[Cuisine/Infirmerie] Remuons le couteau dans la plaie ! ♥

avatar
Invité
Invité
le Mar 17 Nov - 20:45
Elle était remontée à l'aide de Robyn et l'inconnu qui avait disparu tout aussi vite. Et lorsque que la base militaire était arrivée en ville, lorsque un petit attroupement s'était formé devant elle le matin-même, elle n'avait fait que suivre le mouvement sans réfléchir. Elle avait vaguement compris qu'il était question de résistance, de danger, d'organisation et d'autres choses... Elle n'écoutait plus qu'à moitié.

Elle avait rejoint le groupe des techniciens avec son sourire et ses bonnes intentions habituels. Elle voulait aider, elle aussi, pouvoir rendre service aux gens qui survivaient derrière cet ultime rempart. Ils avaient besoin de soutien pour lutter. Elle ferait de son mieux pour répondre à leurs espérances. Cela semblait pourtant si simple, cela sonnait comme une évidence.

Alors, d'où vient ce vide que tu ressens ?

Elle contemplait les reflets colorés projetés sur la petite table de l'infirmerie. Les lumières chaleureuses dansait sur la surface de métal froid. Elle ne savait pas quoi faire. Elle avait essayé de se rendre utile, de commencer à faire des listes des réserves de nourriture, de comprendre le fonctionnement de ces lieux étranges... Mais sa jambe limitait grandement ses mouvements. Elle avait trop forcé et voilà qu'en retour elle végétait de nouveau dans la même pièce. Seule, elle avait eu tout le temps nécessaire pour remuer le passé. De son arrivée joyeuse dans l'Esquisse et ses premiers chants à ses plaintes muettes dans la gare.

Tiens, parlons-en un peu, de tes premiers chants, de ta quête stupide de popularité... Tu avais tant besoin d'estime pour tomber aussi bas ?

C'était faux, ce n'était pas qu'un simple besoin de reconnaissance ! Elle avait parcouru l'Esquisse pour trouver sa place, et elle l'avait trouvé en se mettant au service d'autrui. En partageant cette générosité, en laissant vibrer sa voix au son de ses idéaux elle était convaincue qu'elle avait pu aider des gens d'une certaine manière, qu'elle avait pu se rendre utile.

Tu penses que t'être rendue utile avec quelques paroles en l'air ? Le pouvoir des mots, c'est ça ? Ah, la bonne blague ! Rappelle moi qui a lâchement fui pendant la Tempête ? Qui n'a pas réussi à sortir Iris de sa détresse ? Qui n'a même pas pu rattraper IA ? C'est drôle, quand il faut passer aux actes, il n'y a plus personne...

Elle blêmit à l'évocation de ces souvenirs douloureux. Elle voulait juste...

Oublier, c'est ça ? Faire abstraction de ce passé qui te pèse, le jeter de la même manière dont tu t'es débarrassée de ton ancienne vie. Tu te souviens ? Tu as renié tout ce que tu étais !

Elle avait juste voulu tout recommencer, qui avait-il de mal à cela ? Quand ce monde s'était présenté, elle avait simplement crû à une nouvelle chance ! Elle n'avait jamais été satisfaite de ce qu'elle était devenue, elle avait tant de fois souhaité pouvoir tout effacer, faire table rase et repartir sur de nouvelles bases. L'occasion s'était présentée et elle l'avait saisit sans hésiter, mais elle ne se serait jamais doutée que... Que tout cela arriverait.

Oh, pauvre de toi... C'est sûr que tu te sens tellement mieux maintenant, à ne plus savoir qui tu es réellement.

Elle était décidément bien pitoyable, perdue face à elle-même. Derpina ? Émilie ? Ou bien quelqu'un d'autre encore ?
Elle ne savait plus.

La porte de la cuisine grinça, l'arrachant à ses pensées. Elle se redressa, fixant le nouvel arrivant d'un regard vide.

Ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne craque de nouveau.

Résumé:
Derpina fait un long et inutile monologue intérieur avant de voir quelqu'un rentrer dans la pièce. (désolée il y a pas vraiment de contenu malgré la longueur, mais je savais pas trop comment Alev allait venir l'aborder... )
D'ailleurs, je viens de me rendre compte qu'aux lancers de dé pour décider de la fin du J13, j'étais tombée sur Derpina et Alev qui trouvent des caramels, du coup elles ont déjà dû se croiser dans la base techniquement.
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 22 Nov - 21:12

Alev marchait tranquillement le long des couloirs de la Base. Cet endroit était tout aussi fou que le reste de l'Esquisse, du moins, de ce qu'elle y avait vu, mais rien de ce qui s'y trouvait ne constituait une menace. Pourtant, ils se trouvaient bien dans une espèce d'araignée géante, n'est-ce pas ? Comment se faisait-il qu'une chose qui était censée appartenir à ce lieu qui était un véritable piège à dessinateur était aussi inoffensif ? Ce refuge n'allait-il pas, un jour, se retourner contre eux ? Alev n'y comprenait décidément rien. Alors elle avait décidé d'essayer d'y comprendre le minimum, dans cet univers illogique, tant illogique qu'il paraissait presque être le reflet matérialisé de l'inconscient, du subconscient de la condition humaine. Armée de son carnet de note, ses yeux se baladaient partout, ses mains prenaient le pauvre stylo tout droit venu de la Terre, et comme si cela était vitale, elle prenait en note tout ce qu'elle pouvait penser d"intéressant dans la Base. C'est à dire tout. Tout était intéressant à savoir. Tout était important à connaître. Elle avait l'impression d'être devenue totalement ignorante en arrivant ici, et cela la mettait mal à l'aise. Elle devait absolument tout réapprendre dans cette nouvelle vie, et le plus vite possible. Si elle oubliait quelque chose d'essentiel, elle pourrait sûrement y perdre la vie.

Elle savait aussi que des tas de personnes vivait des moments assez terribles ici. Aussi bien physique que psychologique. Ses mains tremblèrent tandis qu'elle écrivait. Ce qu'elle avait vécu n'était rien comparé à eux. A peine ses yeux étaient devenus violets, et quelques écorchures au niveau des genoux. Et une altercation avec des objets et des cyantifiques. Mais ce n'était rien comparé à ceux qui avaient des corps distordus, ou avaient eu des visions atroces. Et de ce qu'elle avait entendu en tendant un peu l'oreille, certains avaient vu d'autres perdre la vie. Et Alev voulait faire en sorte que cela n'arrive plus. Et si tout savoir sur ce monde pour vite en finir avec ce dernier pouvait s'avérer être efficace, alors elle le ferait. Elle poussa la porte d'une autre pièce, et y entra d'un pas assuré, s'attendant à apprendre des tonnes de nouvelles choses... Pour le moment, ça ne ressemblait qu'à une cuisine. Elle ne s'attendait pas non plus à voir quelqu'un ici, puisque tout le monde était très actif, depuis ce matin. C'était une jeune fille, assise, le regard étrange posée sur elle. Alev, quant à elle, eut les yeux illuminés. Cette fille, oui, elle venait de la reconnaître ! Elle l'avait vu, la veille, peu de temps après son arrivée dans la Base, oui ! C'était cette fille avec qui elle avait trouvé des caramels ! Le seul problème, c'était qu'elle ne trouvait pas de nom à associer à ce doux visage, un peu attristé, quand même...

- Salut ! Tu te rappelles de moi ?! On avait trouvé des bonbons au caramel hier ! Dit-elle en lui souriant.

Elle voulait fouiller la pièce, en savoir plus, mais... Ce n'était pas pour rien qu'Alev voulait se lancer dans la psychologie.... Elle n'allait pas faire mine de rien, ignorer le visage étrange qu'arborait cette jeune fille. Alors elle prit place, sur une chaise à côté d'elle, tout en gardant son sourire.

-Au faite, je ne sais pas si tu m'avais dit comment tu t"appelais, hier, j'ai un peu oublié si c'est le cas, désolée... Je m'appelle Alev !


Spoiler:

Résumé : Alev explore la Base. Elle entre ensuite dans la cuisine, et reconnaît Derpina. La voyant triste, elle engage la conversation avec elle, et se présente.
Ce n'est rien ! Je n'ai pas écrit énormément non plus ! x)
J'ai incorporé ton lancé de dés dans le rp, du coup ! ;)


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Mer 25 Nov - 18:41
Un visage se profila peu à peu dans la lumière de la pièce, quelques mèches brunes désordonnées et deux grands yeux violacés qui scintillaient. Elle connaissait cette jeune femme au regard perçant, il lui semblait l'avoir rencontrée le jour précédent. Elles avaient probablement échangé quelques banalités, rien de suffisamment marquant pour qu'elle ne le retienne... Depuis quelques temps, les gens autour d'elle n'étaient plus que des silhouettes tremblotantes, des visages sans nom qu'on aurait effacés... Elle se sentait ailleurs, perdue, comme plongée dans un épais brouillard.

- Salut ! Tu te rappelles de moi ?! On avait trouvé des bonbons au caramel hier !

Les bonbons au caramel... Elle acquiesça d'un signe de tête, son regard s'éclaira un peu. Elle se souvenait désormais. Elles avaient déniché une poignée de douceurs la veille et les avaient partagé. Elle esquissa un faible sourire lorsque la jeune femme vint la rejoindre à la table métallique. Elle avait vu passer un bon nombre de personnes depuis le temps qu'elle s'était installée dans la pièce, mais peu d'entre elles avaient pris le temps de discuter... Il fallait avouer que son visage n'était probablement pas très avenant dans la situation présente... Quelle vision lamentable devait-elle offrir d'elle-même !

-Au fait, je ne sais pas si tu m'avais dit comment tu t'appelais, hier, j'ai un peu oublié si c'est le cas, désolée... Je m'appelle Alev !

Alev... Elle répéta plusieurs fois ce nom dans son esprit pour s'assurer de le retenir, l'associer à ces iris violets pétillants. Elle prit alors la parole d'une voix douce, un peu moins assurée qu'à son habitude.

- Je me souviens bien de toi, mais je ne suis pas sûre t'avoir dit mon nom... Quoi qu'il en soit, je m'appelle Derpina.

En es-tu vraiment sûre ?

Elle supposait. Elle avait toujours été Derpina dans l'Esquisse, non ?

- Tu as besoin d'aide ? demanda-t-elle timidement.

Voyons, si elle est venue s'assoir, c'est probablement à cause de la sale tête que tu tires... parce qu'elle pense que TOI, tu as besoin d'aide.

Résumé:
Derpina essaye de faire un effort pour paraître plus naturelle devant Alev et lui demande si elle a besoin d'aide.

Je... désolée de cette réponse, mais j'ai un peu de mal à rp avec Derpi', pas trop l'habitude. éè
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Nov - 23:11

La jeune fille arborait un visage attristé tout en la regardant prendre place à côté d'elle. Faisait-elle partie de ceux qui avaient vécus des moments difficiles ? Qu'est-ce qui pouvaient la rendre si triste ? Mais, surtout, comment pouvait-elle pousser cette pauvre fille aux bonbons aux caramels à se confier à elle ? Après tout, elles ne se connaissaient pas. Un bon psychanalyste devait instaurer un climat de confiance entre lui et son patient. Freud conseillait d'installer le patient dans un sofa bien confortable pour mieux le détendre, et d'écouter ses déboires tout en étant en dehors du champ de vision du patient, pour pouvoir le mettre à l'aise du mieux qu'il pouvait. Le petit problème était que :
1. Elle se trouvait juste en face de cette fille.
2. Elles se trouvaient dans une cuisine, donc la patiente ne pouvait pas avoir de sofa à sa disposition (bon, c'était tout de même à vérifier, c'était l'Esquisse...).
3. Et qu'est-ce qui disait que cette fille se laisserait psychanalyser volontairement ?
4. Alev n'était pas Freud. Et ça c'était pas gagné.

Elle écouta la jeune fille répondre d'une voix douce et tremblante, disant qu'elle la reconnaissait et qu'elle se nommait Derpina. Hééé ! Attendez ! Elle ne venait pas de créer un espèce de climat de confiance en l'ayant rencontré ainsi ? Non, Alev, on se calme, on ne bondit pas sur ses patients pour les attaquer ! On reste tranquille ! Inspires, expires, inspires....

-Enchantée ! C'est original, Derpina !

Et ça, elle le pensait vraiment, et positivement. Au moins, maintenant elle ne l'appellerait plus la fille aux bonbons au caramel. Il y eut un court moment de silence, avant que la jeune fille ne lui demande si elle avait besoin d'aide. Et bien ! Il était tant de renforcer ce climat de confiance ! Alev devait prendre son temps avant d'aider cette fille à extérioriser ses peurs intérieures. En révélant ses propres craintes. Parce que tout ce qu'elle faisait en s'activant comme ça, c'était par peur de ce qui pourrait arriver. Et même si elle était censée être des explorateurs et censée être partie dehors, elle n'avait pas trouver quoi faire dehors, et avait décidé de tout apprendre sur la base, et sur ce monde.

-C'est gentil de demander ! Au faite, je suis arrivée ici juste la veille, et j'ai tout à apprendre sur ce monde. Je traverse donc toute la base et note toutes les informations là dedans !

Sur ce, elle lui montra son carnet de notes et son stylo en souriant. Elle y tenait vraiment, voulait vraiment le garder tout près d'elle, ce précieux carnet. Elle avait même passé la nuit à dormir en le serrant contre elle. Qui sait, peut-être Derpina avait vu ce carnet entre ses mains la veille...

-Tu connais un peu les lieux ? La moindre chose pourrait être cruciale.

Spoiler:

Résumé : Alev réfléchit à la meilleure manière de pousser Derpina à se confier, puis décide d'engager la conversation avec elle avant de le tenter. Elle lui dit ensuite qu'elle a besoin d'aide pour récolter toutes les informations utiles sur la Base et l'Esquisse.

Pas de soucis, ne t'inquiètes pas ! :3


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Sam 28 Nov - 23:31
Alev répondit et la remercia avec entrain. Elle expliqua qu'était arrivée à la veille et cherchait à en apprendre plus sur ce monde. Elle récoltait des informations dans le carnet qu'elle lui désignait.

- Oh, tu es arrivée hier... murmura Derpina avec un regard peinée.

Elle aurait dû s'en douter. L'ancienneté se lisait souvent aux visages des dessinateurs, et celui de la jeune femme semblait encore emprunt d'une légère naïveté, un air presque touchant. Il fut un temps où, Derpina avait les les mêmes yeux, les mêmes expressions, les mêmes mots pour parler de l'Esquisse. Comme tout le monde, elle avait vite déchanté devant la dureté de ce monde qui s'était rapidement révélée. Elle avait voulu rentrer. Elle s'était résignée. Et maintenant...

Tu es toujours aussi perdue.

Alev lui demandait des renseignement sur la base, et sur ce monde de manière plus générale. Elle réfléchit quelques secondes. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait ce genre de discussion, qu'elle racontait le peu qu'elle savait de l'Esquisse à de nouveaux arrivants qu'elle ne revoyait que rarement...

- Je veux bien te dire tout ce que je sais mais ça risque d'être long et assez compliqué... expliqua-t-elle, se balançant d'un mouvement nerveux.

Elle fixait la table, ne sachant où poser son regard. Elle sentait que le simple fait de croiser celui de la jeune femme ne ferait qu'augmenter son malaise...

- Ce lieu, ce monde, cette dimension ou peu importe comment tu l'appelles, est appelé l'Esquisse par ses occupants. commença-t-elle, prenant soin de détacher ses mots. Tout le monde s'est réveillé ici un beau jour sans comprendre comment.. mais parfois certains de leurs souvenirs ont disparu, parfois leur physique est modifié.

Elle n'avait ni changé de physique ni oublié. Elle l'avait voulu. Elle l'aurait voulu.

Et tu le veux toujours ?

Elle reprit.

- Il y a environ deux semaines il y a eu une grande tempête et...

Elle s'interrompit, parcourue d'un léger frisson.

- Excuse-moi, je vais peut-être un peu vite... N'hésite pas à me couper si tu as des questions, d'accord ? déclara-t-elle d'un ton aussi joyeux qu'elle le pouvait.

Résumé:
Derpina se lance dans de grandes explications sur l'Esquisse pour répondre à la question d'Alev.


Dernière édition par Derpina le Mar 1 Déc - 19:31, édité 5 fois
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 1 Déc - 0:08

La jeune fille parut un peu troublée par la question, bien que son sourire demeurait sur son visage. Alev l'entendit murmurer quelques mots en constatant que l'étudiante était à peine arriver ici hier. Alev fut elle aussi troublée par tant d'émotion dans le regard de la jeune fille. Elle ne savait rien d'elle, mais à peine la regarder dans les yeux lui faisait comprendre qu'elle avait vécu gros, et qu'elle avait gros dans le coeur, en conséquence. Ensuite, Derpina parut hésitante, regardant Alev avec de moins en moins d'assurance, avant de fixer la table, tout en basculant légèrement. Bon sang, elle était plus que troublée, elle était même perturbée. Durant quelques instants, la psychanalyste en herbe voulut poser une main sur l'épaule de la fille en fin d'adolescente, tenter de la rassurer, de lui dire ce qui n'allait pas, mais se retint, ne voulant pas que les choses tournent mal, qui sait comment la fille aux cheveux éclatants le prendrait ? Elle lui expliqua que l'explication allait être longue et compliquée. Alev hocha la tête, compréhensive, puis lui dit sur le ton de la plaisanterie :

-Vas-y lentement, que je puisse avoir le temps de tout écrire !

Oui, qu'elle prenne son temps pour éviter d'être trop secouée. Alev comprenait bien qu'en lui racontant l'histoire de ce monde, c'était aussi les images de son passé qu'elle relatait dans son esprit. Et elle écouta attentivement ses dires, synthétisant du mieux qu'elle pouvait ce qu'elle disait, comme elle le faisait auparavant, dans une vie qui lui paraissait être un passé lointain, alors que deux jours avant, elle était toujours une étudiante en Egypte, avec une vide des plus ordinaire. Elle continua d'écrire, tandis que dans son esprit les souvenirs resurgissaient aussi en elle. Alev en avait croisé, des gens qui avaient le physique changer, et la mémoire défaillante. Elle continuait toujours d'écrire lorsque Derpina coupa son récit, en lui demandant si elle allait trop vite. Sentant le mal aise dans la pièce, et sentant aussi la culpabilité monter en elle car elle en demandait trop à cette pauvre fille. Elle aurait peut-être du demander ça à d'autres personnes...

-Non, ça va, jusqu'ici j'ai tout noté. J'ai remarqué ces changements physiques et cette perte de mémoire chez certaines personnes. Je crois que je comprends tout pour l'instant ! Dit-elle en souriant sereinement, tentant de rassurer la jeune Derpina par la même occasion.

Spoiler:

Résumé : Alev prend en note ce que lui dit Derpina, puis lui dit que tout est clair pour l'instant.

Désolée, ce n'est pas énorme ce que j'ai écrit ! x'D


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Mar 1 Déc - 22:53
Alev écoutait ses paroles avec attention. Elle la regardait et hochait la tête d'un air entendu puis se penchait pour écrire quelques lignes dans son fameux carnet. Elle avait l'air soignée, très méthodique. Derpina avait perdu l'habitude de côtoyer ce genre de personnes, si rares dans l'Esquisse... Il fallait dire que les gens logiques et carrés étaient souvent les premiers à craquer, refusant d'accepter cette réalité. Elle espérait qu'il n'en soit pas de même pour la jeune femme. A priori, elle semblait disposer une certaine souplesse d'esprit qui devrait lui permettre de s'adapter... Ou du moins elle le lui souhaitait sincèrement.

- Je te parlais donc de... oui... la tempête...

Elle fit une pause, essayant d'ignorer les images sanglantes de cette nuit qui lui revenaient en mémoire. Elle se concentra, cherchant de la manière la plus claire et neutre possible.

- Il faut savoir que les tempêtes sont un phénomène typique de l'Esquisse, grinça-t-elle. C'est comme une tempête de l'ancien monde... Mais en plus brouillé, plus fou, plus abstrait. Et c'est aussi dangereux. Très. Elles apparaissent sans prévenir et transforment tout sur leur passage, autant les paysages que les objets ou même les gens...

Elle s'arrêta, réfléchit quelques secondes et reprit d'un ton grave. Elle lui parla doucement de la tempête, la grande tempête qui avait ravagé l'Esquisse il y a quelques jours... Celle qui avait balayé ce monde en l'espace d'une nuit, réduit la ville en un tas de poussière, le ciel en un océan de flammes. Pour tous les dessinateurs il y avait ce mur entre "avant" et "après", il y avait ses souvenirs emprunts de souffrance, de peine, de rage, d'impuissance et de désespoir... Car les hommes eux-mêmes n'étaient plus que ruines et décombres...

Tu es mal placée pour en parler, non ?

Sa voix se brisa. Elle n'arrivait plus à formuler le moindre son. C'était trop douloureux.
Elle serra les poings.

Allons bon, tu ne vas pas te mettre à pleurer, non plus ? Elle est venue te demander des informations, pas de jouer ta diva blessée...

Elle inspira et expira dans un souffle.

- ... je... pardon.

Résumé:
Derpina raconte la grande tempête à Alev.
… Je. Pardon. Tes rps sont parfaits mais je galère un peu de mon côté. >w<
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 15 Déc - 22:55

Elle attendit patiemment que la jeune fille reprenne son récit du passé de l'Esquisse, compatissant sans comprendre cette détresse aussi profondément qu'elle. Alev n'avait pas vécu tout ça, elle venait à peine d'arriver. Il y avait tant de choses qu'elle ignorait... Elle arrivait à peine à enchaîner les quelques noms des dessinateurs qu'elle connaissait entre ces lèvres, et le nombre d'entre eux se comptait tout juste sur les doigts. Elle ne savait rien non plus de ce que ce monde avait pu faire, pouvait faire et pourrait faire par la suite. Non, elle ne savait strictement rien. Et dans le reflet des iris de son interlocutrice, elle ne voyait qu'abîme et tristesse, chagrin et confusion. Alev crut qu'elle allait arrêter, qu'elle allait se taire, ou omettre des choses, ou aller vers un autre sujet. Et pourtant...

Pourtant, Derpina l'étonna. Parce que Derpina poursuivit son récit, lentement. Et ses yeux, les fenêtres de son âme, passait d'une émotion à une autre, l'espace d'un instant, d'une fraction de seconde. Aucun ton joyeux dans sa voix, cependant, aucun pétillement de joie dans ses pupilles; rien, rien de cela. Ce monde coloré n'était qu'un endroit des plus sombres, un endroit vide d'humanité dans lequel des humains vivaient. Un monde dont les lois de la nature étaient impitoyables. Fallait-il se comporter par l'instinct et oublier son humanité pour survivre ? Et Alev, pendant tout ce récit, n'avait rien fait d'autre, à part écrire, écrire tout ce qu'elle entendait, plaquer sur les feuilles de son carnet de notes les mots qui sortaient des lèvres de la jeune fille. Quelle était cette passivité dont elle faisait preuve ? Elle, celle qui se prétendait être psychanalyste, qui prétendait vouloir donner un coup de main aux habitants de cette base... C'était se prendre pour ce qu'elle n'était pas. Elle ne faisait rien, elle écrivait juste devant elle, comme si elle n'était pas ici, dans cette cuisine, en face de cette fille. Comme si elle était un élément externe à tous ces événements...

Puis sa voix se brisa. Alev sursauta, et finit enfin, après ce petit moment à ne pas avoir quitter le carnet des yeux, comme si elle était encore cette étudiante en plein dans son université, par lever les yeux vers la jeune fille. Et elle vit la petite, là, au bord des larmes, Et que devait-elle faire, à ce moment là ? Rester dans sa position d'exploratrice qui ne fait que passer pour prendre des informations ? Se cantonner à cette apparence de pseudo-psychologue incapable de faire quelque chose dans une situation pareille ? Mais à quoi servait-elle ? Et pourquoi était-elle ici, à la fin ? Si elle était aussi utile que ces horribles personnes en blouses blanches qu'elle avait vu dans le Phare, autant aller se suicider, ça aiderait les autres, plus que par ce qu'elle faisait maintenant...

Puis Derpina présenta ses excuses. Quoi ?! Elle était sérieuse ? Elle n'avait pas à s'excuser ! Et pourquoi elle s'excusait ? Bon sang, rien n'était logique dans ce monde, même pas dans le mental des gens... Et elle, Alev la passive ? Elle devait faire quoi ? Rester les bras croisés et ne rien faire ? C'était ce qu'elle avait fait dans le Phare, et cela n'avait strictement servi à rien. Au diable les stupides normes qu'elle s'était imposée ! Ses mains lâchèrent son carnet et son stylo, les abandonnant le temps que ses mains légèrement tâchées d'encre prennent la direction des épaules de Derpina pour la tirer doucement vers elle. La serrer dans ses bras, c'était tout ce qu'elle avait trouvé à faire. Maintenant que c'était fait, ça lui paraissait totalement stupide d'avoir fait ça, mais c'était mieux que de ne rien faire... Non ?

-Tu n'as pas à t'excuser. C'est à moi de le faire. Je suis désolée... Désolée de t'avoir forcé la main pour que tu racontes tout ça... Ce devait déjà être dur quand tu l'as vécu...

Ce n'était pas du tout ce que devait faire un psychanalyste. Mais elle était dans l'Esquisse, pas sur terre. Et tout ce qu'on vivait ou voyait là dedans allait au delà du monde d'où chacun d'eux venait.


Spoiler:

Résumé : Alev écoute et écrit ce que dit Derpina, puis la serre dans ses bras et s'excuses de l'avoir poussé à se remémorer des souvenirs douloureux.

Désolée du retard ! :3


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Dim 10 Jan - 21:41
C'était la première fois qu'elle parlait de cette nuit-là avec quelqu'un... Ces derniers jours, elle avait pourtant longuement ressassé ses souvenirs, de son arrivée dans l'Esquisse jusqu'à la réunion qui s'était tenue devant la base militaire. Elle avait essayé de faire le point. Elle avait tenté de tirer au clair sa situation, sa place au sein de ce monde confus, la raison de ses pensées troubles. Finalement, après ses réflexions, elle se sentait encore plus perdue qu'elle ne l'était déjà au départ. Elle avait voulu changer et elle s'était retrouvée prise au piège par ses propres intentions. Et maintenant, tout lui semblait vain. À quoi bon continuer de garder ce sourire de façade lorsqu'elle se montrait incapable de secourir une petite fille ? À ses yeux, l'Esquisse avait perdu ses couleurs chatoyantes bien avant la tempête.

De la même manière, on peut dire que tu étais inutile bien avant de te casser la jambe...

Elle n'osait pas lever la tête, de peur de croiser le regard de la jeune femme. Elle ne pouvait prononcer un mot sans sentir sa voix trembler et les larmes lui monter aux yeux... Elle avait honte d'elle-même. Elle se sentait coupable de dévoiler ainsi sa peine et ses hésitations, de montrer sa fragilité et son impuissance à une parfaite inconnue. Elle devait probablement l'ennuyer ou l'embarrasser avec ses histoires et ses sentiments personnels. Elle ne parvenait même pas à formuler quelques phrases simples pour lui fournir les réponses à ses questions. Elle était décidément tombée bien bas...

Elle sentit les bras de la jeune femme venir l'entourer avec douceur. C'était un geste si spontané qu'elle ne savait comment réagir. Ses poings se relâchèrent sous le coup de la surprise. Il lui semblait que c'était la première fois qu'on la prenait réellement dans les bras. Quelques larmes roulèrent le long de ses joues sans qu'elle ne puisse rien faire pour les retenir.

- M-merci... balbutia-t-elle d'une voix étouffée.

Elle resta muette pendant de longues secondes, fixant en silence les deux iris violettes d'Alev. Elle attendit que sa respiration se calme et que son cœur s'apaise avant de s'exprimer à nouveau. Elle se défit de son étreinte et lui sourit timidement.

- Tu ne m'as pas du tout forcé la main... la reprit-elle faiblement. Ce n'est pas la peine de t'excuser non plus...

Au contraire, sa discussion avec la jeune femme l'avait soulagée d'un poids.

- Je crois que, quelque part... J'avais besoin d'en parler. Ces derniers temps... Je me sens un peu déboussolée par rapport à tous ces événements, à ce monde et... à moi-même...

Elle détourna son regard vers la fenêtre, gênée.

- Hum... Je ne suis pas d'une grande aide... Pour être honnête, je ne sais pas grand chose... Mais... Si tu as encore des questions, je ferais de mon mieux pour y répondre.

Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser aller. Il fallait qu'elle se reprenne en main, jambe cassée ou non.

Résumé:
Derpina est prise au dépourvue mais remercie Alev. Elle se calme et lui demande si elle a encore des questions.

Vraiment désolée pour l'attente... D'autant plus que c'est pas fameux. éè
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 12 Jan - 0:08

L'étreinte dura un moment, alors qu'Alev sentit entre ses bras la jeune fille se détendre et se laisser aller. C'était une chose qu'elle avait déjà remarqué sur terre, les gens avaient du mal à exprimer leurs sentiments aux autres,et encore moins à se confier ainsi, comme le faisait Derpina en ce moment là. Mais que lui était-il donc arriver pour qu'elle soit ainsi à bout de force, tant physiquement que psychologiquement ? Jamais les choses ne seront expliqués en détail à Alev, jamais elle ne saura quel sombre passé chacune des personnes présentes avaient eu avant d'arriver ici. Et la jeune femme fut surprise d'entendre un timide remerciement sortir de la bouche de la jeune fille. Elle qui ne savait pas si ce geste allait aider, savoir que Derpina venait de la remercier affirmait qu'au moins cela avait pu lui faire un peu de bien, un tout petit peu de bien mentalement. Et dans le fond, c'était le boulot que voulait avoir l'égyptienne, non ? Et puis, tant que cela la rendait plus heureuse, c'était tant mieux.

Finalement, la jeune fille voulut se dégager, et Alev la laissa faire. Elle lui sourit timidement, et la jeune femme fit de même, elle-même un peu gênée, attendant un peu ce qui allait arriver ensuite. Derpina lui confia ensuite que d'avoir parler ainsi lui avait permis de se sentir mieux, car elle s'était sentie totalement déboussolée. Alev en fut plutôt heureuse, La jeune fille détourna ensuite le regard, regardant la fenêtre, avant de se reprendre, lui demandant si elle avait d'autres questions, bien qu'elle estimait qu'elle ne savait pas grand chose.

-Je n'ai pas d'autres questions pour l'instant. Je te remercie pour toutes ces informations, je comprends un peu mieux l'endroit, maintenant.

Elle continua ensuite, tentant de continuer dans cette ambiance plus décontractée :

-Et puis, si tu veux, tu peux toujours me parler de ce qui te tracasse, si cela peut t'aider... Il n'y a personne à part nous deux, ici.

Spoiler:

Résumé : Alev écoute Derpina, puis lui dit qu'elle n'a plus de question, et ensuite invite Derpina à se confier sur son mal aise.

[HRP : Ton message est très bien ! Mais le mien est pas terrible !]


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Mer 13 Jan - 12:14
Elle aurait bien aimé disparaître dans un coin, devenir invisible pendant un instant. Cette situation était tout à fait gênante. Il lui semblait qu'une éternité s'était écoulée depuis qu'elle la dernière fois qu'elle avait fait part de ses sentiments à quelqu'un. La dernière fois devait dater de l'époque où elle se nommait assurément Émilie et qu'elle n'hésitait pas à se confier à des amis en ligne... Il y a bien longtemps, en somme.

Alev la remercia gentiment pour les informations. Elle sourit encore. Elle était contente d'avoir pu être un peu utile à quelqu'un, même si ce n'était que pour répéter des choses maintes fois entendues... La jeune femme affirma qu'elle n'avait pas d'autres questions... Derpina hocha la tête, l'air compréhensif. De toute façon, elle doutait fortement qu'elle puisse bien plus la renseigner davantage au sujet de l'Esquisse. Bien sûr, elle aurait pu aborder la voix mystérieuse qu'elle avait entendu ou de tous ces phénomènes inexplicables auxquels elle avait assistés... Mais elle-même ne les comprenait pas encore, et elle ne savait pas non plus si jamais elle pourrait les comprendre un jour...

La jeune femme lui proposa alors de l'écouter, l'invitant à se confier encore un peu. Derpina rougit légèrement. Elle avait l'impression de l'avoir déjà suffisamment ennuyée de la sorte, et pourtant...

Elle resta pensive, les yeux perdus dans le lointain. Après tout, qu'avait-elle à perdre ? Depuis l'Esquisse, Alev était une de seules personnes qui l'avait l'écouté avec attention et semblait s'inquiéter sincèrement pour elle... Sans qu'elle ne sache exactement pourquoi, sa présence lui inspirait une certaine confiance. Il émanait d'elle une sorte d'aura réconfortante... Peut-être était-ce dû à son timbre de voix, à ses gestes ou ses iris d'un violet profond ? Cela faisait des jours qu'elle se torturait l'esprit, et c'était la première fois qu'elle avait l'occasion de partager ses doutes.

- Eh bien, dans les grands lignes... commença-t-elle lentement. Disons qu'en arrivant ici, j'ai eu la pensée idiote que dans ce nouveau monde, je pouvais tenter de devenir quelqu'un d'autre.

Elle recommençait à se balancer nerveusement d'une jambe sur l'autre.

- Il s'est passé beaucoup de chose, mais depuis, j'ai le sentiment de jouer un rôle en permanence... C'est... perturbant. parvint-elle à formuler d'une voix hésitante.

Elle déglutit. Trouver des mots et expressions simples à employer pour parler du sentiment de malaise qui la rongeait depuis des jours était loin d'être évident...

Résumé:
Derpina hésite un peu puis accepte de se confier. Elle donne quelques détails sur sa situation à Alev.

Ne t'inquiète pas, ta réponse était parfaite ! Alev est trop mignooonne...
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 15 Jan - 16:49


Alev ressentit la gêne de la jeune fille tout comme elle sentit la gêne monter en elle. Elle avait déjà jouer la psychanalyste en herbe avec sa famille et ses amis lorsqu'elle était encore sur Terre, mais là, c'était différent. Cette fille était tout à fait inconnue, et jamais elle ne s'était engagée sérieusement dans ce genre de conversation. D'habitude, c'était juste pour plaisanter, avec ses amis ou ses frères. Ou sinon, lorsque c'était sérieux, et bien.. C'était des amis proches, ou sa famille, alors ça ne lui posait aucun problème de parler ouvertement de ces tracas. Et ce n'était pas des tracas aussi compliqués que ça, c'était des soucis ordinaires... Là, cela devenait plus compliqué. On parlait bien d'un monde parallèle ou rien ne semblait être familier ou bon. C'était une toute autre expérience. Peut-être était-elle vraiment en train de devenir la psychanalyste qu'elle voulait être ? Peut-être que Derpina était officiellement sa véritable première cliente ? Du moins, si cette dernière voulait parler. Bien sûr, Alev ne s'attendait pas à ce qu'elle parle, elle s'attendait même à ce qu'elle décline son offre et continue de parler de tout et de rien, un truc comme ça, avant qu'elles ne se séparent. Pourtant, la jeune fille ouvrit la bouche, et cela la surprit. Elle l'écouta ensuite attentivement.

La jeune fille lui expliqua ce qui lui arrivait, le fait qu'elle avait désirait être quelqu'un d'autre dans ce nouveau monde. Un nouveau soi-même. Alev l'écouta sans lui couper la parole, tout en réfléchissant. C'était le genre de chose qui arrivait à certaines personnes. A vrai dire, les personnes, dans les réseaux sociaux ou les sites webs s'amusaient souvent à prendre un pseudonyme et à prendre le rôle d'une personne tout autre. Une sorte de reflet de soi, mais en mieux, plus joli, plus sûr de soi, plus entreprenant, plus social... Un idéal dans un monde parallèle. Sauf que ce monde, l'Esquisse, était un monde parallèle, et réel. Internet, c'était du virtuel, du moins, on ne concevait tout ça que dans sa tête, derrière un écran. L'Esquisse, c'était toujours la réalité. Elle devait maintenant lui répondre, tout en restant objective. Mettre son point de vu personnel dans l'histoire de quelqu'un serait une erreur. Certains psychologues le faisaient, et la progression du patient se retrouvait bloquée. Parfois même, les patients décidaient de quitter leur psychologue pour en chercher un autre. Ou de ne jamais retenter la psychothérapie. Elle devait donc garder son sang froid et sa neutralité, ne pas juger, agir en observateur, comme une sorte de pivot de réflexion, juste pour pousser le patient à trouver la bonne voie.

- Ce n'est pas idiot, c'est même tout à fait normal. C'est même humain. Beaucoup de gens font ce genre de choses.

Il devait sûrement même y avoir d'autres personnes comme elle, ici. Des gens qui étaient mal à l'aise et qui feignaient l'amnésie ou l'ignorance pour changer d'identité. Dans le cas de Derpina, ce devait être purement humain, naïf, pour essayer de se donner une bonne image. D'autres par contre, feraient ça dans un but bien plus vicieux... Maintenant, elle devait dire quelque chose, la rassurer et lui donner une piste pour améliorer sa réflexion, pour aller plus loin. Elle lui dit, d'une voix calme, en souriant :

-Peut-être que, si tu sens que tu joues un rôle, c'est parce que tu n'as plus besoin de ça. D'être quelqu'un d'autre. Que tu es satisfaite de toi-même, telle que tu es.

Alev posa l'index sur le menton, réfléchissant, pour se souvenir de ses cours, de trouver un cas identique.

-Peut-être faisais-tu ça pour te protéger et que maintenant... Tu n'as plus besoin de cette coquille ?

Peut-être que c'était ça. Peut-être que si elle se sentait aussi mal, c'était qu'elle avait besoin d'être elle-même et de se confier aux autres. Mais peut-être n'était-elle pas prête pour ce genre de choses ?

Spoiler:

Résumé : Alev est surprise que Derpina se prenne au jeu. Elle écoute Derpina attentivement, puis tente de la rassurer et d'appliquer ses cours de psychologie pour l'aider à se sentir mieux.


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Dim 17 Jan - 16:55
Elle fixait les lumières colorées qui se reflétaient sur la table métallique, attendant patiemment la réponse d'Alev. Avant-hier, elle était au manoir, hier elle était tombée dans une gare mystérieuse où elle avait cru perdre la voix, et aujourd'hui elle assistait à une réunion et confiait ses tracas à une inconnue dans une cuisine qui servait également d'infirmerie... Si les événements continuaient à s'enchaîner de la même façon, elle commençait à s'inquiéter sérieusement de ce qui viendrait le lendemain.

La jeune fille resta pensive quelques minutes avant de lui répondre de sa voix posée. Selon elle, son comportement était loin d'être idiot. Vouloir changer était humain, et elle n'était pas la première à l'avoir désirer. Elle lui sourit et affirma que, peut-être que ce malaise, cette impression permanente de jouer un rôle venait du fait qu'elle n'avait plus besoin de ces artifices. Qu'elle pouvait être elle-même, briser cette coquille...

Derpina réfléchit. Les paroles d'Alev lui faisaient du bien. Elle se sentait un peu rassurée en sa présence. Sa théorie était intéressante... Le problème, c'était qu'elle ne savait pas vraiment où se situait la différence entre cette coquille et son véritable être ; les frontières étaient floues. Au fond, qui était-elle ? Elle ne se souvenait pas toujours de la manière dont elle se comportait avant l'Esquisse, et elle se demandait parfois si la personnalité qu'elle avait tenté d'adopter dans ce monde ne l'avait pas marquée définitivement. Dans ce cas, cesser de jouer la comédie lui serait de toute façon impossible. Et puis, Derpina ne valait-elle pas mieux qu'Émilie aux yeux des autres ? Elle soupira. Pourquoi se posait-elle ce genre de questions ? L'image qu'elle renvoyait n'avait aucune importance dans l'Esquisse... La seule chose qui comptait actuellement était leur capacité de survie. Ses soucis personnels devraient passer après.

- Je ne sais pas trop... Je ne sais pas vraiment si en essayant de me comporter de la même manière que dans mes souvenirs, je n'en reviendrais pas à ce même sentiment...

Ne serait-elle pas juste en train d'imiter la personne qu'elle était auparavant ?

- Enfin... Peut-être qu'après tout, je me fais trop de soucis... Peut-être que je devrais juste considérer que ce que je suis englobe ces deux facettes de moi-même... Je devrais sûrement essayer de me montre plus instinctive... Réagir sans vouloir réfléchir à ce qu'on attendrait de moi...

Son teint s'empourpra au moment de croiser le regard d'Alev.

- Désolée, je dois sûrement t'ennuyer à ne parler que de moi depuis tout à l'heure...

N'y avait-il pas des sujets plus importants que cette discussions au sujet de sa propre personne ?

Résumé:
Derpina réfléchit sur les réponses d'Alev et lui répond.
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 18 Jan - 23:27

La jeune femme attendit patiemment qu'elle réponde. Elle pouvait prendre tout son temps. C'était de l'introspection, c'était une chose compliquée dont elle seule pouvait tirer des conclusions. Alev ne faisait que l'aider à trouver sa voie, rien d'autre. C'était à elle de faire ses choix, de choisir ce qu'elle voulait. Alev l'écouta lorsqu'elle reprit la parole. Et ses quelques paroles eurent les effets qu'elle désirait. Elle se mit à parler d'elle, comme si elle n'était pas elle-même. Oui, elle se regardait enfin avec les yeux d'une autre, elle s'analyse enfin avec du recul. Voilà, prendre du recul, c'était ce qu'elle désirait pour Derpina. Lorsque la jeune fille continua de parler, Alev l'écouta attentivement en hochant la tête en guise d'approbation. Oui, c'était ça. Accepter celle qu'elle était dans le passé et la fusionner avec celle du présent. C'était tout à fait ce qu'il y avait à faire. Mais la jeune fille s'arrêta net, rougissant subitement. Elle lui présenta ensuite ses excuses en disant qu'elle devait être ennuyeuse.

-Mais non, voyons, tu ne m'ennuis pas. C'est même moi qui te l'a demandé.

La jeune femme lui sourit. Elle était encore jeune. Elle ne s'était peut-être jamais remis en question jusqu'à être arrivée dans l'Esquisse. Elle reprit d'une voix toute aussi calme et accueillante :

-Tu sais, il faut parfois prendre le temps de réfléchir pour se remettre en question, pour progresser. C'est loin d'être inutile, au contraire. Qu'arriverait-il si personne ne se remettait en question ? Le monde serait sûrement plus en désordre qu'il ne l'est déjà. Enfin... Je pense que ce que tu fais, c'est bien, et que tu devrais continuer comme ça. Soit juste toi-même, c'est le plus important !

Spoiler:

Résumé : Alev est fière de Derpina et de son progrès, puis lui dit qu'elle ne l'ennuis pas et de continuer sur cette voie !

HRP : Il est court ! Voilà ! 8D


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Mar 19 Jan - 0:23
Alev la rassura en lui disant qu'elle ne l'ennuyait absolument pas. Derpina lui rendit timidement son sourire. Elle n'avait pas l'air d'avoir une différence d'âge si importante mais Alev semblait tellement plus mature et sûre d'elle... Elle l'admirait et l'enviait un peu pour cela, pour le calme et la confiance tranquille qui se dégageait de la jeune femme. Elle ne pouvait pas en dire autant d'elle-même. Elle n'avait jamais eu une grande assurance, et la vie dans l'Esquisse ne l'avait pas aidée sur ce point. Elle se sentait misérable, pitoyable, un boulet pour les survivants de la base sans aucune utilité, ne pouvant ni combattre, ni explorer, ni soigner. Avec sa jambe cassée qui limitait ses mouvements, c'était à peine si elle arrivait à dresser quelques malheureux inventaires...

La jeune femme aux yeux mauves continua de sa voix posée et chaleureuse. Derpina acquiesça au fil de ses paroles. Il était bon de se remettre en question, mais ne le faisait-elle pas déjà trop ? Elle n'avait cessé de réfléchir à sa situation, à ce qu'elle était censée faire et ce qu'elle pouvait faire. Être soi-même... Si seulement les choses étaient aussi simples... Elle pensait peut-être avoir trouvé une réponse grâce à Alev, mais elle n'en était pas sûre. Les choses n'étaient jamais aussi simples que dans son esprit... Et pourtant, ses pensées étaient déjà loin d'être claires.

- En tout cas... Merci beaucoup, Alev. Je me sens un peu mieux...

Vu l'état dans lequel elle se trouvait quelques minutes plutôt, le contraire aurait été difficile... mais pas impossible. Elle avait appris la veille que les choses pouvaient toujours s'envenimer, même lorsque l'on croit que l'on a touché le fond.

- Si un jour je peux faire quelque chose pour t'aider en retour... N'hésite pas...

Elle doutait qu'elle puisse encore lui être utile, mais on ne savait jamais...

Résumé:
Derpina remercie Alev pour cette discussion et lui propose son aide si jamais elle en a besoin un jour.
avatar
Allez râlez pas, racontez-moi plutôt vos complexes !
Personnages : Alev
Messages : 197
Date d'inscription : 22/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 19 Jan - 19:49

La jeune fille parut se sentir mieux. Alev vit quelque chose changer dans son visage, comme une petite illumination dans son regard. Bien sûr, à l'expression qu'elle avait, elle était loin de resplendir de joie.... En même temps, qui était heureux, ici ? Mais, au moins, elle avait l'air d'aller mieux que lorsqu'elle l'avait vu il y avait à peine quelques minutes, ou même hier. Et cela rassura Alev. De savoir qu'elle avait pu aider quelqu'un, ne serait-ce qu'un tout petit peu, lui faisait à elle aussi du bien. Elle se sentait tout aussi perdue que ceux qui venaient d'arriver dans l'Esquisse, même si elle ne le montrait pas. Parce qu'elle se devait d'être une psychologue pour ceux qui en avaient besoin, un bouclier, une protection mentale pour ceux qui avaient besoin de soutien. Elle ne devait donc pas se plaindre de ce qu'elle ressentait. Cependant, écouter les soucis des autres lui permettait de relativiser, de se rassurer elle-même, de se dire qu'elle n'était pas la seule à se sentir aussi mal... Elle feuilleta rapidement son carnet, avant de voir, écrit dans un coin, la fameuse mission qu'elle devait réaliser. S'ensuivait ensuite deux noms : Titus et Trenca.

-Excuses moi, Derpina, mais je dois te laisser ! J'ai failli oublier que j'avais une mission ! Dit-elle en riant, gênée d'avoir fait une bourde alors que cinq secondes avant elle était des plus sérieuses.

La jeune fille la remercia, et Alev prit le temps de poser brièvement une main sur son épaule en lui disant :

-Allons, ce n'est rien ! C'est tout à fait normal !

Elle se leva ensuite, se dirigeant vers la porte de la cuisine, pour s'en aller, partir en direction du portail de la Base, pour rejoindre Titus et Trenca, comme c'était prévu. Elle se retourna une dernière fois lorsque Derpina lui dit gentiment que si elle avait besoin d'aide un jour, elle serait là pour lui donner un coup de main. Alev sourit, contente de s'être fait plus qu'une patiente, mais une amie.

-Je viendrai te voir si j'ai besoin d'aide ! Mais pour l'heure, il faut que tu te reposes, et ce n'est pas en voyant les choses aussi négativement que tu te sentiras mieux. Dit-elle d'une voix enjouée.

Elle espérait que Derpina allait appliquer son dernier petit conseil et qu'elle se sentirait mieux ensuite. Elle lui fit un petit clin d'oeil avant de partir, et en s'éloignant en direction du couloir, lâcha un "A plus !" en lui faisant un grand signe de la main.

Spoiler:

Résumé : Alev est contente que Derpina soit plus heureuse qu'au début. Elle lui dit ensuite qu'elle doit aller rejoindre Titus et Trenca, lui donne un dernier conseil pour qu'elle se sente mieux, puis s'en va.

[HRP : Et hop, un Rp de terminé ! :D ]


Alev cherche vos complexes en #b590db.
Canvas désire vous tuer en #8dbe6b.
Code:
<transformation perso="Alev" />

Code:
<transformation perso="Canvas" />


avatar
Invité
Invité
le Dim 14 Fév - 21:27
[ Eh hop, je m'incruste ! Même si on RP que deux posts, ça fait toujours un perso de balancé quelque part. ]

Au final il lui avait suffi de faire quelques pas dans le couloir pour se dire qu'il était définitivement stupide. Et méchant en plus de ça. Ce n'était pas sa journée, ça ne l'était jamais, mais il arrivait à rendre les choses encore pires à chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Un vrai pro.

Perdu dans une nouvelle phase d'auto-dévalorisation et de déprime introspective que la narration ne détaillera pas cette fois, il avait toutefois suivi son projet initial. Aka se diriger vers la cuisine dans le but de se délecter de quelque ration sans avoir spécialement faim, quitte à envisager une retraite au dernier moment s'il se retrouvait face à certaines personnes. Voire appliquer la fameuse technique de l'autruche qui consistait à faire ce qu'il voulait sans se soucier de personne.

En l'occurrence, lorsqu'il regarda tel un voyeur par la porte entrouverte, son regard croisa instantanément la silhouette d'une. Fille. Avec de longs cheveux roux et une tête qu'il ne connaissait pas. C'était vrai que maintenant qu'il y avait la ville juste à côté, peut-être que plein de gens allaient venir. Et qu'il aurait encore plus d'occasions de se sentir comme un parasite inutile. Plus de gens à effrayer avec la dégaine qu'il se traînait. Plus d'oubli, plus de visages inconnus, et moins de ce qu'il avait vaguement considéré comme "chez lui".
Mais il avait faim. Ou plutôt, il avait envie d'avaler quelque chose et de braver les potentiels dangers humains de la cuisine. Et puis même si elles avaient la même couleur de cheveux ce n'était pas Kim et..

Bref.
Paraître na… naturel.

Il s'avança soudainement dans la cuisine/infirmerie, feignant de ne pas avoir remarqué la fille, puis se dirigea vers un placard au hasard, pour prendre quelque chose au hasard. L'astuce était de ne pas regarder ni penser. (c'était particulièrement facile de faire la deuxième option, qu'il se disait) Sauf que sur le tapis roulant de sa vaine course vers une attitude normale, il glissait. La cuisine était une immense prison et il se disait que peut-être, il était censé dire quelque chose. Ou agir différemment. C'était peut-être ce qu'il se disait tout le temps en fait.

Alors même qu'il était sur le point de repartir avec un maigre butin (composé d'un morceau de pain qu'on avait pas dû avaler à cause de sa couleur rouge vif et d'autres trucs que vous ne vouliez pas connaître), il risqua un coup d'oeil vers la silhouette dont il détaillait à peine l'accoutrement usé et la mine pas très heureuse. N…. naturel, on t'a dit.

« Salut. »

Et s'il n'était pas resté figé tel une page internet en plein freeze, il aurait même osé une remarque sur la météo particulièrement agréable. Ou une idiotie du genre. Bon mais il l'avait saluée alors c'était bien aussi non ? Il n'était pas en train de tout empirer ? Des griffes acerbes lui lacéraient la gorge, prêtes à l'étrangler encore plus.


Spoiler:

Résumé : Ambros, qui sait plus où se mettre après sa dispute avec Striky, regarde dans la cuisine puis se décide à aller y piocher quelques trucs. Puis il bug, se dit qu'il est censé faire quelque chose et salue Derpina. (On dirait un vieux PC sous Windows 98)

avatar
Invité
Invité
le Lun 15 Fév - 19:55
Elle était de nouveau seule dans l'infirmerie.

Alev avait quitté la pièce après s'être brusquement souvenue qu'elle avait quelque chose d'important à faire. Elle avait eu beau garder sa voie enjouée et son regard pétillant, Derpina avait ressenti un léger pincement au cœur en la voyant partir. Ne l'avait-elle pas délibérément laissée ? Non, elle était probablement trop gentille pour avoir de telles pensées... Et mêle si cela avait été le cas, elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle en avait déjà bien assez fait. Avant de s'éloigner, elle lui avait conseillé de se reposer, mais Derpina avait le sentiment d'avoir déjà été bien trop passive...

Peu importe qui elle était, peu importe qui elle paraissait être, elle était toujours inutile.
Cela avait été vrai bien avant qu'elle ne se casse la jambe.
Bien avant l'Esquisse.

Quelqu'un entra dans la salle, une autre silhouette inconnue. Elle avait vu passer un bon nombre de gens depuis le début de la journée mais elle était certaine de ne pas avoir aperçue celle-ci auparavant... Si elle avait déjà croisé un jeune homme avec la moitié du visage dévastée et un troisième bras dans le dos, elle s'en serait souvenu sans le moindre doute... Même dans l'Esquisse, c'était une apparence peu commune. Il avait dû passer des moments difficiles. Il avait dû souffrir bien plus qu'elle, et pourtant il n'était pas là à se morfondre cloitré dans une pièce. Quoique... On ne pouvait pas dire que son visage reflétait une grande joie de vivre. Son expression paraissait plutôt...

Vide ?

Le jeune homme l'avait ignorée et s'était dirigé vers un placard pour y saisir un morceau de pain sans ajouter un mot. Il avait l'air las, le regard morne. Devait-elle lui faire une remarque, trouver quelque chose à dire ? Elle n'avait jamais été douée pour réconforter les gens, engager une conversation avec un inconnu n'allègerait sûrement pas ses problèmes...

- Salut.

Elle sursauta légèrement, surprise. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il vienne l'aborder après s'être servi... Elle répondit vaguement, prise au dépourvue.

- Bonjour ?

Elle se serait contentée de ce seul mot si le jeune homme n'était pas resté planté face à elle. Il attendait peut-être qu'elle ajoute quelque chose ? Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle était censée faire.

- Euh... Tu as besoin de quelque chose ?

La dernière fois qu'elle avait proposé son aide, elle avait fini en pleurs et c'était la personne qu'elle devait aidée qui l'avait consolée... Cela ne pourrait pas être pire, de toute façon.

Résumé:
Derpina demande à Ambros s'il attend quelque chose.
avatar
Invité
Invité
le Lun 22 Fév - 21:05
(Attention ce qui suit fait profondément avancer le RP.. Ahahaha)
(ON VA Y ARRIVER.)(Ou au pire ça retarde d'un post ou deux la cloture de ce RP socialement évolué et productif)(Pardon, moi aussi je hais jouer les personnage timides à l'extrême ;w; )



Et ciel qu'il étouffait - pour une raison totalement absurde ! Au fond, il savait bien qu'à une époque il serait tout simplement parti sans rien dire. Ou alors encore - avant - il se serait lancé dans quelque discours particulièrement stupide. Il aurait agi sans réfléchir, il aurait...

Dans un monde qui ne l'aurait pas complètement détruit, il aurait certainement répondu quelque chose comme "Oui, j'ai besoin de parler à quelqu'un, j'aimerais soigner mes blessures à la fois dehors et dedans puis trouver ce que je dois faire dans ce monde. Et puis je viens de me disputer avec mon ami, alors je sais encore moins où j'en suis..." Il aurait peut-être vu, dans le regard d'une inconnue qui pourtant avait à peine l'air d'être mieux sans sa peau que lui, l'occasion d'avancer enfin sur ce chemin long et douloureux. Ce chemin qui était censé le mener à cette étrange chose nommée l'Espoir.

« N.. non. »

Et pourtant, dans ce monde qui l'avait effectivement détruit, ce soi-disant sentier lui semblait bien davantage être une lisse falaise à escalader. Avec des pommes à la place des paumes et une chute d'autant plus mortelle qu'il était monté haut, sachant de toute façon... qu'on l'attendait en haut pour le pousser si jamais il accomplissait le miracle de remonter, n'est-ce pas ? Sachant bien que ce visage en face de lui, c'était peut-être aussi le visage de quelqu'un qui finirait par le détester. Ou rire. Ou fuir. Cela n'avait pas d'importance, quelle voie ils choisissaient.

« Et toi ? »

Il se mordait la lèvre. Ce n'était pas ce qu'il voulait dire il n'y avait aucun moyen qu'il puisse l'aider même si elle avait besoin de quelque chose et en plus il l'avait dit avec un tel ton qu'il avait l'air de ne pas s'en soucier et oh c'était peut-être le cas il n'en savait rien il était simplement paumé. Le fait était qu'il réalisait qu'en dehors de Striky, parler à qui que ce soit était un peu comme être un nageur ayant peur de l'eau. Mettre un pied dans l'eau le faisait réaliser à quel point il crevait de repartir la tête cachée derrière les mains.

Mais dans ce monde, pire qu'un nageur, il était certainement un poisson aquaphobe.

Spoiler:

Résumé : Ambros est bavard comme une carpe, comme à son habitude. Il réalise l'étendue de ses capacités sociales et se morfond. Comme à son habitude ²
avatar
Invité
Invité
le Lun 22 Fév - 22:51
Le jeune homme resta immobile encore quelques instants avant de répondre négativement. Derpina s'en étonna. S'il n'avait pas besoin de rien, il était surprenant qu'il demeure plus longtemps ici... Et pourtant, il n'avait pas l'air décidé à bouger. Peut-être qu'un détail avait retenu son attention ? Ou alors il voulait discuter mais ne savait pas comme s'y prendre ? Elle ne parvenait pas à comprendre ses intentions...

Il la questionna à son tour. Peut-être souhait-il simplement échanger quelques mots, après tout... Difficile à dire... Il n'avait pas l'air très ouvert au dialogue, mais il n'avait pas non plus l'air de vouloir partir... Au fond, il était tout à fait possible qu'il soit aussi perdu qu'elle ne l'était elle-même.

Mais perdu n'était peut-être pas le mot le plus approprié... Il semblait... Dérouté ? Déboussolé ? Elle n'arrivait pas à trouver un terme qui suffirait à qualifier ce regard. Son visage reflétait-il la même expression quand Alev était venue la trouver dans la cuisine tout à l'heure ?

À ta place, qu'aurait-elle fait ?

- Non, c'est gentil...

Silence.
Elle ne savait pas quoi ajouter.

Trouve quelque chose à dire... N'importe quoi.

Elle dévisagea rapidement le jeune homme et jeta un coup d'œil au morceau de pain rouge qu'il tenait entre ses mains. Il devait trainer dans ce meuble depuis des jours... À sa place, elle ne se serait pas risquée à y toucher. Même pour de la nourriture issue de ce monde, cette chose paraissait louche.

À ce propos...

- Si tu as vraiment faim, j'ai peut-être quelque chose d'un peu plus appétissant... déclara-t-elle en sortant un paquet de caramels de sa poche.

Elle lui sourit et l'invita et lui tendit le sachet pour l'inviter à se servir.

Passer à la nourriture à défaut de pouvoir meubler une conversation... Un grand classique. Continue comme ça et bientôt tu proposeras des cookies à tous les gens qui passeront dans cette cuisine.

Résumé:
Derpina ne sait pas quoi répondre à Ambros et, voyant qu'il ne part pas de la cuisine pour autant, lui propose des caramels.
avatar
Invité
Invité
le Mar 23 Fév - 0:01
Chaque parole qui venait du fond de l'eau subissait la réfraction. Par le changement de milieu, elle se distordait, prenait presque un autre sens, se détournait ; et ainsi, ce qui n'était qu'une banale remarque de politesse pouvait.. faire froid dans le dos ? Il ne savait même pas pourquoi on prenait la peine de lui répondre. Il ne savait pas pourquoi il était là et c'était probablement cette question aussi qui avait traversé l'esprit de son interlocutrice. Le silence qui s'en suivi n'en fut pas moins.. Dérangeant.

Peut-être qu'à une seconde près, il serait parti. Peut-être qu'il aurait brusquement tourné les talons pour retourner dans une salle vide où il aurait pu s'adonner à ce grand loisir qu'était la déprime sans avoir à se poser de questions.

Mais à la place, il s'était pris un brusque coup d'écume. Et quelques caramels exhibés plus tard, une irrésistible lumière le faisait risquer sa main en avant. Tel un cheval un peu influençable qu'un touriste tenterait d'amadouer avec un morceau de sucre, il avait trouvé là une raison suffisante pour se déplacer. Ou disons, plutôt, qu'il s'y sentait presque.. Obligé ? Il ne pouvait pas refuser parce que quelqu'un était gentil avec lui. Faisait l'effort de lui donner ce qu'il.. attendait, quelque part, même si ce n'était pas tout à fait… Enfin.. Il n'attendait pas..

Aussi délicatement qu'il le pouvait, le bras tendu, il attrapa deux sucreries du bout des doigts. Il n'osait pas dire que ça ne le dérangeait pas de manger n'importe quoi. Et qu'il avait l'habitude. Et que en fait il n'avait pas forcément faim. Et qu'il avait quand même peut-être envie de manger malgré tout. Et qu'aussi il aimait bien les caramels surtout ceux-là qui avaient l'air normaux et tout à fait bons. Naturellement, il s'était tu, rien que le temps d'en avaler un.

Puis au deuxième seulement, il avait réussi à parler.

« Merci. C'est super bon. »

Le ton avait repris un peu plus d'assurance, même si cela restait définitivement dénué de toute l'énergie qu'il y aurait mis à une époque. Il n'avait pas vraiment souri non plus, quoi que la satisfaction soit perceptible entre deux traits, si l'on arrivait à cerner autre chose que ce visage à moitié rouge qui faisait face à la jeune femme.

« Tu les as trouvés où ? »

Chez lui, l'estomac était affreusement plus bavard que le cerveau. Malheureusement. Ou peut-être qu'il s'était simplement jeté sur le premier sujet de conversation venu, parce qu'il voulait tout simplement discuter, peu importe à propos de quoi...

En attendant de trouver la réponse, il avait gobé le second caramel et il était tout aussi délicieux. Il lorgnait naturellement sur un troisième essai, mais c'était juste une autre façon de dire qu'il ne voulait pas regarder cette fille qu'il ne connaissait pas dans les yeux. De peur de lire autre chose que ce qu'il espérait y voir ?

Spoiler:

Résumé : Attiré comme une mouche par la lumière, il se jette sur les caramels, en bouffe un, demande leur provenance et en avale un second. Chacal ? Vorace ? À peiiiine. (mais on ne peut pas résister à un paquet de bonbons de toute D: )

avatar
Invité
Invité
le Ven 26 Fév - 23:12
Elle avait réussi à lui arracher quelques mots contre deux caramels. D'ici qu'ils finissent tout deux le paquet, ils auraient probablement réussi à avoir une véritable conversation. Derpina piocha à son tour dans le sachet pour attraper une confiserie. Ce goût sucré était loin d'être désagréable... Cela changeait de la nourriture du coin. Elle n'était pas franchement mauvaise, mais les saveurs étaient parfois... exotiques.

Elle sourit au jeune homme qui la remerciait. Il avait l'air d'aller un peu mieux. Sa voix se faisait moins hésitante... Elle ignorait quels étaient les causes de son mal-être, mais elle aurait aimé l'aider à se changer les idées. Toutefois, elle n'était pas convaincue qu'elle puisse lui être d'une grande aide... Elle était clairement mal placée pour remonter le moral de quelqu'un. Encore moins pour espérer lui donner donner des conseils.

Elle fixait ses pieds. Était-elle censée lui dire encore quelque chose ? Elle n'allait tout de même pas l'inviter à lui confier ses tracas... Cela serait à la fois maladroit et indiscret. Elle n'avait pas à se mêler des problèmes des autres alors qu'elle n'arrivait même pas à résoudre les siens... Elle n'était pas aussi forte ou attentionnée qu'Alev, elle n'aurait rien trouvé à répondre dans ce genre de situation. Alors partager quelques caramels, c'était sûrement la chose la plus réconfortante qu'elle puisse faire...

- Tu les as trouvés où ?

Elle releva la tête et tenta d'adopter une expression décontractée.

- Je les ai trouvé au fond d'un placard, hier... Un peu après mon arrivée dans la base. expliqua-t-elle doucement.

... Juste après avoir réalisé à quel point j'étais insignifiante et m'être m'être cassée la jambe en tombant dans une faille.

- Oh, si tu en veux un autre, sers-toi... ajouta-t-elle voyant le jeune homme loucher sur le paquet de caramels. De toute façon, je ne comptais pas garder ça pour moi toute seule !

Résumé:
Derpina n'a pas d'idées de sujet de conversation, donc elle se contente de continuer de proposer des caramels.
avatar
Invité
Invité
le Sam 27 Fév - 0:18
Comme d'habitude, il ne s'était pas laissé prier pour attraper deux caramels de plus. Mais cette fois, après avoir écouté religieusement la fille qui parlait avec beaucoup plus d'aisance que lui il se disait que c'était à lui, aussi, de parler et pas que pour poser une question mais quoi dire il avait rien d'intéressant à raconter à une fille. Et surtout pas à celle-là qui regardait ses pieds et qui devait se forcer pour lui parler certainement. Peut-être qu'il la dérangeait et qu'il devait partir s'excuser à Striky. Mais si il se levait après avoir mangé ça... n'irait pas… Et peut-être que c'était juste qu'il lui faisait peur…

Un crabe lui pinçait les orteils qu'il avait timidement avancés. Il comprenait pourtant ; soit t'y mets les deux pieds, soit tu recules et tu tournes le dos. Dans les deux cas ça fait mal, mais deux fois moins qu'en restant au milieu.

Sauf que la dernière fois qu'il avait avancé il s'était disputé avec son ami.
Et quand il reculait le vide faisait si mal qu'il le tuait.
Alors il avait quand même choisi d'avancer. D'une façon ou d'une autre.

« J.. Je vois. »

…. Dieu qu'il se cassait la gueule plus vite qu'un unijambiste sur la glace.

« Mais tu devrais les garder.. 'Sont vraiment bons. »

Même s'il la remerciait quelque part de lui avoir laissé en prendre.

« Moi j'ai toujours quelque chose à manger quand je… (c'était compliqué de dire "quand je me morfonds sur le sens et l'intérêt de mon existence à travers de longues introspections" alors il ne le fit pas) Et ça fait du... bien. Des fois. »

Les autres caramels avaient disparu dans les méandres de son estomac. Il disait des fois car actuellement il lui était difficile de savoir s'il ressentait ne serait-ce qu'une once du « bien » dont il parlait. Probablement.. pas.. mais à chaque fois qu'il disait la vérité les gens n'aimaient pas trop.

Spoiler:

Résumé : Ambros prend des caramels mais dit à Derpina qu'elle devrait les garder parce que ça sert quand on déprime.
[/color]
avatar
Invité
Invité
le Sam 27 Fév - 18:51
Il attrapa un ou deux caramels de plus tout en lui recommandant de les garder pour elle... Elle ne releva pas la contradiction évidente entre ses paroles et ses gestes et haussa les épaules. Elle n'était pas d'humeur à profiter de sucreries, ces derniers temps... Si elle ne les avaient pas partagés avec quelqu'un, ils auraient donc probablement finis oubliés au fond des ses poches. Cela aurait été dommage… D'autant plus que le jeune homme paraissait les apprécier. Il avait l'air un peu plus ouvert que tout à l'heure. Il avait gardé son visage sombre, mais les mots semblaient lui venir plus facilement.

- Moi j'ai toujours quelque chose à manger quand je… sa voix s'interrompit un instant. Et ça fait du... bien. Des fois.

Elle hocha la tête, compréhensive. La nourriture avait souvent quelque chose de réconfortant. À une époque, elle essayait parfois de se distraire avec quelques bonbons ou carrés de chocolat… Mais le mieux pour se changer les idées, n'était-ce pas d'échanger avec les gens ? Se confier, exprimer ses doutes l'avait apaisée quelques minutes plus tôt. Elle aurait aimé pouvoir faire de même pour l'inconnu, alléger un peu sa peine. Elle ne le connaissait pas, il ne se souciait probablement guère d'elle et ne prêterait peut-être pas une grande attention à ses paroles… Mais il fallait qu'elle essaye. Elle sentait qu'elle devait dire quelque chose.

- Oui, je crois que je vois ce que tu veux dire… commença-t-elle, un peu hésitante.

Et maintenant ? Qu'est-ce que tu vas ajouter ? "Raconte-moi tous tes malheurs auxquels je ferai semblant de compatir, je m'en délecterai autant que ces caramels !"

- Dans ces moments là, ça fait parfois du bien de… Hum… Juste… en parler ?

Ce n'était peut-être pas la meilleure manière d'inviter quelqu'un à se confier, mais cela devrait faire l'affaire... Elle ne voulait pas se montrer trop pressante, alors tant pis s'il ne comprenait pas… Au fond, tout cela n'avait peut-être pas vraiment d'importance…

Ces actions et misérables tentatives de se rendre utile resteraient sûrement vaines, comme toutes les autres.

Résumé:
Derpina est un peu gênée de voir Ambros dans cet état et se dit qu'elle devrait au moins essayer de dire quelque chose, quand même. Elle lui propose donc indirectement de lui parler de ce qui ne va pas.
avatar
Invité
Invité
le Mer 9 Mar - 22:34
Avez-vous déjà ressenti une oppressante sensation d'urgence vitale ? D'un besoin salvateur obnubilant toutes vos pensées ? Le vieux Wui par exemple, lorsqu'il déboula dans la cuisine, les yeux écarquillés d'angoisse et le teint fiévreux; lorsque sa main s'abattit dans le paquet de caramels sans sollicitation aucune; et lorsqu'il s'empiffra d'une poignet complète de ces petites sucreries, était-ce là seulement l'expression d'une envie violente plutôt que d'un besoin ? Et bien... oui ! Mais ni le "Quoi ?" lâché entre deux craquements d'agonie des bonbons, ni le "j'fais de l'hypoglycémie" n'excusaient son geste.

Affaissé sur la table, étrangement décontracté en comparaison de sa précédente attitude affolée, il laissa son regard osciller d'un gamin à l'autre. Les temps morts, c'était l'ennui, alors il déclencha les hostilités de sa dernière déglutition, bruyante et grimaçante (c'est que ça gratte le trop-plein de sucre).

- "Alors comme ça, vous aussi vous vouliez vous faire une p'tite fringale, au beau milieu de la journée ?" Pure rhétorique suivie d'une agitation subite. Il extirpa trois assiettes d'un meuble, des couverts d'un tiroir et aligna trois verres sur le côté. "Bon, Chapi Chapo, trouvez moi ce qui se rapproche le plus d'un saucisson et d'un pain, je m'occupe du reste. Vous en faites pas, j'ai appris l'art de la crème chantilly à Vatel." Un repas exceptionnel en perspective... exceptionnellement peu ragoutant.

Le vieillard était déjà le nez dans les étagères de la réserve, agrippant plus ou moins tout ce qui se rapprochait à du comestible ne nécessitant que peu de préparation, tout en marmonnant inconsciemment quelques remarques inaudibles. En sa présence, le calme et le silence n'étaient plus que de vague souvenirs perdus, le choix revenait alors aux autres personnes présentes, à savoir : lui donner le change, ou subir, à leur risque et péril, les palabres d'un historien douteux.

- "Ca va me rappeler le bon vieux temps où on se péter la panse à la table du p'tit louis XIV". Comment ça "le rationnement" ? Même pour un faux hypoglycémique ?

Spoiler:
Je me tape l'incruste, pique des caramels et prépare à manger pour trois. Le thème de la soirée sera le roi soleil. Désolé, c'est tombé sur vous... =).
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum