[Addendum] Thème Personnes et Organisations

Voix d'Esquisse
« Vous ne sortirez jamais d'ici. »
Messages : 895
Date d'inscription : 01/06/2012
http://esquisse.forumpro.fr
Voix d'Esquisse
Sam 1 Avr - 15:14
Si vous ne savez pas ce qu’est l’Addendum, le sujet d’explication se trouve ici ! C’est également par là-bas que vous pouvez proposer de nouvelles contributions.

Thème Personnes et organisations


"T'as déjà croisé la folle aux cheveux multicolores ?" "Et pour votre appartement, vous avez été voir Fat Lee ? C'est juste à côté du QG du club de tétragolf esquisséen !" Vous l'aurez compris, pour être dans les bons coups, rencontrer des gens, rejoindre le réseau informel de commères de votre quartier ou juste survivre dans l'Esquisse, il faut savoir de qui on parle. Et à qui on parle, parce que tout le monde n'est pas des plus recommandables. Pour cela, tendez donc un peu l'oreille dans les bars : vous y apprendrez beaucoup de choses, dont certaines qui seront vraies.


Ce thème inclut :
Tout PNJ (Dessinateur, cyantifique ou même Objet) que vous avez créé en RP (ou créé tout court) et dont vous êtes d'accord avec le fait que d'autres les réutilisent dans les leurs.
Des petits groupes en tout genre, constitués de PNJ, ou auxquels appartient votre personnage avec des PNJ qui peuvent être joués.
Les lieux, produits culturels et objets associés à ces PNJ et petites organisations, si ces éléments ne sont pas assez développés et indépendants du PNJ/groupe pour justifier de les poster ailleurs. Par exemple, si vous avez créé un boy's band dont vous voulez décrire rapidement les chansons et le logo, un coiffeur qui dispose d'un petit salon, un vendeur de ballons dont vous décrivez les ballons…
… Mais n’inclut pas :
Les personnages joués, évidemment, ainsi que les groupes composés uniquement de personnages joués et qu'on ne pourra donc pas reprendre.
Les PNJ que vous jouez et tenez à être le seul à jouer.
Les PNJ dont l'existence est intriquée à un lieu de sorte que le lieu est mieux défini/plus important que le PNJ, et donc que l'ensemble aurait davantage sa place dans Géographie. Par exemple, le guichetier du sanctuaire terrestre, qui n'est pas susceptible d'avoir d'autres interactions avec d'autres personnages en-dehors de ce qui touche au sanctuaire et n'est pas spécialement développé.


Note : Cette catégorie est une sorte de bibliothèque de PNJ que chacun peut reprendre pour ses propres RPs, en complément des PNJ importants qui sont présentés dans les annexes (et joués par le staff) et des prédéfinis qui sont proposés pour de nouveaux joueurs (et donc joués par personne). C'est l'endroit idéal pour mettre des personnages qui sont surtout définis par une fonction ou une appartenance et quelques traits (un marchand, un membre de telle ou telle organisation, un rat de la bibliothèque, un taxi-calèche...), et donc qui peuvent facilement être casés dans des RPs. Quand vous postez un PNJ ici, les joueurs peuvent choisir entre reprendre d'eux-mêmes le PNJ et le jouer dans leurs RPs (voire le développer un peu à leur sauce un aspect du perso sans contredire ce qui a déjà été dit), ou demander à quelqu'un (dont vous) de venir jouer le PNJ : dans l'idée en tout cas, c'est vraiment du libre-service.
En complément de la description du PNJ, vous pouvez choisir de glisser une image ou non. Si vous avez une idée d'apparence mais ne trouvez pas d'image, n'hésitez pas à MP Eelis qui peut vous faire un petit dessin. :3




Sommaire des contributions



Passez votre souris à gauche de la fenêtre !

Version simplifiée (pour les téléphones:


Revenir à l'introduction

Merlin : Clochard errant dans le palais et ses alentours, autoproclamé roi de l'Esquisse mais étrangement sympathique.
Fat Lee : Un gros monsieur conseillant les nouveaux arrivants sur les opportunités de logement dans la Ville, dont il se tient au courant par ses footings réguliers à travers les rues.
Narsès : Une femme sénile avant l’âge qu’on voit déambuler çà et là dans l’Esquisse, et qui pose des questions généralement lunaires aux gens qu’elle croise.
Pension Takenaka : Immeuble délabré dans le quartier vert en cours de rénovation en pension autogérée pour orphelins et personnes peu autonomes.
S
O
M
M
A
I
R
E


Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3177
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Sam 1 Avr - 16:12

Merlin


Résumé : Clochard errant dans le palais et ses alentours, autoproclamé roi de l'Esquisse mais étrangement sympathique.


D’abord surnommé “le clochard du palais” en raison du fait qu’il semble s’être arbitrairement installé dans l’une de ses salles vides et se nourrir de pillage dans les différents buffets du lieu, Merlin s’est très vite fait une réputation bien au-delà de son enceinte.

Et pour cause, Merlin n’est ni plus ni moins que - selon ses propres dires - le roi de l’Esquisse. Un roi qui dispose certes d’un grand pouvoir, puisqu’il est à la tête des magendarmes (son ordre de chevalerie) et du syndicat auquel il a délégué la gestion de l’économie de son royaume, mais qui sait se montrer magnanime et accessible. Ce n’est donc point dans ses tenues d’apparat qu’il rencontre ses gens, mais bien dans ses humbles vêtements à moitié déchirés, et c’est par un ton tout à fait banal et courtois qu’il prend le temps de les conseiller ou de leur expliquer comment fonctionne la Ville. C’est d’ailleurs souvent par un “Bonjour, je suis le roi, que puis-je faire pour vous ?” que les nouveaux Dessinateurs découvrant le Palais font sa rencontre, et passent parfois un enrichissant moment avec lui… avant de gagner un peu plus d’expérience et de cerner un peu mieux le personnage.

Merlin est une blague qui n'a pas la moindre conscience d'en être une. Une blague qui se prend parfaitement au sérieux, et dont le discours sonne tellement absurde qu’on ne se lasse pas de le soutenir ironiquement, surtout dans un contexte où des organisations se battent pour le contrôle de la Ville. Ainsi, malgré les tentatives du Syndicat pour écarter ce curieux personnage de leurs réunions, quelqu’un finit toujours par trouver un moyen de le faire rentrer, juste pour le voir parler le plus normalement du monde avec les marchands les plus influents de la Ville, voire leur donner des ordres avec conviction et fermeté. On raconte aussi qu’il aurait menacé de bannir du royaume le chef des Hussards, et que celui-ci, craignant d’être trop ridicule en répondant, a simplement joué son jeu. C’est par ces faits d’arme (à la vérité toutefois très discutable et déformée) que Merlin est passé de clochard à égérie des trolls, un fou indétrônable et iconique dont certains espèrent presque qu’il finira, sur une série de malentendus, par vraiment devenir roi.

Kaoren
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 639
Date d'inscription : 22/09/2015
Kaoren
Sam 1 Avr - 16:17

Fat Lee


Résumé : Un gros monsieur conseillant les nouveaux arrivants sur les opportunités de logement dans la Ville, dont il se tient au courant par ses footings réguliers à travers les rues.


Figure peu influente de la Ville, et pourtant incontournable pour nombre de ses habitants, celui qu’on appelle Fat Lee est la référence n°1 sur le marché de l’immobilier local. Non pas qu’il possède vraiment les bâtiments de la cité – allez faire valoir une telle propriété dans un environnement pareil –, mais c’est toujours lui le plus au courant de leur état et de leur occupation, et nombreux sont ceux qui vont demander ses conseils pour trouver un logement à leur arrivée dans la Ville. Contre une rémunération qu’il adaptera à l’exigence de la demande du client – et parfois à sa tête, dit-on dans son dos –, il sera heureux de vous dégotter ce charmant petit trois-pièces presque neuf dont le propriétaire n’a plus été revu depuis sa dernière expédition au Labyrinthe. En effet, la forte affluence de Dessinateurs dans l’Esquisse et leur espérance de vie très irrégulière peuvent rendre l’état de l’immobilier en Ville difficile à suivre, et l’avis d’un expert s’avère parfois nécessaire pour ne pas accidentellement poser son bivouac dans le salon d’un hystérique armé et dangereux qui aurait décrété que c’est le sien.

Physiquement, comme son surnom l’indique, Fat Lee a pour ainsi dire le ventre large, une tare dont il se serait retrouvé affublé à son arrivée dans l’Esquisse. Si les médecins locaux s’accordent à diagnostiquer la nature de son obésité comme fondamentalement différente de celle reconnue par la médecine terrienne, et n’affirment même pas avec certitude qu’elle puisse entraîner des troubles sanitaires, lui tente activement de la combattre par les moyens qu’il connaît. À vrai dire, c’est même ainsi qu’il a lancé sa carrière ; à force de footings quotidiens à travers les rues de la Ville, il en a fait le tour plus de fois que n’importe quel démarcheur, et s’est habitué à noter les traces d’activité dans ses bâtiments : il sait quelles fenêtres s’ouvrent et se ferment, quels murs ont été récemment repeints, quelles cordes à linge sont là depuis tellement de temps qu’on peut supposer leur propriétaire disparu… Étant de plus d’un tempérament assez social – c’est le fameux gars que vous voyez courir devant chez vous et qui vous fait la conversation pendant qu’il reprend son souffle –, il a également l’habitude de se tenir au courant des dernières nouvelles des quartiers par lesquels il passe. De quoi toujours se tenir à l’affût des dernières opportunités.



Distinctions:
Kaoren
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 639
Date d'inscription : 22/09/2015
Kaoren
Sam 1 Avr - 16:17

Narsès


Résumé : Une femme sénile avant l’âge qu’on voit déambuler çà et là dans l’Esquisse, et qui pose des questions généralement lunaires aux gens qu’elle croise.


Narsès est ce que l’Esquisse a créé de plus prosaïque en termes de folie : pas de manie amusante, pas de tourment profond, rien qu’un esprit hermétique au sens des réalités. On ne lui connaît pas de but, de proches ou de foyer ; elle semble passer sa vie à déambuler partout où l’on ne l’attend pas, et poser des questions à ceux qui croisent sa route. Elles sont parfois d’une simplicité candide, parfois d’une complexité à l’épreuve des métaphysiciens les plus aguerris, et parfois totalement vides de sens. De plus, il est probable qu’elle ne se souvienne même pas des réponses qu’on lui adresse, car les témoignages font état de nombreuses questions qu’elle aurait posées un grand nombre de fois – la plus fréquente étant curieusement « Comment s’appelle le passage de la nuit au jour ? », ou sa contrepartie du jour à la nuit.

Au-delà des réponses à ses questions, il est très difficile de tenir une conversation avec elle ; elle réagit peu aux phrases qui lui sont adressées, et les ignore même systématiquement quand il s’agit d’interrogations, ce qui rend presque impossible la tâche d’en apprendre plus sur elle. Avec le temps, les gens ont développé des techniques pour contourner le problème, comme donner son nom soi-même plutôt que de lui demander le sien, et espérer qu’elle le donnera spontanément en retour, mais même cette façon de faire retourne des réponses très irrégulières – le nom "Narsès" est d’ailleurs loin d’être le seul qu’elle pourra vous donner, c’est seulement celui que les gens ont le mieux retenu, et selon certains celui qui semble attirer le plus efficacement son attention.

Bien des mystères tournent aussi sur sa nature : personne ne se souvient l’avoir déjà vue manger ou dormir, sinon quelques rares fois en l’y ayant indirectement incitée, et certains rapportent l’avoir aperçue à des endroits très éloignés au même moment. Pendant longtemps, on considérait même le « phénomène Narsès » comme une tare commune à plusieurs individus qui arpentaient l’Esquisse. Mais à force que les témoignages concordent sur certains points particuliers de sa description – sa chevelure, notamment, mêlant des cheveux de toutes les couleurs naturelles dans un mélange remarquablement homogène –, il a globalement été admis que Narsès était bien le nom d’une seule personne, et qu’elle n’avait pas fini de faire parler d’elle chez les plus curieux.



Distinctions:
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 995
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Mer 3 Mai - 22:27

Pension Takenaka


Résumé : Immeuble délabré dans le quartier vert, en cours de rénovation en pension autogérée pour orphelins et personnes peu autonomes.

__–L’immeuble est légèrement en bordure du quartier Vert-Veine, son occupation est encore récente. En conséquence de quoi, il n’est pas rare de voir des gardes patrouiller dans les rues ou sur les toits, pour s’assurer que leurs frontières sont bien respectées et que personne des autres factions ne vienne embêter les pensionnaires. La rue, autrefois abandonnée sinon par quelques squatteurs, fait l’objet de nombreux projets d’aménagement : des commerces rouvrent, des bâtiments sont retapés.
__–Le bâtiment est d’apparence ancienne, balcons de fer forgés, moulures aux fenêtres. Vu de loin, il semble à peu près correct, mais plus on s’en rapproche, plus son architecture paraît subtilement incohérente : les tailles des fenêtres varient, les décorations ne sont pas exactement du même style (l’une des fenêtres en ogive est surmontée d’un angelot, la voisine, rectangulaire, est surmontée d’une fleur), etc. Il a vécu des jours meilleurs, les façades auraient bien besoin d’un coup de Karcher et près du sol, de la poussière (rosée) s’est incrustée dans la pierre, la teintant d’une couleur qui détonne avec les immeubles voisins, tout aussi abandonnés, mais plus récemment (les derniers vents de poussière rose datent d’il y a des lustres). Certaines fenêtres à croisillons, surtout aux niveaux des derniers étages, sont fêlées ou condamnées par des planches.
__–Il est gardé par madame Takenaka Kuniko, une vieille dame ornithorynquomorphe, dressée sur ses deux pattes arrières mais qui arrive sous le mètre. Elle semble ne se nourrir que de thym, qu’elle boit ou broute, mais toujours dans d’impeccables porcelaines raffinées et avec des manières irréprochables. (Elle peut sortir une boule de romarin, en infusion et casse-croûte, mais c’est généralement le signe qu’on l’a un peu trop agacé.) Toujours rencontrée au détour d’un couloir avec sa canne, sa tasse (dans laquelle elle boit au moyen d’une paille en métal ouvragée), sa petite assiette et une quatrième main libre (sur cinq, mais la dernière est atrophiée, auxquelles il faut ajouter ses deux pattes arrière et sa queue, indispensable à l’équilibre et distribuer des baffes), c’est à elle que revient la lourde tâche de gérer son établissement, qui est peuplé en majeure partie d’adolescents orphelins et de personnes peu autonomes du fait des facéties esquisséennnes qu’ont subi leur corps. Si elle n’est pas la propriétaire, elle est assez vieux jeu et représente une figure d’autorité bien nécessaire.
__–La Pension Takenaka est en effet autogérée, selon les conseils théoriques vaguement donnés par Shenandoah entre deux pétards. En pratique, cela veut dire que l’immeuble est dirigé par une commission réunissant tous les habitants, sous la présidence de madame Takenaka, qui se réunit régulièrement pour voter des projets et leurs ressources allouées. Chaque étage a sa propre sous-commission sur le même modèle. L’ensemble est assez chaotique et fait la part belle aux règlements de compte personnels qui finissent sur l’arène politique par des jeux d’influence et d’obstruction, mais elle permet au moins de régler les problèmes de voisinage autrement qu’en s’entretuant. (Le refus du duel judiciaire comme moyen de trancher les débats de copropriété a été fort mal accueilli par Crèvette.)

__–Le rez-de chaussée, mis à part la poussière rose piquetant sa façade, est d’évidence entretenu. Il y a des balconnières aux fenêtres, des rideaux visibles de l'intérieur et la porte d’entrée est d’un rutilant vert forêt, surmontée d’une série de heurtoirs de cuivres polis, à différentes hauteurs.
__–Passé la porte, on entre dans une pièce à vivre de grande taille, où canapés, fauteuils, bassins, nids et coussins se mêlent. Au fond de la pièce, contre la porte menant à la cuisine, un guichet, autrefois fermé, a été reconverti en bar libre-service. La boisson la plus abondante donc la plus prisée y est le laiju de vachricot, créature dont les fruits se traient pour donner un jus au goût proche du Danao. Le meuble derrière le bar est verrouillé car contenant quelques alcools, récemment remplacé par un cadenas mordeur ne s’ouvrant qu’à la voix de Madame Takenaka (aucun rapport avec l’étrange épidémie de maux de têtes, vomissements et photophobie ayant coïncidé, il y a quelques semaines, avec la disparition de quelques bouteilles).
__–La cuisine est encore en chantier, un plan de travail « fonctionnel » étant séparé de la zone en travaux par une bâche verte, taguée de plusieurs brouillons de logos au motif des VV. Le four, au fonctionnement complexe typiquement esquisséen (douze manivelles, six boutons, et trente-six diodes colorées) est posé sur un plan de travail à hauteur mobile (réglable par d’autres manivelles) permettant à chacun de prendre son tour de cuisine (Crèvette est très douée pour l’esquiver et personne ne lui en veut, il faut dire que tout le monde n’apprécie pas les rations militaires).
__–Sur le mur droit de la pièce à vivre, une porte a été découpée de manière à ouvrir, dans sa moitié inférieure, une plus petite porte. De l’autre côté se trouvent les quartiers de Madame Takenaka, aux rideaux de dentelles représentant des chatons. Le mobilier y est et à la taille de sa petite logeuse.

__–Le premier étage est réservé aux filles. Le second aux garçons, le troisième à ceux qui n’éprouvent pas de gêne à prendre leur douche avec d’autres éprouvant les mêmes sentiments. Le quatrième étage est encore inoccupé, et l’accès y est déconseillé au vu de son état. Idem pour le cinquième, qui abrite cependant la chambre de Crèvette et Effilée, juste sous les toits, nous y reviendrons plus tard. Il n’y a pas d’énormes différences entre les étages si ce n’est qu’au premier, Crèvette a collé diverses affiches comprenant instructions d’autodéfense et schémas (dessinés par Effilée, donc reconnaissables) sur où taper si un garçon vient sans en avoir le droit, ainsi que des pots de fléchettes déposés aux endroits stratégiques. Au second étage, en réaction, fleurissent les panneaux interdit aux filles dont le principal comporte, rajouté au stylo d’une écriture tremblante Sauf madame Takenaba.
__–Chaque étage est organisé d’une manière similaire : un hall autour de l’escalier central, avec canapés, fauteuils, chaises, aquarium ou perchoirs. Bref, l’indispensable pour confortablement assister à des réunions politiques selon sa morphologie. De là partent deux couloirs symétriques (à la manière de l’Esquisse, bien sûr, les encadrures des portes étant différentes, le parquet également…) ouvrant sur les diverses chambres, plus où moins aménagées en fonction de leurs occupants. Les travaux sont en cours et leur utilité réévaluée régulièrement en fonction des disputes et des liens qui se créent. On trouve aussi une salle de bain commune par aile. Au bout de chaque couloir, un escalier de service relie les étages. Si celui de l’aile droite est effondré à partir du troisième étage, l’autre est parfaitement fonctionnel (il faut juste éviter les deuxièmes et sixièmes marches entre les étages trois et quatre, pour éviter de passer au travers du bois moisi.
__–On trouve, en théorie, une vingtaine de chambres par étage. Il y avait près de huit appartements par étage, mais ils ont été divisés pour accueillir plus de monde. L’occupation est cependant très disparate et discontinue : certains appartements en ruines sont encore inhabitables, d’autres ne sont que partiellement rénovés pour accueillir des pensionnaires. On ne totalise qu’une petite trentaine de personnes au total. Plus rendrait complètement folle la pauvre madame Takenaka, qui prévoit d’embaucher du personnel à l’avenir, ou de ramener Shenandoah par la peau du cul expliquer à ces jeunes imbéciles qu’« autogestion » ne signifie pas attendre que quelqu’un d’autre le fasse et qu’un minimum d’autorité et de responsabilité doit incomber à des responsables élus des étages.

__–Crèvette et Effilée habitent au dernier étage. Comme il est pratiquement inhabité sauf par les deux sœurs, il est aussi le plus délabré. Cependant il ne devait pas être dénué d’un certain charme : quand on y entre par l’escalier, on se retrouve dans un grand hall, d’où partent les couloirs vers les deux ailes. Au mur, ce qui devait être un grand vitrail circulaire. La lumière n’y passe plus : toutes les vitres ayant été brisées il y a longtemps, une grande bâche verte, avec un VV peint dessus en rose, a été placée pour faire office autant de bannière, de marque d’appartenance impossible à louper depuis la rue que de cache-misère. Ce hall devait être un lieu commun, on n’y trouve plus, comme – presque – partout ailleurs à l’étage, que des débris de meubles, de paperasses rendues illisibles par le temps et une colonie de pâtissouris, délicieux rongeurs qui sont accueillis dans l’assiette du petit-déjeuner avec appétit, ou dégoût et rejet, selon si elles s’y trouvent mortes ou vives.
__–Accessible seulement depuis les escaliers de service, le toit. Pour le moment, c’est surtout un dépôt de matériaux, mais des travaux pour y installer un potager et des capteurs d’électricité sont en cours. On peut citer comme installations plus ou moins fonctionnelles un piège à orages artisanal ou des éoliennes, qui complètent les quelques moutons électriques (est-ce que les androïdes en rêvent ?) parqués dans la cour intérieure, qui taillent les riches gazons typiques du quartier vert. Depuis le toit, il arrive que des locataires fassent des rondes pour surveiller les alentours contre des incursions de l’extérieur ou du tapage à l’intérieur du quartier. (Crèvette se porte régulièrement volontaire à ce poste, Effilée beaucoup moins.)


Crédits : Co-écrit par Arathéa et Stilgar. Ce RP en fait mention et a lancé le projet.


[Addendum] Thème Personnes et Organisations 1zod
[Addendum] Thème Personnes et Organisations ULT8Krs
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum