Souvenirs d'une libellule

Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Messages : 7
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Dim 21 Fév - 18:53

Allô, maman ?



Après ma journée en tant que professeur de physique-chimie, je rentre dans mon appartement, très fatigué. La plupart des cours se passent bien. Les élèves m’écoutent, plusieurs me posent des questions, je prends le plaisir d’y répondre. Il y a bien quelques perturbateurs mais souvent, j’arrive vite à les calmer. Chez moi, je dois préparer mes prochains cours et parfois corriger des copies. J’imagine que j’en rajoute avec l’atelier de théâtre une fois par semaine. Toutefois, j’aime bien ce métier. Comme le théâtre et la littérature, les sciences physiques me passionnent et je suis donc ravi d’avoir poussé plusieurs élèves à s’y intéresser.
A peine arrivé, je m’assois sur le canapé. Puis mon téléphone sonne. L’appel vient de ma mère. Malgré mon désamour pour les conversations téléphoniques, je réponds à l’appel :
- Allô, maman ?
- Coucou, mon bébé. Tu m’as trop manquée !
J’aurais pu lui demander d’arrêter avec ces surnoms infantilisants mais la suite de ses paroles m’étonne :
- Nous nous sommes vus il y a deux jours.
- C’est vrai, mais deux jours, c’est long, surtout à mon âge. Mais assez parlé de moi. Tout va bien pour toi ? Me demande-t-elle d’un ton enjoué.
- Oui, maman.
- Ton boulot ?
- Ça va.
- Tes copains ?
- Ça se passe bien avec eux.
- Et avec Linda ?
Même si elle évoque ma meilleure amie, j’appréhende la suite de cette conversation.
- Ça va.
- Tu ne lui as rien déclaré ?
Voilà pourquoi je ne souhaite pas aborder ce sujet avec elle. Si je lui parlais d’une future séance de cinéma avec Linda, elle croirait à un rendez-vous galant. Je soupire d’agacement :
- Je ne ressens rien pour elle.
- Tu es sûr de ne pas être en plein déni ? Me demande-t-elle plus sérieusement. C’est courant que l’amitié homme-femme se mue en amour.
- Nous nous serions déjà déclarés !
- André, je dis ça pour ton bien. Tu as besoin d’une belle femme très attentionnée à tes côtés.
Toujours le même discours. Comme s’il m’aiderait à trouver quelqu’un. Comme si une relation amoureuse changerait ma vie. Je veux bien que ce soit une expérience agréable mais je trouve qu’elle exagère.
- S’il te plaît, ne te mêle plus de ma vie privée.
- Si tu veux mais réfléchis bien.
Elle reprend son ton jovial, comme si rien ne s’était passé :
- Je te laisse, mon poussin ! J’ai une partie de Scrabble avec Geneviève !
Et elle raccroche. Je pose mon téléphone sur la table. J’aime bien ma mère, j’apprécie souvent de lui parler, mais sa tendance à se mêler de ce qui ne la regarde pas m’agace. Ce n’est pas la première fois que ça se produit. Elle ne comprend pas pourquoi mon célibat me convient, comme je ne comprends pas pourquoi elle me veut en couple.
J’entre dans mon bureau et je sors d’un tiroir mon carnet de poèmes. J’écris un poème au moins une fois par semaine, pour me sortir du quotidien, profiter des choses simples ou mettre sur papier mes ressentis. Je n’en ai encore jamais montré à d’autres. Même si j’ignore si j’y suis vraiment doué, ça me fait du bien. Je prends un crayon, une gomme, et j’écris un poème, le corrige, jusqu’à ce qu’il sonne bien pour moi.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum