[Addendum] Thème Divers

Voix d'Esquisse
« Vous ne sortirez jamais d'ici. »
Messages : 895
Date d'inscription : 01/06/2012
http://esquisse.forumpro.fr
Voix d'Esquisse
Sam 1 Avr - 15:23
Si vous ne savez pas ce qu’est l’Addendum, le sujet d’explication se trouve ici ! C’est également par là-bas que vous pouvez proposer de nouvelles contributions.

Thème Divers


Rien de tel pour saccager une tentative d'organisation que de créer une catégorie "Divers" ! Et paradoxalement, il en faut toujours une, pour suivre les chemins par lesquels risque de vous entraîner l'imagination… Surtout quand il s'agit de chemins de nuit qui vous amènent vers des histoires de chiens écrasés, de virus en liberté et autres joyeusetés.


Ce thème inclut :
Les maladies et autres altérations physiques et mentales récurrentes dans l'Esquisse
Les faits divers, et globalement les histoires qui relèvent moins d'un fait culturel que d'une actualité susceptible d'être relayée par un journal.
… Mais n’inclut pas :
Tout ce qui peut rentrer ailleurs, du coup.





Sommaire des contributions



Passez votre souris à gauche de la fenêtre !

Version simplifiée (pour les téléphones:


Revenir à l'introduction

L'affaire du bébé : Grand micmac médiatique apparu autour de la première naissance recensée dans l’Esquisse, impliquant de nombreux retournements sur l’identité controversée de ses parents.
S
O
M
M
A
I
R
E


Kaoren
Non, non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Personnages : Kaoren, Penrose
Messages : 633
Date d'inscription : 22/09/2015
Kaoren
Sam 1 Avr - 16:19

L’affaire du bébé


Résumé : Grand micmac médiatique apparu autour de la première naissance recensée dans l’Esquisse, impliquant de nombreux retournements sur l’identité controversée de ses parents.


Pour les gens se tenant un tant soit peu au courant des nouvelles de la Ville, c’est une histoire à côté de laquelle il était difficile de passer. Tous les journaux locaux – même Cyance et vie – l’ont mentionnée dans au moins une de leurs éditions, et beaucoup de personnalités importantes y ont trouvé leur mot à dire.

Au commencement de cette affaire, il y a un bébé, une petite fille nouvellement née que les Magendarmes ont retrouvée sur le parvis d’une maison réputée abandonnée – une inspection des lieux y confirmera d’ailleurs l’absence de toute trace d’activité récente. Fidèles à leur devoir, ils le ramènent à leur quartier général tout proche, et s’apprêtent à lancer un appel à témoins pour en retrouver les parents ou autres responsables. Mais c’est alors qu’une certaine madame Iyabo débarque à l’accueil, demandant l’aide des Magendarmes pour retrouver son bébé qu’elle a justement perdu à cet endroit. Une affaire rondement menée, donc.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, comme une simple anecdote que l’on partage à la cantine sociale du quartier, si un reporter de Aujourd’hui, en Ville n’avait pas décidé de la documenter dans sa rubrique de faits divers. D’abord présentée humoristiquement comme « l’enquête la plus rapide du monde », elle deviendra virale quand les gens découvriront dans l’interview d’Iyabo que son bébé serait né dans l’Esquisse. Un tel événement n’ayant jamais été recensé dans l’histoire de la Ville, beaucoup décideront de faire de cet enfant un symbole ; ils iront jusqu’à monter un comité citoyen pour sa protection, recueillant des cotisations auprès des âmes charitables pour aider sa mère à l’élever dans de bonnes conditions – car elle ne roulait pas sur l’or, pour autant que cette expression fasse sens dans l’Esquisse.

Mais comme une histoire chaleureuse n’arrive pas sans son lot d’anicroches, des voix commencent bientôt à s’élever pour remettre en question la vraisemblance de toute cette affaire : beaucoup pensent qu’il s’agit d’un coup monté de la part de cette Iyabo pour s’attirer les donations de la populace, voire selon certaines organisations rivales des Magendarmes que ces derniers seraient complices de cette grande machination, en échange d’un pourcentage des dons récoltés. Il faut admettre que de nombreuses questions pèsent encore sur l’affaire, notamment l’identité du père ou la raison pour laquelle le bébé se serait retrouvé abandonné – sur lesquelles Iyabo a préféré garder le silence, ou n’accepte de communiquer l’information qu’aux Magendarmes sous réserve du secret professionnel qui s’y opère. Les plus fervents détracteurs sont même allés dénicher une photographie présentant Iyabo, le reporter de Aujourd’hui, en Ville et un cuisinier du secours populaire, auxiliaire des Magendarmes, tous trois faisant la queue chez la même boulangère. Largement de quoi alimenter les rumeurs et monter un mouvement de contestation contre cette odieuse mascarade – ainsi qu’une enquête des Magendarmes sur qui diable se permet de prendre en photo des clients à la boulangerie sans leur demander leur avis.

L’histoire atteint son paroxysme quand le propriétaire de Sin’Esquanone, une fameuse enseigne de prêt-à-porter placée sous l’égide du SOC, déclare être le père de l’enfant d’Iyabo, affirmant n’avoir pas voulu le révéler pour lui permettre de vivre une enfance tranquille avec sa mère, loin des pressions sociales qu’il subit au quotidien. La nouvelle se répand à nouveau comme une traînée de poudre, et amène une nouvelle dose de controverse quand Iyabo refuse de confirmer ou d’infirmer cette déclaration. Certains pensent qu’elle subit des pressions de la part de son prétendu mari – qui, il faut bien le dire, a des atomes crochus avec à peu près toutes les organisations puissantes de la Ville, et n’est pas du genre à se laisser contrarier –, d’autres qu’il est bien le père et qu’elle refuse de l’avouer pour conserver sa tranquillité, d’autres maintiennent que ce n’est qu’un prolongement de la supercherie et qu’aucun des deux parents n’est légitime… et d’autres voient dans cette situation floue l’occasion d’aller chercher leur part du gâteau. En quelques jours, c’est près d’une dizaine de nouveaux pères qui viennent se déclarer l’un après l’autre – parmi lesquels comptent de nombreux prétendants placés par différentes organisations de la Ville –, tous armés d’histoires plus loufoques les unes que les autres pour appuyer leurs affirmations. On trouve même quelques mères remettant en question la maternité d’Iyabo afin de se l’approprier. Cette dernière, toujours cloîtrée dans son silence, finit par demander à vivre sous la protection des Magendarmes pour échapper aux invectives de la foule.

Quand le litige menace de devenir hors de contrôle, ceux-ci décident de trancher la question une bonne fois pour toute, et d’organiser une garde alternée du bébé entre Iyabo et la dizaine de prétendants et prétendantes. Bien que très peu approuvent cette solution – Iyabo la première –, cela suffit au moins à réfréner les ambitions de la plupart d’entre eux, et pour certains, des organisations qui les soutiennent. Des cotisations sont toujours levées pour aider le développement de l’enfant, mais avec beaucoup moins de succès, la crédibilité de toute cette histoire ayant été lourdement entachée par ses nombreux retournements. De plus, certains continuent de militer dans un sens ou dans l’autre, et si l’affaire est officiellement classée, officieusement, elle n’a peut-être pas encore vu son dernier acte.



Distinctions:
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum