Le deal à ne pas rater :
SITRAM – Batterie de cuisine 15 pièces – Inox
63 €
Voir le deal

En bande de jeunes organisée

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 694
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Mer 30 Nov - 23:26
__–« Genre quoi les armes sont interdites à leur stupide fête trop nulle là ? Comment c’est trop de la discrimination ! Puis en plus je suis sûre que c’est parce qu’on est des Vert-Veines ! Ils ont aucun respect pour le gang ! Puis c’est que des salauds ! Nan puis ça va j’suis même pas déçue en plus, t’façons leur truc ça a l’air trop à chier là. Viens on retourne foutre le bordel au stand du chamboule-tout. »
__–Nan mais c’est vrai quoi. Oui parce que d’abord on en a gagné un de ticket. Mais quand on est allé voir à leur bar de merde là, avec un nom trop nul là, ben ils ont dit ok mais pas d’arme. On a dû leur expliquer que c’était pas une arme c’était ma sœur. Enfin, c’est Effilée qui a surtout expliqué parce que moi le mec j’avais juste envie de le taper. Et puis comme c’était un poulet, même en armure, j’étais plus grande que lui et je lui aurais défoncé sa sale petite gueule de con,avec son bec là. Mais du coup quand il a reconnu que ouais d’accord c’était une personne, il nous a quand-même envoyé chier parce que genre il faut deux tickets ! Mais c’est ridicule elle va pas boire ou quoi mon épée ! Pff ! Puis je suis sûre qu’il a dit ça juste pour qu’on dégage et qu’on arrête d’argumenter que ma sœur c’est pas une arme c’est une personne. Enfin, si c’est une arme. Mais c’est aussi une personne, merde.
__–Alors du coup je suis direct allée voir Lasya pour aller me plaindre que c’était injuste, que c’est rien que des enfoirés les Hussards, qu’ils ont pas de chevaux ou d’ailes en plus donc ils ont pas le droit de s’appeler comme ça, que le voïvode Zółkiewski leur pisse dessus depuis le paradis, que puisque c’est comme ça on va s’infiltrer et on va foutre le bordel et pour lui demander si elle nous donnait son feu vert (le premier qui dit « veine » en réflexe je le plante). Elle m’a répondu qu’elle en avait absolument rien à carrer et qu’elle avait des trucs « un peu plus urgent à gérer que mes bouderies » et du coup ben j’ai pris ça pour un oui.
__–Bon, par contre.
__–On fait quoi.
__–À part se tenir dans la rue devant le stand du chamboule-tout.
__–« Nan sérieux meuf t’as une idée pour qu’on s’infiltre genre ? »


Crevette : #33cc99


Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : #ff69b4
Crevette des Câbles : #a9daff
Crèvette : #bc8034

Récompenses :
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even
Messages : 2920
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Jeu 1 Déc - 18:24
Echec cuisant au chamboule-tout.

« Non mais sa mère làààà »

Un coup de pied part dans le stand, pour un résultat clairement plus douloureux du côté de Dylan que de celui du comptoir.

« Vous ferez peut-être mieux la prochaine fois ! Allez, au suivant ! » lui répond, sans en avoir rien à foutre, le forain - qui n’en est clairement pas à son premier client frustré.

D’un geste brusque, le lézard s’écarte, non sans bousculer la personne derrière lui au passage.

« T’façon j’suis discriminé c’est pas adapté pour les gens qui ont pas un corps humain leur truc… » bougonna-t-il.

Il a sûrement raison, m’enfin, le plaignez pas trop : avec sa mauvaise foi  il aurait trouvé n’importe quoi pour justifier son échec.

« En plus il est pourri ce jeu les cannettes elles tombent pas c’pas ma faute… »

Genre comme ça.

Pendant que Dylan traîne des pieds dans la ruelle en dénigrant tous les parents des organisateurs, j’vous fais le topo. Nan parce que, faut quand même que je vous explique pourquoi il l’a aussi mauvaise d’avoir perdu à un jeu qui, en temps normal, l’aurait préoccupé pendant à peu près deux secondes avant qu’il se mette à papillonner autre part.
La cause est assez simple : l’absence de ticket. Déjà, quand il a vu les hussards, sa propre famille - du moins il le pensait -, organiser une fête et ne même pas lui distribuer une invitation, alors que d’autres en ont eu une, il a immédiatement déboulé dans le bureau de sa chef. D’abord dans l’espoir de rectifier une erreur, puis dans celui de gratter quand même son ticket.

« Après tout c’que j’ai fait j’ai même pas droit à une p’tite récompense ?
- Tu voulais peut-être une médaille pour avoir transformé le dernier client en coquille Saint-Jacques ?  
- Non mais c’était un accident j’vous l’ai dit !
-  Oui bien sûr. Comme le coup du camion sur le toit.
- Pffffff. »

Voyant les négociations échouer, Dylan est parti en claquant la porte, puis elle allé chercher à contacter quelqu’un qui serait sûrement plus reconnaissant : son PDG.

« Non mais tu crois qu’il a que ça à foutre ? »

Bon, il s’est retrouvé bloqué devant la porte de l’Huis, à essayer d’emmerder un des proches de Kleos dans l’espoir qu’il lui arrange une entrevue.

« Cherche pas, j’en ai déjà cinq qui sont venus depuis l’annonce de la fête, et je leur ai dit la même chose : démerde-toi. »

J’suis sûr qu’il se montrerait plus arrangeant avec un bon pot de vin, mais bon, non seulement je peux pas le lui suggérer parce qu’il m’entend pas, mais en plus Dylan est fauché comme les blés, alors c’est même pas la peine.

Après ce petit numéro, donc, le loustic est parti tenter sa chance à la buvette russe, en se disant que c’était une bonne excuse pour se bourrer la gueule. Le dé lui a fait un bon doigt d’honneur, puisque non seulement il a pas eu de ticket, mais il a eu un thé. Un thé, quoi. Y se sont crus dans une maison de retraite les gars ?

C’est donc avec la ferme intention de se rattraper qu’il s’est précipité sur le chamboule-tout, seulement pour s’y énerver encore plus.

Le truc vicieux dans tout ça, c’est bien sûr que plus il échoue à avoir un ticket, plus il est convaincu qu’il lui en faut un, et moins il est patient pour l’avoir. La tombola, les longues quêtes, tout ça c’est trop chiant.

Or, plus il est impatient, plus il est con.

C’est pour ça qu’il a décidé d’aborder des gens un peu au hasard, dans la rue pas loin du jeu.

« Hé salut mademoiselle ! »

Il essaie d’interpeller la rouquine avec son épée, puis court vers elle.

« T’as pas un ticket en rab ? J’suis discriminé alors je peux pas en avoir à leur jeu là. »



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 234
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Jeu 1 Déc - 20:20
   Quatorze ans sous le même toit, un peu moins de neuf mois dans le même utérus ("y en a une qui était pressée de sortir" disent les parents, je jurerai que c'était Crèvette), je connais ma soeur. Elle est verte de rage. Je lance quand même un C'est pas graaaaave, eh, qu'est-ce qu'on a besoin d'aller à une fête de vieux schnocks ? qui résonne dans le vide. Ouais, non, trop ulcérée. Bon, pis j'avoue, une fête esquisséenne, j'ai bien envie de voir à quoi ça ressemble, si ça génère autant de drama que l'anniversaire de Marine (Bon, en même temps, Crevette avait brisé les noix du copain à Marine, qui du haut de ses 17 ans l'avait appelé "poulette", ça a pas aidé). Non, la Crèvette, si elle répond pas quand on essaie de la raisonner, mieux vaut la laisser vider l'abcès et ENSUITE on peut parler. Un truc que nos profs n'ont jamais compris.

Ah, ça y est. Est-ce que j'ai une idée? Ben j'ai commencé à y réfléchir pendant qu'elle fulminait devant Laysa. Donc oui. Ben, on peut essayer de se faire passer pour des serveurs et puis se déguiser ensuite, c'est déguisé, ils nous choperont pas, ou alors chercher où ça va avoir lieu et...

« Hé salut mademoiselle ! »

Alors, le "salut mademoiselle", de la part d'une grande asperge (verte, mais ça on s'en fout), on commence à avoir, on commence à connaître. CF l'ex petit ami de Marine. Du coup première réaction de ma part un Oh, non, pas ici aussi... Bon, et puis non, je me suis trompée. Un ticket en rab. Mec, ma soeur est déjà hyper vénère et tu viens la faire chier!
Elle a dit quoi la grande grenouille là !

Évidemment, connaissant l’animale, elle a déjà la main sur ma poignée et m’a sortie à moitié du fourreau… Bon on va calmer le jeu.
Tape le pas de suite, steup ! Et toi, tu crois que si on avait assez de billets pour nous, on s'rait là?! T'as une idée des préparatifs à faire pour un bal ? Masqué en plus, faut trouver un chouette costume ! Mais non, nous ils nous veulent pas parce que genre j'suis une épée c'est dangereux.
Oui parce que, grand couillon là, c’est mon épée qui parle, c’est pas moi hein.

Bon, entre les mains de ma soeur, j'dis pas. Mais bon, un verre de champagne aussi, dans ce cas là.

On réfléchissait à s'infiltrer via le personnel et… Ca sent la fraise, là non?

Ouais, maintenant que tu le dis. Par contre toi là, c’est une mission sans branle-cul, même de deux mètres. Déjà tu vas m’parler proprement, ensuite tu vas nous donner ton nom, l’asticot. Tiens puis, attrape. Et te barre pas avec sinon tu vas te prendre un carreau dans les côtes d’ici… vraiment pas longtemps.
On peut dire ce qu’on veut de ma sœur, elle est efficace et maîtrise vraiment nos transformations. En parlant, elle a jeté notre sac à dos dans les bras de l’arsouille, probablement plus pour l’emmerder que pour autre chose, parce que bon, s’il se barre, elle sait que je vais devoir le courser et que ça va me faire chier (ou alors elle veut ME faire chier, c’est aussi une possibilité, on s’aime mais ça empêche pas) et défait mon fourreau pour le poser à terre. Aller, transformation dans 5… 4…



Folie d'Esquisse
Messages : 909
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Dim 4 Déc - 15:45
« Ah, mademoiselle ! Oh, pardon, monsieur ! Mille excuses, c’est pas évident à voir, avec la fourrure. Eh, revenez, je vous dis que je m’excuse ! »

« Ah, mon bon monsieur ! J’ai bien vu l’ardeur avec laquelle vous avez tenté de gagner ce ticket ! Ah, fortune ingrate ! Mais rassurez-vous, il existe peut-être un autre moyen d’en obtenir, que les organisateurs nous dissimulent pernicieusement ! Accepteriez-vous mon invitation à venir en discuter dans un lieu… moins fréquenté ? Vous êtes sûr ? Ah, monsieur, je ne veux pas vous forcer la main, mais c’est passer à côté de la chance de votre vie ! Vraiment ? Ma foi, au revoir, mon bon monsieur ! »

« Ah, jeune homme ! J’ai tout vu de votre tentative, mais il semble que la chance n’ait pas été au rendez-vous ! Croyez-moi sur parole, ce jeu est truqué ! Moi-même, j’ai tenté tout à l’heure de viser la pile des Magendarmes, et je peux vous assurer que… oh. Pardon, c’est parce que vous portiez du bleu, je pensais que… ce n’est rien, bonne journée, jeune homme ! »

« Ah, ma bonne dame ! J’ai bien vu l’ardeur avec laquelle vous avez tenté de… Madame, s’il vous plaît ! »



« Du neuf ?
Cause m’en, tin. Y perdent pas un tourniquet pour décaniller à perpette-la-jolie.
La même, frangine. J’ai dans l’vibreur qu’la strat’ de leur piailler en sout’nu, ça roule pas cher.
T’veux piailler comment, en bifteck ? Dès qu’on cause correct, ça te labelle de vévé.
Clair. C’est p’têtre même eux les guignols qu’on d’vrait aguicher.
Ouais, c’est ça, ben t’y débaroules en tête. Moi, j’vais chiqueter, tu m’suis ?
Pas les crocs. J’vais voir à griffer ceux d’là-bas, y z’ont l’air rognés.
‘kay, ben éclate-toi.
Napp’. »

Une brève poignée de main, droite contre gauche, l’auriculaire dehors. Les deux compagnons sortent de leur petite ruelle, chacun de son côté. C’est un garçon à double casquette – les deux visières vers l’avant, une à l’endroit, une à l’envers – qui sort du côté où s’écharpent Dylan et les jumelles de l’armurerie. Cheveux noirs, veste bleu ciel sur complet gris, et ceinture tombante à en frôler le sol. Il s’approche d’abord d’une démarche blasée, les mains dans les poches, et frappant du pied une boîte de conserve qui n’a manifestement pas été admise au chamboule-tout.

Et puis il s’arrête carrément, aussitôt qu’il a fait le compte du nombre de voix qu’il entend et de personnes qu’il aperçoit. Il lève les yeux au ciel, respire un grand coup, et reprend son approche d’un pas qui se veut aussi assuré que possible. Dès qu’il est à portée de voix, il s’arrête de nouveau, guettant le moment d’intervenir.
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even
Messages : 2920
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Dim 4 Déc - 16:32
« Hé gamine, d’où tu m’traites de grenouille ! »

Elle a du flan dans l’oeil, c’est pas possible. Ou bien c’est un genre de parigo qu’a jamais vu d’animal de sa vie, j’sais pas. En tout cas, si Dylan est passé de « mademoiselle » à « gamine », ça veut dire qu’il est vexé et a arrêté de considérer son interlocutrice comme un membre du sexe opposé, ce qui est une excellente chose. (Ouais, je suis de son côté, mais pas pour ça)

Et du coup, information importante, elles ont pas de ticket… mais une épée qui parle, et envie d’aller s’infiltrer dans le bal avec. C’est vrai que c’est une solution, et un excellent moyen de foutre le bordel pour se venger de ne pas avoir été invité - autant qu’un excellent moyen de se faire virer. Heureusement, Dylan est raisonnable sur ce coup ; il a conscience qu’une telle action déplairait fortement à ses employeurs, qui de fait…  

« … Non mais wesh.. »

Non, en fait, il s’est juste vénère parce que l’autre lui parle trop mal.

« Déjà c’est toi qui va parler correctement le moustique, j’m’en fous de tes carreaux moi t’as cru quoi, et puis vazy là j’suis pas ton chien. »

Il jette brutalement son sac sur le sol, fout un petit coup de patte dedans pour le rapprocher de ses propriétaires et se tire.

« T’façon vous avez pas de ticket je m’casse j’ai rien à faire avec des enfants. »

Dit le gars qui a complètement pris la mouche après une pauvre provocation. Pas qu’elle l’aurait touchée en temps normal, mais là, il a aucune patience, en plus d’avoir le sentiment que tout le monde lui en met plein la gueule alors qu’il veut "juste" un p'tit ticket (il a pas encore compris que tout le monde se les arrache je crois).

Bon, c’est pour la bonne raison, mais au moins Dylan ne participera pas à un plan d’infiltration foireux.

… Enfin pas à celui-là, parce que deux secondes plus tard, il part aborder le premier type louche qui se rapproche de lui.

« Héé mec, sympa ta casquette. T'as pas un ticket en rab toi ? »



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 694
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Sam 10 Déc - 12:49
__–Ah ouais ? AH OUAIS ?
__–J’vais le défoncer ce lézard en fait. Mais d’où il se permet ? Il a cru on est potes ? Il a cru la vie c’est du gâteau ? Il a du bol que, pouf, je suis une arbalète maintenant, je peux plus aller lui tordre le cou moi-même.
__–Par contre je peux toujours parler.
__–« Grenouille grenouille grenouille sale grenouille débile grenouille grenouille connard de grenouille débile grenouille grenouille grenouille moche grand et con grenouille grenouille de merde grenouille grenouille grenouille grenouille trop con grenouille grenouille grenouille grenouille stupide que j’peux briser en deux avec mon petit doigt, grenouille grenouille grenouille grenouille… »
__–Oui c’est ça qui est bien quand on a pas de poumons, on peut insulter des gens autant qu’on veut.
__–On a compris l’idée sœurette…
__–Roh allez juste une dernière. GRE. NOUILLE. GROSSE NOUILLE DE GRENOUILLE. »
__–Voilà, ça c’est fait. Désolée Effilée mais y’a personne qui me traite de gamine. Surtout pas un lézard de merde à la con débile qui a cru il pouvait nous test alors que même pas il se ballade armé. Il a vraiment du bol que ce soit Effilée aux commandes là sinon il se serait déjà pris la gifle de sa vie. La dernière aussi, parce que quand je tape c’est avec Effilée et en général j’ai pas besoin de taper une deuxième fois.
__–« Je sais à quoi tu penses, mais si tu veux vraiment te venger, il y a plus intéressant à faire…
__–Plus intéressant qu’en faire un sac à main ?
__–Non mais d’une tu portes jamais de sac à main. Puis moi non plus. De deux, je ne flècherai pas un imbécile à la virilité défaillante pour toi, c’est moi qui doit retailler les carreaux après, ça vaut pas le coup (oui, il vaut pas un bout de bois de 20 cm). Et puis regarde : là il veut un ticket et le PNJ il en propose une quête pour… On a qu’à participer nous aussi… Elle me rapproche de sa tête pour que je l’entende chuchoter : Et on lui raflera son ticket au passage…
__–Ah, si c’est pour l’emmerder, ça d’accord. Ben je te suis hein !
__–Ah, non, c’est moi qui vais te suivre, tu sens le barbecue. Promets-moi de pas le tuer, même si tu en as très très envie ! »
__–Je réponds pas sinon je vais être vulgaire. Mais Effilée sait que si je râle pas pendant dix bonnes minutes suite à une demande de ce genre, c’est que je suis d’accord.
__–Bon ben, on se re-transforme, je reprends le sac, et puis, avec Effilée dans son fourreau et ma main sur le pommeau (mais pas plus bas, sinon ça veut dire que je suis prête à la dégainer et elle va râler), je m’approche du vieux et de la grenouille.
__–« Ça cause de quoi ici les glands ?
__–Ce que veut dire ma sœur, c’est : Ça a l’air intéressant, c’que vous dites, on peut écouter ? »
__–Ouais c’est mieux si c’est Effilée qui parle.


Crevette : #33cc99


Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : #ff69b4
Crevette des Câbles : #a9daff
Crèvette : #bc8034

Récompenses :
Folie d'Esquisse
Messages : 909
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Mar 13 Déc - 17:04
Quand Dylan l’accoste, le garçon à double casquette esquisse d’abord un mouvement de recul, l’air de dire que ce n’est pas dans ce sens que cette interaction devrait se produire. Mais aussitôt qu’il entend la question, il secoue la tête un instant pour en chasser la pluie d’insultes ambiante, et s’exclame avec un grand sourire :

« Ça, mon saurien, t’aurais pas rêvé à te gaufrer sur plus convenable ! »
Il s’interrompt brièvement, la main devant la bouche, puis reprend d’un ton moins avenant :
« Enfin, je veux dire, vous ne pouviez pas mieux tomber ! Il se trouve justement que je connais un autre moyen d’en obtenir, que les organisateurs nous dissimulent préni… non, pernicieusement ! Accepteriez-vous mon invitation à venir en discuter dans un lieu… moins fréquenté ? »

Il suffit qu’il dise ça pour que rapplique Crèvette avec sa jumelle tout juste retransformée. Le garçon louche, qui n’a manifestement pas vu la métamorphose s’opérer, reste interdit un instant en constatant que les deux mêmes voix de fille qu’il avait entendues tout à l’heure sont maintenant en train de lui parler. Difficile de déterminer ce qui se trame précisément dans son crâne à ce moment précis, et il est clair qu’il ne sait pas trop où se mettre.

« Ah…, balbutie-t-il à leur question, c’est délicat. Nous parlons de choses, euh… » Il fait des signes de tête à Dylan, assez maladroits, mais qui indiquent clairement une question comme « On la met dans la combine, la gamine ? ». Là-dessus, en attendant que le lézard intervienne, il ramène son attention vers cette dernière, un sourire faux sur le visage, et lâche enfin : « Nous parlons de choses consubstantielles. C’est ça, consubstantielles. »

Il est clair qu’il ne connaît pas le sens du mot qu’il vient d’utiliser.




(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even
Messages : 2920
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Lun 26 Déc - 21:55
Les gosses sont vraiment mal éduqués de nos jours. C'est ça les 2000 ?

Au moins, Dylan a enfin réussi à leur montrer qu’il est plus intelligent qu’elles, en ne réagissant pas…

« Moi j’entends pas les moustiques !!! »

En ne réagissant presque pas, je veux dire.

Je vous jure, j’ai l’impression de commenter une cour de récréation d’école primaire. Ou p’têt même maternelle. En tout cas ils m’épuisent tous.

Bon, puisque les deux gamines ont l’air de piailler dans leur coin, concentrons-nous plutôt sur ce que dit l’autre avec ses casquettes.

Sa proposition, franchement, heureusement que c’est pas un vieux monsieur qui propose comme ça direct d’aller dans un coin tranquille… et surtout qu’on est dans l’Esquisse et donc qu’on trouve toutes les deux rues ce genre de bail chelou.

« Ouais c’est sûr c’est craignos ici, j’connais un bon coin pas loin pour causer au calme. »

Il a pas été jusqu’à se retourner pour appuyer le « craignos », mais il aurait presque dû, puisque ça lui aurait permis de voir les deux mômes débarquer. ‘fin, la môme et son épée… ‘fin une arbalète maintenant... 'fin non c'est encore l'épée - y’a deux semaines je me serais arrêté dessus pour essayer de comprendre mais là j’ai la flemme alors peu importe.

« Pfff encore vous… »

Le casquetté a pas l’air de vouloir vendre la mèche: ça peut être un bon comme un mauvais signe, trop dur à dire dans l’Esquisse. Par contre, la vraie question, c’est si on partage la quête avec ces deux-là quitte à ce qu’elles soient chiantes voire chippent le ou les tickets, ou si on les rejette d’entrée quitte à ce qu’elles soient vénères et essaient de nous la mettre encore plus à l’envers (j’les connais les intrigues de cour de collège, si quelqu’un peut pas avoir ce qu’il veut il va dénoncer tout le monde au prof). Dans les deux cas on court un risque, je dirais, mais si ça me paraît quand même moins chiant d’essayer de rien leur dire, en espérant qu’elles se lasseront et iront emmerder quelqu’un d’autre.

Bon, c’est évidemment pas le raisonnement qu’a eu Dylan. Lui, il a juste rebondi sur la dernière chose qu’a dit l’autre mec.

« Ouais, consistantielles, ça veut dire qu’il vaut en avoir là-dedans pour comprendre. (il se tapote la tête) Du coup c’est pas pour vous quoi… sauf si… »

J’ai aucune idée de ce que veut dire consubstantiel (j’suis pas allé à la fac moi), mais j’suis à peu près sûr que tu l’as dit n’importe comment. Et que ça veut pas dire ça.

Enfin peu importe, il enchaîne, avec un ton plus affirmé :

« On a p’tet une combine pour avoir des tickets, en fait. Vous pourrez croquer aussi, mais que si vous faites ce qu’on dit à la lettre. »

C’est certain qu’on est jamais de trop pour une mission qui impliquera probablement de se faufiler quelque part ou d’emmerder le monde (surtout là : si le mec est si enclin à vouloir des complices, c’est qu’il peut pas faire ça seul). Par contre j’suis pas sûr qu’elles aient bien le profil pour suivre des ordres…



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 234
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Mar 27 Déc - 10:02

C’était ptet une mauvaise idée de dire à Crèvette de s’incruster, sa patience va être mise à rude épreuve. Et vu que je ne peux pas, comme à l’école, lui tenir la main pour l’inciter à (un peu) plus de patience, je ne peux que prendre la parole et prouver (avec un peu de satisfaction) que oui, j’en ai dans le crâne. Après tout, Manico, dit ManiAco, le prof de théâtre ne peut pas faire 2 phrases sans y glisser un ou deux mots de plus de quatre syllabes. Du coup…

Alors ça tombe bien, ma soeur et moi on est homozygotes, donc on est automatiquement consubstancielles, ça va avec. Soeurette, range moi s’il te plait, ils ont pas besoin que tu leur prouve qu’on est consistantes.

Nananananère euh. Si le ton est gentil, presque joyeux, je suis parfaitement consciente que je viens de leur mettre le nez dans leur bouse et que je suis en train de les enfoncer dans la reconnaissance de leur médiocrité intellectuelle. Bon, l’effet est un poil gâché par le fait que je sois secouée à quelques centimètres du ventre du lézard. Allez, faut changer de sujet, là.

Du coup, vu que notre ami sauroïde est atteint de logorrhée inutile Pléonasme d’ailleurs et maintenant qu’on a déterminé qu’on pouvait tout à fait vous écouter, monsieur…? Al… Crèvette, tu veux bien les suivre?

Comment ça on leur laisse pas le choix? Nan. Pis pour courir plus vite que ma frangine, hein…



Folie d'Esquisse
Messages : 909
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Sam 7 Jan - 15:46
Les transformations, l’épée qui parle ostensiblement, les babillages dans tous les sens à n’en plus savoir qui parle à qui, ou simplement les mots "homozygote", "logorrhée" et "sauroïde" placés dans la même tirade ; toujours est-il que le type louche semble être le plus perdu de tous. Il force l’un de ces sourires qu’on garde dans les repas de famille gênants, ceux-là où grand-père et tonton s’écharpent sur un sujet politique dont on ne connaît absolument rien – et eux non plus, d’ailleurs. Mais sitôt qu’il a l’occasion d’en placer une, il le troque contre un sourire forcé de vendeur, et s’exclame beaucoup trop vivement :

« Eh bien allons-y ! Nous ne serons pas trop de deux… enfin, trois avec l’épée beuglante, pis quatre avec moi, et faut compter la frangine dans l’inventaire. Nous ne serons pas trop de cinq pour reprendre ce dont nous fûmes indûment spoliés par l’inique méritocratie des organisateurs de l’événement ! »

Il prend un air presque fier à cette déclaration, il est clair que c’était la phrase qu’il avait le plus travaillée. Dans l’élan de son bref moment de confiance, il invite tout le monde à le suivre d’un geste de main, et se dirige vers la ruelle d’où il est venu.

En entamant sa marche, il attrape ce qui s’apparente à un ballon de baudruche jaune et orange qui, une fois qu’il a soufflé dedans, prend la forme d’un canard en plastique. Il le noue rapidement au niveau du bec, puis le laisse s’envoler. « C’est pour prévenir ma collègue qu’on la rejoint », précise-t-il en se retournant brièvement. Au ciel, le ballon éclate dans un nuage de poussière bleue en poussant un grand "COUAC !" perceptible à cent mètres à la ronde. « Elle ne devrait pas être très longue, termine-t-il avec son même sourire de commerçant, nous n’avons qu’à faire connaissance en l’attendant ! »




(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even
Messages : 2920
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Dim 8 Jan - 1:24
Ah bordel, on pouvait difficilement tomber sur pire complices. Enfin, le mec à casquettes, ça va, je le soupçonne de rien piger non plus, et d’être juste un petit filou de la Ville comme on aime bien fricoter avec. Les deux morveuses, par contre, elles cumulent toutes les tares. V’là qu’elles se mettent à parler comme l’autre con de frangin lorsqu’il voulait se rendre intelligent. Le genre de truc où, au début, Dylan essayait de suivre, avant de se rendre compte que c’était complètement con, et qu’il fallait avoir rien à foutre de sa vie pour apprendre des mots qu’on utilise jamais. Puis nous on n’a jamais été complimentés pour connaître plein de noms de joueurs de foots (ou de drogues, en ce qui me concerne), j’vous ferais dire.

Grâce à cette longue expérience avec son petit con de frangin, Dylan est donc resté calme. Enfin, il s’est pas énervé davantage, et c’est déjà ça.

« Vous faites les malines, mais ça prouve surtout que vous savez pas travailler en équipe ni écouter. C’est pour ça que j’aime pas bosser avec des enfants… »

Toi aussi tu fais bien le malin pour le coup. J’aurais aussi beaucoup d’arguments pour montrer que tu ne sais ni travailler en équipe ni écouter. Bon, même si j’pouvais les leur donner je le ferais pas, on est d’accord.

Notre nouveau pote arrive à en placer une. Je sais pas s’il veut essayer d’avoir l’air smart malgré sa dégaine, mais ni moi ni Dylan ne pige quoi que ce soit à la fin de sa phrase. Et peu importe, puisque c’est le début qui importe : on va être cinq si j’me compte pas, et il a l’air de confirmer l’idée selon laquelle c’est assez dangereux pour qu’il ait besoin de toute une équipe, même si c'est une équipe de collégiens. Evidemment, on lui emboîte le pas, puisqu’il a l’air d’avoir une destination précise en tête, et on assiste à son signal de fumée des plus discrets. J’espère que c’est pas un criminel recherché… Probablement que si vu le genre de bail qu’il nous propose.

Puis juste après il demande qu’on se présente, mais il le fait pas lui-même. J’suis plus si sûr de le considérer comme un pote malgré le brin de complicité que Dylan a cru avoir avec lui. D’ailleurs, le petit relève un truc intelligent (même si totalement inutile) pour une fois :

« Non mais si on fait ça là on va devoir recommencer quand elle arrivera dans deux minutes non ? »

Puis ouais on a pas les noms des deux gamines (bon, si, j’crois que j’ai capté que l’une des deux) mais on peut toujours les appeler Moustique 1 et Moustique 2 en attendant. Ou Schtroumpf vulgaire et schtroumpf peste. Et puis le mec…

« En plus, quand on veut faire un deal avec quelqu’un, on se présente en premier, sinon ça la fout mal. Là j'peux me dire que t'as appelé pour nous balancer à ceux qui filent les tickets. »

Putain, pour une fois qu’on dit la même chose ! Ils t'ont pas appris que des conneries chez les Hussards.




(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina, Langouste, Crevette des Câbles
Messages : 694
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Sam 14 Jan - 20:17
__–Il a dit quoi c’connard sur ma sœur là ? Hé elle parle bien – vachement mieux que moi –, elle beugle pas, sale moche. Par contre ça m’plaît pas, déjà qu’avec nounouille la grenouille et pépé le mal sapé on a une belle bande d’abrutis pour nous tenir compagnie, si on plus on doit rajouter encore une nana qui va faire chier, merci quoi.
__–Puis ferme ta gueule même pas tu sais le sens des mots que t’utilises là.
__–Et il dit quoi encore ce bouffon vert (lel) sur nous deux là ? Lui par contre ça va j’sais déjà lancée j’peux continuer à le vanner.
__–« Sauf que t’es pas une équipe, t’es un animal de compagnie qui s’est échappé de son vivarium et qui fait un peu trop le mec pour ce qu’il est, nounouille la grenouille.
__–Sœurette… S’il te plaît… Oh commence pas avec ta voix lassée toi là hein.
__–Hé, ça va, c’est lui qui a commencé !
__–Non mais arrête, combien de fois je t’ai entendu me dire que si quelqu’un utilise cet argument, il a rien compris ? Il est passé où, dis-moi, le « l’important c’est d’être celui qui finit, pas celui qui commence » ?
__–Ça va j’ai dit ! »
__–Et alors qu’on papote toutes les deux à voix basse, on emboîte le pas à l’autre déguenillé et l’autre écaillé. Et d’accord j’veux bien être sympa et tout, je les suis, mais par contre y’a zéro moyen que je passe devant. J’veux l’avoir à l’œil, nounouille la grenouille. C’est Effilée et moi l’arrière-garde et si t’es pas content ben tu vas te faire foutre. Mais devant moi, pas ailleurs.
__–Et genre il s’passe quoi là. C’est quoi ce plan qu’il nous fait. Heureusement – comme quoi, tout arrive ! – l’autre asperge a une pensée intelligente.
__–« Bah alors, comme quoi tu dis pas que de la merde quand tu te concentres un peu ! »
__–Et j’envoie une taloche sur la tête de nounouille. Mais le genre qui fait pas mal m’voyez, le genre qu’on envoie à ses potes quand ils disent un truc pas con et qu’on s’y attend pas.
__–« Je suis d’accord, c’est pas que j’ai pas confiance en vous, mais… En fait, non. Si vous voulez qu’on vous croie et qu’on vous suive, va falloir faire le premier pas… Se présenter étant un bon début. »


Crevette : #33cc99


Rosalina : #13f78a
Amundsen : #ffcc33
Agate : #ff9933
Langouste : #ff69b4
Crevette des Câbles : #a9daff
Crèvette : #bc8034

Récompenses :
Folie d'Esquisse
Messages : 909
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
Mer 18 Jan - 17:22
Face à la coalition des « Vous d’abord » qui lui fait face, le jeune homme à double casquette peine de plus en plus à cacher son air désemparé. Il tente de balbutier quelque chose d’incompréhensible – probablement même pour lui –, puis tente de se reprendre un dernier coup pour cracher une phrase sensée :

« Ah-ah, je vois, la confiance se conduit dans les deux sens, n’est-ce pas ? Très bien, je me présenterai le premier. Je m’y attellerai aussitôt que ma sœur arrivera, comme vous le suggérez très pertinemment, pour éviter d’avoir à recommencer pour elle. »

Pendant qu’il conclut cette déclaration qui a encore l’air parfaitement logique dans son cerveau, le groupe s’engouffre dans une impasse de quelques mètres à peine, qui semble être le point de rendez-vous annoncé. Le garçon s’arrête, satisfait de sa petite tirade improvisée, puis réfléchit un instant à ce qu’il vient de dire avant de lâcher spontanément :

« Attends, nan, c’est niais. Faut m’désoler, j’claudique à piailler soutenu et cogiter correct dans la même trame. » Il s’installe sur un petit muret décoré de pots de fleurs, dont certains sont au sol à l’état de fragments ; en se recalant le fessier, il manque d’ailleurs d’en faire tomber un de plus. « Du coup, j’me labelle Ludek, reprend-il dans son argot obscur, puis la frangine me r’labelle Lulu. On est r’latés pour de faux, mais on s’démène comme si parc’qu’on est d’la même plume. C’est qu’on vit au crochet d’la rue, savez. Elle, son label, c’est Nina. Il lève la tête. Tin, pis d’euf, la v’là qui r’canille, z’allez pouvoir vous enchanter. »

En effet, depuis la ruelle apparaît une jeune femme, portant la même veste bleu ciel sur le même complet gris que le dénommé Ludek. Au-dessus de ça, des cheveux blond cendré à peine assez longs pour être coiffés en bataille, et un fedora jaune pour donner un semblant de fantaisie au tout.

« Ah, mes bons messieurs-dames, s’exclame-t-elle en arrivant sur un sourire forcé, combien me révolte-t-il de confronter tant de nouvelles victimes de cette injustice foraine, mais comme il me réchauffe le cœur d’en trouver tant qui font le choix de la raison ! Nous ne serons pas trop de quatre pour reprendre ce dont nous fûmes indûment spoliés par l’inique méritocratie des organisateurs de l’événement ! »

Elle aussi, semble très fière d’avoir réussi à placer celle-là.




(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia, Even
Messages : 2920
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
Mer 18 Jan - 20:12
Si j’avais la moindre idée de ce qu’on est supposés foutre là, je dirais qu’on est mal barrés. Mais là le pire c’est qu’on en sait rien, et que franchement, vu la petite impasse dans laquelle il nous embarque, je m’attends à tout moment à ce que trois mecs sortent des sacs poubelles et des poteaux pour nous racketter, nous tabasser, ou faire des misères aux gamines.

Heureusement, qui se ressemble s’assemble, le Lubek a l’air aussi con que les trois gamins qu’il a recruté. Et en plus il parle comme une parodie de campagnard. Après avoir parlé comme une parodie de mec de la haute. Je sais même pas lequel des deux m’est le plus insupportable. Peut-être quand même le langage soutenu, parce que franchement j’y pige pas plus que Dylan.

« Ouais y nous niquent trop avec leur système là… »

Histoire de ne pas cramer plus que ça le fait qu’il n’a rien pigé à la moitié des mots de la meuf, il enchaîne.

« Bon bah moi c’est… »

Il fait genre de chercher dans son sac pour chercher sa carte de visite, mais en vrai, il cherche surtout laquelle des deux donner - sachant qu’officiellement Dylan n’est pas un hussard depuis cette sombre histoire de faux noms. Bon, vu le lieu dans lequel ils veulent causer de leur combine pour avoir les tickets, on est clairement plus partis sur un plan pour la mettre à l’envers à ses patrons que sur une affaire qui les rendrait fier, donc c’est peut-être pas très malin de se revendiquer comme tel ici. Arrivant à la même conclusion que moi, le lézard sort ses bouts de carton sur lesquels il a écrit son nom et son adresse approximative, puis il en distribue à tout le monde.

« Dylan. J’suis mon propre patron. » complète-t-il.

Puisqu’il flex là-dessus, faut quand même que je vous détaille un peu plus à quoi ressemble ces cartes. Elles sont un peu l’équivalent en papier des gâteaux qui sont absolument moches et qui dégoulinent de partout, mais qui semblent pourtant avoir été faits avec beaucoup trop application. Ou si l’image vous parle pas, juste, dites-vous qu’il n’existe ni stylo, ni ciseau pour lézard, et que les pattes de ces bestioles n’ont absolument pas été conçues pour faire un travail de bureau. Malgré ou grâce à cette incompatibilité, toutes les cartes sont uniques, ce qui une fois qu’il s’en est aperçu lui a fait décider que c’était en fait volontaire, pour savoir qui l’avait recommandé, vendu ou avait osé jeter sa carte à la poubelle. Chez les espions, cette technique est connue comme le bleu de méthylène. Chez les développeurs, elle est connue comme «It’s not a bug, it’s a feature». Désolée je repars.
Bon et bien sûr, outre le cadre artisanal, il y a l’écriture. Là-dessus, Dylan a essayé de marquer à peu près la même chose partout, à savoir "Vous aver besoin d’un gars sur et rapide ? Faite apel a Dylan", mais le stylo change selon la fournée, voire en cours d’écriture. Selon son inspiration et l’encre qu’il avait sur les doigts à ce moment-là, il a également ajouté des petites fantaisies. Genre l’autre peste et sa sœur là, elles ont reçu la version avec les empruntes digitales (là aussi, Dylan a pensé à en faire une marque de fabrique), alors que Lubek a eu celle avec sa dernière tentative en date de faire une main avec un pouce en l’air, et Nina plutôt la tentative de rose (il donne cette carte qu’aux meufs bien sûr).

Bref j’parle trop, revenons à la scène. Là donc, après avoir laissé tout le monde voir à quel point il est pro, Dylan se tourne vers les mioches.

« Allez c’est votre tour les nunuches. »

Après nounouille, c’est de bonne guerre. Comment ça "l’important c’est d’être celui qui finit, pas celui qui commence" ? J’suis d’accord mais quitte à finir on peut bien mettre un dernier coup avant juste histoire de rendre la monnaie de sa pièce. C’est que si on continue après qu’on est un gamin.



(Merci à Ara' pour la super signature ♥)
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 234
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
Sam 21 Jan - 16:08

Oulah, le changement de vocabulaire, ça surprend, mais en même temps, ça lui va quand même bien mieux. Bon, évidemment ça m’oblige personnellement à un poil de concentration pour tout y comprendre, mais bon, c’est pas comme si j’avais grand chose de mieux à faire. Donc, Ludek, dit Lulu, et sa frangine qu’est pas sa frangine de sang mais comme si. Ok. Et la nana qui arrive avec un discours elle aussi hyper soutenu et aussi mal récité que les répliques de ma sœur lors de la pièce de théâtre (obligatoire) de CE2…

Ensuite c’est au tour de Dylan de se présenter, avec des cartes euh… Eug… Moches. Très moches. Tellement moche que Crèvette lâche la sienne avant même d’avoir posé ses doigts dessus. (La boue, la sueur, le gras et la saleté elle peut supporter, mais pas les quatre ensemble on dirait.) Et heureusement que c’est pas moi qui ai des mains ou j’aurais arraché un stylo à l’un des trois pour corriger les fautes… Et l’idiot qui en remet un coup… Non, mais y a un moment, il va finir par se prendre ma lame dans la tronche et c’est moi qui vais être dégueulasse ! Et lui avoir mal, mais là j’ai envie de dire, il cherche la frangine, il va la trouver. En parlant de ma sœur, elle a la main sur le visage, prend une grande inspiration… Oh oh, ça c’est ce que Papa lui dit de faire, et qui ne marche jamais… Voilà c’est bien ce que je craignais. Deux pas en avant, bousculant Dylan au passage (avec un pardon toi là bouge, c’est dire si elle est courtoise) et allonge une claque au gars. Bon, je sais pas s’il appréciera à sa juste valeur, elle n’a pas frappé assez fort pour l’envoyer valser, ni même lui faire tourner la tête.

Commence à parler normalement ! Trou d’balle ! C’est bon, t’as fini d’être con ou t’en as besoin d’une autre ? Et toi là, il nous a déjà sorti son baratin, on s’bouge, vous balancez votre plan ou on continue à s’les toucher ?

Bon, je suppose que je vais faire la présentation. Vous pouvez m’appeler Effilée, ma sœur c’est Crèvette. On échange souvent nos places, elle c’est une arbalète. Et, Nina, c’est ça? Vu qu’la majorité ici a du mal avec le soutenu, je propose qu’on reste sur les bases : Sujet, verbe, complément. On réfléchira mieux à comment avoir des billets si on doit pas réfléchir AUSSI à comment causer.

Pas la peine de préciser pour le Ludek il a compris. Je crois. J’espère.



Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum