-24%
Le deal à ne pas rater :
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX 77″ OLED 4K UHD (modèle ...
3799 € 4999 €
Voir le deal

[Manoir du Dieu truite - Entrée] Centre d'adoption pour dessinateurs sauvages.

Anonymous
Invité
Invité
le Lun 22 Sep - 21:14
Iris pousse un soupir de soulagement lorsque la vue du manoir s’offre enfin à elle. Et pour cause. Sa tête est encore lourde, elle ne parvient pas à se persuader que les paysages qu’elle connait pourtant si bien sont les rues qu’elle a fréquenté ces derniers jours. Ses certitudes sont effritées, elle peine à montrer le chemin à son nouvel ami Dolly qui pourtant la suit. Presque aveuglément. Elle s’est quelques fois retournée pour lui sourire ou s’assurer qu’il va bien, sans cependant être capable de totalement réprimer son angoisse. Et si quelque chose sortait du coin d’une rue, d’une porte, d’une fenêtre… elle ne le sentirait pas venir. Elle le sait. Aussi entourée soit-elle, cela ne fera que diminuer les probabilités et les conséquences, sans jamais disparaître.  

Il en va de même pour la position. Si entendre grincer la grande porte du manoir procure une sensation de chaleur passagère, il est impossible d’exclure le fait que le danger se trouve là, derrière un fauteuil de fortune. Ou sous une table, dans l’ombre d’un tableau…

« C’est assez impressionnant, commente-t-elle en guide touristique improvisé tandis qu’elle offre à Dolly la vision de l’entrée principale encore couverte de peintures. Cela fait quelque temps que l’on vit ici avec plein d’amis, bien sûr tu peux t’installer avec nous et… sans doute, oui.. ça ira bien.. »  

Elle esquisse un sourire de frisson devant l’une des toiles. Est-ce que c’était comme ça avant, ou est-ce que la peinture a coulé ? Elle ne sait pas mais maintenant, depuis quelques jours, elle n’éprouve que l’envie de décrocher au plus vite certaines des œuvres afin d’alimenter un feu…  

« On n’a pas vraiment de salle de bain par contre, mais je peux trouver une serviette… j’y vais tout de suite ! »

Iris détale et revient quelques dizaines de secondes plus tard avec un poster de film géant, dont la texture et le confort sont celles d’une serviette. C’est juste plus fin, aussi pliable qu’une feuille de papier. L’objet, qui fait la demi-taille d’un homme adulte, est alors posé sur les épaules de Dolly.

« Si tu as froid, on a aussi quelques vêtements, je ne sais pas si ceux de Robyn iront… mais peut-être que..  »

Elle jette un regard autour d’elle, puis forme un creux autour de sa bouche à l’aise de ses mains.

« Derpinaaaaa ? » appelle-t-elle. Elle n’est pas sûre d’avoir eu une très bonne idée mais dans l’immédiat, la seule personne qui ait sans aucun doute des vêtements à la taille du jeune homme et qui puisse le renseigner un peu plus sur la situation –Derpina est là depuis longtemps après tout-, c’est son amie. Elle a toujours de jolies tenues, en espérant que l’une d’entre elles puisse convenir. On trouve de tout dans les ruines, ils ont bien passé les derniers jours à farfouiller dedans.

Farfouiller en toute insouciance, elle ne sait plus si elle en est capable. Elle désigne une très grande peluche qui git contre un mur. Le canapé, ou du moins ce qui était le plus facile à transporter pour en avoir un. Si elle n’éprouve pas l’envie particulière de s’y blottir, peut-être que Dolly est fatigué ou veut se refroidir. Le plus important, là, c’est que l’invité se sente bien. Tant qu’il ne sourira pas, elle ne pourra pas en faire autant sans se forcer.  


Spoiler:

Iris guide donc Dolly jusqu'au manoir. Elle entre, va lui chercher un semblant de serviette et appelle Derpina pour voir si elle a des vêtements à lui prêter (j'imagine Derpina pas mal plus grande que Robyn allez savoir pourquoi..)


Dernière édition par Iris Listz le Sam 18 Oct - 12:36, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 26 Sep - 22:18
Il ne voit pas. Il ne le voit pas. Il ne les voit pas. Ses doutes. Ses hésitations. Que son guide n’est peut-être pas si assuré. Si rassurée. Qu’elle guette la moindre ombre tapie dans le noir. Dolly se contente de suivre. De la suivre. Ce n’est même pas une question de confiance. C’est à la fois plus simple et plus complexe. Dolly n’a qu’elle. Iris. Elle est le centre de son monde. Petit monde étriqué, tordu, qui se déforme. Dolly a déjà oublié. Qu’il a presque eu froid. Que l’eau était parfois rose. Pas qu’il était allongé, étrangement. Ni pourquoi il s’acharne à marcher dans ses pas. Pour Dolly, quoiqu’Iris fasse, elle ne peut que vivre, si fort, qu’il en est presque ébloui.

Alors sagement, il la suit. Non pas qu’il soit du genre agité. Du genre à piquer un sprint. Ou mettre en doute une direction pour une autre. Dolly ne le croit pas, non. Doucement, lentement, l’air de rien, la petite poupée commence à penser. Former une petite chaîne de réflexions, toute discrète, toute bénine, si ridicule pour le monde extérieur. Mais si incroyable, en même temps. Bon. Ce n’est pas non plus le sommet de l’Himalaya. Il ne faut pas s’attendre à des miracles. Alors quand Iris lui dresse un portait des lieux dans lesquels ils viennent d’arriver, Dolly se contente de cligner des yeux et de lâcher un petit « Oh » trainant. Difficile de savoir ce que veut dire exactement le oh en question mais au moins il est là. Probablement.

Et puis, il est presque sorti tout de suite. Juste après la phrase concernée. Record de rapidité jamais égalé depuis son arrivée. Perdu quelque part dans un endroit bien à lui, Dolly reste sur place et lève bien haut la tête pour contempler le plafond. Il n’a même pas vu qu’Iris s’est éloignée. Il se contente de poursuivre sa petite pensée. Il… observe ce qui est « impressionnant ». Enfin, probablement. C’est un peu difficile à savoir. Peut-être qu’il ne regarde pas au bon endroit. Oh. Dolly baisse de nouveau la tête, incertain, troublé. Il ne regarde peut-être pas au bon endroit.

Et une serviette se dépose soudainement sur ses épaules, comme sortie de nulle part. Dolly cligne des yeux. Attrape légèrement la serviette du bout des doigts. Il n’a pas vu Iris revenir. Bon, en même temps, il ne l’a pas vu partir. Mais il n’a pas vu la serviette non plus. Et il n’est pas… certain de son usage.

Ses doigts triturent la « serviette », et sa bouche s’entrouvre. Mais celle d’Iris le coupe dans son élan. Elle parle de froid, de Robyn et de Derpina. Dolly clôt de nouveau ses lèvres, penche légèrement la tête sur le côté, pas sûr de suivre, de saisir. Et maintenant, elle montre quelque chose. Docile, Dolly suit du regard. Il l’observe quelques instants. Quelques longs instants. Puis cligne des yeux, semble comprendre. Il s’en approche. S’arrête. Regarde encore. Puis tend timidement la main, la pose sur la fausse fourrure. Et tapote. Comme l’ont féliciterait un quelconque animal de compagnie. Ça semble être la chose à faire. Probablement. Peut-être.

Dolly ne sait pas. Ne sait plus ? Dolly a une question. Dolly réalise. Dolly cligne des yeux et se retourne, les doigts toujours accrochés à la serviette, il s’humidifie timidement les lèvres et se lance.

▬ I-Iris… la serviette…

C’est un peu maladroit. Ça a du mal à sortir. Un peu.

▬ …pourquoi ?

Et finalement, tout sort. Il la tire un peu vers elle, des deux mains, comme pour montrer de quoi il parle, ses grands yeux fixés sur son visage, ses lèvres entrouvertes, dans l’attente. Dolly vient de poser sa première véritable question. Elle est spéciale. Elle est la première d’une longue série. Celle qui indique que, peut-être, Dolly n’est pas tout à fait comme les autres. Que quelque chose cloche, là-dedans.

Dolly referme ses lèvres et esquisse un pas en arrière. Il le sent, confusément.

▬ Pardon.


Spoiler:
Dolly suit Iris jusqu’au manoir, puis l’observe en silence quand elle part chercher la serviette, il écoute ensuite, s’approche de la peluche et la tapote, avant de se retourner et de demander à Iris « Pourquoi ? » (à propos de la serviette), puis de s’excuser pour la dite question. Probablement.

…résumer ce personnage c’est en quelque sorte pire que le post, pardon. ;;
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 27 Sep - 18:52
Finalement, la douleur s'estompa. Parfait, j'étais arrivé devant le manoir. La porte grinça, comme la première fois. Je m'en souviens comme si c'était hier. J'étais rentré après avoir fait un rêve, avait vu et entendu Iris, lui avait fait peur. Mais que ce serait-il passé si rien de tout ça ne s'était passé ? Est-ce que je serais le même ? Je veux dire, tous ces évènements lancés à la suite les uns des autres, ils m'ont forgé. Mais si il y avait eu un bug, une dérive, que serais-je devenu ? Iris serait-elle en vie ?

Les paroles que j'avais prononcé ce jour-là …

« Ce bras ... C'est mon bras. » Certes, mais il me fait mal. Je suis fatigué.

Et là, alors que je suais déjà de cette fulgurante douleur qui se propageait dans mon corps et dans mon coeur, je remarquais quelque chose. Ou quelqu'un. Iris.

▬ Iris ! Je suis tellement heureux de te revoir !

Je courais, rassemblant mes dernières forces pour me jeter sur elle et la serrer dans mes bras. L'étreinte dura uniquement quelques secondes, mais elle parurent tellement longues qu'une éternité c'était déjà produite.

J'étais tout souriant. En plus, elle avait l'air d'avoir ramené quelqu'un. Un garçon de mon âge, certainement. Quelle journée !

▬ Hey, salut toi ! Tu es un ami d'Iris ? Tu t'appelles comment ? Tu es arrivé quand ? Moi c'est Robyn, quatorze ans, alias super-Robyn, le super-héros qui sauvera l'univers. Tadaaa !

Cette fameuse pose que je faisais à chaque fois que je me présentait ne risquait pas de disparaître. Car je ne peux pas disparaître, avec Iris, IA, Derpina, Anya et les autres à mes côtés.

Résumé:
Robyn marche jusqu'au manoir, rentre et voit Iris, la serre dans ses bras et salue Dolly. Il lui pose trois questions et se présente en faisant sa symbolique pose de super-héros.
Folie d'Esquisse
Messages : 772
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Ven 10 Oct - 19:19

Au fil des minutes, votre vertige ne fait que s’accentuer, même si vous commencez à vous habituer à la douleur. Votre vue se brouille. Et puis ça recommence. Un souvenir vous étreint.

Vous êtes dans l'Esquisse, plus ou moins loin de votre position actuelle, plus ou moins différent. Choqué ou au contraire joyeux, vous n'avez découvert ce monde que depuis quelques minutes. Le paysage est si différent, peut-être vous interpelle-t-il ? Pour certains, le début d'un rêve. Pour d'autres, celui d'un cauchemar. Toujours est-il que vous reculez, le film se rembobine et vous voilà revenu dans votre position initiale, celle où vous avez ouvert les yeux pour la première fois sur ce monde. Vos yeux qui venaient alors de s'ouvrir retournent au néant. Le noir, le flou, l'incompréhensible, le basculement.

Tandis que vous quittez cet état dérangeant, celui-ci revient soudainement. Plus fort. Plus intense. Plus bref.

« Je sais ce qu'il y a avant. »

Quelqu'un, ou quelque chose, vous parle à l'intérieur du crâne. Il y insuffle une sensation.

« Et vous savez où me trouver. »

Une certitude persistante de connaître le chemin.

Sans savoir où il mène.




Explications



Tous les dessinateurs ont reçu un message sur lequel ils peuvent dûment spéculer en jeu et hors-jeu, leur étrange correspondant mental leur ayant laissé en cadeau la séquence bien ancrée de leur arrivée et surtout une destination. (comme les GPS /crève) Quelques précisions indispensables :




  • Les dessinateurs ne savent pas exactement où est-ce qu'ils se rendent mais, pour une fois, ils y arriveront en suivant leur intuition. Petit indice cependant, et pas des moindres ; votre voyage - pour ceux qui l'accompliront, vous n'êtes pas obligé de vous lancer dans l'event 5 avec tous vos persos surtout s'ils sentent le piège - commencera dans la plaine.


  • Pour participer, il faut simplement créer un RP dans la plaine avec le tag [E5] dans le titre histoire que le lieu puisse toujours servir à la promenade touristique. Nous vous conseillons vivement d'y aller en groupe, parce que ça reste la plaine et que vous croiserez probablement des objets en route. Une arme peut être pas mal aussi, surtout pour les habitants de la base (qui ont même le bol de pouvoir utiliser un véhicule)


  • Dans ce RP, donc, vous allez devoir lancer 3 fois -pas en même temps- le dé EV-5, chaque lancer correspondant à une étape de votre trajet. Vous allez pouvoir rencontrer des objets à foison et d'autres choses pour lesquelles on vous réserve la surprise, chaque étape devant être bravée (sauf si vous voulez prendre le risque de recevoir une deuxième attaque alors que la première n'est pas finie) avant que la suivante n'arrive. Dans tous les cas, une fois le dé lancé, il est fort probable que Folie doive intervenir pour compléter le message. Cela vous sera dit ♥


  • Il n'est pas nécessaire de faire 36 000 tours entre les étapes, seulement de RP un petit peu même si la menace est éliminée en un message. Il faut faire genre que vous marchez, voyez /crève.


  • Point un peu plus technique : Deux groupes peuvent se rejoindre au cours de leur épopée, tant que c'est plausible géographiquement parlant (si un groupe sort de la base il ne va pas fusionner tout de suite avec un autre groupe en bordure de la ville). En cas de fusion, il y a donc un seul sujet et le nombre de lancers restants est celui du groupe le moins avancé.


    Un petit exemple avec le groupe 1 (Annabelle et Striky qui viennent de la base) et le groupe 2 (Sacha et Pikachu depuis la ville) tout à fait volontaires pour l'expérience. Au début, il est peu probable que nos deux groupent se croisent, c'est pourquoi le G1 peut paisiblement batifoler. Avec un premier lancer, ils sont attaqués par un vil objet que Str… Anna vaincra héroïquement. De son côté, le groupe 2 a déjà eu l'occasion de vaincre la Team Rocket (lancer n°1) et le club des shippeurs (lancer 2) ! Conscients que l'union fait la force, nos 4 protagonistes se réunissent en un seul sujet, et il leur reste 2 lancers à faire.


  • Le nombre de lancers n'augmente pas avec le nombre de membres d'un groupe mais Folie risque d'être un peu plus méchante dans ses interventions histoire que ce soit plus drôle.


  • Bien entendu, une fois les trois lancers effectués, vous arriverez à bon port.. la destination sera révélée quand un premier groupe l'aura atteinte. Étant donné que vous aurez normalement suivi l'intuition des personnages, surtout qu'ils ont tous la même, il est normal que ça aille un peu plus vite que le chemin classique.





Si vous avez des questions, n'hésitez pas, comme toujours ♥ (mais pas à la suite du sujet, préférez la zone Connexions ou la zone Évènements où vous pourrez quémander un groupe)

Anonymous
Invité
Invité
le Sam 11 Oct - 17:45
Elle était assise, ses doigts parcouraient les touches zébrées du piano. Il lui avait fallu du temps avant de comprendre le fonctionnement de cet instrument étrange. Le son doux caractérisant autrefois le piano avait été remplacé par un bruit s'apparentant à un miaulement. Il était inutile de préciser que les notes produite par les touches ne correspondaient évidemment pas à leur position logique. L'équivalent du do côtoyait le fa et les dièses ou bémols se mêlaient joyeusement aux autres notes. Il avait fallu beaucoup de temps et de patience à la jeune femme pour "apprivoiser" l'objet, mais il lui permettait maintenant de jouer avec plaisir le thème principal de Zelda ou l'opening de Angel Beats... version féline.

Derpina était plongée dans son univers musical, lorsqu'elle perçut quelques voix provenant de l'étage en dessous. Le manoir ne devait pas être très bien insonorisés, ou alors c'était tout simplement les lois de la physique de l'Esquisse qui n'en faisaient qu'à leur tête... Tout cela pour dire que l'ex-star entendit parler quelqu'un. Iris devait enfin être de retour de son escapade ! Il fallait qu’elle arrête de lui causer des frayeurs... Depuis que la petite avait été blessée au bras, elle s’inquiétait pour les enfants dès qu’ils quittaient le manoir seuls... Ils ne semblaient toujours pas comprendre les dangers de ce monde, étant donné leurs diverses sorties dès que l’envie leur prenait.

Elle descendit l’escalier en spirale avant de zigzaguer à travers les couloirs pour atteindre l’entrée, observant encore les tableaux sur son chemin. L’ancien propriétaire des lieux devait vraiment être passionné, on retrouvait ses toiles affichées un peu partout dans la demeure. Elle retrouva Iris et Robyn, ce dernier ce présentant à un jeune homme qu’elle n’avait jamais vu mais qui semblait avoir à peu près son âge. Enfin quelqu’un d’un peu plus mature à qui parler ! Elle s’approcha du petit groupe.

- Iris, combien de fois je t’ai dit de me prévenir avant de sortir du manoir ! Tu sais très bien ce qu’il pourrait se passer si... Enfin bref...

Elle soupira. Elle n’avait pas envie de lui rappeler des souvenirs trop douloureux, mais elle aurait apprécié qu’elle puisse comprendre. Elle et Robyn, d’ailleurs... Ils n’étaient vraiment pas assez prudents. Reprenant contenance, elle esquissa un sourire au nouveau venu.

- Bonjour, comment-t’appelles tu ? Ici, on me surnomme Derpina. Es-tu un nouvel arrivant dans ce monde ou es-tu un «vétéran» ? En tout cas, tu es le bienvenue ici ! Ce n’est pas le grand luxe mais on fait avec les moyens du bords...

Elle voulait continuer à échanger, mais elle sentit soudainement le sol se dérober sous ses pieds. Sa vue se brouillait, une forte douleur vint frapper sans prévenir. Eh soudain, elle se rappela. Elle retraça petit à petit son aventure à l’envers, comme un film qu’on rembobine. Blessure d’Iris, arrivée au manoir, clocher qui s’effondre, la Grande Tempête et cette nuit effrayante, la Volësphera, tout y passait. Puis le flashback s’arrêtait soudainement alors qu’elle ouvrait les yeux sur Esquisse pour la première fois. Non, pourquoi maintenant ? Elle voulait revenir encore en arrière, revoir l’autre monde, avant, l’autre vie. Elle voulait se souvenir des visages sa famille, du lycée, de ses amis sur internet, de la tranquillité d’une vie monotone... Lorsque son seul soucis était la solitude. Mais elle la vision la quitta et l’Esquisse reprit là où elle l’avait laissée, cruelle. Derpina se sentait désorientée et pourtant, elle l’étrange impression de devoir faire quelque chose d’important. Quelque chose, quelqu’un l’appelait dehors, vers les plaines. Elle se tourna vers ses compagnons, qui semblaient avoir souffert du même mal. Tout ceci était bien étrange, cela faisait la deuxième fois qu’ils semblaient tous pris de vertiges au même moment... C’était bien la preuve que ce n’était pas à cause de la cuisine de Robyn qu’ils s’étaient tous sentis mal le matin. C’était autre chose... Mais quoi ?

Résumé:
Derpina, qui jouait du piano à l'étage du manoir, descend pour retrouver Iris, Robyn et Dolly. Elle questionne le nouveau venu. Elle est interrompue par des vertiges et ressent le besoin d'aller vers les plaines.


Dernière édition par Derpina le Lun 8 Déc - 21:53, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 18 Oct - 12:33

« I-Iris… la serviette… pourquoi ? »

Quelque peu surprise par la question, elle répond par un simple sourire. Il est sans doute complètement perdu, comme eux tous bien qu'ils ne soient plus à se l'avouer ni à le montrer. Tout ce qu'elle peut faire, c'est lui répondre, mais aussitôt son interlocuteur s'excuse et recule.

« Parce que tu gisais dans une flaque d'eau. Tout simplement ! »

Elle ne sait pas vraiment quoi lui dire de plus, et de toute façon elle n'aurait guère eu le temps d'ajouter quoi que ce soit. Robyn rentre précipitamment et l'étreint amicalement.

« Iris ! Je suis tellement heureux de te revoir !
- Moi aussi ! »

Le moi aussi, une réplique totalement Irisienne. Pourquoi son ami est-il si heureux de la revoir alors qu'il savait où la trouver et qu'encore hier ils s'adressaient la parole ? Alors qu'elle s'apprête à demander ce qui a pu arriver, voilà que Robyn se "jette" sur Dolly. Erf, elle n'a pas eu le temps de préciser que leur invité est totalement déboussolé, et que, justement, l'innonder n'est pas une très bonne idée. Même si le nouveau venu aux cheveux bleus est plus grand qu'eux, il ne faudrait pas lui faire peur.

« Hey, salut toi ! Tu es un ami d'Iris ? Tu t'appelles comment ? Tu es arrivé quand ? Moi c'est Robyn, quatorze ans, alias super-Robyn, le super-héros qui sauvera l'univers. Tadaaa !
- Il vient d'arriver et cherche encore ses repères, je crois que...
- Iris, combien de fois je t’ai dit de me prévenir avant de sortir du manoir ! Tu sais très bien ce qu’il pourrait se passer si... Enfin bref…
- Ce n'est pas une bonne idée de… »

Le harceler. C'est effectivement ce moment-là que choisit Derpina pour arriver. Bien qu'Iris soit contente de la voir - moins contente que sa petite escapade dehors soit sue, ceci dit -, lorsqu'elle voit son amie se jeter sur Dolly avec une nouvelle salve de questions, elle a peur que ce dernier parte en courant. Ils sont trois autour de lui, maintenant, on ne peut rêver d'un accueil plus chaleureux mais peut-être que trop de chaleur étouffe.

Consciente qu'elle avorte brutalement une conversation qui s'avèrerait nécessaire, Iris tourne trois fois la phrase dans sa bouche avant de la prononcer.
« Dolly… enfin, il a besoin d'un peu de temps pour récupérer et se faire à cet endroit. Je vais aller lui préparer quelque chose de.. chaud, on fera les présentations.. »

La douleur revient. Ce n'est pas le moment, elle doit terminer sa phrase.

« A… »

Ses propres pas au milieu de nulle part, dehors et seul, qui reviennent en arrière. Un instant, elle s'y croirait vraiment, mais la voix inconnue qui surgit juste après cette vision lui confirme que c'est. Autre chose. Elle comprend sans avoir de raison. C'est mauvais signe pour elle. Pour eux. Elle ne veut pas partir. Elle ne veut pas qu'ils partent.

« Après.. »

On se reverra très vite, parce que la journée va continuer ainsi, n'est-ce pas ? Pour l'instant elle en revient à sa priorité, c'est-à-dire écarter le plus possible leur invité de la foule. Lui, définitivement, ne doit aller nulle part. Pour le reste, elle espère que Derpina saura faire ce qu'elle fait le mieux avec Robyn : fermer la porte du Manoir à clef après que tout le monde y soit rentré. Ils n'ont pas besoin d'aller dehors, pas besoin de voir à quel point tout est effrayant..

Attrapant la main de Dolly, elle le conduit jusqu'à une pièce plus éloignée. Peut-être qu'en rencontrant un autre nouveau venu, il se sentira mieux… Kenny doit avoir faim. Et Amélia, disons qu'Iris espère qu'elle aura déjà déjeuné. Dans le pire des cas, elle peut l'emmener n'importe où. Tant qu'ils restent ici.


Résumé : Iris répond à Dolly puis essaie de dire à Robyn de ne pas le harceler parce qu'il est paumé, mais comme Derpina débarque au même moment elle est obligé de se répéter. Avec l'intervention de Folie, elle a peur qu'ils se séparent mais emporte tout de même Dolly avec elle vers la cuisine pour le nourrir (du coup pour pas que ça soit trop le bordel on fera sûrement un nouveau sujet, à Kenny de voir si elle nous rejoint là-bas ou si elle va vers Robyn&Derpina. idem pour Amélia)
Pardon pour le temps de réponse D8
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 4 Nov - 21:36
Soudain, une migraine, plus forte que la précédente. Je n'avais pas écouté Iris et Derpina parler, j'avais les yeux dans le vide. Dolly ne m'avait pas répondu. La douleur s'installa de nouveau dans ma tête, et elle semblait vouloir rester aussi longtemps que possible. J'avais mal. Très mal. Et à ce moment, c'était comme si le ciel, le monde disparaissait. J'étais happé dans un nuage sombre, orageux, un nuage fait des restes de mes souvenirs. Ces souvenirs étaient très lointains et je n'avais jamais pensé à les chercher, les comprendre, les découvrir en détails. Et là, je voyais un garçon blond, tatoué, se réveillant dans une forêt, tout content. Une voix vint dans ma tête, une seule direction, un endroit qu'il fallait que je trouve. Je le devais. Qui était cette personne que je venais de voir ? Certainement pas moi : j'ai les cheveux noirs, je ne suis pas tatoué et puis j'ai ce bras. Enfin, est-ce que je l'avais avant, au moins ?

... J'espère trouver la réponse.

Iris, pendant ce temps, était partie dans la cuisine en prenant Dolly. Il y avait aussi Kenny dedans. Je suis sûr qu'elle doit être en train de manger à l'intérieur ! J'étais donc seul avec Derpina. Autant lui parler.

▬ Dis, tu vas aller dans la direction de la vision ou pas ? J'ai envie d'y aller, mais jamais tout seul, ah ça non. Je risquerais de me faire tuer par un objet. Mais si tu veux venir avec moi, on partira, alors !

Je m'emmitouflais encore plus dans mon gilet qui me réchauffais. J'avais froid, trop froid.

▬ D'ailleurs, tu es là depuis longtemps ? Je crois que je suis là depuis un certain moment, mais tous mes souvenirs d'avant la tempête sont flous, impersonnels. Cette vision me donne envie de découvrir ses souvenirs enfouis au fond de mon esprit ... Enfin, j'ai envie de partir à l'aventure, pas toi ?

Résumé : Robyn reçoit la vision et se dit qu'il devrait chercher la vérité sur ses souvenirs lointains, d'avant la tempête. Il décide de parler à Derpina et lui propose de partir dans la plaine avec lui.
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 5 Nov - 15:41
« Partir à l'aventure... »

Ma voix, si faible, ne passa pas même la couche que formait la poche de mon porteur.



Je dormais. Depuis deux jours je m'étais éteinte, ayant activé ma propre mise en veille. D'ailleurs pour moi, la mise en veille, c'était semblable aux cryogénisations du film Alien ou à celle de tout autre chef-d’œuvre semblable se déroulant dans l'immensité de l'espace... Classe, n'est-ce pas?

Il y avait de cela deux jours, le tamagotchi avait lancé sa plus puissante offensive pour tenter de venir à bout de mes pensées, mes souvenirs, moi-même. J'avais su y résister, mais le choc fut si puissant que j'en fus épuisé, arrivant à peine à tenir debout sur mes pixels... Le mode veille me permettait de profiter du manque d'énergie du tamagotchi suite à sa puissante décharge; je pouvais ainsi redonner à mon corps informatique le sommeil dont il avait besoin et à mon esprit tout le repos qu'il demandait pour reprendre ses points de santé mentale. Ce tamagotchi avait failli réussir son coup, c'était un miracle que je sois encore en vie...

Mais dans ma veille, j'avais ressenti une étrange sensation quelques temps plus tôt. Je me sentais consciente. C'était impossible, la veille ne le permettait pas! Enfin, étrangement, je savais que la veille n'aurait pas dut me permettre de rêver, et pourtant je l'ai fait. Non, c'était plus qu'un rêve. Des données perdues, floues, s'affichaient. A la manière d'un FPS, je pouvais voir de mes yeux un évènement que j'avais oublié: mon arrivée ici, dans cet endroit. Je possédais encore un corps de chair et de sang, je le ressentais, quelle sensation! Mais tout se brouillait...

Les évènements défilaient trop vite, sautant comme un film mal enregistré. Je voyais des visages que je n'avais pas le temps de me remémorer, je ressentais des sensations familières. Je voyais mon plan. Une chose à laquelle je tenais, Une chose pour remplacer ce que j'avais perdu en venant ici, une chose que j'appréciais déjà avant... Je m'en rappelais.

Puis tout s'était effacé.

« Je sais ce qu'il y a avant. »

« Et vous savez où me trouver. »

Je savais où aller.

Je ne voulais pas, pas tout de suite.

« Partir à l'aventure... »


Profonde inspiration. Je me réveillais en sursaut, serrant mon cou. Ma respiration était saccadée, forcée, je m'étouffais et tentais de crier, comme aux prises d'une crise d'asthme puissante. Cette fois-ci, on ne pouvait manquer de m'entendre.

« PAS- HHHHH... PARTIR- HHHHH... MAIN- HHH- MAINTENANT!»

Aux emprises de la peur et du noir profond, ma respiration s'aggravait. Il était impossible de me sortir facilement de la poche de Robyn, le tamagotchi y était bien enfoncé et le porte-clé qui en pendait s'était accroché au fond de lui-même. Il aurait fallu tirer avec force pour sortir le petit objet dans lequel je me trouvais piégée.

Je tentais malgré tout de calmer ma respiration, lâchant peu à peu l'étreinte autour de mon cou...


Résumé:
I.A., en veille depuis la fin du jour 10, se réveille après avoir rêvé les visions. Réveil brutal, car elle étouffe dans la panique et crie à portée de l'entente de Robyn et Derpina. Cependant, le tamagotchi enfoncé au plus profond de la poche et son porte clef attaché au fond de cette même poche (certainement car il y a été laissé trop longtemps et qu'il a voulu y rester), la faire sortir de la poche de Robyn ne se fera pas autrement qu'en tirant un bon coup dessus pour le faire lâcher prise...

Incruste Powa!
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 2 Déc - 22:20
Après avoir pris ce repas en compagnie d'Iris et de Dolly, j'ai donc fait le chemin jusqu'à l'entrée d'un pas rapide. Sans doute ai-je envie de me dépêcher de partir pour la plaine sans en avoir conscience. J'interromps alors une discussion entre Robyn et Derpina, le sujet de cette dernière étant de partir à l'aventure. Je me plante alors face à eux sans dire quoique ce soit, de toute manière, j'irai avec eux qu'ils le veuillent ou non.

Le silence. Je finis par prendre la parole pour leur faire part de mon envie. Après tout, ils ne comprendront pas si je ne parle pas, nous ne sommes pas dans un jeu de mimes.

« Je veux partir avec vous. »

Je ne laisse pas vraiment le choix puis plus on est nombreux, mieux c'est. Même si le faire seule ne me dérangerait pas plus que ça en fin de compte.

Tout à coup, j'entends une voix dont je ne connais pas la provenance. Elle hurle de toutes ses forces quelque chose que je ne comprends pas bien sur le moment. Aussi, je laisse échapper cette question d'une voix relativement monocorde comme d'habitude.

« Ta poche parle ? »

Résumé : Kenny rejoint enfin Robyn et Derpina à l'entrée, elle leur dit qu'elle veut partir avec eux puis elle entend une voix, celle d'I.A. qui crie de toutes ses forces. Elle n'hésite pas à demander si la poche de Robyn est capable de parler.
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 9 Déc - 21:00
Iris semblait avoir pris en maturité depuis ces derniers jours, cela se voyait. Derpina se sentait un peu honteuse de son comportement lorsqu’elle l’entendit parler. Elle avait mieux réagi qu’elle et n’avait rien laissé paraitre lorsque la douleur était revenue. Elle n’était plus la petite fille frêle qu’elle avait connue. Iris conduisit le nouveau venu dans la cuisine, laissant Robyn et la jeune femme en tête à tête. Il disait vouloir partir à l’aventure... Derpina ne pouvait que le comprendre. Elle souhaitait également rejoindre cet endroit. Quelque chose l’appelait et elle avait l’étrange sentiment qu’elle pourrait trouver des réponses en y allant. Elle passa sa main dans sa douce chevelure aux reflets du soleil couchant. Tout cela n’était pas raisonnable. Ils ne pouvaient pas se permettre de traverser la plaine. La ville était déjà suffisamment dangereuse. Elle ne voulait plus voir de nouveaux blessés, il ne valait mieux pas prendre de risques inutiles.

« Moi aussi j’ai envie d’aller voir, de comprendre ce qui se passe... Mais tu sais aussi bien que moi que c’est impossible. Iris est blessé, le nouveau semble déboussolé, on ne peut pas les laisser ici ou leur demander de venir avec nous. Et même pour nous deux... C’est trop dangereux. Ça doit juste être un autre piège de cet endroit, je... »

Elle fut interrompue par une voix étouffée. Elle n’en était pas sûre mais elle semblait venir d’en face, près de Robyn. Étonnée, elle n’eut pas le temps de réagir qu’elle fut de nouveau interrompue par l’arrivée de Kenny. Celle-ci voulait partir à son tour. Derpina voulut s’y opposer une fois de plus, mais la voix retentit encore, plus forte. C’était désormais des cris qui s’élevait de la poche de Robyn. Elle sursauta. Qu’est-ce que c’était, qu’est-ce qu’il se passait ?

« Qu'est-ce qu'il se passe ? Robyn, ça vient de ta poche ! C'est... ? »

Résumé:
Derpina a envie de partir également, mais elle préfère ne pas prendre de risque. Lorsque IA se met à crier, elle est surprise et demande ce qui se passe.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 22 Déc - 10:06
IA, soudainement, fit beaucoup de bruit. Je pouffais de rire. Il fallait la sortir, je crois qu'elle veut nous dire quelque chose. Je mit ma main dans ma poche et miracle, c'était bien elle ! Je la posait de ce pas sur mon épaule, debout, quand Kenny arriva. Elle voulait aussi partir. Génial ! Et j'ai cru entendre que Derpina voulait aussi venir. Mais bon, comme elle disait, c'est dangereux. Hum. Hum. Que faire ?

« IA, tu fais beaucoup de bruit dis donc ! » Je tapotais l'écran de mon amie. « Hum. Je ne sais pas du tout comment nous pourrions faire. C'est vrai que c'est dangereux. Très dangereux. Même très, très dangereux. Voire carrément très, très, très dangereux. Très très très très dangereux même. Enfin. Hum. Eh. Euh. Je ... Il faudrait trouver un moyen de. Comment dire ? De pouvoir soit aller directement là-haut. Ou de pouvoir savoir. D'avoir, genre, des indices, vous voyez ? Parce que. C'est dangereux la plaine. »

Je réfléchissais beaucoup. Étrange phénomène que voilà. Hum. On a pas beaucoup exploré le sous-sol, ni le grenier. En fait, c'est vrai qu'on a surtout cherché des chambres pour pouvoir se reposer. Ou alors, il faudrait qu'on trouve un bâtiment, une sorte d'observatoire spatial delamorkitu. Ce serait intéressant. Ouais. Carrément. T'as carrément raison, je te dis !

« Il faudrait qu'on trouve un observatoire en ville, ou alors qu'on explore un peu plus le manoir. Je suis sûr qu'on pourrait trouver des choses intéressantes. Ou alors, essayer de trouver un passage secret vers des souterrains mystérieuuuux. Ouais. Je suis sûr qu'on peut faire quelque chose, trouver quelque chose pour pouvoir savoir tout en restant en sécurité ici. Vous en pensez quoi ? »

Résumé : Robyn parle beaucoup et écoute Derpina. Il propose d'aller chercher un moyen d'aller directement à l'endroit indiqué par la voix ou de trouver un moyen de savoir tout en restant en ville.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 22 Déc - 13:10
Respirer. Respirer. Lentement, j'arrivais à reprendre le rythme d'une respiration calme, me rendant compte que toute cette crise n'était liée à rien de plus qu'un rêve et que l'endroit d'un noir profond dans lequel je me trouvais piégée n'était autre que la rassurante poche de Robyn... Robyn!

« Allumes-toi andouille.. hhh... On voit rien ici... »

Après avoir frappé l'écran du tamagotchi, il se décida enfin à allumer son écran pour que ma lumière bleutée aille se répandre dans l'obscurité de la poche. Il n'y avait rien ici. C'était la poche de mon Robyn en même temps, et j'espérais bien qu'il prenne grand soin à ne pas me coller un papier de chewing-gum face au visage! Mais étais-je vraiment dans la poche de Robyn...? Je n'entendais plus rien alors que juste avant, le son de plusieurs voix arrivait jusqu'à mes oreilles. Non, je n'entendais plus rien du tout.

Lorsqu'on me sortit enfin de cette poche sombre, je pu voir où je me trouvais avec mon Robyn et... Une autre fille. Dès que je vis son visage je ne pu m'empêcher de la fixer en haussant le sourcil. Qu'est-ce qu'elle faisait là celle-la? A mieux y regarder, il y avait une seconde fille. Encore une fois, je lui portais un regard appuyé en penchant la tête près de l'écran de mon tamagotchi. C'étaient qui ces deux-la?! Silence... Je n'entendais que du silence. Les seuls petits bruits qui me parvenaient étaient ceux du courant présent dans ma petite maison électrique ainsi que celui de ma respiration encore stressée. Un silence pénible...

« Tu as encore coupé mon casque! Mais qu'est-ce que tu me veux aujourd'hui?! »

Pire, il n'avait pas fait que couper mon casque, mais aussi mes microphones. Personne n'entendait ce que je disais, et je m'en rendais compte bien vite lorsque personne ne réagissait au son de ma voix... Attendez... Je suis censée pouvoir entendre les autres même sans mon casque normalement, non?

« QUO- ATTENDS, COMMENT?! »

Mon casque ne me sert d'habitude qu'à amplifier le son extérieur au tamagotchi et il lui arrivait de les couper pour s'amuser, mais jamais il n'était arrivé à couper tout le son! Qu'avait-il fait, avait-il réduit en bouillie son système ultra-développé de microphones internes lorsque la lumière est venu le toucher à nouveau? Vivre sans son, sans voix... Raaaaaaah, qu'elle catastrophe ce truc, un PC aurait valu bien mieux que cette saleté trop puissante pour ce qu'elle est!

« Le jour où je sortirais, je promets de te réduire en tadmorv... »

Le menacer était stupide. Très stupide. Mais m'amusait à chaque fois. Enfin, le fait qu'il m'enlève la possibilité d'utiliser des lettres pour écrire était maintenant bien moins amusant. Bon, plus de lettre pour envoyer un signal de détresse à mon maître? Pas de problème!

}-{31|º

Fière de mon œuvre de 1337, je souriais en attendant que l'un d'entre eux réagisse, ce qui risquait de prendre du temps. Mais tout à coup...

« WHAAA! »

Le tamagotchi avait sauté depuis l'épaule de Robyn jusqu'au sol, me donner la peur de ma vie; ce que je n'aimais pas les sauts de l'ange! Mais, mais... Mais! Non! Aussitôt atterri au sol, le tamagotchi commençait à fuir telle une fusée, s'échappant par la porte d'entrée sans que personne n'ai le temps de pouvoir l'attraper!

}-{31|º }-{31|º }-{31|º }-{31|º

Qu'est-ce qui lui passait par la tête? Jamais encore il n'avait réagi comme ça, jamais il n'avait tenté d'autant réagir physiquement! Je ne veux pas être éloignée de maître Robyn! Venez me chercher!

(\/)4!7/23

Déjà, ce foutu tamagotchi se trouvait près du portail de la résidence, prêt à passer entre les barres de métal pour s'échapper. Mais qu'est-ce qu'il voulait ce coup-ci?

« Retourne vers maître si tu tiens à tes circuits! TOUT DE SUITE!! »

Rien à y faire...

Résumé:
Sortie de la poche de Robyn, I.A. offre un regard interrogateur à Derpina et Kenny avant de se rendre compte que ses micros et son casque ne fonctionne plus (plus personne ne peux l'entendre parler et elle ne peut plus vous entendre depuis qu'elle est sortie de la poche de Robyn, ainsi ses paroles sont inutiles 8D). Après qu'elle ait écris un mot en 1337, le tamagotchi s'échappe sans crier gare et s'enfuit jusqu'au portail du manoir après être sorti par la porte d'entrée. Il ne semble pas hésiter à définitivement partir!
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 29 Déc - 22:20
J'écoute Robyn qui énonce ses idées sans broncher avant qu'il n'ait fini, il parle beaucoup. C'en est presque mieux, je peux venir à l'essentiel de cette façon.

« Je peux te protéger Derpina. Et... Ce n'est pas un peu compliqué de chercher des passages ici alors que l'on a le choix d'y aller directement ? »

Simple suggestion de ma part tandis que je regarde mes deux amis à tour de rôle. Soudain, plus aucun son ne sort de la part de la demoiselle en bleu et pourtant, elle nous regarde de ses grands yeux. Que veut-elle ? Elle a bien hurlé avant alors pourquoi elle ne parle plus ? Est-ce qu'elle peut nous entendre au moins ? Allez savoir.

Je suis alors interrompue par le tamagotchi qui saute soudainement de l'épaule de Robyn. Prise au dépourvu, j'attrape alors mes compagnons par la main avant de les entraîner vers le portail. Est-ce la volonté de I.A. qui est à l'origine de l'objet qui s'est mis soudainement à bouger ? Je ne comprends pas encore très bien comment tout fonctionne dans ce monde. Qu'est-ce qu'on attend de nous ? Toutes ces questions ont forcément une réponse... Allons dans la plaine.

« Si on reste là à réfléchir, on ne sera jamais ce qui nous attend. »

De mon air détaché, je n'en reste pas moins sûre de ce que je veux faire. En plus de ça, il faut porter secours à la jeune fille virtuelle maintenant.

Résumé : Kenny écoute Robyn mais trouve ça un peu compliqué. Elle préfère faire au plus simple mais est interrompue par le tamagotchi qui se met soudainement à bouger tout seul et le fait qu'I.A. n'est plus capable de parler. Elle entraîne alors Robyn et Derpina vers le portail.
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 16 Jan - 21:27
Robyn proposa quelques idées en désordre. Aucune ne lui parut bonne. Kenny, elle, voulait directement rejoindre la plaine. C’était normal, elle ne pouvait pas comprendre. Elle venait d’arriver et n’avait pas vu... Elle était encore naïve, elle n’avait aucune expérience de l’Esquisse. Derpina ne savait pas comment réagir lorsqu’elle lui annonça qu’elle pouvait la protéger. Avait-elle la moindre idée de ce dans quoi elle s’engageait ? La rouquine essayait de trouver les bons mots pour les convaincre de rester, quand elle remarqua que Kenny fixait étrangement le tamagochi de IA. Plus aucun son ne sortait du petit appareil, malgré tous les efforts apparents de son amie virtuelle.

« Qu’est-ce qu’il y a IA ? »

Un message s’afficha soudainement à l’écran : }-{31|º. Était-ce un bug ? Ou un virus ? Derpina n’eut pas le temps d’approfondir ses réfléxions que l’appareil devenu fou fila par la porte d’entrée ! Kenny réagit la première et entraina ses compagnons avec elle. Les événements étaient incompréhensibles. IA ne s’était jamais comportée ainsi, il devait y avoir une explication. Cela devait être l’Esquisse qui se moquait d’eux, l’Esquisse qui voulaient encore à les attirer dehors. Ainsi, elle venait même les chercher, maintenant...

« Si on reste là à réfléchir, on ne sera jamais ce qui nous attend. »

Ce qui les attendait ? ... Mieux valait l’ignorer. Ce monde ne réservait jamais de bonnes surprises. Mais la jeune fille n’avait pas complètement tort. Ils ne pouvaient pas laisser leur amie s’enfuir à toutes jambes du manoir. L’heure n’était pas à la conversation. La rouquine courut vers le portail en espérant attraper l’appareil avant qu’il ne passe à travers les barreaux du portail. Sa main se referma dans le vide, il était trop tard. Effarée, elle se lança à sa poursuite.

« Restez-ici vous deux, il faut que quelqu’un reste avec Iris ! Je vais chercher IA et je reviens tout de suite ! »

Sortir dehors seul était dangereux, mais elle ne voulait pas qu’ils leur arrivent quelque chose. Ils n’avaient pas besoin de cela.

Résumé:
Derpina ne comprend pas la situation mais s’éloigne du manoir pour aller chercher IA. Elle demande à Kenny et Robyn de rester.
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 22 Jan - 22:39

Rétrospectivement, ce qui me surprend encore, c'est ma réaction face à tout ça. Je sais que j'aurais dû être étonnée, même pas beaucoup. Je l'ai peut-être été un peu. Un moment, juste une petite seconde. Je me suis juste réveillée, et je me suis dit : "Merde, mon lit a disparu.". Et puis je me suis levée, pour marcher un peu.

A un moment, pas très longtemps après, je me suis dit qu'il faudrait que je sorte. La pièce où j'avais atterrie sentait le renfermée. Il faisait sombre, aussi. Alors j'ai trouvé une porte, et je me suis simplement dit, ici aussi : "Ils ont oublié la poignée, quels idiots.". Alors j'ai juste poussé le battant. Ce n'était même pas verrouillé. Si il y avait eu une poignée à cette porte, ou si j'avais dû l'enfoncer pour sortir, je me serais retrouvée ailleurs, qui sait ? Chez moi, dans un autre endroit... quelque part qui ne soit pas ici. Mais non. La porte n'avait pas de poignée, et elle était ouverte, alors je me suis dit qu'il faudrait bien que quelqu'un la franchisse. C'est pour cela que sontconstruites les portes, pour que quelqu'un les passe. Et j'ai fini par mettre un pied dehors, et puis... l'autre a suivi.  

Et là, je m'en suis rendue compte. Ce n'était pas normal, même moi, je savais ça. On ne met pas un pied hors de sa chambre pour se retrouver dans un lieu inconnu. Il n'y a que dans les histoires que ça finit comme ça. D'habitude, quand on passe cette porte, on sent une odeur de vieux bois, la fraîcheur du carrelage sous ses pieds nus, on est ébloui par la lumière du jour, filtrée par la fenêtre au fond du couloir, cette lumière jaune qui est toujours plus chaude après dix heures, et plus vive avant neuf... J'y ai un peu réfléchi, ces derniers jours. Lorsque l'on passe une porte, on se retrouve ailleurs. On s'attend simplement à se retrouver dans un endroit que l'on connaît. Alors peut-être que j'ai simplement oublié de m'attendre à quoi que ce soit. Au moins, ça m'expliquerait pourquoi je suis là, et qu'est-ce qui m'y a amenée.

Mais c'est un peu un rêve, ici. Cet endroit m'a donné beaucoup de choses. Je me suis prise à réfléchir, deux fois, intensément. Je voudrais réellement savoir, où je suis, ce que j'y fais, pourquoi j'y suis... il y a trop de zones d'ombres, dans tout ça. Je n'ai jamais été aussi curieuse de savoir, quoi qu'il y ait à trouver. Mais, et c'est amusant, je n'arrive pas à me concentrer sur une chose. Je ne veux qu'une seule chose, en fait. Je ne veux que dessiner.

Ça tient presque d'une maladie. Je ne sais pas quand ça m'a pris pour la première fois, et de toute manière j'ai perdu la notion du temps. J'ai sorti mon carnet, et c'est parti tout seul. Il n'y a rien qui ressemble à autre chose, ici. Si seulement j'avais du matériel. Il y a un chef d’œuvre, derrière tout ça. Je ne sais même pas pourquoi je pense comme ça. Ça doit être ça, être une artiste. On voit des chefs-d’œuvre à tous les coins de rue. Je ne crois pas qu'il y ait grand chose à chercher à ce sujet, quoiqu'il en soit. Il y a plus important à faire.

Il y a toujours plus important à faire.

Alors je marche. Je marche et je découvre. Je n'ai même pas essayé une seule fois de revenir sur mes pas. Je n'y parviendrais pas, je pense, même si je le voulais. Ce lieu...

Ce lieu change. Il suffit de regarder à sa  gauche pour trouver ce qu'on voyait à sa droite, une poignée de secondes plus tôt. Il y a des choses ici qu'on ne trouverait jamais ailleurs que dans un rêve, ou bien dans un cauchemar. Il s'y trouve des demeures colossales aux murs presque effondrés, où il ne reste que l'étage qui se dresse debout sur du vide; il s'y trouve des maisons aux angles incongrus, aux portes donnant sur des murs, ou bien à d'autres portes menant à leur tour sur une autre, qui elle est verrouillée, mais seulement dans un sens... il s'y trouve des places couvertes de gravats, où sont bâties des fontaines où ne coule plus d'eau, et où nagent pourtant les poissons...

Si ce n'est pas un rêve, alors je suis en plein cauchemar. Et je voudrais plutôt rêver pendant un siècle sans jamais pouvoir m'éveiller que de jamais vivre un cauchemar aussi vif.

Alors, pour mon propre confort, je pense que c'est un rêve. Et je le dessine, jusqu'à ce que le réveil sonne... Je ne sais pas depuis combien de temps je marche au milieu de tout ça. Mais je crois... que je suis arrivée, finalement. Il faut bien une fin à tout, et si ce n'est pas celle du rêve, alors c'est celle de mes errances. Ce n'est pas le plus beau manoir que j'aie jamais vu, mais c'est sans doute le plus étrange. Je ne comprends pas tout à son architecture, à ses décorations, ou à ses matériaux. Mais je sais une chose. Il y a des voix, à l'intérieur, qui filtrent par la porte.

Je ne sais pas ce que j'ai à y perdre, mais je suis certaine d'avoir à y gagner. Et puis, si c'est un rêve... il n'y a pas de quoi
s'inquiéter, de toute manière.

Je n'y pourrai sans doute rien.


Alors, je frappe.





Résumé:
Céleste arrive devant le manoir, et frappe. Le reste ne SERT A RIEN si ce n'est à flatter mon égo et à plagier le style de monsieur Gaiman.
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 24 Jan - 22:18
Il ne voulait pas s'arrêter, ce foutu petit amas d’électroniques ne voulait pas s'arrêter! Il ne ralentit même pas en voyant cette étrange fille ailée et se faufila entre les barreaux du portail sans que personne n'ait le temps de l'attraper... Une fille ailée?! J'aurais bien voulu m'attarder pour la rencontrer, mais les choses se pressaient un peu pour le moment...

Pourquoi fuir ainsi, juste après que je me sois réveillé et que nous ayons parlé d'aller jusqu'à la vision? Pourquoi vouloir me séparer du groupe? Ce tamagotchi me préparait sans aucun doute un mauvais coup, comme toujours. Cette fois-ci je n'y pouvais rien, il m'entraînait jusque dans les ruines de la ville en sautillant. Y en avait-il au moins un qui allait nous pourchasser?

Je ne pouvais pas le savoir... Je m'étais à nouveau mise en veille, le tamagotchi ayant profité du chargement des données suite à mon réveil, il avait réussi à en corrompre certaines, à en ajouter de nouvelles. Endormie, je les téléchargeais contre ma volonté, ne pouvant rien faire tandis que la petite machine fuyait jusqu'à la ville, loin du manoir.

J'aurais bien voulu connaître cette fille, ses ailes étaient dignes des plus HL...


Résumé:
Le tamagotchi arrive à prendre la fuite, quittant définitivement le manoir pour se rendre en ville. Pendant ce temps, I.A. se met en veille, ses données ayant été corrompues.

Et je vous quitte pour ce RP~!
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 9 Fév - 13:55
Le tamagotchi dans lequel était enfermée mon amie se mit soudainement à gigoter et à afficher un étrange message. Ce message se vit alors multiplié en plusieurs gigantesques symboles rouges. Je n'y comprenait rien. Des mathématiques. Les mathématiques tuent, c'est pourtant marqué sur tous les emballages de choses étranges, non ? Je n'y comprend rien ! Argh ! Voilà qu'elle s'enfuit ! Et non, au lieu de courir après elle, je reste là. Mais qu'est-ce qu'il me passe par la tête ? Je vois Kenny qui nous entraîne vers le portail, puis Derpina qui s'en va. Je n'arrive pas à parler.

« Si on reste là à réfléchir, on ne sera jamais ce qui nous attend.
- Restez-ici vous deux, il faut que quelqu’un reste avec Iris ! Je vais chercher IA et je reviens tout de suite !
- M-Mais je ... »

C'était tout ce que j'avais réussi à bredouiller, faiblement. N'importe quoi. Je voyais Derpina s'en aller à la poursuite du tamagotchi. Je ne suis pas digne d'être un super-héros si je ne suis pas capable de sauver mes amis, mince ! J'espère que je pourrais aller les récupérer vite. En attendant, je suis obligé de rester avec Kenny au manoir pour surveiller Iris ... Ce n'est qu'une phase de toute façon, je vais pouvoir révéler mes super-pouvoirs très bientôt, mouahahahaha !

Je sens soudainement qu'il commence à faire froid, alors je me blottis contre Gilet. Il est tout chaud, ça me fait du bien. Je prends Kenny par la manche et je la traîne vers l'intérieur. Il y fait vraiment meilleur, alors je me pose sur un des sièges confortables qu'on a installé. Je prends un coussin et je me serre contre lui. Les minutes sont longues.

Soudain, j'entends quelqu'un qui toque à la porte. La porte faisait vraiment beaucoup de bruit. Je me lève faiblement, mon coussin au bout des doigts et j'ouvre faiblement.

« Bonjour ! Vous êtes perdue ? »

C'est toujours bien d'avoir des invités surprise !

Résumé : Robyn est déçu de ne pas pouvoir aller chercher IA alors il entraîne silencieusement Kenny à l'intérieur et se repose. Il entends soudain Céleste toquer et ouvre faiblement la porte pour lui parler.
Désolé du retard ! ♥
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 10 Fév - 15:12
Lorsque Derpina nous dit d'attendre ici, je ne bronche pas bien que l'envie de désobéir est très tentante. Robyn m'entraîne alors vers l'intérieur, je ne dis toujours rien. Une fois dans ce qui semble être le salon, je reste debout comme un piquet à avoir le regard perdu dans le vague, l'image de Derpina qui poursuit le tamagotchi ne quitte pas mes pensées. Je laisse échapper un soupire avant de m'asseoir sur l'un des fauteuils. Je scrute toujours ce même point dans le vide avant de poser mon regard sur Robyn pour prendre la parole ensuite. Mais je n'ai à peine le temps de dire quoique ce soit qu'il se redresse afin d'aller ouvrir à la porte.

Je me relève alors à mon tour avant de le suivre tranquillement pour rester derrière lui, un tantinet méfiante quand même quant à la nouvelle venue.

« Bonjour. »

Fis-je simplement pour ne pas oublier la politesse. Je reste derrière mon camarade afin de lui faire part de mes pensées.

« Robyn, on ne peut pas laisser Derpina toute seule. »

J'attrape doucement sa manche en le regardant de manière tout ce qu'il y a de plus sérieuse, pas question de rester les bras croisés ici non ?

Résumé : Kenny laisse Robyn la conduire à l'intérieur avant de le suivre pour saluer la personne qui vient tout juste d'arriver. Elle tente de convaincre son ami de suivre Derpina.

Désolée du retard... ;v;
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 3 Mar - 22:09

Ainsi donc, c'est un rêve. Et pourtant je ressens ces choses ; je sens le vent qui caresse mon visage, j'entends les crissements du gravier sous mes pas, les légers bruissements des plumes à chaque mouvement des mes épaules, et tout cela semble si vrai... Peut-être est-ce là le lot de tous les rêves qui ont jamais été rêvés ; on croit être éveillé, on se fait une raison, on s'habitue aux étrangetés qui croisent notre chemin... , et puis on se réveille, et avec ce retour le rêve finit par s'estomper, doucement, presque sans bruit. Et au final on sait que l'on a que songé, que rien n'est arrivé. Puis on finit par oublier. C'est peut-être pour ça qu'on a peur de mourir, en rêve. Et c'est peut-être aussi à cause de ça que je regrette un peu d'avoir frappé ici, même si c'est un peu tard pour avoir des regrets. Bientôt cette porte s'ouvrira, ou peut-être pas.

"Bonjour ! Vous êtes perdue ?"

Des enfants. Ce sont bien des enfants, je ne peux pas y croire... Mais bien évidemment.  Pourquoi des enfants vivraient donc dans un endroit comme celui-ci... Je suis donc réellement en train de nager en plein songe. Peut-être au moins cela m'explique-t-il la mauvaise plaisanterie que constitue mon auréole...

"Bonjour." Mince.

"Ah, euh... oui. B-bonjour." Ressaisis-toi, Céleste. Ressaisis-toi. "Oui. Oui, je suis perdue. Je crois. Vous... Y aurait-il un adulte, ... à l'intérieur ?" Des enfants...

Résumé:
Céleste attend puis répond à Kenny et Robyn. Y a-t-il un adulte dans la salle ? Fin.
Folie d'Esquisse
Messages : 772
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Jeu 5 Mar - 15:33


Soudainement, les ruines dansèrent. Lire l'opportunité n°4
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 11 Mar - 20:49
Soudainement, les ruines dansèrent. J'ai cru voir les lèvres de la jeune fille ailée bouger, mais je n'ai rien pu entendre. Le vacarme a commencé et je suis tombé à terre. Le sol tremblait, tremblait fort, tellement fort que j'avais l'impression que ma tête allait exploser. Je n'ai pas regardé si Kenny et la nouvelle arrivante étaient en vie. Je me suis levé et appuyé sur le canapé pour tenir debout. Les secousses avaient l'air d'être moins intenses. Je me suis mis à courir dans le manoir pour me cacher dans la première salle venue. J'espère qu'il n'arrivera rien aux autres.

Résumé : Robyn s'enfuit de l'entrée du manoir pendant les secousses.
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum