Le Deal du moment : -56%
-56% sur le jeu MOTOGP 21 sur PC
Voir le deal
20.59 €

Les maladies d'Esquisse

Folie d'Esquisse
Messages : 784
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Dim 30 Sep - 14:27

Les maladies d'Esquisse



Parce qu'ici, on peut faire beaucoup de choses, mais aussi tomber malade. Ceci est donc un message de prévention, adressé à tous les médecins en herbe.

I. Quand la varicelle n'est plus qu'une simple maladie infantile...



Vous avez sans doute attrapé la varicelle étant petit, vous savez, avec tous les boutons que vous rêvez de gratter jusqu'au sang ? Eh bien, celle-ci existe aussi sur Esquisse, sauf que tout le monde peut l'attraper et que les boutons qui apparaissent sur tout votre corps ont une drôle de forme... En effet, ce sont des petits poneys très mignons qui se baladent un peu partout, comme si un dessin animé tout mignon se déroulait sur votre peau. Mais qu'est-ce que ça gratte par contre...
Comment la soigner ?

II. Quand on se met à régurgiter du vomi de Nyan Cat.



L'Esquisse a toujours eu un grand sens de l'esthétisme. Elle aime bien tout ce qui est joli (même si parfois ses goûts sont douteux, je vous l'accorde). Alors ici, même le vomi paraît sympathique, car c'est un véritable arc-en-ciel qui s'échappe de votre bouche ! Et lorsque vous le recrachez, dans des souffrances atroces de préférence (c'est une maladie, quand même), il se met immédiatement en place. Bon c'est très joli, mais quand on a vomi dix arc-en-ciels en cinq minutes, cela devient énervant n'est-ce pas ?
Comment la soigner ?

III. Quand on n'a pas forcément envie de défier les lois de la gravitation.



Là, je vous conseille d'être friand de sensations fortes ! En effet, lorsque vous attrapez cette étrange maladie vous êtes immédiatement happé vers le ciel, comme si celui-ci voulait vous avaler et vous tenir emprisonné entre ses images... Bref, vous voilà les pieds en l'air, et je vous conseille fortement d'être accroché à quelque chose, que ce soit un objet, ou le cuir chevelu d'un dessinateur... Tout et n'importe quoi, mais par pitié, gardez les pieds aussi prêts que possible de la terre !
Comment la soigner ?

IV. Quand on se met non pas à dire, mais à tousser la vérité.



Allons donc, vous voilà pris d'une forte toux qui ne semble jamais vouloir s'arrêter ! Bon, cela, à force, on finit par s'y accommoder... Sauf quand vous vous mettez à tousser des lettres. Au début elles s'affichent dans le désordre, puis elles se mettent à former des mots... qui expriment votre véritable pensée à l'égard de la personne que vous avez en face de vous. Vous dîtes la vérité sans le vouloir, cela peut être dérangeant si vous étiez le roi des menteurs non ? D'autres fois, ces mots sont affichés dans le désordre et disent le contraire de votre pensée. Par exemple, si vous détestez quelqu'un ils peuvent afficher "I love you". Bien sûr c'est complètement aléatoire, il arrive que vous toussiez le contraire de ce que vous aviez dit peu de temps auparavant !
Comment la soigner ?

V. Quand on se met à pousser des cris bestiaux.



Terrible chose qu'est cette maladie. N'avez-vous jamais rêvé d'être un joli petit animal tout mignon, rien que quelques temps ? Maintenant, c'est possible ! *musique débile de publicité* Une fois le virus incubé, vous vous transformez progressivement en animal, mais pas celui que vous désirez être, hm ? Passons, voyons les différentes étapes de cette maladie, en prenant l'exemple type du canard : dans les premiers jours, vous ne pourrez vous empêcher de dire "coin-coin" à tout bout de champ, et même en plein milieu d'une phrase. Par la suite, vous vous transformerez progressivement en canard : vos pieds deviendront jaunâtres et seront palmés, des plumes vous pousseront sur tout votre corps qui se déformera dans les semaines à venir. Vous voilà désormais dans la peau d'un canard, prenez garde à ce qu'un affamé ne convoite pas vos jolies cuisses...
Comment la soigner ?

VI. Quand on devient méchant sans le faire exprès.



En fait, c'est comme si vous étiez l'enfant caché d'Agrippine et de Sacha. Et que vous aviez, bien entendu, accumulé tous leurs défauts (aah, les merveilles de la génétique...). Il arrivera un jour où vous deviendrez complètement paranoïaque, et désagréable avec tout le monde. Comme si, sans raison apparente, vous aviez envie de les assassiner, ou de les fuir, au choix. Vous ne dormez plus, ne sortez plus de chez vous, et quiconque vous approche en pâtit sévèrement !
Comment la soigner ?

VII. Quand l'on trouve une varicelle version hardcore.



Relisez donc le I. avant d'entamer l'analyse de cette maladie. C'est bon, vous l'avez bien en tête ? Alors allons-y ! Cette fois, il s'agit de la version évoluée de la varicelle (oui, comme dans Pokemon) si vous ne la soignez pas immédiatement ! Cette fois, le dessin animé qui se déroule dans votre chair devient de plus en plus violent, il y a encore plus d'action, et par conséquent... Vous avez encore plus envie de vous gratter, et ce sans vous arrêter, même si c'est jusqu'au sang !
Comment la soigner ?

VIII. Quand même Liam ou Oleg n'est pas aussi bruyant que nous.



En fait, c'est comme si l'on vous avait fait ingurgiter une boîte entière de vitamines C, que vous aviez bu des litres de jus d'orange et que vous vous étiez pris une bonne dose d'électricité. En d'autres termes, vous ne pouvez vous empêcher de bouger, de hurler, de danser et de chanter (comme une casserole de préférence), quitte à ce que l'on vous prenne pour un fou. Donc, il vous est impossible de dormir ou de manger (enfin c'est possible, mais compliqué), ainsi que d'autres activités... calmes. De quoi rendre une foule en délire jalouse du boucan que vous faîtes !
Comment la soigner ?

IX. Quand on se met à ressembler à un dieu indien.



C'est là que vous ressemblez le plus à quelque chose d'Esquisse qu'à un humain. Des bras et des jambes commencent à vous pousser n'importe où, sur les épaules, sur la tête, et des yeux globuleux et fixes se mettent à apparaître à des endroits plutôt insolites, vos pieds ou vos mains par exemple. Bon, pour fêter Halloween c'est pas mal comme déguisement, mais comme il n'y  a pas encore de festivités, cela peut être gênant, non ? Quoi que, avoir 10 bras c'est parfois utile...
Comment la soigner ?

X. Où il nous prend l'envie irrésistible de faire des figures avec des rollers


Vos cordes vocales s'étirent, et tandis que vous commencez déjà à rouler -vous servant avec plus ou moins d'habilité de tout ce qui peut occuper la fonction de rollers- sur la piste ou sur les gravats, vous criez tel un animal enragé. Ou, plus précisément, vous wiiiizez dans la joie et la bonne humeur à qui osera vous parlez, et ce -malgré vous- avec toute la force dont vous disposez. Ce que beaucoup nomment avec effroi la Mogywiiizite vient de vous atteindre, et plus personne n'échappera à votre "WIIIIIIIIIZ" dantesque pendant quelques temps.
Effets secondaires : voix cassée pendant les jours suivants la maladie.
Comment la soigner ?

XI. La Girlite Aiguë



Véritable fléau de toute personne virile qui se respecte, la Girlite dans sa forme la plus virulente est aussi très pénible pour l’entourage du patient. Contractable par simple inhalation d’une forme particulière de paillettes, les premiers symptômes ne se font pas attendre, transformant n’importe quel sujet en… parfaite jeune fille en fleur. Engouement pour les choses mignonnes et défaillance devant les beaux jeunes hommes sont parmi la liste des comportements les plus communs. Si rien n’est fait pour guérir le patient, la maladie peut ensuite passer au palier suivant, dit de « l’Adolescente », « Petite Peste » ou « Chef des pom-pom-girl », malheureusement assez transparent. Ou, de façon plus classique, le stade « Princesse ». Il arrive toutefois que la Girlite ne dépasse pas le premier stade, entraînant cependant une aggravation nette des symptômes, dont des « Kyaaaa » aussi stridents que poussés sans raison. Consulter rapidement.

XII. La polytikïte



Où l'on se sent l'envie irréparable de remettre en cause tout ce que les gens ont dit, de douter de ses propres actes, d'engager une discussion philosophique sur les cornes ou de débattre en place publique sur l'utilité de se mettre une pomme sur la tête. Un désir de réfléchir, donc, à ceci près que la réflexion n'est absolument pas portée sur les thèmes actuels - enfin, direz-vous, qu'y a-t-il de plus important que la couleur du vernis que l'on porte avant de se coucher ? Rien, et c'est bien ce qui rend la polytikïte difficile à gérer. Ces élans de débat sont difficilement contrôlables et peuvent même entraîner une déprime profonde s'ils ne sont pas exprimés. Allant même jusqu'aux envies de suicide philosophique. À contrario, la résolution des problèmes "existentiels" peut apporter une intense joie au malade, mais pas à son entourage...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum