Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 135
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Dim 1 Mar - 23:13


Vesa n'envisagea même pas un seul instant la possibilité de répondre. A peine eut elle été mise à genoux par Crevette que la formidable machine qu'est le cerveau embraya à toute allure. Réflexes et pensées se mêlerent, s'unissant dans un seul but, un seul objectif bien plus immédiat que les désirs de la cannibale jusqu'à présent : survivre.

Crevette avait fait une très très grosse erreur, sous estimer Vesa. Elle aurait pu se demander comment elle avait fait pour survivre au dehors mais ses priorités étaient allé ailleurs.

Vesa envoya immédiatement sa main se saisir du couteau de Crevette. Au cours de ses longues années de traques et d'horreurs elle avait appris bon nombre de choses, dont notamment comment se saisir d'un couteau par la lame. La blonde réussit à saisir l'arme de Crevette, restait à savoir si elle pourrait s'en emparer.

De son autre main elle répliquait. Elle n'avait cure du fait que son agresseuse ressemble à une enfant. Elle avait intégré que Crevette n'en était pas une. Et quand bien même. Son poing serré filait vers le menton de la gamine pour délivrer un formidable uppercut.

Tout en faisant cela Vesa se raidissait sur ses jambes, prête à se relever et à sauter en arrière sur la table.Une pensée fugace s'imposa à elle alors que son corps agissait. La Crevette s'était crue en tête de la chaine hiérarchique ? Mais elle était au sommet de la chaîne alimentaire.


Résumé:
Vesa engage le combat contre Crevette
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Lun 2 Mar - 0:17
Mjtage:
Vesa a réussi à attraper le couteau, mais a fait un échec critique à son jet de dé pour l’uppercut.

     Ah, si elle avait besoin d’être calmée un peu avant qu’on discute.
     La main preste de Vesa saisit celle de Crevette, l’empêchant de bouger son couteau, mais son uppercut fut anticipé : Crevette se décala d’un pas, l’esquivant sans problème, et mit un coup de tête à la blonde au passage. Restait à savoir s’il fallait continuer l’affrontement ou saisir son sabre, à deux pas derrière. Ça impliquait de se dégager de la prise de Vesa, et donc de lâcher le couteau. Toutefois, on allait faire le choix de la suite à sa place…



Résumé :
Crevette se fait saisir sa main au couteau et met un coup de boule à Vesa.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 173
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
le Lun 2 Mar - 0:42
(Bon, ok, je ne respecte pas les 200 mots, mais c'est le privilège du MJ, et parce qu'il y avait plusieurs bouts de réactions à faire)

La pièce n'avait pas mis longtemps avant de se remplir. Sept personnes, en comptant le félin qui s'était glissé le premier dans la pièce, avaient rejoint les trois cyantifiques autour de cette table qui paraissait soudainement bien petite.

Toujours aussi peu loquace, Hertz observait les différents participants en réfléchissant. Nombre de visages lui étaient inconnus, preuve supplémentaire de son éloignement, de sa méconnaissance et de son mépris. Chaque fois qu'il rencontrait les dessinateurs, c'était toujours une nouvelle foule qui se trouvait face à lui, et avec elle nombre de nouvelles questions, de nouvelles idées, et de nouvelles possibilités. Il n'avait pas remarqué les salutations de Morgan, auxquelles Watt avait répondu brièvement.

À sa droite, Dalton avait été abordé par deux personnes, à savoir Lucas, puis une jeune femme aux cheveux roux.

« Eh bien, dit le cyantifique blond au premier, on fait une réunion pour tous ceux qui n'étaient pas là hier soir. Mais tu devrais rester, ça devrait être amusant, répondit-il au premier. Et concernant cette madame Ngwenya... »

Avant de pouvoir finir sa phrase, il avait été interrompu par la deuxième personne, qu'il accueillit avec entrain.

« Rebonjour ! Oh, on attend encore au moins une personne... »

À vrai dire, Dalton ne savait pas non plus si la pièce allait encore se remplir davantage, mais il aurait été bien étonné de ne pas voir au moins une de ces deux personnes à la réunion. Après tout, c'était à cause d'eux si la situation en était rendue là, n'est-ce pas ?

Alors qu'il allait, au choix, continuer la conversation avec Isolde ou interrompre ses deux conversations pour s'éclipser, il fut à nouveau interpellé par le jeune garçon - qu'il avait donc oublié une deuxième fois, vraisemblablement.

« Avec une mallette, oui ! lui répondit-il se souvenant de sa brève rencontre avec Rosalina un peu plus tôt. Devant l'entrée du Laboratoire, même si j'ignore où elle est allée ensuite. »

Il se retourna à nouveau vers la jeune femme, à laquelle il demanda si elle avait "trouvé des choses intéressantes", en écho à leur dernière rencontre, avant d'ajouter « Si vous avez encore des questions, ça va être le moment de les poser, je compte sur vous ! » sans préciser ce qu'il sous-entendait dans sa dernière proposition.



En dehors de cette bulle, les personnes qui n'interagissaient pas avec les cyantifiques semblaient avoir une longue discussion, qu'aucun d'entre eux n'avait vraiment suivi, jusqu'à ce que Watt, soudainement, se redresse, puis scrute l'assemblée, dans ce qui aurait dû précéder un éclaircissement de gorge et une tentative d'obtenir l'attention de tout le monde pour annoncer un ordre du jour.

Les choses ne se passèrent pas vraiment comme prévu... puisque deux Dessinatrices, à l'opposé de la table, venaient subitement d'engager le combat.  Le temps d'accourir, la plus vieille des deux avait réussi à attraper le couteau de son adversaire, mais avait reçu un violent coup.

Peu importait la raison de ce pugilat, Watt n'avait pas l'intention de laisser la réunion - qu'ils organisaient pour eux, en perdant leur temps à réexpliquer les choses - tourner en combat de rue. De sa poche gauche, il dégaina le pistolet électrique qui ne le quittait jamais, et le pointa vers les deux concernées, tâchant de rester assez loin pour ne pas pouvoir être attaqué au corps à corps sans avoir le temps de réagir.

« Au prochain geste, je tire, tonna-t-il. Ce n'est pas le lieu pour de telles scènes, alors si vous tenez vraiment à vous battre, faites-le ailleurs, sinon nous serons contraints de vous exclure de la pièce. »

Derrière lui, Hertz se leva, et tâcha de compléter ses dires en s'adressant aux cinq autres personnes, celles qui devaient être tout aussi surprises de la tournure des évènements. Celles avec qui il devait réussir à parler.

« Vous avez peut-être beaucoup de questions sur cet endroit, ou sur l'Esquisse, ou peut-être sur nous. Et nous n'y avons pas toujours répondu.. comme il le faudrait, mais c'est à la demande de certains d'entre vous que nous vous proposons d'en discuter, ici et maintenant, dans l'espoir de repartir sur des bases plus saines. »

Sur un ton plus doux, caractéristique de sa voix qui était plus posée - et monotone - que celle de son collègue, il avait essayé de calmer le débat, tout en changeant de sujet.


Hop, j'essaie de nous remettre un peu sur les rails de la réunion, c'est le moment de poser vos questions.
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 109
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Lun 2 Mar - 8:58

Au vu de son regard Crevette n'a pas tout saisi à ma définition. En même temps comment définir quelque chose que j'ai grandi avec c'est pas si simple. Je hoche donc la tête à l'attention de Crevette, avant de regarder un peu les autres autour de la table. Quand éclate l'altercation, je songe sérieusement, une seconde à laisser tomber ma tête sur la table... Le temps que je me lève et que je rejoigne les filles elles ont échangé quelques coups. Et l'un des hommes isolé qui menace les 2 filles d'une arme que je suppose à distance. Je pose ma main sur celle de Crevette, cherchant à l'empêcher de continuer de taper. Et je râle.

"Qu'est-ce que t'as pas compris dans "évite les confrontations directes" et "sois diplomate"? Vesa, si tu veux bien la lâcher aussi, vous vous taperez dessus APRÈS, comme il a dit?"

Oui parce qu'on y échappera pas à ça, j'en ai peur. Sauf qu'on est venu pour avoir des informations, par le soutif à Lirme! et notamment...

"J'aimerais bien comprendre comment on sait l'heure dans ce monde sans soleils?"

Très important, ça.



[Effie vient pour récupérer crevette, râle et se pose une question pratique à la con...]


Code:
<transformation perso="Effie" /> | <transformation perso="Morgan" />
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 158
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Lun 2 Mar - 19:56
Il manquait encore des personnes, ce qui signifiait un peu de répit. Isolde hocha la tête et s'assit directement à la droite du chapeauté et sourit à l'enfant avec eux.

« T-ton amie va p-p-prob-bab-blement nous r-rejoind-dre, inst-talle-toi. »

La professeure ne suivit pas les actions des autres, ce qui se révéla être une erreur. En un instant, la situation s'était envenimée et voilà qu'un des Cyantifiques tenait en joue le duo bagarreur. La biochimiste devint livide en fixant l'homme armé

« Baissez-ça », dit-elle sèchement au Cyantifique. « On ne vise pas directement quelqu'un avec un pistolet chargé. »

Isolde n'avait jamais manié d'armes, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir reçu des instructions assez précises sur la sécurité d'une arme à feu de la part de quelqu'un qui lui avait déjà été cher. Quelqu'un à qui elle ne pouvait pas penser pour le moment, pas si elle voulait garder le contrôle.

Sans quitter l'homme des yeux, elle s'adressa à la dernière adulte qui lui semblait fiable.

« B-b-bernard, p-p-pouvez-vous vous d-d-dép-placer ent-tre ces d-d-deux-là? »

Puis elle renchérit sur la question d'Effie en s'adressant aux Cyantifiques, souhaitant changer de sujet et calmer l'atmosphère.

« Je ne c-c-comp-p-prends p-pas non p-p-plus vos d-d-dates »

La rousse grimaça en s'entendant parler de manière entrecoupée. Non, ça n'allait pas, elle avait besoin d'une autre façon de s'exprimer...

Résumé:
Isolde n'aime pas les armes à feu, demande à Bernard de se placer entre Vesa et Crevette pour être sûre qu'ils ne se ressautent pas à la figure et se questionne sur les dates.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 109
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Mer 4 Mar - 7:18

Des trucs encore plus étrange que moi? Je ne peux retenir un miaulement interrogatif alors que je me demande si c'est une bonne ou une mauvaise chose. L'intervention de la fillette me fait bloquer. Un qu'est-ce que c'est que ces questions à la con? et deux est-ce que le couteau est vraiment nécessaire?! L'altercation est brève, mais suffit à me hérisser le poil tout partout et à me faire feuler. Et les questions (non essentielles à mon sens) de l'autre gamine et de la bègue ne suffisent pas à me rassénérer tout à fait... Mais au moins à faire semblant.

"Si je peux me permettre, est-ce que chacun pourrait se présenter avant de parler? Je crois que cela clarifierai les choses pour chacun de nous."

Surtout à moi qui débarque. Et de rajouter après une seconde, parce qu'il faut bien donner l'exemple.

"Pour ma part je crois que... 'Morgan' sera le plus adapté à ce genre..."

Ca fait tellement bizarre de me genrer au masculin alors que ma voix est celle d'une femme! Et pendant que les autres poursuivent de parler, je crois que j'ai besoin d'une toilette pour remettre ma fourrure en place...



Code:
<transformation perso="Effie" /> | <transformation perso="Morgan" />
Don't Panic
Maximum 100 caractères !
Messages : 25
Date d'inscription : 15/10/2019
Don't Panic
le Dim 8 Mar - 0:58
Lorsque, du coin de l'œil, Bernard repéra Crevette qui marchait vers Vesa pour finalement l'agresser, elle fut très réactive. En une petite poignée, elle tira deux feuilles de son paquet et traça plusieurs cadres.

Lorsqu'Isolde lui demanda de les séparer, la bureaucrate se leva, ses deux feuilles et deux stylos dans les mains. Effie semblait avoir déjà pris les choses en main. La bureaucrate retint un sourire. Arrivant à hauteur des deux femmes elle tendit à chacune une feuille et un stylo.

— Voici des formulaires de résolutions de conflits. Dressez dans le cadre adapté, une liste non-exhaustive des raisons de votre altercation. Vous pouvez ajouter des commentaires supplémentaires et des suggestion pour arriver à une meilleure entente. Remmetez-les moi une fois fait. Je compilerais vos résultats et nous pourrons trouver un moyen d'éviter qu'une pareille situation se reproduise. Est-ce clair pour vous ?

Elle leva les yeux vers le chat qui venait de s'exprimer. Très bonne initiative de la part d'un félin bavard. Cela dit, comme attendu d'une bête, cela manquait de rigueur. Bernard se racla la gorge.

— Brillante idée, Morgan. Pour ma part, je suis Bernard Scrutin, bureaucrate. Je suis arrivé il y plusieurs vingtaine d'heures. J'aimerais ajouter à ce monde un semblant d'organisation, en ma qualité de bureaucrate. Ainsi, je me permets de vous interroger, vous qui organisez cette réunion, avez-vous adoptez une quelconque structure hiérarchique ou une autre structure visant à maximiser l'organisation de votre communauté ? 
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Mar 10 Mar - 21:50
     Quand Watt pointa son arme sur elle, Crevette lui lança un regard au moins aussi foudroyant que ce qui allait sortir du taser. Elle lui aurait bien envoyé un « Tu oses me menacer ! », lâché son couteau, bondi jusqu’à la chaise, attrapé son arbalète en utilisant sa petite taille et la table pour se mettre à couvert, et enseigner à cette grande andouille qu’elle n’était pas du genre à se laisser intimider, mais une troisième main vint l’interrompre.
     « Bah. »
     Et elle dégagea son couteau de Vesa et d’Effie, le replia et le rangea dans une de ses poches.
     « En attendant, ton hypothèse ne résiste pas à l’épreuve des faits. À moins qu’échouer misérablement à envoyer un coup soit considéré comme une réponse affirmative chez les imbéciles blondes. »
     Et sur ce, elle retourna s’asseoir, ne prêtant attention ni à Isolde – pour changer –, ni à Morgan, ni à Bernard, dont elle envoya voler la paperasse qu’elle lui tendait avec un « Conneries ! » sur un ton bas, mais direct.



Résumé :
Crevette se rassoit, non sans avoir râlé à la tête de tout le monde sur son passage.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Mar 10 Mar - 21:51
Précédemment:


     Rosalina passa les portes de la salle de réunion. C’est qu’il y avait du monde. Elle aperçut quelques têtes connues ; celle de Dalton, notamment, et Lucas, collé à lui. Pour le reste, deux autres enfants, une à l’air très énervé et une autre à l’air un peu moins énervé, une jeune femme, deux autres adultes qui portaient des papiers, un chat, et deux personnes qui se tenaient dans un coin, l’un avec un taser – il y avait donc bel et bien des armes ici, intéressant –, l’autre avec des cheveux gris, malgré son apparence de trentenaire.
     À Mérovée, juste derrière, elle glissa :
     « Les cyantifiques dont je vous ai parlé sont probablement ces trois personnes au fond. Celui au chapeau de paille, j’en suis sûre. Pour le roux, il est armé, donc c’est aussi très probable. D’ailleurs, c’est une arme magique : si on vous désigne avec… »
     Comment décrire la sensation de l’électrisation à un primitif…
     « Vous sentirez une vive douleur et vos muscles ne vous répondront plus. On appelle ça un taser. Et celui qui paraît être à la fois jeune et vieux au milieu en est probablement un également, vu son attitude. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser. »
     Il y avait trop de gens entre elle et Lucas, mais elle lança son nom à travers la pièce pour qu’il l’entende. Ce petit trouverait un moyen de se faufiler et se jeter entre ses bras, probablement.
     « Lucas ! C’est moi ! »




Résumé :
Rosa entre, présente les cyantis à Mérovée et appelle Lucas.


Carte de la salle:
Salle de réunion - Page 2 6f5j


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 135
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Mer 11 Mar - 0:41


Vesa ne put s'empêcher de rire en entendant Crevette.

"Hahaha !  Je connais les pouffes de ton genre. De sales connes qui pensent être meilleures que les autres et qu'elles pigent tout."

La tension nerveuse s'évacua tandis qu'elle prenait appuis contre le mur, près de Morgan. Elle ne répondit même pas à la pauvre Scrutin.

"Tu joues les dures mais tu n'es rien. Une vulgaire ado en crise."

Le rire de Vesa se calme. Un autre sourire se dévoile, plus inquiétant, plus menaçant. Elle laisse sa nature de prédatrice s'exprimer.

"Je n'ai pas besoin de me battre petite idiote. Je sauve des vies à la place. J'ai hâte de voir les excuses que tu te donneras quand tu échoueras. Tu n'as pas le Sissu."

Vesa entendit alors une inconnue, Rosalina, appeler Lucas, le petit garçon. Elle la détailla et n'eut pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre qu'à son maintient et à ses vêtements la femme n'était pas n'importe quelle péquenaude. Et derrière elle un homme qui...WHAOU !

Résumé:
Vesa raille Crevette puis remarque l'arrivée de Rosalina et Mérovée
Pazou
Oui ?
Personnages : Mérovée
Messages : 20
Date d'inscription : 22/01/2020
Pazou
le Jeu 19 Mar - 22:48
Mérovée faisait de son mieux pour rester impassible. Il ne pouvait pas laisser voir à ces inconnus à quel point il était perdu. Qui étaient tous ces gens ? D’où venaient-ils et pourquoi portaient-ils des vêtements si étranges ? Même leur façon de parler lui paraissaient différentes. Sa respiration s’accéléra alors que ses yeux balayaient la pièce, et il se força à la réguler. Il n’allait pas se laisser aller à la peur, par les dieux ! Qui que soient ces gens, il les forcerait à le faire sortir d’ici, d’une façon ou d’une autre.

Peu désireux d’attirer l’attention sur lui tant qu’il n’aurait pas compris dans quel genre de rassemblement il avait mis les pieds – l’information était le nerf de la guerre – Mérovée s’adossa au mur près de la porte, cachant son bras blessé contre son flanc, l'expression stoïque. L’adrénaline de l’arrivée dans cet endroit et de sa rencontre avec Rosalina lui avait fait oublier un moment la douleur mais elle revenait maintenant par vague. Avoir le mur dans son dos lui permettrait de cacher sa faiblesse, si besoin. Il ne pouvait se permettre de paraitre faible.

Ses yeux suivirent les paroles de Rosalina jusqu’au fond de la pièce et aux trois « cyantifiques » qui semblaient détenir le pouvoir ici. Ils lui paraissaient peu menaçants, à première vue, mais il serait sans doute dangereux de les sous-estimer. Surtout qu’ils étaient eux aussi sorciers. Ou au moins, dotés d’outils magiques si Rosalina ne lui mentait pas. Cela était aussi une possibilité. Il n’avait pas l’intention d’accorder sa confiance à qui que ce soit dans cet endroit contre-nature.

En bref:
Mérovée ne dit rien et s'adosse contre le mur près de la porte.
Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 173
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
le Mar 24 Mar - 22:08
Pardon pour le retard, j'ai galéré avec mon stage, et à condenser/ordonner ce post~

Avec un soupir qui relevait autant de l'exaspération que du soulagement, Watt rangea son arme.  Il regarda Isolde quelques instants, sans lui accorder plus d'explication qu'un bref « Question de sécurité. », avant de reculer et de se fondre à nouveau dans la masse.

La situation avait failli dégénérer, mais ils y avaient échappé, au moins pour un instant. Le cyantifique était bien loin d'être spécialisé en combat, et à défaut d'avoir le respect (ou la confiance) des dessinateurs, il ne pouvait ainsi compter que sur un objet pour créer un mur entre eux, un mur qui dissuaderait quiconque de démarrer les hostilités. Même si ce mur devait les éloigner encore plus.

Si Watt regardait suspicieusement tout être vivant qui remuait les lèvres ou bougeait ne serait-ce que le petit doigt, avec un focus évident sur Vesa et Crevette, Hertz s'intéressait plutôt à ce qui se disait, non sans avoir un certain mal à saisir une occasion de répondre. Parler devant un groupe silencieux était une chose, mais parler au milieu d'un groupe bavard dans une petite salle en était une toute autre. Heureusement pour lui, son hésitation ayant été trahie par une tentative avortée de lever la main pour capter l'attention, il fut rapidement sauvé par Dalton, qui se leva en trombe, claqua des mains et commença à parler à voix haute.

« Bienvenue dans la salle de réunion ! s'exclama-t-il en redirigeant l'attention vers Rosalina, qu'il reconnaissait évidemment, et Mérovée. Bon, alors - son regard balaya l'assemblée -, comme Morgan l'a suggéré, et avant d'entrer dans le vif du sujet, c'est l'heure des présentations ! »

Pour les nouveaux arrivés, il nomma à nouveau rapidement Morgan et Bernard Scrutin, qui étaient les seules à s'être présentées officiellement, laissa rapidement le temps à ceux qui le voulaient de s'annoncer, puis en vint à lui-même :

« Quant à moi, je suis Dalton, votre cyantifique préféré, et voici mes deux collègues qui parleront des choses sérieuses juste après : Watt et Hertz. Malgré les apparences, ils sont gentils. »

Dalton ignora délibérément le regard désapprobateur qui tentait de le mitrailler.

« Nous sommes un quatu.. quintu.. septu... Un groupe de sept personnes ? - une voix lui siffla "septuor" - Voilà. Et cyantifiques, ça veut juste dire que nous sommes un peu comme des chercheurs, qui... cherchent des choses en tout genre. Pour le répéter une dernière fois, donc, nous faisons une réunion spéciale pour répondre aux questions de ceux qui en ont et discuter dans la bonne humeur. Et à l'instant, nous allions commencer avec les dates, puis l'organisation, mais il y en aura pour tous les goûts. »

Après son petit numéro, Dalton rejoignit sa place bien sagement, et enjoignit son collègue à prendre la parole. Hertz attrapa une craie, jeta un oeil à l'une de ses poches pour en vérifier le contenu, puis se leva et commença à parler, à voix normale, à destination de ceux qui l'écouteraient.

« L'heure et les dates sont deux sujets différents, mais qui semblent souffrir des mêmes problèmes, à savoir l'inexistence apparente de référentiel solide et de régularité dans l'alternance jour-nuit. Cela n'est cependant vrai que si l'on raisonne en termes de... enfin, si l'on cherche à utiliser votre système d'heure. »

La phrase était maladroitement exprimée, mais Hertz faisait simplement référence à l'idée que l'unité de base des dates était le jour, correspondant à une rotation de la Terre autour du soleil, et qu'un jour était divisé en heures, dont certaines pouvaient être déduites de la position du soleil. Lui-même ne comprenait pas vraiment ce système, qui lui paraissait à la fois étranger et abstrait.

« Nous avons donc élaboré notre propre système, basé sur des phénomènes qui semblent être cycliques. »

Il hésita un instant à se lancer dans une longue explication sur les phénomènes cycliques esquisséens, mais ce n'était peut-être pas tellement la question.

À la place, il extirpa de sa poche ce qui ressemblait vaguement à un caillou légèrement teinté bleu, et la montra à ceux qui suivaient sans la lâcher.

« C'est un morceau de minutite, ajouta-t-il. Ses changements de couleur sont à peu près cycliques, même si elle est coupée en plusieurs morceaux et dispersée à plusieurs endroits, ce qui permet d'avoir une forme de repère temporel. »

Comme à son habitude, le visage d'Hertz n'affichait pas d'expression forte, mais il n'était pas difficile de comprendre qu'il n'en disait qu'une fraction, et qu'il marquait une pause pour essayer de savoir si cela valait la peine de continuer, ou s'il y aurait d'autres questions.


Pour la suite :  
- Je n'ai pas fini de répondre aux questions, car je voulais faire une pause et que ça fasse naturel plutôt que interminable discours des cyantifiques (et vous offrir la possibilité d'interrompre ou quoi, ou de chuchoter à votre voisin). Du coup ma prochaine intervention sera probablement dans quelques posts, le temps d'avoir quelques réactions (enfin surtout de savoir qui écoute), merci de ne pas partir dans tous les sens T^T
- Selon si vous vous intéressez ou pas à ce que va expliquer hertz, vous pouvez l'écouter et réagir à ce qu'il dit, faire ou parler d'autre chose entre vous, parler avec un autre de ses collègues éventuellement.
Je tâcherai de faire des posts courts à l'avenir et plus fréquents pour privilégier le naturel et la réactivité, je ferai de mon mieux niveau délai ;;

Pour Lucas:
Si tu fais attention à la pierre, tu reconnaîtras celle que tu as jeté sur le plastigrade dans l'observatoire
Ah et, pour la voix qui a soufflé à dalton, si quelqu'un veut dire que c'est lui, il peut, sinon je considèrerai que c'est un de ses collègues.
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Jeu 26 Mar - 22:05
     Ça commençait à parler organisation. Pour une fois, depuis son arrivée dans l’Esquisse, dans son élément, Rosalina s’avança, afin de pouvoir embrasser tous ceux présents du regard. Elle tenait toujours Stirling entre ses bras, et se tenait à une distance respectueuse autant des Dessinateurs que des Cyantifiques.
     « Nous sommes tous autour d’une table ronde – à ce sujet, M. Mérovée, veuillez approcher et vous asseoir –, aussi il me semble judicieux que nous parlions dans le sens des aiguilles d’une montre, pour qu’il n’y ait pas trop de cacophonie. Je m’appelle donc Rosalina Ngwenya. J’étais… »
     Elle ne pouvait pas dire qu’elle était reine-sorcière. Ou trafiquante d’armes.
     « … politicienne. Et le compagnon que je tiens dans mes bras s’appelle Stirling. Il n’est pas hostile, loin de là. Mon petit, présentez-vous, je vous en prie. »





Résumé :
Rosa se présente et propose qu’on parle dans le sens des aiguilles d’une montre, suivant son positionnement autour de la table.
Positionnement qui est :
Salle de réunion - Page 2 Nb07


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Folie d'Esquisse
Messages : 771
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Ven 27 Mar - 7:56
Depuis qu’il est entré dans cette pièce, dans les bras de Rosalina, Stirling n’a plus cessé de faire pivoter son piston dans tous les sens. Il n’a plus tenté de prendre la parole une seule fois, pas même sorti une volute de fumée pour la faire rentrer avant de s’être exprimé. Tous ses mouvements de roue, de bras et de piston se font lentement, et dans le plus grand silence, eux-mêmes s’avortant parfois quand ils s’avèrent trop bruyants. C’est ostensiblement la présence d’un tel nombre de personnes qui le met dans cet état, mais il est difficile de penser qu’il n’y soit pas habitué, tant ses interruptions se font vives et précises. Il semble avoir déjà adopté un certain nombre de réflexes vis-à-vis de ce genre de situation.

Quand Rosalina le présente, Stirling marque toutefois une courte pause avant de s’exprimer, comme s’il attendait quelque chose. Il tourne son piston vers elle quelques courtes secondes, puis de nouveau vers l’assemblée, et juste avant que le premier impatient ne vienne interrompre cette situation gênante, le petit Objet fait enfin sortir sa fumée bleue et commence :

« Stirling. Ravi. Mesdames. Messieurs. »

Puis il effectue lentement un tour de roue, en s’arrêtant régulièrement à certaines positions pour atteindre un angle précis comme par quadrature, ainsi qu’un musicien accorderait son instrument. Il ramène plus de fumée encore dans son petit cylindre de verre, générant une brume beaucoup plus opaque à l’intérieur, puis commence à déblatérer :

« Adopté. Deux-trois-deux. Dompté. Deux-quatre-six. Service. Laboratoire. Deux. Émissaire. Sauvegarde. Moteur. Thermique. Concède. Parole. À. Liberté. »

Sa tirade, bien que prononcée assez rapidement, ne semble pas tant l’épuiser que celle qu’il put tenter auprès de Rosalina quelques minutes plus tôt. Il y a aussi quelque chose de plus fluide dans la déclamation, et les mots sont plus discernables. Bien qu’il lui fallût malgré tout livrer un certain effort, comme l’atteste la vitesse à laquelle il range sa fumée et s’immobilise après son dernier mot, il y avait manifestement quelque chose de plus commode pour lui dans cette situation que dans les précédentes.
Pazou
Oui ?
Personnages : Mérovée
Messages : 20
Date d'inscription : 22/01/2020
Pazou
le Dim 29 Mar - 22:25
Un instant, Mérovée caressa l’idée de remettre Rosalina à sa place, définitivement et en public. Une idée vraiment tentante. Mais d’une part, il se méfiait de ces étrangers qui pourraient être tentés d’intervenir. S’il avait compris une chose, c’est que ce monde n’obéissait pas aux mêmes règles que son royaume. D’autre part, Rosalina elle-même restait encore une énigme et un danger potentiel. L’attaquer maintenant serait mal avisé.

Mérovée se contenta donc de la fusiller du regard sans bouger, ignorant son ordre mal déguisé. Il ignora volontairement l’abomination dans les bras de la femme quand elle se lança dans une parodie de parole, préférant balayer l’assemblée du regard et étudier les physionomies. Il était surpris. D’où sortaient ces enfants ?!

Le poids de regards sur lui, dont celui des cyantifiques qui avaient parlé plutôt et dont il n’avait qu’à moitié compris le discours, le sortit de ses pensées et lui fit prendre conscience que la pièce était retombée dans le silence. Était-ce donc à lui de prendre la parole ? Prudence. Tant qu’il en saurait si peu sur ce monde et sur ces individus étranges, il devait garder son identité cachée.

- Je suis Mérovée. J’ignore ce que je fais dans ce monde sans soleil ni comment j’y suis arrivé, mais j’ai bien l’intention d’en ressortir. Quiconque m’y aidera sera récompensé.

Il ne prononça pas un mot de plus mais son regard inflexible et son attitude glaciale convoyait le même message alors qu’il fixait son attention sur les cyantifiques : il ne serait en revanche pas prudent de s’opposer à lui.

En bref:
Mérovée ignore Rosa et Stirling puis se présente quand l'attention se porte sur lui.
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 135
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Lun 30 Mar - 1:24


Vesa bugua un instant devant le regard et l'aura de Mérovée. Elle avait remarqué qu'il semblait blessé au bras mais son inflexibilité et son stoïcisme..brrr.

Elle remarqua aussi le regard qu'il lança en direction de la femme, Rosalina. Elle avait été à l'aise, comme si elle contrôlait la situation, en même temps une politique à part faire ça elle savait rien faire d'utile c'était plié. En tout cas quelque chose clochait.

La jeune femme se reprit ensuite, elle allait pas non plus baver devant ce mec comme une collégienne (quoique).

-Je m'appelle Vesa Hayha. Je suis chirurgienne. Je suis arrivée il y a environ une semaine, plus peut être. J'étais avec un autre groupe mais à cause de....problèmes interne dû à une personne (elle jeta discrètement un regard en coin vers Crevette) nous avons été condamnés. Je n'ai pas envie que ça recommence.

Vesa lança ensuite un regard en direction de Mérovée. Au dela du fait qu'il était à croquer il avait surtout l'air d'un gars bien bâti comme il fallait dans cette situation.

-Joignez vous vous à m..nous Mérovée, ensemble nous survivrons.

Sur ce elle elle invita d'un geste Bernard à se présenter.

Résumé:
Vesa se présente pour la forme et essaye d'intégrer Mérovée au groupe
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 158
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Lun 30 Mar - 21:54
Des blablas, des disputes et des armes. Le grand roux était dangereux, mais si Lucas parvenait à lui voler son pistolet électrique, ça pourrait être intéressant. Le meilleur restait à venir.

« Rosalina ! »

Le garçon se glissa en dessous de la table et courut jusqu'à la noire qu'il agrippa fermement. À sa grande horreur, des larmes perlèrent sur ses joues. Foutu cerveau d’enfant.

« Je te cherchais partout et tu étais pas là et je croyais que je te trouverais jamais... »

Il manqua une partie de la conversation, mais ne manqua pas de se présenter à son tour après l'Objet que tenait l'Africaine.

« Moi c'est Lucas et j'ai 8 ans et demi ! »

Suite aux paroles de Mérovée, Lucas choisit de l'éclairer un peu.

« On est dans l'Esquisse. C'est un autre monde super bizarre et super cool ! Personne sait comment on est là ou comment on rentre à la maison par contre... Il y a des Objets, genre des objets ou des machines ou des animaux bizarres, qui veulent nous manger, ils font un peu peur. Là, on est dans le Laboratoire pour trouver du manger et des armes et de l'encre pour le camion et partir ailleurs. »

Il pointa les Cyantifiques.

« Eux, c'est les Cyantifiques et ils connaissent plein de choses sur l'Esquisse sauf pour savoir où est la sortie parce qu'ils aiment ça ici et n'ont jamais cherché à partir. Je crois. C'est tout ! »

Voilà, tout le monde était sur la même longueur d'onde. Afin, approximativement. Lorsque Hertz montra sa pierre, il se rappela l'arme qu'il avait utilisé contre la Chenille à Fumée.

« Moi, moi ! J'ai aussi une roche qui brille ! Oh, et j'ai trouvé la cuisine avec du manger et j'ai vu une serre où il y a sûrement du manger et j'ai vu de l'Encre et un drôle de bolide dans le garage. Si quelqu'un veut savoir. Enfin. Euh... »

Résumé:
Lucas se jette sur Rosalina. Il se présente et raconte un peu ce qu'est l'Esquisse à ceux qui ne savent pas ce qu'ils font là. Il déclare avoir aussi un morceau de minutite et informe les autres de ses trouvailles.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Don't Panic
Maximum 100 caractères !
Messages : 25
Date d'inscription : 15/10/2019
Don't Panic
le Ven 3 Avr - 11:43
Bernard observait avec attention toutes choses qui se produisaient ici-bas. Son échec quant à la tentative de résoudre les dissensions par la bureaucratie, elle s'y était attendue. Elle ramassa le formulaire qu'avait jeté Crevette et s'approcha d'Effie. Profitant de l'agitation de l'arrivée de deux nouveaux individus.

Se penchant près d'Effie, elle lui chuchota quelques mots.

— Tu penses que tu pourrais essayer de faire remplir à Crevette cet encadré ? Cela aiderait beaucoup pour gérer les prochaines disputes.

Elle avait pointé l'encadré visant à lister les raisons de l'altercation.
observation de Bernard:

Lorsque l'un de ces fameux cyantifiques prit la parole, Bernard regagna un siège, écouta attentivement et commença à gratter le papier de ses notes. Elle ne put s'empêcher d'aider ce pauvre homme qui peinait à trouver le mot juste. 

— Septuor. 

Durant la suite des explications — dispensées par un autre homme — elle resta parfaitement stoïque, cela étant, cette "minutie" était une découverte incroyable. L'organisation ne pouvait se faire sans repère temporel.

 Suite à cela, Bernard put se concentrer sur les nouveaux arrivants, l'homme ne présentait pas d'intérêts particuliers —outre celui d'accaparer l'attention de Vesa. En revanche, cette Rosalina... Si Bernard resta stoïque, son âme de bureaucrate trépigna. La politique et la bureaucratie étaient indissociables. 

Néanmoins, la bureaucrate arqua un sourcil face à l'Objet que tenait la femme. Elle en fit un rapide croquis. Intéressant. Il existait donc des créatures conscientes qui n'étaient pas "vivante" à proprement parler. 

La bureaucrate écouta d'une oreille distraite Vesa faire du gringe à Merovée. Tout en notant que Vesa voyait son existence ici sous le prisme de la violence et de la survie. Problématique. Mais pas autant que l'on pourrait le croire. 

Vint enfin l'intervention de l'enfant. Un sourire attendri s'esquissa l'espace d'un quart de demi seconde sur le visage de Bernard. Avant qu'elle ne reprenne stoïque et sévère comme l'exigeait sa fonction. Selon les dires de ce dernier, la présence dans ce laboratoire était provisoire. 

— Je me suis déjà présenté à vous, aussi, je tiens à dire à tous ici qu'une fois que nous aurons fait fonctionner l'imprimante de la salle informatique, des notes détaillées du contenu de cette réunion seront distribuées à tous.

Elle réajusta ses lunettes sur ses yeux, reportant son regard sur Hertz.

— Dîtes nous en plus sur cette fameuse "minutie". Où peut-on la trouver ? La quantité déjà disponible ? Et enfin, s'il est possible d'intégrer cette ressource à un système qui maximiserait sa précision ? Comme le ferait une horloge.

Tout en parlant, elle avait noté sur une feuille à part, pour elle-même : "nom des cyantifique en lien avec leurs domaines de recherches,expertises ?". 

Rapport d'activité de Bernard Scrutin:

Bernard demande à Effie de faire remplir le formulaire à Crevette
Souffle "septuor" à Dalton en prenant des notes.
Est trop contente de voir une politicienne.
Fait un dessin de Stirling
Prends des notes
Trouve Lucas trop choupinou
Pose des questions sur la minutie
Elabore les débuts d'une théorie fumeuse
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Ven 3 Avr - 17:17
     Alors que les autres Dessinateurs se présentaient, Crevette, de son côté, aiguisait les pointes de ses carreaux avec un air excessivement hostile. Quand vint son tour, elle darda un regard inquisiteur à l’attention de Hertz :
     « Il y en a combien, des comme vous ? Ils font quoi, les autres ? »
     Presque juste pour savoir si elle aurait assez de munitions. Et pour ce qui était de se présenter, certainement pas. Elle était encore trop à nerf pour envisager une seule seconde d’avoir une discussion posée.


Résumé :
Crevette ne se présente pas mais demande combien de cyantifiques sont présents.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 109
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Ven 3 Avr - 18:04

Un sourcil levé je regarde Bernard. Faire remplir à Crevette un papier de... gestion de conflit... Eh ben qu'est-ce que ce serait si elle lui avait proposé les cartes ou autres outils souvent utilisés dans la famille...

"Tu pense pouvoir cultiver des citrouilles en Ipomée aussi?"

Si les mots sont surement pas clairs, l'intonation, même chuchotée, ne trompe pas. "et 100 balles et un mars?" pourrait être une traduction approximative. L'explication me rend un peu perplexe. Pas de cycles jours nuits, et un caillou qui change de couleurs...

"Comme les heures d'Iftel?"

Évidemment je m'attend à ce qu'ils connaissent pas, hein, normal, c'est mon monde. Donc j'explique en 2 mots.

"C'est des stalagmites... tites? non stalagmites qui sont plus ou moins chaudes en fonctions des marées de lave du coeur d'Iftel. Certains Gingarels les utilisent comme des horloges, puisqu'à cette profondeur on voit pas le soleil. Y en a beaucoup de ces pierres?"

Est-ce que les caillous en questions seraient basés sur un tel cycle? Je sais pas, et honnêtement, si j'ai la réponse tant mieux, si je l'ai pas tant pis. Le gamin aux cheveux bleus (qui semble ravi d'avoir retrouvé sa... mère? Baby-sitter?) explique un peu la situation, de manière presque aussi claire que Crevette. Et signale ses trouvailles. Quand à Crevette, elle se présente même pas, et pose une question, à laquelle il me semble qu'il y a déjà eu réponse... A moins qu'elle ne parle plus largement? Bref dans tous les cas...

"Effilys Saghmoïran, Effie pour aller plus vite. 187 ans, vampire, chasseresse, et je crois que je viens d'être promue gestionnaire de communication pour Crevette ici présente... Je crois que j'ai trouvé de quoi fabriquer l'encre dont tu parle, Lucas, mais le protocole est trop complexe pour moi. Il nécessite en plus des lunettes de vision de nuit, que j'ai, et que je confierai à la personne qui sait y faire en alchimie de haut niveau."

En parlant j'ai montré Crevette lorsque je l'ai présentée, puis les lunettes qui sont toujours autour de mon cou. Et j'attends mentalement le "hein de quoi?" qui réagit souvent à mon âge ou à ma nature. Ou le "BRULEZ LA/TUEZ LA" qui est aussi assez fréquent, et dont je me méfie... Autant dire que j'ai "innocement" câlé mon pied contre le bord de la table, prête à me rejetter en arrière et à décamper.



Résumé:
Effie se moque gentiment des attentes de Bernard, s'interroge sur la minutite, se présente et annonce ses trouvailles... Et mine de rien se tient prête à réagir à une attaque du fait d'avoir sciemment révélé sa nature.


Code:
<transformation perso="Effie" /> | <transformation perso="Morgan" />
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 135
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Ven 3 Avr - 19:08


"Tu peux me confier cela Effie, mais j'aurais peut être besoin d'aide suivant ce que demande le protocole". Vesa ponctua sa phrase d'un petit sourire gentil en direction de la...

VAMPIRE !?!?!?!?!

Résumé:
Vesa se dévoue et réalise que Effie est une concurrente/collègue vampire
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 158
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Ven 10 Avr - 3:32
Isolde détestait les conflits. Elle détestait tout autant ne pas pouvoir y mettre fin de manière diplomatique en discutant. Cette impuissance la grugeait petit à petit. Néanmoins, elle refusait de se laisser abattre et préféra noter les informations reçues dans la réunion ou plus tôt, même si Bernard en prenait aussi (ils pourraient comparer leurs notes à la fin de la réunion.)

Notes:
Besoins :
- Eau (Dans la cafétéria? Demander à Lucas)
- Nourriture (Dans la serre et la cafétéria, demander à Lucas)
- Armes (Crevette, Effie, Mérovée, Watt et elle-même en ont) (couteaux, glaive, bouclier, )
- Encre (Garage et la pièce d'Effie)
- Matériel médical (Trousse de soin dans le camion, il y a sûrement une infirmerie quelque part)
- Équipements divers pour voyager
- Vêtements (Buanderie)
- Informations sur ce monde illogique

À faire :
- Faire un plan à partir des pièces découvertes par tout le monde (à dessiner sur les tableaux)
- Faire des équipes pour explorer/fouiller le reste du laboratoire (une personne en adulte et en forme par groupe)
- Établir des rôles?
- Demander à tout le monde de rapporter tous les objets ici pour triage utile/inutile. Peut-être aller chercher des sacs de toiles à la buanderie pour emporter tout?
- Questionner les Cyantifiques pour savoir où ils vont

Liste des arrivants :
NomMétierUtilité / Notes
MorganChat !?Peut se glisser dans de petits endroits, vision nocturne?
Rosalina NgwenyaPoliticienneNégociations? Prise de décisions?
StirlingObjetÉtait là avant la Tempête du 2-7-5, peut parler, pas agressif. À questionner plus tard
LucasEnfant 8 ansSait où est la cafétéria, a une pierre pour calculer l'heure
MérovéeSoldat ?Semble armé d'armes anciennes, peut se battre ? Blessé ?
Vesa HayhaChirurgienneSeule spécialiste médicale (pour le moment)
Bernard ScrutinBureaucrateSait où est la salle informatique
Effilys Sag... (Effie)Vampire !? Chasseuse...Sait où est la salle pour produire de l'Encre.
CrevetteEnfant ?Armée et agressive. Considérant Effie... Est-elle aussi plus vieille qu'elle ne le paraît ?
TriaireSoldat ?Armé.

Liste des Cyantifiques :
NomMétierUtilité / Notes
Hertz???(Il explique, chef?)
Watt???(a une arme, agressif)
Dalton??? (bavard, sympathique?)
??????(Celui du bureau sombre qui a besoin d'adhésif)
?????????
?????????
?????????

Cyantifiques mentionnés du laboratoire dans le passé :
- Lovelace ?
- Copernic ?
- Lecoq ?
- Pascal ?

Quoi qu'il en soit, c'était à son tour de se présenter.

« Isold-d-de, b-b-biochim-miste, je p-peux sûrement aid-d-der p-pour l'Enc-cre. Mon ami, le T-t-tiair-re n'est p-p-pas ici, m-mais si vous le c-c-croisez, c'est un sold-dat en t-t-tenue de rom-main. »

Ah, Effie... Normalement, Isolde aurait cru à un mensonge. Le problème, c'était que maintenant qu'elle regardait, on voyait bien les canines de celle qui n'était pas une enfant. Elle se pencha dans les direction des plus jeunes à sa portée pour leur adresser la parole à voix basse.

Messes basses à Effie et Crevette:
« Effie, soit gent-t-ille et d-d-dis moi qu-qu-que p-par vampire, tu ne veux p-pas d-dire que t-tu va vid-der de son sang p-personne et ça me va. »

Elle s'adressa aussi à Crevette dont le comportement paraissait soudainement nettement moins adorable en considérant que peut-être qu'elle n'était pas réellement une enfant, si elle était comme Effie.

« C-crevet-t-tte, just-te p-pour qu-que ça soit c-clair, t-tu as qu-quel âge d-dans t-ta t-tête ? »

Enfin, elle s'adressa à sa voisine, ayant constatée qu'un des derniers arrivés qui semblait avoir des cloques sur un bras.

Chuchotements à Vesa:
« Ce Mr Mér-rovée a l'air b-blessé au b-b-bras. Il y a une t-t-trousse d-dans le c-camion si t-t-tu v-veux l'assist-t-ter. »

La rousse se pinça l'arrête du nez, déjà fatiguée de cette réunion. Elle avait des questions à son tour, mais préféra les garder pour elle sur le moment afin de laisser les Cyantifiques terminer leur dissertation sur le temps de l'Esquisse. Elle choisit de les secouer en peu en posant des questions sur des sujets qu'elle n'aurait peut-être pas du connaître :

« Qu-qu'est-t-il arriv-vé aux aut-tres et à l’Oeuf? Lec-coq, C-Cop-pernic-c, Lovelace ? »

Elle réfléchit un peu et rajouta une question en se souvenant des propos de Lucas.

« L'ob-b-bjec-ct-tif est d-d'aller où ? »

Résumé:
Isolde prend des notes, se présente ainsi que le Triaire, s'adresse à Effie, Crevette et Vesa.
Elle questionne les Cyantifiques sur le passé et le futur.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 173
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
le Jeu 16 Avr - 19:20


L’explication semblait intéresser l’assemblée. Peut-être un peu trop d’ailleurs, puisque ce ne furent pas moins de quatre personnes qui posèrent des questions sans laisser le temps à l’homme de réagir, ce qui se traduisit en une sorte de demi-sourire un peu perturbé, tandis qu’il triturait la roche entre ses doigts en écoutant les dernières présentations.

Comme à chaque fois qu’il y avait une réunion avec les Dessinateurs, la foule de visages s’était renouvelée, et il lui faudrait retenir d’autres noms. Tandis que Watt notait les questions à la volée pour ne pas les louper, le cyantifique aux cheveux grisonnants essayait mentalement d’associer à chaque personne présente dans la salle la bonne voix, le bon nom, et toutes les informations supplémentaires qui avaient été données - un exercice auquel il n’était à vrai dire pas le meilleur du groupe.

Quand Isolde, dernière à s’être présentée, posa ses dernières questions, qui lui étaient directement adressées, Hertz en profita pour reprendre la parole.

« Cela fait beaucoup de questions à traiter. Certaines se recoupent, et d’autres abordent des sujets très différents, alors nous allons essayer de répondre à tout cela dans l’ordre. »

Il se pencha les notes de Watt, juste à côté de lui, et prit quelques longues secondes pour les survoler. Les deux adultes chuchotèrent vaguement, probablement pour se répartir le travail, ou pour convenir ce qu’ils allaient évoquer.

« Bien. Je vais commencer par répondre sur la minutite. »

La pierre continuait de rouler doucement dans le creux de sa main. Mais cette fois, Hertz ne la fixait pas, tâchant plutôt de regarder les personnes à qui il répondait.


« Je ne connais pas ces stalactites d’Iftel, mais elles sont assurément intéressantes, déclara-t-il avec une certaine curiosité dans la voix, qui tranchait un peu avec sa monotonie renfrognée (sans doute aimait-il bien plus parler de cyance que de conflits avec les Dessinateurs). Nos minutites proviennent toutes d’une même mine, que nous avons découverte et exploitée il y a longtemps pour permettre à ce système d’heures d’être adopté par toute la communauté. Il doit toujours rester des roches brutes là-bas, et il existe peut-être même d’autres mines que nous ne connaissons pas. »

Watt tempéra l’enthousiasme de son collègue, et celui qui aurait pu jaillir dans les yeux des bureaucrates : « Cependant, entre la matière brute et les roches que nous tenons, il y a un certaines nombre d’étapes, dont la première est l’obtention de ladite matière, et il n’y a pas de mine sous le Laboratoire.
- Il doit bien rester des pierres rester dans la réserve.
- Sans doute, si quelqu’un ne s’est pas servi entre temps. »

Avant de commencer ce qui serait sans doute un long échange sur la logistique des cyantifiques et la probabilité ou non de trouver quelque chose d’intéressant dans cette pièce, Hertz reprit là où s’était arrêté :

« Quoi qu’il en soit, il est sans doute possible d’en trouver quelque part dans ce laboratoire, peut-être assez pour chaque personne ici. Pour augmenter la précision des minutites, nous devons en prendre soin, et les synchroniser régulièrement pour compenser les déformations potentielles engendrées par l’Esquisse. Cela n’empêche pas les écarts, mais permet de les réduire. Quant à la synchronisation, elle consiste à... - il chercha ses mots un instant - ajuster ses données par rapport à un référentiel plus simple, mais ce serait plus parlant de le montrer. »

Puisque personne ne l’avait évoqué, il supposa que personne n’avait encore trouvé cet objet auquel il faisait référence. Cela serait probablement plus simple d’y amener Bernard Scrutin ultérieurement que de chercher à l’expliquer.



« Nous allons maintenant répondre aux questions... d’Isolde, et de.. Hm. »

Il fixa celle qui se faisait vraisemblablement appeler « Crevette » par ses congénères, incertain de vouloir s’aventurer à prononcer ce nom face à quelqu’un qui semblait prêt à reprendre les hostilités sur un coup de tête. Puisque Watt était déjà sur le qui-vive, et que Dalton profitait de sa position au milieu des dessinateurs pour écouter les conversations discrètement, ce fut à nouveau à celui qu’ils considéraient comme leur chef d’exprimer la voix des « cyantifiques rebelles ».

« Vous êtes plusieurs à vous poser des questions sur là où nous allons, ainsi que sur les autres cyantifiques qui ont habité ce laboratoire, ou que vous avez croisé par le passé... »

Il inspira. Il était relativement simple de répéter la question, moins d’y répondre - et encore plus ardu de leur faire face alors qu’il avait tant de fois échoué à leur répondre. Qu’attendaient-ils de lui ? Dans quel sens devait-il aller ?

Il inspira à nouveau. Il fallait commencer par le plus simple.


« Comme l’a dit Lucas, les cyantifiques étudient l’Esquisse, mais ne s’intéressent pas à l’existence d’autres mondes, ou d’une quelconque porte de ‘sortie’, si elle existe. Si le fait d’être un cyantifique ne tient qu’à cette définition, alors leur nombre est élevé, mais inconnu, puisque changeant en permanence. Par ailleurs, à condition d’embrasser ces principes, n’importe lequel d’entre vous pourrait choisir d’être un cyantifique, et serait reconnu comme tel par la plupart d’entre nous, quelles que soient ses opinions, ses souvenirs et ses activités... »

Cependant...

« Pour d’autres, être cyantifique implique d’avoir fait partie d’une certaine communauté, qui rassemble ceux d’entre nous qui sont les plus anciens, ainsi que ceux qui ont été acceptés par eux. C’est eux.... hmm, ou plutôt nous, qui avons conçu puis maintenu la plupart des bâtiments et outils des cyantifiques. Nous sommes environ 117, incluant les trois personnes que vous avez mentionné. »

117.

Un nombre qui ne faisait presque que descendre. Il était normal, et banalisé, que la population générale des cyantifiques change en permanence, mais quand cela concernait l’un de ceux qu’il avait connu avant même que les dates existent pour mesurer le temps, il était difficile de ne pas les regretter. Après tout, dans un monde où l’on s’est habitué à la vie éphémère, vivre si longtemps sans subir d’altérations profondes par l’Esquisse était une sorte d’éternité miraculeuse.

Mais ce n’était pas encore la réponse qui les intéressait.

Après tout, nul camp ne se souciait vraiment des morts qui survenaient dans l’autre, et la question n’avait sans doute que pour but d’évaluer une menace.

La menace que les cyantifiques représentaient.

Peut-être était-ce en fait cela, qu’il fallait évoquer en premier.

« Pour vous, aucun d’entre nous, y compris ceux qui forment des groupes bien plus grands que le votre, n’a vraiment de raisons d’être craint. La plupart ne connaissent pas votre existence, ou ne s’y intéressent pas tant qu’elle n’interfère pas avec la leur. Ils ont, en quelque sorte... D’autres priorités, dont la principale est simplement de vivre. »

Il avait hésité à employer le terme de « survivre », mais ce n’était vrai que pour une partie d’entre eux. Le verbe « vivre » était probablement le seul à même de regrouper toutes les conceptions différentes de la vie qui existaient au sein même des cyantifiques, avec une variété qui n’avait rien à envier aux Dessinateurs.  

« En d’autres termes, si vous décidez d’être une menace pour nous, nous le serons également pour vous, mais nous ne voudrions pas en arriver là, nous avons aucune raison pour. Cependant, certains extrêmes sont, au niveau individuel, hostiles au simple fait que l’autre existe, quel que soi le camp ; c’est pour cela que toutes les rencontres que vous ferez ne seront pas positives, et que certains d’entre vous nous menacent avant même de nous adresser la parole. »

Son regard fusa furtivement vers Crevette. Ce n’était pas elle en particulier qu’il visait, puisque la soldate n’était qu’une énième personne à agir de la sorte.

Même si Hertz ne pouvait compatir, il avait aussi fini par comprendre quelque chose. S’il ne s’agissait pas d’une nouvelle erreur.

« Malgré tout, l’absence de menace clairement énoncée ne suffit pas à créer une relation d’entente. Vous avez besoin de pouvoir nous faire confiance, et il en est de même pour nous. »

À côté de lui, Watt releva un sourcil. Évidemment, il était d’accord avec le fond, mais pour ce qui était de la forme...

« Vous ne savez presque rien de nous, et la réciproque est vraie. »

L’ignorance mutuelle.

Était-ce l’ignorance qui amenait l’incompréhension, l’hostilité et la crainte ? Si tel était le cas, cela n’entrait-il pas en contradiction avec l’idée selon laquelle garder le maximum de choses secrètes était une forme de défense ? Ou était-ce justement le fait de chercher à se défendre et à entretenir l’ignorance, quand bien même il n’y avait pas de raison particulière de la briser, qui était en cause ?

Hertz ne pouvait trahir la prudence de ses plus proches alliés. Qu’il s’agisse de Watt, d’Averroès, de Marie Curie, de Wilkins, de Dalton et de Watson, chacun d’entre eux étaient différents, mais ils lui faisaient tous confiance. Et aucun d’entre eux ne pouvait croire aveuglément qu’aucun de ces visages qui se tenait là n’allait tenter de leur nuire, quand bien même il n’y avait aucune raison de le penser particulièrement.

« Avant de répondre à votre question, Isolde, nous allons donc vous la retourner. Où comptez-vous aller ? Quelles étapes comptez-vous mettre en place pour trouver quelque chose d’aussi vague qu’une ‘sortie’ à l’Esquisse, tout en assurant votre survie par vos propres moyens ? »

Il était temps de leur laisser la parole.


Explications pour la suite :
• A condition de ne rien dire ou faire qui remettrait en cause la suite, vous pouvez réagir à ce long post au milieu  (par exemple, si vous voulez commenter entre la fin de la minutite et le passage à la suite), en précisant bien à quel moment vous intervenez. Considérez cependant que vous n'avez eu que très peu de temps, et que toutes les questions devront être posées après pour que ça soit plus simple.
• Pour la suite, afin que l'ordre de post soit plus clair, merci de bien distinguer ce qui relève de la conversation principale (ce qui se dit à voix haute) et ce qui relève des dialogues chuchotés ou dits plus bas à votre voisin de table.
• Concernant la conversation principale, merci de limiter le nombre de questions sur des sujets très différents entre deux posts des cyantis pour soulager la peine du MJ Q_Q J'essaierai d'intervenir le plus souvent possible.
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 379
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Jeu 16 Avr - 22:40
Rosa, Stirling et Lucas (ne concerne pas vraiment le reste de l’assemblée) :
     « Lucas ! Comme j’ai eu peur ! »
     Holà, mais c’est que le petit allait vite, et qu’elle avait les mains chargées. Alors qu’il passait sous la table, elle posa son marteau-cuiller, alors ses petits petons se rapprochaient en tambourinant et avaient dépassé le centre du plateau central, elle posait sa valise sur le rebord, et alors que sa tête dépassait et qu’il commençait à dégainer larmes et bras pour la saisir, Rosalina eut juste le temps de poser Stirling à côté de sa mallette pour réceptionner Lucas. Et lui passer la main dans les cheveux comme pour le recoiffer avec un air aussi maternel qu’elle pouvait dégager, ce qui était à la fois fort peu – l’idée même d’avoir des enfants ou de devoir s’occuper de l’un d’eux lui faisant horreur – et largement assez – car elle savait très bien simuler.
     Quelqu’un qui aime les enfants et les animaux ne peut pas être quelqu’un de mauvais. C’était bon pour son image.



Considérations diverses (Je mets le raisonnement de Rosalina la faisant arriver à ce qu’elle dit en masqué, parce que c’est long, genre bien long. Ne vous sentez pas obligé de tout lire.) :

     La nature du groupe se précisa. Une chirurgienne, mais au tempérament fort sanguin, une rond-de-cuir, personnage que Rosalina considérait comme à la fois insipide, parasite et absolument indispensable, une fillette fort armée et au nom ridicule, une avec une arbalète, et une bègue qui compensait son défaut par une certaine concision et la capacité de poser les bonnes questions. Un mix intéressant.
     Et en face, lesdits cyantifiques.
     Les questions techniques à propos de la minutite indifféraient Rosalina au plus haut point. De quoi manger, boire, se mouvoir et se défendre étaient des préoccupations bien plus importantes que de savoir l’heure.
     Le reste, en revanche, était bien plus de son ressort. Les cyantifiques se sentaient ainsi chez eux dans l’Esquisse, autochtones, pour ainsi dire, et pour eux, les Dessinateurs n’étaient jamais que des cyantifiques en puissance. C’est clairement ce que signifiait le fait que n’importe qui pouvait y entrer ; ils avaient tout intérêt à laisser des portes ouvertes aux Dessinateurs, un environnement aussi hostile et aux communautés humaines apparemment si fragmentées en entités indépendantes ne devant pas être propice à un accroissement naturel de la population. Ce sentiment d’autochtonie était, supputait Rosalina, le fondement autant psychologique que stratégique de la situation.
     Tout d’abord, les cyantifiques n’ayant aucun intérêt à sortir de l’Esquisse, ils ne risquaient pas d’aider les Dessinateurs à sortir. Ce serait pour eux engager des ressources dans l’aide apportée à un groupe n’étant pas le leur, qui ne partageait pas leurs intérêts fondamentaux, et qui savait se montrer particulièrement rétif et indépendant. Un individu rétif, indépendant, par nature méfiant (ou rendu méfiant par le comportement de l’autre ; les cyantifiques récoltaient ce qu’ils sèment, selon Rosalina) qu’on aide à survivre va nécessairement se retourner contre soi. Crevette semblait en être un exemple. Inconsciemment ou non pour les deux parties, les cyantifiques l’avaient aidé, en la laissant arpenter et piller à sa guise une de leurs propriétés pour y trouver de la subsistance, et pour une raison qui échappait à Rosalina – mais dont elle avait bien moins cure que de ce cela produisait comme situation –, Crevette semblait agitée par le besoin pressant de fumer une blouse blanche.
     Ces constatations laissaient une inconnue majeure : Pourquoi, alors que les Dessinateurs ne partageaient pas leurs intérêts et qu’ils pouvaient même s’avérer hostiles, les cyantifiques avaient-ils consenti à les aider ? En clair, que faisaient Dessinateurs et cyantifiques autour d’une table de réunion ? Ce Hertz, chef apparent, ne semblait pas particulièrement humaniste ou généreux.
     La réponse semblait être contenue dans l’affirmation qu’est cyantifique qui veut l’être. Cent dix-sept personnes, il aurait fallu se poser la question de savoir si ce nombre était en baisse ou en hausse, mais dans les deux cas, cela ne faisait que rendre plus ou moins pressant le fait suivant : les cyantifiques ne pouvaient perdurer comme groupe qu’en recueillant l’assentiment d’étrangers.
     On pouvait se hasarder à cette conclusion : L’intérêt des Dessinateurs était de partir, l’intérêt des cyantifiques était de les faire rester.

     Puis venaient les autres considérations plus géopolitiques. Il existait donc d’autres communautés isolées, potentiellement autarciques. Ce qui était alors curieux, c’était que ce Hertz présente l’état d’esprit cyantifique comme le seul existant, ou le plus répandu. Pourquoi était-ce le cas ? Enfin qu’importe, les soucis étaient bien assez grands ici pour s’enquérir de ceux des autres.
     « l’absence de menace clairement énoncée ne suffit pas à créer une relation d’entente ». Au contraire, c’était même la principale source de défiance. Impossible pour Rosalina ou les Dessinateurs en général d’être ami avec ces gens, déjà parce qu’ils ne se connaissaient pas depuis assez longtemps, mais aussi et surtout parce qu’ils avaient des intérêts qui en plus d’être divergents étaient très probablement contraires. Mais enfin, avoir des intérêts contraires n’était pas forcément problématique, entendu que les deux parties étaient dotés d’une capacité de frappe et de riposte qui rendait le fait de pas ou peu remplir ses objectifs moins coûteux que de tenter de les remplir en provoquant un conflit. Or, justement, cette capacité de frappe et de riposte, ingrédient central du très fameux équilibre de la terreur ; principe dont les capacités à maintenir la paix et même à permettre la coopération n’étaient plus à prouver, était ici difficile à estimer. L’équilibre de la terreur ne vaut que si on affiche la menace qu’on représente (dans une certaine proportion : assez pour que l’ennemi ne se croie pas en position de force et attaque, menant à un scénario où les deux protagonistes risqueraient de mourir, mais pas trop, sinon trouver une riposte peu risquée serait trop facile).
     Cent dix-sept personnes, mais que trois devant eux, et huit au total au labo ? Ils étaient en sous-nombre, et dans cette pièce, sous-armés. La seule Crevette pouvait, avec un peu d’aide, les défaire tous. Assez paradoxalement, les Dessinateurs avaient l’avantage tactique. Là, trois options s’ouvraient.
     Hertz était moins intelligent qu’il n’y paraissait, ou avait fait une bourde, ou, ce qui revenait au même, croyait en la bonté de son prochain, et ce en dépit de ce qui ressemblait à des expériences passées fort négatives.
     Les autres cyantifiques, même en infériorité numérique, disposaient d’une puissance de frappe supérieure, et auquel cas, Hertz ne voulait employer la notion d’équilibre de la terreur qu’en dernier recours pour quelque raison lui étant propre, mais ne l’écartait pas de la table.
     Les cyantifiques étaient, comme le soupçonnait Rosalina par leur faible nombre et puissance de feu, incapables d’opposer une riposte qui aurait rendu valide un équilibre de la terreur, mais pariaient de fait sur la rationalité de ceux-ci. Les cyantifiques disposaient de certaines choses indispensables à la survie des Dessinateurs, comme la localisation d’autres bâtiments remplis de nourriture. Les Dessinateurs ne tueraient donc pas ceux représentant leurs meilleurs espoirs de survie…
     … ou de remplir leur objectif, à savoir quitter l’Esquisse. Hertz avait posé une question bien étrange à Isolde. Elle qui était à peine arrivée, que pouvait-elle en savoir ?, à quelle réponse devait-il s’attendre sinon à un : « Je n’en sais rien ? » À rien d’autre que ce qui lui permettrait de dire, probablement : « Je m’en doutais. Figurez-vous que peux vous aider, mais ce ne sera pas gratuit. »
     C’est ce que nous allons voir.



     « Si je puis me permettre, Hertz, Isolde, j’aimerais que nous conservions l’ordre de parole horaire. Vous posez là de nombreuses questions, autant ou plus que vous n’apportez de réponses, et il est possible que les tenants et aboutissants de la question de savoir s’il faut sortir et comment intéressent plus d’une personne. »
     Elle balaya du regard l’assemblée, avec toujours Lucas collé à elle, ce qui n’était pas des plus commodes pour se tourner.
     « Je vous invite tous à faire un autre tour de table, pour éclaircir les différents points soulevés par notre hôte, et après, j’aimerais que nous organisions quelque chose. Voyez-vous, nous sommes présentement un groupe par la force des choses uniquement, et Hertz nous a signalé comme ne faisant pas partie du sien. Je pense en effet qu’il ne serait pas bon que nous nous entre-tuions – du moins, pensa-t-elle, pour le moment –, et, comme notre sort à tous, que nous le voulions ou non, est lié, il faudrait que nous fondions notre propre groupe, et agissions comme tel, plutôt que comme des individus isolés. Ce que je vous propose d’organiser est la chose suivante : un vote. Vous pourrez décider si oui ou non vous souhaitez rejoindre un groupe ayant pour objectif la sortie de l’Esquisse et le retour sur Terre. Bernard, dès que possible, j’aimerais que vous veniez me voir pour que nous organisions cela. »
     Ceci étant dit.
     « Ma question, maintenant, Hertz. En admettant que vous disposiez de moyens théoriques et ou techniques pour nous faire revenir d’où nous venons, seriez-vous disposé à les partager avec nous, et si oui, à quel prix ? Avant que nous commencions à chercher de nous-même, il faut que nous nous assurions que ce que nous cherchons n’est pas sous notre nez, mais caché à notre vue. »



Résumé :
Rosa propose d’organiser un vote pour savoir qui parmi les Dessinateurs voudrait rentrer sur Terre, et demande à Hertz si lui dispose d’un moyen d’y rentrer, et à quel prix serait-il prêt à le céder.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 2 ULT8Krs
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 158
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Dim 19 Avr - 2:10
Trop d'informations. De toute façon, le garçon était distrait par la main dans ses cheveux. Rosalina était vraiment la meilleure !

Lucas aurait pu réagir à plusieurs sujets, mais il avait un rôle à jouer. Aussi, une fois que sa voisine se tue, il se détacha d'elle a regret et leva la main comme un élève et prit la parole.

« J'ai rien compris ! »

Trop de mots compliqués, de phrases à rallonges... Même s'il jouait un enfant assez intelligent, il était normal d'être perdu un peu. Il rajouta un peu plus tristement un commentaire.

« Je veux pas retourner à la maison... »

Libres aux autres d'interpréter pourquoi, leur imagination serait sûrement meilleur que la sienne. Enfin, il partagea son point de vue sur les Cyantifiques en les désignant d'un mouvement de la tête.

« Mais je veux pas être mangé non plus. Quand on joue un nouveau jeu, c'est souvent celui qui connait mieux les règles guide les autres parce qu'il sait comment ça marche. C'est pareil ici. Faut nous dire comment ça marche. »

Ou plutôt, dans un environnement hostile, sans repères, sans équipement, sans informations, sans secours, sans renforcements et complètement perdu, se fier au locaux pour nous guider était la seule option possible, même si on ne pouvait leur faire entièrement confiance et qu'il fallait toujours se préparer à être poignardé dans le dos. Au minimum, il fallait extraire d'eux le plus d'informations possibles. Idéalement de plusieurs sources pour les comparer et savoir qui ment.

Résumé:
Lucas donne son avis sans poser de questions.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum