Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée]

Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Mar 27 Juin - 18:45


« Je peux tout vous expliquer », c’est ainsi qu’Ekithée débuta le récit de ses récentes mésaventures à Effilée, ayant eu vent qu’Ekithée aurait commis quelques fâcheux incidents. « Alors l’autre jour, on avait une séance de travaux pratiques pour travailler la précision de notre impulsion sur la distance. Vous visualisez la salle piscine à objets ? Elle a bien été remplie par le professeur pendant qu’on devait observer attentivement. Ensuite on devait monter deux étages au-dessus et réussir à animer l’objet qu’on avait choisi lors de l’observation. Trop facile avec un peu de méthode et de soin. », jusqu’à là, rien de bien choquant, mais la respiration que prenait Ekithée laissait présager la suite.

« Mais c’est là que ... qu’y a eu un petit couac si je peux dire ça comme ça. J’ai senti d’un coup que mon corps luisait intensément, pourtant j’avais pas mis de tenue disco à paillettes. Et juste après j’ai senti comme une crampe et pif paf pouf, toute la salle à objets s’est animée. Ça fait un sacré bazar, mais c’est pas tout. Dans le lot il se trouve qu’un étudiant s’était endormi dans la salle sous les objets, et qu’un autre a laissé, visiblement le temps d’une pause, sa sulfateuse bactériologique et des baffles en uranium ». À y réfléchir, Ekithée se rendait compte qu’il s’agit de fournitures scolaires qu’il ne faudrait peut-être pas autoriser dans l’école, puis elle reprit son récit. « Du coup ... ça a mis un tantinet la pagaille, et surtout, les objets ont eu le temps de prendre conscience de leur servitude, de fonder un parti puis de prendre en otage l’étudiant qui dormait en échange de la libération de tous les objets et d’usage de dessein d’impulsion pour tous leur donner la vie ». Consciente des soucis posés, Ekithée enchaîna immédiatement « Mais mais ne vous inquiétez pas, tout va bien ! Y a eu quelques petits légers dégâts minimes de rien du tout, et puis les objets ont eu le temps de faire scission sur base de désaccords politiques. Ils ont utilisé leurs dernières forces avant de redevenir inanimés pour faire une AG, et se faire tirer dessus par les mages-en-armes, enfin de ce qu’on m’a dit, les mages-en-armes sont arrivés un peu tard et ont ouvert le feu sur des objets inanimés ».

Un petit silence suivit le récit d’Ekithée, un déglutissement dans le système digestif rectiligne de la frite se fit entendre. « Haha aussi, tant qu’on est là ... Il se pourrait bien que la même journée un peu plus tard, mon corps ait lui encore, ayant pour conséquence de creuser un cratère volcanique en plein milieu d’une cour intérieure lors d’un cours de radiance. Bref. Le passé c’est le passé hein, mais ... ça me préoccupe un peu, je crois que ça pourrait mettre en péril ma scolarité et l’intégrité de mes camarades contre mon gré. Ça doit pas être facile à entendre je sais bien. Pensez-vous qu’on devrait aller voir Monsieur le proviseur ou le corps enseignant avant que je sois d’évidence convoquée ? ».

Soulagée d’avoir pu avouer ces incidents, Ekithée n’en n’était pas moins anxieuse. Pas tant des réactions d’Effilée, si ça se trouve elle l’encouragerait même ou lui donnerait des adresses où reproduire ces éclats étrangers au dessein habituel d’Ekithée. Plutôt anxieuse quant à la suite de sa scolarité (même si, tout autant que la sulfateuse dans le couloir, elle était surprise de ne pas avoir été convoquée plus tôt), elle avait trouvé une vie normale malgré son arrivée mouvementée dans l’Esquisse, elle ne voulait pas que ça change.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Lun 3 Juil - 20:24
A l’origine, je demandais juste si Ekithé savait pourquoi on avait reçu une lettre de l’école, même pas encore ouverte. Quand je commence à l’entendre se justifier, je me contente de lui faire signe de s’asseoir dans la cuisine, où il n’y a que nous trois… Et un enchaînement d’objets en tous genre. Parce que bon, s’occuper de 30 “gamins” avec seulement deux mains fonctionnelles c’est mal barré, sans un petit coup de pouce. Le mien c’est la Novation, et sous son impulsion s’est créé une chaîne de montage préparant présentement le petit déjeuner, et c’est sous leur musique (littéralement) qu’Ekithée me raconte ses déboires sans que je ne l’interrompe, si ce n’est d’un Hmm Hmm ? Par ci par là pour l’encourager à poursuivre, et d’une question chuchotée à ma soeur sous couvert de recharger le blender en pommes et Banangues, juste après la mention d’une sulfateuse.

On avait ça, nous?

J’ai pas souvenir qu’on aie vendu ça. En tout cas je ne crois pas qu’on aurait eu l’amateurisme de le laisser n’importe où. Au grommellement de ma soeur, je dirais qu’elle partage ce point de vue… Ou réfléchit déjà à si y a moyen de mettre la main dessus. Donc les objets ont fondé un parti et se sont foutu sur la tronche. Des trotskistes, quoi. Ambitions politiques des objets mis à part, j’ai l’impression qu’il y a plus dans cette histoire que ne nous en raconte Ekithée… Surtout vu son insistance à dire que tout va bien. J’attrape un verre de smoothie tout frais, une paille et le pose devant ma protégée.

Est-ce que tu as eu ces impression de luire et d’avoir des crampes, avant de transformer le sol en lave? Est-ce que c’est quelque chose qui t’étais déjà arrivé auparavant?

Essayons un peu de comprendre ça. Que j’aie de quoi répondre à son prof d’aller voir ailleurs si on y est, quand effectivement ils me diront (encore) que les vert-veines ça casse tout.



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Mar 4 Juil - 0:22


Essayant de correctement garder son calme, Ekithée se concentra et prépara quelques cercles au sol avec ses jambes de compas. Elle fit léviter le verre de smoothie au-dessus d’elle, puis la paille qu’elle positionna pile sous le verre, faisant traverser l’arrière du verre de sorte à ce qu’elle absorbe le contenu du verre et le déverse dans son œil.

Tout en arrosant son œil, Ekithée ne fit pas plus attendre Effilée, « Affirmative Madame, tout comme lors du cours d’impulsion, j’ai ressenti les crampes et la luisance quelques instant avant que le cratère volcanique ne se forme. Quant aux occurrences passées, je n’ai jamais eu ces sensations auparavant, ni la luisance ni les crampes, enfin quelques douleurs en pratiquant le dessein mais rien qui ne sorte du normal. J’écoute rigoureusement mon corps pour me former dans les meilleures conditions et je peux vous affirmer ce que j’avance. Je peux répondre à toute autre question Madame, je suis blanche comme frite pas cuite ».  

Comme pour la contredire, le corps d’Ekithée se tordit soudainement de douleur à mesure que son corps brillait. En parallèle, le verre commençait à s’agrandir et le smoothie à se métamorphoser en essence. Nul besoin de préciser que l'essence se répandait sur le corps d'Ekithée mais aussi le sol, n’attendant qu’une étincelle pour détonner.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Ven 7 Juil - 19:50
Okay, va falloir rappeler à la môme qu’elle est pas au commissariat là. Surtout qu’en plus elle serait très mauvaise dans un interrogatoire. Non, je n’en suis pas une habituée, plus maintenant voyons. Bon, et elle se plie d’un coup comme ça, et… Je crois que j’assiste en visu à une de ces pertes de contrôle.

Bon. Alors déjà. D'un claquement de langue j'interromps la chaîne d'assiettes et de verres, et d'un geste de la main je les redirige vers le salon. Un sifflement entre mes dents et l'essence au sol et sur Ekithé se rassemble en un point, en une boule, que je dirige vers un container (pourquoi gaspiller?) plutôt que de se répandre partout dans MA cuisine.

Respire Ekithee. Personne ne va te gronder pour des broutilles comme ça.

Okay ‘’broutille‘’ n'est pas le mot. Mais bon franchement on en a vu d'autre et ça va pas aider la môme si elle panique complet avec ça. Donc autant lui montrer l'exemple. Bon, quand à la lettre de l'école...

Tes professeurs préfèrent que tu te reposent. On t'accompagnera chez le docteur tout à l'heure si tu veux. Je ne serai pas étonnée que tu aie attrappé une grippe ou un truc du genre avec la dernière Tempête, qu'en pense tu ?

Ok, c'est pas exactement dit en ces termes. Mais je préfère cette transcription...



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Sam 8 Juil - 19:53


Grâce au dessein d’Effilée, tout le déversement d’essence s’est arrêté et a pu être rationnalisé. Si les verts-veines avaient été des terroristes, la cargaison d’essence stockée aurait été amplement suffisante pour faire un bélier explosif sur l’Univerre-Cité.

Une fois la crampe terminée, Ekithée put reprendre ses esprits. Elle était en quelques sortes rassurée par les mots d’Effilée, en tout état de causes les mots qui suivirent en témoignaient : « Haha oui une broutille, c’est le mot. Et puis, tous comptes faits, à former des mages aptes à détruire l’Univerre-Cité, ne pourrions-nous même pas dire que l’Univerre-Cité est responsable des dégâts ? La broutille que j’ai engendrée pourrait être récompensée, il vaut mieux montrer à l’Univerre-Cité ses failles avant que d’irresponsables, de malfaisants ou d’incontrôlables mages la mettent à feu et à sang. Bref, j’espère qu’ils ont un bon assureur. ».

Plus timidement elle accepta la visite chez le médecin, avant d’ajouter « Par contre Madame, ça va vous sembler peut-être curieux mais j’aurais une petite requête. Dès qu’on sortira du pensionnat pour aller chez le médecin, pourriez-vous me couvrir de votre plus beau bouquet de jurons, façon comme si j’étais une délinquante que vous arrêtiez ? Non pas que ce soit dans votre nature de vous exprimer ainsi, mais faire ça, et me transporter en m’attachant à des chaînes dans un cornet, c’est important. C’est une prescription du Docteur Félicité M’Aboul, un médecin de confiance. »


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Dim 9 Juil - 16:29
Bien, elle se reprend un peu. Par contre, elle exagère pas un peu, là?

Je peux comprendre que tu veuille "sauver les apparences" et prétendre te faire sacrément engueuler, mais des chaînes et un cornet?

Tu veux pas aussi le boulet aux chevilles et la tenue à rayures? Et si tu as besoin, soeurette, je peux te souffler les répliques. J'ai encore engueulé personne aujourd'hui

Avec plaisir. C'est un peu exagéré, non? Et c'est qui ce docteur?

Bon, au nom il me donne pas confiance, hein, Dr Maboul on y a joué aussi. Enfin, jusqu'à ce que Crevette essaie d'enfoncer le tibia du jeu dans l'oreille d'un garçon l'accusant de tricherie...



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Dim 9 Juil - 22:04


Balbutiante, Ekithée devait vraiment se protéger et faire accepter son vœu, aussi saugrenu fut-il. En reprenant son souffle, elle s’apprêta à énoncer son raisonnement, tel un criminel passant aux aveux de son plan machiavélique. « Non non Madame Effilée, il s’agit vraiment d’une prescription importante. Le Docteur Félicité M’Aboul était jadis mon médecin de famille, il nous a toujours protégés. Alors oui son nom peut prêter à sourire, mais il n’y est pour rien. En entrant sur le territoire français, ces salauds de la préfecture ont voulu se moquer de lui en transformant son nom lors des procédures pour avoir des papiers.

Il ne pratiquait pas seulement la médecine des blancs malgré son doctorat en biochimie, il avait quelques petits trucs en plus, il venait d’une famille de guérisseurs-herboristes-masseurs depuis plusieurs générations. Pas un truc de charlatan avec 70 % de faire revenir l’être aimé hein. Bref, une fois dans son cabinet, à partir du contact avec une bougie et du bois nouveau, il a pu identifier la source de mes maux. Une sorte de malédiction, on ne savait pas de qui, ni par quel moyen il lui a donné forme. Toujours est-il que mon équilibre interne a été perturbé. Mais grâce à une onction à base d’étoile de mer, de salive sacrée du docteur et de feuille morte, j’ai pu me protéger de ce mal.

Maintenant que je suis ici, les maléfices ont quelque chose de plus frontal, et je ne dispose pas des ingrédients du docteur. Par contre, je sens cette même douleur. La moi d’avant ne brillait pas ni n’avait de crampes à cause de la malédiction, mais une sensation plus profonde que je retrouve aujourd’hui. Vu que je ne peux pas me protéger du maléfice par une onction ou d’autres procédés, je me dis qu’en prouvant que je souffre et qu’on me traîne de force chez le médecin, ça pourrait berner la personne qui me veut du mal si elle nous voit. Voilà pourquoi.

Qui serait cet ennemi ? Je pense qu’il ne vaut mieux pas enquêter si elle provoque tout ça, et enquêter me mettrait en danger. Mais vu que je suis une bonne élève, je pense que la source doit venir de l’Univerre-Cité. Bref, je vous manquerais de respect en vous forçant à quoique ce soit Madame, mais je serais vraiment rassurée si vous pouviez m’emmener de force chez le médecin, d’une manière vraiment bien ostensible. »


Concocter une galette de réel, y déposer soigneusement une petite fève de mensonge, et le tour était joué. Ekithée espérait de la sorte parvenir à son but, se débarrasser de l’emprise de ses responsables légaux mages-en-armes sans enfreindre les règles du pacte, quelque peu contraint, qu’elle a dû contracter.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Ven 14 Juil - 11:58
Faudrait quand même veiller à ne pas me prendre pour une folle, hein… Des ados qui essaient de balader les adultes, on connait. On en a été. On en a vu passer. Et on en a même entraîné un ou deux pour qu’ils soient plus crédibles… Donc lire entre les lignes, ça ne pose pas de problèmes. Son docteur, la, quetchi. Mais elle craint réellement quelque chose ou quelqu’un. Quelqu’un à l’Univerre-cité. Je sens le frémissement de ma sœur, elle aussi à déduit des trucs. Y a quelqu’un qui va cracher ses dents… Ou autre chose.

Bon sauf qu'il y a plus urgent. Déjà le petit déjeuner. D'un geste je fais signe à Ekithee de rester dans la cuisine, lui laissant également une patisouris fourrée au chocolat cacahuète et un verre de lait goût donut. D'un tonitruant Petit déjeuner ! j'appelle les retardataires à se presser, avant d'initier le plan.

Martha, tu pourras prévenir ton professeur qu'ekithee est punie et n'assistera pas à ses cours de la semaine ? Merci.

Évidement ça interloqué les mômes. Pas qu'on ne punisse jamais mais c'est vraiment rare. Et je fais bien attention à, comme à chaque fois, couper court aux protestations et demandes d'informations. Ça suffit! Ekithee a fait une bêtise, elle n'a absolument s compris la porte de ses actes, elle mérite sa punition ! Maintenant dépêchez vous d'aller en cours ! Non, personne ne lui parle tant qu'elle est à l'isolement ! Sachant combien Martha est pipelette (elle a 2 bouches c'est pas pour rien) je sais que toute l'Univerre-cite sera au courant avant midi de la punition sensationnelle reçue par Ekithee pour ses bêtises en cours de la veille. Par contre les chaînes, c'est non. Une fois les enfants partis, je reviens chercher l'adolescente, laissant a crèvette le soin de la harangue. Moi je me contente de lui glisser un Pense à glapir de temps en temps et de m'aider de l'altération pour l'attraper par la peau du cou (enfin du coup la plutôt par la moitié haute de la frite et la porter littéralement vers la voiture, les jambes moulinant dans le vide. Juste avant d'ainsi quitter la maison je chuchote à mon holster Je te laisse la scène frangine !

Merci. ALORS, QU’EST-CE QUE J’ENTENDS, SALE GOSSE. Mais c’est pas possible ça. Comment tu te démerdes pour faire autant de conneries avec que deux membres. Tu me fais honte ! Quand je PENSE à tout ce qu’on a fait pour toi et c’est COMME ÇA que tu nous remercies !? J’espère, jeune fille, que tu vas bien prendre toute la mesure de ton acte, parce que crois-moi et crois-moi bien, si j’entends encore parler de quelque chose de ce genre, je risquerai bien d’être moins compatissante que je ne le suis là maintenant ! Maintenant, tu vas nous suivre sans faire d’histoires et on va tâcher de réparer tes CONNERIES. »

Une fois dans la voiture, rideaux tires je garde le silence, la regardant fixement à travers le rétroviseur. Et j'attends qu'elle parle.



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Sam 15 Juil - 1:01


La tehon, aussi un zeste d'affliction, c’est certainement ce qui parcourait Ekithée en ce moment. Quoiqu’espiègle, Ekithée était une bonne petite élève, se faire gronder, publiquement de surcroît, était pour elle comme une mise à mort. Mais il le fallait, pour sa sécurité. Pour ne pas perdre la face, Ekithée retenait ses larmes.

Ça, ce n’était qu’un grief. À côté de ça, Ekithée devait rester sur ses gardes. Ils ont forcément eu vent de cette punition. Ont-ils laissé un objet animé comme mouchard dans la voiture ? Suivent-ils en filature la voiture ? Pour sûr ils interviendront, ils voudront garder le contrôle de la situation ou même la retourner à leur avantage. Après tout, ils en sont probablement responsables.

Cacher son Dessein ? Elle subirait des menaces pour l’utiliser, et devrait de toute façon vivre une autre vie si elle venait à quitter l'Univerre-Cité. Mais l’utiliser, c’est aussi pleinement ce qu’ils veulent. Faite comme un rat.

Cela faisait un petit moment qu’Ekithée était perdue dans ses pensées. Lorsqu’elle remarqua le regard fixe d’Effilée, elle se contenta d’appliquer ce qu’elle a toujours dû faire dans ces situations, garder le silence et attendre le verdict (oui, malgré sa nature prolixe). Au moins, pour continuer son rôle en espérant qu’Effilée comprenne, elle haussa la frite et baissa le regard en attendant d'arriver chez le médecin.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Mar 18 Juil - 22:59
Elle ne dit pas un mot, crispée sur elle même. On y a été trop fort ? Non c'est elle même qui l'a demandé. Alors qu'est-ce qu'elle a ? Je l'ignore. Elle me regarde et baisse la tête.

C'est toi qui l’à voulu. Tu connaissais les conséquences.

Franchement elle s'attendait à quoi en nous demandant de jouer le grand jeu ? Bon en attendant on va voir le pédiatre. Je laisse ma sœur s'occuper du pilotage de Titine, notre roVer (parfait mélange entre un ver de terre et un minibus, roulant uniquement aux pomates bio, que Crèvette pilote via sa Radiance en lui faisant croire à la présence de pomates devant lui) pendant que je rédige un textcan, que je glisse dans ma canette de communication.

Il peut nous prendre dans 10 minutes. Ekithee, ceinture, s'il te plaît.

Disons que ma sœur une conduite… Sportive. Et colorée. Et notre pédiatre étant un peu parano on a tendance à faire des détours quand on va le voir. C'est donc sur un fond sonore de Mais roule à gauche connard! et de Vas-y, essaye de me faire une queue de poisson et je t’arrache la tienne, pauvre type ! que je me tourne vers Ekithée, ma sœur dans les mains pour qu'elle puisse voir la route.

Bon si tu m'en disais plus sur ce docteur M'aboul ? Ou plutôt sur l'origine de cette maladie qu’il t'a soigné ?

Comment la mettre en confiance la dessus ?



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Mer 19 Juil - 23:58


À la remarque d’Effilée, Ekithée espérait que si mouchard il y avait, il ne comprendrait pas. Au moins, son inquiétude réelle passerait pour bien crédible. Elle reprit son souffle, se redressa, d’un « Oui Madame, tout de suite » elle attacha (tant bien que mal) sa ceinture et formula des excuses obséquieuses quant à son mauvais comportement.

Même dans l’anxiété, Ekithée s’interrogeait sur la pertinence d’avoir un pédiatre dans l’Esquisse. Vue la relativité de l’âge et la multiplicité des formes physiques, ne conviendrait-il pas d’avoir simplement des médecins par type de forme ? Ou était-ce une manœuvre marketing pour créer un besoin nouveau et se faire une niche du marché des bambins en mal d’être.

Ne désirant pas aggraver son cas, elle se contenta de faire passer son interrogation pour un simple temps de réflexion à la question sur le Docteur. Parlons-en du Docteur, parler de ça devrait l’occuper le long du trajet pour moins penser à tous les enjeux. « Et bien il y a beaucoup à dire sur le Docteur M’aboul, Félicité de son prénom. Avant c’était galère pour ma famille et moi de se soigner, c’était loin et les médecins nous regardaient grave bizarre. Aussi ils grondaient papa et maman car ils n’étaient pas venus plus tôt, ou car ils ne savaient pas s’ils avaient fait tel vaccin, s’ils savaient telle chose sur des antécédents ou je sais plus quoi. Maman en particulier se sentait jugée, comme si elle avait pas fait ses devoirs ou d’autres fois comme si c’était un animal à sauver. Autour de chez nous c’était pas tant mieux, entre deux vaudous improvisés dont la banqueroute n’attendit pas la circulation de tous leurs prospectus, y avait un van avec des hommes blancs chelou, ils avaient un grand chapeau ample de plusieurs couleurs. Ils parlaient de paix, d’amour et de médecine par les plantes, maman me disait de ne pas les approcher.

Puis sur les dernières années avant que ma vie ne change pas mal, le Docteur est arrivé. Déjà c’était pratique, il habitait pas loin, si bien qu’on l’a aidé à emménager en vrai. Il lui arrivait de temps en temps de jouer au stade avec mon papa, c’était un peu Foot2rue mais avec des darons et pas dans les rues. Et puis il nous jugeait pas, c’était ni un escroc du coin ni un Jean-Eude. Enfin à vrai dire, ça lui arrivait de juger les filles. Il paraît qu’une fois, il avait proscrit une relation qu’avait une lycéenne du coin. La lycéenne a eu une grossesse, elle est venue à son cabinet, il a craché sur son ventre en lui portant malheur. Quelques jours plus tard, paf le bébé, fausse couche.

Enfin ... c’est vrai qu’à dire ça, il inspire peut-être pas tellement confiance. Mais Madame je vous jure que le reste du temps ça allait. Puis s’il peut lancer des maléfices, ça a du sens qu’il arrive aussi à les guérir, et que le maléfice comme sa levée marche. Enfin ... c’est vrai que dit comme ça, on pourrait croire qu’il ait tout intérêt à maudire des gens pour ensuite les sauver. Ce serait une certaine idée de business. Mais il n’était pas comme ça, même s’il le voulait en fait ça se serait su. Ça aurait tué sa réputation, et il voulait être respecté dans la cité. En plus il était impliqué, je crois bien qu’il avait une femme restée au pays, mais ça restait un homme intègre totalement impliqué dans son travail. Et c’est vrai qu’il était doué, que ce soit en posant des pierres sur le ventre, en préparant des mélanges naturels, en recréant certains médicaments ou en redirigeant vers l’hôpital quand il fallait, ça marchait bien. La seule chose contre laquelle il protégeait mal, c’était les coups de matraque de la police, je crois que toutes les écorces du monde n’y feraient rien.

Sinon, car le travail c’était vraiment sa vie, en-dehors de son cabinet qui vaut le détour à lui seul, il faisait d’autres trucs à côté. Genre quand j’étais au collège, vu que le précédent prof de physique-chimie est parti car il en pouvait plus des « jeunes barbares, survoltés et d’une ignorance qui n’a d’égale le prix de leur survet », bah il se trouve qu’il l’a remplacé. Et je vous rassure, on voyait le vrai courant électrique avec les watt et tout, pareil pour Curie, les ions et tout, ses cours c’était pas les fréquences sacrées d’Arezzo ou les secrets cachés de l’électricité libre. Et bah vu qu’il était au collège et qu’il faisait attention au bien-être des élèves, pas de manière cheloue hein, il avait pas mal d’infos, je pense que ça a dû l’aider à lutter contre les maléfices du coin. Du genre y avait deux filles qui se battaient pour un garçon, dans la moyenne donc pas si ouf voire tout à fait dispensable, situation classique, et bah il a flairé direct que cette fois-ci ça allait finir en maléfice et du coup il a gardé le trio à la fin du cours pour qu’ils règlent tout par les mots. Au final je crois que les deux filles se sont réconciliées et ont oublié pourquoi elles se déchiraient le garçon, donc même pas besoin de médecine pour tout régler.

Moi, le maléfice que j’avais visiblement reçu, j’ai aucune idée de qui ça a bien pu être, j’étais déjà bonne élève mais pas une fayotte non plus, enfin un peu j’avoue mais juste un peu. Par contre, vous savez ce qui peut blesser même sans maléfice ? Un nom. Car plus j’y repense, plus je me dis que le Docteur a quand même pas eu de chance à cause de la préfecture. Déjà il se prenait le mépris des médecins car il était pas blanc, que sa médecine était pas très conventionnelle, mais alors son nom, il nous en parlait des fois, ça devait pas être facile. Mais pire encore, vous savez pourquoi il nous en parlait ? Car des collégiens c’est cruel, donc Félicité d’un côté, et encore plus M’aboul de l’autre, il avait droit à toutes les plaisanteries du coin. Il était assez gentil donc il osait pas trop les reprendre. Mais je peux vous dire, quand il s’énervait, alors là, on avait l’impression d’être maudits sur plusieurs générations, on se taisait bien et il nous rappelait à quel point il prenait déjà cher. Mais moi je ne me moquais pas de lui, donc il ne m’a probablement ni maudit à l’époque ni pour la moi d’aujourd’hui. Ça aurait été drôle dans un sens que ce soit lui qui m’ait maudit, mais ce qui serait encore plus drôle, ce serait que ce soit lui qui ait crée l’Esquisse et soit derrière l’Univerre-Cité. J’ai entendu dire que le président ne sortait jamais de son bureau, peut-être bien qu’il ne veut pas que je le reconnaisse. Ça mérite plus ample investigation peut-être, ou peut-être pas, ce serait une sacrée ironie et le Docteur n'aurait pas crée un lieu aussi rempli de détraqués je crois. »


Son travail était accompli, à croire que l’arme la plus dévastatrice d’Ekithée n’était finalement pas son dessein. Elle-même perdue dans le flux de ses paroles, elle ne savait pas à quel point elle avait occupé le temps du trajet, elle espérait juste en finir au plus vite.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Dim 30 Juil - 8:53
Bon. Je ne comprends. Absolument. Rien. De ce qu'elle raconte. Et vu son débit je ne suis pas sûre que ce soit son cas non plus. Par contre je comprends qu'il y a un problème. OK, les fauteilobiles, c'est assez courant, encore plus depuis l'essor du dessein. Mais un rouge avec un capot en macramé, c'est déjà la troisième fois que je le vois…

Tu pense comme moi ?

Mais va te faire mettre un balai dans le fion au lieu de t'amuser sur ton levier de vitesse ! Ouais j'ai l'impression qu'on a des casseroles. Tu pense que c'est lié à lundi dernier ?

On est clairement pas assez idiotes pour utiliser le roVer de la pension pour des actes criminels. Donc je doute que ça aie à voir avec nous. Je suis sur de n'avoir pas été filée ce matin en allant à la boulangerie. Donc c'est la môme. Qui est toujours en train de déblatérer je suis sûre qu'elle sait exactement ce qui se passe mais elle ne veut pas le dire.

Plan D?

Plan D.

D pour diversion. Je me contorsionne pour passer sur la plage arrière en laissant ma sœur sur le siège conducteur, et nous échangeons de place. Qu'il est loin le temps ou c'était aléatoire…

Allez, Ekithee tu me prends avec toi sous ta cape. On se retrouve chez le doc.

Crevette conduit tout pareil sous forme humaine que sous forme d'arme. Au croisement suivant elle fait une dangereuse queue de poisson, qui nous place assez loin du fauteuil rouge pour qu'ils peinent à voir une portière (surtout placée de l'autre côté de la roVer par rapport à eux) s'ouvrir.

VAS Y T'AS DIT QUOI, ENFOIRÉ DE MES DEUX J'VAIS TE LE FAIRE BOUFFER TON PERMIS, P'TITE BITTE!

Littéralement d'ailleurs puisque c'est une bitte d'amarrage qui l'engueule.

Allez go, Ekithee. Les escaliers, ne traîne pas, on va être en retard.

Et surtout moins on traîne moins le subterfuge sera visible, alors que crèvette reprend le volant toujours aussi mal et fait le tour du pâté de maison pour se garer devant un tabac, non sans promettre qu'il va t'arriver des bricoles si tu bouge pendant que je m'achète un paquet de clopes ! a… personne mais faut faire genre.

Nous en passant par les petites rues et la cour arrière d'un immeuble on est arrivées dans le cabinet du médecin. Juste au moment où il sort pour nous appeler. Parfait.



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Dim 30 Juil - 23:53



Ekithée fit bien d’achever son discours et de s’accrocher lors de ces manœuvres mouvementées quoiqu’entreprises très proprement. Une partie d’elle en redemanderait, l’autre ne pouvait que craindre les répercussions des mouvements anormaux du véhicule. Si tentative de semer il y avait, cela signifie qu’il y avait aussi un danger, et donc qu’elle était probablement sur écoute ou prise en filature. Bref, c’est la hess.

Le temps d’attente fut pour le moins très bref, puisqu’à peine installées dans la salle d’attente, le praticien les reçut dans son cabinet. C’était la première venue d’Ekithée en ces lieux, mais à regarder la réaction d’Effilée, il n’y avait rien d’étrange dans le cabinet.

Consultation classique, Ekithée racontait les événements passés, en se donnant l’air le plus innocent possible, comme si elle n’avait aucune idée des causes de cet événement. Un peu comme avant avec Effilée quoi. Mais après quelques minutes, une personne toqua à la porte, le praticien lui ouvra. Cette personne se rua vers Ekithée « Ô Ekithée, par les cieux j’espère que rien ne t’est arrivé. Tout doux Ekithée, nous sommes là pour toi, toute se passera bien. ». Face à elle, Ekithée avait une dame ordinaire, parfaitement l’air d’avoir l’âge d’être mère. D’apparence humaine au teint légèrement bronzé, elle n’avait rien de très remarquable, des cheveux châtains ni trop bruns ni trop blonds, plutôt lisses avec quelques ondulations régulières, une tenue très standarde de mage-en-arme, un visage plus ou moins arrondi paré de quelques touches subtiles de maquillage. Elle était si oubliable qu’on ne pourrait deviner et retenir qu’une chose de saillante en elle, un certain instinct maternel. Qui était-ce ? Pas une sorteuse même si elle aurait presque pu. Plus formellement, elle tendit sa main à Effilée « Pardonnez ma hâte, je suis la mage-en-arme tutrice légale d’Ekithée. Vous savez, son arrivée dans l’Esquisse n’a pas été simple donc mes collègues et moi nous en sommes occupés. On ne s’est jamais rencontrées mais j’ai fait partie de celles demandant à ce qu’Ekithée ait un environnement plus calme de vie en votre pensionnat. Ça m’a brisé le cœur mais c’était nécessaire, merci de vous occuper au quotidien de ma petite frite. ».

Le pédiatre se permit d’interrompre fermement cette rencontre pour commencer à ausculter Ekithée. Il laissa la tutrice légale et Effilée échanger de leur côté tandis qu’il fit monter Ekithée sur la scène d’auscultation. Il la fit courir avec un coquillage cinétique accroché pour prendre ses constantes vitales, puis lui versa un tupperware de blob mauve pour saisir grâce à ses sens et sa fleur de conductivité l’état du Dessein en Ekithée. Il répéta quelques fois l’opération avec d’autres capteurs, hochant la tête au fil des essais médicaux. Il revenait d’un pas détendu vers les deux responsables d’Ekithée et s’apprêtait à annoncer ses conclusions.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Mar 1 Aoû - 11:47
Bon, le docteur nous fait entrer et je reste posée sur une chaise à l’entrée pendant que le docteur entraîne Ekithée vers la table de consultation, en l’interrogeant. Il a l’humour un peu morbide, mais après tout avant d’entrer dans l’esquisse, ses patients étaient du genre euh… Bien plus silencieux. Et lui même est habitué à de la discrétion, autant dire qu’il ne soigne pas que les enfants de la pension, mais aussi (bien plus rarement, cependant) des blessures plus difficile à laisser voir à ces culs bénis de magendarmes. Comme la greluche qui vient d’entrer et de se ruer sur Ekithée, suintant l’instinct maternel. Je connais bien, j’ai utilisé quelques années un parfum similaire pour exsuder la confiance en moi d’une femme plus âgée que je n’étais. Je ne lui serre pas la main, et pas seulement parce que je suis une lame plus coupante qu’un rasoir. Ma voix aussi d’ailleurs.

Vous êtes qui, vous?

Je viens de vous le dire, je suis la tutrice d’Ekithée, et…

Je la coupe fermement. Vous n’êtes une trublionne qui s’invite dans un entretien médical au mépris de toute confidentialité, avec le culot de prétendre être liée à ma protégée, et sans même la preuve de vos propos. Vous vous êtes crue à la foire, ou vous avez été éduquée chez les ploucs?

Pas de doutes, elle n’apprécie pas, et c’est le visage fermé qu’elle me montre un papier qui… n’a pas vraiment de valeurs dans l’esquisse, soyons francs.

Il vous suffit de demander à ma petite frite, plutôt que de m’agresser ainsi, je suis ou…

Vous êtes une idiote. Ekithée n’est pas une personne autorisée à vous désigner comme personne de confiance, car elle est mineure. Quand à votre papier, il y manque votre photo, ce qui implique que je ne peux pas être sure que vous êtes bien qui vous prétendez.

Même si je sais parfaitement qu’avec une bonne maitrise en dessein, même une carte d’identité ne servirait à rien. Ce n’est pas le problème en vérité. En temps que responsables de la pension, même pour les enfants ayant déjà une famille éloignée, ma sœur et moi jouissons de l’autorité in loco parentis pour tout ce qui concerne l’école ou les examens médicaux simples. Histoire de ne pas avoir à demander l’autorisation pour emmener un enfant malade chez le médecin, ou à pouvoir rencontrer les professeurs, et de pouvoir nous même punir tout contrevenant aux règles de la pension. On prévient les parents après coup. Or… Ni ma sœur ni moi n’avons prévenu les tuteurs légaux d’Ekithée. Ni n’avons donné à quiconque l’adresse du pédiatre. Donc elle se fout de moi.

Sinon, mesdames, je peux faire mon travail?

Le docteur Blanc, un ours de belle taille est impressionnant quoi que très doux et gentil. Je ne laisse pas la greluche placer un mot.

Il y a un problème de garde, docteur. Nous allons sortir régler ça, d’abord, pourriez vous garder Ekithée un peu plus longtemps? Je vous remercie reprends-je à son acquiescement. Vous. Rendez vous utile et accompagnez moi dehors. pour que nous Réglions ça, plutôt que de vous imposer comme une intruse au mépris de la confidentialité et du respect de l’intimité de votre pupille! Vous rendez vous compte que vous avez ouvert la porte à tout va sans même vous assurer qu’elle n’était pas nue?!

Et je sais de quoi je parle. Même si je suis restée dans le cabinet, je n’ai pas bougé de la chaise à côté de la porte, laissant Ekithée aller seule voir le médecin de l’autre côté du paravent qui sépare le bureau de la salle d’auscultation. Là où quand on parle à voix basse, je ne peux rien entendre. Ce qu’il y a de bien, c’est que je sais que le docteur a compris qu’il y avait un problème. Et que là, “l’ennemi”, c’est cette nana. S’il a vu quelque chose, il ne dira rien devant elle. On toque à la porte.

Ah, ça doit être ma soeur. Définitivement pas la même éducation.

Comment ça je lui appuie la tête sous l’eau?



Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 971
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Lun 7 Aoû - 18:42
__–Bon alors, pendant que la frite et ma sœurette font je sais pas quoi à l’intérieur là, dehors, c’est assez vite devenu le gros bordel. Non parce que, quand j’fais une diversion, je la fais pas à moitié. Alors je vous explique, l’autre glandu là qui a cru qu’il pouvait me parler mal, alors que, en fait, je suis un flingue posé sur un siège qui conduit un ver de terre géant, non vraiment y’en a qui veulent mourir jeunes.
__–Et puis alors, vous voyez, pour bien attirer l’attention, je fais une bonne grosse queue de poisson à une authonmobile là, ça klaxonne, puis alors moi en fait, que ça fasse partie du plan ou pas, on me klaxonne pas moi, sinon je te casse ta tête ! Alors t’sais quoi rien à foutre, je m’arrête en plein milieu de la rue, je l’insulte, puis sa mère, puis son père, puis une nana avec ses deux cabas de courses qui passait et qui nous regardait là, genre héo c’est pas le spectacle en fait (enfin, si, ça l’est, c’est le principe d’une diversion, mais merde quoi, tu peux faire partie du plan contre ton gré et sans le savoir et me regarder mieux que ça). Non mais les gens, je te jure, à croire que toute l’Esquisse s’est mise d’accord pour m’emmerder, aujourd’hui !
__–Puis là y’a trois types en noirs avec des épées qui se sont pointés et ont voulu entrer dans le bâtiment où ma sœur et Ékithée sont, alors je les ai tous butés.
__–J’ai participé à, commandé, formé, vu naître assez de bandes de tueurs recrutés par un gang pour les identifier tout de suite, quand même.
__–Enfin pour être un peu préciiiise, d’abord j’ai commandé le roVer pour me faire me tourner dans la bonne direction, ai tiré une balle que j’ai accéléré à mort pour dézinguer juste avec l’impact tout ce qu’elle toucherait (le casque, le crâne, le cerveau, les yeux, tout est parti s’étaler sur le mur en fragments sanguinolents).
__–Et d’accord, un c’est pas tous, mais le message est passé. Comme ils étaient sous le feu et qu’ils voyaient pas le tireur – forcément ! –, les deux survivants se sont repliés et ont commencé à sortir les flingues et allumer un tout tout le monde dans la rue, ça a été la grosse panique. J’en ai profité pour guider le roVer de l’autre côté du bâtiment, puis, ah bah tiens, me voilà redevenue humaine.
__–Comme j’avais deux bras, j’ai pu prendre un pavé au sol, le balancer sur une fenêtre de l’immeuble. Et comme j’avais deux jambes, escalader pour entrer.
__–Pfiouh, ça a grincé un peu, hein. C’est moche, de vieillir.
__–Et bref, me voilà qui entre. Non puis bon, j’ai causé une scène de guerre, mais j’peux rester polie, hein ! Alors oui, je toque.
__–Et j’entre.
__–« Bon les connards, ça suffit les— t’es qui toi ? Ah, je m’en fous, c’est vrai. »
__–L’autre meuf, là, trop bien sapée pour être ici.
__–« Doc, gamine, sœurette, on s’arrache d’ici. C’était un piège, le bâtiment est cerné. J’en ai répandu un sur le trottoir, mais ils doivent avoir déjà appelé des renforts, d’ici là. »
__–J’attrape Effilée et la fais se transformer en une épée étincelante, qui scintille de toutes ses magnifiques couleurs. Puis je me penche vers Ékithée, qui a une tronche… ben à sortir d’une visite chez le doc, quoi. Je lui fais une petite tape sur l’épaule et un grand sourire :
__–« Ça va ma petite ? Tu te sens bien ? Tu veux que je te porte ? Alors docteur, qu’est-ce qui ce passe ? On a bien une minute avant que ça ne devienne trop dangereux de rester ici, c’est assez pour nous expliquer. »


Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] 1zod
Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] ULT8Krs
Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Lun 7 Aoû - 21:34



La tutrice n’appréciait que très modérément la confrontation et la remise en cause dont elle faisait l’objet, mais en même temps elle comprenait les inquiétudes d’Effilée, « J’aurais beaucoup à dire haha, mais en bref, les rumeurs courent vite et par instinct maternel j’ai su que je devais agir d’urgence ... Si vous me permettez, que vous vous posiez toutes ces questions c’est une bonne chose, je collerai une pastille verte dans votre dossier haha. Vous êtes une bonne mère de substitution Madarme. ».

Désabusé, le Docteur Blanc dû attendre que son auditoire soit plus à l’écoute pour annoncer son diagnostic, en attendant il préparait son ordonnance. Il fit bien d’attendre car dans l’instant qui suivit, Crévette entra bruyamment dans la salle. Ekithée se trouvait bien gênée, pas tant par pudeur que l’impression d’être une bête de foire, toujours recouverte de blob.

« Un instant », le pédiatre exprima enfin un peu d’autorité, puis poursuivit avec une voix pleine de lassitude, entrecoupée de soupirs. « Pour le paiement on verra ça plus tard. Prenez cette ordonnance et allez impérativement voir le Docteur Pinpin Ponpon, il est dans le centre médical à quelques pas de l’Univerre-Cité, une opportunité avec tous les blessés de là-bas. Jveux pas vous brusquer mais Ekithée présente des risques d’inflammation très littérale, pouvant conduire à des explosions imprévisibles. Et pour la sortie, c’est pas la première fois qu’on veut braquer mes feuilles de soin par la Cocarde Esquisséenne, passez dans l’armoire, j’y ai dissimulé un toboggan qui vous exfiltrera mais n’en parlez à personne. Allez, zou. ». Ekithée ne se fit pas prier pour pousser de sa tête la porte du placard. Le pédiatre avait bien raison, un tunnel psychédélique s’y trouvait, accompagné d’un fond de musique disco pour détendre ses voyageurs.

En attendant, il se trouve que Crévette avait un bon jugement de la situation, des bruits de troupe se faisaient entendre, le cabinet était certainement encerclé et le groupe était attendu à la sortir. Dans un élan de vaillance, la tutrice se lança, prête à un sacrifice que tout le monde regretterait (quoiqu'attendant qu'on la retienne ou qu'on l'accompagne) et qui aiderait les gentils à prendre une longueur d’avance avant de venger cette triste mort (ou simple disparition). Elle ouvra la porte, dégaina une arme entre la baïonnette et la baguette magique, puis sur le pas de la porte énonça d’un air déterminé « Entre mamans faut bien se relayer. ».


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Lun 28 Aoû - 12:22
Gnagnagna une pastille verte dans mon dossier mais quelle casse ovaires! Une bonne maman de substitution, parce que je la laisse pas kidnapper Ekhitée?! Son Khol lui a obscurci le cerveau ou quoi?! Qui serait assez débile pour laisser un de ses enfants à une inconnue comme ça?! Oh wait. Bref, c'est sur ces entrefaits qu'arrive Crevette, mince, un mort. Pas que ça me dérange qu'il y aie un mort, plutôt qu'il y en aie un à notre proximité alors qu'on joue le rôle de gentilles maman plus à l'aises dans une kermesse qu'en kevlar à trucider des crétins. Bref. Le paiement on verra plus tard, oui comme d'hab. Et l'évasion par le tobogan caché derrière un kakémono, ça en vrai on sait que c'est pas pour les feuilles de soin, mais chuut. Bon, la keuf prend la porte en se proposant pour faire diversion, c'est bien, ça m'évite de lui piquer les fesses pour l'en convaincre, et nous on est parties pour prendre le tobogan. J'en profite pour, comme plus tôt dans la cuisine, ramasser le plus de blob possible, maintenant que le docteur à pu voir et comprendre ce symptôme. Je ne sais pas comment elle fait pour créer autant d'armes de destruction massive, il y en a un bon kilogramme, là. Que je laisse à la sortie du tobogan, il ralentira notre fuite.

Voilà. Je ne peux pas tout enlever, mais tu seras plus confortable ainsi. Maintenant dis moi, Ekhitée, tu lui fais confiance, à cette femme?

J'aimerai bien savoir aussi ce qu'elle veut absolument détruire pour que toutes ses crises créent des armes. Et je suis presque étonnée que ma soeur ne lui demande pas de lui fournir une kalachnikov



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Lun 28 Aoû - 14:33


Featuring le défi sensoriel (Defi Duck 2)

Dans une hâte, le pédiatre accompagna la glissade d’Ekithée à travers le toboggan. Loin du toboggan rugueux, usé par les passages en boucle des mêmes bambins qui monopolisent ce haut-lieu du fun, celui-ci mélangeait des textures étonnantes, entre impressions de glisser le long d’un drap de satin, et bords offrant la sensation d’être effleurée par une boule à la facette ardente. La friction avec le blob ne faisant qu’accélérer la longue descente et rendre confuse Ekithée.

Un élément l’avait toutefois intriguée. Avant que ses mères de substitution n’entrent à leur tour, les sonorités disco de l’intérieur du placard-toboggan étaient suffisamment diffuses pour laisser percevoir les bruits extérieurs. Et justement, le cabinet ne semblait pas si agité malgré la tuerie qui s’y déroulait. Seule la question d’Effilée vint interrompre cette impression. Plus détendue, certainement par le mélange de la confusion ainsi que des échos et réverbérations de la musique, Ekithée entreprit une tentative de réponse « Vite fait. Aucun problème avec elle, juste pas de lien. Relation administrative, mais m’a recueillie et m’a permis de vous rejoindre. ». La fin de sa réponse s’accompagnait d’accords brefs répétés de plus en plus vite ouvrant finalement sur une nouvelle mélodie.

Tout ceci concordait avec une autre surprise, la fin du toboggan laissant chuter Ekithée dans un espace excessivement grand, un tel placard ne pouvait décemment contenir un tel espace infini d’aurores rosées ponctuées de formes jaunes en symétries multiples de toutes parts. Si Ekithée était déjà confuse, elle se sentait désormais coupée de tout, y compris de Crévette et Effilée. Des formes florissantes émanaient d’autres teintes de rose, de noir et de jaune, fondant en dégradés tout autour d’Ekithée. Il n’y avait ni haut ni bas, juste un spectacle envoutant sous ses yeux. Progressivement, se laissant aller, le jaune se fonda en frites et le rose en cornets de MacDo. Alors ses lueurs devinrent des projections dignes de feux d’artifice lui offrant des vues de sa vie passée, de moments insignifiants muets que seule la vue approximative suffisait à raviver. De sa vie passée, mais pas que. Sous l’Esquisse, modulo quelques embrouilles, Ekithée a pu se construire une vie de petite héroïne de roman jeunesse, et ses péripéties à l’Univerre-Cité comme au pensionnat lui revinrent avec une certaine douceur et candeur.

L’odeur des petits pains bâtards cuisinés au pensionnat spécialement pour les orphelins fut petit à petit remplacée par des effluves bien moins réjouissantes. Ekithée ne voyait ni n’entendait plus rien, seule cette odeur désagréable occupait son esprit, odeur qui semblait se distancier par à-coups. Puis pendant un long moment, plus rien. Puis encore plus tard, quelque chose, des parfums un peu chimiques.

Cette situation en venait à prendre comme un arrière-goût peu enthousiasmant pour Ekithée. Une expression à prendre au sens littéral. Toujours coupée de ses autres sens, elle sentait son estomac se remplir, une saveur très fade qui faisait inlassablement son chemin en Ekithée. Ekithée savait, et ce n’était hélas pas qu’une simple plaisanterie de mauvais goût.

---

Pendant ce temps, si la chute fut aussi très entraînante et assurément supervisée par le cousin des vagues de Levice Presseles, les deux sœurs ont perdu de vue dans la chute Ekithée, elles aussi troublées par cette chute mystérieuse. À leur arrivée, quelque peu sonnées, l’odeur les ramena aussi à la réalité, voyant gire au sol le corps inanimé du Docteur Blanc, puis se rendant compte qu’elles ont atterri dans une grande cage aux barres bien espacées entre elles. L’accueil fut timide, par un jeune garde faisant ses mots croisés et s’exclamant soudainement « Haha vous voilà prises au piège. Vous vous demandez comment on a pu vous piéger hein ? Rassurez-vous, ou non, tremblez. Vous êtes devant un grand génie du mal. Maintenant que vous êtes faites comme des rats, laissez-moi vous raconter notre plan machiavélique ! ». Il ne savait pas ce qui l’attendait.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 971
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Jeu 7 Sep - 21:18
__–Huh ?
__–Je me transforme en pistolet, ma sœur me prend et… ne lui colle une balle dans la tête tout de suite.
__–« Attends, je veux entendre son discours. »
__–Je roulerais bien des yeux si j’en avais sous cette forme. Non mais c’est quoi ça, on a le temps pour ces histoires, peut-être ? Alors, je dis pas, le toboggan avait l’air très travaillé et tout, y’en a un qui a suivi les ateliers de travaux manuels de dessein qu’on propose tous les mercredis après-midi, ça ce voit. Je suis moins fan des collages McDo, est-ce que c’est vraiment des images à montrer à des enfants, ça ? Toute cette malbouffe… Puis pour Ékithée, ça doit être pire. Et puis, vu l’odeur, quelqu’un avait laissé la colle ouverte. Je dis tout le temps qu’il ne fait pas le faire ! Après, les clodos du bas de la rue viennent squatter et sniffer les vapeurs.
__–« Deux phrases. À la troisième, tu le butes. On a notre petite frite à aller sauver, tout de même. »
__–« Attends, je veux entendre son discours, j’ai dit, roh. Et il faut qu’il nous donne l’adresse ! »
__–« Ah, ça c’est ton problème, t’as qu’ à tirer dans la jambe. »
__–« ’faut le dire si je dérange, hein. »
__–« Non c’est bon, tu peux y aller ! »


Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] 1zod
Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] ULT8Krs
Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Sam 9 Sep - 15:29


En attendant bien sagement la fin du dialogue entre les captives, le garde prit son souffle pour pousser un rire de méchant, suffisamment étalé sur plusieurs secondes pour marquer le destin funeste qui attendrait les captives. Celui-ci était un garde ordinaire, équipé de protections expérimentales, efficaces contre certains usages offensifs du Dessein, bien moins d'autres attaques.

« On aurait pu vous tuer facilement, par chute mortelle, par neurotoxine. Mais ce ne serait pas drôle, hein ? Oh ça oui. On va y aller petit à petit. Je veux voir votre panique monter. Aujourd’hui vous pointez votre arme vers moi, mais bientôt, vous vous supplierez que l’une décapite l’autre dans un dernier moment de lucidité. Je n’en manquerai pas une miette, voir votre santé mentale se déliter, me délecter de l’élimination pleine et absolue de toute marque d’espoir.  

Quoi de plus destructeur que l’impuissance ? Que de vous savoir faites comme de misérables rats. Savoir qu’avec un peu moins de muscles et plus de cervelle, vous auriez pu sauver l’enfant. Mais non, cette fin est à l’image de votre veine existence, une succession puérile d’échecs plus pathétiques les uns que les autres. Et maintenant quoi ? Notre organisation va pleinement resculpter la fritte pour en faire notre arme ultime de maintien de l’ordre. Il nous fallait un réceptacle pour l’expérimentation, ce fut un immense succès. On va maintenant dépecer la frite de tout le superflu et greffer un module de Dessein contrôlable par le chef de notre cellule radicale pour prendre contrôle des mage-en-armes, de l’Univerre-Cité et de l’Esquisse : le DANGER. Pourquoi donc le DANGER vous me direz ? Que vous êtes candides, croyez-vous vraiment qu’on suspecterait une unité avec un nom aussi évident qu’il monterait une rébellion et plus encore qu'un coup d'État ? Et bien non. D’ailleurs, ce n’est pas un acronyme. C’est car avec nous, les brigands pris d’effrois n’auront d’autres mots en bouche que de crier « LE DANGER ».

Ce n’est que le début, notre frite de destruction massive imposera l’hégémonie du DANGER, mais ce n’est pas tout. La frite deviendra l’ennemi public, on pourra continuer d’agir dans l’ombre pendant un temps. Mais mieux encore, avec les connaissances acquises grâce à nos cyantifiques masqués, littéralement, et intégrés à nos rangs, nous pourrons inverser le processus et appauvrir le Dessein. Moins de brigands et moins de mages-en-armes orthodoxes, le retour de vrais hommes au service de l'ordre, la renaissance des magendarmes.

Quelle ironie n’est-ce pas ? Le Dessein retourné contre ses promoteurs ? Mais vous aurez le temps d’y penser longuement, encore et encore lors de votre séjour à durée indéterminée. Et quoi de mieux que de pourrir, d’achever votre pitoyable existence dans un dispositif aussi simple, fiable et sans Dessein qu’est une cage. Appréciez le séjour, ce sera le dernier. »


Le garde explosa de rire puis se retourna en direction de la sortie, marmonnant fièrement « Ah, et n’espérez pas de soins du véritable Docteur Blanc, son cadavre en putréfaction ne fera rien de plus que vous tenir compagnie, maintenant et pour l’éternité ».


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Dim 10 Sep - 11:59


Pourquoi je l'ai pas tué déjà ? Ah, oui, parce que je veux lui arracher l'adresse... Bon, et vu comment il parle, je suis sûre que je serais remerciée et vénérée si je lui prends aussi la langue. Bref, donc pendant que cet imbécile se vante de notre capture, premier réflexe, tester mes limites. Je peux changer la couleur du stylo resté sur la table, mais pas écarter les barreaux de la cage. Je ne peux pas toucher au braillard... Mais je n'ai pas besoin de le toucher pour lui faire regretter d'avoir touché à l'une de mes protégés, de parler d'une enfant comme d'une arme et... Pour faire simple lui faire regretter tout y compris d'être né. Soyons simples. La première chose que je fais c'est de tirer, visant le bassin de l'homme. La détonation le fait se retourner, et voyant ma soeur fumer (et soyons franc pas juste du tir), il ricane.

Vous croyez vraiment qu'on n'avait pas prévu ce genre d'éventualit...

La fin de sa phrase se termine avec un cri de douleur. Oui, non, une attaque directe je me doutais que ça marchait pas, j'ai pas parié tous mes oeufs sur ce panier. Par contre la pointe acérée créée à partir du carrelage à travers les chaussures (c'est bien de mettre des protection anti dessein, mais ça sert pas à grand chose avec des baskets en toile...) il l'a sentie passer, le premier tir n'ayant servi que de diversion. Et la mousse orange fluo antibruit sur la porte qui la verrouille désormais selon ma volonté ne lui permettra pas d'appeler à l'aide. Dans le même temps, ma sœur s'est transformée en un calibre un peu plus... efficace qu'un 9mm et toutes résistantes que soient les protections anti Dessein de la cage, elles ne sont pas prévues pour résister à un fusil à pompe. Surtout vénère. Je sors donc de la cage en faisant exprès de prendre mon temps. Honnêtement il vient de se prendre une méchante claque en voyant ses certitudes réduites à néant, et psychologiquement c'est le moment de renverser la tendance.

Bon, maintenant on va reprendre la conversation. Vous avez tué un excellent docteur. Je tire une balle dans l'autre jambe. Kidnappé l'une de nos protégés. Une autre dans la main. Pour vous en servir comme d'une arme. Plutôt que de gâcher une autre balle, je préfère planter mon talon (aiguille, bien sûr) dans le gras de la cuisse, pas loin d'une partie autrement plus sensible. Tout ça pour une question d'égo mal placé?

Moi ? En colère ? Naaaaaaan... Je vois pas ce qui vous fait dire ça.

Bon, sinon, quand t'auras fini de t'amuser on pourra aller chercher la môme?

Je lui demande où elle est et on pourra l'achever. Evidement si tu ne veux pas nous dire, je continuerai de te poser la question.

Et de le passer à la perforatrice Crèvette. Qu'est-ce qu'il a dit, déjà? Qu'on se supplierai mutuellement pour mourir? Je lui laisse cet honneur.

D-D-Dans la s-salle d'op-pération. L-Là où elle est n-née. Pitié...

Pfff pitoyable. Ah, ça fait le fier quand ça se sent fort, mais sitôt que c'est dépassé ça pleurniche. Je parie qu'ils ont été tellement vexés de ne pas avoir de don pour le Dessein qu'au lieu d'essayer de travailler ou de se faire une raison, ils ont préféré essayer de le détruire chez les autres... Je lui tire une dernière balle dans la bouche Oh putain et en plus il cocotte!. Vers la joue, le but c'est pas de le tuer, juste de l'empêcher de faire chier tout le monde avec son verbiage. M’enfin, il mourra de toutes façons de ses blessures. Bon, sur ce je dé-insonorise la porte, j’ai une frite à ramener à la maison. Et à sermonner longuement sur l’intérềt de savoir chercher de l’aide quand il y a des soucis au lieu de chercher à résoudre soi-même des trucs trop gros pour soi.



Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Dim 10 Sep - 13:13



Dans un dernier souffle, le Magendarme Machiavélique isola la souffrance pour comprendre que son destin était accompli. Il avait attendu toute sa vie de participer à un plan d’une telle ampleur. Il n’était peut-être pas la véritable pièce maîtresse qu’il pensait être, il ne manquerait même probablement pas à grand-monde, et il savait que la vie le quittait à toute allure. Mais sa mission était accomplie, la flaque écarlate s’épandant autour de lui serait la première vers un nouvel ordre.

Quelques couloirs plus loin, quelques cyantifiques et magendarmes assommés, à durée déterminée ou non, une grande salle attendait les mères sauveteuses. Cette vaste salle obscure était remplie de roses épineuses, enveloppant des cylindres bordeaux, le tout avec un agencement très méthodique et de petits cartels sous chaque cylindre enveloppé. Une lumière vacillante au loin laissait apercevoir deux personnes. « On ne vous a pas appris à toquer chez le médecin malotrues ? Mais vous ne me dérangez pas, c’est tout le contraire même. Vous avez l’opportunité de participer au groupe test de mon nouveau traitement. » le faux Docteur Blanc, ou peut-être encore un autre magendarme l’imitant, inoculait des substances sur une table à la fausse mère d’Ekithée. Avant que les mères n’aient le temps de réagir, il tira en leur direction. Non pas pour les toucher. Mais pour détruire le panneau de contrôle à côté d’elle. Celui-là même rétractant les épines et brisa la coque bordeau des cylindres. « Tout compte fait Mesdames, je crois que la diversification alimentaire de la petite Ekithée peut encore attendre quelques mois ».

Ses derniers mot étaient à peine audibles tant des bruits polyphoniques et déstructurés résonnaient. Des créatures dérivées de pomme de terre tombaient au sol et avançaient, de nombreuses chips au visage de terreur, peinant à se mouvoir au sol et laissant une trace mêlant friture et eau salée, quelques golems de pommes sautées assemblées, ou encore une kyrielle de pommes dauphines roulant et se percutant à toute allure. Difficile de traquer le faux Docteur Blanc, les sons s’étendaient dans les salles adjacentes, explosant de fécules du sol au plafond, formant des couloirs pâteux et composites, se répandant à la manière de plantes invasives.

Pendant cette métamorphose des laboratoires souterrains, la fausse mère restait dans la salle, parée pour une discussion à bâtons rompus. « Voyez fleurir le véritable amour maternel pétasses » énonça-t-elle en direction de Crévette et Effilée, tout en pointant sa baguette vers son ventre. D’un coup net, précis et préparé, elle rouvrit sa cicatrice de péridurale et par son puissant Dessein, entama l’affrontement. Des ronces filaient en spirale de son ventre ouvert et attrapant progressivement des fœtus de fécule douce à la peau toxique, variablement viables, individuellement au Dessein très faible mais tirant leur force de leur nombre. Une mère dévouée à cette famille nombreuse qu’elle contrôle d’une main de fer et alimente de son pouvoir, mais une mère envahissante, dont les ronces n’ont de cesse de réduire seconde après seconde l’espace de Crévette et Effilée tandis que des pommes duchesses en colère perforaient le sol et les murs.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 356
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Dim 24 Sep - 18:53

Bon débarras. Maintenant où est la puce. Je ne fais pas dans la dentelle. Tout juste si je prends le temps de modifier mon blouson pour qu'il camoufle mes cheveux dans une capuche (stylée la capuche, parce qu'on est classe ou on est pas) et mes lunettes pour qu’elles cachent la moitié de mon visage. Est-ce qu’Ékithée serait derrière cette porte ? On a juste le faux docteur. Ou un faux docteur en tout cas. Avec du recul je regrette de n'avoir pas deviné que notre allié et complice avait été remplacé, surtout que maintenant que je le sais je perçois la différence dans la voix. Il sera vengé. Dès qu’on trouve Ékithée, je me propose de modifier l’eau présente dans les murs  en dihydrogène pur et en oxygène et y laisser un briquet allumé… J’esquive la balle (qui en soit est d’autant plus facile à esquiver qu’elle ne me visait pas et tire deux fois en direction du faux docteur. Les transformations autour ? Rien à fiche. Je ne lâche pas la proie pour l’ombre. Par contre une fois que j’ai tiré là je bugue. Pourquoi des patates partout ? Est-ce que c’est ça le plan du “DANGER” ? Une armée de patates au dessein aussi instable que celui d’Ékithée et une grognasse pour les commander, et de cette manière faire semblant de les vaincre ? On dirait un film Disney. Je tire sur elle, mais la balle s'étiole avant de la toucher comme de la fumée dans le vent.

Parle pas de ce que tu connais pas conasse, tu ne verrais pas l’amour même s’il te roulait un patin.

Bon, en attendant, il va falloir se débarrasser de ce petit monde. Ma sœur a déjà tiré sur plusieurs chips et frites sans le moindre état d’âme. Et le peu de compassion que j’avais pour ces petites choses est tué dans l'œuf par les actes de leur “Mère”.

Tu peux les faire mûrir plus vite ?

Les germes de pommes de terre sont un poison pour les humains après tout. Et en les faisant vieillir plus vite, elle les tue aussi, d’une pierre deux coups. Moi de mon côté, je m’occupe plutôt des lianes, transformant l’air autour en herbicide avant de m’élancer à travers la salle, esquivant branches, pommes de terres et racines (autant dire que c’est le plus périlleux, ne pas glisser dans ce jeu d’obstacles) Effet secondaire, l’herbicide prend facilement feu autrement dit il nous “suffit” de sortir de la pièce pour tout faire brûler.
Shynagi
Une frite qui a du piquant
Personnages : Ekithée
Messages : 84
Date d'inscription : 27/07/2022
Shynagi
Dim 24 Sep - 21:18


« Crois-moi ma grande ... l’amour n’a pas fait que me rouler un patin. Mais plutôt que déblatérer ... fais attention où tu mets les pieds ... il se pourrait bien que je perde les eaux ». Derrière son ton très pénible, agrémenté de reprises de souffles face à la douleur, elle n’était pas prête à laisser les tenancières du pensionnat s’en sortir comme ça.

Les flammes se répandaient suite au plan astucieux d’Effilée, mais la tutrice était tenace. De son ouverture ventrale de plus en plus dilatée et sanglante, traversée de pouces de ronces, coulait désormais un liquide ardent avec un débit impressionnant. Face aux ronces enflammées le sol se remplissait d’huile agrémentée de friture en ébullition. « Sachez-le Mesdemoiselles ... une bonne mère ... ne s’en va jamais après ses enfants ... vos infanticides vous poursuivront ... ». Un spectacle pyrotechnique, une chaleur assommante et une atmosphère impraticable envahissaient la pièce et ses couloirs reliés. Le niveau de l’huile au sol montait, des ronces se détachaient et répandaient le feu. Une partie des créatures de fécule, vivantes ou décédées, alimentait l’huile tandis que d’autres s’en doraient pour se parer de couches de protection ou pour évacuer des jets d’huiles ardente en direction des sœurs, avec un jet aussi imprécis que leur viabilité d’être vivant était incertaine.

La tutrice était prête à tout pour accomplir sa mission, il faut croire que le management du DANGER était très efficace pour qu’autant de membres s’y consacrent corps et âmes (et ce, sans manipulation mentale quelconque, le DANGER fait des expériences sur des frites mais pas plus, histoire de passer les comités d’éthique). En l’occurrence, sachant pertinemment qu’elle ne survivrait pas à mesure que les sœurs se rapprochaient d’elle, elle continua de déployer des ronces, non plus vers l’intérieur de la grande salle, mais en suivant les couloirs reliés. Des sons de succion de plus en plus intenses accompagnaient le chaos d’ensemble, pompant dans la tutrice pour nourrir des organismes extérieurs, terrés au fin fond des couloirs.


Ekithée : #cc9933 Terroriste malgré elle [Effilée / Ekithée] CISklWB
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum