A New Challenger Approaches

Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 82
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Mer 10 Mai - 14:26

Cécilien




APPELLATION

Je ne me souviens plus de mon nom ni de mon prénom. Certains diraient que ces appellations sont une partie essentielle de leur identité, tant les sons qu'ils produisent sont ancrés dans leur vie quotidienne. Pour ma part, je n'ai entendu ces sons que pendant la moitié de ma vie, alors leur importance a progressivement diminué à mes yeux. Ici, dans l'Esquisse, je désire me réinventer.

La perte de mon identité d'origine m'a ouvert les yeux sur une infinité de possibilités. Qui étais-je, réellement, en dehors des mots qui me définissaient autrefois ? Désormais, je ne suis plus limité par les attentes des autres, ni par celles que je m'étais imposées. Je suis libre de devenir qui je veux, d'explorer de nouvelles facettes de moi-même et de découvrir ce qui me rend vraiment unique.

Mes amis ici m'appellent Roi, mais c'est une blague entre nous, et croyez-moi, ce n'est pas vraiment flatteur.
Mais il a bien fallu que je me trouve un nom, c'est bien plus pratique pour les relations humaines.

Vous pouvez m’appeler Cécilien.


ÂGE

29 ans

NATIONALITÉ

Je ne me souviens plus exactement d'où je viens, mais est-ce vraiment important ? Ici, dans l'Esquisse, je suis une nouvelle personne avec une nouvelle identité, et j'ai la chance de recommencer ma vie depuis le début. De redécouvrir la vie sous un autre angle. Alors, plutôt que de me perdre dans les détails de mon passé et de me laisser rattraper par les souvenirs flous de ma nationalité, je préfère me concentrer sur l'avenir et saisir cette opportunité qui m'est offerte. Le pays d'où je viens ne définit pas qui je suis maintenant, et les frontières semblent si insignifiantes face à l'immensité de l'Esquisse. Mon passé est flou, mon avenir est obscur, et je ne peux pas vraiment dire d'où je viens ni où je vais, mais en fin de compte, cela n'a pas d'importance ici. Ce qui compte, c'est qui je choisis d'être aujourd'hui, dans ce monde mystérieux et intrigant. Alors, je laisse derrière moi les incertitudes et les regrets liés à mon ancienne vie, pour embrasser pleinement cette deuxième chance qui m'est offerte et explorer toutes les possibilités qui s'ouvrent à moi.


GOÛTS

J'aime la vie, et je n'ai pas peur de l'affirmer haut et fort. La vie est une chance précieuse et tout peut s'arrêter en un instant, alors il faut profiter de chaque moment, savourer chaque expérience et vivre pleinement. J'aime aussi énormément la musique. Cela peut sembler ironique, compte tenu de mon histoire, mais j'ai appris à aimer chacune des vibrations que je ressens. Aujourd'hui, j'apprécie encore plus la beauté et la complexité de la musique. Elle me permet de voyager, de ressentir des émotions profondes et de me connecter aux autres et au monde qui m'entoure d'une manière que je n'aurais jamais cru possible auparavant.


ARRIVÉE DANS L'ESQUISSE

Je suis ici depuis quelques heures, quelques jours, peut-être quelques mois ? Qui peut vraiment le dire ? Je ne vois pas le temps passer. Les jours semblent s'écouler de manière étrange dans ce monde où une journée peut durer une minute et la nuit une éternité. Chaque instant est imprévisible, et les repères temporels que j'avais sur Terre n'ont plus de sens ici.



Description



Qui suis-je ? Quelle est mon histoire ? Beaucoup de mes souvenirs sont flous, mais il y a des aspects de ma vie qui restent ancrés dans ma mémoire. Un en particulier que je n'oublierai jamais.



J'étais un enfant comme les autres, parfois turbulent et j'ai fait quelques bêtises, ça oui. Je me souviens encore de cette fois où j'ai décidé de piquer la carte bleue de ma mère pour aller acheter des bonbons pour mes amis et moi dans la boulangerie du coin. Les fameux Carambars à 20 centimes. J'étais naïf, je ne savais pas qu'il fallait un code pour utiliser une carte de paiement, et je me suis retrouvé tout penaud devant la boulangère et sa machine à carte.

Elle connaissait ma mère depuis longtemps, elles étaient amies depuis toujours. Elle m’a regardé avec un mélange d'amusement et de surprise avant d’éclater de rire. "Petit coquin, tu ne pensais tout de même pas t'en tirer comme ça ?" Je me sentais gêné et je ne savais pas quoi dire.

Elle à finalement décidé de me donner quelques bonbons, à condition que je promette de ne plus jamais voler la carte de ma mère. Teinté de honte, j’ai attrapé les bonbons et je me suis enfui avec mes amis.

Évidemment, la boulangère n'a pas tardé à raconter l'incident à ma mère, qui était furieuse. Elle m'a donné une leçon que je n'oublierai jamais : "Les actes ont des conséquences, et il est important de toujours être honnête et respectueux envers les autres." Cette histoire, malgré sa simplicité, est restée gravée dans ma mémoire, et a contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd'hui.

Mais trêve de nostalgie, ce n'est pas cette anecdote qui a forgé mon caractère et qui a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. J'ai bien plus intéressant à raconter qu'une simple maladresse de gamin.



Ce qui nous intéresse vraiment a eu lieu plusieurs années plus tard, au cœur de mon adolescence. Vous savez, cette période souvent redoutée par les parents, celle de la rébellion et de la construction de l'identité, où les petites bêtises se transforment parfois en véritables erreurs de parcours. Et en parlant de grosses bêtises, j'en ai commis une qui a changé ma vie à jamais.

C'était un après-midi ensoleillé, je traînais avec ma bande d'amis, toujours en quête de nouvelles aventures et de frissons. Nous étions insouciants, persuadés que rien ne pouvait nous arriver. L'un d'entre nous a eu l'idée saugrenue d'aller explorer une vieille usine abandonnée aux abords de la ville. L'endroit avait la réputation d'être dangereux et seuls les groupes les plus courageux osaient s’y aventurer, mais cela ne faisait qu'attiser notre curiosité et notre désir de braver l'interdit. Il fallait au moins ça pour impressionner les filles.

Armés de nos lampes de poche et de notre courage, nous avons franchi les grilles rouillées et pénétré dans le bâtiment désaffecté. L'atmosphère y était oppressante, et nos pas résonnaient dans le silence pesant. Nous avons exploré les lieux pendant des heures, découvrant des vestiges du passé et des graffitis laissés par d'autres intrépides avant nous.

C'est alors que l'inimaginable s'est produit. Dans notre insouciance, nous n'avions pas pris en compte les dangers réels que pouvait présenter cette vieille usine. Alors que nous étions dans une salle aux machines rouillées, un bruit sourd et violent a retenti, suivi d'une explosion qui a secoué tout le bâtiment. Un éclair de douleur m'a traversé la tête… et le monde s'est tu.



J'ai repris conscience quelques jours plus tard, allongé sur un lit d'hôpital, les souvenirs de l'incident encore flous dans mon esprit. Quelques blessures bénignes, égratignures et entorses parsemaient mon corps, mais j'étais en vie, nous l’étions tous, et j'étais soulagé de les savoir hors de danger.

Certains d'entre eux s'en étaient sortis avec des blessures moins graves que d'autres, mais dans l'ensemble, nous nous en étions tous tirés plutôt bien. Nous avons eu de la chance, malgré la gravité de l'accident et les risques que nous avions pris en nous aventurant dans ce lieu interdit.

Je ne saurais dire si j'étais le plus proche de l'explosion, si j'étais un peu plus fragile que les autres, ou si c'est simplement le destin qui en a décidé ainsi, mais je suis le seul à en avoir gardé de lourdes séquelles. Mon ouïe m'avait été arrachée, me laissant dans un monde de silence et d'isolement.

Au début, je n'ai pas compris ce qui m'arrivait. Ce bourdonnement incessant dans mes oreilles, les bouches qui bougeaient sans qu'aucun son n'en sorte, mes parents qui pleuraient en me serrant dans leurs bras. Je ne comprenais pas pourquoi je ne les entendais pas, pourquoi tout semblait si étrangement silencieux autour de moi.

J'ai essayé de les réconforter, de leur dire que j'allais bien et, surtout, que j'étais désolé. Mais aucun son ne semblait sortir de ma bouche. Alors, j'ai parlé plus fort, j'ai même crié. Mais toujours rien. C'est à ce moment-là que ma mère s'est effondrée, réalisant la vérité de ma situation. Mon regard a croisé celui de l'infirmière qui était là, et j'ai ressenti la pitié dans son regard. C'est à cet instant que j'ai compris l'ampleur de ce qui m'était arrivé.

Les médecins ont rapidement confirmé mes soupçons : j'étais devenu sourd à la suite de l'explosion. Ils m'ont expliqué que mes tympans avaient été endommagés et qu'il était peu probable que je puisse un jour recouvrer l'ouïe. J'ai dû affronter la réalité de ma nouvelle vie et apprendre à m'adapter à un monde silencieux. Vide ...



Les jours, les semaines et les mois qui ont suivi ont été une période d'adaptation difficile, tant pour moi que pour ma famille. J'ai dû apprendre à lire sur les lèvres, à communiquer avec les autres par des moyens différents et à développer d'autres sens pour compenser mon handicap. Je me suis senti isolé, frustré et parfois en colère. Ce n’était pas juste.

Après cet événement, ma vie a radicalement changé. Être un adolescent avec un handicap n'est pas facile. Bien sûr, mes amis étaient là pour me soutenir, mais je devais également faire face aux moqueries, aux regards emplis de pitié et aux sermons des adultes qui me disaient que cela me servirait de leçon pour ne plus faire de bêtises. Cette période était vraiment éprouvante pour moi.

Je ne souhaite pas m'apitoyer sur mon sort en racontant tout cela, je veux simplement partager mon histoire et les sentiments qui l'accompagnent. J'aurais pu connaître un destin bien pire, et je suis reconnaissant d'être encore en vie. Cette épreuve m'a permis de réaliser à quel point la vie est précieuse et qu'il faut savourer chaque instant, chaque expérience que nous traversons.

Au fil du temps, j'ai appris à voir les choses sous un angle différent. J'ai découvert que les défis peuvent nous rendre plus forts et plus résilients. Mon handicap m'a poussé à développer de nouvelles compétences, à m'adapter à de nouvelles situations et à être plus ouvert et compréhensif envers les autres. J'ai également appris à apprécier les petites choses de la vie, celles que l'on prend souvent pour acquises lorsque tout va bien.




Et un jour, je me suis réveillé ici, dans un lieu inconnu et mystérieux. Plus tard, j'ai appris que je me trouvais dans un endroit appelé l'Esquisse et que je n'étais pas le seul à être arrivé ici sans préavis. D'autres personnes, comme moi, avaient été transportées dans ce monde parallèle, chacune avec sa propre aventure. Mais cette histoire n’est pas des plus intéressante et mon premier réveil fut le plus remarquable.

Lorsque je me suis réveillé, il faisait nuit noire et le vent caressait doucement mon visage, tandis que quelques gouttes de pluie tombaient sur ma peau. Contrairement à ce que l'on pourrait attendre, les gouttes n'étaient pas froides et dégageaient une agréable odeur citronnée. Je me tenais debout, seul, au milieu de nulle part, et pourtant, je me sentais bien, serein. Une douce mélodie, composée de chants d'oiseaux nocturnes et du bruissement d'animaux sauvages se déplaçant dans l'obscurité, résonnait autour de moi. Cette symphonie de la nature me donnait des frissons et m'émerveillait. Une … mélodie ?

C'est à cet instant que j'ai réalisé que j'étais en train d'entendre à nouveau. Les sons, longtemps disparus de ma vie, revenaient à moi, et cela me bouleversait profondément. J'écoutais avec émerveillement les différentes notes qui s'entrelaçaient pour former une véritable symphonie naturelle, et je me sentais reconnaissant d'avoir la chance de percevoir à nouveau ces merveilles sonores.

Au fur et à mesure que j'avançais dans cette nuit mystérieuse, je m'arrêtais régulièrement pour prêter l'oreille aux bruits qui m'entouraient. Je m'émerveillais du chant des oiseaux, du crépitement de la pluie sur les feuilles, du souffle du vent dans les branches d'arbres, et de tant d'autres sons qui me semblaient à la fois si nouveaux et si familiers. Chacun d'eux était un cadeau précieux que je savourais avec gratitude et émotion.



Je trébuchai à plusieurs reprises sur des obstacles sur mon chemin, manquant de tomber maintes fois. L'obscurité était si dense, si profonde, qu'elle semblait engloutir tout ce qui l'entourait. Recueillant quelques gouttes de cette pluie citronnée dans le creux de mes mains pour en apprécier l'odeur, je pris conscience que quelque chose n'était pas normal dans cet endroit. Émerveillé par le retour d’un sens perdu depuis si longtemps, je n'avais pas prêté attention au fait qu'aucun endroit n'était si sombre qu'on ne pouvait même pas distinguer ses propres doigts à quelques centimètres de ses yeux.

Intrigué et un peu effrayé par cette situation, je commençais à explorer attentivement mon environnement, tentant de m'adapter à cette nouvelle réalité. Je me concentrais sur les sons qui m'entouraient, essayant de compenser mon manque de vision en écoutant attentivement les bruits de la nature, les murmures du vent et les échos lointains. Progressivement, je me rendis compte que ce monde dans lequel je me trouvais était bien différent de tout ce que j'avais connu auparavant.

Chaque pas que je faisais dans cette obscurité me faisait découvrir de nouvelles sensations, de nouvelles textures sous mes pieds et de nouvelles odeurs dans l'air. Au fur et à mesure que j'avançais dans cette nuit mystérieuse, je m'arrêtais régulièrement pour prêter l'oreille aux bruits qui m'entouraient. Je m'émerveillais du chant des oiseaux, du crépitement de la pluie sur les feuilles, du souffle du vent dans les branches d'arbres, et de tant d'autres sons qui me semblaient à la fois si nouveaux et si familiers. Chacun d'eux était un cadeau précieux que je savourais avec gratitude et émotion.

Cependant, dans cet univers sonore retrouvé, je devais également apprendre à me passer de ma vue, qui s'était évanouie en même temps que mon ouïe avait refait surface. Un échange de sens qui me laissait à la fois émerveillé et effrayé, car je devais maintenant apprendre à naviguer dans ce monde inexploré sans l'aide de mes yeux. Un nouveau défi qui m'obligeait à repenser ma façon de percevoir et d'interagir avec le monde qui m'entourait, et à apprivoiser l'obscurité dans laquelle je me trouvais désormais plongé.

J’avais réussi une fois, je pouvais le refaire. Pendant longtemps, j'ai prié pour pouvoir entendre à nouveau, quel qu'en soit le prix à payer. Était-ce le ciel qui avait exaucé mes souhaits ou simplement une plaisanterie ironique du destin ?




Mais comment explorer un monde sans pouvoir le voir ? Au début, je me suis aventuré dans cette nuit profonde sans vraiment savoir où j'allais. Je découvrais des odeurs, des textures. J'ai eu plusieurs surprises en essayant de goûter des choses qui me semblaient comestibles, mais qui s'avéraient avoir un goût affreux. À l'inverse, j'ai été étonné lorsque la première personne que j'ai croisée m'a tendu un objet carré, rugueux et lisse à la fois, aussi dur que du béton, en me disant de le manger. À ma grande surprise, malgré sa texture et son apparence peu engageantes, il s'est révélé avoir un goût délicieux, rappelant un mélange de fruits exotiques et de chocolat.

Et puis, un jour, j'ai découvert la Ville. Elle est bruyante, mélodieuse et cacophonique à la fois. Je me suis laissé guider par les sons qui m'entouraient et j'ai fini par atterrir dans la place du marché. Les conversations animées des marchands et des passants résonnaient autour de moi, créant une symphonie de voix et de rires qui me faisait chaud au cœur.

L'odeur du papain frais, tout juste sorti du four, venait chatouiller mes narines avec un curieux mélange de caramel brûlé et d'épinards. Je pouvais sentir les effluves des différents étals, chaque parfum se mêlant aux autres pour créer une expérience olfactive unique. Les fruits, les épices, les fleurs aux senteurs enivrantes, tout cela contribue à la richesse de cette ambiance de marché.

Les textures que je découvrais en touchant les objets étaient tout aussi fascinantes. Des étoffes soyeuses aux écorces lisses des arbres, en passant par les surfaces rugueuses des objets en verre, chaque contact m'offrait une nouvelle découverte.



Je pourrais décrire ainsi chaque endroit que j'ai découvert au sein de la Ville et dans d'autres lieux de l'Esquisse. J'ai appris à découvrir le monde autrement, à distinguer un endroit grâce à ses odeurs, ses sons et ses vibrations. Chaque lieu avait sa propre signature sensorielle, et je m'amusais à les mémoriser pour pouvoir les reconnaître instantanément.

Avec le temps, j'ai développé une sorte d'horloge interne qui me permet de connaître le moment de la journée grâce aux sons qui m'entourent. Le chant des oiseaux au petit matin, les rires des enfants lorsque le soleil est haut, ou encore le murmure des conversations nocturnes, tous ces indices me donnent des repères temporels.

Dans un premier temps, j’ai appris à me repérer dans l'espace grâce aux échos de mes pas et aux bruits ambiants. Je m'entraînais à reconnaître les distances, à anticiper les obstacles. Et puis on m’a présenté à Nour, la petite (pas si petite que ça) boule de poil qui m’aide désormais à me diriger dans l’espace plus facilement. C’est Ellie qui en a eu l’idée. Elle est très douée avec les animaux.

Nour à été recueilli par Ellie il y a un certain temps déjà alors qu'elle était encore membre des Verts-Veines. Nour est, pour faire une comparaison, mon guide dans l'obscurité, un peu comme un chien d'aveugle. Cependant, son apparence est loin d'être ordinaire : elle possède deux queues et ressemble à un étrange mélange entre un chat, un chien et un renard. Enfin d’après ce que les autres m’ont racontés. Malgré son apparence singulière, elle possède toutes les qualités qu'on peut attendre d'un animal de compagnie bien éduqué et dédié à aider autrui. Et elle fait preuve d'une intelligence remarquable.

Avant d'être à mes côtés, Nour avait pour compagnon un vieil homme qui avait des difficultés à se déplacer seul. Elle était ses yeux et ses oreilles, toujours à ses côtés pour l'aider dans son quotidien. Cependant, le temps a rattrapé le vieil homme et il a réalisé qu'il ne pouvait plus prendre soin d'elle comme elle le méritait. Avec beaucoup de tristesse, il prit la décision de la confier à Ellie, sachant qu'elle serait capable de lui offrir une vie confortable.

Dès notre première rencontre, ce fut une évidence. Je ne saurais dire ce qu'elle a perçu en moi, mais elle a rapidement commencé à me suivre partout. Elle émettait un son unique, quelque part entre le miaulement d'un chat et le jappement d'un petit chien, à chaque fois que je risquais de me cogner contre quelque chose. Elle a commencé à dormir à mes côtés, à m'accompagner lors de mes sorties... La connexion entre nous s'est instaurée de manière incroyablement naturelle et aujourd'hui, elle ne quitte plus mes côtés.

Il y avait une sorte de douceur dans son approche, une patience et une détermination que je n'avais jamais rencontrées auparavant. Il était évident qu'elle avait été bien formée, mais il y avait plus que cela. Il y avait une affection et une volonté de comprendre qui semblaient dépasser les capacités ordinaires d'un animal.

Avec le temps, notre lien s'est renforcé. Elle a appris à comprendre mes mouvements, mon rythme, les nuances de ma voix. Et je suis devenu expert dans la lecture de ses signaux subtils, de ses sons distinctifs, de la façon dont elle touche mon bras avec sa tête pour me guider. Nous sommes devenus inséparables, deux êtres liés non seulement par la nécessité, mais aussi par une affection profonde et indéniable.

Aujourd'hui, Nour est bien plus qu'une aide à ma navigation dans ce monde. Elle est ma compagne, mon amie et une source constante de joie. Elle est une partie intégrante de ma vie dans l'Esquisse, et je ne pourrais plus m'imaginer sans elle. Elle m'accompagne partout, me guidant à travers les rues animées de la Ville, les marchés bondés et les ruelles étroites.


Grâce à elle j'ai appris à m'adapter à ma nouvelle réalité. J'ai découvert de nouvelles compétences, développé de nouvelles amitiés et trouvé ma place dans l'Esquisse. Et pourtant, je sais que ce n'est que le début de mon aventure ici.

Alors, je continue d'avancer, Nour à mes côtés, prêt à faire face à tout ce que l'Esquisse a à m'offrir. Et je fais de mon mieux pour aider ceux qui, comme moi, cherchent à se réinventer dans ce monde plein de merveilles.


Positionnement



J'ai vite pris connaissance des différentes organisations présentes au sein de la Ville. Chacune avait ses propres objectifs et motivations, et elles étaient toutes très différentes les unes des autres. Pourtant, aucune d'entre elles ne semblait me correspondre, je n’y avais pas ma place.

Les Sorteurs ont été les premiers à venir vers moi. En constatant mon handicap, ils ont probablement supposé que je souhaiterais rapidement retourner chez moi, à ma vie d'avant. Cependant, lorsque je leur ai expliqué que dans mon cas, je devais choisir entre être sourd ou être aveugle, ils ont vite compris que leur argumentation ne me convaincrait pas. Il s'agissait du fameux dilemme entre la peste et le choléra.

J'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs membres du groupe des Explorateurs. Ils étaient passionnés et aventureux, toujours prêts à partir à la découverte de nouvelles terres et à percer les mystères de l'Esquisse. Cependant, il était évident que je n'étais pas la personne la mieux placée pour les accompagner dans leurs explorations. Les terrains escarpés, les environnements hostiles et les situations imprévues demandent une grande adaptabilité et une perception claire des alentours. Il en va de même pour les hussards.

Les Cyantifiques et les Cy-antis ne m'attiraient pas particulièrement non plus. Je ne voulais pas participer à leurs querelles incessantes.

Les Cyantifiques sont toujours plongés dans leurs recherches et leurs expériences, cherchant constamment à percer les mystères de l'Esquisse, à en comprendre les lois et les phénomènes. Bien que fascinants, leurs travaux sont parfois trop complexes et abstraits pour moi, et je ne me voyais pas m'investir entièrement dans cette voie.

En fin de compte, je ne souhaitais pas m'impliquer dans cette rivalité qui divisait la Ville. Je préférais garder mes distances et me concentrer sur mon propre chemin.



Je n'ai pas vraiment de talent pour la négociation, donc le SOC ne m'attirait pas non plus. Ils sont habiles pour tirer profit des situations, naviguer dans les eaux troubles des marchés et des transactions, mais je ne me vois pas faire partie de leur monde. Les affaires et les intrigues ne m'intéressent pas autant que la découverte de mon nouvel environnement.

Quant aux Magendarmes, leur mission de faire régner l'ordre et la justice dans un monde aussi chaotique que l'Esquisse me semble une tâche titanesque. Je respecte leur engagement et leur dévouement, mais je ne me sens pas prêt à endosser cette responsabilité.

Je n’ai pas l'âme d’un écrivain et mes talents artistiques ne sont pas très convaincants c'est donc la même histoire pour les autres petits groupes ici et la.

Les Vert-Veines auraient pu être une option intéressante pour moi, s’ils n'avaient pas cette réputation (méritée) de violences en tout genre. C’était peut être le seul groupe qui se rapprochait un temps soit peu de mes envies et de ma situation.



C'est ainsi que je les ai rencontrés, ces personnes qui sont maintenant devenues mes amis. Ils formaient déjà une sorte de petit groupe informel, sans prétention. Ils étaient tous différents, mais partageaient un point commun : leur vie dans l'Esquisse n'avait pas été facile, et pourtant, ensemble, ils avaient réussi à s'épanouir et à trouver leur place.

Parmi eux, il y avait Ellie. À son arrivée dans l'Esquisse, elle avait rejoint les Vert-Veines, espérant y trouver une communauté et un soutien. Malgré leur nature anarchique, les Vert-Veines ne portent pas dans leur cœur ceux qui refusent de revêtir leur couleur ou qui envisagent de quitter leur rang. Cette attitude, combinée à la propension de certains de leurs membres à recourir à la violence, a rapidement amené Ellie à la conclusion que ce groupe n'était pas fait pour elle. Pour elle, le confort et la sécurité offerts par le groupe ne valaient pas la peine de sacrifier sa liberté et son intégrité.

Elle avait donc quitté les Vert-Veines et s'était jointe à ce petit groupe d'amis qui, comme elle, cherchaient simplement un espace où ils pourraient être eux-mêmes, sans contraintes ni jugement. Tous avait gagnés un handicap en arrivant dans l’Esquisse. Ensemble, ils avaient créé un havre de paix et d'entraide, où chacun apportait ses compétences et ses talents pour soutenir les autres. Ils partageaient leurs expériences, leurs rêves et leurs espoirs, et surtout, ils s'entraidaient pour surmonter les difficultés de la vie dans l'Esquisse.

En rejoignant ce groupe, j'ai trouvé une véritable famille, des personnes qui comprenaient mes besoins et qui étaient prêtes à m'aider sans rien attendre en retour. Nous ne sommes peut-être pas liés par le sang, mais notre amitié et notre solidarité sont tout aussi précieuses et fortes. Grâce à eux, j'ai enfin trouvé ma place dans l'Esquisse, et je me suis découvert une nouvelle raison de vivre et de me battre pour un avenir meilleur.



Au fil du temps, notre groupe a évolué : des personnes nous ont rejoints, tandis que d'autres sont parties. Malgré ces changements, notre démographie est restée stable. Il n'y a pas vraiment d'organisation concrète ou de hiérarchie au sein du groupe, même si nous sommes quatre membres principaux qui gérons un peu les choses et veillons au bien-être des autres.

Les trois autres membres principaux adorent me taquiner et m'appellent Roi. Après avoir entendu mon histoire, ils se sont bien amusés et ont décidé de me surnommer le Roi des Invalides. Certains autres membres du groupe se prennent parfois au jeu.

Notre groupe est un véritable melting-pot de personnalités et d'expériences, ce qui en fait un lieu d'échange et d'enrichissement pour chacun de nous. Nous partageons nos connaissances, nos compétences et nos histoires, et nous apprenons les uns des autres. Cette diversité est notre force, et elle nous permet de surmonter ensemble les défis que la vie dans l'Esquisse nous réserve.



Un jour, Esteban a proposé un nom pour notre petite troupe. C’est un gars un peu loufoque, avec un humour bien à lui. Il a suggéré "Les 110 cap Esq.", un jeu de mots pas vraiment très bon, mais qui nous a fait rire sur le moment. On a gardé le 110.

On a eu pas mal de désaccords avec les Verts-Veines, dont certains membres voyaient notre regroupement d'un mauvais œil. Ils pensaient peut-être que nous voulions leur faire concurrence ou leur prendre du terrain. Mais notre objectif n'est pas du tout celui-là. Nous voulons simplement partager de bons moments entre amis, recueillir et aider ceux qui en ont besoin, chacun à notre manière et avec nos compétences. Nous ne cherchons pas à rivaliser avec les Verts-Veines ou à les défier.

Donc, en général, on essaye de se tenir à distance d'eux pour éviter les conflits inutiles et les tensions.



Informations pour le registre des personnages:


Dernière édition par Pearl le Ven 12 Mai - 20:08, édité 1 fois
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3177
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Ven 12 Mai - 19:27
Eeeet me voilà ! Désolée pour le tout petit retard, on avait très vite discuté de ta fiche, mais entre la désorganisation et les mini soucis dentaires, les jours sont passés un peu trop vite...

Du coup. Déjà, on est super contents de te voir mettre les pieds dans les Brises, qui plus est avec un perso qui semble bien calme par rapport aux énergumènes arrivés depuis la sortie de l'annexe. J'ai notamment apprécié la façon dont tu nous introduis le personnage à l'Esquisse : comme on vient d'apprendre qu'il est sourd, on se focalise justement sur son rapport à l'audition et on le suit dans sa redécouverte des sons, et du coup on passe comme Cécilien totalement à côté de l'autre truc qui aurait dû paraître évident. Qui plus est j'exige de voir un RP avec Serindë, déjà parce que les personnages se taperaient pas dessus, mais surtout pour voir comment vous allez contourner vos problématiques. Puis plus globalement tu laisses des pistes (notamment au début et à la toute fin) sur ce côté "se réinventer" et "nouvelles possibilités" donc je me demande comment ça va rendre et orienter ses choix, en clashant ou pas avec le petit quotidien qu'il est en train d'avoir avec son groupe.

Globalement, c'est bon pour nous pour valider, mis à part deux petits points (totalement mineurs) sur lesquels je reviens :
■ Déjà, tu évoques Nour et le rôle qu'elle a pour ton perso, on serait curieux d'avoir quelques précisions. Notamment, est-ce que c'est comme un chien guide d'aveugle, est-ce qu'elle parle, si oui si c'est manifestement un Dessinateur dans le corps d'un Objet ou un Objet (non pas que la différence soit si net entre les deux), pourquoi est-ce qu'elle accepte d'aider au quotidien (si comme un chien c'est parce qu'il s'en occupe, si c'est une autre raison)... Pas besoin d'entrer longuement dans les détails (on imagine que tu le feras bien assez en RP), mais juste pour avoir les grandes lignes !
■ Quand tu parles de la relation entre les 101 et les Verts-Veines (d'ailleurs j'aime beaucoup aussi le fait que tu aies ancré ton groupe dans l'écosystème, quand bien même il en est assez indépendant), tu mentionnes que les VV sont stricts, très hiérarchisés, comme une "secte" qui briderait la liberté. Dans les faits, c'est justement l'un des groupes les moins hiérarchisés (il y a une "chef" élue malgré elle, mais sinon tout le monde est au même niveau et participe à sa façon), et pas spécialement très régulé (surtout par rapport aux autres, et c'est justement ce qui cause les violences), voire un peu anarchiste sur les bords. J'ai cru comprendre via ce que tu disais sur le discord qu'en réalité c'était surtout l'insistance sur l'appartenance qui posait problème, et en effet je pense que c'est la principale différence entre les VV et les 101 ; même si elle n'est pas tant sectaire qu'un signe de fierté et une volonté de créer un truc auquel se rattacher pour pas mal de gens perdus, c'est en effet mal vu de ne pas habiter dans le fameux quartier des vert-veines et de ne pas en afficher les couleurs. Bref en vrai je pense que tu as compris, c'est juste qu'il faudrait clarifier dans les formulations pour être sûr (ne serait-ce si quelqu'un lit ta fiche ou si on officialise le groupe dans le sujet des Orga')

Tu nous ping quand c'est bon, et Kaoren ou moi repasse faire le discours de validation ♥




(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 82
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Ven 12 Mai - 20:14
Et voilà, normalement les modifications sont faites !

Pour éviter d'avoir à rechercher dans le flots de paragraphes je vous les mets ici :

Nour:

VV:

J'espère que c'est clair et que ça vous conviendra !
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3177
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Ven 12 Mai - 22:15
C'est tout bon ♥ (ces précisions sur Nour sont vraiment cools en plus, rien que pour ça je suis contente qu'on ait demandé)

Sans plus attendre, donc...


Bienvenue dans les Brises !



Te voilà officiellement validée, avec tous les groupes qui vont bien si j'ai rien oublié. Ton code de RP sera le suivant :
Code:
<transformation perso="Cécilien" />
Il marchera comme le précédent, et tu pourras aller modifier l'avatar ou la description comme tu veux de la même façon que ton premier personnage. (si c'est pas clair dis-moi)

Je te refais pas le tour complet de la maison, normalement tu connais, mais vais me focaliser sur ce qui est plus spécifique aux Brises. Déjà, tu as probablement vu passer l'addendum, mais si jamais tu ne t'es pas trop plongée dedans, n'hésite pas à au moins aller regarder les sommaires de chaque thème pour éventuellement y piocher ce qui t'intéresse. Chose que tu as peut-être un poil moins vu passer si tu t'es focalisée sur les Sables, les Brises sont depuis quelques mois en plein event : plusieurs fils ont été lancés et là, mais certains sont faisables en double et surtout il en reste encore des libres (je peux te conseiller si tu me dis quel genre d'ambiance tu préfères, voire te créer/adapter un fil si tu veux un truc particulier qui n'est pas possible), donc si tu veux participer il n'y aura pas de souci. Tu peux aussi faire des RPs qui n'ont rien à voir avec l'event ou n'y participer qu'à travers les trois mini-jeux (tu peux faire les trois, ils sont très rapides et ne nécessitent pas de RP!). C'est comme tu le sens ♥
Il y a un sujet de demande de RP par ici mais ce sera généralement plus efficace via Discord directement, et pareil si tu trouves pas tu peux me ping et j'irai secouer les gens (ou simplement RP avec toi).


Pour terminer, comme tu as créé une organisation dans ta fiche, tu as plusieurs possibilités :
▬ Soit tu veux en faire un truc qui concerne que ton personnage ou que les gens peuvent pas tellement rejoindre ou qui est méga anonyme, ou juste t'as la flemme d'ajouter le truc au lore du forum, et dans ce cas-là ça reste comme ça.
▬ Soit tu veux que les gens puissent rejoindre les 101, y compris dès leur fiche, et/ou que le groupe soit assez connu en Ville pour qu'on ait une vague idée de leur positionnement, et dans ce cas on pourra l'ajouter aux "petits groupes" de la Ville.
▬ Soit tu veux carrément que les gens puissent jouer des membres du 101 et/ou t'as envie de poster dans l'addendum, et dans ce cas here it is. Dans tous les cas si tu voulais développer les PNJ du groupe (comme Ellie) il faudrait poster dans l'addendum, le sujet des orgas étant plus concis.
C'est un peu flou et c'est normal parce que le sujet des orgas a été créé bien avant l'addendum et anticipait pas son existence, donc c'est pas super clair là où on met les organisations... Mais en tout cas je t'expose ça comme ça, et tu peux te contenter de ne rien faire dans un premier temps, et voir après avoir commencé à RP ce que tu veux faire des 101 et si ça vaut le coup d'en faire plus qu'un petit groupe mentionné dans certains de tes RPs. De même, si tu veux leur donner un rôle ou un rapport avec l'event en cours ou le suivant qui viendra, ça se négocie toujours (si on le propose pas par anticipation dans le cas du prochain).

Allez hop, bon voyage dans la Ville et ses alentours, et au plaisir de RP ensemble un jour !



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum