Le Deal du moment :
Forfait Sosh Série limitée : 40 Go pour ...
Voir le deal
9.99 €

Théologie esquisséenne

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Sam 4 Juil - 15:29
     Ce matin, Amundsen était bien embêté. Avide de savoir, toujours en quête de connaissance, il s’était dit, après une recherche infructueuse de traces écrites de ce qu’il convoitait : « J’irai au cinquième étage. » Certes, rien ne lui indiquait qu’il y aurait dans ce lieu les réponses à ses questions, Après tout, le troisième tome des Tribulations vestimentaires d’un collègue cyantifique à lui, ayant livré quelque témoignage crucial sur les écosystèmes des futalpages, pouvaient tout aussi bien avoir été perdu. Toutefois, c’était une hypothèse bien peu probable. Par qui l’aurait-il été ? Il n’avait pas été emprunté et jamais rendu ; aucune trace de ce genre dans les registres des rats de bibliothèque. Ces rongeurs étaient sourcilleux de leurs livres comme quelque dragon de son or, mais moins de leur classement. Il était bien possible que L’ascension du Kilébomonchapo ait été rangé par inadvertance dans ce cinquième étage défendu. En tout cas, il fallait qu’Amundsen vérifie.
     Hélas, toutes ses ruses pour échapper à la vigilance des rats de bibliothèque s’étaient avérées infructueuses. Bien que minuscules, ces rongeurs s’avéraient d’impitoyables gardiens, à qui rien n’échappait. Il faudrait une ruse, un stratagème.
     Alors qu’Amundsen était sorti pour manger une villoiserie, c’est qu’on était à l’heure du goûter, assis sur les marches de la bibliothèque, il regardait les passants avec un œil distrait, songeant à l’élaboration d’un plan d’attaque. Dans tous ses scénarios, il lui manquait quelque chose. Et au hasard d’un regard lancé d’un côté de la rue plutôt que de l’autre, l’explorateur aperçut l’élément qui allait le sortir d’affaire. Ne voulant pas perdre un instant, il se leva, rangea son en-cas dans une poche, et se dirigea d’un air décidé vers ce qui était sans nul doute sa clef pour le cinquième.
     « Bonjour, monsieur le félin. »
     Ayant l’œil, Amundsen devina qu’il conversait avec un Dessinateur. Tant mieux : il aimait tant employer ces gens, bien moins sujets à demander le pourquoi de la mission qu’on leur proposait que ses collègues cyantifiques.
     « C’est Dieu qui vous a mis sur ma route, je le crois. Figurez-vous que j’aurais besoin de quelqu’un comme vous pour quelque projet pouvant apporter gros… à la connaissance générale sur l’Esquisse, et autres choses. »
     En revanche, les Dessinateurs étaient souvent peu préoccupés par la cyance, il fallait donc les appâter avec des récompenses plus tangibles… Peut-être justement de la pâtée, dans le cas de ce félidé ?
     « Je m’appelle Amundsen, cyantifique et explorateur. Voudriez-vous que nous en discutions autour d’une bonne tasse de T ? »
     Boisson typiquement esquisséenne ; à base d’O et d’un G de D, se buvant dans un vers. À l’origine spécialité des bars espace, son succès fit qu’on pouvait alors la trouver un peu partout.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Lun 6 Juil - 14:47

Ce ne faisait pas longtemps qu’Alix avait réussi à s’exfiltrer des monts vêtus, autrement nommés par ce dernier « de début du cauchemar », pour arriver en ville.

   Ce n’est pas dans mes habitudes de me plaindre, mais pourquoi m’a-t-on transporté dans une peinture de Bosch ? J’ai l’impression d’être une petite souris (un chat en fait) qui doit se frayer un chemin au travers milles et une aberration titanesque. Rien contre vous cher homme ampoule ou vous madame chevauchant ce ver excavateur géant ou, ou… Je ne saurais même pas te décrire toi ! Tout ça pour dire que bien que je me sois trompé en affirmant que ce monde soit constitué uniquement de vêtement, je ne suis pas pour autant rassuré de voir ce qu’il abrite d’autre, surtout vu ma petite taille.

Tant que l’on est à parler de taille, l’homme qui se rapproche de moi en ce moment m’a l’air VRAIMENT grand, dans le genre massif, que l’on préfère éviter à la base. Mes oreilles se couchent malgré moi et j’essaie de continuer ma route le plus légèrement possible. Peut-être se dirigeait-il vers quelqu’un d’autre que je n’ai pas vu ?

« Bonjour, monsieur le félin »

C’est fou comme une simple phrase, aussi petite soit-elle, peut parfois briser tous nos espoirs les plus fous. Et bien que je connaisse ma condition, il m’est toujours aussi difficile de supporter que l’on m’appelle ainsi. Je ne peux malheureusement pas lui en vouloir pour ça. Je devrais plutôt garder cette rancœur pour celui qui m’a amené ici.

« C’est Dieu qui vous a mis sur ma route, je le crois. Figurez-vous que j’aurais besoin de quelqu’un comme vous pour quelque projet pouvant apporter gros… à la connaissance générale sur l’Esquisse, et autres choses. »

De mieux en mieux, d’un autre côté je n’ai vraiment pas envie de m’énerver contre cet ours. Par contre, connaissance ? J’avoue que si c’était un appât, il est bien choisi. Je ne suis arrivé ici qu’hier et il est vrai que je pèche par mon manque de savoir. (J’ai bien essayé de discuter avec un poteau indicateur à l’entrée de la ville, j’ai juste, encore, réussi à paraître stupide.) Si cette personne est un chercheur, par mes moustaches, je pourrais peut-être enfin comprendre où je suis et comment sortir d’ici. De plus, le petit supplément pourrait s’avérer intéressant.

« Je m’appelle Amundsen, cyantifique et explorateur. Voudriez-vous que nous en discutions autour d’une bonne tasse de T ? »

Du thé ? Oh dénommé Amundsen, je suis ton homme/ton chat. Je ne pensais jamais retrouver de cette boisson ici-bas. Par contre, je ne l’aime pas assez pour accepter ton offre sans que tu m’en parles d’abord. De plus, c’est un scientifique. J’avoue que rencontrer un collègue me fait plaisir. Et l’écouter sera de toute façon plus intéressant que de voyager dans cette ville au petit bonheur la chance.

« Bien le bonjour cher confrère. Je suis intéressé par ce que vous me proposez, mais je ne peux vous promettre d’accepter votre offre. Je serais fort curieux que vous me parliez de votre projet et de ce que vous appelez “l’Esquisse”. Je ne suis arrivé que récemment, il me manque donc beaucoup de notions qui doivent vous paraître élémentaires dans ce monde. Le faire autour d’une tasse de thé me paraît d’ailleurs être fort approprié. Mais je manque à toutes les politesses, je me nomme Alix Anastase. Ravis de faire votre connaissance, monsieur Amundsen.»

J’arrive doux breuvage. La première tasse depuis mon arrivée dans ce monde, quel bonheur.


Dernière édition par Eyerim le Lun 20 Juil - 14:30, édité 1 fois
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 12 Juil - 17:26
     « Très bien ! Suivez-moi, je connais une bonne adresse non loin d’ici. »
     Sous la conduite d’Amundsen, ils entrèrent dans un bar espace. Petit établissement, à la décoration simple et humble, doté d’une dizaine de tables, ou plutôt, de touches. Constatant l’arrivée de deux clients dans son débit de boisson, et de la taille de l’un d’eux, la gérante alla chercher un rehausseur.
     « Tenez, vous serez plus à l’aise. Qu’est-ce que ce sera pour vous ?
     – Vous savez ce que je prends, et mon ami est un nouvel arrivant. Je sais que vous savez y faire dans ces cas-là. Je vous demande juste de les faire pas trop bavards.
     – Très bien. Ce sera deux T, un sans N et l’autre coupé à la H. »
     Et sur ces paroles et un sourire entendu à l’attention de son client régulier, elle partit en arrière-boutique.
     « Alors, monsieur Anastase, je vais vous faire un exposé. L’Esquisse, c’est le monde dans lequel nous sommes. Nous le nommons ainsi, pour une raison que je vous laisse découvrir par vous-même. Vous êtes ce qu’on appelle un Dessinateur, sans lien avec vos compétences pour le dessin. C’est le gentilé générique. Je suis moi-même un cyantifique ; c-y-a-n. Autre facétie lexicale, loin d’être la seule. Mon occupation principale est d’étudier ce monde, ses propriétés, sa nature… Ou en ce qui me concerne, sa géographie. Nous autres cyantifiques choisissons comme nouveau nom celui d’un grand savant, pour nous reconnaître entre nous.
     – Vos T !
     – Ah, merci. »
     On déposa devant Alix une tasse. De même qu’il était assis sur une grosse dalle blanche avec marqué « R » dessus, elle-même sur une plus grosse encore où était inscrit « . : », et que sur leur table était noté « + = } », voilà qu’on lui présentait ce qui ressemblait fort à une haute touche évidée et munie d’une poignée. On pouvait même deviner l’attache qui devait la relier au clavier, en forme de croix, au fond. Et à l’intérieur, un liquide d’un bleu très clair, avec une petite bouche. Dès que la tasse toucha la table, celle-ci s’ouvrit, et se mit à déclamer, à voix basse :
La Judée asservie, et ses remparts fumants,
De cette noble ardeur éternels monuments,
Me répondaient assez que votre grand courage
Ne voudrait pas, Seigneur, détruire son ouvrage,
Et qu'un héros vainqueur de tant de nations
Saurait bien, tôt ou tard, vaincre ses passions.

     Et celle d’Amundsen, plutôt verte sombre, de répondre :
Ah ! Que sous de beaux noms cette gloire est cruelle !
Combien mes tristes yeux la trouveraient plus belle,
S'il ne fallait encor qu'affronter le trépas !
Que dis-je ? Cette ardeur que j'ai pour ses appas,
Bérénice en mon sein l'a jadis allumée…

     « Ne vous laissez pas distraire. Je disais donc, étant en quête de savoir, je voulais obtenir un certain ouvrage dans la bibliothèque que vous voyez là, dans la rue d’en face. Or, je suppute qu’il est à un étage dont les rats de bibliothèque qui la gardent maintiennent l’accès défendu… Je ne pense pas avoir besoin de vous expliquer plus en quoi votre aide me serait utile. »
     Amundsen conclut en buvant une gorgée, qui fut prit d’une envolée lyrique. Là où le texte était récité assez platement, alors que le liquide diminuait, sa voix se faisait plus poignante.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Lun 20 Juil - 14:28


Il ne s’est pas passé beaucoup de choses depuis que je suis rentré dans ce bar (espace si vous y tenez), mais déjà je sens que mon cerveau cherche à s’enfuir loin d’ici, de ces tourments et de ce monde en général. Heureusement pour moi, il semblerait que cette expression ne veille pas à s’imposer en tant que réalité.

Du coup, je suis arrivé dans un monde appelé Esquisse et je ne suis pas la seule personne à venir de la Terre. On appelle ces gens dessinateurs et, à observer cet homme, il semblerait que certains aient totalement accepté de vivre ici. On va dire que je classe cette information dans les nouvelles mitigées : je ne suis pas tout seul, mais est-ce un bien ? Il semblerait aussi que des « Cyantifiques » vivent ici et cherchent à comprendre comment fonctionne ce monde. Si seulement sa description avait pu s’arrêter là. Ils changent de nom ? Pas possible. Notre nom est une partie de notre identité, de notre vie d’avant. L’abandonner revient à laisser notre passé tomber dans l’oubli et accepter un nouveau départ. Mais un nouveau départ ici ? Comment peut-on seulement le considérer ? Bien que j’aie besoin d’informations, je refuse de les rejoindre si ça implique de tels sacrifices. Leur soif de savoir pourrait cependant s’avérer utile. Il faudra cependant que je fasse preuve de la plus grande prudence en leur présence.

« Vos T ! »

Ah enfin ! Voici qui coupe court à mes pensées. Je vais enfin boire ce doux breuvage…

Horreur. J’avais demandé un thé moi, pas une tasse savante. Je veux du t-h-é moi pas que tu me récites une pièce de théâtre. Je sais bien que certains sont faits à base de Racine, mais il ne fallait pas prendre ça au pied de la lettre. Je veux bien accepter beaucoup de choses, mais là, c’est grave. On ne me promet pas un bon moment pour me l’arracher d’une telle manière.

Et s’il n’y avait pas de quoi faire de thé dans ce monde ?

Excusez-moi ce moment d’absence, je viens d’avoir une vision d’apocalypse.

« Ouvrage… bibliothèque… étage… défendu… aide… utile »

On s’en fiche de tes bouquins Mastodonte, un problème plus grave vient d’apparaître, qu’est-ce que je vais faire sans thé moi ? Il m’en faut absolument ! Attend, il a dit qu’il était cartographe non ? Et s’il connaissait un endroit où il en pousse ? Toi qui m’as attiré dans ce guet-apens, je ne t’apprécie pas, mais il semblerait que j’ai besoin de ton aide et toi de la mienne. J’accepte donc de te considérer comme un partenaire, pour le moment.

Bon, avant de lui répondre, il faut quand même que je goûte à cette chose.

Cette boisson n’est pas mauvaise en soi, un goût assez doux en somme qui me rappelle un peu celui des infusions ou des jus de fruits (en moins sucré). Par contre, j’apprécierais ne pas sentir les lèvres de cette bouche contre mes babines. C’est un tantinet désagréable

« Monsieur Amundsen, il semblerait que si je puis vous être utile, l’inverse n’en est pas moins vrai. Il semblerait que j’ai été attiré ici à la promesse d’une tasse de thé, t-h-é et bien que cette boisson est loin d’être mauvaise, rien ne satisfait mieux mon palais qu’une tasse de rooibos dégustée au coin du feu. Je suis donc disposé à vous aider, mais en échange j’aimerais pouvoir compter sur votre aide de cartographe pour trouver de quoi m’en préparer. Nous pourrions même continuer notre discussion au sujet de l’Esquisse sur le chemin. Cet accord vous conviendrait-il ? »

J’aurais peut-être mieux fait de lui demander son plan avant de lui proposer ça moi.
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Sam 1 Aoû - 11:59
     Amundsen se gratta la tête. Pour une raison qu’il ignorait, nombreux étaient les Dessinateurs à avoir cherché cette plante en arrivant dans l’Esquisse. Étrange sens des priorités, ou même des préoccupations, mais qui était-il pour juger. Quoi qu’il en était, il avait réussi à conclure un accord, et c’était là tout ce dont il avait besoin.
     « Oh, oui, je devrais être capable de vous renseigner. Voyons… Tout dépend de si vous recherchez le goût, l’aspect ou le caractère liquide du thé. On assiste régulièrement à des migrations d’asthérisques, par exemple. On capture ces volatiles en lisant des scolies à voix haute, pour les attirer. Leur lieu de nidification n’est pas tout à fait à côté, mais je peux vous y emmener. Je n’ai jamais goûté le liquide qu’on produit avec, mais ce doit être proche de ce que vous cherchez. »
     En fait, il ne savait plus vraiment si ledit liquide servait de boisson ou d’encre. Aucune importance, si cela ne convenait pas au félin, Amundsen chercherait autre chose.
     « Enfin bref, mon plan. Je pense que vous avez remarqué que vous êtes un chat, monsieur Anastase. Les chats terrifient les souris, rats et rongeurs en général. Curieusement plus que les humains, d’ailleurs. Sans doute parce que lesdits rongeurs peuvent engager des poursuites judiciaires contre quelqu’un qui les agresserait, mais qu’amener un animal à un tribunal est impossible… Vous voyez ce bâtiment, de l’autre côté de la rue ? C’est la Bibliothèque. Elle est gardée par des rats… de bibliothèque, oui. Or, ceux-ci interdisent l’accès au troisième étage, là où devrait se trouver un ouvrage que je cherche, probablement. Mm… Il faudrait donc que vous effrayez ses gardiens pour que je puisse passer. »
     Cela allait impliquer de devoir se promener nu, à quatre pattes et de feuler sur lesdits rats, probablement quelque chose qu’un Dessinateur aussi distingué refuserait de faire en temps normal. Mais hé, boire du thé a ce prix, apparemment.
     Amundsen prit d’ailleurs une gorgée de sa boisson. Fraîchement chaude comme il l’aimait.


Dernière édition par Stilgar le Lun 10 Aoû - 18:25, édité 1 fois


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Ven 7 Aoû - 18:26


Et bien, il semblerait que mon problème de thé soit résolu. Enfin, je dis ça, mais je ne suis pas convaincu de la méthode qu’il me propose. D’un autre côté, ça rentre dans la lignée des idées qui ont menée à ce bar espace. Je vais donc attendre de voir ce que cela va donner et si j’éprouve des doutes, je ne me gênerais pas de lui demander autre chose. En attendant, il va falloir que je règle ma part du contrat.

La méthode qu’il envisage ne semble pas vraiment tenir compte de ma pudeur ou de ma dignité au passage. Je vais donc devoir lui expliquer, non plus par mes mots, mais par mes actes que je refuse ma situation et que, quoi que l’on me propose, je ne suis pas disposé à laisser s’envoler mon humanité. J’ai d’ailleurs déjà quelques idées pour le lui prouver qui me trottent en tête.

« Il semblerait que rien de cela ne soit en dehors de mes compétences. J’aurais par contrée besoin d’un peu de temps et de quelques informations pour pouvoir me préparer. Que ce soit pour la bibliothèque ou aller à la recherche de ces astérisques.

J’aimerais en premier lieu vous demander si vous ne connaîtrez pas un endroit où trouver de l’herbe à chat ou assimilé. J’aurais besoin de parler aux habitués de l’endroit. Si vous connaissez un bar à chat, cela me convient aussi. Je précise, mais je parle d’un lieu où vivent des chats et non pas où on en… ils sont… ils ne sont pas les… Vous m’avez compris. Un bar à chat comme sur la terre en somme. Si vous avez déjà rencontré un petit être sachant produire une lumière continue, je suis aussi preneur. Un joueur de flûte assez talentueux fera aussi l’affaire tant que l’on y est.

Mais abrégeons, je me posais la question, est-ce que cette bibliothèque est ouverte durant la nuit ou cela n’a pas vraiment de sens au vu de l’aléatoire qui règne ici ? Si oui, je vous proposerais bien de nous retrouver quand cette dernière sera tombée. Sinon, demain dans la matinée. Je pense que cela me laissera le temps de me préparer. Si cette méthode de calcul des durées ne convient pas à ce monde, je suis aussi preneur de toute autre proposition qui m’offrirait un temps similaire si nous nous trouvions sur terre.

J’aimerais aussi vous poser quelques questions sur le fonctionnement de ce monde. Plus précisément, je me demande où je pourrais loger ou manger et ce qui fait office de monnaie ici. Le troc peut-être ?

Si tout cela vous convient, je vous salue et vous dis à tout à l’heure, cher confrère »


Dernière édition par Eyerim le Dim 7 Fév - 23:25, édité 1 fois
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Jeu 20 Aoû - 14:51
     Si Amundsen voyait à peu près à quoi ressemblait de l’herbe à chat, il n’avait en revanche aucune idée de ce que pouvait bien être un bar destiné à de tels animaux. Ce n’était pas le genre de commerce qu’on pouvait trouver aisément à Bagdad, et eût-il existé un seul d’entre eux dans tout l’Irak, Amundsen ne l’aurait sûrement pas fréquenté. Le reste de ses demandes n’était pas moins saugrenu, mais, paradoxe propre à l’Esquisse, cela les rendait plus aisées à remplir. Pour ce qui était du petit être lumineux, Amundsen pourrait lui confier A-DEL-e, son lumigot de compagnie : gastéropode placide, de la taille d’une tête de souris, plutôt affectueux, et étant un éclairage de qualité supérieure. Pour ce qui était du flûtiste, en revanche, il n’avait aucune idée.
     « Hé bien, monsieur Anastase, je crains de ne pas pouvoir remplir toutes vos attentes, mais je connais des gens qui le pourront. Pour ce qui est du logis, de la monnaie ou de que sais-je, je vous conseille d’aller à l’Hôtel. Sortez, prenez la première à droite, puis, euh... La deuxième à gauche, et continuez tout droit jusqu’au plus grand bâtiment que vous verrez. Demandez à voir Sydonia. Elle sait tout ce qu’il y a à savoir sur la Ville. »
     Pour ce qui était de la suite des opérations, Amundsen se massa le menton.
     « Les jours sont en effet aléatoires, il serait imprudent de compter sur le couvert de la nuit pour opérer, celle-ci pouvant se lever avant même que nous ne commencions… En revanche, il pourrait être préférable d’agir en période d’affluence. La foule masquera nos mouvements. Tenez. »
     Amundsen sortit de sa poche un étrange appareil en verre opaque, à huit bulbes, un peu comme si on avait combiné trois sabliers en les reliant par leur goulot central. Il actionna quelques minuscules molettes, et une petite lumière apparut au centre de l’appareil.
     « Prenez ceci, c’est un éclablier. Cela peut vous paraître bien compliqué comme machine pour quelque chose qui n’est en fin de compte qu’un bête minuteur, mais hé, il n’était pas cher. Je l’ai réglé sur douze heures. Quand il sera intégralement brillant, c’est qu’il sera l’heure. Venez me rejoindre devant l’entrée de la bibliothèque pour que nous puissions commencer. »

     Douze heures plus tard, Amundsen attendait son confrère devant ce qui allait devenir leur lieu du crime. Entre temps, la nuit était tombée déjà deux fois, et on était dans ce qui s’apparentait à un début de matinée, dont la nuit précédente n’aurait duré que dix minutes. Se croisaient donc dans les rues ceux qui allaient au travail, ceux qui en revenaient, ceux qui éteignaient leurs lumières et fermaient les rideaux de leur appartements, ceux qui les ouvraient en un bâillement, ceux qui prenaient leur petit-déjeuner, leur collation de onze heures, leur déjeuner, leur goûter, leur thé, leur dîner ou leur fringale du milieu de la nuit, et tous ceux qui étaient entre deux repas. Comme à l’accoutumée dans l’Esquisse, en somme, où se côtoyaient des gens ayant hérité de la Terre des fuseaux horaires différents, ceux n’en connaissant aucun, ceux n’en suivant aucun et ceux tentant de s’adapter à celui de l’Esquisse – par exemple, tous ceux pour qui la photosynthèse représentait la base de leur alimentation.
     Pour l’occasion, Amundsen avais pris un sac contenant, entre autres, une tenue confectionnée par ses soins pendant ces douze heures : pouvant recouvrir intégralement le corps d’un chat des pieds à la tête à la queue, elle imitait le pelage noir d’un félin. De quoi passer inaperçu et masquer la nudité d’Alix, qui semblait en faire grand cas – même un aveugle aurait pu le lire sur son visage.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Lun 31 Aoû - 11:36


Il semblerait que je sois paré pour l’aventure. Entendons-nous bien, je n’ai pas spécialement envie de mettre ma vie en danger ou d’explorer ce monde dérangé, mais il me semble que cela soit préférable à rester ici à siroter du T à longueur de journée dans une oisiveté plus que nocive.

Du coup, après douze heures, me voici fin prêt : quelques heures de sommeil, une bouteille d’O qualité H2, une besac filée main (besace pouvant servir de filet à papillons si besoin), des rations de vie, une corps-verture, une paillasse sans son, du matériel d’écriture (fourni avec des lu-nettes) et le clou du spectacle, un biscours, une sorte de coquillage capable de rediffuser les sons qu’il a déjà entendus. Celui-ci est de malheureusement de mauvaise qualité et il ne peut mémoriser que quelques secondes. Largement suffisant.

C’est donc avec un magnifique enregistrement et un peu d’équipement que je me rendis au rendez-vous dans le frais de la matinée. Quand j’aurais fini mon travail ici, j’y resterais bien encore un peu pour me renseigner sur ce monde. Enfin, tout dépend des plans de ce cher Amundsen évidemment. Et quand un parle du loup, il semblerait qu’il soit arrivé un peu à l’avance.

« Bien le bonjour, Monsieur, il semblerait que vous soyez ponctuel. Merci pour le minuteur au passage, compter les nuits n’aurait effectivement pas servi à grand-chose ici. Il faudrait que vous m’indiquiez où vous avez trouvé un objet si pratique. Mais je vous propose d’en discuter plus tard. La lumière de la matinée est idéale pour mon plan et j’aimerais en profiter le plus possible. Vous avez toujours votre amie A-DEL-e n’est-ce pas ? »

Après cette discussion, je me dirige vers l’entrée de la bibliothèque après avoir enlevé mon chapeau et tapé mes chaussures contre la volée de marche menant à l’édifice.


Dernière édition par Eyerim le Dim 7 Fév - 23:25, édité 1 fois
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Lun 7 Sep - 3:45
     « Oh, mais bien sûr. Attendez, elle doit être quelque part par là… Viens ici, petite… Voilà, tenez. »
     Et il lui remit le lumigot. Celle-ci sembla bailler, pour autant qu’un animal dépourvu de bouche peut bailler. En tout cas, en arrivant sur la pattoune d’Alix, elle sortit de sa coquille et s’étira, ce qui était le signe clair que la matinée venait à peine de commencer pour le placide gastéropode.
     « Tenez, j’ai quelque chose d’autre pour vous. »
     Amundsen lui tendit la tenue qu’il avait tricoté.
     « Une fois à l’intérieur, changez-vous avec ceci et préparez vos outils de cambrioleur…  Voilà le plan : l’escalier est gardé par deux rats. Un petit, qui tiendrait dans votre bouche, et un autre, bien plus massif, de la taille d’un être humain. C’est le petit le cerveau, et d’ailleurs, il est toujours sur l’épaule du grand, qui lui est bête comme une chaise. Pendant que je les distrairai, trouvez un moyen d’échapper à leur surveillance pour passer de l’autre côté. Ah, et tenez, mon dernier présent. »
     Un émetteur-récepteur mobile. Gros, certes, tellement qu’Amundsen l’avait équipé de petites lanières pour qu’Alix puisse le porter en sac à dos. Celui-ci tenait d’ailleurs l’autre.
     « Je le règle à la fréquence n°3. Dès que vous serez à l’étage, contactez-moi. Je serais dehors et ferai en sorte de vous guider à distance et d’assurer vos arrières. Que Dieu nous protège, cher compagnon ! »


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Dim 7 Fév - 23:19


Après m’être équipé de l’émetteur, pris avec un certain sang froid la tenue et avoir mit A-DEL-e en sécurité dans une des poches de mon costume, je me retourne vers mon camarade. Quand il faut y allez, il faut y aller.

« Merci monsieur Amudsen, je prendrais grand soin d’A-DEL-e et du matériel que vous me prêtez. Je ne pense pas que retrouver l’ouvrage que vous recherchez sera une partie de plaisir, mais je trouverais.  Et bonne chance à vous aussi pour la diversion.»

C’est le début de l’épopée du thé Alix. Reste concentré et tout se passera bien. Tu ouvriras des routes du thé, des salons de thé, des plantations de thé et tu pourras en boire tout ton saoul. Alors, du nerf que diable !

La bibliothèque de la ville est un bâtiment en pierre dans le style des vielles universités européennes, une porte imposante surélevée par une volée de marches s’évasant plus il descend ; de hautes fenêtre qui, avec les colonnes et d’autres détailles, peignent les murs du bâtiment ; son toi de tuiles bleutée ; les trois tours trapues qui s’en élèvent ; ses ailes qui semblent protéger le bâtiment principale et les savoirs qu’il renferme. Chose étrange depuis le début de ces péripéties, mais, plus je m’approche de ce bâtiment, plus je me sens de retours chez moi.

Il est difficile d’expliquer cette sensation, c’est un peu comme si je connaissais déjà ce que je trouverais à l’intérieurs de cet édifice. La porte s’ouvre et l’air chaud est sec de l’intérieur me souffle au museau. Une petit porte au passage, la grande qui constituait l’entrée est en fait constitué d’une multitude de plus petite imbriquées les unes dans les autres que les clients peuvent emprunter en fonction de leur gabarit. Il semblerait que des rats comprennent bien ce problème de taille. Amudsen et moi nous retrouvons alors dans un grand hall duquel s’élèvent quelques comptoirs et un escalier à marches graduées qui semble monter jusqu’au 4ème. Je remarque aussi à un mur une carte de l’endroit qui semble avoir été effacée et réécrite de nombreuses fois. On peut y lire des noms comme, « l’astre au lab », « Cyance et philosophie », « Rêverie » J’avoue avoir une subite envie de me rendre à la section « Souvenir » mais ce sera pour une prochaine fois.

Pour ce qui est de la bibliothèque en tant que tel, elle me fait presque regretter de ne pas pouvoir en profiter tout de suite : de grandes étagères s’envolent jusqu’au plafond et regroupent des ouvrages des plus varié, des livres loupes aux ouvrages titanesques, des couvertures les plus simples aux plus détaillés, des titre les plus simples, comme « bonjours » aux plus compliqués. Si l’on se perd assez longtemps dans ces raillons, je suis sûr qu’il y aurait moyen de se demander si elle n’est pas infinie au final. Et tant que l’on parle des étagères, je tiens à préciser qu’elles sont assez bien pensées : du système d’échelle, de treuil (et de chariots) pour les plus petit et de loupe pour les autres, aux ardoises évitant de devoir vérifier leur contenus livre à livre. Je trouve les rats qui gèrent cet endroit de plus en plus méticuleux. Ça ne m’étonnerait pas au passage qu’ils changent l’arrangement des livres assez fréquemment au vu des ratures sur l’ardoise que j’observe.

Un léger raclement de gorge de la part de mon comparse me ramène à la réalité : Je ne suis pas là pour ça. , je ne suis ici dans un but bien précis, bien que je meure d’envie de me perdre juste maintenant.

C’est donc sur cette remarque que je me mets à gravir ces escaliers après être passé à côté du bureau des informations où un petit rat s’occupe de renseigner un géant à grand coup de mégaphone.

C’est arrivé au 4ème que je vois notre premier obstacle. L’escalier que nous empruntions jusqu’alors mon compagnon et moi ne monte pas plus haut et celui un peu plus loin (en bois, menant à une porte de la taille d’un homme) est gardée par deux rat que je nommerais arbitrairement Kronk (le grand à l’air un peu benêt) et Yzma (le petit qui ressemble plus à une boule de haine qu’autre chose).

« Non, tu ne peux pas aller au toilette maintenant idiot, tu dois garder la porte. Tu as oublié ? »

« Mais, je dois faire pipi chef et ça fait longtemps qu' j'suis là en plus. »

« Non, ça ne fait que vingt minute sale fainéant, au moins, comme ça tu penseras peut être à le faire avant la prochaine fois. »

« Mais, j'ai fait avant !»

« Non,… »

Pendant que l’on se rapproche du duo, je tire sur le pantalon d’Amudsen pour attirer son attention.

« Je pense que j’ai un plan pour nous débarrasser du plus grand. J’aurais juste besoin que vous vous occupiez du d’occuper le plus petit. Je dirais…  dix minutes, peut être moins ? Cela devrait être suffisantes pour l’incapaciter. »

Sur ces paroles, j’active mon émetteur-récepteur et met le son à fond pour rendre bien distinct le grésillement spécifique de ce genre d’appareil.
« pschhhhhhhh… »

Si avec ça il ne quitte pas son poste pour un petit aller-retours toilette, je comprends plus rien. Le tout, c’est d’empêcher le Yzma d’enquêter jusqu’à là.

Je m’arrête donc à l’abri d’une bibliothèque proche de l’escalier et laisse la suite des opérations à mon compagnon. (J’en profite évidement pour y prendre un livre «Le retour de l’ordre». Je me demande si ce n’est pas une histoire apocalyptique par ici.)

Au moins, s’ils ne m’on pas vu, je pourrais toujours feindre l’innocence si je suis prit la main dans le sac…
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 21 Fév - 0:35
     Il est toujours assez plaisant d’être avec un Dessinateur quand il découvre quelque chose pour la première fois. Amundsen, étant cyantifique et dans l’Esquisse depuis bien plus longtemps qu’Alix, avait fini par considérer ce monde comme sa seule réalité et normalité. Qui ne saurait s’extasier devant le prodigieux amoncellements de savoir de cette bibliothèque. Si Amundsen ne préférait pas la vie au grand air et explorer le grand livre de la création de Dieu, dont les plaines sont les pages, les forêts les caractères, les rivières les interlignes et les montagnes la ponctuation, il y a fort à parier qu’il aurait passé un temps bien plus considérable dans ce bâtiment.
     Mais le temps de la contemplation sera pour une autre fois. Alix aura une vie entière – ou même neuf – pour cela. Leur objectif était en vue : Minus et Cortex, George et Lennie, G.W Bush et Dick Cheney. Amundsen écouta le plan de son compagnon. Astucieux. Voilà bien pourquoi il aimait tant travailler avec des Dessinateurs : leur désintérêt pour la cyance les dotait d’un pragmatisme redoutablement affûté, même pour les plus rêveurs. Bien de ses confrères le regrettaient, mais Amundsen se félicitait toujours de la présence d’exécutants indépendants et déterminés comme Carmen, Millie ou Alix. Il faudrait faire se rencontrer les deux, d’ailleurs, voilà qui serait amusant.
     Amundsen se dirigea donc vers le petit. Il portait sur lui un sifflet énorme et au moindre geste de sa part, il aurait pu rameuter d’autres rats et faire dégénérer la situation. Heureusement, le cyantifique avait exactement de genre de discussion qui le maintiendrait concentré.
     « Ah, bonjour cher monsieur, je suis ravi de vous rencontrer. Figurez-vous que j’avais une question sur le formulaire d’emprunt… »
     L’idée même de faire de l’administratif aurait suffi à rendre Amundsen malade. C’était sans doute pour ça qu’il l’employait à présent.
     « … Et vous dites que le service des acquisitions aurait dû s’en charger ? Mais on m’a dit au SRR que si j’avais le BCO-9…
     – Ah oui mais non ! C’est parce que vous êtes passé par le guichet 2 mon cher monsieur. Vous demanderez mon collègue aux archives, il vous dira que c’est bien une affaire du sous-secrétariat aux affaires courantes…
     – Même pour un Sigi-45 ? Parce que dans la circulaire du… »
     Passons ce moment navrant où Amundsen inventait au fur et à mesure pendant qu’Alix se faufilait. Le cyantifique n’attendait plus qu’une chose : le signal de son compère qu’il avait réussi à passer.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Ven 26 Fév - 22:13


C’est le son de pas pressées qui me sortent de ma rêverie. Le pachyderme qui servait de gardien vient de quitter son poste en accomplissant l’exploit de ne pas attirer l’attention d’Ysma malgré son boucan. Et… vu les maigres pages que je viens de lire, il semblerait qu’il soit dans les temps présupposés. Il est donc temps pour moi de ranger mon livre et de prier que le mastodonte se perde sur le chemin du retour. Rien que l’imaginer à l’accueil entrain de demander son chemin m’arrache un sourire amusé.

« Ne serait-il pas plus aisé de demander directement au bureau de Rat-patriement, parce que… »

Il y a des moments où, sans même comprendre les mots prononcé,  on comprend le danger qui nous guète. Note mentale pour plus tard : Si un jour je commence à parler administratif avec mon comparse, embaucher un spécialiste.

C’est rassuré par la qualité du travail d’Amundsen (et la concentration du rat) que je monte les marches de l’escalier. Le vieux bois menace de grincer à chaque uns de mes mouvements, mais force est de constater que j’arrive en haut sans plus de soucis que cela. De là, je salut mon camarade d’un mouvement de chapeau avant de m’engouffrer par la porte entrouverte vers le cinquième étage. On y est presque !

Peut-on parler de terreur lors ce qu’on se retrouve face à ça ? Je pense. Enfin, je comprends pourquoi l’accès est interdit maintenant.

Je suis face à ce que j’appellerais ma vision de l’enfer de la journée. J’aurais du m’apercevoir qu’il était écrit sur la porte « Ceux qui rentrent ici, jamais ne ressortent ». Comment j’aurais pu m’attendre à ça moi ? Vu les autres étages, je m’attendais à quelque chose de décent, mais là, franchement…
J’attends donc quelques minutes avant d’utiliser mon émetteur.

« Monsieur Amundsen, j’espère que vous avez une bonne carte, car je risque d’en avoir plus que besoins. Pour vous résumer ma situation, je me retrouve face à un labyrinthe semblable à une tanière de rongeur bien que constituée de livre. Si vous voulez mon avis, ce n’est pas la dangerosité d’un livre qui le fait atterrir ici, mais bien le confort que l’on peut en tirer.

À vous. »


Je ne pensais pas utiliser mes rations de vies aussi vite tiens.
Folie d'Esquisse
Messages : 785
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Sam 13 Mar - 23:35
« Bon, écoutez, prenez l’autorisation V9, et allez au service d’authentification des numéros de page. Là-bas, demandez le secrétaire adjoint, montrez-lui l’enveloppe noire, puis demandez le formulaire... »

Amundsen s’était peut-être embourbé dans une toute autre quête, ou du moins dans une discussion intense, mais sa diversion semblait avoir efficacement accaparé toute l’attention du petit rat, qui se frottait la tête pour retrouver la marche à suivre - qui eût cru que les Rats étaient aussi bureaucrates que l’administration française ?

Pendant ce temps, Alix pouvait découvrir plus en détails le paysage qui s’offrait à lui au cinquième étage. Un dédale accueillant de livre et de papier, dans lequel semblaient sommeiller des Rats aux pattes en l’air et au ronflement satisfait. Oreillers, boissons et fromages en libre service étaient aussi de la partie pour maximiser le confort des « usagers », parmi lesquels ne figurait, aucun visiteur étranger.

Mais très vite, le félidé put voir ce qui était vraiment important dans cette pièce. En se frayant un chemin dans cet amoncellement, il tomba museau à museau avec... un gigantesque rat à trois têtes, assoupi sur un monticule d’ouvrages. Aussi grande qu’un cheval, la créature semblait relativement inoffensive tant qu’elle était endormie, mais en serait-il autant si les deux intrépides cherchaient à savoir ce qui se trouvait sous ses pattes ?

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Mar 16 Mar - 16:37
     Une fois le temps jugé nécessaire pour qu’Alix gravisse les escaliers écoulé, Amundsen conclut ses fariboles administratives et remercia le rat de sa coopération. Son gros compère était revenu et se faisait déjà engueuler sèchement pour avoir pris autant de temps. L’émetteur dans sa poche émit un grésillement. Notre cyantifique alla se caler dans un coin à l’écart pour écouter la transmission de son complice.
     Un labyrinthe, voilà qui émoustillait sa curiosité d’explorateur. Y progresser ne devrait pas être difficile en soi : il suffisait de tourner toujours dans la même direction et Alix n’aurait pas besoin de lui pour le savoir. En revanche, le fait que cet étage fût si amène, mise à part son architecture, faisait craindre une toute autre menace à Amundsen. Tout labyrinthe a son minotaure. Et son allié félin ne semblait pas taillé pour le combat, surtout s’il y avait des rats du gabarit de celui gardant l’entrée à l’intérieur. D’un autre côté, Alix avait été recruté justement pour sa capacité innée à faire fuir les rongeurs.
     « Évitez les affrontements autant que possible, mais si jamais c’est inévitable… Cher ami, sauriez-vous feuler ? Cela vous rendrait plus convainquant si vous devez faire fuir un habitant de cet étage. »
     Il fallait aussi penser à un potentiel plan de sauvetage. Amundsen pouvait toujours monter sur le toit de l’immeuble d’en face et utiliser le bon vieux coup du grappin dans la fenêtre pour accéder au cinquième. L’embêtant étant que le bruit du verre brisé plus la vue d’un cyantifique faisant de la tyrolienne alerterait sans doute le service de sécurité de la bibliothèque.
     « Essayez de trouver une fenêtre. Elle vous servira de point de repli. Comment ça se présente à l’intérieur ? À vous. »


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Dim 4 Avr - 13:01


« Vous savez ce que j’aime dans vos projets Monsieur Amundsen ? C’est qu’ils sont tranquilles et sans dangers. Et pour ce qui est de feuler, il semblerait que mes cordes vocales ne soient pas adaptées. »

Piètre mensonge, je sais, mais que voulez vous ? C’est pas demain la veille que je le ferais.

Pour ce qui est de la fenêtre, j’en vois bien plusieurs sur les côtés de la salle dans laquelle je me situe après avoir déambulé dans ce dédale. Ce ne devrait donc pas être trop compliqué de mettre à exécution le plan de mon camarade. C’est plongé dans mes pensées et observation que j’active mon émetteur pour transmettre la bonne nouvelle… avant d’éteindre non sans avoir laissé échappé un miaulement crispé.

Vous savez ce que j’aime dans les plans d’Amundsen ? C’est leur tranquillité et leur sécurité. Surtout quand on se retrouve museau à museau avec la version Warhammer de l’antique Cerbère. Comprenez, déjà que la majorité des gens me dominent de leur taille de géant, je n’apprécie guère quand quelqu’un accomplit cet exploit tout en étant couché. L’halène fétide de la créature m’hérisse les poils et je dois me retenir de ne pas m’évanouir. Pour mon plus grand malheur,  j’aperçois  alors l’exemplaire de « Tribulations vestimentaires » tant recherché par mon compagnon… Sous l’énorme deuxième tête de ce cher Cervus.

C’est d’un bond que je me cache derrière une pille de livre non habitée (il semblerait que les rat ne s’approchent pas trop du mastodonte). Il n’est malheureusement plus question de partir à ce stade. Chaque minutes passée ici me rapproche de ma découverte et je ne peux rentrer bredouille : recommencer de zéro me serait bien trop pénible. Je n’ai plus qu’une solution. Je me déplace vers les différentes fenêtres que je vois et ferme les volets de manière à ne plus laisser passer qu’une faible quantité de lumière ; vérifie les différents abris présents dans la pièce ; les chemins et tunnels qui les relient ; remplis la tenue que m’a donné Amundsen de papier de sorte à la rembourrer et me prépare mentalement pour la suite.

Quand tout fut en place, je sortis le petit ami que m’avait prêté le Cyantifique et chuchotai:

« Bonjour mon grand, il va falloir tout donner maintenant, tu te sens d’attaque ? »
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 11 Avr - 16:03
     Pas adaptées ? Même un humain pourrait feuler ! Ceci dit, est-ce qu’un rat, à l’oreille fine, pourrait faire la différence entre l’imitation d’un feulement et le feulement lui-même ? Dans l’Esquisse, où l’idée de la chose et la chose elle-même sont bien souvent fort différentes, rie n’est moins sûr. Cela aurait valu le coup de faire un essai. Du point de vue théorique. En pratique, tenter le coup aurait eu comme condition préalable pour Alix de dévoiler sa position, ce qui n’aurait pas été très souhaitable, surtout si ledit feulement n’aurait pas été assez convainquant.
     Par contre, il sait miauler. Amundsen fut quelque peu rassuré en entendant ce petit cri plaintif de son compagnon : ses cordes vocales pouvaient bel et bien produire les sons habituels des félidés, il pourrait donc, avec un peu d’entraînement, savoir feuler.
     Puis le cyantifique sortit de ces considérations un instant et se dit qu’en fin de compte, ce n’était pas une information si plaisante que cela que d’entendre son compagnon faire ce son.
     Alors qu’Alix était en train de fermer les fenêtres, Amundsen montait en quatrième vitesse les escaliers d’un immeuble non loin de la bibliothèque et arrivait sur le toit au moment où son compagnon sortait A-DEL-e. Depuis sa position surélevée, il put voir que les fenêtres avaient toutes été fermées. Étrange… Mais il ne fallait pas qu’il appelle le chat maintenant : cela pouvait arriver à un moment inopportun. Sa voix passant par l’émetteur aurait pu trahir Alix.
     L’attente, en revanche, était difficilement supportable. Pour occuper son cerveau, Amundsen vérifia que son grappin était prêt et adressa une silencieuse prière à Dieu.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Mer 14 Juil - 20:52


Il fait sombre.

Après un bon petit somme, je me réveille alerté par mes sens aiguisé. Quelque chose de bizarre est entrain de se passer.

« Hé Rex, réveille-toi fainéant ! »

La tête de gauche, encore à moitié endormie, se redresse les yeux mis clos.

« Ça vaut aussi pour toi Abruti »

« Abruti » fort peu content de l’appellation ne répond que par un grognement dédaigneux, mais se voit forcé de suivre le mouvement tandis que le corps du bestiau se lève.

J’avais dit qu’il faisait sombre, mais ce n’est pas ça. Il y a de la lumière, mais ce n’est pas celle du soleil. Les volets son fermé et il aurait bien du mal à s’infiltrer ici. Non, la lumière que l’on voit est bien plus jaune. Un peu comme si quelqu’un avait allumé une lampe dans notre tan…

« UN CHAT ! » Rex vient de s’écrier tout en nous faisant faire un bond vers la droite. Nos poils se hérissent quand nous apercevons l’ombre rampante de l’animal sur le mur. L’idiot à ma gauche se met même à chicoter de peur.

« Alors, comme ça même le gardien des enfers peut avoir peur. »

La voix semble s’élever de tous les côtés et alors que je cherche son origine je me retrouve museau à museau avec l’ombre de mon interlocuteur qui nous épie depuis le mur dont nous nous sommes rapprochés.

« Bouh »

D’un bond, je nous éloigne de la menace qui disparaît dans un rire alors que la lumière décroît. Rex est sur le point de faire une crise de nerf et agite son museau en tout sens pour trouver le terrifiant intrus. L’abrutis quand à lui semble déjà dépassé par les événements et laisse sa tête ballotter mollement.

Quelques instants passent, tout nos sens aux aguets. Et après cette éternité à écouter ces bruits de grattement et de pilles de livres qui s’écoules, Rex s’écrie :

« Là ! »

Derrière nous vient d’apparaître le chat qui nous surplombe de sa taille de géant… avant de disparaître aussitôt. Il ne faut attendre qu’un battement de paupière pour entendre retentir un applaudissement moqueur retentir tandis qu’une ombre furtive attire notre attention sur le plafond où nous attend plus menaçant que jamais notre ennemi.

« Quelle débandade ! Je n’ai que rarement vu un protecteur aussi peu courageux. Peut être faudrait-il renommer ce pleutre. Que pensez-vous de Rantanplan ? C’est parfaitement à la hauteur de vos ambitions, si vous voulez mon avis. Vous seriez la terreur des mites et des papillons, ennemis ô combien mortel pour les livres. Vous vous occuperiez du ménage et du repassage et laisseriez les voleurs aux grands. Non, ne parlez pas les petits, il semblerait que du lait coule encore de vos babines. Je suis sûr que vous n’avez jamais quitté le confort de ce tapis de livre. Trop pataud que vous êtes. Du pain et des jeux disait l’autre. Vu votre état, il semblerait que vous n’ayez eu que le pain. Ne me tenez pas rancune pour la vérité. Quoi de plus normal pour le gardien du savoir que de la connaître ? Ragez plutôt sur les sournois qui vous ont laissé tomber aussi bas. »

Tout au long de cette tirade l’ombre de rapprochait et grandissait tandis que nous nous enfoncions dans un coin de notre maison.

« Enfin, excusez-moi mais j’ai mieux à faire de mes journées que de jouer avec les marmot. Je vais donc vous laisser méditer sur mes propos et prendre congé. Je vous déconseille de parler de moi aux autres rats, il était d’une facilité déconcertante d’arriver jusqu’ici et j’aimerais ne pas devoir revenir tirer les oreilles de chenapans. Alors je vous le dis aur… »

« Il est tout petit. »

L’imbécile dont la tête pend encore vient de parler, et pour une fois, ses paroles sont pleines de sagesses. Au milieu de la pièce, un chat en costume 3 pièces pas si grand que ça est prêt à mettre les voiles. Il tient entre les mains un livre qui, je me souviens, me servait de coussin et semble fort embarrassé de la remarque des la troisième tête. Derrière lui, un lumigot fait de son mieux pour éclairer la scène.

« C’est empaillé » S’écrie Rex.

Derrière nous, une combinaison de chat remplie de papier gît mollement au sol.

« Trahison !»



Référence de l'image:


Alix: #33ffff
Zeph: #0099ff
Épiphane: #ff00ff

Les cadeaux :

Théologie esquisséenne DWw8vmN
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Mer 14 Juil - 20:58


« Trahison »

Bon, il semblerait que la supercherie soit éventée. Parfois, tout notre travail semble pouvoir s’évaporer en une fraction de secondes. On a beau essayer de le retenir, il s’envole au loin et nous ne pouvons plus alors qu’assister à son départ avec tristesse. Enfin, je parle, je parle, mais quand un molosse d’au moins cent fois mon poids et un tantinet énervé pas mes propos, un peu méchant je l’accorde, se prépare à me sauter dessus, je n’en ai pas vraiment le loisir.

« héhé, et bien il semblerait que mon travail ici soit fini. Ce fut un honneur de vous connaître. Si on vous le demande c’est un certain Justin qui est passé. Bonne journée. »

Sur ces derniers mots, je m’élance vers la fenêtre la plus proche tout en ramassant A-DEL-e au passage. Derrière moi, j’entends les bruits de course de la terreur des lieux et c’est avec l’haleine du rat dans le cou que j’atteins  mon objectif.

Un coup de croc retentis à côté de moi alors  que je réussis à m’accrocher à une des décorations du rebord de fenêtre.

« Reviens sale voleur ! » s’écrie la bête tout en essayant de m’attraper avec l’une de ses pates griffues.

En équilibre précaire, une pate tenant mon butin et l’autre s’agrippant désespérément au bâtiment, j’ai envie de crier à l’aide.


Alix: #33ffff
Zeph: #0099ff
Épiphane: #ff00ff

Les cadeaux :

Théologie esquisséenne DWw8vmN
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 1 Aoû - 0:36
__-Ça remuait à l’intérieur de la bibliothèque. Amundsen se tenait prêt. Son émetteur ouvert, son grappin paré, son regard scrutant les fenêtres, cherchant des yeux le moindre mouvement perceptible qui aurait pu en tant soit peu le renseigner sur ce qui se déroulait derrière ces rideaux à moitié fermés. Il restait concentré sur le point à viser et non sur maintenir la communication avec son partenaire. Amundsen avait bien souvent – bien trop en vérité – été dans cette situation. Si on ne répondait pas, c’était qu’on était mort ou qu’on avait autre chose à faire. Dans les deux cas, nul besoin de déranger la personne par des appels insistants et exagérément répétés.
__-Contact visuel. Alix, A-DEL-e, un livre et une corniche dans les mains. Bien plus qu’il n’en fallait pour les coussinets de son partenaire, qu’Amundsen se devait d’aider avant qu’il ne se vautrasse et de dégringolasse plusieurs étages. Les chats retombent certes toujours sur leurs pattes, mais Alix avait à maintes reprises exprimé son vœu de ne pas être considéré comme tel. Par fierté, il serait capable de mal se réceptionner pour en faire la démonstration. Sans parler du fait que de cette hauteur, il ne s’en sortirait de toute manières pas indemne. Et Alix n’aurait pas non plus la courtoisie d’avoir comme tout bon félin neuf vies.
__-Ah, et il y avait le chien, aussi.
__-Le triple chien, même.
__-Amundsen s’interrogea un bref mais intense moment sur comment réagir. La première idée qui lui vint en tête fut une réactivation de vieux réflexes : il avait dans ses mains un appareil de forme longue, cylindrique, allongée, dotée d’une détente à une extrémité et d’un projectile. Tirer sur le cabot pour ne neutraliser aurait donc été un réflexe naturel. Cela se heurtait néanmoins à trois problèmes majeurs : le premier, bien que puissant, son grappin n’avait certes pas une puissance suffisante pour faire mieux qu’assommer le cerbère. Deuxièmement, celui-ci disposait, passez outre la lapalissade, de trois têtes. En envoyer une d’entre elles dans les vapes serait-il suffisant ? Enfin, cela n’arrangerait pas nécessairement Alix, qui resterait suspendu au toit d’un bâtiment dont la sécurité serait en alerte.
__-Non, mieux valait lui ménager une sortie. Aussi, Amundsen tira son grappin, mais celui-ci se ficha au-dessus de la fenêtre du deuxième étage, soit un mètre sous Alix. Celui-ci n’aurait plus qu’à se laisser tomber et grimper la corde.


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Eyerim
Maximum 30 caractères !
Personnages : Alix
Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2020
Eyerim
Dim 29 Aoû - 12:20


Alors que je m’accroche avec l’énergie du désespoir à la corniche sous les injonctions furieuses du/des rat(s) que j’ai un tantinet énervés, un son me tire de mes pensées noires. Une corde, que dis-je ? Un fil d’Ariane vient de se planter sous mes pieds. Pour être parfaitement exacte, un peu plus bas que mes pieds. Mais qu’à cela ne tienne, que ce soit le CDSAC (comité de soutien aux chats), la league des voleurs gentilshommes, ou plus probablement Amundsen, je le remercie de tout mon cœur.

Mais le temps n’est pas aux palabres internes inutiles, le raffut que produit mon compagnon de balcon va attirer une sécurité plus légère qui n’aura aucun mal, elle, à se glisser jusqu’à moi. C’est donc le cœur battant que j’entame la descente jusqu’à mon salut. Brique par brique, corniche par corniche j’arrive enfin jusqu’au grappin réussissant même à mettre A-DEL-e en sécurité. Mais alors que je commence le début de ma traversée, à plat ventre et livre à la main, je remarque le début d’une agitation fort peu enviable.

Les têtes de cerbère ont laissé place à celles d’une multitude de rats plus petits qui commencent la désescalade tandis que l’un d’entre eux, aidé par deux comparses, commence à hurler dans un mégaphone de sa voix suraigüe.

« Amis chat, il n’est pas trop tard, tu peux revenir, nous ne te ferons aucun mal, promis. Ta vie vaut la peine que tu la préserves, ne fait pas ça, c’est dangereux ! »

C’est ça, c’est ça. Vous ne m’aurez pas avec de belles paroles, dès que j’aurais remis une patte dans la bibliothèque, vous me mettrez le grappin dessus et me séquestrerez jusqu’à la fin des temps.

« Non, ne continue pas, tu vas tomber et tu ne survivra pas à cette hauteur. Ne laisse pas ton instinct félin te dicter ta conduite. La chute n’est pas la solution. »

La chute ? Comme si je voulais y penser, c’est vrai que je suis haut quand même. Le sol est si loin… Attends. C’est quoi ça ? Un drap ? Non, mais je n’en reviens pas ! En bas s’activent une bande de rats pompiers de profession sans doute qui dégagent le bas de la rue dans le cas d’un potentiel suicide alors que les curieux se rassemblent comme pour un spectacle.

« La performance n’en vaut pas la chandelle. Quoi qui t’ai poussé à en venir à cette extrémité, nous pouvons en parler. Ce n’est pas un mal de chercher de l’aide quand on en a besoin. De gens comme toi, il y en a d’autres. Tu ne seras pas le premier dessinateur à te dire que le chemin du retour n’est qu’à un saut. Laisse-moi te le dire, il ne l’est pas. Reviens, persévérer en vaut la peine ! »

Si je n’étais pas couvert de poils, je serais rouge de honte. Mais bien qu’ils ne s’adressent pas exactement à la bonne cible, les mots du rat ont réveillé une peur en moi et je m’arrête, indécis. D’un côté le risque d’une chute douloureuse, mais une opportunité de rechercher du thé, de l’autre, la sécurité d’un sol stable, des oreilles attentives et possiblement un chocolat chaud, mais possiblement un piège…


Alix: #33ffff
Zeph: #0099ff
Épiphane: #ff00ff

Les cadeaux :

Théologie esquisséenne DWw8vmN
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 460
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Dim 19 Sep - 21:52
__-Depuis son post de tir, Amundsen ne pouvait pas entendre ce que les rats à la fenêtre adressaient à Alix. Aussi, ses conclusions durent se baser sur les seules données visuelles à sa disposition. Tout d’abord, les bibliothécaires lui avaient adressé quelque chose. Puis des badauds s’étaient amassés, curieux de voir ce que ce chat suspendu fabriquait. Une équipe de sauvetage avait alors dressé un drap pour lui permettre d’atterrir.
__-Et Alix s’était arrêté.
__-Amundsen n’était pas indispensable à son compère félin : celui-ci pouvait trouver du thé en se renseignant de mille autre façons. Et s’il rendait le fruit de ses rapines aux rongeurs jaloux, il y avait fort à parier que ceux-ci lui donneraient en échange un accès au savoir gardé dans leur bâtisse, y compris comment trouver ledit breuvage.
__-Mais Alix, lui, était indispensable à Amundsen, en ce qu’il était porteur de l’objet de sa quête. Le Dessinateur semblait hésiter. Amundsen n’allait pas lui laisser prendre une décision.
__-Il chercha dans son sac son pistolet à fusées éclairante et et tira une qui explosa légèrement au-dessus de la fenêtre. Si la déflagration ne fut pas suffisante pour causer le moindre dégât humain ou matériel, il le fut pour provoquer la chute d’un rat. Fort heureusement, celui-ci fut récupéré au vol par un pompier. C’est que, une créature si petite est bien facile à rattraper. Mais surtout, le feu d’artifice et le violent flash lumineux avait provoqué l’effet escompté : une grande panique parmi les bibliothécaires.
__-« Alix, venez vite vers ma position pendant qu’ils sont encore sous le choc ! »


Crevette : #33cc99
Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : hotpink
Crevette des Câbles : #a9daff




Récompenses :
Théologie esquisséenne ULT8Krs
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum