[Event 1] L'ingrédient secret

Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 70
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Mar 16 Mai - 19:46
L'idée d'affronter une journée bien remplie avait égayé ma journée. La perspective de déambuler dans des rues bondées, saturées de bruit et d'agitation, ne m'enthousiasmait pas vraiment. Cependant, j'avais entendu parler d'un bal organisé par les Hussards en fin de journée. Cela faisait une éternité que je n'avais pas dansé, et maintenant que j'avais retrouvé le monde sonore, je ne voulais surtout pas manquer cette occasion.

La perspective de ce bal m'a injecté une dose d'énergie inattendue. C'était une occasion unique d'apprécier la musique, de se laisser emporter par les rythmes et les mélodies, de ressentir l'harmonie des sons. J'avais hâte de retrouver ce plaisir oublié, de sentir à nouveau la musique vibrer en moi. Et qui sait ? Peut-être aurais-je l'occasion de partager une danse avec quelqu'un d'intéressant.

En quête d'un ticket d’invitation pour ce bal tant convoité, j'ai entendu dire que l'on pouvait en gagner durant les festivités de la journée. C'est ainsi que, rempli d'enthousiasme et d'énergie, je me suis rendu en ville, Nour à mes côtés.

La ville était animée, vibrante d'énergie. Les rues étaient pleines de personnes de tous horizons, chacun participant aux festivités à sa manière. Les sons de la musique, des rires et des conversations se mélangeaient en une symphonie urbaine unique.

Nour et moi nous sommes frayé un chemin à travers la foule, cherchant les stands de jeux où l'on pourrait gagner ces fameux billets. La petite boule de poil était à l'aise dans la foule, se faufilant avec aisance entre les jambes des passants. De mon côté, cela s'est avéré un peu plus délicat et je ne pouvais pas éviter de heurter quelques personnes ici et là. Mais dans l'atmosphère festive qui régnait, personne ne s'en offusquait. Au lieu de cela, les gens riaient, me tapotaient l'épaule avec bonne humeur, et me souhaitaient bonne chance.


Ma première étape fut le stand de la buvette russe. L'attrait d'une boisson aléatoire à moindre coût m'a semblé être un bon moyen de commencer la journée. J'ai donc tenté ma chance et j'ai obtenu une concoction nommée DEBOUT-LES-GELÉES, dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. À ma première gorgée, le goût m'a fait tousser si fort que Nour s'est dressée sur ses pattes arrière pour me lécher la main. C'était fort, vraiment très fort. Je pouvais presque sentir mes papilles gustatives se contracter sous l'assaut de l'alcool.


Je n'ai jamais été un grand amateur d'alcool, surtout pas des spiritueux. Un cocktail doux, un verre de vin blanc de temps à autre, voilà ce que je préfère. Malgré tout, j'ai terminé mon verre, peut-être un peu trop rapidement. Lorsque je me suis levé, le monde a semblé tourner autour de moi. Une légère nausée s'est installée, m'obligeant à prendre une grande inspiration pour retrouver mes esprits. C'était comme si le sol se dérobait sous mes pieds. Nour, sentant mon malaise, s'est précipitée à mes côtés, ses petits grognements d'inquiétude se mêlant à la cacophonie ambiante.

J'ai pris le temps de la rassurer et de me stabiliser avant de me diriger vers le stand suivant : une tombola promettant la possibilité de gagner un billet pour le bal. Le ticket d'entrée était un objet de notre choix. Toujours un peu étourdi, j'ai fouillé dans mes poches pour trouver quelque chose à offrir en échange. Mes doigts n'ont rencontré que la surface lisse et ronde de la balle rebondissante favorite de Nour. Il était hors de question que je me sépare de ce jouet adoré pour un simple billet de bal. Mon choix s’est donc porté sur le seul autre objet dont je pouvais me défaire : les lunettes de soleil noires posées sur mon nez. Après tout, elles n'étaient pas vraiment nécessaires à mon quotidien.

Après cela, j'ai décidé de m'essayer au jeu du chamboule-tout. Le concept m'a été expliqué par le gérant du stand et j'ai choisi de cibler les Vert-Veines, compte tenu de nos échanges parfois tendus. Cela m'a semblé assez amusant. Le gérant a eu la gentillesse de faire résonner les boîtes qui composaient la pile que je devais viser. Mon premier tir a réussi à faire tomber sept boîtes d’après ses dires. Hélas, mon deuxième n'a pas été aussi fructueux. Pas de lots pour moi.

Loin de me laisser le choix de ma prochaine activité, Nour a pris les rênes de notre escapade. Elle a commencé à me guider à travers la foule, me faisant serpenter d'une rue à l'autre. Me conduisant à travers un labyrinthe de rues sinueuses, de ruelles étroites et de places bondées. Les sons de la fête, des rires, des conversations et de la musique résonnaient de tous côtés, créant une symphonie chaotique qui emplissait chaque coin et recoin de la Ville. Les odeurs étaient tout aussi diverses et écrasantes - la nourriture épicée, les parfums sucrés des confiseries, l'odeur piquante de l'alcool et le parfum plus subtil des fleurs décorant les stands et les balcons.

L'effet de l'alcool que j'avais consommé plus tôt dans la journée a amplifié ces sensations, transformant ce qui aurait normalement été une promenade dans une ville animée en une expérience presque surréaliste. J'ai commencé à me sentir déconnecté, comme si je flottais dans un courant de sons, d'odeurs et de sensations.

Puis, Nour s'est arrêtée. J'ai senti son pelage doux contre ma jambe, et j'ai entendu son léger gémissement. Malgré mes efforts pour comprendre où nous étions, je n'ai pas réussi à me repérer. Les sons étaient trop nombreux, les odeurs trop diverses. J'étais perdu dans le tumulte de la fête, sans aucune idée de l'endroit où je me trouvais ou de la direction que je devais prendre.

“Alors là, je crois que je suis complètement perdu. Y a-t-il quelqu’un ici qui pourrait m'indiquer où je me trouve ?”

Rallumeuse d'Etoiles
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 155
Date d'inscription : 08/04/2019
Rallumeuse d'Etoiles
Ven 19 Mai - 9:28

L’ombre avait quitté la chaleur et le confort relatif de l’hôtel en promettant à son oreiller de revenir au plus vite lui conter ses nouvelles aventures. Comprenez que ce dernier en était friand, il avait ce côté insatiable des bindge watcher de séries netflix, sitôt un épisode terminé qu’il en demandait la suite. L’ombre ne les avait malheureusement pas produits, et si elle avait quelques temps essayé de morceler ses récits, elle avait vite déchanté. L’objet la réveillant à toute heure pour qu’elle lui raconte ses rêveries.

Elle entendait des bribes de musique, et sentait plus d’odeurs enivrantes qu’à l’accoutumée. Elle n’attendait pas que le clocher fut révélé pour pouvoir y trouver un équivalent d’heure. De cela elle n’avait rien à faire, elle prenait maintenant plaisir à vivre au rythme de son corps, respectant ses moments de fatigues et ceux de lucidité. Enfin, quand son oreiller le lui permettait.

Non elle n’attendait pas de pouvoir compter les tours, pourtant elle était impatiente qu’un clocher surplombe la ville, elle avait depuis longtemps le sentiment que cette construction anarchique était incomplète… La présence d’un clocher, à défaut de celle d’une église, lui apportait un sentiment de sécurité certain. Comme si la cloche pouvait protéger la ville mieux que ne l’auraient fait les magendarmes.

Elle savait d’expérience que lorsque la ville était en ébullition, il y avait toujours de quoi s’amuser… Et trouver des histoires pour pouvoir passer des nuits correctes était une priorité. Tant que l’oreiller dormait repus de récits, elle pouvait en faire tout autant ! Guidée par la curiosité, elle allait d’une animation à l’autre. On lui avait parlé du Bar [Espace] et cela l’avait intrigué. Tous ceux qui la regardaient ne pouvaient nier que l’espace lui était quelque-chose d’intrinsèque.

Elle se retourne un instant avec l’intention de pointer du doigt une scène entrevue à… Personne n’est là pour l’accompagner, elle hausse les épaules, prête à continuer sa route lorsque son regard accroche la fourrure douce d’un chat. L’envie de la caresser est bien grande, aussi, elle traverse la foule à sa suite. C’est que ça marche vite ces petites pattes ! Alors qu’elle pense sa quête enfin terminée, elle se retrouve face à un… Homme ? Elle ne se permettait pas d’en juger, avec sa chance habituelle il pouvait en réalité s’agir d’un lapin aux traits humains, d’un mannequin évadé d’une boutique, ou de toute autre-chose dont l’Esquisse avait l’habitude.

« Tu es à côté du bar [Espace], tu voulais être où ? »


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code <*transformation perso="Carmen" />

Anciennement j'étais PiuPinu
Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 70
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Ven 19 Mai - 13:16
Une voix a brisé le silence qui s'était abattu autour de moi après ma question. C'était une voix de femme, dont le timbre, clair et vibrant, a immédiatement capté mon attention. Elle s'est exprimée avec dynamisme, transformant chaque syllabe en un éclat sonore qui résonnait agréablement à mon oreille. En plus de cela, elle avait un accent andalou assez prononcé qui ajoutait une couleur unique à ses mots. Les "R" étaient roulés avec une telle élégance et fluidité qu'ils semblaient danser dans l'air, donnant à son discours une cadence presque mélodique.

Chaque voix que je rencontre est une addition précieuse à ma bibliothèque sonore interne, me permettant de reconnaître des individus dans le futur. Dans un contexte où il est socialement inacceptable d'explorer les visages d'autrui par le toucher, ces empreintes vocales uniques sont ma seule méthode pour distinguer les personnes que je rencontre.

Chaque individu émet des sons distincts, empreints d'intentions particulières. Les accents, le rythme, le débit, le ton - tous ces éléments varient d'une personne à l'autre, créant ainsi des mélodies complexes et souvent fascinantes. Ces voix, ces chants humains, sont autant de notes dans l'harmonie de l'humanité, chaque tonalité apportant sa propre contribution à l'orchestre de la vie. La reconnaissance de ces nuances vocales est mon moyen de naviguer dans le monde, de reconnaître les amis et les étrangers, de m'orienter dans l'espace social avec l'ouïe comme unique boussole.

Enchanté par sa réponse, je me suis tourné dans sa direction, un sourire sincère éclairant mon visage. Au milieu de la foule indifférente, elle avait choisi de me répondre. Une exception dans le tumulte environnant.

Son ton décontracté avait été rafraîchissant pour moi. Je m'étais fatigué des formes de "respect" trop rigides et artificielles qui dominaient souvent les interactions sociales. Rencontrer quelqu'un qui s'adressait à moi avec la familiarité d'un ami était profondément agréable. Cela supprimait les barrières habituelles de la politesse formelle et ouvrait la voie à une communication plus sincère et spontanée. .

“ Je te remercie !  Je n'avais pas vraiment de destination précise en tête. La ville est vibrante et pleine de vie aujourd'hui, je veux seulement en profiter !”

Se retrouver près du bar [Espace] semble être une parfaite opportunité pour cela. Bien que je n'y sois jamais entré personnellement, mes amis m'ont souvent fait l'éloge de ce lieu. Ils décrivent un endroit convivial, vibrant d'énergie et de bonne humeur, où on peut déguster d'excellentes boissons tout en profitant d'une ambiance agréable.

Ils disent que c'est l'endroit parfait pour rencontrer de nouvelles personnes, entendre des histoires fascinantes et passer du bon temps. Ainsi, me retrouver par hasard à proximité de ce lieu était plutôt un heureux concours de circonstances.

Je n'ai pas perçu l'arrivée de cette femme, mais en se basant sur sa réponse et l'absence d'autres voix à proximité, je suppose qu'elle est seule au milieu de cette foule animée. Peut-être pourrions-nous continuer notre périple ensemble. C'est une idée séduisante - après tout, la ville est toujours plus appréciable quand on la découvre en bonne compagnie. De plus, elle semble sympathique et ouverte à la conversation, ce qui est toujours un bonus dans de telles situations.

"Cet endroit semble idéal pour ça, en fait ! Si tu n'as pas d'autres engagements, que dirais-tu de partager un verre avec moi ?"

Ma proposition est peut-être un peu audacieuse. Après tout, nous ne savons rien l'un de l'autre. Notre seule interaction a été sa réponse à une question que j'avais jetée dans le vent et qui ne lui était pas personnellement destinée. Peut-être est-ce l'atmosphère festive qui enveloppe la ville, ou peut-être est-ce les effets persistants de l'alcool fort que j'ai consommé plus tôt qui m'encouragent. Je me rends compte que je ne connais même pas son prénom. Pourtant, dans l'instant présent, ça semble juste d'agir de cette façon.

Rallumeuse d'Etoiles
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 155
Date d'inscription : 08/04/2019
Rallumeuse d'Etoiles
Ven 19 Mai - 22:48

Elle pouvait comprendre ! C’était parce que la ville vibrait qu’elle était si attirante. Au fil des rues, elle avait entraperçus moultes spectacles qui sauraient égayer les rêves de son oreiller. Aussi que l’homme, ses manières et son timbre de voix l’en rapprochaient, veuille profiter de l’énergie dont débordait la ville.

Elle se rend compte que lorsqu’il lui parle le blond ne la regarde pas, elle se retourne plusieurs fois pour essayer de comprendre ce qui accapare ainsi son regard… Elle cherche des yeux l’animal qu’elle a vu un peu plus tôt, mais ne le retrouve pas dans cette direction. Elle fronce ses sourcils, bien que cela ne se visse que par le mouvement des constellations de son visage. Cela lui rappelle vaguement quelque-chose, mais comme souvent ses souvenirs s’embrouillent. Où a-t-elle déjà croisé de tels yeux ? Elle n’y arrive pas, tout est brumeux, opaque.

Elle revient au présent quand il reprend la parole. Elle se demande si c’est une invitation à boire un verre, ou si c’est une invitation à boire un verre. Dans un cas comme dans l’autre, avant d’arriver dans l’Esquisse elle aurait décliné. Elle n’était pas de ces oisives qui passent leur temps dans des lieux de débauche. Maintenant, elle ne sait plus trop, et de toute manière elle comptait s’y rendre avant de le rencontrer. Une chose seulement, l’empêche de se lancer dans l’aventure :

« Ce n’est pas un plan drague hein ? »

Elle veut bien faire partie des oisives, mais jamais elle ne deviendra une dévergondée.


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code <*transformation perso="Carmen" />

Anciennement j'étais PiuPinu
Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 70
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Mer 24 Mai - 15:11
Est-ce que j'essaie de la draguer ? C'est bien sûr la conclusion la plus logique à laquelle elle pourrait parvenir. Après tout, ma proposition est tout à fait hors de l'ordinaire, surtout venant d'un parfait étranger.

Ai-je franchi une limite ? Il est généralement mal vu d'inviter quelqu'un du sexe opposé à partager un verre sans même la connaître au préalable. Pourquoi cette réflexion ne m'est-elle pas venue plus tôt ? Peut-être l'effet de l'alcool a-t-il embrouillé ma jugement, me faisant oublier les conventions sociales. En toute honnêteté, je n'avais pas d'arrière-pensées, mais maintenant que j'y réfléchis, ma proposition peut sembler tout à fait déplacée.

J'ai besoin de clarifier la situation, de lui expliquer que mon intention n'était pas de la mettre mal à l'aise.

"Ah, non, certainement pas, je m'excuse si ma proposition t’a génée ! L'ambiance est festive et je me retrouve seul, alors j'ai pensé que c'était une belle opportunité pour faire de nouvelles rencontres."

En vérité, je ne fréquente pas fréquemment ce genre de lieux. Mon goût pour l'alcool est plutôt modéré et le bruit ambiant dans ces établissements ne facilite pas vraiment ma communication ou ma compréhension de l'environnement. J'ai toujours eu une préférence pour les espaces en plein air ou les endroits plus tranquilles. Cette proposition est vraiment sortie de nulle part, peut-être poussée par l'ambiance festive ou un élan d'audace inhabituel de ma part.


"Si ça te dit, on pourrait juste se balader un peu. Je reconnais que ma proposition de prendre un verre était un peu maladroite"

Je ne peux m'empêcher de penser que j’ai l’air trop insistant. Je me sens comme si je m'enfonçais davantage à chaque parole, ce qui n’est pas du tout mon intention. Comment suis-je arrivé à une telle situation ? Et plus important encore, comment puis-je la résoudre sans donner l'impression d'être insistant ou de rendre cette conversation inconfortable ? L'angoisse de cette interaction maladroite commence à s'infiltrer, alimentée par mon manque de clarté sur la façon de naviguer dans cette situation complexe.

Je m'empresse de formuler une troisième proposition, espérant alléger l'atmosphère et clarifier mes intentions. Je me sens un peu comme un acrobate en équilibre, cherchant à trouver le juste milieu entre l'affabilité et le respect des limites personnelles. Une tâche difficile à accomplir,

"Je... Hmm... Faisons comme si je n'avais rien dit avant, d'accord ? Merci de m'avoir indiqué où j'étais !"

Rallumeuse d'Etoiles
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 155
Date d'inscription : 08/04/2019
Rallumeuse d'Etoiles
Mar 12 Sep - 16:01


Peut-être qu’un changement de voie est ce qu’il me manquait. La distance de voir ce que l’on ne sent, et c’est ainsi que je vais maintenant essayer de voir le monde. Peut-être étais-je trop candide, ou simplement habituée à croiser trop de protagonistes en suis-je venue à ne plus me méfier. Dans l’Esquisse, si une aventure doit mal tourner elle commence toujours par vous demander de la suivre. C’est malheureusement également le cas des belles histoires.

« Tant mieux. Mon mari n’apprécierait pas que l’on me drague… »

Les mots se sont envolés rapidement, si bien que je ne sais si je les suis où les précède. Mes souvenirs d’avant la nuit sont parfois épars. Il n’est plus perdu, maintenant que je lui ai dit où il était. Aussi il semble plus logique de se séparer mais les mots me précèdent à nouveau.

« Si ce n’est pas un plan drague, j’avais envie de découvrir le bar [Espace], si tu veux m’y accompagner. »

N’en faire qu’à ma tête, défaire les intentions pour les reconstruire. C’est étrange, trois pas en avant et quatre en arrière, pour se retrouver au même endroit. Ça ne ressemble pas au début d’une aventure que j’aurais envie de lire, je suis chanceuse car aujourd’hui il se peut que je l’écrive. Pour se faire il faut commencer à avancer à nouveau.

« Je m’appelle Carmen. »


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code <*transformation perso="Carmen" />

Anciennement j'étais PiuPinu
Pearl
Maximum 4 caractères !
Personnages : Pearl, Cécilien
Messages : 70
Date d'inscription : 29/12/2022
Pearl
Mer 4 Oct - 12:09
Le malentendu s'était dissipé, à mon grand soulagement. Et mieux encore, elle semblait disposée à m'accompagner. Un sourire chaleureux illumina mon visage, éclipsant l'air embarrassé qui y avait précédemment régné. Au lieu de poursuivre cette fête seul, voilà que je me trouvais en compagnie d'une dame à la voix mélodieuse et réconfortante.

"Je serais ravi de t'accompagner," commençai-je, l'enthousiasme évident dans ma voix. "Je n'ai jamais visité cet endroit, mais on m'a dit que l'atmosphère y est particulièrement électrique, surtout pendant cette période festive. J'imagine que c'est encore plus animé aujourd'hui."

Pendant un moment, je me suis demandé si elle faisait référence à un mari de l'Esquisse ou à un époux d'avant son arrivée. Mes pensées ont dérivé vers mes propres souvenirs d'avant. Bien que flous et fragmentaires, quelques images et émotions demeuraient. Ici, dans l'Esquisse, j'avais reconstruit ma vie, tout avait changé. J'avais trouvé une nouvelle famille, de nouveaux amis. Je me demandais si d'autres avaient choisi de renouveler leurs vœux matrimoniaux dans ce monde. Un mariage à la manière esquisséenne, cela devait être un spectacle unique.

Mais elle me ramena brusquement à la réalité avec une introduction. J'ai souvent cette tendance à m'évader dans mes pensées, ce qui n'est pas toujours idéal en compagnie d'autrui. Je dois vraiment travailler là-dessus.

"Ravi de te rencontrer," dis-je en souriant. "Je suis Cécilien. Et cette petite boule de poils à mes côtés, c'est Nour."

Une fois les formalités des présentations écartées, le bar nous attendait. Malgré ma méconnaissance des environs, je faisais confiance à Nour pour m'orienter correctement.

“Je te suis alors, Carmen.”


Pearl : #339933
Cécilien : #9966ff
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum