Le bon, la brute, le truand et la libellule

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Mar 29 Aoû - 12:42
__–Quelques jours plus tard, alors qu’il était à un des ateliers de la Volta, André reçut une visite de son supérieur, Shambo Terim, un homme-lézard noir de trois bons mètres, avec une carrure très imposante. Toujours habillé en chemise-cravate, il devait toutefois faire attention à la moindre porte qu’il passait et avait une démarche assez chaloupée, pour éviter de faire trembler le sol quand il marchait et faire un boucan d’enfer. André aurait pu tenir sur son doigt. Il était au demeurant tout à fait sympathique et professionnel.
__–« Ah, André, tu tombes bien, j’ai besoin de tes services. T’es notre expert dans le domaine, maintenant. »
__–Par là, il voulait sûrement dire, accepter des missions hétérodoxes et étranges. Depuis son retour, André était devenu une petite célébrité, à la Volta. Ses collègues avaient suivi avec passion ses aventures et la libellule n’avait plus compté les accolades amicales, les « t’es super courageux, ça t’a pas trop fait mal, le tir de rafale ??? Ah mais, t’es un robot, tu sens la douleur, seulement ? » et les allusions à sa mission. Un jour, il avait même découvert un petit serpent en peluche dans ses affaires, glissé là par un employé taquin.
__–« Écoute, on a détecté une anomalie à la station Volta, viens, je vais te montrer. »
__–Il l’emmena jusqu’à son bureau et lui montra un écran.
__–« Comme tu peux le voir, on reçoit toujours des foudargents, en quantité tout à fait suffisante, mais c’est devenu plus… aléatoire. Normalement, la station et tous les robots qui l’opèrent sont programmés pour faire un travail constant, mais là, ils ont des ralentissements de production et des pics. »
__–Effectivement, sur la courbe retraçant l’énergie reçue en ville de la Station Volta, ce qui était un harmonieux encéphalogramme plat décrivait de petites oscillations, qui allaient en augmentant.
__–« Presque plus inquiétant encore… On attendait une cargaison de foudroses, qui n’est jamais arrivée. Bref, t’as l’idée, il nous faut envoyer une équipe comprendre ce qui c’est passé. Ça veut dire passer un petit temps à la Frontière. Tu seras accompagné, pour ta protection, de trois mercenaires, recrutés dans un village de, euh… un village typique, quoi. Ils connaissent le terrain mieux que personne, tu ne risques rien avec eux. Ah et, si tu veux quelqu’un pour t’accompagner, t’as qu’à demander. des questions ? »


Dernière édition par Stilgar le Mer 1 Nov - 22:36, édité 2 fois


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 297
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Sam 9 Sep - 19:02
Rappel du défi 3 :
« J’en ai, oui. Est-ce qu’on a déjà constaté quelque chose d’irrégulier, à la Station ? Par exemple, la foudre qui retentit plus irrégulièrement, ou bien des signaux inhabituels dans les dispositifs de surveillance ? »

Je pose ces questions à mon supérieur Shambo Terim, un homme-lézard noir et géant toujours habillé en chemise-cravate. Nous sommes très opposés l’un à l’autre sur le physique. En un sens, sans doute aussi sur le caractère. Mais je l’apprécie. Shambo veut me faire enquêter à la Frontière, sur une cargaison de foudroses qui n’est toujours pas arrivée. Pour cela, il me fera accompagner de 3 mercenaires. Il me parle aussi des foudranches qui arrivent toujours en quantité suffisante mais d’une manière plus inconstante.

En temps normal, ce serait étrange qu’on me confie une telle mission. Je n’ai jamais été à la Frontière avant, je ne pense pas être le plus qualifié pour ce genre de tâches. Mais il y a quelques jours, j’ai aidé la COSHA à arrêter un attentat terroriste, à sa demande. Je n’ai toujours pas compris pourquoi ils m’ont appelé, et je crois avoir moins contribué que mes collègues de fortune à arrêter l’attentat. Mais depuis cette mission, je suis devenu plus populaire auprès de mes collègues. Je me fais plusieurs fois aborder par eux, ils me parlent à plusieurs reprises de ce qui s’est passé, je me sens déstabilisé par tout ce mouvement. Je sais que c’est un bon atout pour mes objectifs à long terme, que je devrai en tirer parti, d'autant plus si mon salaire a augmenté. Mais je ne subis ça que depuis quelques jours, et c’est déjà épuisant. Je souhaite pouvoir être plus discret.



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Lun 25 Sep - 10:57
__–« Il est possible que ce soit une cause naturelle, oui, c’est déjà arrivé. Mais mormalement, ils sont censés gérer ça, à la centrale. La foudre ne tombe pas de façon constante, tiens, regarde. »
__–Il ouvrit une autre fenêtre et lui montra un autre graphique, qui oscillait bien plus. Il y avait quatre courbes : une blanche, une rose, une rouge, une noire. La blanche était la plus élevée. La rouge était au moins aussi élevée, mais connaissait une variation bien plus importante. La rose ne montrait que quelques pics rares. La noire était plate, elle ne dépassait jamais le zéro.
__–« Ça, c’est la production effective du mois, soit la quantité d’éclairs qui tombe. Pour garantir à la Ville un approvisionnement constant, quand il y en a plus que la consommation nécessaire qui tombe, ils sont stockés. Et quand il y en a moins qui tombe, ils sont libérés. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé, ça doit être un problème technique, pour qu’ils n’arrivent plus à réguler le flux. Et pas un banal, regarde. »
__–Il superposa les courbes de production effective et de ce que la Ville recevait. Les oscillations étaient clairement différentes, autant en amplitude qu’en temps. Dit autrement, quand la production effective baissait ou augmentait, cela ne voulait pas dire que les envois baissaient ou augmentaient de manière synchronisée. Il n’y avait aucun lien logique entre les fluctuations de l’un et de l’autre de clairement perceptibles.


Dernière édition par Stilgar le Mer 1 Nov - 22:36, édité 1 fois


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 297
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Dim 8 Oct - 23:53
Je regarde les courbes d’émission de la foudre à la Ville et celle de sa réception.

« Effectivement. Elles sont censées être synchrones, et ce n’est pas le cas. »

J’essaie de réfléchir un peu à mes questions. Il y en a qui me trottent dans la tête.

« Je suppose qu’il y a des caméras de surveillance dans la Station ? Ou d’autres dispositifs de surveillance ? Si oui, est-ce que vous y avez remarqué quelque chose de suspect ? »

Je me demande aussi pourquoi on me demande d’enquêter sur ce problème, au lieu d’un personnel plus qualifié. Je pense en avoir en partie la réponse. On m’a récemment fait participer à une mission impliquant des terroristes, donc c’est compréhensible qu’on m’implique dans d’étranges situations. Mais est-ce la seule raison ? Je me connais en physique théorique, je suis allé jusqu’au master à ce sujet et j’ai pu m’adapter à celles de l’Esquisse. Les personnes qui gèrent la Station connaissent les applications théoriques de la physique, mais pas forcément la théorie derrière. Cela joue peut-être sur la raison de m’envoyer là-bas. Peut-être aussi qu’il y a des soupçons sur eux, qui poussent à envoyer une personne extérieure régler le problème. Puis-je poser la question ? Ce serait une question de prudence, mais je crains qu’elle soit vue comme un lancer d’insinuations. Je vais écouter la réponse de Shambo, puis j’aviserai.



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Mer 1 Nov - 23:09
__–__–Shambo sembla hésiter un petit instant, puis tendit une clef USB à André. Il se gratta les écailles et ouvrit un dossier sur son ordinateur.
__–« Tiens, t’sais quoi, mieux vaut que tu regardes par toi-même. C’est toi qui gère, maintenant. Je reviens dans dix minutes, ce sera suffisant. La clef, c’est… enfin, comme t’es un robot, je sais pas, peut-être que tu peux les lire sur… enfin, je sais pas. Sinon t’as tout sur mon ordi. Regarde juste pas mon historique SX, hein ! Allez, à tout de suite. »
__–Le dossier ouvert et présent sur la clef était un rapport fait par le département sécurité de l’entreprise, sur les récents développements à la Station Volta. Il n’y avait pas de caméras de sécurité dans le site, mais il y en avait, ainsi que des drones volants, qui surveillaient toute sa partie extérieure, afin de détecter les éventuelles arrivées. La centrale était aussi protégée contre les bandits et Objets de la Frontière par de puissantes tourelles de défense. Le rapport mentionnait qu’aucune activité suspecte n’avait été détectée dernièrement. De même, les réserves de munitions des tourelles, qui étaient surveillées en temps réel depuis la Ville, n’indiquaient aucun changement sur lu période concernée par la désynchronisation des courbes. La conclusion du département sécurité était qu’il ne pouvait donner aucun élément sur ce qui avait bien pu causer la perturbation.
__–La raison de cette absence de vidéosurveillance interne était que la Station Volta était entièrement automatisée. Il n’était pas nécessaire de surveiller, parce qu’il n’y avait rien à surveiller. En somme, on pouvait tout à fait écarter la possibilité d’une attaque, ou d’un sabotage. Du moins, rien ne permettait de le conclure.
__–Il devait donc s’agir d’un problème de fonctionnement interne. La Station Volta n’avait jamais eu besoin d’entretien actif de la part de l’entreprise, mais rien n’indiquait que ce serait le cas de toute éternité.
__–Shambo revint quelques instants plus tard, avec une tasse de café, qui semblait aussi petite dans son immense pogne que le serait un verre à shot dans celle d’un humain.
__–« Alors ? Prêt à constituer ton équipe ? Ou t’as d’autres questions ? »


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 297
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Dim 3 Déc - 21:40
Shambo me tend une clé USB, dans laquelle je peux trouver des informations. Là-dedans, je peux voir un rapport fait par le département sécurité de l’entreprise, qui parle des développements récents à la station Volta. J’apprends ainsi des choses sur la surveillance de la Station. Et de ce que j’y vois, un malfonctionnement interne semble bien plus probable qu’un sabotage.

Shambo revient avec une tasse de café, qui a l’air très petite dans sa main. Je me suis toujours demandé combien de tasses il prend pour avoir l’équivalent d’une tasse chez un humain, mais je n’ai jamais osé l’interroger là-dessus. Il me demande si je suis prêt, ou si j’ai encore des questions à lui poser.

« J’en ai une petite. Ces trois mercenaires, ils sont comment ? »



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 10 Déc - 0:04
__–« Ils sont… Plein de personnalité. Allons les rencontrer, ils sont dans notre salle de réception. »
__–Ainsi, Shambo escorta son collègue jusqu’à une salle où on faisait venir des clients, pour discuter affaires. Ce n’était pas la plus cossue des salles de réunion, mais la plus discrète : l’épaisseur des murs l’attestait. À l’intérieur, outre le mobilier fort sobre constitué uniquement d’une grande table ovale et de chaises, il y avait trois personnages fort remarquables.
__–Le plus proche de l’entrée, une espèce de hyène géante, qui en avait d’ailleurs d’odeur, se balançait sur sa chaise et jouait avec le barillet d’un de ses colts. Il parla le premier, avec un accent à couper au couteau :
__–« Hoy hoy, Lizardo ! Alors, c’est ça vot’ insecte qu’on va escourter ? Salut p’tite tête d’épingle ! Yé souis Pedro Mariano Juan Ernesto Sancha de Tanarive de la Cruz y Garcia, ma tou peux m’appeler Pedro, c’est plous simple, eh eh eh ! »
__–Le deuxième avait posé ses botte sur la table et se tenait tout au fond, il observait et en dépit de sa posture, avait quelque chose de raffiné dans ses manières, dans la façon dont il faisait rouler une pièce entre ses doigts, avec une précision proprement mathématique. Sa voix était tout à fait artificielle et très posée, mais pas dénuée de ton.
__–« Bonjour. Vous pouvez m’appeler A.N.G.E.L.
__–Angelito, sinon ! Et céloui qui parle pas là, c’est mon ami Blanc-bec ! »
__–Celui-ci se roulait une cigarette, assis bien plus convenablement. Une fois sa langue passée sur le papier il la colla à sa bouche et leva les yeux vers André et Shambo, pour faire un petit coucou, un sourire énigmatique et s’affaira à allumer sa clope.
__–« S’il vous plaît, monsieur, ne fumez pas en intérieur. »
__–Silence. Angel, le visage – si on pouvait appeler cela ainsi – obscurci par les longs bords de son chapeau, avec ses seuls yeux lumineux qui ressortaient de l’obscurité, fit balader son regard de Blanc-bec à Shambo, puis de Shambo à Blanc-bec. Pedro manqua de se casser la figure. Blanc-bec sourit et rangea sa cigarette dans une poche.
__–« Hé bien… Puisque nous sommes tous réunis, je pense que nous pouvons y aller ? »

Les trois affreux jojos :


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 297
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Mar 2 Jan - 20:01
Pleins de personnalité, oui, on dirait bien. Leurs caractères semblent aussi bien différents, pourtant ils ont l’air de se connaître.

« Je pense aussi qu’on le peut. Juste, je me demandais s’il y a quelque chose que je devrais emmener à la Frontière, au cas où. Je n’y suis jamais allé. »

Un avantage d’être un robot est que je n’ai pas besoin de boire ni de manger. Sinon, je devrais sans doute emmener des vivres. Ça me fait quelque chose d’en moins. Néanmoins, je pense qu’il vaut mieux emmener un chargeur, mais je ne suis pas certain de trouver un endroit où me charger. Peut-être qu’une batterie serait mieux, mais je crains que ça m’encombre trop. Il faudrait que j’emmène les fléchettes, aussi. Peut-être avec le poison, même si je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’en mettre.



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Lun 29 Jan - 11:41
__–Pedro se leva et voulut faire passer André sous son bras pour lui faire une ferme accolade, mais ce dernier fut épargné du contact avec ses aisselles par sa morphologie, qui aurait rendu bien ardu un tel acte de camaraderie.
__–« Ma no señor André, né vous en faites pas !
__–Des batteries en plus… je suppose. Sauf si ça vous défriserait les ailes d’être alimenté à la foudrouge. Et une arme, vous aurez trois…
__–Quatre, porque j’en ai deux dé calibres, eheheh !
__–… Quatre pour vous protéger, mais mieux vaut en avoir une proche de vous. On ne sait jamais.
__–Si ce n’est qu’une question de matériel, je vais vous fournir tout ce dont vous avez besoin. Tes collaborateurs ont insisté pour utiliser leurs propres véhicules, c’est à dire des motos, mais Pedro a un side-car.
__–T’as un side-car, toi ? Y’a des gens qui sont assez dingues pour voyager avec toi, ou tu t’en sers de crachoir ?
__–Ma, Blanc-bec, tou m’insoultes ! J’ai lé cœur sour la main, il est impeccable et je l’outilise ou-ni-qué-ment pour transporter de pauvres petits orphelins qui veulent rendre visite à leur grand-mère.
__–Et qui ont des pains de C dans leurs petits paniers, j’imagine… On y va ? Après… on est payés à l’heure, hein, on part quand vous voulez… »
__–Si André n’avait rien à rajouter, ils pourraient prendre la route.


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 297
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Ven 8 Mar - 23:36
« Merci, monsieur… »

Je ressens une certaine gêne à l’idée de demander à mon supérieur de m’emmener des choses. Mais c’est lui qui me l’a proposé, donc je suppose que cela pourrait aller. Je réfléchis à leurs paroles. Ils m’ont l’air bien équipés pour cette mission. Cependant, ce serait bien de prendre des précautions au cas où les choses tournent au vinaigre.

« Il me faut mes outils d’électricien. »

Qui me serviront autant pour cette mission que pour me faire de petites réparations d’urgence si besoin.

« Je pourrais aussi me prendre des fléchettes de rechange et le poison qui va avec. Ce serait bien aussi que je prenne mon chargeur. Et une batterie de rechange ?… Oui, une batterie de rechange. »

Je sais que je peux facilement me charger à la station Volta, il y a plein d’électricité là-bas. Mais l’électricité peut être instable là-bas surtout en ce moment. Aussi, je ne suis pas sûr de combien de temps on mettra à aller là-bas.

« Enfin, un sac. »



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 984
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Jeu 25 Avr - 23:14
__–Tout ce que demandait André lui fut fourni.
__–Du reste, il n’est pas indispensable de raconter le voyage, qui s’effectua sans trop d’histoires. Les trois pistoleros engagés par Shambo prirent chacun leurs montures, des Objets moto-cross. La « jument » de Blanc-bec était un appareil nerveux et agité, celle d’A.N.G.E.L. une créature au contraire très placide et celle de Pedro semblait fort calme aussi, mais celui-ci prévint André qu’elle « avait sou pétit caractère, hé hé hé ! » Quoi qu’il en soit, il passerait le trajet dans son side-car, qui avait été relativement bien nettoyé pour l’occasion : il n’y avait que quelques papiers gras qui traînaient, un peu de verre pilé dans un coin et des cendres de cigarettes.
__–Au vu de la tête de l’escorte, personne n’osa vraiment les agresser pendant le trajet. Ils firent quelques haltes dans les petites villes et villages de la Frontière, d’abord dans les communes de la ceinture agricole qui s’étalait autour de la Ville, puis, au-delà, bien plus espacées, dans les communautés plus réduites qui s’étaient installées sur le long de l’Autoroute de la Soie.
__–Avant d’arriver à leur dernière étape avant la Station Volta, la ville des Piémonts, nos quatre personnages mirent en place une procédure de sécurité, commandée par Blanc-bec :
__–« Bien… Désolé de vous demander ça, Pedro, il va falloir que tu démontes de ta moto et que tu me la files, je vais la tracter derrière moi… André, il va falloir que vous entriiez avant nous et qu’on soit séparé d’une bonne vingtaine de mètres. C’est que… Il prit une longue taffe sur sa cigarette. Les locaux ne sont pas vraiment des plus… amicaux, avec les altérés. J’aimerais… qu’on ne fasse pas d’histoires. Avancez tout droit, en même temps, c’est pas compliqué, dans ce patelin, ne dites bonjour à personne, ne regardez personne dans les yeux… en fait, ce serait mieux si vous baissiez les yeux, tout court… André, ne vole pas partout, reste, genre… sur l’épaule de Pedro, on te désinfectera les pattes. Et rendez-vous aux locaux du Groupe Volta. Mais, ne passez pas par l’entrée principale, d’accord…? Une autre longue taffe, avec laquelle il fit un petit rond de fumée. Il y en a une autre plus à l’écart. Ce sera mieux… pour tout le monde. »

__–En effet, leur dernière étape avant de rejoindre la Station Volta était les Piémonts, une ville relativement importante, qui devait compter ses vingt milles âmes. Cette ville avait été pratiquement créée par le Groupe Volta. Elle n’avait d’ailleurs pas de maire, mais un gouverneur, assisté d’un conseil de direction, nommé directement par l’entreprise et composée de ses cadres. (Enfin, de ceux qu’on avait voulu placardiser, très littéralement, en les envoyant pourrir dans un patelin miteux.) C’est aux Piémonts que se déroulaient les transbordements des foudres, acheminées par de longs tuyaux depuis la Station et transférées dans des camions, pour leur export à la Ville. Ces tuyaux arrivaient à une véritable petite forteresse bien gardée, le Fort Sarraut – du nom de son fondateur –, avec murs surmontés de barbelés électrifiés, miradors et fusils mitrailleurs, derrière lesquels les logements et bâtiments industriels du Groupe Volta étaient parqués.
__–C’était là, dans l’ensemble, tout ce qu’André pouvait savoir au sujet des Piémonts, soit la description qu’on en donnait dans les documents de présentation officiels de l’entreprise. Pour André, les Piémonts n’avaient été qu’un nom quelquefois aperçus sur des rapports, rien de plus, après tout.

__–Les Piémonts étaient dominés par une immense rue, la fin de l’Autoroute de la Soie, qui trouvait un ultime prolongement dans un petit chemin à peine pavé, qui s’enfonçait dans les hauteurs des Monts Vêtus, devant les Piémonts. La tranquille, imposante et colorée majesté de la montagne imposait le respect et l’admiration au voyageur. Visible depuis les rues, posée comme une verrue de pierre et de fer au sommet de la plus haute montagne, la Station Volta se dressait, un petit point gris à peine distinguable au loin.
__–La majesté de ce paysage montagneux contrastait avec la pauvreté et la crasse révoltante des Piémonts. À la petite activité du Groupe Volta, qui ne concernait jamais qu’environ deux cents personnes, emplois administratifs et de sécurité inclus, s’était ajoutée tout un prolétariat du textile, qui travaillait la matière première récoltée dans les Monts. La société Wang-Lear, la plus importante du secteur, y était fermement implantée, mais de nombreuses autres plus petites avaient aussi leur place. Ils vivaient dans des bidonvilles sur trois voire quatre étages, massés autour des grands bâtiments industriels qui crachaient une fumée épaisse, une suie qui recouvrait tout, noircissait le ciel, l’eau et la terre. En vérité, les Piémonts n’étaient pas la ville du Groupe Volta : c’était bel et bien celle des grands industriels du textile. Les collaborateurs d’André préféraient rester à l’abri derrière leurs murs.
__–L’ambiance était maussade. Les locaux regardaient nos cow-boys et l’électricien avec des airs mauvais, comme on regarde des étrangers qui ne devraient pas être là, qui ne pouvaient apporter que des problèmes. Bien entendu, Pedro plaisanta à ce sujet, à voix basse :
__–« Señor André, yé vous conseille dé ne pas aller vous en jeter un au saloon, ce n’é pas oune ville fréquentable pour les personnes commé nous. Et pouis, vous ne pourriez pas boire dé toutes façons, ah ah ah ! »

__–Quoi qu’il en soit, ils arrivèrent devant le fort du Groupe Volta, qu’André et Pedro contournèrent pour arriver à une petite porte de service. André présenta son badge et on le fit entrer. Le fort était bien plus urbain dans son apparence interne : les gens étaient habillés plus proprement, les murs étaient mieux lavés et le sol goudronné. L’intérieur du fort ne suivait évidemment pas les mêmes restrictions sociales que le reste de l’agglomération. (Si on exceptait les boys, des domestiques, presque tous des gens altérés par l’Esquisse, qui étaient assez nombreux.) Ils étaient reconnaissables au fait qu’ils étaient les seuls à ne pas porter d’uniforme, de tailleurs ou de complets-vestons. Blanc-bec et A.N.G.E.L. retrouvèrent Pedro et André dans la cour principale, autour de laquelle se déployaient les bâtiments.
__–Le principal était celui au fond, le plus imposant, qui accueillait les foudres. Il jouxtait un parc à véhicules, principalement des camions, mais aussi quelques motos – dont les trois des pistoleros – et des blindés d’infanterie à l’air franchement ancien. Certains avaient d’ailleurs des traces de combat, voire étaient manifestement hors-service et en cours de rénovation. Il y avait aussi un hélicoptère de combat.

Les véhicules de combat :

__–Autour, une caserne et des bâtiments administratifs et de logement pour civils, d’où sortit une femme en tailleur blanc et casque colonial, à qui il manquait la moitié du visage. Elle n’avait qu’un œil droit, un nez à une seule narine, une toute petite bouche, une seule oreille et de longs cheveux raides, qu’elle faisait tomber sur la partie absente de son visage, où il n’y avait que de la peau lisse.
__–« Ah, bonjour messieurs, je suis ravie de vous voir. Je suis l’adjointe au gouverneur de la concession, Sirla Novik. Bienvenue au Fort Sarraut, j’espère que le voyage n’a pas été trop pénible. Veuillez me suivre, je vais vous expliquer la situation. »
__–Appréciant peu de parler à une sous-fifre, Pedro intervint, visiblement agacé :
__–« ¡Y dónde está… excousez, et où sé trouve lé gouverneur, ¿si? »
__–Elle eut un demi-sourire aussi diplomatique que profondément agacé :
__–« En Ville. Monsieur Lang ne se déplace que rarement ici. Si vous voulez bien me suivre. »
__–Elle les emmena jusqu’à une salle de réunion dans le bâtiment administratif.

HRP :


Le bon, la brute, le truand et la libellule 1zod
Le bon, la brute, le truand et la libellule ULT8Krs
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum