John Smith • Allons, ce n'est point une parodie

avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Lun 24 Déc - 11:51

john smith


« Si seulement tout pouvait être comme avant, avec les bonnes pizzas de Chez Jerry ! »


















En bref



Appellation ♦ John Smith, ou monsieur tout le monde. Johnny par son épouse Mary, Smith par le patron.

Date de naissance - Âge ♦ John a trente-six ans, né de la date très significative du 29 février 1976.

Nationalité ♦ On opte pour le vague. C'est un occidental.

Rôle|Occupation ♦ John est Mr. Tout le Monde, un homme banal sans grande originalité. Il est aussi le souffre-douleur du Maître, ce dernier ayant une fâcheuse tendance à beugler « il a quitté ma toiiile ! » à chaque fois qu'il le voit.

Arrivée dans l'Esquisse ♦ Johnny est ici depuis cinq jours. Ils les a soigneusement comptés, car chaque heure, chaque jour qui passe l'éloigne un peu plus de sa famille. Tout du moins, si l'homme a réussi à compter les jours, c'est qu'il a la certitude qu'il ne s'agit pas d'un songe.

Goûts ♦ Mr. Smith aime ses deux enfants, et sa femme. Il les chérit plus que tout. Mais il prône aussi le foot, le mardi soir, quand il n'y a pas Mentalist à la télé – bien que Mary râle toute la soirée, dégoûtée de n'avoir pu regarder Simon Baker de la semaine. Il adore également son travail, celui – très prisé – de fonctionnaire. D'ailleurs, Bob, le boss, ne devrait pas tarder à augmenter son salaire. Tous les samedis soirs, John et ses potes vont manger une pizza Chez Jerry, et, bien souvent, il dort sur le canapé cette nuit-là. Pour ne pas réveiller Mary. Qui, cependant, ronfle. Fort. Du coup, on se questionne sur la vraie raison de son hibernation.

Avatar ♦ Maes Hughes, de FMA. Un jour, nous vaincrons les PH.


Personnalité



Avant, Johnny était du genre... simple. Passant la moitié de ses journées au bureau, traîné, le samedi, par sa femme dans les magasins, obligé d'assister à la messe le dimanche – et d'écouter l'horrible voix de soeur Raymonde pendant la chorale. Les vacances n'en étaient pas moins amusantes : à la maison lors de la Toussaint, Chez Jerry à Noël, à la plage en février, à la montagne en avril, et chez mémé Yvette en été (comme ça, pas de gosses pendant deux mois !). D'ailleurs, il profitait des groupons Fnac pour acheter à l'avance les cadeaux de Noël : c'était très pratique et ça permettait d'économiser plus longtemps. Cela dit, notre homme faisait toujours les paquets le vingt-quatre au soir, tradition de famille – qu'il ne vienne pas se plaindre le lendemain que les enfants le réveillent à six heures !

Maintenant, John est plus calme, plus décontracté. Cela ne l'empêche pas de diriger toutes ses pensées vers sa famille, mais il a mûri au cours de son expérience à Esquisse. Sans être la voix de la raison, c'est une des rares personnes à être restée sensée depuis son arrivée ici. Et il sait pertinemment qu'il n'est pas question d'un rêve, bien que la théorie de la réalité fût tout aussi improbable ! Smith essaye cependant de tout régler par la négociation, se tenant aussi éloigné des embrouilles que possible. Malheureusement, avec la Folie dans les parages, rien n'est jamais sûr (surtout quand celle-ci adore torturer les personnages les plus en difficulté) !

Il aime bien prendre le temps, quelque fois, de siroter un café – fibres naturelles – en compagnie de Pythagore, sans se rendre tout à fait compte qu'il est l'addict frère d'un malade mental. Et sa naïveté se retournera forcément contre lui, un jour. Quoi qu'il en soit, l'homme, assez sur la réserve, se mêle uniquement de ses propres affaires, préférant se tenir éloigné des problèmes des autres. Il est tout de même assez objectif et de bon conseil, quand il veut. Cependant, ses proches lui manquent cruellement, et l'apparente indifférence des autres à ce sujet ne fait que renforcer une rage jusque-là enfouie en lui. Plus passe-partout que lui, tu meurs (en plus, une feuille Canson ça peut se glisser partout !), mais il faut dire que John hésite fort à se faire psychiatre afin de raisonner tous ces fous – c'est d'ailleurs pourquoi il soutient Pythagore dans son opération de lutte contre la maladie.



Son arrivée dans l'Esquisse....



Quand il arriva, John se sentit... plat. Soudainement léger, il tenait debout en équilibre précaire, et ses poumons s'en trouvaient fort aplatis. Quand il essaya de palper son bras, il ne put que ressentir une douleur fulgurante dans tout le corps : un mélange de démangeaison et de froissement de muscle. Puis il vit une ombre sur son coude, là où il avait pressé. Tout son corps était entouré d'un halo blanc, si bien qu'il se demanda s'il ne fût pas mort, et en pleine ascension vers le paradis (bien qu'il ne fût pas croyant, mais sa femme lui avait mis de telles absurdités en tête !). Par ailleurs, au moindre souffle, à la moindre petite bourrasque, tout son corps était parcouru de tremblements frétillants. « C'est une bonne blague... », songeait-il. Tout semblait pourtant si vrai !

Le lendemain de son arrivée, l'homme atteignit un lac. En profitant pour se regarder (diantre, ça faisait bien deux jours qu'il n'avait pas taillé sa barbe !), il ne put que s'étonner de son visage plat – surtout son nez, c'était atroce – et de ce halo distinct qui l'accompagnait où qu'il aille. John, déshydraté depuis la veille, plongea une main dans les eaux multicolores, et la sentit soudain plus... molle. Si tant est qu'il la sentît vraiment. La ressortant prestement, il fut stupéfait de voir que la peau s'était gondolée à ce point ! Et cette désagréable sensation de... mou ne le quitta que lorsque son membre fut entièrement sec.

A l'aube du troisième jour, il tiqua enfin sur la couleur du ciel. Rose. Et très bien décoré, qui plus est... Mais non ! Il fallait qu'il se reprenne ! Un ciel rose, ça n'existait pas – du moins, pas en temps normal. A moins qu'il ait perdu toute notion du temps, et qu'il n'était là que depuis quelque heures, cette hypothèse semblait tout à fait improbable. Il regarda donc sa montre – sur son bras gauche –, et c'est à cet instant qu'il comprit. Il ne pouvait pas tourner le poignet. Car à la place, une fine ligne blanchâtre se dessinait à où son bras avait été. Effrayé, apeuré, démoralisé, il commença à s'agiter, et réagit à peine lorsqu'un bout de papier de la taille d'un bras s'envola au loin. Son bras. Il se tordit le cou pour voir le résultat du désastre. Là où, auparavant, siégeait son membre, seul un duvet de papier Canson restait. Etrangement, il n'avait pas mal – pour tout dire, ça chatouillait, c'était très drôle !

Mais le fait est qu'il était maintenant certain de plusieurs choses :
– Il avait perdu un bras. UN BRAS.
– Son corps n'aimait pas l'eau et, même si la faim lui tordait le ventre, il ne pouvait rien avaler pour l'instant.
– Le feu n'en était pas moins destructeur.
– Tous les éléments semblaient s'être retournés contre lui, car le vent s'aimait à le faire léviter contre son gré.
– Ce qui nous amène à la conclusion suivante : Johnny était... coincé dans une feuille de papier Canson en deux dimensions – on vous passe d'ailleurs sa rencontre avec le Maître, lorsque celui-ci s'est mit à croire que Johnny était tout bonnement une création sortie de sa toile.



Moi être Mo



Moi être flemmarde, donc moi vous rediriger vers la présentation de Mo ou Max pour plus d'informations. ♥



Commenter
avatar
Le coach ailé
Le coach ailé
a tracé,
le Lun 24 Déc - 12:18
Re-bienvenue Mo ! ♥
(HAHA TU AS CRAQUÉ)

Bref, j'adore ce personnage, je pense qu'il va super bien s'entendre avec Eelis, et il aime déjà Pythagore. (lui je me retiens de pas en faire un TC brrrr) Tu es sans attendre validée ♥ Bon voyage dans l'Esquisse petite feuille de papier !

Ce serait un affront de t'expliquer le fonctionnement du forum xD.
Afficher la signature en entierRéduire la signature

Cuiiiii !
Autres comptes : Ambros, Al, Iris Listz, Thalès et Trenca
Rôle : Vagabond
Situation : Sociabilise avec tout ce qui croise sa route dans la Base
Particularités : Est accompagné d'un perroquet nommé Eelis II.
Messages : 2422
Date d'inscription : 10/06/2012
Toasts : 119
Voir le profil de l'utilisateur http://www.esquisse-rp.com/t1007-eelis-oo-une-ombre-au-fond-de-l
Commenter
avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Lun 24 Déc - 12:25
Re-merci Eelis ! ♥️
(UHUH TU M'Y A FORCÉE)

Bref, je suis honorée par ces compliments, surtout que j'imagine que seule la feuille Canson donne de la profondeur au personnage. ;__; (faaais un TC) En tout cas merci, être de chair et de sang !

Et tu n'imagines pas la colère de Smith quand on l'affronte. :D:
Commenter
Contenu sponsorisé
a tracé,
Commenter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum