-37%
Le deal à ne pas rater :
Jeu Mille Bornes – Version Luxe à 12,45 €
12.45 € 19.90 €
Voir le deal

étonnant spectacle [Ambros]

Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 18:18
TOC TOC TOC. Tu frappes à la porte. Ton pauvre ami c’est égaré et tu ne crains pas qu’il soit entré dans ce bâtiment aux belles couleurs qui sent bon le gâteau. La porte, te regarde de ces grands yeux sans bouger. Prête à crier au scandale, tu finis tout de même à te ressaisir et tu t’approches d’une personne pour l’informer sur l’état de ton ami.

« Il est assez petit, il a huit ans, il est rouge, noir, violet, bleu, vert, jaune, il a de grands yeux, il s’appelle Gentil-serviette. Aidez-moi à le retrouvez, s’il vous plaît ! »
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 18:36

Boulangerie


Après sa rencontre -quelque peu mouvementée- avec une gelée désireuse d'en finir avec le bon dieu truite, Ambros le savait : le temps jouait contre lui. Il n'avait plus le temps de dormir, plus le temps de boire, plus le temps de regarder ailleurs que vers sa destination. Il avançait donc, soulevant chaque rocher, dévalisant chaque meuble et inspectant tout ce qui entrait dans son maigre champ de vision.

Puis il arriva devant la boulangerie.

C'était grand, c'était attirant, ça lui faisait mal au ventre tant ça semblait délicieux ; raison de plus pour penser que cet endroit camouflait probablement une base secrète. Ou au moins qu'il était louche, et qu'il fallait le fouiller. Il s'approcha de la porte, mais une gamine le devança. Elle toqua, sans réponse de l'entrée dont les yeux frits étaient légèrement suspects, et se précipita vers la seule personne qu'elle trouva à proximité : lui. Après un portrait robot pas vraiment détaillé, elle s'empressa de quérir son aide.

Comme s'il n'avait que ça à faire. Mais elle était mignonne, un peu, et elle était comme lui : à la recherche d'un être perdu. Même si le monde entier était contre lui, il était persuadé d'avoir aperçu cette petite auparavant, sans parvenir toutefois à se remémorer son nom, ou des circonstances particulières. Elle savait peut-être quelque chose.

« Je veux bien t'aider.. si tu m'aides à retrouver le dieu truite en échange ! Alors.. Il a les yeux dorés et lumineux, les cheveux noirs et soyeux, de merveilleux vêtements qui brillent et qui scintillent, et les gens l'appellent parfois -sous sa forme humaine- Maximilian Krueger ! Est-ce que tu le connais ? »

Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 18:45
Tu n’avais pas le temps, de chercher avec le monsieur, ton ami était en danger, tout seul, sans défense. Mais quand tu entendis le nom du “dieu truite“, tes yeux s’éclaircirent étrangement et tu t’empressas de vanter la personne, si bonne et merveilleuse qu’elle était avec toi. Ton flot de paroles fut dit a un t’elle rapidité qu’il n’était pas étonnant si le monsieur ne l’avait-il pas compris. Peu importe. Tu eus une merveilleuse idée, vraiment extraordinaire, que tu partageas avec celui qui cherchait Maximilian.

« On n'a qu’à les chercher ensemble ? Ça se trouve, ils se sont rencontré et son devenu super ami, parce que Gentil-serviette est vraiment gentil. »
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 18:57

Boulangerie


Il n'avait rien compris au torrent de paroles qu'elle avait rétorqué, mais il avait semblé à Ambros voir une once d'admiration dans ces petits yeux verts. Il se sentit vraiment heureux, parce qu'il avait enfin trouvé quelqu'un qui ne faisait pas semblant de méconnaître le dieu truite. Elle proposa ensuite, sur un ton moins rapide, de chercher ensemble le dieu truite et "Gentil-serviette", et il sourit, pour la première fois depuis longtemps peut-être. Il sourit parce qu'il avait une alliée, et qu'il avait retrouvé un peu l'espoir.

« Bonne idée ! »

Et parce qu'il était persuadé que le dieu truite serait retrouvé en un clin d'oeil, il s'empressa de toiser la porte, qui ne daigna cependant pas s'ouvrir. Williams avait trouvé pire pour l'arrêter ! Il prit un peu d'élan, et se précipita sur l'entrée, qu'il défonça d'un coup de pied. S'il fallait jouer la carte de la discrétion, il venait de la jeter dans le feu.
L'intérieur était vraiment effrayant : on aurait dit une maison hantée, dans laquelle tout grinçait dans un rythme effréné, dans laquelle on avait l'impression que même un grain de poussière pouvait vous égorger dans la minute.

« C'est partiii ! Moi, je fouille à gauche ! »

Il s'engagea sans crainte et commença son habituel manège : soulever, arracher, ouvrir, déplacer. Si le danger avait été juste derrière lui, il ne l'aurait probablement pas vu.
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 19:06
Il était vraiment rassurant de voir que le monsieur était fort et pourrait protéger ton ami Gentil-serviette quand tu l’aurais retrouvée. Parce que les messieurs forts sont gentils et que les gentils, aident les autres, c’est évident. Quand la porte s’affaissait, tu découvris un intérieur peu sympathique, avec des toiles d’araignées au plafond, et, c’est sûr, pleins de monstre étrange. Tu ne quittas pas le garçon et, même ayant donné un avis positif à ses paroles, tu n’avais aucune envie d’explorer cet endroit étrange.

« Ça fait un peu peur, quand même. Je ne pense pas que mon ami soit ici, et Maximilian aussi. »

Tu commenças à te diriger vers la porte, dans l’espoir de sortir, quand une étrange lumière, provenant de derrière toi, t’aveuglas et te poussas à te retourner. Tu vis alors, une chose des plus terrifiantes.
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 19:19

Boulangerie


Elle pensait qu'ils ne trouveraient rien par ici. Elle avait peut-être raison, peut-être tort, ou peut-être qu'on ne savait pas, mais pour lui, il était évident qu'un lieu aussi louche que celui-ci ne pouvait être que digne d'être exploré.
« Les méchants se cachent toujours dans les endroits qui font peur ! Celui qui a kidnappé ton ami et le dieu truite veut nous dissuader de continuer, mais il ne faut pas se faire avoir !!!! Moi, je parie qu'il y a une base secrète par ici. »

Sur ces sages paroles, Ambros continuait de chercher, revérifiant même ce qu'il avait déjà inspecté une trentaine de fois, au cas où quelque chose aurait changé. Et puis quelque chose lui tapota l'épaule. Doucement, lentement.

« Pour que les recherches soient efficaces, il faut que tu... »

Il s'était retourné, et ce qu'il voyait ne ressemblait en rien à la petite fille. C'était un gigantesque sourire, enfermé dans une sphère jaune, dont les dents aiguisées n'auraient inspiré confiance à personne. Pris d'effroi, il recula, se releva, et commença à courir dans tous les sens, renversant au passage toutes les étagères qui se trouvaient à proximité.

« AAAAAAAAAHHHHH !!! Un sbire de Williams ! »

En temps normal, il se serait jeté dessus pour montrer à ce garde qui était le plus fort, mais cette chose était particulièrement effrayante, et puis...

« Après mûre réflexion, je pense qu'il n'y a rien ici... Ça te dirait de.. de changer de salle maintenant ? » demanda-t-il à l'enfant une fois arrivé à sa proximité.

Sans attendre son consentement, il la prit par le bras et l'entraîna à travers une mince ouverture (il n'était pas question de sortir alors que le dieu truite se trouvait peut-être ici, juste à côté)


Oui c'est un :D: géant, à toi de voir s'il nous suit ou pas ^^
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 19:32
Tu étouffas tes cris à l’aide de tes deux mains. Cette chose était vraiment grosse, et laide, et tellement, tellement, tellement … mignonne. Un joli nœud rossé c’était posé sur sa tête, un bavoir au motif de petits lapins avait entouré son coup, ses dents devinrent celle d’un bébé humain de la Terre et un pyjama rose et si mignon avait été enfilé. La chose ressemblait à la gelée-bébé que tu avais vue jouée à la marelle avec une autre gelée-bébé, elles étaient vraiment adorable, tout comme ce bébé-chose. Alors, l’envie fut trop forte, tu te jetas sur le visage pour le serrer dans tes bras. À ce même moment, une autre bébé-chose apparut, un spectre à la main, et te menaça, toi et le monsieur, de vous transformer en faux bébé-chose. Le seul moyen de s’en sortir était d’écouter et de faire ce que disaient les visages.

« Garçon, tu t’habilleras de ce costume de papillon-femelle-ci, et Fille, tu mettras ce costume de poubelle. Haha. Une fois vêtue des déguisements, vous sortirez dehors et … MOUHAHAHAHA. »
Anonymous
Invité
Invité
le Mer 3 Juil - 20:15

Boulangerie


Il aurait été futile de chercher à fuir davantage, deux smileys dégoûtants les encerclaient désormais ; ils étaient trop mignon pour être honnêtes. Alors quand ils désignèrent des costumes, Ambros n'écouta pas un centième de leurs paroles, puisqu'il était hors de question qu'il écoute l'ennemi, de toute façon. Hors de question qu'il devienne un papillon, un simple objet de foire, une raison de rire. Il avait mieux à faire que de contribuer à ce cirque ambulant ! Mais comment fuir ? Il ne savait pas, il voyait les issues bloquées et il songeait. Songeait à quoi ? À rien, peut-être, il était trop bête pour cela, mais il allait sortir. Coûte que coûte.

Cette fois sans se soucier de la fille, il se précipita dans le tas comment il avait l'habitude, tentant tant bien que mal de renverser les odieux smileys. Mais hélas, le sbire avait trouvé plus fort que lui, et fut catapulté contre un mur. Le choc lui arracha un léger cri de douleur.

Avait-il bien le choix, désormais ?
La suite était censurée.
Pour le dieu truite, il fallait faire des sacrifices. Pour sa survie aussi..



(donc oui il enfile le costume héhé 8D)
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 4 Juil - 13:41
« Non ! »

Il était tant de se rebeller, pas question d'enfiler un costume de poubelle si laid, affreux et horrible. C'était sûrement l'une des pires punitions qu'il pouvait être infligé à une petite fille comme toi. Tu pris donc ton courage à deux mains, te dit que si ton plan ne réussissait pas, de toute façon, le bébé-chose n'est toujours plus mignon qu'une poubelle, et tu te mis à courir vers le monsieur pour enfin sauter sur son dos.

« Vole papillon ! »
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 4 Juil - 14:02

Boulangerie


Il tentait d'oublier. Il essayait de ne pas se regarder, de ne pas admirer le magnifique costume qu'il portait. Il tentait de se concentrer sur cette fille qui devrait porter un somptueuse tenue de poubelle ; quoi de mieux pour chasser la honte que de trouver plus ridicule que soi ?

Sauf qu'elle n'avait pas envie, et qu'elle préféra se précipiter à vive allure sur Ambros, en lui criant de voler, chose qu'il ne pourrait probablement pas faire étant donné qu'il était déjà difficile de marcher dans cette combinaison..

Mais on pouvait difficilement procéder autrement, et le dieu truite serait peut-être avec eux, cette fois. Il s'élança donc entre les deux smileys à la vitesse d'une tortue affamée en battant des bras, ce qui faut d'impressionner les deux ennemis avait suffi à les faire rire. Voler, on faisait comment, déjà ? Il fallait se jeter de quelque part avec de l'élan, et prier. Il avisa donc un escalier -conduisant probablement à un quelconque sous-sol- non loin, et croisa les doigts.

« Au pire, si on meurt, le dieu truite nous ressuscitera, t'inquiète pas !! »

Il ferma les yeux, il cria un bon coup pour se donner la force et la motivation, puis il se jeta comme un fou furieux -avec deux jambes en plâtre- sur l'escalier, toujours en battant des ailes.




Héhé je te laisse décider de s'il vole ou paas -même si c'est plus marrant de se crouter dans l'escalier krkr-
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 4 Juil - 14:20
Il volait. Vous voliez. Vous aviez réussi. Jusqu’à ce que le bébé-chose au spectre poussât un cri, stupéfait, et braqua son spectre vers vous. Là, le costume papillon que portait le monsieur disparu et fit remplacer par une planche de surf –sûrement une erreur du visage géant- ce qui vous aida, quand vous tombèrent dans les escaliers. Vous surfiez comme de vrais pros sur les escaliers, mais devant vous, un mur, et il ne semblait y avoir aucune sortit. Tu serras les dents et t’apprêtas à foncer dedans quand, un gros nounours apparu et dit d’étrange chose.

« Les amis, je vais vous aider ! Cette bande de tartiflette s'est échappée de prison et croyait qu’en changeant de forme il échapperait à notre team anti-terroriste-mangeur-de-grenouilles-protégées-par-la-loi ! Heureusement que … »

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que vous fonciez accidentellement dans son ventre rose et tout doux. Vous n’étiez pas blessé, mais lui, n’avait pas apprécié le coup. Il devint tout rouge et montra ses dents de vampire à taille de poutre. Sa respiration se fit bruyante et là …
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 4 Juil - 14:48

Boulangerie


« Merci ô grand dieu truite pour votre assistaaaance ! » avait-il braillé au plafond lorsqu'il se sentit flotter au-dessus des marches. C'était une sensation agréable et douce.

Mais éphémère. Un cri rauque, un éclair, une transformation. Plus de costume -heureusement qu'il avait gardé ses propres vêtements en-dessous-, mais une planche de surf.. pourquoi pas ? Ambros ne retint de la suite de cette histoire qu'un vague amortissement en peluche. Le nounours contre lequel ils s'étaient heurtés n'avait pas l'air très content, et avait de grandes dents. Conclusion, rester ici était une très mauvaise idée.

« Écoutez, monsieur, c'est le dieu truite qui nous envoie ici ! Alors, je vous conseille de pas faire de vagues, sinon il se mettra en colère et vous transformera en POISSON ROUGE ! »

En réaction, il n'eut droit qu'à.. des pains au chocolat, que l'ennemi éjectait à tout va depuis sa gueule grande ouverte. Au début, Ambros ne voyait déjà pas quel intérêt ces viennoiseries pouvaient avoir, mais lorsqu'il en saisit un, et qu'il constata la clef qui se trouvait à l'intérieur...

Il comprit encore moins.

« Dépêchez-vous de vous cacher dans mon ventre, j'ai fait un peu le vide, il devrait y avoir assez de place! »

Après avoir été forcé de se déguiser en papillon, il trouvait ça tout à fait normal de se cacher dans la gueule d'un ourson-vampire. Il regarda sa camarade d'infortune... Cette fois, ce serait à elle d'y passer en première.

« Honneur aux dames ♥ »

Il l'aida donc, avec ou sans son consentement, de gré ou de force, à grimper à l'intérieur de la bouche, avant de l'y pousser.

« Ça va ? »

Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 4 Juil - 17:25
« Oui, et toi ? En fait, je m'appelle Mimi, parce que c'est mignon, Mimi. »

Tu te dirigeas vers une étagère où étaient posées des parachutes de toutes sortes, sûrement pour rejoindre le bas du ventre de la peluche vivante qui aime bien les pains au chocolat. Tu en pris un d'un violet clair doux et joli, et tu te jetas dans le vide, espérant que le monsieur serait là, aussi, pour te sauver en cas d'accident. Finalement, il n'eut rien de spécial qui se passa, et tu fus au bas du ventre de l'ours en moins de deux. C'était un endroit chaleureux et bien aménagé. C'était en fait un zoo d'intérieur. Les animaux étaient spéciaux, mi -eux, mi-brioche / pain au chocolat / croissant / autres. Des canapés étaient parfois installés devant les enclos, mais c'était, d'autres fois, d'autres objets, totalement insolite. Comme un rouleau de papier toilette goût macaron framboisé. Goût. Oui. Tu t'approchas et demandas au monsieur, même si tu n'étais pas sûr de sa présence, s'il savait à quoi servait cette chose. Finalement, avant que tu n'es le temps de faire quoi que ce soit avec, un étrange serviteur te servit une contrefaçon de jus d'or, à toi et au monsieur, sûrement pour vous calmer.

« C'est délicieux. »
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 5 Juil - 3:29

Boulangerie


Mimi. Elle se nommait Mimi, et, surtout, elle avait survécu. Ambros lui souffla également son nom, bien qu'il se sentît légèrement vexé que quelqu'un qui connaisse Maximilian n'aie jamais ouï son nom à lui, et n'aie jamais aperçu son visage. Bah, de toute façon, il n'avait pas peur d'être effacé, et de rester à jamais dans l'ombre des rayons du dieu truite.

Il s'engouffra à son tour dans le ventre de l'ourson, qui s'avéra être grand, spacieux, et surtout meublé. Sans discuter, il suivit Mimi lorsqu'elle prit son parachute, lorsqu'elle visita le zoo et lorsqu'elle demanda de l'utilité d'un étrange objet. Mais il ne préféra pas commenté, plutôt occupé à fouiller -encore et toujours- l'endroit, où le dieu pourrait potentiellement s'être caché pour fuir lui aussi. Toujours rien à l'horizon, hélas. Il allait se laisser choir dans un coin pour déprimer à nouveau -il le fallait bien, de temps en temps- lorsqu'on apporta un verre de jus d'or.

Enfin, ça ressemblait à du jus d'or sans en être, car à peine avait-il plongé le bout de sa langue dedans qu'il trouva le goût si différent, au point de jeter négligemment le gobelet par terre. Un tel breuvage ne méritait pas d'être bu ! Et ça, si Maximilian en avait eu connaissance, s'il avait été là, il l'aurait interdite.

« Erk... le dieu truite n'est décidément pas là !! Comment osez-vous servir une telle horreur ? demanda-t-il à celui qui venait de servir, avant de se tourner vers Mimi. Si tu ne trouves pas ton "ami", on s'en va. »

Sur ces mots il s'engouffra dans l'une des créatures du zoo ; une voiture ailée telle un pégase, avec deux places à l'avant et un jacuzzi derrière. Il ne savait pas vraiment conduire, surtout dans ce genre de véhicule, mais il trouverait bien.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 8 Juil - 21:37
Le temps passe, tout doucement. Les verres de faux jus d'or s'enfilent. Tu en demandes encore et encore. Sans pouvoir t'arrêter. Comme si ta bouche disait ce qu'elle voulait. Et toi, tu bois. Si délicieux et exceptionnel, le jus d'or paraît parfait. Peut-être même plus que le vrai. Et tu dis ça parce que tu n'en as jamais goûté de vrai. Pas comme le dieu truite ou son subordonné. Dalleurs, celui-ci a disparu. Tu te souviens de quelques mots qu'il t'a dits, que tu as à peine écoutés. Puis, plus rien. Alors, tu te retournes et vois cette voiture à moitié casser, en train de faire des roulades, sur le sol en coton. Tu te précipites vers elle, Ambros doit sûrement être dedans, et il doit te protéger, quand les objets ne sont pas là ! Mais, voyant que tu n’arrêteras pas la voiture toute seule, tu te munis d'une trotinette-crayon et la fais rouler vers la voiture qu'elle récupère. La voiture, posée sur la trottinette, est conduite tout droit vers un mur. Là, BOOM.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 15 Juil - 1:06
Pardon c'est nul et en plus j'ai mis trois plombes ;;
EDIT ▬ Héhé, deuxièèème paaaaage ♫♪


Boulangerie


Il se releva. Il avait mal à la tête - même partiellement vide celle-ci pouvait être fragile - et quelque chose lui grattait le dos. L'air était embaumé d'une douce fumée, de celles qu'on retrouvait autour des manèges de fête foraine, dans l'exaltation, dans la joie ; mais ici, c'était juste de la brume. De la maudite brume qui obscurcissait la vue, et qui ne menait à rien, même si c'était toujours mieux qu'une odeur d'essence et de cramé que l'on aurait retrouvé dans un accident de voiture classique. Le dieu truite les avait protégés, lui et Mimi, et les avait probablement sauvés.

Il s'extirpa de la voiture encastrée dans le mur. Bon, il serait difficile de rouler avec, maintenant, mais au moins, eh bien elle ne bougerait plus, donc plus d'accident. Il ne se souciait pas vraiment du sort de l'autre fille ; si elle était protégée du dieu truite, elle était en parfaite santé, il se résolut donc à chercher un nouveau moyen de quitter cette infâme ventre d'ourson/zoo.

Il regarda autour de lui. Il n'y avait rien, mais il allait arranger ça. Il prit sa plus grande inspiration, et fixa le plafond.

« Ô grand dieu truite ! Je suis désolée de vous déranger dans vos affaires, mais pourriez-vous nous faire l'immense honneur nous envoyer un taxi pour nous sauver de cet infâme repaire de contrefaisants de jus d'or ? »

Il attendit bien sagement, parce que ce n'était qu'une question de minutes. Puis, si ça mettait plus longtemps, c'était que Maximilian avait peut-être oublié son sortilège magique pour faire apparaître des diligences, ou bien qu'il était occupé à se défendre - avec vaillance ! - contre les vils poissons rouges du rustre à lunettes.

Anonymous
Invité
Invité
le Mer 21 Aoû - 17:49
Comme par magie, deux sirènes en soucoupe volante accourir comme pour vous sauver ! Sans méfiance, tu entras vite dedans, et y entreras ton ami le grand monsieur, lui assurant que ça devait être le grand Dieu truite qui les avait envoyées. Mais alors que la lumière revenait peu à peu, tu aperçus, que l'une des sirènes était assise sur une boîte métallique. Tu te demandais bien ce qu'il y avait dedans et pensait sûrement que c'était un cadeau pour toi, tout le monde te fait toujours des cadeaux. Alors, tu espérais très très fort que c'était un biberon pour ton nouveau bébé, Rosy-Cora. Parce que tous tes autres bébés ils en ont un, sauf elle, et ce n'est vraiment pas bien, de la laisser de côter comme ça.

À la place de te sourire et de t'offrir ton cadeau, la sirène devient toute rouge comme une tomate et se mis à hurler sans raison. Son amie l'autre sirène la suivi et la porte de la soucoupe se verrouillas. Elles s'arrachent une de leurs si belles écailles et plongèrent leur main dans le trou, pour y ressortir une clé USB ! Tu ne sais pas trop pourquoi elles font ça mais en tout cas, ça fait vraiment très très peur, et tu te sers tout contre le grand monsieur pour qu'il te protège.

« Qu'est ce qu'on fait maintenant ?  »
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 24 Aoû - 2:11
J'en profite pour faire un gage donné par castor il y a trèèèès longtemps, sinon pardon c'nul


Boulangerie


Lorsqu'un engin extraterrestre non identifié surgit de nulle part, Ambros se rendit à l'évidence : le dieu truite l'écoutait attentive, et avait envoyé bien mieux qu'un vulgaire taxi pour venir les chercher. La soucoupe, menée par deux nobles sirènes qu'il venait de saluer brièvement (entre sbires il n'y avait pas que de la concurrence, ou surtout avec celles-là, car Ambros savait que, lui, on ne le ferait jamais conduire un OVNI, parce qu'on préférait utiliser ses... autres indispensables compétences) Pour être sûre que Mimi avait compris, il se fit pour devoir d'expliquer la situation.

« Tu vois, Mimi, le dieu truite est venu nous ramener auprès de lui ! Quelle gentillesse, tu ne trouves pas ? »

Il lui donna une tape amicale dans le dos pour qu'elle se sente à l'aise malgré les évènements relativement incongrus. Il n'était pas Pascal le grand frère, et produisait toujours l'effet contraire à celui escompté, mais son plus grand défaut était de ne pas pouvoir le comprendre. Selon lui, tout n'était qu'un confortable voyage, et il n'y avait absolument rien à craindre. Rien. Du. Tout.

Lorsqu'un dispute sembla éclater entre les deux autres larbins, Ambros se contenta de plaindre intérieurement le dieu truite de ne pas avoir des fidèles aussi calmes et gentils que lui. L'une des deux créatures marines s'arma d'une clef USB, et la petite fille semble prendre peur. Allons, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter!

« Qu'est ce qu'on fait maintenant ?
- Ben, on attend gentiment que les sirènes que voici nous ramènent à bon por-- »

Il ne put terminer sa phrase. La clef USB venait d'atterrir contre son front. L'on aurait pu lui lancer une poutre en pleine figure, l'effet aurait été semblable. Ça faisait mal. Très. Mal. À moitié assommé, il récupéra le projectile et ne trouva rien de mieux à faire que de le retourner à l'envoyeur. L'objet lui passa comme dans le corps d'un fantôme c'est-à-dire totalement à travers. Cette fois, c'était à toi de serrer très fort Mimi ; tu détestais les fantômes, il n'y avait rien de tel pour te donner la peur de ta vie.

« Je.. je suggère d'écouter notre voyage. Coupons la poire en deux : à toi l'honneur de distraire ces traîtresses tandis que je cherche une sortie !! »

Ces mots dits il s'acharna sur les portes de la soucoupe, évidemment fermées.


Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum