[Cour Intérieure] Les trous, c'est chouette.

avatar
Invité
Invité
le Mer 8 Oct - 7:39
Ambros était mignon. Dans son genre. À dire qu’il le suivait, alors que leurs mains étaient encore liées et que physiquement c’était donc assez compromis. Play avait affiché une expression affectée, compréhensive, comme si le cas de son compagnon était déjà statué et irréfutable. Que l’on ne pouvait rien y faire. Expérience d’une courte mais probante observation pendant son séjour. Ambros et son animal de compagnie, enfin sa gelée, enfin le truc qu’il appelait Maximilian, tout une histoire.

Bref, il avait un côté attendrissant, en quelque sorte. Mais fallait croire que Play préférait les roux, car son camarade était plus que classé au second plan de ses pensées. Aussi, il avait beau avoir lancé la course et tout le tintouin, il était un peu… distrait. Alors quand Ambros s’emmêla les pieds, il se laissa entrainer, bien malgré lui, dans l’impressionnante gamelle digne de plus grands dessins animés. Et bon sang, de quelle peau de banane parlait-il. Même Play n’aurait pas tenté le coup de la peau de banane. C’était pas un classique hypra-réchauffé, c’était un fossile inutile. Personne ne s’y laisserait prendre. Et il espérait encore qu’Ambros n’était pas… Enfin, restait qu’ils ne s’étaient pas loupés.

Le gamin se releva en grimaçant un peu, pas super ravi par son manque de jugeote sur ce coup-là. Il avait encore un peu besoin de sa tête, faudrait donc qu’on arrête un peu de taper dessus, ce serait bien aimable. Play renifla et constata qu’ils étaient dans la cour intérieure. Chouette étendue de terre sans intérêt. Bon. Peut-être que ça ferait un point de départ acceptable. Peut-être. Elle avait l’air si banale qu’elle cachait peut-être un truc. Peut-être. Play épousseta son short et se redressa avec un grand sourire pour Ambros.

▬ Envie de creuser un trou ?

C’est formidable, les trous. On peut trouver plein de machins dedans. Et ça peut servir à plein de trucs.

Spoiler:
Play et Ambros se baladent main dans la main puis Ambros glisse sur une peau de banane et le duo tombe littéralement dans la cour intérieure. Play se relève et demande à Ambros s’il a envie de creuser un trou.
avatar
Invité
Invité
le Mer 8 Oct - 9:03

Cette fois, c'était vraiment la faute de la banane. Quelqu'un devait les placer là, toujours sur son chemin, toujours prêtes à se jeter sur les pieds du premier individu venu. Toujours prêtes à ruiner sa crédibilité d'adulte responsable, si Ambros en avait une. De fait, il n'y avait pas vraiment lieu de s'étendre sur ce qui n'était qu'une bête chute, judicieusement placée à la jonction avec la cour.

« Saleté de banane.. » se plaignit-il dans l'indifférence du gamin aux cheveux blancs, qui lui aussi avait terminé sa course à l'extérieur. Il se releva et jeta un pied dans la peau traîtresse, comme s'il eût crié "tu ne m'auras plus !" parallèlement à son mouvement. Mais ça reviendrait à avouer que ce n'était pas la première fois. Comme si Play ne s'en doutait pas comme l'immense majorité des individus de la Base. Personne ne lui confiait rien qui fut trop abrupt, sauf ceux qui venaient d'arriver… ce n'était pas pour rien. Et à vrai dire, s'il avait plus de temps pour s'occuper de Max, c'était bien, quoi que cela ne signifiât pas qu'il soit efficace pour cette tâche. C'était mieux que d'être inutile.

« Envie de creuser un trou ? » demanda innocemment l'enfant.

Heu, ils n'étaient pas censés chercher quelque chose ? Le temps que le lien se fasse, atteigne le mot pelle et arrive à la logique suprême qu'il était difficile de creuser sans matériel, Play aurait peut-être eut le temps de faire griller des toasts. Mais maintenant, il croyait comprendre pourquoi il fallait creuser. Enfin, qu'importe, est-ce qu'il fallait creuser un trou ? Et surtout, où était la pelle qu'il avait failli oublier ? Il songea un instant à utiliser TB en guise de pelle - fallait bien le faire travailler - mais ce dernier répondit par un doigt d'honneur généralisé aux deux individus.

« OK. » conclut-il simplement. Même si on lui avait demandé son avis, il n'en avait pas vraiment pour le coup mais trouvait ça bien parce qu'il ne fallait pas réfléchir. Dès qu'il se risquait à une activité trop intellectuelle, il se heurtait à la complexité et au bazar du monde. Creuser, c'est donc le bien à tous les points de vue.

« Je vais chercher le matériel !! » proposa-t-il, enjoué d'avoir pensé à tout, avant de fuir à toute vitesse, évitant de peu la banane. Il revint deux minutes plus tard avec l'objet en question, prêt à se jeter dans les flammes de l'ac…

Sauf qu'ils étaient deux. Et qu'l n'y avait, bien entendu, qu'une pelle. Visuellement, il comprenait plus ou moins le problème.
« …. »
Et tendit la pelle à Play.
avatar
Messages : 566
Date d'inscription : 24/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 10 Oct - 19:18

Au fil des minutes, votre vertige ne fait que s’accentuer, même si vous commencez à vous habituer à la douleur. Votre vue se brouille. Et puis ça recommence. Un souvenir vous étreint.

Vous êtes dans l'Esquisse, plus ou moins loin de votre position actuelle, plus ou moins différent. Choqué ou au contraire joyeux, vous n'avez découvert ce monde que depuis quelques minutes. Le paysage est si différent, peut-être vous interpelle-t-il ? Pour certains, le début d'un rêve. Pour d'autres, celui d'un cauchemar. Toujours est-il que vous reculez, le film se rembobine et vous voilà revenu dans votre position initiale, celle où vous avez ouvert les yeux pour la première fois sur ce monde. Vos yeux qui venaient alors de s'ouvrir retournent au néant. Le noir, le flou, l'incompréhensible, le basculement.

Tandis que vous quittez cet état dérangeant, celui-ci revient soudainement. Plus fort. Plus intense. Plus bref.

« Je sais ce qu'il y a avant. »
Quelqu'un, ou quelque chose, vous parle à l'intérieur du crâne. Il y insuffle une sensation.

« Et vous savez où me trouver. »

Une certitude persistante de connaître le chemin.
Sans savoir où il mène.




Explications


Tous les dessinateurs ont reçu un message sur lequel ils peuvent dûment spéculer en jeu et hors-jeu, leur étrange correspondant mental leur ayant laissé en cadeau la séquence bien ancrée de leur arrivée et surtout une destination. (comme les GPS /crève) Quelques précisions indispensables :


  • Les dessinateurs ne savent pas exactement où est-ce qu'ils se rendent mais, pour une fois, ils y arriveront en suivant leur intuition. Petit indice cependant, et pas des moindres ; votre voyage - pour ceux qui l'accompliront, vous n'êtes pas obligé de vous lancer dans l'event 5 avec tous vos persos surtout s'ils sentent le piège - commencera dans la plaine.
  • Pour participer, il faut simplement créer un RP dans la plaine avec le tag [E5] dans le titre histoire que le lieu puisse toujours servir à la promenade touristique. Nous vous conseillons vivement d'y aller en groupe, parce que ça reste la plaine et que vous croiserez probablement des objets en route. Une arme peut être pas mal aussi, surtout pour les habitants de la base (qui ont même le bol de pouvoir utiliser un véhicule)
  • Dans ce RP, donc, vous allez devoir lancer 3 fois -pas en même temps- le dé EV-5, chaque lancer correspondant à une étape de votre trajet. Vous allez pouvoir rencontrer des objets à foison et d'autres choses pour lesquelles on vous réserve la surprise, chaque étape devant être bravée (sauf si vous voulez prendre le risque de recevoir une deuxième attaque alors que la première n'est pas finie) avant que la suivante n'arrive. Dans tous les cas, une fois le dé lancé, il est fort probable que Folie doive intervenir pour compléter le message. Cela vous sera dit ♥
  • Il n'est pas nécessaire de faire 36 000 tours entre les étapes, seulement de RP un petit peu même si la menace est éliminée en un message. Il faut faire genre que vous marchez, voyez /crève.
  • Point un peu plus technique : Deux groupes peuvent se rejoindre au cours de leur épopée, tant que c'est plausible géographiquement parlant (si un groupe sort de la base il ne va pas fusionner tout de suite avec un autre groupe en bordure de la ville). En cas de fusion, il y a donc un seul sujet et le nombre de lancers restants est celui du groupe le moins avancé.
    Un petit exemple avec le groupe 1 (Annabelle et Striky qui viennent de la base) et le groupe 2 (Sacha et Pikachu depuis la ville) tout à fait volontaires pour l'expérience. Au début, il est peu probable que nos deux groupent se croisent, c'est pourquoi le G1 peut paisiblement batifoler. Avec un premier lancer, ils sont attaqués par un vil objet que Str… Anna vaincra héroïquement. De son côté, le groupe 2 a déjà eu l'occasion de vaincre la Team Rocket (lancer n°1) et le club des shippeurs (lancer 2) ! Conscients que l'union fait la force, nos 4 protagonistes se réunissent en un seul sujet, et il leur reste 2 lancers à faire.

  • Le nombre de lancers n'augmente pas avec le nombre de membres d'un groupe mais Folie risque d'être un peu plus méchante dans ses interventions histoire que ce soit plus drôle.
  • Bien entendu, une fois les trois lancers effectués, vous arriverez à bon port.. la destination sera révélée quand un premier groupe l'aura atteinte. Étant donné que vous aurez normalement suivi l'intuition des personnages, surtout qu'ils ont tous la même, il est normal que ça aille un peu plus vite que le chemin classique.


Si vous avez des questions, n'hésitez pas, comme toujours ♥ (mais pas à la suite du sujet, préférez la zone Connexions ou la zone Évènements où vous pourrez quémander un groupe)

avatar
Invité
Invité
le Lun 13 Oct - 15:44
Trop facile. Ambros n’était, définitivement pas, l’adulte le plus fute-fute de sa génération. Ou à priori, individu tout court. Cela en devenait presque affligeant. Et Play s’en sentait presque concerné. Assez attristé pour son entourage proche, notamment. Cela ne s’améliora pas quand il vit le sujet de ses pensées détaler pour aller chercher la pelle, sans manquer de se payer la peau de banane au passage (bon sang, il y en avait vraiment une). Puis revenir, échapper encore de peu au vil piège jaune, et lui tendre joyeusement… une seule pelle.

Le dit instrument dans les mains, Play s’autorisa le haussement d’un élégant sourcil, sans omettre de fixer avec attention Ambros pour voir s’il allait comprendre. Pendant un moment. Un petit, absolument long, moment. Mais non, la lumière ne se faisait pas. Le gamin lâcha un soupir dramatique, et allait lui expliquer le sens inné de la vie et de l’univers, quand le joyeux mal de crâne revint. Avec comme agrémentation, ce coup-ci, un tout aussi merveilleux flashback digne de toute série B qui se respecte. De nouveau dans le présent, Play fronça sérieusement les sourcils. Puis, doucement, inexorablement, il sentit l’hilarité le gagner. Ce qu’il y avait avant ? Mais il ne voulait pas savoir ce qu’il y avait avant ! Voilà toute l’essence du problème que définitivement aucun de ces abrutis ne pourrait comprendre. D’ailleurs…

▬ Laisse-moi deviner, tu veux laisser tomber notre fabuleuse activité de creusage de trous, épique course et merveilleuse chasse au trésor, pour aller faire un petit tour dans l’immensité de… par-là.

Pas trop sûr de la géographie des lieux et de la destination finale, et n’en ayant, de toute façon, cure, Play désigna vaguement l’endroit du bout de sa pelle. L’endroit dont son esprit lui martelait l’importance, le besoin de s’y rendre, là, tout de suite. Mais Play emmerdait son esprit. Contrairement à ce que tout son être semblait lui souffler, il ne souhaitait pas y aller. Sauf, si, éventuellement, il n’était pas seul dans l’aventure. Là, ce serait intéressant.

Quelques petites mouches dont il pourrait arracher les ailes.
Play se mit à siffloter joyeusement.


Spoiler:
Play observe Ambros aller chercher la pelle, puis l’attrape quand il revient avec avant de le fixer en silence… puis de subir la vision et d’interroger Ambros sur ses intentions.
avatar
Invité
Invité
le Lun 13 Oct - 22:06

Il resta un bref moment à contempler les sourcils du gamin. Qui, décidément, avaient de l'expression, c'était quelque chose de positif. Il ne se souciait pas vraiment d'avoir été une fois de plus la plus belle des andouilles, il s'excuserait bien d'être lui ou tenterait quelque conciliation s'il n'était pas déjà persuadé qu'il récidiverait plus tard. Il ne suffit pas de vouloir faire les choses comme il faut pour arriver au succès, c'était dans ces cas-là que le contraire arrivait tout justement - il connaissait à merveille cette phrase qui repassait en boucle dans ses deux hémisphères. Ambros estimait qu'il n'était rien de si grave tant que personne ne finissait blessé… il s'en voulait un petit peu pour certains évènements survenus plus tôt lors de son existence, l'oubli d'une pelle lui passait un peu par-dessus la tête.

Et justement en parlant de tête. Celui-ci revint de vive intensité. Et de vive voix. Il se tenait au pied d'une estrade, sur la grand-place de la Ville, face à un homme qu'il aurait reconnu entre mille. Mais pourtant, au lieu de s'avancer, il mettait un pas derrière l'autre, et il reculait. S'engouffrait dans la cité, jusqu'à fermer les yeux et. C'était là que ça se terminait. Pour le coup, il n'avait pas trop capté ce que signifiait "avant", distinguant déjà difficilement le fait qu'il s'agissait là de ses premiers souvenirs de l'Esquisse. Ce n'était en soi pas si important, tout comme l'éminente impression d'avoir eu l'idée du siècle. Ah, ça, il avait souvent des intuitions lumineuses et en général.. ce n'était pas si lumineux que ça.

« Laisse-moi deviner, tu veux laisser tomber notre fabuleuse activité de creusage de trous, épique course et merveilleuse chasse au trésor, pour aller faire un petit tour dans l’immensité de… par-là.
- Pas vraiment... c'est un piège. »

Venait de dire, comme s'il énonçait une évidence, celui qui était très justement réputé pour foncer dans les pièges. Non, mais là, c'était trop gros, il avait beaucoup trop envie de partir avec la pelle à la conquête des plaines extérieures pour que ce soit raisonnable. Et surtout, il était à peu près sûr d'avoir été partant deux minutes plus tôt pour débusquer des squatteurs planqués dans les interstices de la base. Ce qui, faute d'être plus facile, était au moins plus sécurisé (la dernière fois qu'Ambros avait mis les pieds dehors, il avait égaré une oreille en route, tout ça), d'autant plus quand un meilleur ami gelée comptait sur son larbin pour l'aider et qu'il était adhérent au club des étoiles de mer tout à fait officiellement. Faute de se noyer dans le bonheur, il était bien dans la base. Même si Play était gentil, ce n'était pas possible d'aller se faire trucider ensemble pour le moment.

« En plus, si on y va, on va perdre la course ! » notifia-t-il pour euh. Motiver Play à creuser. Nul doute que le petit avait retrouvé tout son aplomb à la suite de ça. Et qu'il allait ainsi dépenser toute son ardeur dans la création du trou, puisqu'il avait la pelle dans les mains. Quant à celui qui en était toujours dépourvu, il… eh… bien.. il. Fit tourner la boîte crânienne à plein régime et décida d'y aller à la traditionnelle.

Il désigna un bout de terre qui ne lui inspirait rien et espéra très fortement que le sol serait friable. Avant d'y planter les doigts. Au moins, il n'était pas chochotte, ce n'était pas comme s'il risquait de se casser un ongle. Du moins, ça, ça concernait les deux bras qui obéissaient. TB avait sans doute décidé qu'il n'aiderait à déterrer que les trésors.

Résumé : Ambros ne relève pas trop le regard de Play, puis quand il subit l'intervention de Folie il trouve que c'est un piège et creuse à la main. La vérité c'est qu'il ne veut pas partir /crève
avatar
Invité
Invité
le Mer 15 Oct - 4:47
▬ Pas vraiment... c'est un piège.

Oh. Diantre, une lueur d’intelligence ! Devait-il prendre peur ? Se demander si finalement, pendant son épique quête de la pelle, il ne s’était pas cogné la tête ? Plusieurs fois, au vu du spécimen. Play retint un commentaire désobligeant. Bien sûr que c’était un piège. Une telle farce ne pouvait en rester là, leur présence ne suffisait pas, il fallait toujours en rajouter une couche. En tout cas, c’est ce qu’il ferait. Mais tout ça n’avait que peu d’importance.

Nonchalant, le gamin inspecta ses ongles. Si sa victime du moment restait, alors il resterait aussi. Et si le troupeau se déplaçait, il suivrait. Sauf si un spécimen en particulier retenait son attention sur place. Pour le moment, ce n’était clairement pas le cas d’Ambros, mais le reste ne bougeait pas non plus, alors… creusons ♪

▬ En plus, si on y va, on va perdre la course !

Ne pas ricaner fut très difficile, mais le gamin s’autorisa tout de même un sourire brillant.

▬ Ouais, ça craindrait.

Fallait pas laisser les filles gagner contre les garçons, un truc du genre. Ou l’esprit joueur et l'ego qui allait avec de tout gamin digne de son nom. Et en effet, Play jouait. Peut-être pas de la façon attendue, ceci dit.

…oh seigneur, Ambros creusait à mains nues.

▬ Heureux soit le simple d’esprit, murmura le petit pour lui-même, avec un coup d’œil dépité pour le concerné.

Si le trou était déjà creusé, Play lui aurait bien foutu un coup de pelle dans le postérieur, ce qui, vu sa position, était extrêmement tentant, mais hélas, point de trou. Juste un adulte hautement responsable qui gratouillait la terre avec l’efficacité d’un chaton. Quoique si on le laissait deux ou trois jours, il arriverait peut-être à un résultat acceptable. Play secoua la tête puis alla se poster juste à côté d’Ambros. D’un coup, il planta la pelle dans la terre et l’enfonça plusieurs fois à coups de pieds (donc en sautant un peu dessus, on faisait ce qu’on pouvait avec une taille pareille). Une fois fait, il désigna son œuvre à Ambros.

▬ Kim a dit qu’on devait pas jouer avec les trucs des grands.

Mais un « grand » pouvait s’en servir.

▬ Mais… si on creuse pas avec on va perdre.

Et mettant tout son talent dans la performance, Play joignit ses mains, les yeux brillants, et en adoptant une expression à la Ziza, implora d’une petite voix timide :

▬ Tu. Tu pourrais creuser avec, s’il te plaît ?

Allez, Ambros. Tu n’allais pas faire bosser un enfant innocent, quand même ?


Spoiler:
Play accepte de ne pas y aller, puis contemple Ambros « creuser » avant de planter la pelle à côté de lui et de demander à ce qu’il s’en serve.
avatar
Invité
Invité
le Mer 15 Oct - 22:52

Enfin, pour le coup, le trésor d'inutilité, c'était peut-être lui-même. Il n'était pas franchement malin pour le coup, mais il vallait mieux faire quelque chose de stupide plutôt que de ne rien faire, le vide le mettait mal à l'aise.

« Kim a dit qu’on devait pas jouer avec les trucs des grands. Mais… si on creuse pas avec on va perdre. Tu. Tu pourrais creuser avec, s’il te plaît ? »

N.. N'importe qui aurait craqué devant la bouille si adorable que tirait le gamin au moment même où il faisait cette requête qui aurait pu - et dû - paraître légèrement abusive aux yeux de la victime. Play avait des arguments de poid, de surcroît il était mignon et il demandait cela avec politesse. Bien avant d'en arriver là, Ambros se faisait plus ou moins avoir à tous les coups par de telles techniques. Ses mésaventures n'avaient pas changé grand chose, à ceci prêt que les pour et les contre avaient sensiblement varié. Là, s'il disait non parce qu'il n'en avait rien à faire, Play irait sûrement bouder - la narration se retient de dire que ce serait tout aussi adorable - et ce serait la fin de la course. Et du reste. Il n'aurait plus qu'à se faufiler discrètement dans la cuisine pour préparer quelque chose, sachant qu'il aurait toutes les chances de se faire griller. Dans les deux sens du terme.

Non, et puis, c'était demandé gentiment.

« Allons-y ! » répondit-il avec cet entrain qu'il n'avait ordinairement pas besoin de falsifier.

Il prit la pelle et constata alors que cet outil n'existait pas pour rien. Il n'avait absolument pas la moindre impression de creuse sa propre tombe, surtout lorsqu'il percuta inopinément le premier "trésor". Si vite, c'en était presque suspect, mais il avait déjà eu sa lueur de lucidité de la journée. Et même des siècles à venir.

Faute de heurter le crâne d'un squatteur enfoui sous terre, les deux fiers fossoyeurs avaient désormais en leur possession…

« Oooh.. »

Une lampe. Non, pas comme celle qui éclaire votre chevet ou votre cuisine. Plutôt cet objet qui ressemble davantage à un récipient pour servir le thé.

« Y'a peut-être un génie dedans. »

Au point où ils en étaient, ils en auraient cruellement besoin. Ambros n'était pas sans l'ignorer, tout comme il ne pouvait pas croire que la chance ait décidé de lui sourire cette fois-ci. Surtout pas de façon si spectaculaire. Si c'était lui qui essayait de frotter la lampe avec ses droits salis, un truc allait nécessairement leur tomber à la figure. Et puis, les enfants aimaient bien Aladdin.

« Tu veux la nettoyer ? »

L'objet, quelque peu abîmé, était d'un vert fluo tout à fait habituel pour une résidence de génie. Un génie du dégoût, comme pouvaient en témoigner les motifs particulièrement has been… c'était qu'il y avait de la concurrence, dans la coin. Quoi qu'il en soit, Ambros fit passer la babio--- l'instrument précieux à son camarade. Sans même se demander quels voeux il ferait si un magicien sortait de l'embout dans la minute - cela gélerait les systèmes pour les décénies à venir. Il se contenta de regarder avec attention ce qui allait se passer. (Et on se demande qui est le plus fan d'Aladdin.)


Résumé : Ambros accepte de creuser parce qu'il n'a pas le choix, puis après quelques coups de pelle tombe né à né avec une lampe "magique" de très mauvais goût qu'il temps à Play pour qu'il la frotte.
(Au départ, ce devait être une pipe géante, mais je me disais que Play allait assommer quelqu'un avec. Déjà qu'il y a une pelle)
avatar
Invité
Invité
le Sam 18 Oct - 4:42
Dès qu’Ambros lui présenta son dos, Play essuya nonchalamment les petites larmes perlant au coin de ses yeux. Il ne ressentait pas de joie particulière suite à cette victoire, ni de déception. Juste un grand vide. Probablement comme le contenu du cerveau de ce pauvre hère. Ouep. Son actuel camarade lui évoquait juste, un immense, gigantesque, et ennuyeux vide. Le gamin était à deux doigts de le laisser creuser son trou pour aller fouiner autre part, n’ayant pas oublié la course, même s’il n’était pas contre croiser une nouvelle victime intéressante… ou de sortir son yoyo, pas franchement passionné, lorsqu’un « Glönk » suspicieux retentit.

Play jeta un regard en coin vers la dite source sonore. Sérieux, il avait vraiment trouvé un truc ? Pas que le mouflet n’y croyait pas, mais il était logique de penser qu’un quelconque accès secret se trouvait bien plus « bas ». Pareil pour un éventuel trésor. Qui avait peu de chance de se trouver dans cette banale cour, d’ailleurs. Alors qu’il trouve un truc, aussi vite, oui, c’était suspect. Mais le bienheureux en question ne s’en souciait absolument pas, et trépignait déjà à ses côtés. Et venait de lui fourrer l’objet suspicieux dans les mains. Oh, lord. Dire que c’était lui, le gamin, dans l’affaire. Il y avait dû avoir une erreur de script quelque part.

Sauf que, coup de chance (en tout cas pour une certaine personne), alors que Play se demandait très sérieusement si la lampe pourrait faire un objet contondant acceptable, des, hum, « hurlements » absolument louches se firent entendre du côté du portail. Aussitôt, le gamin sursauta. Définitivement à cause du bruit, mais définitivement pas pour les bonnes raisons. Pour le commun des mortels raisonnables, ceci dit. Il refourgua la lampe à Ambros et attrapa sa main libre qu’il tira légèrement dans la direction voulue. Cette fois, c’était lui qui trépignait.

▬ T’as entendu ? Du bruit au portail ! C’est peut-être les squatteurs, on doit aller voir !

Parce queeee. Parce que plein de choses. Et que même Ambros devait en avoir une ou deux en tête, et puis s’il n’était pas d’accord, tant pis, Play le tirait déjà derrière lui. Pis si jamais il lâchait sa main, eh bien, ce serait affreusement tragique mais il devrait le laisser là. Joyeusement, donc, le gamin récupéra la pelle et détala vers le portail.  

Parce qu'après tout, comme les trous, une pelle, ça peut toujours servir.


Spoiler:
Play regarde Ambros creuser, puis reçoit la « lampe ». Il se demande si ça peut faire une bonne massue improvisée lorsqu’il entend Inge au portail et décide d’aller voir en entrainant Ambros avec lui.

(je te laisse donc poster au portail ? sauf si tu veux que je fasse un autre post pour les introduire blll).
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum