Quand la narration prend quelques libertés

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3152
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Mar 12 Sep - 0:29

Eh bien le voilà enfin !

Ce probable seul RP de ma vie où j’aurai un corps. Un corps qu’est pas vraiment le mien, autant parce que c’est le corps du p’tit que parce que je l’ai certainement pas remodelé pour qu’il me ressemble, mais un corps quand même, à moi jusqu’à la fin de la quinte.

Pour marquer le coup et vous donner envie d’en voir d’autres, je me lancerais bien dans une aventure de dingue, genre une guerre de gangs ou quoi où ça tire dans tous les sens, mais ça va pas être possible. Déjà parce que j’ai pas trop anticipé le délire, et en plus parce que j’vous avouerai que ça m’arrive pas souvent. Moi, en vrai, dans l’Esquisse, je suis plus le genre à faire ma vie tranquille et aider de temps en temps les gens — surtout Dylan — à arranger leur merde. Du coup, à part quand il se passe un truc, je passe mes journées à m’amuser, à boire des coups et à apprécier des trucs simples comme, c’est con, mais, causer à mes potes, tâter un peu de la guitare, faire le tour de la Ville, pousser du ballon dans la rue, être crevé juste après, me relaxer dans l’eau fraîche, ou des fois juste glander.

Je vis, quoi. Et je redécouvre à quel point c’était un truc de fou.

Là, je sors d’une journée complètement normale, mais une journée de taré. J’ai retrouvé trois potes — des Verts aussi, mais pas les mêmes que Dylan, on a quasi personne en commun parce que ça ferait bizarre —, on a aidé des gamins du quartier à faire un déménagement, joué un peu avec eux… Puis, j’crois que c’est là que l’un d’eux a parlé des Ouings du Barti, comme quoi c’était grave bon, et qu’on s’est dit qu’on allait en bouffer avant que je refile son corps à Dylan. Ça a été une putain de merde pour le trouver, on a failli laisser tomber, puis on a croisé au pif une mémé qui nous a donné une astuce.

Ouais c’est bon tu vas pas leur raconter le moindre détail de ta vie là.
T’as qu’à pas écouter si tu t’emmerdes, c’est pas parce que t’es dans le noir que tu peux pas compter les moutons ou faire de l’introspection là.
Mais c’est pire !

Eh oui je sais. M’enfin, allez, t’as raison, retour au présent. Ça fait quelques minutes qu’on a reçu nos Ouings, c’est méga bon, et là on est en train de s’étouffer avec parce qu’on profite des effets secondaires pour se poser plein de questions de merde. Des délires de vieux comme dirait l’autre, mais ça c’est juste parce qu’on fait pas que des blagues de cul. Puis comme on a pas bouffé nos ailettes qu’avec de l’eau, on dérive, sur des trucs plus ou moins sérieux. On cause du quartier, Philario (c’est un pote) nous raconte ses emmerdes avec les magendarmes, Farrah des dernières anim’ qu’elle a organisé au Code Bar, Kajus de ses récoltes foireuses.

— Et toi Ly ça avance la gratte ?
— Pas trop oui-… Euh… 'tain de poulet. J’voulais dire bof, en fait. J’arrive pas à prendre le coup de main, parce que je me refais jamais les mêmes doigts quand j’reprends le corps donc j’ai pas le temps de m’y habituer.
— Tu pourrais pas te laisser les mêmes du coup ?
— Ouais je vais p’têtre finir par faire ça, puis j’en connais un qui sera content, mais faudrait que j’aille voir un pro, pour pas partir avec des doigts mal foutus.

Par élimination c’est évident, mais j’le dis quand même officiellement : Ly, c’est moi. ‘Fin comme mon corps c’est pas le vrai, hein, pour plein de raisons. Mais du coup, comme Dylan a aucune imagination, il m’a juste appelé Landy à la base, sauf que ça sonnait pas méga bien (j’avais pas envie qu’on me demande sans arrêt si mon nom de famille c’était Capé quoi), donc c’est devenu Lydan, abrégé Ly. Comme Fat. Et comme Stan.
Ly comme Lynda aussi.
Ouais alors j’accepte presque n’importe quel nom, mais ça non.
D’accord Lyly.
Tu sais que je peux te rendre ton corps dans la forme que je veux ? Et même si tu passes la journée dans une boîte de conserve le temps passera quand même.
Ça marche plus les menaces, je sais que t’as trop pitié de moi pour ça, sinon en vrai tu te serais barré avec mon corps et j’pourrais même pas te parler là.
T’es con mais pour savoir quelles limites tu peux dépasser t’as un deuxième cerveau qui pousse. Dommage qu’il disparaisse juste après.

‘Fin bref, retour à ma scène. J’me suis plaint un coup du Dessein, on a dérivé sur le fait que je devrais peut-être apprendre la radiance pour faire vibrer les cordes à distance, comme ça peu importe le corps.

— Mais en fait c’est pas pareil. La musique je m’en fiche en vrai, c’est pas pour être musicien que je fais ça. J’aime surtout le temps que je passe à essayer de toucher l’instrument, à sentir que ça vibre et que j’dois me concentrer pour faire un geste précis. La magie ça doit être sympa je dis pas, mais la sensation est pas du tout la même.

Ouais bah moi je trouverais ça stylé de pouvoir faire tout un orchestre qui bouge tout seul, à distance et tout.
Ah je dis pas. Si tu me donnes ton corps à temps plein peut-être que j’aurai le temps de pratiquer.
Tu rêves Lynette.
... Je vais p'têtre changer de nom une deuxième fois, en fait.



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Test:

Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 291
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Dim 1 Oct - 23:58
Marie-Suzanne buvait une brise condensée au Barti. Elle s’était rendue à ce bar troglodyte pour se changer les idées. Tout lui semblait être trop rapide. Même si l’arrivée du Dessein lui plaisait beaucoup, pour la princesse elle était soudaine. (Si seulement je pouvais utiliser l’Autonomie…) Et plus elle l’apprenait, plus elle entendait ces deux voix. C’est-à-dire vous. Oui, mais là suis en train de narrer. A qui parlez-vous ? (Tu ne comprendrais pas.) Je n’aime pas dire ça, mais là je confirme. Toujours la même réponse... Aussi, pourquoi toujours parler au passé ? Euh… Parce que c’est plus classe qu'au présent ? (C’est pas un bon argument.)

Bon, revenons à nos moutons… Elle ignorait d’où venait ces voix, qui elles étaient, pourquoi elles parlaient dans le vide à certains moments… Et à chaque fois que je vous demande, vous ne me répondez jamais. Elle peinait à avoir la réponse à ces questions, mais elle trouvait que la première voix était de bonne compagnie. Néanmoins, elle ne pourrait dire la même chose de la deuxième. En même temps, entre une gentille et une méchante… (Hé ! Je suis la voix de la raison !) Oui, bien sûr, je te crois ! S’il vous plaît, j’ai besoin de me concentrer… D’accord. Moi je vais vous ignorer.

La licornienne utilisa la Radiance pour écouter les bruits aux alentours. Cela l’aidait à se distraire de ces voix. Elle écoutait une porte s’ouvrir, un verre cliqueter, une chaise se pousser… Soudain, elle surprit une bribe de conversation :

« je me refais jamais les mêmes doigts quand j’reprends le corps donc j’ai pas le temps de m’y habituer. » (Tiens…)

Intriguée, elle en écouta la suite. A une table, il y avait un homme brun avec trois Verts. C’était le brun qu’elle avait entendus. Marie-Suzanne exerça encore plus la Radiance sur le brun, pour vérifier s’il n’aurait pas par hasard une voix dans sa tête. Gagné, il en a une, qui semblait être un gamin. Si elle comprenait bien, cet homme a pris le corps de ce gamin. (Et ben, on est bien rendus…) Cet homme, qui se faisait surnommer Ly, devait être juste une voix à l’origine. Toutefois, ils semblaient arriver à se trouver un terrain d’entente. Elle était curieuse de voir comment ils font. Si elle et ses voix arrivaient à faire de même, peut-être que les choses se passeront mieux entre eux. (Si seulement…)

Elle se rendit alors dans les latrines du bar. (Tu sais que tu peux dire « les toilettes » ?) Avec l’Autonomie, elle se transforma en une magnifique fille aux cheveux blancs et aux yeux roses. Avec la Novation, elle changea un peu sa tenue pour obtenir des vêtements d'un blanc immaculé. Marie-Suzanne trouvait dommage de se passer de sa corne, même temporairement, mais elle admirait la beauté de la femme dont elle venait de prendre l’apparence. Puis elle s’avança vers la table où se tenait l’homme brun, et lui adressa la parole :

« Bonjour, monsieur. Je voudrais vous parler en privé. Pourrions-nous nous mettre à une table à part ? »

Crédits pour l'avatar temporaire:



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3152
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Sam 14 Oct - 15:34

Oh putain une meuf !
Ouais enfin tu sais maintenant ça veut plus rien dire. Ça peut aussi bien être une vraie meuf qu’un vieux pervers de cinquante ballets qui s’est offert un corps de gonzesse. Même moi j’ai fait le coup un jour (et je dis pas que je suis un vieux pervers de cinquante ballets, hein, même si avec le temps qui passe…).
Mais on s’en branle mec, t’as une touche !
Ça ou elle essaie de me vendre un truc. Nan, franchement, la vie est courte, et pour une fois que je vois mes potes j’ai envie d’en profiter.

« Je suis un peu occupé là donc.. oui. »
Putain de poulet.
« Allez, j’ai cinq minutes. » j’ajoute, parce qu’il faut bien assumer.

Je me retourne vers la bande, je leur dis qu’ils ont pas intérêt à se barrer sans moi et à me mettre l’addition sur le dos, ce à quoi ils me jettent un « T’inquiète on ferait jamais ça » en ricanant. Je leur fais genre que je les ai au troisième oeil (’fin à la Radiance quoi), et puis je suis la miss un peu plus loin dans le Barti. L’endroit est pas immense et potentiellement peuplé de gens qui peuvent écouter aux portes — comme elle —  donc j’espère que sa conversation privée le sera pas trop quand même.

Quand on a trouvé une place qui lui convient, j’essaie de pas trop la dévisager, parce que c’est pas totalement sa faute si je suis pressé. Bon, par contre, j’ai un peu la flemme de sympathiser, là, alors je rentre direct dans le lard.
« Eh bien allez-y. Je vous préviens par contre, j’ai pas une thune. »
C’est pas comme ça que tu vas pécho ce soir.
Si t’es en chien à ce point, je te laisse tenter ta chance s’tu veux. Avec un corps de beau gosse et tout ce que tu préfères.
Ah ouais ?!!
Je te fais ça à prix d’ami, même. Un jour la minute.
Pffff. Va te faire foutre avec tes prix d’ami.



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Test:

Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 291
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Dim 29 Oct - 23:00
Marie-Suzanne charmait le jeune homme dont son interlocuteur semblait contrôler le corps, mais son immaturité la faisait penser qu’il était loin d’être un prince charmant. (Franchement, je la comprends…) Quant à celui à qui elle parlait, il se méfiait d’elle, pour des raisons à la fois étranges et compréhensibles. (C’est vrai que, depuis que les gens maîtrisent le Dessein, il y a plein de pervers prenant l’apparence d’une belle femme. Comme sur Internet.) J’ignore ce qu’est Internet, mais je n’ai pas envie de m’y rendre… Bref… La voix montrait une certaine méfiance, mais il décida finalement d’aller profiter de l’occasion. (J’espère pour elle qu’il veut pas lui faire ce à quoi je pense…)

Ils cherchaient une place où s’installer. La licornienne ne souhaitait pas être trop facilement entendue des oreilles indiscrètes. Elle vit une place qui lui semblait assez discrète et la montra à l’homme. Ils se mirent alors à cette table, et son interlocuteur lui dit directement qu’il n’avait pas d’argent. (Il veut rien lui faire. Ouf...)

« Ne vous en faites pas, ça ira pour moi. »

D’une voix moins forte, elle décida aussi d’être directe :

« Monsieur Ly, je viens d’apprendre que vous contrôlez le corps d’un homme un peu plus jeune. D’ailleurs, j’entends aussi sa voix. Je ne suis pas un homme de cinquante ans, mais ce n’est effectivement pas mon vrai corps, je n’ai pas envie qu’on puisse me reconnaître. J’ai cru comprendre que vous êtes arrivés à un terrain d’entente, et si oui, je suis curieuse de savoir comment vous l’avez fait. »



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3152
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Dim 12 Nov - 0:41
HRP: En Georgia je mets la narration interne du narrateur, que MS ne peut probablement pas entendre car en soi il la "pense" pas. tout le reste c'est du dialogue, parlé ou mental, donc MS peut l'entendre sans souci.J'ai aussi coloré les dialogues de Dylan comme elle les entend au même niveau.


Wow. Si moi je rentre dans le lard, elle elle roule dessus avec un char d’assaut et ramène l’armée derrière.
‘Fin. Déjà. Comment ça elle “vient d’apprendre” ? Je mets un peu de temps à piger son affaire, parce que j’ai beau avoir vu passer plein de dingueries autour du Dessein, celle-là m’était encore jamais tombé dessus.


Donc genre là, quand je parle au petit, tu m’entends c’est ça ?

Et moiii, tu m’entends genre ? Même quand je parle tout bas? Et si yé fé oune accenté on m’entendito aussi ?

…Ouais alors je suis d’accord, c’est génial et tout ce que tu veux, mais y’a quand même un truc qui me dérange dans son histoire.

C’est sympa de venir poser des questions persos sous un faux nom.

Je me recule dans mon siège et je laisse passer un petit silence. J’ai pas spécialement envie d’être un connard, mais je vois pas trop pourquoi je devrais déballer ma vie au premier gugusse qui vient.

Ouais on s’entend grave même s’il est chiant, en fait on a fait des deals où genre on s’échange du temps et des journées, parfois on se rend des services pour en avoir plus mais la règle c’est qu’on force jamais pour que ce soit notre tour.

Nan mais c’est bon quoi c’est pas un secret genre.
T’aurais peut-être pu me demander mon avis avant. M’enfin, c’est fait, c’est fait. Ça me fait clairement chier, mais quitte à y être, je complète rapidement :
C’est pas plus compliqué que ça. J’ai envie de vivre ma vie de temps en temps, pas de le priver de la sienne, donc même si sur le papier je pourrais forcer pour que ce soit tout le temps mon tour, j’ai pas envie.
Bon, en vrai, y’a des jours où j’en ai envie, mais je me sentirais coupable après, donc non.
Genre toi tu peux te sentir coupable. Tu m’arnaques tout le temps et ça a pas l’air de te faire ni chaud ni froid.
Réglo ça veut pas dire con. Puis ça va elle sont jamais méchantes mes arnaques.

Bref, c’était tout ce que tu voulais savoir ?



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Test:

Encre Noire
Maximum 30 caractères !
Personnages : André DUBOIS (Sables et Câbles), Marie-Suzanne de Licornia (Brises), Dorante & Clindor (Brises)
Messages : 291
Date d'inscription : 19/12/2020
Encre Noire
Sam 23 Déc - 19:21
(C’est l’accent le plus nul que j’ai jamais entendu.) Elle sourit légèrement en entendant l’adolescent. Il ne lui avait pas l’air très intelligent ni charmant, mais il avait l’air marrant.

« Oui, je vous entends. »

Par la suite, elle écoutait leurs explications à ce sujet, et elle y réfléchissait. Selon elle, l’idée de l’échange de rôles pourrait marcher avec le premier narrateur, mais elle en était moins certaine pour le deuxième. (Tu pourrais essayer de me connaitre, tu sais ?) J’ai essayé. Tout ce que tu fais, c’est critiquer ce que ton collègue et moi faisons. Tu crois que j’ai envie d’être ami avec une personne comme toi ? (Mais je ne fais pas que ça…) Du calme, s’il vous plait. Par contre, Marie-Suzanne voyait que Ly n’avait pas l’air ravi de la situation. Il semblait penser qu’elle faisait preuve d’une curiosité indiscrète à son égard. C’était peut-être vrai, même s’il n’y avait pas que ça. En tout cas, elle comprenait d’où pourrait venir cette impression. A la dernière question de Ly, elle se tut quelques secondes, réfléchissant à la manière de lui expliquer ce qu’elle voulait expliquer.

« Je comprends de quoi cela en a l’air… Mais je vous assure que je ne viens pas juste pour poser des questions indiscrètes. »

Elle prit une inspiration. Ce qu’elle allait dire, elle ne l’avait dit à personne. Et là, elle allait le dire à des inconnus. Elle avait une raison de faire ainsi, mais cela lui était difficile.

« Je suis dans le même cas que Dylan, en un sens. J’ai deux voix dans ma tête. Je ne les entends pas tout le temps, mais quand je les entends, elles parlent tout le temps. Surtout l’une d’elles, qui raconte tout ce que je fais, comme si elle parlait à quelqu’un d’autre. L’autre parle moins, mais elle fait des commentaires de ce que je fais. Encore une fois, comme si elle parlait à quelqu’un d’autre… »

Elle prit quelques secondes de pause.

« Je les entends depuis que je maîtrise le Dessein. Plus j’apprenais à le maîtriser, plus je les entendais. Au début, je me demandais si c’est juste un effet secondaire du Dessein. Mais si c’était le cas, j’en aurais entendu parler, depuis le temps. Je connais d’autres personnes, mais je ne sais pas si je peux leur en parler sans qu’ils pensent que je suis folle. Là je suis rassurée de voir que non, mais pendant un moment je me demandais si je l’étais. D’ailleurs j’ai l’impression de le devenir. C’est pour ça que je viens vers vous avec une fausse apparence. Imaginez ce qui se passerait, si je venais vers vous avec ma vraie apparence, et une connaissance m’entende et en parle aux autres. J’aurais l’air de quoi, après, d’une folle avec deux voix dans ma tête ?... »

(Hum…)

« Quoi ? »

(Rien...)

Elle soupira.

« Je n’arrive pas à gérer cela, et je cherche un moyen de le faire. »



Merci à Effie pour cette signature plus haut

Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even, Dylan et Al'
Messages : 3152
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Jeu 28 Déc - 0:51
(Je mets toujours en Georgia la narration qu'on "entend" pas, cf post précédent)

V’là qu’elle se met à raconter sa vie. Je sais que je l’ai cherché en lui disant qu’elle pouvait pas demander des trucs persos sans en sortir elle-même, mais je m’attendais pas à ce qu’elle le fasse vraiment, quoi. ‘Fin, bon, je suis pas insensible non plus, surtout à ce genre d’histoire, donc je l’écoute tranquillement, en essayant de taire mes commentaires, et ceux du gamin quand il cause.

Deux voix, c’est chauuuuud, ‘tain si j’en avais deux comme lui je survivrais pas.
Ta gueule.
M’enfin ouais, déjà que les conversations à deux ça donne parfois l’impression qu’on est à côté de la plaque ou qu’on met trois plombes à réfléchir, à trois ça doit juste être la merde pour écouter une personne qui parle.
Surtout si y’en a un qui parle tout seul…
Ouais, hein. En vrai j’ai plutôt de la peine pour lui, j’me dis qu’il doit faire la même chose que moi.

J’ai plein d’autres trucs à dire sur tout ce qu’elle raconte, mais j’essaie de plus trop dire grand chose, histoire de pas la perturber avant la fin de son discours, puisqu’elle nous entend causer. C’est un peu chiant de prendre mon mal en patience, donc je tape un peu du doigt sur la table, mais c’est pas contre elle, c’est juste ce qui faut pour rester accroché sans rien dire.

Quand elle soupire et lance sa phrase, j’en conclus que je peux reprendre la parole.

« Ouais tu m’étonnes. »

Mes traits se détendent un peu. Forcément, elle m’est un peu plus sympathique, et c’est pas une question de vouloir la pécho ou quoi.

« Bon déjà franchement, sur ta peur d’être folle… Sur Terre on serait des tarés, j’dis pas, mais dans l’Esquisse, y’a des trucs bien plus bizarres, alors c’est pas une voix ou deux dans ta tête qui va changer l’avis qu’on se fait de toi. Rien que… ‘Fin c’est déjà plus flippant que tu puisses changer d’apparence comme tu veux, si on y réfléchit. »
Flippant comme toi.
Moi, ce serait flippant que je change pas d’apparence, nan ? Imagine tes potes croiser tous les deux jours un Dylan qui est pas vraiment Dylan. Là au moins ils savent que t’es toi, et mes potes t’emmerdent pas non plus en pensant que c’est moi.
…Ouais c’est vrai, j’avais pas vu ça comme ça.

« La plupart de nos potes sont au courant, et ça pose pas trop de problème. Des fois on cause même à deux en même temps c’est marrant. ‘près, bon, je sais pas qui tu fréquentes, surtout pour avoir peur d’eux comme ça, mais pour moi c’est pas compliqué, t’es comme ça et basta, après soit les gens s’y font soit tu vas voir ailleurs. »

Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais bon merde, on est dans l’Esquisse, y’a pas grand chose ni grand monde qui peut te forcer à être là où t’as pas envie d’être, par rapport à avant.
Ouais après moi j’peux comprendre. Même ici c’est chaud de dire que t’es un espèce de schizo, et puis y’a pas que le regard des autres, y’a aussi comment tu le vis toi et les questions des gens… Genre on me demande souvent si quand je vais chier ou je me branle tu regardes, c’que tu dis, si quand j’drague une meuf c’est toi qui me l’a soufflé… Les gens disent pas que t’es un taré mais des fois ils te causent comme si t’étais un espèce d’animal bizarre genre.
Techniquement…
Ouais bon j’ai déjà des questions chelous parce que je suis un lézard mais là y’en a encore plus. Moi des fois j’préfère pas en parler ou j’regrette tu vois.
Pas faux.



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)

Test:

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum