• Echo • [Pv Eelis & Elune]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

avatar
La Noble
La Noble
a tracé,
le Lun 3 Sep - 14:19
Il était temps d'être cruelle.

Oh, parce que jusque là Elle ne l'a pas vraiment été. Et encore, Elle aurait pu faire bien pire. Mais chaque chose en son temps. De toute manière, Elle avait l'éternité pour tous vous faire sombrer. Pourquoi ? Pourquoi cette haine presque maladive, pourquoi ce plaisir pervers à vous tourmenter ? La Voix ne ressent rien pour vous. Vous n'êtes que de pauvres âmes qui ont eu la (mal)chance de tomber entre ses griffes.

Les tentacules se refermèrent alors sur les trois Dessinateurs, les plongeant dans le noir et la solitude totale. Ils se sentirent plonger dans un trou, toujours retenus par les immenses bras qui manquaient de les étouffer à chaque seconde. Cela ne dura que quelques instants.

Lorsqu'ils revinrent à la lumière, les tentacules reprirent leur forme originelle. La forêt avait disparu... et l'un des leurs aussi.

Elune Hietala Crowley n'était plus là. Silence.

Absence de sons brisée par la Voix, pour la dernière fois :

« Estimez-vous heureux. Vous avez résolu l'énigme. Ne vous demandez pas où est votre... amie. Disons qu'elle est plus heureuse là où elle est ? Allons... Je vous dis au revoir, mes chers amis. »

Au revoir. Car penser que c'est la dernière fois que vous l'entendrez serait vous fourvoyer.
« Vous ne sortirez jamais d'ici. »
Situation : Aucune
Particularités : Aucune
Messages : 850
Date d'inscription : 01/06/2012
Toasts : 79
Voir le profil de l'utilisateur http://www.esquisse-rp.com
Commenter
avatar
Le coach ailé
Le coach ailé
a tracé,
le Ven 7 Sep - 21:16



le nouveau monde













Un « Miaou » strident te tira du sommeil. Probablement le chat du voisin qui, attiré par quelque odeur alléchante, s’était glissé sur le balcon avec une agilité surprenante pour le gros plein de soupe qu’il était. Les yeux encore mi-clos, tu te redressas pour regarder l’heure. 6h14, il ne servirait plus à rien de se rendormir. Le soleil se montrait déjà timidement à travers les rideaux immaculés. Tu t’empressas de les rabattre sur le côté afin d’admirer ce splendide ciel bleu uniforme, quoi que légèrement couvert par des nuages blancs. Qu’il était bon d’être en vie ! Un léger sourire étira tes lèvres ; tout ça, finalement, ça avait bien été un rêve.



Ça, c’est ce que tu aurais voulu raconter, parce qu’à l’heure actuelle, tu restes là, dans ce monde trop coloré où il n’y a ni chat, ni voisin, ni rideau, ni heure, ni soleil, ni ciel bleu, ni nuage, ni logique. Il reste juste ce sourire ; tu arrives encore à ne rien prendre au sérieux et à te leurrer dans tes illusions idiotes. Ça va, ça va, tout va bien, tu n’es que coincé dans une forêt tordue avec une parano et une fille aux yeux luisants, à répondre aux énigmes d’une voix envoûtante sortie de nulle part, entravé dans tes mouvements par des tentacules rouges, et mourant de soif ! Comment fais-tu pour retourner la situation de façon à ce qu’elle paraisse amusante ?

« Si tout n’est qu’un rêve, alors on nous laissera repartir avec un scone et une boisson chaude. » te répètes-tu mentalement, comme si ça allait arranger quelque chose.
« Si ce monde n’est qu’une illusion de mon esprit, le noir sera. »

Et à ce moment-là, te surprenant même au passage, le noir fut. Tout s’empourpre, ta vision s’estompe, tu te sens tomber dans un vide infini ! Rien, pas même de sol, que cette absence de couleur. Où es-tu ? Que se passe-t-il ? Rien. Tu es zen, tu penses que c’est le bout du tunnel. Même si tu n’as pas eu ton scone, on peut toujours s’arranger, quoi que tu ne sois pas non plus chaud bouillant à l’idée de revenir à cet endroit. Alors, quoi ? Qu’attends-tu pour émerger de cette illusion ? N’es-tu pas là dans ton lit, entre deux états ? Je t’attends. Si tout n’était que l’histoire d’une nuit, pourquoi t’éterniser dans ce monde vide ?

Ah, la lumière. Sur quel présent émerge-t-elle ? Tu t’attends à voir l’azur de ce ciel normal. Mais juste au cas où, tu attends, juste un petit peu, et gardes les yeux fermés. Ne pas avoir peur, c’était ta devise. L’est-elle toujours ? Tu ne devrais pas, tu en es conscient. Si un concurrent voit cette tension sur ton visage assagi, il va en profiter pour te déstabiliser. Levant haut la tête, tu fais face au moment. Juste une seconde. Encore. La microseconde s’achève, profite-en !

L’éternité s’achève. Hein ? Où es-tu ? Tu sembles toujours là, encore dans ce rêve. Pourtant, point de tentacules, plus de forêt, aucune voix. Ahah. Oui, normal, tu as dû atterrir dans un monde différent, c’est toi où tu commences à faire la grasse matinée ? Le temps te semble horriblement long, mais que signifie le temps dans un songe ? À quoi correspond l’heure ? Haussement d’épaules. Tu espères juste qu’ici, tu croiseras aussi des humains, pas des téléphones portables russes qui kidnappent les petits enfants dans la rue et les offrent en pâture à des minitels qu’ils vénèrent comme leurs dieux. (oui oui, on appelle ça de l’imagination, et tu en as beaucoup quand tu veux)

Pour savoir, suffit de se promener. Sans penser à regarder derrière toi, tu te lèves, t’étires, scrute l’horizon. Dans ce monde ci, tu n’as plus soif, c’est cool ça. Tu fais juste deux pas, avant de te retourner prestement, pensant que tu as entendu quelque chose. Là, surprise ! Tu es bien dans ce monde étrange, toujours et encore, puisque Minami est là.
Oui, Minami est là, mais l’autre ? Bof. Elle a sûrement dû fuguer.

« Estimez-vous heureux. Vous avez résolu l'énigme. Ne vous demandez pas où est votre... amie. Disons qu'elle est plus heureuse là où elle est ? Allons... Je vous dis au revoir, mes chers amis. »
Toujours aussi splendide, la voix-qui-sort-de-nulle-part avait parlé. Et, naïf comme tu es, bien sûr, tu la crois sur parole. Si elle est heureuse, ça va, peu importe où elle peut être allée. Soupir de soulagement ; si cette gamine s’était vraiment perdue ou fait mal, tu l’aurais eu sur la conscience, et ça c’est bien dommage. Bof, ahah, ne te fais pas rire toi-même, une création de ton esprit qui disparait ? Soit, c’est bien.

« Super, on va pouvoir aller boire un thé ! Tu viens, Minami ? » demandes-tu simplement, gaiement, innocemment, à l’autre personne qui se trouve près de toi.
Il en faut peut pour être heureux, dit-on.



Spoiler:

Voilà, à toi de voir si tu refuses et si on clot le RP, ou si tu acceptes et ça peut continuer ^^ à moins que tu choisisses une autre option.

Et sorry du temps de réponse, rentrée oblige.

Afficher la signature en entierRéduire la signature

Cuiiiii !
Autres comptes : Ambros, Al, Iris Listz, Thalès et Trenca
Rôle : Vagabond
Situation : Sociabilise avec tout ce qui croise sa route dans la Base
Particularités : Est accompagné d'un perroquet nommé Eelis II.
Messages : 2422
Date d'inscription : 10/06/2012
Toasts : 119
Voir le profil de l'utilisateur http://www.esquisse-rp.com/t1007-eelis-oo-une-ombre-au-fond-de-l
Commenter

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum