L'Icar noir ?

avatar
Invité
Invité
a tracé,
le Ven 14 Juin - 23:08
- Beeeeeeuh . . .

Ouaip, comme vous vous en doutez (ou peut-être pas) c'est à peu prés ce genre de . . . de . . . de plainte (disons) que l'on laisse échapper lorsque l'on se réveille le nez dans de l'herbe lapis-lazuli avec un énorme mal de crâne sans savoir comment on est arrivé là . . . Et Jowan ne fait pas exception à cette règle immuable de l'humanité humaine de l'Homme. (Quoi qu'il aurait put se rabattre sur le « Beuwarg . . . » par pur esprit de contradiction, seulement avec un mal de crâne pareil on ne pense plus vraiment à contredire les lois immuables de l'humanité humaine de l'Homme . . . c'est peut-être d'ailleurs pour ça que cette loi reste si immuable . . .).

Quoi qu'il en soit c'est donc en grognant que le jeune homme se releva, enfin du moins s'assit, il faut y aller par étapes. La bosse qui sentait sous ses doigts lorsqu'il passait la main dans ses cheveux le renseigna bien rapidement sur le type d'incident dont il avait dut être victime. Il ne se souvenait pourtant de rien, il marchait et puis . . . PAF ? Probablement . . . Peu importe ce qui lui est tombé sur la tête, ou ce qui l'a agressé, il avait du y aller fort, car une pulsation douloureuse semblait remplir tout l'espace disponible dans son crâne et l'empêchait de réfléchir clairement autant que les remous de l'eau peuvent empêcher un surfeur débutant de tenir sur sa planche . . . Mais pourquoi diable pensait-il à des surfeurs ?!
Il passa les mains sur son visage en grommelant et se massa les tempes. Ça donne un certain style, mais autant qu'on se le dise, cela n'arrangeait pas son mal de tête, pas le moins du monde . . . Cependant ça lui permit de constater une chose : la moité de chacune de ses mains avait prit une teinte . . . bleue. Après vérification il fini par se rendre à l'évidence : il avait dut rester tellement longtemps à plat ventre dans cette herbe indigo que ses vêtements et sa peau avaient pris cette couleur bleuâtre . . . un demi-schtroumpf. Il ne lui manquait plus que ça ! Tu parle d'un sale tour ! Il n'avait même pas la force de pester contre Elle . . . De toute façon il se vengerai, grâce à ses fidèles . . . Wait ! Où était passé sa sacoche ?! Elle n'avait tout de même pas osé l'assommer pour la subtiliser ? . . . Elle en était pourtant capable.
Bien heureusement un regard paniqué autour de lui suffit à le rassurer, sa sacoche gisait non loin de lui, et avec elle toutes ses précieuses bombes de peinture. Comment aurait-il fait si elles avaient disparu ? Il ne préférait pas y penser et se contenta de se remettre sur pied, titubant légèrement au début, afin de pouvoir les récupérer.

Ce n’est qu'une fois le poids rassurant de la sacoche ayant rejoint sa hanche qu'il put enfin se préoccuper de son apparence, car même s'il avait déjà eut droit aux douches de peinture et aux vêtements extravagants, ressembler à un granola nappé de chocolat bleu ne l'enthousiasmait guère, et il fut un temps où demander suffisait à obtenir un accoutrement à peu prés convenable alors aprés tout, il n'avait rien à perdre. Il n'attendait rien de fantastique, mais du moment que ça n'est pas teint en bleu d'un côté et que ça peut cacher sa pigmentation exotique cela fera l'affaire . . .
C'est ainsi qu'il se retrouva tout accoutré de noir, mais surtout le visage masqué par une sorte de fusion entre le masque à gaz et la capuche, sans oublier les petites oreilles de chats en tissus vert acide accompagnées de leurs motifs jaunes criards. Quant au manteau qui prolongeait fièrement la capuche, il s'est avéré que ses manches bien trop étroites forçaient le jeune homme à le porter comme une sorte de cape étrange . . . Et bien entendu il fallait compter sur la paire de gants de vaisselle verts acide pour donner un petit air de justicier masqué mais pas trop sérieux non plus . . . Faut pas déconner tout de même !
Cependant cette « nouvelle tenue » avait certains avantages, bien entendu il y 'avait le fait que pas la moindre parcelle de sa peau n'était exposée au regard des curieux, un bon point pour sa fierté masculine, mais aussi il avait la chance d'avoir deux ceintures permettant d'y accrocher ses fidèles bombes de peintures (ce dont il ne se priva pas). Une telle faveur venant d'Elle aurait put paraître bien impossible, mais il n'y avait aucun doute quant au fait que cela relevait bien plus du défi que de la faveur.


Ce problème de ridicule étant réglé, il pouvait enfin réfléchir à la suite l'esprit tranquille. Or dans ce genre de cas, la question cruciale se doit en général d'être « Combien de temps suis-je resté ainsi ? », ou bien à la rigueur « Que m'est-il donc arrivé ? » . . . Cependant concernant le jeune dessinateur ça n'est pas si simple, et cette fois vous ne pouvez pas dire qu'il fait preuve de mauvaise foi ou d'un trop grand esprit de contradiction. En effet il n'y a pas de gentille chouette à lunettes steampunk et à ailes de papillons pour lui conter en détail ce qui a bien put lui tomber sur la tête, ni même de cadavre ou de trace pour le mettre sur la piste du coupable, il serait ainsi bien vain de chercher ce que l'on ne peux pas découvrir. Quant au temps, s'en enquérir en ce lieu dérangé constitue déjà en soi une absurdité totale qui frôlerait les limites de la stupidité aux dires des plus critiques. À quoi bon chercher la durée que l'on a passé à bouffer de l'herbe bleue lorsque jours et heures ne peuvent même pas avoir la prétention d'estimer une temporalité distordue et livrée à la subjectivité de chacun ? De plus ce n'est pas comme s'il était pressé ou qu'un quelconque événement l'attendait. Niet. À ce point là, autant simplement reprendre comme si le temps que l'on avait manqué n'avait pas existé, il n'avait d'ailleurs même pas la preuve que ce ne soit pas réellement le cas au final . . .
À vrai dire il serait plus juste d'affirmer qu'il n'avait pas encore remarqué la preuve qu'il y avait bien eut quelque chose entre ses derniers souvenirs et ce réveil douloureux. Car elle existait belle et bien, une glorieuse et énorme sphère volant fièrement à une altitude telle que l'on aurait put croire que c'était le ciel lui même qui avait du arrêter son ascension. Une sphère si énorme que même à cette distance il était dur de ne pas repérer ce qui semblait être un amas de meubles à la forme vaguement ovoïde. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'il ne fallut pas bien longtemps à Jowan pour remarquer sa présence. Il n'avait pas la moindre idée de ce que cela pouvait bien être, ni de pourquoi cette chose flottait ainsi. Mais pour tout dire depuis qu'il avait atterri ici il avait eut le temps de se faire une raison, chercher le pourquoi du comment ne servait à strictement rien en ces lieux. Mieux valait penser à son propre intérêt. Et inutile d'être dans la tête du garçon pour deviner quel intérêt lui vint à l'esprit. Enfin une plate-forme acceptable pour travailler en altitude, cette fois là sera la bonne !

C'est ainsi qu'il se mit en route d'un pas décidé vers le seul moyen de transport en altitude dont il ait connaissance dans le coin : les bulles ! Et bien que ses dernières expériences relatives à ces choses pleines de rien n'aient pas été des plus agréables, la conviction d'enfin pouvoir accomplir l'une de ses plus grandes œuvres suffisait à le motiver plus que de raison. Il réussit même à atteindre son objectif en un temps record, ne portant même pas attention aux autres aberrations sur son chemin, qu'il se serait pourtant arrêté réparer à coup de peinture dans n'importe quel autre cas.
Retrouvant pour la troisième fois l’impressionnant ballet de bulles en tout genre, le jeune voyageur n'hésita pas plus de quelques secondes avant de se diriger vers la plus proche d'entre elle et d'y prendre place comme il pouvait. Enfin pouvait commencer son ascension.
Commenter
avatar
La Grande
La Grande
a tracé,
le Ven 14 Juin - 23:33


Elle avait cru entendre une mouche voler. Un moustique qui s'était élancé, et qui tournoyait bruyamment autour de son oreille. Agaçant, énervant, ce puceron était minuscule, et il avait pourtant réussi à attirer Son attention. Pour le meilleur...

Et surtout pour le pire.

Alors que Jowan, qui se dirigeait -presque- tranquillement vers le Volesphëra, voyait ce dernier à l'horizon, quelque chose vint réduire à néant son champ de vision. En effet, son visage n'était plus recouvert que d'un masque à gaz ; quelque chose s'y était écrasé, et n'avait pas l'intention de partir de sitôt. Ce quelque chose, c'était une gigantesque tomate, noir et juteuse, qui venait de tomber du ciel... et visiblement, elle n'était pas seule ! Une pluie diluvienne s’abattit soudainement sur le jeune garçon, dont les mouvements se retrouvèrent plus qu'entravés par ce.. phénomène naturel qui tombait à point.

Parviendrait-Elle à réduire au silence cet acteur un peu trop téméraire à son goût avec de simples tomates ? Bah, si ça ne fonctionnait pas, elle trouverait autre chose.



Voilà voilà, je t'explique donc :
▬ Tu es soumis aux mêmes règles que tes camarades du Volesphëra : donc des messages qui n'excèdent de préférence pas trop 20 lignes, et un résumé en fin de message ♥️
▬ Donc c'est une pluie de tomates noires particulièrement juteuse qui se déchaîne sur toi, je te laisse imaginer ce qui se passe si tu tombes :D:
▬ Je vais te faire un dé pour esquiver ou non les tomates, libre à toi de t'en servir quand tu veux ♫
Situation : Aucune
Particularités : Aucune
Messages : 539
Date d'inscription : 24/06/2012
Toasts : 88
Voir le profil de l'utilisateur
Commenter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum