Épreuve 2 - Piu & Eelis (Esquisse)

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2685
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
le Sam 22 Juin - 22:07
(Yep, on réutilise cette section trois plombes après la fin)


Épreuve n°2 - Des livres et nous


Il était précisément rangé dans la plus belle section de votre bibliothèque sur sur l'étal d'une librairie. Ou bien il traînait quelque part dans les cartons. Ou peut-être qu'il appartient à quelqu'un d'autre et a été abandonné là par hasard. À moins qu'il ne s'agisse d'une lecture imposée…

Peu importe, en fait, comment vous vous êtes retrouvés avec ce livre entre les mains, ou pourquoi vous l'avez ouvert ; vous voilà désormais coincé entre ses pages, côte à côte avec ses protagonistes. Deviendrez-vous les héros de l'histoire ou serez-vous de simples figurants ? Vous jouerez-vous de l'intrigue pour écrire une nouvelle fin ? Et surtout… trouverez-vous le moyen de vous en délivrer ?


Variante :
Mignonne, allons voir si la rose ce matin est éclose. Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Les roses sont rouges, les violettes sont bleues, l’amour perçant comme une vouge, et vous voici coincés là morbleu. Un roman à l’eau de rose, avec ses amourettes et ses phrases toutes faites.



Rappel du fonctionnement:

Pour cette épreuve, des binômes sont formés entre les forums, de manière à avoir, par exemple, le champion de Terrae écrivant en compagnie du champion de Tasty Tales (exemple choisi purement au hasard et avant qu’on ait fait le tirage). On détermine par avance celui qui commence, et c'est parti pour un enchaînement de dix posts (chacun en écrivant cinq, donc) d'un [/b]maximum de 350 mots/post[/b] chacun, toujours sur un thème donné, et sur une durée de trois jours.

Remarque, il s'agit ici d'un mini-RP à variantes : C'est tout comme un mini-RP classique, mais chaque binôme recevra, en plus du sujet initial et commun à tous, un petit détail qui fera varier la situation initiale.



C'est au travers d'une exploration tout à fait sérieuse du Laboratoire qu'Al était tombé sur ce bouquin. Et c'est avec une sincère intention de mettre la main sur une ressource utile à la survie du groupe qu'il avait commencé à le feuilleter, espérant du fond de son petit cœur naïf qu'il s'agissait là de précieuses connaissances qui permettraient de sauver la situation actuelle.

Si on considère que la nature est l'Esquisse, et que l'Esquisse prend un malin plaisir à briser les espoirs, ce fut donc tout naturellement qu'il tomba sur quelque chose qui n'avait rien à voir.

Une histoire ? Dans un monde contemporain ? Soit, cela avait peut-être un sens caché...

Ou pas.

Il abandonna l'affaire après trente pages, le visage étiré par l'agacement. Non seulement ça n'avait rien à faire ici, mais en plus l'histoire était... éprouvante ? Douloureuse ?

Oui, c'était définitivement un adjectif de cet ordre qu'il fallait utiliser pour qualifier cette romance pathétique entre deux mous du genou qui passaient leur temps à douter au lieu d'agir (ce qui n'était certainement pas ce que faisait Al lui-même).

« Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir rentrer là-dedans et les secouer..., soupira-t-il en reposant l'objet.

- Vraiment ?

- Oui, vraim- »

Le temps de réaliser que le bouquin lui avait parlé, celui-ci s'était jeté sur lui.

Quelques pas chancelants plus tard, il se réveillait dans une rue aux fleurs épanouies dégoûtantes de rosée et aux maisons si bucoliques qu'elles en étaient irréelles. Pas besoin d'être un génie pour se rendre compte que le livre l'avait pris au mot.

« Je suppose que c'est trop tard pour changer d'avis... »

Au moins, il allait pouvoir profiter du ciel bleu et de l'absence de dangers mortels le temps d'une petite escapade. Certes, il avait déjà une idée de qui il devait trouver et de ce qu'il devait faire, mais il préférait ne pas y penser.

Hélas, il semblerait bien que l'intrigue n'ait pas envie d'attendre qu'Al daigne venir à lui. Dans ce monde vide où rien n'existe en-dehors des personnages de l'histoire, des pas se firent entendre derrière lui...



(~379 mots. shhht c'est pour l'intro)


Oubli
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 90
Date d'inscription : 08/04/2019
Oubli
le Dim 23 Juin - 9:13

HS :
Midori, Mido pour tout l’monde est une nippone de 45 ans brisée par la vie et l’Incontestable. L’Incontestable est le nom de l’ordinateur qui s’occupe maintenant de marier les gens au Japon.
HS2:
JAMAIS CET INTERFO NE SERA TERMINE !
L’haleine aigre aux relents sucrés de la Mido laisse présumer de sa sobriété, elle s’est assise sur un banc et y a trouvé un magazine contenant plusieurs histoires. Entre deux respirations éthylées elle se plonge dans sa lecture. Un des récits lui semble particulièrement niais et les protagonistes tellement mous qu’elle voudrait leur filer des claques.

Les maisons sont chaleureuses et bien alignées, des volutes de fleurs semblent dégouliner de leurs petits jardinets. Elle doit plisser des yeux tant le soleil semble frapper fort, il rend tout plus lumineux, trop lumineux ! D’un pas mal assuré elle gagne le couvent d’accueillants branchages. Elle pousse un soupir d’aise en s’affalant contre un tronc.

Putain de merde, j’ai vraiment trop bu… pense-t-elle. Adossée à son arbre alors qu’elle cherche du regard un kombini pour se fournir en ondée et paracétamol salvateurs la nippone observe une scène étrange : deux lycéens rentrent ensemble sans qu’un mot ne fût changés. De temps en temps elle voit la jeunette envoyer des regards amourachés auxquels le gamin répond systématiquement trop tard, si bien que jamais leurs regards ne se croisent. Elle lève les yeux au ciel et sans savoir exactement pourquoi se met à les suivre prétextant qu’ils finiront par passer devant une boutique…

Tout semble briller sous les rayons doux du soleil, elle découvre que s’il agresse sa rétine il ne dévaste pas sa peau. Il est doux et cajoleur si bien que lorsqu’elle s’est habituée à sa luminosité elle finit par l’apprécier. Les amoureux semblent sur le point de se séparer timidement, n’y pouvant plus elle presse le pas bouscule la jeune femme qui tombe dans les bras de son comparse, s’excuse et reprend sa route. Elle se retourne pourtant au croisement suivant pour observer la scène ne se rendant pas tout de suite compte qu’elle n’est pas la seule.


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code <*transformation perso="Carmen" />
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2685
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
le Lun 24 Juin - 2:22

« Je.. Je suis vraiment désolée ! Je ne voulais pas... » miaula une voix fluette et effacée derrière lui.

Il risqua un regard vers la source du bruit.

De longs cheveux noirs et de petits yeux marrons. Un collier orné d'une petite fleur kitsch.

« Ce n'est rien... Je vais te raccompagner, on ne sait jamais.»

Et à côté d'elle, un grand dadais en manches courtes. Pas de doute, c'était les deux protagonistes de cette fantastique histoire d'amour.

Faisant mine de n'être qu'un passant parmi tant d'autres, Al se détourna prestement.
C'est à cet instant qu'il remarqua, malgré le soleil éreintant, une troisième personne. Oh.

Voir quelqu'un dans une rue, ce n'était pas inhabituel, mais voir quelqu'un qui n'était pas supposé être là dans cette scène - tout comme lui - mettait à mal les premières théories qu'il avait commencé à élaborer (des théories qui impliquaient que tout allait se passer comme dans le livre, et qu'il pourrait donc planifier ses actions sur ce qu'il savait des trente premières pages)... Soit. Probablement un personnage tertiaire qu'il avait loupé entre deux lignes, ou qui allait avoir un rôle important plus tard.

Il reporta son attention sur les deux gugusses entre lesquels s'était installé un silence agaçant. Comment allait-il réussir à secouer ça alors qu'il avait l'expérience amoureuse de.. d'un... Bon, voilà, quoi, inutile de s'épancher là-dessus.

Après quelques secondes de réflexion, il décida d'opter pour la stratégie la plus simple. Il s'arrêta, attendit d'être derrière le duo, courut en avant, tenta de précipiter "accidentellement" la jeune fille dans les bras de l'autre....

Puis se ramassa lamentablement sur le sol.

...

« Tout va bien... ? » demanda le lycéen en tendant sa main au rouquin, qui l'attrapa bien volontiers après avoir craché quelques jurons à l'encontre du sol goudronné.

Effrayée, la jeune fille s'était accrochée au bras vacant de l'autre, ce qui ne manqua pas de créer un nouveau moment de gêne quelques secondes plus tard, tandis qu'Al tentait de bafouiller quelques excuses.

Il souhaitait déjà rentrer dans l'Esquisse.


(Bon, avec ça, Carmen devrait tiquer - ou pas - et ça évitera cinq posts où ils n'interagissent pas du tout entre eux)



Oubli
Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser
Personnages : Carmen
Messages : 90
Date d'inscription : 08/04/2019
Oubli
le Lun 24 Juin - 11:02
|i] Non mais ils sont sérieux ?[/i] la fille a peine précipité dans les bras du jeune homme s’excuse et il lui propose de lui raccompagner le silence gêné repris sa place. Elle ne peut s’empêcher de soupirer alors qu’un n=inconnu se précipite sur les amoureux transits et se ramasse lamentablement. Si au début elle suppose à tort qu’il s’agit d’un accident elle se rend vite compte que le jeune homme scintille moins que les deux protagonistes. Elle se demande un instant si c’est l’alcool qui la pousse à lui venir en aide :

« Alexander je te cherchais ! »
s’exclame-t-elle en allant dans sa direction.

Pourquoi Alexander ? Parce qu’il n’a pas l’air nippon et qu’il est cliché absolu que d’appeler ainsi un gaijin. Elle sourit aux deux amoureux qui tout à leur bonheur ne semblait pas avoir fait le lien entre le boulet de canon qui les avait percuté plus tôt et la femme qui leur faisait face.

« Vous formez un joli couple ! »
tente-t-elle un peu maladroitement.

La jeune femme rougis, le garçon regarde ailleurs. C’est si mignon. Ça lui donne grave la gerbe, ils sont au courant qu’ils ne pourront jamais être ensembles ? Que l’Incontestable finira inéluctablement par les séparer ? C’est peut-être pour cela qu’ils mettent tant de temps à se mettre ensemble… C’est pour cela qu’ils doivent se mettre ensemble au plu tôt pour profiter.

« C’est que… » finit minaude par minauder la fille « On n’est pas en couple… On est des amis. »

Ne soupire pas Mido. La fille cherche l’approbation de son compagnon comme si elle n’était pas sûre, ou plus probablement qu’elle espérait qu’il dise le contraire… Il ne le fait pas et c’est Mido qui lance un regard désespéré à celui qu’elle a nommé Alexander.


Carmen parle en #00cc99 et utilise le code <*transformation perso="Carmen" />
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum