2 résultats trouvés pour logique

par Invité
le Ven 23 Juin - 21:02
 
Rechercher dans: Base militaire
Sujet: [Jour 16][Fin P4] PRANK : Je fais croire à Ziza que les logisticiens sont utiles. [Avec Ziza][Eh oui]
Réponses: 4
Vues: 1164

[Jour 16][Fin P4] PRANK : Je fais croire à Ziza que les logisticiens sont utiles. [Avec Ziza][Eh oui]

Ziza observait une des figures de pierre d'un œil suspicieux. Elle avait passé la journée à essayer de mettre en garde ses amis du club des étoiles de mer contre les gargouilles, à essayer d'éloigner Emi de leur portée… et voilà que ces dernières avaient eu la bonne idée de se figer un peu partout  dans le bâtiment. Le moins qu'on puisse dire, c'est que leur comportement - ou absence de comportement, pour être plus précis - était louche. Des objets immobiles l'étaient toujours.

Règle n°4 de survie dans l'Esquisse : Un objet qui bouge est dangereux. Un objet qui ne bouge pas le sera sûrement plus tard.

Elle effleura la statue avec précaution, s'attendant encore à la voir s'animer à son contact. La présence des gargouilles rendait les couloirs encore plus déroutants qu'à l'ordinaire. On se serait cru au beau milieu d'une installation artistique. Peut-être que contrairement à l'idée que s'étaient faite tous les dessinateurs s'étant essayés à la métaphore, l'Esquisse était l'artiste et non l'œuvre ? Le concept méritait d'être creusé…

Irationnal Gargouilles, par Esquisse, l'exposition temporaire qui rend les visiteurs fous. Avec son entrée gratuite, on peut dire que vous n'en aurez pas pour votre argent.

En attendant, il était hors de question qu'elle passe la nuit en compagnie de ces gargouilles. Si ce monde avait décidé de reproduire des scènes de La nuit au musée, ce serait sans elle. Dormir avec une vieille poupée était probablement plus rassurant que de se trouver inconscient à côté de ces blocs de pierre.

Il devait bien exister un moyen de les déloger. Ne pouvait-elle pas profiter de leur inactivité pour s'en débarrasser ? Elle n'arriverait certainement pas à les déplacer toute seule, mais peut-être qu'en demandant à Cydna ou à Kim de l'aider…

« Tiens, le goûter du club des étoiles de mer a pris fin ? »

Ziza leva les yeux au ciel. Il ne manquait plus que les sarcasmes de ce crétin de rouquin pour illuminer sa journée. Contenir Play n'avait pas été suffisamment fatiguant comme ça.

Tiens, tu n'es pas encore assez dépressif pour fermer ta gueule ?

« Al, franchement, j'ai pas envie de jouer à ça. »

Elle n'avait pas envie de recommencer. Pas envie de craquer comme l'autre soir.

« Mais si tu veux te rendre un peu utile pour la Base, pour une fois, tu peux chercher avec moi comment se débarrasser de ces trucs. »

Ou rendre service à l'humanité et aller te perdre ailleurs.

Résumé:
par Invité
le Dim 13 Mar - 0:02
 
Rechercher dans: Base militaire
Sujet: [Cuisine/Infirmerie] Remuons le couteau dans la plaie ! ♥
Réponses: 29
Vues: 3001

[Cuisine/Infirmerie] Remuons le couteau dans la plaie ! ♥

Il y avait trop de dialogues dans mon dernier post, alors je n'ai pas pu renouveler ce miracle ici et ce post-ci ne sert à rien pardon.


Elle hochait la tête et à vrai dire Ambros était déjà en train de se demander s'il n'aurait pas dû se taire. Jusqu'à ce qu'elle parle il n'aurait pas cru d'ailleurs qu'elle dirait quelque chose en fait car c'était qu'il n'y avait rien de particulier à dire et pourtant elle était gentille il devait l'avouer. Ce n'était pas Artémis qui lui criait tout le temps dessus, ni Anna qui le battait au bras de fer, ni Cydna qui était toujours sur le point de lui brûler l'autre moitié, ni Ziza et Emi qu'il enviait à vrai dire beaucoup d'être des enfants. Il n'était pas certain mais probablement que cette fille-ci était adulte. Enfin, en âge de réaliser à quel point il était stupide.

Mais devait-il lui parler parce qu'elle semblait gentille ? Il ne se serait probablement pas fait prier, surtout après les caramels, mais c'était différent maintenant qu'il avait cru lire le rire dans les yeux de Striky. En un sens c'était peut-être mieux s'il faisait rire les gens avec ses histoires… En un sens seulement.. et… à nouveau il tournait les iris vers autre chose de moins intéressant.

Si un vieux n'était pas sorti de nulle part pour empoigner confortablement une bonne part de caramels, il serait probablement resté planté là comme un cachalot aux yeux de merlan frit. Là où un mince fil se tissait à la vitesse de l'érosion des Alpes, quelqu'un venait à nouveau de marcher dessus avec des bottes cloutées. Et une conversation, oh ciel.

Quelqu'un qui parlait tellement vite qu'il ne laissait pas la minute règlementaire et habituelle de réponse. À vrai dire Ambros le regarda simplement servir la table pour un repas totalement improvisé et il ne savait absolument pas s'il devait se sentir joyeux ou au contraire fuir à toute vitesse quitte à abandonner celle qui était gentille.

Non, l'abandonner était trop cruel. D'autant qu'il avait faim et culpabilisait, lui, de soutirer des bonbons à quelqu'un… À la place, comme il connaissait à peu près la cuisine, il se leva et alla chercher ce fameux saucisson dans quelques placards sans réagir plus que ça à la remarquer sur ce fameux Louis qui organisait des festins.

Et de façon totalement normale, il marmonnait par monosyllabes pour dire que ça n'était pas là ou que ça ne convenait pas.

Ou comment trouver une autre façon de fuir.

Il finit par tomber né à né avec ce qui ressemble - à une forme près - à l'aliment convoité. Mais était-ce vraiment une bonne idée ? Il regarda rapidement ce vieil homme aux airs vaguement étranges et au chapeau plutôt cocasse. Hmm… Même lui en doutait légèrement.

Heureusement qu'il fut du genre à faire à peu près tout ce qu'on lui demande, pourvu que ça ne soit pas réfléchir. Finalement, par un « Il est là » très explicite, il donna en sacrifice ce malheureux morceau de charcuterie.

Et puis ce vieil homme avait parlé de crème chantilly !

Spoiler:

Sauter vers: