Bonne nuit, tout le monde. [Fin - Violette]

avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 16:19
Grawwn, tu vois, tu n’es pas toi. Tu préfères que je te torture, tu préfères être comme avant, je le sais. Cette ancienne vie est vraiment mieux. Elle est plus amusante, plus apaisante. Elle est comme une berceuse. Alors pourquoi as-tu voulu changer, comme ça, d’un coup? Tu ne peux pas. Car je sais très bien que tu veux faire comme si tu voulais étrangler ce salami ou l’aimer. Mais au fond de toi, tous ce que tu veux, c’est avoir mal à la tête, crier, souffrir. Tu as été faite pour ça. Et tu auras beau montrer aux autres que tu as envie de changer les choses, tu finiras par t’en lasser, et tout reviendra comme avant.

Tu n’as qu’à t’allonger sur le sol et écouter ma voix, au fond de toi, Grawwn, pour redevenir celle que tu es vraiment. Juste ignorer ta fille, ne plus faire attention à Lin même si tu l’aimes bien, et me trouver au fond de toi. Allez fait-le.

Je t’aime bien, Grawwn, quand tu fais ce que je te dis.


Dernière édition par Grawwn le Dim 19 Mai - 17:33, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 16:39

Plage


« Ouh ouiiiii, la plaaaage ! Papa, maman, regardeeez ! »

Votre "enfant" s'agite dans tous les sens, fait des tourbillons dans la mer et s'exalte, tandis que Grawwn est couchée au sol et qu'elle ne dit plus rien. Comme si elle était ailleurs, perdue dans une autre dimension.

Pourtant, elle est là.

« Tu ne viens pas ? »

Sur ces mots, tu t'assoies à côté d'elle, car tu n'as pas envie de plonger à nouveau dans la mer, qui t'aura déjà fait pas mal de surprises...


avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 16:49
Tu rouvres les yeux. Lin c’est vraiment une amie. Une comme tu n’as jamais eu. Pourtant, tu as toujours voulu en avoir une, avant, dans la vraie vie. Mais tu n’en avais pas. Alors que maintenant que tu n’en cherchais pas, tu en as trouvé. Sauf que toi, tu ne sais pas comment la garder. On ne t’a jamais expliqué ces choses-là. C’est pourtant ces petits trucs qui changent ta vie. Tout entière. Alors, t’hésite, et finalement, tu lui réponds comme tu veux le faire.

« Non. Je n’aime pas ce salami. Je ne suis même pas sa mère à elle et j’en ai marre. De toute façon, sur esquisse, j’ai le droit de l’abandonner. Alors je le fais. Et je fais ce que je veux ! … Et pense pas que c’est parce que je t’aime bien que je vais changer d’avis. J’ai un autre ami et lui, il ne va jamais m’abandonner. Donc une de moi, d’amie, ça ne fait rien. »

Ne me considère pas comme un ami, Grawwn.
avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 16:54

Plage


Peut-être que tu la comprends. Peut-être que toi aussi, tu t'en fiches, et que toi aussi, tu veux que cette charcuterie se fasse simplement bouffer. Et qu'on en parle plus, et que tu sois libre, et que tu t'en ailles vers d'autres aventures plus intéressantes. Lin, son personnage, son apparence, est déjà trop connue. Lin est trop gentille, et tu n'es plus gentille.

« Peut-être que tu as raison... De toute façon, cette plage est trop dangereuse, elle se fera tuer bien assez vite. »

Et puis, on est mieux sur la plage.

avatar
Messages : 574
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 19 Mai - 17:06
Mais !

Car oui, il faut toujours un mais. Il faut toujours des contradictions, des complications. Les humains sont ainsi, et cela plaît à la Folie. C'est elle qui mettra les "mais". Cela, les Dessinateurs s'en étaient pour la plupart rendus compte.

Mais tout cela était trop calme pour être réel, ou du moins réel dans l'Esquisse.
Tout cela était trop beau, trop niais. Trop lisse. Aucune imperfection sur cette étendue jaunâtre. Ainsi la Folie mena votre souhait à bien. D'une vague gigantesque, la mer engloba le salami, elle l'enfourna dans un rouleau qui, d'ici, semblait être une gueule béante et informe. Plus rien. Plus de cris, plus de "bambin"' à garder.

Mais !

Mais la Folie n'allait pas s'arrêter là, non, elle n'allait pas se contenter de vous débarrasser de votre rôle de parents. Non, elle allait aussi s'amuser avec vous. D'un bond, la mer flambesque se changea en plusieurs petits flans dont le caramel dégoulinant formait un curieux sourire sur leur façade mouvante. Et l'un de de s'écrier, se précipitant sur vous, ses congénères à sa suite :

« Eh les mecs, regardez là-bas ! Y'a encore de la viande ! C'est open bar aujourd'hui, ça déchire ! »

Mais elle fit de vous des proies.
avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 17:14
Comme un vœu que tu aurais fait, Salami mourra. Englober par une chose des plus étranges. Il ne restait plus que toi et Lin, maintenant. Et des mini-flans. Trop. Mais toi, tu ne bougeas pas. Tu refermas les yeux et essayas encore de me trouver. Tu voulais entendre mon apaisante voix. Et qu’en était-il de ton amie ? Elle devait sûrement être terrifiée. La pauvre, quand même. Mais elle allait s’enfuir, peut importe, alors. Toi tu allais mourir. C’est tout.
Une première et dernière fois, tu la serras très forte dans très bras et lui chuchota quelques mots à l’oreille.

« Tu sais, tu es quelqu’un de bien. Tu devrais rester comme tu es. Avant que quelqu’un d’autre te mange. Que tu ne saches plus qui tu es. Ne t’oublie pas. »
avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 17:19

Plage


Face à la menace de ces flans qui ont débarqué de nulle part - embarquant au passage le salami -, face à cette Grawwn qui ne bouge pas d'un cil et qui, pire encore, de rester ce que tu es, tu n'as qu'une chose à dire.

« Erk.. j'avais oublié à quel point cette eau est dégoûtante. »

Et puis finalement, quand tu vois que tu vas peut-être mourir, quand tu vois que tu n'as nullement envie de finir tes jours dans ce lieu si lassant, tu te reprends.

« Écoute, ça m'embêterait de te laisser crever ici, parce que je t'aime bien, donc dépêche-toi ! »

Et comme tu peux, tu essaies de la tirer, à la force du bras, le plus loin possible.
avatar
Invité
Invité
le Dim 19 Mai - 17:30
Ton sourire. Elle ne l'a sûrement pas vu parce qu'elle était en train de te tirer pour t'emmener loin d'ici, mais tu as souri un vrai sourire sincère. Il y a quelqu'un ici qui tient à toi. Une personne si gentille et tellement elle. Si spéciale qu'elle n'a jamais dû avoir le même genre de problème que toi, non. Être elle-même lui suffit à être bien.
Peut-être qu'un jour, tu pourras lui ressembler. Tu pourras être quelqu'un de super tout en étant toi. Sans avoir à faire semblant. Et pour que ce jour arrive, il n'y a qu'un moyen: la suivre. T'enfuir. Fuir ses flans. Parce que même si ce n'est pas bien
de fuir, tu l'as toujours fait. De toute manière, cette fois-ci, sera la dernière. Après, tu n'auras plus qu'à affronter.

« Merci, Lin »

Et tu cours.
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum