La rencontre pétulante d'un barde et d'une dilettante

avatar
Je n'aime pas qu'on me dise de me taire.
Personnages : Silence
Messages : 19
Date d'inscription : 08/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 2 Sep - 12:22
Le long des rayonnages anciens, vestiges de temps immémoriaux oubliés de tous, lieu d'une sagesse infinie, plus ou moins crédible selon le degré de cyantifisme de l'auteur, courait une petite fille. L'épaisse couche de poussière qui, faute de passage, tapissait le plancher des tréfonds de la bibliothèque amortissait heureusement le bruit de ses baskets terriennes, mais ça ne l'empêchait pas de s'attirer les foudres des rats devant lesquels elle passait à toute vitesse. Et pour cause, la trompette qu'elle poursuivait dans une course infernale faisait un boucan de tous les diables en sautillant deçà delà sur ses touches. Ici elle lâchait un son de caisse claire bien pétant, ici elle tapait avec frénésie sur une cymbale invisible mais bien audible...

L'enfant talonnait l'instrument de musique — l’instrument de bruit plutôt — mais ne le rattrapait jamais. Elle courait de tout son cœur pourtant, mais il battait bien trop vite déjà. Elle s'arrêta un instant et reprit de plus belle la poursuite de la fauteuse de trouble, le souffle court. Elle tournait brusquement, dérapant presque, dérangeant les moutons de poussière d'allées depuis longtemps abandonnées des lecteurs, mais collait aux basques de la belle trompette cuivrée. La fuyarde revenait vers les volumes plus consultés, enchaînant escaliers dérobés, passages secrets, portails spatiaux apparus au travers d'un livre dont la provenance esquisséenne n'était pas à prouver, cherchant la sortie de ce lieu beaucoup trop sage pour elle. A toutes jambes... A toutes touches plutôt, elle s'engagea le long d'une rangée d’alcôves murales dédiées à la consultation sur place des livres et s'engouffra dans l'une d'elles. Venant tout juste de passer le tournant, la brunette ne repéra pas l'instrument et continua sa course, les yeux mobiles, cherchant sa trompette de compagnie. Faute de regarder devant elle, ce qui devait arriver arriva, elle se prit les pieds dans un sac qui traînait.

- Oh là là, désolée, euh...

Elle regarda la personne la plus proche.

- Désolée monsieur. Enfin, je suppose que c'est "monsieur".
avatar
EUR
Personnages : Adeline et Audebert
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 12 Sep - 21:04
C'est perdu en pensées
Que je me promenais
Là où m'avait poussée
Petite errance d'hui.
Gransac, Plumette au lit,
À lui seul me tenait
Compagnie, plus poli
Qu'instruments sans étui.

Pauvre ami ton repos
Fut bien vite troublé :
De douleur, accablé,
Tu te fis entrepôt.
Las, jeune demoiselle,
Pataude autant que belle,
Empêtra ses petons
Dans sa corde en coton.

Sans être intimidant,
Je suis un peu géant,
Pour dévier incident
Je lui dit ce péan :
"Bonjour, ma belle amie.
Vous ai-je causé tort ?
Je ne gracierais mie
Mon modeste être alors."


Amène, souriant,
Je me faisait brillant
Pour soulager son cœur,
Ne point lui faire peur.
Approchant, accroupi,
Je lui tendis ma main
Pour lever du tapis
La fille en plein chemin.


Couleurs des Persos:
Adeline (#ffffff)
Audebert (#875f40)
Plumette (#f9dfd4)
Gransac du Besacé(#5bb4b7)
Violin le Sec (#962222)
Grocequèce (#ff99e3)
Harpie (#fff377)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum