Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 310
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
Jeu 14 Sep - 18:06
Mais c'est quoi ce truc ?:


Étude des aléas de la diversité comportementale des Dessinateurs en phase terminale de grossesse


Auteur : DALTON



Abrégé

Il est de renommée notoire que l’acte d’enfantement revêt une importance majeure dans la perception commune des Dessinateurs, et que sa seule évocation peut s’avérer source de conflits verbaux en cas de non-conformité des propos tenus par un interlocuteur avec les attentes manifestes de la personne reproductrice ou de son plus proche conjoint vis-à-vis du devenir de l’enfant en gestation. Cet excès d’intérêt est réputé provoquer des réactions inattendues dont le degré de prévisibilité peut atteindre des valeurs très en-deçà de la médiane admise chez les Dessinateurs en contexte social moyen.

On se penchera ici sur un cas d’imprévisibilité majeure survenu en situation de grossesse en phase terminale, et l’on s’intéressera aux propriétés sous-jacentes à un tel cas de figure et aux divergences pouvant exister par rapport à une situation d’évocation standard, mais aussi avec les conclusions généralement admises sur l’aversion des Dessinateurs aux situations d’urgence postulée par certains de mes très chers prédécesseurs.





 

Introduction

La littérature cyantifique suggère depuis longtemps une relation de forme hyperbolique1 entre l’imminence de l’aboutissement d’un acte dont l’anticipation est source de tension pour un Dessinateur – ici, la période de gestation de son enfant à naître, récemment recalculée comme étant d’une durée moyenne de trente-et-un cycles2 – et le facteur de perturbation dans la prévisibilité de ses réactions à un stimulus sémantique relatif à ladite source de tension. Cependant, de nombreuses observations passées semblent suggérer l’existence d’un effet de seuil advenant aux alentours de quelques centicycles avant l’échéance, telles que l’expérience de Moissan sur les dilemmes sous-pesés3, dans laquelle on découvre une restriction des éventualités de réactions d’un couple de Dessinateurs sujets à des biais cognitifs forts et soumis à un temps de réflexion faible, ou encore l’expérience de Schwartz & Tomonaga sur les incitations contextuelles aux solutions minimalistes4 qui, quoique vivement contestée sur sa méthode par certains de mes confrères, montre également des situations dans lesquelles les comportements erratiques des Dessinateurs peuvent se retrouver conditionnés par leur rapport à certaines formes de danger.

À la faveur d’une occasion propice à une expérimentation en la matière, j’ai donc mené, comme mentionné ci-dessus, une étude sur un échantillon de deux Dessinatrices en position d’urgence face à l’imminence d’un acte d’enfantement, pour vérifier la validité des plus récentes théories sur le sujet.

Dispositif d’expérimentation

Les deux sujets sont des Dessinatrices d’affiliation terrienne, d’âge corporel probablement compris entre 25 et 40 ans terriens – soit entre 5,3 et 8,5 bicyclones –, sans déformations physiques notables, et a priori saines psychologiquement. Le sujet B est en pleine possession de ses moyens physiques et mentaux, tandis que le sujet A, en état de grossesse en phase terminale, est diminué physiquement et semble plus instable mentalement. Il n’existe aucun antécédent connu d’une situation similaire pour l’un ou l’autre des sujets, et aucun n’a été mis au courant de la tenue de l’expérience.

La pièce où se déroule l’expérience est très isolée sonorement, en raison d’un bruit de fond constant lié à la mise en marche d’un lavoir à aube. L’éclairage est faible, mais la quantité de stimuli visuels est relativement importante, en raison du mouvement constant de la roue dudit lavoir, d’un grand désordre dans la pièce, et d’une forte présence d’eau sur le sol – bien qu’aucun des deux sujets n’ait montré de signes manifestes d’hydrophobie. Le climat est tempéré, l’air est sain, et l’endroit est conforme au critère esthétique de Gassendi5.

Juste avant le début de l’expérience, des contacts par conversation orale ont été observés entre les sujets et d’autres personnes d’affiliations diverses, dont l’expérimentateur. De premières formes de comportements erratiques sont déjà à noter du côté du sujet A pendant cette période. Faute de temps avant l’échéance de l’enfantement, de meilleures conditions n’ont pas pu être obtenues pour effacer certains facteurs parasites comme la continuité de l’irritation provoquée chez le sujet A juste avant le début des observations. J’appelle naturellement quiconque en trouverait l’occasion à retenter l’expérience dans des conditions plus propices.

Déroulement de l’expérience

Les deux sujets et l’expérimentateur sont restés seuls dans la pièce tout le long de l’expérience. Le sujet A ayant initialement émis la requête de faire laver son linge, l’expérimentateur s’engagea à satisfaire sa demande, et commit une maladresse en maniant la machinerie du lavoir à aube. Une auge de vidange se décrocha, ne causant aucun désagrément direct à l’un ou l’autre des sujets, mais ayant pu mener à une baisse de confiance en l’expertise de l’expérimentateur dans le domaine du lavage auquel le sujet A l’avait commis.

 
Ensuite, le système du lavoir fut mis en marche proprement, et la requête du sujet A fut pleinement satisfaite. Le sujet A interrogea l’expérimentateur sur les détails du fonctionnement de la machine – l’intitulé de la question exacte était : « Et ça va prendre combien de temps pour laver les fringues, votre merde ? » –, ce à quoi l’expérimentateur répondit par un nouveau signe de faible expertise en la matière en déclarant ne pas pouvoir lui donner une réponse précise.

Résultats et conclusions

Ni à la première, ni à la seconde des maladresses affichées par l’expérimentateur, aucun des deux sujets n’a émis de réaction perceptible et fondamentalement liée au stimulus provoqué. Si la réponse du sujet A à la première, par sa question suivante, peut éventuellement être interprétée comme une volonté d’assurance vis-à-vis des compétences dont il lui semble que l’expérimentateur ait précédemment fait défaut, dans le cas de la seconde, aucune allusion ne fut faite ni de part ni d’autre à ce sujet, ni à aucun qui lui soit proche – le fonctionnement de la machine, les résultats attendus de son utilisation, etc. –, et la seule injonction à l’expérimentateur lancée par le sujet A l’invitait à le guider vers une infirmerie proche pour des raisons totalement étrangères à ses interrogations initiales.

Une analyse rétrospective de la situation par les standards sur les attentes psychologiques de Schwartz corrigés par Steklov6 suggère, avant prise en compte du facteur de perturbation dans la prévisibilité des réactions :
– 87 % de chances de manifestation d’au moins une réaction marquée d’une trace perceptible d’hostilité (sujet A : 72 % | sujet B : 54 %)
– 38 % de chances de manifestation d’au moins un signe de gratitude apparente, sincère ou non (sujet A : 19 % | sujet B : 23 %)
– 1,8 % de chances de manifestation d’au moins une réaction absurde ou parfaitement décorrélée des stimuli (sujet A : 1,2 % | sujet B : 0,6 %)
La troisième situation étant la seule à avoir été observée, il est probable, comme attendu, que le facteur de perturbation ait été conséquent, a fortiori sur la deuxième partie de l’expérience. Avec le seuil communément admis du facteur de perturbation en situation d’urgence (α ≈ 0.858), on arrive pour cette situation à une probabilité allant jusqu’à 41,8 % dans le meilleur des cas espérés (≤ 3σ), avec une valeur moyenne de 21,8 ± 6,7 %, contre une valeur pouvant atteindre 50 % pour un seuil illimité.

L’expérience conclut donc temporairement à favoriser l’interprétation du seuil illimité, mais avec une valabilité de seulement 69,6 %. L’échantillon étant de faible taille, et l’expérience unique, il n’est pas à exclure que de nombreux facteurs de confusion aient pu en fausser les résultats. Par exemple, un facteur extérieur, comme une contraction soudaine des organes du sujet A – fréquente en situation de gestation avancée –, a pu avoir une influence conséquente sur la cohérence de sa réaction  à la seconde partie de l’expérience, une hypothèse soutenue par le fait qu’il ait demandé expressément à être conduit à l’infirmerie. Il se pourrait que l’on se trouve dans un cas similaire à celui de l’expérience de Marconi7, où certains changements brusques de comportement attribués à un puissant facteur de perturbation s’avérèrent venir d’une apparition subite de phénomènes célestes perçus seulement du sujet8.

J’espère pouvoir ajouter une nouvelle phase à cette expérience pendant que j’accompagnerai le sujet A à l’infirmerie. Le sujet B ayant été congédié, la pertinence des conclusions de cette nouvelle expérience pourrait s’en voir amoindrie, mais ça ne coûte rien d’essayer, n’est-ce-pas ?





Sources et bibliographie :

1 Tomonaga (1-49-4), De l’atteinte à la sérénité des Dessinateurs, Eaubservatoire CSD031, vol. 2, pp.42-47
2 Cajal (1-152-A), Étude comparée des biologies terrienne, esquisséenne et multiversienne, Eaubservatoire ABH112, pp.31-36
3 Moissan (1-138-4), Émergence d’une prévisibilité comportementale dichotomique : le cas des dilemmes sous-pesés, Laboratoire CSD-A-151
4 Schwartz, Tomonaga (1-71-1), Intervention des biais cognitifs dans l’approche idéaliste des situations d’urgence, in : Tomonaga, De l’atteinte à la sérénité des Dessinateurs, Eaubservatoire CSD042, vol. 3, pp.128-151
5 Gassendi (0~), Fascicule d’adéquation des normes esthétiques aux comportements psychologiques, Encyclopédie des facteurs de confusion, vol. 9, pp.410-429
6 Steklov (2-2-6), Psychologie des transformations à faible degré de réalité, Laboratoire CSD227, pp.81-84
7 Marconi, Bordet (1-151-2), Étude des réactions de Dessinateurs confrontés à des dangers inconnus, Indépendant CSD-A-162
8 Bordet (1-159-A), Marconi est un charlot, Journal des errata, vol. 14, n°28, pp.14-19



Résumé:
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 970
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Ven 3 Nov - 23:07
__–« Hm, ce n’est pas très prudent de te laisser seule…
__–On est d’accord que moi avec Luffy c’est comme si j’étais seule, mais fais ce que je dis et fais pas chier.
__–La blonde haussa les épaules.
__–« Pas de détour, hein !
__–Comme si j’allais en faire ! Magne-toi le train ! »
__–Et Vesa de partir à marche rapide et Agate de poser son bras sur l’épaule de Dalton – alors qu’elle pouvait parfaitement bien marcher toute seule – et le suivre.

Résumé :


Buanderie - Page 2 1zod
Buanderie - Page 2 ULT8Krs
Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 310
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
Sam 25 Nov - 10:20
Toujours relativement enjoué et calme malgré la panique qui s’installait sur les visages de Vesa — partie précipitamment devant eux — et d’Agate, dont il soutenait volontiers le corps chancelant, Dalton prit la direction des escaliers les plus proches, qui ne s’avéraient pas être ceux du bâtiment bleu mais ceux qui se trouvaient collés à la buanderie. C’était en effet un trajet qui avait le double mérite d’amener un peu plus directement vers l’infirmerie et de ne croiser la route d’aucun groupe peuplé de plus de trois personnes.

Il vous faut quelque chose de spécifique à l’infirmerie ? demanda-t-il alors qu’ils amorçaient la descente. Non parce que, si c’est juste pour vous allonger, on vous met dans le salon ou les dortoirs qui sont juste à côté et on ramène votre collègue avec la trousse de secours… À moins que vous ne pouviez faire ça qu’au rez-de-chaussée ? Auquel cas il y a toujours la salle de repos, qui est juste en-dessous de la buanderie.

Si Agate ne manifestait pas l’envie de rectifier sa trajectoire, il s’apprêtait à l’aider à gravir les marches (ou à défaut, de faire demi-tour pour aller vers le lieu qui lui convenait le mieux), avec une attention qui suggérait qu’à défaut de trop se sentir concerné par la situation, il avait déjà eu maintes occasions d’aider une personne blessée ou incapable de se déplacer seule.

Luffy, Luffy… marmonna-t-il au passage. C’est celle qui tue des vampires ?

Il arborait le sourire fier de celui qui voulait montrer qu’il avait extensivement étudié la culture de son interlocuteur.
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 970
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Lun 15 Jan - 13:12
__–Dalton la fatiguait.
__–« Tais-toi et aide-moi à y aller, j’ai pas le temps pour tes couillonneries. »



Buanderie - Page 2 1zod
Buanderie - Page 2 ULT8Krs
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum