¶ Malédiction (pv: ¶ )

avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Sam 22 Déc - 19:01

Les Rebelz

Blitz s’était réveillé avec une sensation bizarre… Comme si il était vraiment mou.
Mais en fait… Il était mou ! Gluant même… C’était drôle ! Il pouvait rebondir en faisant des bruits bizarres !
Tout-de-même étrange cette transformation mais bon… On était dans un monde bizarre non ? Alors un truc de plus ou de moins…
Il fallait absolument qu’il le montre aux autres !
En se baladant il se rendit compte que tout le monde était comme lui, de diverses teintes, formes… Il n’était donc pas le seul ! Se baladant dans la ville, il entendait parler d’une malédiction…
Pourquoi une malédiction ? Ça n’avait donc que des désavantages à leurs yeux ? QU’ils se tapent donc Zwei ils verraient ce que c’est d’être maudit !
Il faisait sombre, très sombre… De faibles lueurs émanaient des bâtiments, mais on n’y voyait que très peu. L’ambiance était tendue, tout le monde parlait à voix basse. La brise transportait les murmures en file indienne, tel un glas de fin du monde. La ville semblait drapée dans les ténèbres… Et la ruelle étroite où se trouvait le chapelier aussi.

Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Sam 22 Déc - 19:23
Alors qu'il marchait, tout à son aise de n'avoir - pour une fois - personne à abattre, notre homme sifflotait un requiem, s'arrêtant quelquefois pour observer les alentours, tous ses sens aux aguets.

C'est alors qu'il sentit une forte démangeaison dans le cou. Il se gratta, mais quel ne fut pas son étonnement lorsque ses ongles se retrouvèrent salis d'une mixture bleue et blanche ! Soudain, la démangeaison reprit, mais dans tout le corps cette fois. Et il comprit qu'il mutait, quittant son corps d'assassin pour un costume ringard de marin ! Peu lui importait pour le moment, mais sa fierté en prenait un sacré coup.

Il erra dans la ville, jusqu'à se retrouver dans une ruelle étroite. Il entendit des pas derrière lui, mais n'y prêta guère attention, préférant se concentrer sur la pénombre des lieu. Il crut apercevoir une silhouette, mais rien de concret... dommage qu'il n'ait pas d'arme sur lui. L'homme alla donc se cacher entre deux cannettes-poubelles, espérant que cette... malédiction ne soit que temporaire !
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Dim 23 Déc - 9:15
Mou. Elle était sur quelque chose de mou. Était ce Paparla ? Non, cet animal n'avait pas ce genre de texture. Affalée sur un lit bouteille de champagne ambulant, Arvalis se réveilla. Elle se sentait légère pour la première fois depuis la mort de Mo. Mais aucun sentiment de paix intérieur ne la gagnait. C'était mauvais signe. Regardant sa main, elle hurla. Celle ci était transparente. D'un vert transparent. Alors c'était comme ça hein ? À peine guérie qu'on lui refourguait une maladie étrange ? Regardant Paparla, qui dormait juste à coté d'elle. La jeune femme vit qu'il partageait la même condition qu'elle. Sautant du lit, elle tangua un peu sur ses pieds. Depuis quand étaient t' ils des flambis ? Ça craignait un max ! Il fallait qu'elle se décolle ça de la peau ! Tirant comme elle pouvait, elle ne prêta pas attention à la douleur fulgurante qui la traversa. La transformation était presque achevée, pourquoi n'avait t' elle rien sentit ? Au moins des grattements, ou des démangeaisons, non ? Alors, pourquoi ? Elle se rendit à l'évidence. Cette chose fessait partit intégrante de son corps maintenant. Ou l'inverse. Oui, son corps était devenu vert transparent et tremblotait au moindre choc. Se tenant à l'encolure du loup comme elle pouvait. Arvalis décida d'explorer un peu la ville. Histoire de trouver un médecin. Il était hors de question de rester ainsi. Elle explora, ce rendant peu à peu à l'évidence, c'était une véritable épidémie. Personne ne semblait épargné. Sa transformation se termina. Et, à l'évidence, elle était l'une des premières. Non, ils étaient parmi les premiers. Paparla partageait sa condition, il ne fallait pas l'oublier.
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Dim 23 Déc - 10:17
Brr. Qu'il faisait froid, là-dedans ! Tout y était humide, et la désagréable sensation d'être enfermée ne faisait qu'augmenter de seconde en seconde. Ton corps te démangeait de partout, insatiable. T'aidant de tes mains, tu essayas de re relever, mais cette expérience fut soldée d'un échec cuisant lorsqu'une matière visqueuse te fit glisser. Te relevant tant bien que mal, tu essayais d'y voir quelque chose dans cette pénombre absolue... jusqu'à ce que, autour de toi, tu aperçoives une terre meuble où l'on avait planté des pierres de différentes tailles. Tu en fis le tour. « Mo Naoe » était inscrite sur l'une d'elle ! Prise de torpeur, tu te figeas. Étais-tu morte ? Mais peu importait, maintenant. Tu étais seule... ou pas. Une large silhouette se profilait à l'horizon, toute de noir vêtue. Avec force de marche, l'homme rejoignit la ville. Tu le suivis, ayant bien du mal à te repérer sans aide extérieure. L'homme atteignit une ruelle. Sombre. Et se cacha derrière une poubelle. Au loin, tu crus voir d'autres personnes... mais rien n'était très net. Restant plantée devant l'entrée de la petite avenue, tu pris du temps pour observer ton corps. Tu brillais dans le noir, fluorescente ; multicolore, argentée ; procurant lumière là où ombre il était. Et te sentais mise à nu.
Commenter
avatar
La Grande
La Grande
a tracé,
le Dim 23 Déc - 15:03


Une bourrasque secoue l'allée et emporte les dessinateurs déjà présents. Une maigre feuille de papier rosâtre glisse dans les mains d'Arvalis, s'ouvrant sur un grand parchemin rongé par le temps.

Le parchemin en question - (c) Eelis:


Dessinateurs, la balle est dans votre camp. Où irez-vous ? Croirez-vous cette farce ou tenterez-vous d'explorer d'autres possibilités ?



En pratique :
▬ Vous êtes libres de suivre ou non le parchemin
▬ Vous pouvez pour séparer, ou rester là, bref comme vous voulez
▬ Ceux qui n'ont pas répondu avant moi peuvent répondre après bien sûr, s'incruster quand ils le souhaitent !
Situation : Aucune
Particularités : Aucune
Messages : 539
Date d'inscription : 24/06/2012
Toasts : 88
Voir le profil de l'utilisateur
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Lun 24 Déc - 2:14
Héhéhé ! Voilà qui allait Lui apprendre ! Si Elle croyait qu'il avait abandonné Elle se fourrait le doigt dans l’œil jusqu'à coude ! Voilà des heures qu'absorbé par son travail, Jowan taggait tout les murs de la ville à se portée pour y représenter des briques, toutes parfaitement identiques et de même taille ! Fini les écailles ! Fini les tuiles de toit en gaufrette ! Fini les fils électriques tressés ! Place aux briques ! Des murs des briques normaux ! Bien sûr Elle avait tenté de le déstabiliser, mais il tenait bon !
Le vaillant taggeur de la normalité avait tout ignoré, les démangeaisons, les frémissements, les tressautements, les sensations de mollesse, tout ! Refusant de quitter son objectif de la pensée ne serait-ce qu'une seconde ! Il avait déjà repeint nombre de murs et il était si bien parti sur sa lancée après tout . . . Pourtant il avait de plus ne plus de mal à maîtriser la trajectoire du faisceau de peinture, ses changements de direction s'accompagnaient d'une latence tremblotantes aléatoire des plus impossible à contrôler et cela commencer à influer sur la qualité de son œuvre, qu'avait-Elle encore trouvé pour lui mettre des bâtons dans les roues ?! Il quitta son ouvrage des yeux pour réaliser qu'il . . . était à 86,2319% composé de gelée colorée ! Oui c'est bien ça ! De gelée ! Qu'elle ironie, voilà qu’après avoir faillit en avoir avalé une il se transformait . . . à moins que ça soit un effet secondaire très tardif . . . Quoi qu'il en soit il fut à 100% gelée en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et constata que cela lui donnait une démarche proprement . . . burlesque . . . C'est qu'Elle devait bien se marrer en plus !
Il allait pester encore une fois contre la Dictatrice mais un vent violent le projeta à travers la petite ruelle qu'il avait à peine commencé à restaurer, jusqu'à ce qu'il percute (en absorbant le choc par sa structure « gélique ») un tas d'autres gelées-personne (ou personnes-gelées). Il n'était donc pas le seul ? Étrange . . . La feuille rosâtre qui plana jusqu'à une jeune fille gelée lui étant totalement inconnu ne l'était pas moins d'ailleurs . . . Probablement un message de moquerie de Sa part . . . Il prit cependant la peine de demander de quoi il s'agissait à l'inconnue après s'être séparé de autres gelées avec lesquelles il ne s'était pas chance pas mélangé), constatant par la même occasion qu'à présent ne plus d'illuminé il faisait des bulles en parlant . . .
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mar 25 Déc - 21:34
Un parchemin tomba dans ses mains, comme par hasard. Pile poil quand ses mains étaient molles et gluantes. Ah bah bravo, elle venait de se l'engluer sur les bras. Le truc était rose, comme du papier toilette. Ridicule. Elle avait vraiment fait l’effort d'écrire la dessus ? Enfin bref, Arvalis commença à lire. Se tordant la tête pour déchiffrer le message. Alors alors... les soldats morts... à la vie ? Cela voulait t' il dire que... c'était une blague hein ? Ça l'était forcément, pouvait t' elle réellement ramener Forlax à la vie ? Mais dans son état, elle ne serrait pas d'un grande aide, hein ? Pas grave, si elle pouvait faire quelque chose … Arvalis voulait y croire. Après tous, elle était passée par tellement de choses dernièrement. Entendant des bruits de pas derrière elle, Arvalis sauta pour faire demi tour. Tous son corps en fut ébranlé. Pas grave. Pointant un doigt accusateur vers la personne en question – - pas le bras ou était englué le message, ce bras la était trop important pour risquer de se faire détruire. Elle lança

- Tes qui toi ? Un espion ?
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mar 25 Déc - 22:41
La jeune fille semblait porter un intérêt tout particulier au message . . . pour tout dire ça avait presque l'air de la chose la plus précieuse qui soit à ses yeux en ce monde délirant. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle se retourna avant de l'agresser verbalement avec une méfiance non dissimulée :

- T'es qui toi ? Un espion ?

Jowan eut un léger recul (qui fit vibrer tout son corps gélatineux), de toute évidence un message de moquerie ne pouvait être d'une telle importance et cela piquait sa curiosité . . . Mais ce qui l'étonna le plus fut de reconnaitre la voix de . . . la chauve-souris géante de la boulangerie ! Elle avait pourtant une forme . . . humanoïde à présent. Mais c'était bien sa voix. Il se contenta de répondre à sa première question, jugeant que si c'était bien elle et qu'elle le reconnaissait la seconde n'aurait plus lieu d'être (il était vrai que cette forme gélatineuse et lumineuse qui plus est n'était pas de plus reconnaissables).

- On se connait non ? La boulangerie, le rat à 4 têtes, on a pas eut le temps de se présenter il me semble, Jowan.

Il tendit rapidement sa main gélatineuse vers elle, espérant qu’après ça elle lui confierait la teneur du message . . .
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mer 26 Déc - 12:09

Les Rebelz


Zwei se dirigeait vers l’escalier disco, guidé par les pancartes.
Ce cher Blitz avait fait preuve de curiosité et s’était dissimulé dans l’ombre pour lire le parchemin…
Et notre Mad Hatter une fois de retour avait perçu la teneur du message dans ses pensées. Il semblait que leurs esprits se connectent de plus en plus ces temps-ci…
Le fourbe était donc parti en catimini ayant choisi la direction de ce lieu qui l’intriguait…
Juste devant l’entrée de cet escalier, il campait en attendant que d’autres choisissent la même destination.
Un peu d’aide serait la bienvenue… Même si il n’aimait pas l’admettre.



Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mer 26 Déc - 13:03
L'amnésique osa passer la tête par-dessus les cannettes, alerté par le bruit alentour. Il distingua au loin une femme (accompagnée d'un animal grotesque) dialoguant avec un gamin, ainsi qu'un chapelier tout de vert vêtu et une gamine qui se tenait plantée à l'embouchure de la ruelle. Il aperçut aussi un bout de parchemin dans les mains de la femme, que tous semblaient admirer avec intérêt. Que pouvait-il contenir ?

Sans un mot, l'homme s'approcha des deux jeunes gens, et arracha le papier des mains de la jeune fille, le parcourant en diagonale. Finalement, il en déchira une partie (celle où il était écrit "par la suite, il faudra faire face au terrible monstre du lac [...]", pensant sans doute être à la hauteur de l'ennemi, et puis il n'allait pas rester... gélifié éternellement !) et rendit le reste à son propriétaire, puis partit au pas de course à sa nouvelle destination.

Seul, car il pouvait très bien se débrouiller ! En tout cas, c'est ce qu'il pensait.
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mer 26 Déc - 13:36
Sans même te voir, l'homme que tu avais suivi passa devant toi, arracha un objet des mains d'Erylik et fila à travers le paysage. Pendant ce temps, cette dernière et un inconnu avaient engagé une conversation, pendant que le magicien de la boulangerie s’éclipsait discrètement d'un autre côté.

Sans y réfléchir à deux fois, tu fonças en ligne droite, effectuant un vol plané au-dessus des deux interlocuteurs, puis courus à en perdre haleine à la suite du grand borgne. Avec ce corps, avancer était de plus en plus difficile ; d'autant que tes jambes, soudain plus grandes, n'y facilitaient rien...

Tu fis tout ton possible pour ne pas te faire remarquer ; de toute façon, l'homme était certainement bien trop préoccupé par sa tâche pour t'avoir remarquée.
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Mar 1 Jan - 22:03
Tu te réveilles la sensation d'être toute molle et cela s'accompagne d'horribles démangeaison. Lorsque tu te regardes dans une flaque d'eau qu'elle ne fut pas ta surprise de découvrit que tu étais gluante, et étrangement colorée. Alors tu essayes de marcher mais tu rebondis, ce monde étrange n'avait donc pas fini de livrer ses secrets. Tu devais absolument voir s'il y avait d'autres personnes, qui comme toi, avaient en quelque sorte mutées. Tu parcourus la ville, et tomba dans une petite ruelle sombre où tous ceux qui étaient comme toi c'était regroupé autour d'un étrange papier. Tu approchas afin de l'étudier, rongé par la curiosité. Une fois ta lecture terminée, tu avais fuit sans se préoccuper des autres vers l'escalier disco. Et qu'elle ne fut pas ta surprise lorsque tu y retrouvas Blitz au pied attendant que d'autres viennent peut-être avec lui.
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Jeu 31 Jan - 22:03
La jeune fille ne lui répondit pas, plus précisément elle n'en eut pas le temps, car à peine eut-il finit sa phrase qu'un étrange vortex s'ouvrit sous les pieds de sa méfiante interlocutrice qui sombra en éclaire. Il n'avait même pas eut le temps de réagir et il ne restait déjà plus comme seule marque de sa présence que le feuillet rose qui voletait légèrement et lentement vers le sol comme si rien ne s'était passé. Il ne saura jamais si c'était bien la fille de la boulangerie . . . Après un instant à fixer sa chute alambiquée qui ne rappelait en rien celle d'un feuille morte il se décida enfin à la ramasser et à prendre connaissance de son contenu.
. . .
Quel jeu de piste burlesque ! Cela était censé leur rendre leur normalité ? Un morceau manquait, déchiré. Et l'homme gelée qui était parti avec semblait réellement y croire . . . Encore un de Ses jeux ! Elle se riait d'eux, il en était certain ! Pourtant il n'y avait rien d'autre à faire visiblement . . .
Il laissa glissé un regard blasé vers le bas de la feuille . . . Les bulles . . . Il y avait déjà été, là-bas . . . Il lâcha un soupire et se mit en route, qu'y avait-il d'autre à faire après tout ?

HRP:
Bon j'espère que ça ne dérange pas Arva, signale-le moi si tu veux que je modifie ^^ J'ouvre le post du côté des bulles du coup /o/
Commenter
Contenu sponsorisé
a tracé,
Commenter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Esquisse :: Coulisses Archives enterrées :: Ancienne Esquisse :: Ville

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum