Swimming in the skies [PV Tamago & Erreur]

Anonymous
Invité
Invité
Jeu 30 Aoû - 21:27
SWIMMING IN THE SKIES
Où les lois de la pesanteur sont mises à mal



Jude jeta un regard circulaire autour de lui. A droite, à gauche, devant, derrière, en haut. Pas en bas, en revanche. Surtout pas en bas.
Personne. A priori. L’ennui, avec ce monde, c’était qu’on ne pouvait jamais être sûr de rien. Tant pis.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! MAIS PUTAIN C’EST QUOI CE TRUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUC ???!!! »

Comprenez, une petite partie de lui tenait encore aux quelques lambeaux de fierté ayant difficilement survécu à ses premières mésaventures dans cet univers que nous ne qualifierons pas pour rester polis. Brailler comme un cochon qu’on égorge manquait sans aucun doute de dignité, ça l’aurait un peu embêté qu’une tierce personne assiste à la scène. En même temps, c’était fou ce que ça pouvait faire du bien.

« Restons calme… On peut sûrement pas tomber… Y’a pas de raisons de tomber… Je serai forcément retenu par, euh… »

C’est là que le raisonnement prenait l’eau. Pardonnez-moi le jeu de mot.

Pour éclaircir quelque peu la situation, permettez-moi un flashback de quelques minutes.

Jude vient d’échapper à un troupeau de plantes carnivores psychédéliques qui avaient décidé de faire du zèbre leur petit déjeuner. Après un temps de marche indéterminé, Jude aperçoit un lac aux eaux multicolores. Il n’a ni spécialement soif, ni spécialement chaud, c’est louche, d’ailleurs, mais bref, sans raison valable, il décide de s’en approcher. Une fois que c’est fait, il décide de piquer une tête, parce que nager, c’est cool. Il espère juste que y’a pas des requins transgéniques, des méduses géantes ou des raies anthropophages qui vont venir lui tenir compagnie. Avec ce monde, il faut s’attendre à tout. Néanmoins, ça ne coûte pas grand-chose de se mouiller un peu, en restant pas trop loin du bord, histoire de pouvoir se barrer vite fait si le moindre danger pointe le bout de son nez. Il saute donc dans le lac, tout habillé, parce qu’il est pas sûr de retrouver ses vêtements si il les laisse sur la rive. Il fait quelques brasses, tranquillement, sans qu’aucun monstre marin ne s’invite. Il commence à se détendre, s’éloigne un peu. Il plonge, fait quelques mètres sous l’eau, réalise qu’il peut même y respirer. Ravi, il s’éloigne un peu plus, en mode sous-marin. C’est là qu’il commet l’erreur de regarder vers le fond. Inexistant, le fond. C’est bien là le problème. En baissant la tête, Jude aperçoit le lac dans lequel il est censé barboter. Sauf que non, pour une raison obscure, il a été téléporté quelques centaines de mètres au-dessus. Dans un lac, aussi. Un lac qui flotte dans le ciel. Soutenu par… rien. Autant pour Newton et sa gravité.
Jude ne pensait pas avoir le vertige. Mais l’endroit le plus haut dans lequel Jude soit jamais allé est le troisième étage de son lycée de seconde zone. Absolument pas comparable avec les quelques centaines de mètres qui le séparent actuellement du sol. La conclusion du jour, c’est donc que Jude a le vertige.


Ceci étant dit, revenons à la situation présente.

« Bon, en même temps, si je tombe, c’est dans l’eau. Ça fera juste un petit plongeon. De trois cent mètres. »

Se parler à soi-même le rassurait.

« Oh, merde, non, à partir de je-sais-plus-combien de mètres, heurter la surface de l’eau revient à s’écraser sur du béton armé. »

Ou pas.

« Bon, en même temps, les lois de la physique, ça a tendance à foutre le camps, par ici. Si la gravité n’est plus valable, peut-être que… »

Ca ne faisait pas de mal d’espérer…
Un mouvement en périphérie eut le malheur de lui faire baisser les yeux.

« AAAAAAAAAAAaaaaaaah… On est plus haut… Je suis sûr que c’était pas aussi haut tout à l’heure… Cette saleté de plan d’eau joue les ascenseurs… »

C’était fou ce que la peur du vide pouvait déformer ses sensations.

« C’est pire… encore pire que le rongeur en salopette… et les plantes, franchement, à côté, c’était du gâ… C’est quoi, ça ? »

Tout en bas, une silhouette s’était approchée du lac. La première réaction de Jude fût d’avoir un rictus mesquin. Le pauvre type allait se souvenir de sa baignade. Son sourire s’effaça brusquement. D’abord parce que le vertige commençait à lui donner la nausée, et ensuite parce que l’idée que quelqu’un le voie dans ce glorieux état ne l’amusait pas beaucoup, en fin de compte. Et aucun moyen d’avertir l’individu. Jude soupira longuement. Inspira longuement. Riva son regard sur le ciel au-dessus de lui. Se força à sourire nonchalamment.

Vertige ? Lui ? Jamais.


Dernière édition par Jude le Ven 28 Sep - 23:44, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Ven 31 Aoû - 10:31
Tamago courait encore, le souffle court, et ses bottes dans ses mains. Pour au moins la 4ème fois de la journée, et encore, ce n'était pas grand-chose, elle se faisait courser par ces putains de plantes carnivores. Bordel, mais c'était quoi, leur problème, a celles-là??! Bon, d'accord, peut-être que ça ne leur avaient pas plus qu'elle essaye de les cueillir, mais bon...des fleurs restent des fleurs, normalement! Elle jeta un coup d'oeil furtif derrière elle, et s'aperçut alors que les plantes avaient disparues. Donc, en gros, elle était en train de courir comme une cruche, poursuivie par un grand rien du tout.

- Raah...elles vont me...faire crever, un jour...

Épuisée, elle s'arrêta, les mains sur ses genoux, tentant de reprendre son souffle. Vraiment, quand est-ce qu'on allait la laisser tranquille, hein? Son regard dériva alors sur l'eau devant elle, et un sourire un peu niais prit place sur son visage. Génial, un lac. Tout ce dont elle avait besoin en ce moment, c'était de se relaxer un peu, et ce lac était tout pile là au bon moment. Elle plongea d'abord ses doigts dans l'eau, histoire de vérifier qu'elle n'était pas bouillante ou froide a l’extrême, et une fois rassurée, ôta sa veste et son chemisier.

Ben oui, se baigner tout habillée était hors de question pour elle, et puis, il n'y avait personne aux alentours. Après avoir jetée deux-trois coups d'oeil autour d'elle, elle enleva également son pantalon, ne restant plus qu'en sous-vêtements, et s'assit sur l'herbe, plongeant seulement ses pieds dans l'eau tiède. Elle n'était pas non plus folle au point de plonger directement dans un Lac, ou si ça se trouve l'attendait un remix du monstre du Lochness.

- En tout cas...ça fait du bien, dis donc...

Mais, elle avait oubliée un tout pitit détail. On n'est jamais seul sur Esquisse, jamais. Il y a toujours une petite plante Carnivore, ou un oiseau péteur pour vous tenir compagnie. Ou même un zèbre grande-gueule et désagréable, en train de faire l'équilibre juste au-dessus de vous.

Anonymous
Invité
Invité
Lun 3 Sep - 19:13
Un lac dans le ciel, impossible ou pas ? Impossible ! Faux ! La bonne réponse était possible ! Du moins, ici ... Erreur qui pleure pensant que c'est la fin de sa vie, impossible ou pas ? Impossible ! Encore faux ! La bonne réponse était possible ! La preuve au-dessus de vous. Les extraterrestres sont bien plus futés qu'elle, elle s'en rend compte maintenant, et pourtant elle refuse de l'admettre. Déjà l'attirer vers le lac avec une bouteille d'eau qui roule, ensuite la faire tomber dans le lac où l'on peut respirer et l'obliger à aller tous aux fonds de celui-ci pour y découvrir un bateau abandonner qui disparaît alors qu'elle le visitait pour ensuite l'obliger à remonter à la surface qui n'est plus celle que précédemment et qui est plutôt une qui est à au moins des milliards de kilomètres de haut ! Ils étaient vraiment super-intelligents les mutants, c'était une découverte pour la jeune fille aux cheveux violet et rose qui les pensait débiles. Elle avait vraiment fait beaucoup de découverte sur eux en fait, par exemple, qu'ils pouvaient changer de forme pour prendre une apparence humaine par exemple, et qu'ils ne restaient pas toujours tous verts et tous gluant.

Enfin bref~ ce n'était pas le plus important ! Non, loin de là, le truc, c'était qu'il fallait qu'elle aussi fasse preuve d'intelligence pour pouvoir déjà descendre dans le lac du bas sans mourir et ensuite s'enfuir de ce monde tordu. Au loin, un garçon qui se baignait tout habillé (ils auraient pu le mettre en maillot de bain, même erreur c'était donner la peine d'en avoir un, et même si elle avait galéré et qu'elle c'était frapper la tête contre le sol alors qu'ils suffisaient d'y penser très très très fort pour l'avoir. mais vraiment EXTRA fort !) Elle nagea vers lui et se plaça juste devant le gars.

« Tient ! Salut ! Sympas ton maquillage, il ne va pas s'enlever dans l'eau ? »

Une blague. C'est fun l'humour dans ses moments là. Non, mais en fait ce n'était pas vraiment de l'humour, il était vraiment sympas son maquillage, c'était original.


Dernière édition par Erreur le Sam 15 Sep - 16:13, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Sam 15 Sep - 14:42
    Cela faisait un moment qu'Ayame avait échappé à ses saletés de plantes carnivores, grâce à une théorie impliquant un triangle rectangle et un théorème de Pythagore. Dit comme ça, ça pouvait paraître compliqué. Mais dans la réalisation, c'était relativement facile. Bref, depuis que la jeune fille n'était une proie pour végétaux, elle s'ennuyait ferme. En même temps, déambuler dans un monde bizarre pendant des heures n'est pas l'activité rêvée de tout le monde. Ayame avait rarement vu quelqu'un lui dire avec un grand sourire "Moi plus tard, je vais marcher pendant des heures dans un monde trop bizarre où je risquerai de mourir à chaque instant !". A la réflexion, si quelqu'un était venu dire ça à la jeune fille aux yeux violets, elle lui aurait conseillé d'aller consulter un médecin. Ou elle l'aurait directement emmené dans un hôpital psychiatrique. Mais ce n'est pas le sujet de ce Rp, donc revenons à nos moutons ! Notre héroïne marchait un bon bout de temps lorsqu'elle arriva près d'un lac. A première vue, ce lac paraissait normal. Mais on ne le dira jamais assez, tout peut cacher un piège dans l'Esquisse. C'est certainement pour cette raison qu'Ayame hésita avant d'aller piquer une tête dans l'eau. C'est alors qu'elle aperçut plusieurs personnes dans un autre lac, qui volait quelques mètres plus loin.

    "Et bien, on dirait que je ne suis pas seule !"

    Remarque très pertinente de la part de la jeune fille, car quand il y a du monde, c'est évident que l'on est pas seul. Mais s'arrêter sur une chose aussi dénuée d'intérêt serait idiot. Ayame décida d'aller rejoindre ces autres personnes, sans vraiment savoir comment. Elle voulait essayer de faire un bond pour passer entre les deux lacs, qui n'étaient séparés que par cinq mètres tout au plus, mais avait peur que cela ne fonctionne pas. Mais en réfléchissant, elle se dit que tout était possible dans ce monde, aussi bien les choses funs que les choses nulles. La jeune fille tenta donc son idée de génie, ou pas, qui réussit et elle atterrit sur dans le lac d'en face. Si elle pensait que son saut pouvait ne pas réussir, elle ne pensait certainement pas qu'il allait fonctionner au point qu'elle allait tomber dans l'eau ! Le pire dans tout cela, c'est qu'elle était habillée et qu'elle n'avait pas eu le temps de se mettre en maillot de bain. Même si elle n'avait pas de maillot de bain. Et puis de toutes façons, ses vêtements finiraient bien par sécher au soleil, donc dans le fond ce n'était pas très grave. Ayame se releva, et rejoignit les deux autres personnes qui étaient dans le lac, après avoir remarqué qu'il y en avait une autre dans le lac du dessous. La jeune fille reconnut avec stupéfaction le jeune homme du labyrinthe et de la plaine : Jude. Décidément, leurs chemins ne cessaient de se croiser ! Il était avec une autre jeune fille. Ayame s'approcha d'eux et s'exclama :

    "Bonjour, bonjour tout le monde ! lança-t-elle avant de se tourner vers Jude. Ça fait plaisir de te revoir, toi !"

    Comme toujours, c'était une approche tout à fait ratée, caractéristique d'Ayame. Même si l'Esquisse changeait les gens, elle n'était pas prête de remédier à cela !

Hors RP:
Je sais que j'ai mis du temps pour répondre, je suis désoléeeee T__T Maintenant que j'ai repris le rythme du collège, mes réponses devraient être moins longues à attendre (x
Anonymous
Invité
Invité
Ven 28 Sep - 23:48
SWIMMING IN THE SKIES
Où les lois de la pesanteur reprennent leurs droits



Jude ne se sentait pas très bien. En fait, il se sentait même très mal. Très, très, très mal. Pourquoi les choses se passaient-elles toujours de la pire façon possible ? Pourquoi les gens arrivaient-ils toujours au pire moment possible?
Réfléchissez rationnellement à la situation : quelle est la probabilité pour que, considérant un lac aérien désert à un instant donné et perdu dans un monde immense, ce dit-lac se retrouve, deux minutes plus tard, envahi quasi-simultanément par trois filles ?
Réponse : quasi-nulle.
Conclusion : celui qui a théorisé les probabilités aurait mieux fait de s’abstenir de publier ses âneries.
Contrairement à celui qui a énoncé la loi de l’emmerdement maximum, loi dont le zèbre était en train d’expérimenter les effets, à son grand déplaisir.

Rappelons brièvement les faits :
Jude se baigne dans un lac qui flotte, pour une raison obscure, à quelques centaines de mètres du sol, et tout va bien, mis à part le fait qu’il soit sujet à un très léger vertige (ce qui se traduit par quelques braillements intempestifs, rien d’inquiétant, donc).
Et là, quelqu’un s’approche du lac (celui au sol, s’entend). Jude se prépare à faire bonne figure, mais renonce à l’idée en devinant que la personne cinq cent mètres plus bas est en train de se DESHABILLER (non mais franchement, enlever ses vêtements avant de se baigner, c’est quoi ces manières ?) : ne pas hurler devant quelqu’un alors qu’on a le vertige, passe encore, mais ne pas hurler devant quelqu’un d’à moitié nu alors qu’on le vertige, c’est impossible, je vous assure. Vous n’aurez qu’à essayer pour vous en convaincre.
Fort heureusement, la personne en question a juste envie de faire tremper ses orteils. Par conséquent, elle n’est pas catapultée cinq cent mètres plus haut comme l’a été notre zèbre national. Lequel a juste eu peur, pendant un instant, que seuls les doigts de pieds de la personne soient téléportés. D’ailleurs, rien ne dit que ça ne va pas arriver d’un moment à l’autre.
A cette idée, Jude décide de s’éloigner un peu, juste pour être sûr de ne pas se retrouver nez à nez avec des orteils orphelins.
Mais au moment où il se retourne, comble de l’horreur, une demoiselle fait son apparition devant lui :
« Tient ! Salut ! Sympas ton maquillage, il ne va pas s'enlever dans l'eau ? »

Jude fixe la fille, incrédule. Serait-il le seul à s’inquiéter vaguement de l’étrangeté de la situation ? On a l’impression qu’elle pique une tête dans un lac aérien tous les quatre matins. Et puis c’est quoi cette question ? Elle s’imagine quoi, qu’il va lui répondre en minaudant « T’inquiète, c’est du waterproof, huhuhu ! » ?
Il en oublie (momentanément) son vertige, et s’apprête à ouvrir la bouche pour laisser sortir une de ces vacheries dont il a le secret, mais l’arrivée d’une seconde intruse le coupe dans son élan :

"Bonjour, bonjour tout le monde ! Ça fait plaisir de te revoir, toi !"

Il lui faut deux secondes pour identifier l’inconnue qui d’ailleurs n’en est pas une, de fait, étant donné qu’il l’a croisée il y a quelques heures dans le labyrinthe. Et dans la Plaine à plante voraces, aussi. Attendez une seconde. Pourquoi est-ce qu’elle est encore là, celle-ci ?
Jude est pris d’un affreux doute qui se matérialise en un mot de neuf lettres :

« …Stalkeuse. »

Insérez ici un silence dramatique.

« C’est ça, hein ?! Tu es une espèce de stalkeuse, là, ces filles flippantes qui ont l’air tout inoffensif, un peu cruche même, et qui en fait sont des espèces de psychopathes monomaniaques en puissance ! »

Comme si il pouvait exister une personne assez tordue pour décider de stalker Jude. A ce stade-là, il faudrait appeler ça du masochisme. Parce que le stalké risquerait rapidement de devenir plus insupportable que le stalkeur. Et au final, il serait trèèès difficile de déterminer lequel des deux est la victime. Bref.
Ceci étant dit, il y a un bref silence durant lequel même Jude, au vu de l’expression perplexe qui s’affiche sur es traits, semble percevoir l’absurdité de sa dernière affirmation.
Mais en fait non. Faut pas rêver non plus.
La seule raison qui justifie cette mimique étonnée est qu’il a l’étrange impression de … glisser…
Et là, on suppose que quelque part sur Terre, ce bon vieux Newton au fond de sa tombe a eu un sursaut de vivacité, scandalisé par ce lac et ses habitants provisoires qui refusaient de se plier aux règles qu’il avait si ingénieusement inventées. Bon, vu qu’il est un peu mort, il ne peut pas faire grand-chose. Mais on sait tous que Esquisse est doté d’un esprit particulièrement tordu. Je théorise donc que la Folie d’Esquisse, ou la Voix, à défaut, a entendu la prière de ce malheureux physicien et a gentiment exaucé son souhait. Gentiment mais partiellement. La gravité a repris ses droits sans crier gare. Mais pas pour le lac en entier, non. Juste pour l’endroit où se trouvait un certain zèbre aquatique.


«AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh ! »

Alors, que je vous explique : la première partie du cri correspondait la chute de Jude, la deuxième partie, c’était pour le fun, et la troisième partie, c’était pour la vision de Tamago en sous-vêtements en train de faire barboter ses orteils.

« NON MAIS C’EST PAS VRAI ! D’abord une stalkeuse, et maintenant UNE EXHIBITIONNISTE ! QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE MONDE DINGUES !? »

Et il éclata de rire.

Qu’est-ce que c’était que ce monde de dingues ? Difficile de répondre, mais ce qui était sûr, c’est que Jude y avait largement sa place.

Spoiler:
Je sais pas chez vous, mais chez moi, même le forum en a marre de Jude et de ses braillements, résultat j'ai le "AAAAAAAAA....etc." qui sort sur la droite 8DD
Sinon, retard monstrueux, je sais, vous pouvez me lapider et me finir ensuite au char d'assaut, je le mérite =.=
Anonymous
Invité
Invité
Sam 29 Sep - 8:27
Tamago, elle, continuait tranquillement a faire trempette au lac, sans se douter une seule seconde de l'absurde qui se tramait au-dessus d'elle. Eh bien non, pardonnez-moi, mais la pauvre n'avait pas encore le réflexe de regarder en haut et en bas avant chacun de ses mouvements. Parano, oui, mais pas a ce point-là, quand-même. Mais, alors qu'elle commençait a mettre ses jambes dans le lac, et s’apprêtait a plonger, une sorte de cri l'en arrêta.

*Je ne suis pas folle, j'ai bel et bien entendue quelqu'un crier.*

Soupçonneuse, elle retira ses jambes pour les ramener sur la terre ferme, et regarda a nouveau autour d'elle. Il n'y avait personne dans les environs, alors...d'ou pouvait venir cet affreux hurlement?
Eh bien, elle allait vite être fixée. Effectivement, alors qu'elle tendait la main vers ses vêtements pour se rhabiller, et éviter qu'on ne la voie nue, un gros "Plouf!" retentit juste derrière elle, et quelle ne fut sa surprise en découvrant un jeune garçon dans l'eau, tout habillé, avec des sortes de tatouages sur la figure, et qui se mit aussitôt a brailler sans lui laisser le temps d'en placer une.

Autant dire que ses paroles la choquèrent. Oui, il suffisait de s'imaginer la scène : une femme dans la vingtaine en sous-vêtements devant un gamin peut-être même pas majeur, qui la traitait en ce moment-même d'exhibitionniste. Je vous laisse deviner la honte que ressentit Tamago. Alors, au lieu de se perdre en propos incompréhensibles avec cet individu plus que louche, elle leva la main, et lui mit une gifle. Une de ces bonnes vieilles baffes comme en mettrait une mère furieuse qui punit son garçon de 6 ans pour avoir fait une belle et grosse bêtise.

Grand silence. S'il riait a gorge déployée il y a encore quelques minutes, le pauvre avait du bien rapidement changé d'expression. Gênée non seulement de sa nudité, mais aussi désormais de son geste déplacé envers un inconnu, elle rougit, et ramassa ses habits pour les renfiler. On ne pouvait pas lui en vouloir, elle avait bien vu que personne n'était là, et ce...ce...ce délinquant tombait comme ça, d'un coup. Une fois revêtue, elle se tourna a nouveau vers l'adolescent, furieuse, et commença a crier.

- Espèce de crétin! T'es pas bien, toi, pour tomber comme ça du Ciel, alors que ya des gens a poil juste au-dessous! Tu pourrais faire gaffe, non?!!

Furieuse, elle l'était. Pire que votre chien lorsque vous ne le promenez pas le matin. Pire que votre meilleure amie lorsque vous oubliez son anniversaire. Pire que vos parents lorsque vous ramenez une très mauvaise note. Dur de décrire son état dans ce genre de rage excessive que ses collègues de travail ne lui avaient vu quelques fois, mais je vais tout de même essayer de résumer a ça : les yeux écarquillés, qui sortent presque de leurs orbites, les joues rouges comme une tomate, de la fumée qui sort de ses oreilles comme une locomotive, et enfin, ses doigts tremblants qui se crispaient et se décrispaient comme sous l'envie d'étrangler ce jeune inconscient.

Vous voyez, si elle pourrait, elle le menotterait, l'amènerait au poste de police le plus proche, et le foutrait dans une cellule bien moisie le temps qu'il réfléchisse a ses actes. Oui, tomber du ciel devant une femme nue est puni par la loi. Très sévèrement. Alors qu'elle songeait sérieusement a vraiment faire ce qu'elle disait, l'Esquisse lui accorda un petit coup de chance, puisqu'une belle paire de menottes apparut dans ses mains. Bon, elle ne souhaitait pas des menottes rose-fourrure comme elle en avait eu, mais elle n'avait pas le choix. L'Esquisse commande et mène le Jeu, après tout.

- Viens là, toi! Je vais te faire oublier tout ce que t'as vu!!

Sans laisser le temps a l'adolescent de reprendre ses esprits depuis la baffe de tout-à-l'heure, elle lui attrapa plutôt sèchement les poignets, pour lui menotter les mains avec la jolie fourrure-rose. Fière d'elle, elle tira la langue au garçon, et eut cette fois-ci le bon réflexe de lever la tête au Ciel, comme pour s'assurer que personne d'autre n'en retomberait. Et devinez qui elle aperçut là-haut? Deux filles, une qui semblait un poil plus grande que l'autre. Décidément en train de péter un câble, elle ricana nerveusement, avant de les héler bruyamment.

- Alors là...eh, vous deux, là-haut!!! Descendez immédiatement, vous êtes en état d'arrestation pour...pour...euh... stationnement d'endroits interdits!!

Faut croire que son rôle de Policière commençe sincèrement a lui manquer. Aujourd'hui, elle allait arrêter trois gamins. Et pourquoi? Pour pratiquement rien.


HRP:
°° C'est vrai, Jude? On peut vraiment te tuer? :P
Bon, plaisanteries a part, c’est pas grave tu sais. On est tous occupés avec différents problèmes, donc tant que tu nous réponds, moi, ça me va! ♥️
Anonymous
Invité
Invité
Dim 14 Oct - 12:49
Ignorance. Le mec avec le maquillage ridicule t'avait ignoré et a préféré parler à une extraterrestre avec une tête de salle gamine. Puis d'un coup, comme ça, après qu'il est fini de parler à sa meilleure amie la salle gamine, l'abrutit au maquillage ridicule tomba dans le vide: il sortit du lac aérien pour faire une jolie chute dans le lac des sous-sols. BAM ! bien fait pour lui ! S'il t'aurait pas ignoré peut-être que rien ne lui serait arrivé. Tu restes face à la mutante, -avec une petite envie de lui tirer la langue- jusqu'à ce qu'une voix venant d'en dessous crie un truc, incompréhensible. Tu plonges ta tête sous l'eau, ne prenant même pas tes gardes ou qu'à où la fille voudrait te sauter dessus pour te dévorer toute crue, et tu admires la scène toute en couleurs -tu veux dire car l'eau est multicolore-. Bon bah, c'était pas franchement terrible ... Et là, on décide enfin de te faire un peu participer, et les gens d'en bas t'appellent, t'ordonne de descendre avec la mutante, Ok. M'enfin non ...

Tu nages vers la fille, et arriver auprès d'elle, tu la sers dans ton bras le plus fort possible. Non, ce "n'est pas que tu veux faire amie avec une salle alienne ! Tu as juste envie de mettre tout ton poids dans le sien pour qu'elle soit trop lourde et qu'elle tombe.

Pourquoi tu tombes toujours dans tes propres pièges, Erreur ? ...
Anonymous
Invité
Invité
Dim 11 Nov - 11:10
Ayame ne fut pas aussi bien accueillie que ne le pensait par son ami le zèbre. En même temps, comment avait-elle pu espérer être accueillie joyeusement par Jude ? L'une des personnes les plus désagréables qu'elle ait rencontrée. Et pourtant, elle en avait vu des personnes désagréables ! Son compagnon zébré était pourtant hors-concours tellement il était détestable. Mais elle l'aimait bien quand même. Après tout, il fallait bien qu'elle s'adapte aux seules personnes qu'elle rencontrait dans cet étrange monde !

« …Stalkeuse, répliqua Jude avant de marquer une pause qui installa un silence pesant. C’est ça, hein ?! Tu es une espèce de stalkeuse, là, ces filles flippantes qui ont l’air tout inoffensif, un peu cruche même, et qui en fait sont des espèces de psychopathes monomaniaques en puissance ! »

Ayame hésitait entre rire, ou être vexée. Rire, parce qu'elle n'était en aucun cas une stalkeuse. Ils s'étaient rencontrés trois fois, et c'était à chaque fois dû au hasard. Sauf peut-être cette rencontre dans la plaine à vagues, où c'était le zèbre qui était venu à elle. Mais bon, il ne l'admettrait sûrement dans son espèce de crise de paranoïa. D'ailleurs, il avait sous-entendu que la jeune fille avait l'air inoffensive et un peu cruche. C'était la dernière partie de la phrase qui la gênait. Autant il pouvait dire qu'elle avait l'air d'une psychopathe, autant elle ne voulait pas qu'il dise qu'elle était une cruche. Mais Ayame n'eut pas le temps de répliquer puisque son compagnon zébré tomba plus bas sans crier gare, comme si la gravité était revenue. Chose étrange, car la jeune fille était à 10 centimètres de lui et flottait encore dans les airs. Le cri de Jude s'estompa au fur à et à mesure qu'il tombait, jusqu'à être presque inaudible. Notre héroïne voulut alors se tourner vers la seconde jeune fille qui était avec elle mais il s'avéra qu'elle avait préféré aller sous l'eau. Décidément, les gens étaient très sympathiques ici !

Ayame en profita alors pour regarder la scène qui se passait en dessous d'elle. Jude avait atterri près d'une femme en sous-vêtements qui devait se baigner dans le lac. Sans entendre ce qu'il disait, elle vit alors qu'il hurlait sur ladite femme. Cette dernière se rhabilla avant de hurler à son tour sur son interlocuteur. Même si la jeune fille aux yeux violets ne savaient pas ce qu'ils disaient, ça avait l'air d'être tendu. Jusqu'à ce que la femme ne mette une gifle au zèbre qui ne devait pas trop s'y attendre. Pour continuer sur sa lancée, la femme aux cheveux rouges se tourna vers le lac au-dessus d'elle, où se trouvait donc Ayame et l'autre jeune fille si vous avez bien suivi, et cria de toutes ses forces à tel point que notre héroïne put entendre :

- Alors là...eh, vous deux, là-haut!!! Descendez immédiatement, vous êtes en état d'arrestation pour...pour...euh... stationnement d'endroits interdits!!

La femme aux côtés de Jude eut à peine le temps de dire cette phrase que la jeune fille qui était avec Ayame se jeta sur cette dernière, pile au moment où la gravité reprenait ses droits sur notre héroïne. Cette dernière entraîna donc la jeune fille dans sa chute qui se termina en plein dans le lac du dessous. Et dire qu'Ayame avait réussi à ne pas être mouillée ! Maintenant, elle était trempée et avait un peu froid. Elle fusilla du regard la jeune fille qui lui avait sauté dessus quelques secondes plus tôt.

" Ça ne va pas bien de te jeter sur moi comme ça ?! "

Elle soupira avant de jeter un regard vers la femme et le zèbre. Et elle remarqua que ce dernier avait des menottes aux poignets. Pas n'importe quelles menottes : Celles-ci étaient avec de la fourrure rose. Ayame retint un fou rire.

Spoiler:
Je suis impardonnable pour le temps de réponse .w. Je vous promets que ça ira plus vite la prochaine fois ;w; Hum, bref, j'espère que ça vous convient o/
Anonymous
Invité
Invité
Dim 16 Déc - 17:50
Le coup eut le mérite de stopper net le rire de dément dans lequel Jude était parti, et qui aurait probablement duré une petite demi-heure encore sans cette gifle salvatrice.
Par contre, elle n'y était pas allée de main morte. Jude avait reçu suffisamment de baffes dans sa vie pour être capable de les classer. Celle-ci méritait bien un 7 sur l'échelle de Richter. Tout en frottant sa joue douloureuse, Jude s'appliqua à regarder vers le ciel. Pas pour voir ce qui était arrivé aux deux autres filles, il s'en moquait comme de l'an mille. Il n'avait simplement pas spécialement envie de regarder l'autre furie se rhabiller. D'autant que s'il s'y risquait, il était pratiquement sûr de recevoir une deuxième baffe. Et là, pas sûr que ses derniers neurones y survivent.

- Espèce de crétin! T'es pas bien, toi, pour tomber comme ça du Ciel, alors que ya des gens a poil juste au-dessous! Tu pourrais faire gaffe, non?!!

Jude en resta muet de stupeur. Pendant deux secondes (oui, c'était trop beau pour être vrai, hein?).

- PARCE QUE TU CROIS QUE JE FAIS DES CHUTES DE 500 MÈTRES POUR LE FUN??? Merde, c'était déjà assez flippant comme ça, mais en plus il a fallu que je tombe sur une espèce de DINDE en furie... et en soutif...(insérez ici une grimace de dégoût)... Sérieusement, y'a quelque chose qui tourne pas rond, chez toi, ma vieille. Est-ce que je me baigne en slip, moi?

A ce moment là, une paire de menottes recouvertes d'une fourrure rose d'un goût douteux apparurent mystérieusement entre les mains de la jeune femme, qui avait par ailleurs l'air légèrement contrariée. Jude fronça les sourcils. ENCORE un truc louche.

- Viens là, toi! Je vais te faire oublier tout ce que t'as vu!!

Jude pâlit. Elle ne comptait tout de même pas... Il eut un vague mouvement de recul, mais la fille fut plus vive. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Esquisse", il se retrouva menotté. Bon, sur le principe, ça n'avait rien de profondément traumatisant. Ça lui était déjà arrivé deux ou trois fois, les policiers aimaient bien réaffirmer leur autorité face à un sale gosse insolent comme Jude en usant de leurs terriiiiibles menottes. Ça avait toujours fait gentiment ricaner le garçon.
Le truc, c'était que là, les menottes étaient FRANCHEMENT douteuses. Il n'y avait quand même pas qu'à Jude que cela évoquait des pratiques, hum... douteuses (ce mot est décidément bien pratique). Surtout quand on savait que la fille qui l'avait attaché était quasi-nue quelques minutes auparavant. Au final, la situation pouvait être résumée en un mot : DOUTEUSE.

A ce moment là, les deux autres filles dégringolèrent à leur tour. Jude eut un rictus moqueur, ravi qu'il ne soit pas le seul touché par la malédiction de ce bon vieux Newton, avant de se rappeler qu'il était toujours menotté de façon fort ridicule par une folle furieuse. Situation qui avait l'air de faire bien rigoler la stalkeuse, d'ailleurs. Sale gamine. Probablement aussi dérangée que la jeune femme qui l'avait menotté.
En désespoir de cause, Jude se tourna vers la troisième fille, à laquelle il n'avait absolument pas fait attention auparavant. Vous ne vous en étiez probablement pas rendu-compte jusqu'à maintenant, mais Jude avait une sale tendance à être opportuniste.

- Hé, euh... toi, là! Cette fille est totalement cinglée, je sais pas ce qu'elle a en tête, mais... Viens m'aider, quoi! La non-assistance à personne en danger est punie par la loi et...

Et maintenant, la déformation professionnelle de la cinglée déteignait sur lui aussi...

Spoiler:
Héhé, à chaque fois je bat mon propre record de retard. L'éternel tenant du titre de retardataire , Jude, pour vous servir... *va s'enterrer dans un coin de l'Arctique*
Oh, et ça n'a rien à voir, mais... vous trouvez pas ce que smiley ressemble trop à Jude dans ce RP :
Whaaaah !
(genre *tombe* *voit Tama en sous-vêtements, horrifié* *se barre* (ce qu'il aurait fait s'il avait été un peu plus malin =.=))
Folie d'Esquisse
Messages : 784
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Ven 1 Fév - 18:08
Oh, Tamago, Tamago, Tamago... Erreur de débutante.

Pensais-tu vraiment qu’Esquisse t’aiderait en quoi que ce soit ? Même si ça foutait un bordel monstre auprès d’autres de tes semblables ? Non non non, cette paire de menottes n’avait pas voulu finir entre tes mains. Tes mains tripoteuses ! De quel droit tu palpais sa délicate et élégante fourrure rose comme ça, hein ? HEIN ? Pensais-tu vraiment qu’elle n’était qu’une simple paire de menottes avec, certes, une couleur particulièrement seyante, mais une simple chose sans volonté propre ? Erreur, grossière erreur. Se retrouver collée à un autre inconnu sans qu’on lui demande son avis fut la goutte dans le vase-dindon de trop. La « soi-disant » paire de menottes craqua. La fourrure rose gonfla, gonfla, les bracelets se tordirent, libèrent le dessinateur, puis le tout tomba au sol, continuant d’enfler comme un ballon sous hélium.

Bientôt, la jeune femme se retrouva face à une. Enfin un. Heu. Un truc. Rose, cotonneux, avec de grands yeux en bouton et des sourcils en paillettes tout à fait froncés. Le. Hm. La « chose », se jeta sur Tamago, la chargea sur son dos pour une obscure raison et... détala avec.

La suite reste un mystère, mais une chose est sûre : le calme semble revenu sur le lac. La question est : Pour combien de temps ?
Pas beaucoup. Assurément.
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum