effrayante te fit reprendre tes esprits et te montrer que tu n’étais pas seul ici. Était-ce la fille qui t’avait emmené en haut de ce bloc soutenu par rien du tout pour te protéger, alors qu’elle ne te connaissait même pas. TIC TAC, TIC TAC …Le temps semblait presser.

« Hum … » La question, tu ne te souvenais plus de la question, mince ! « Je … Je ne suis pas un monstre ? J’ai peur, j’ai froid … Je veux me réveiller, je veux savoir que quand je marcherais dans la rue rien ne fera TIC TAC en moi, rien ne pressera. Tu sais, j’ai toujours eu peur de la banalité, j’ai toujours voulu être différent, mais pas de cette façon. ( …) Je ne sais pas pourquoi ces souvenirs sont les plus forts, mais je les garde en moi, bien précieusement. Tu veux les écouter ? Mooooonte toi aussi sur ces blocs, tu seras sûrement protégé ! » Osef les questions de départ, il y a bien plus grave.

Comment par exemple sentir des secousses qui se rapprochent, ou plus simplement Mario version géant, attention à lui, il peut vite nous manger, tout cru ! Mais est-ce vraiment important ? Qu’est-ce qui est important, ici ? Tu as juste besoin de parler. Le calme, avant la tempête.

avatar
Invité
Invité
le Dim 9 Déc - 11:53

Quand Super Mario attaque.


La jeune fille n'a pas répondu à ta question, elle s'en est même totalement éloignée mais tu ne fais aucun commentaire. Elle semble totalement paniquée par ce paysage nouveau. Mais comme elle t'a invité à la rejoindre en haut des blocs soutenus par le vide, tu grimpes à côté d'elle en silence. Une fois en haut du bloc, tu te redresses et regardes aux alentours, pour voir par où vous pourrez vous enfuir en espérant échapper à ce Super Mario, qui voulait nous attaquer. D'un côté tu aperçois un brouillard épais qui cache le paysage, et de l'autre proviennent des secousses. Ton instinct de souffle de ne pas aller vers le brouillard mais pour toi ça semble la meilleure solution pour échapper à cette marionnette géante qui veut t'écraser toi, et la jeune demoiselle. Tu veux alors demander l'avis de la demoiselle mais cela te semble une mauvaise idée, elle recommencerait à paniquer, et il ne valait mieux pas sinon elles seraient retrouvées par Mario version géant.

« Tu viens avec moi explorer ce monde étrange dans le brouillard ou non ? »

Tu es pressée par les secousses qui viennent et cessent d'un coup, le temps est la chose la plus importante ici. Alors pour attendre la réponse de la jeune fille, tu sautes des blocs. Et fait quelques pas pour te dégourdir les jambes malgré les secousses. Tu plonges ton regard de glace dans celui de la jeune fille, tu es prête à partir en courant si elle t'annonce qu'elle veut rester là. Parce que toi, tu tiens à ta vie, et que tu n'as pas envie de te faire écraser par un Mario géant. Ton corps se glace, une brise froide vient de se lever, un frison parcourt ton corps. Puis, un silence de mort s'élève tout cela est anormal, Super Mario se prépare pour un mauvais coup.
avatar
Invité
Invité
le Sam 9 Mar - 19:58
Oui. Non. Oui. Non. Oui.

Tu te lèves, regard de chaque côté comme si tu allais traverser une route et puis, enfin, tu te diriges vers la fille. Tu lui souris timidement, un sourire forcé, tellement forcer. En réalité tu n'as que mal, mal partout, mal à tes membres sans nom, tout simplement affreusement mal. Pourtant, tu continuais de sourire, c'était la seule chose que tu étais capable de faire bien, c'était la seule chose que tu espérais garder le plus longtemps.

Ton sourire t'avait construite, toutes ces années, il te reflétait.
Et pourtant, quand les tics Tacs en toi s'arrêtèrent, quand un affreux bruit que tu n’attendais même pas retenti, quand le sang gicla, quand tu explosas. Morte, ton sourire ne put que disparaître.

Adieu, Esquisse.



Peux de temps après ta mort, un Esquiseen trouva ta lettre. Ta lettre écrit au sang. Et qui comprendra le sens.

« Chère Esquisse.
Je déteste vous détester. »
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum